Projet Structurant du grand Sud-Ouest de Montréal

Le gouvernement provincial a mandaté l’ARTM pour réaliser un dossier d’opportunité pour un projet structurant de transport collectif électrique afin de desservir le grand Sud-Ouest de Montréal et le relier au centre-ville.

Le mandat vise à préciser différents éléments, dont le mode de transport, le tracé et les coûts. Tous les modes de transport structurants sont à l’étude.

Secteurs à l’étude

https://www.artm.quebec/wp-content/uploads/2023/07/Panneaux_Etudes-territoire-mobilite_Projet-GSO_ARTM.pdf

Scénarios proposés

Présentation des scénarios pour le projet structurant de transport collectif électrique : https://youtu.be/mhzIREQeE1o

Dates importantes:

  • Juin 2021: Annonce du lancement des études pour la réalisation du dossier d’opportunité
  • Octobre 2021: Octroi du contrat de service
  • Fin 2023: Dépôt du dossier d’opportunité au Conseil des ministres du gouvernement du Québec

Discussions sur les propositions liées:

6 Likes

2021? Le jupon dépasse (ie quelqu’un a dépoussiéré un ancien texte et a oublié les mises-à-jour de dates)?

1 Like

Je crois qu’un contrat avait été octroyé, mais qu’ils ont dû retourner en appel d’offres.

N’hésitez pas à corriger ou mettre de l’information à jour dans l’entête :wink:

Un montant de 19,4 M$ a été inscrit au PQI 2021-2031 pour la réalisation du dossier d’opportunité. Ce budget tient compte de la mise en place du bureau de projet et de la réalisation de l’ensemble des études requises dans la réalisation du dossier d’opportunité jusqu’à la fin de 2023.

Ceci représente donc la prochaine date à retenir de ce projet je présume?

1 Like

Je ne sais pas, je n’arrive pas à faire de sens avec le timeline. Ils ont passés 2+ ans juste à évaluer les opportunités de projet?!?

Si c’est bien selon ma compréhension, alors une proposition de projet comme le REM de l’Est de CDPQi, sur lequel l’ARTM a recyclé pour le PSE, n’arrivera pas avant 2030 à mon avis.

Genre:

2 Likes

Le rapport de clôture donne suite à la livraison du projet, pas la proposition. On est dans le train rendu là.

:male_detective: je ne trouve pas de mention de Sherbrooke Ouest.

1 Like

Dans le carousel “Aperçu de la zone à l’étude”, la première photo est de la rue Sherbrooke Ouest dans NDG.

1 Like

Ah d’accord je ne l’avais pas vu comme ça. Je me disais que c’était des clichés de la zone d’étude, mais pas nécessairement du tracé (je ne m’attendrai pas à voir un tram ou un métro sur Lakeshore, mais c’est inclus dans le set).

Il n’y aura pas 12 choix d’axes vers l’ouest non plus;
Ça risque d’être Sherbrooke ou St-Jacques si c’est le corridor NDG qui est choisi, puis Newman si c’est le corridor LaSalle/ Angrignon.
L’axe St Patrick/ Notre-Dame en longeant l’A20 peut être une option, mais j’en doute, pour le peu de bénéfices.

2 Likes

Verdun, LaSalle et Lachine en bus : tout un défi de mobilité à Montréal !

Frédéric Lebeuf

Le Grand sud-ouest de Montréal voit une éclosion de projets immobiliers en cours ou en préparation à Lachine-Est, LaSalle-Ouest ainsi qu’à L’Île-des-Sœurs. Ces projets immobiliers à forte densité sont tous basés sur une offre de transports en commun qui n’est pas encore en service, comme le REM à l’Île-des-Soeurs ou n’existe pas encore, comme la ligne rose ou le tramway à Lachine. Le projet de transport du Grand Sud-Ouest de l’ARTM est encore et toujours à l’étude.

Une hausse importante et un viellissement prononcé de la population montréalaise, une forte augmentation des transports depuis 20 ans et un territoire de plus en plus affecté par les changements climatiques font partie des enjeux que le Plan d’urbanisme et de mobilité 2050 (PUM 2050), basé sur le document Projet de ville, devra prendre en compte.

Pour tester l’efficacité du système de transport en commun et illustrer concrètement les enjeux de mobilité des usagers de la Société de transport de Montréal (STM) dans le sud-ouest de Montréal, j’ai effectué plusieurs trajets en bus dans les arrondissements de Lachine, LaSalle et Verdun pour cet article.

Sur la route express : une heure dans le 496 et le 495

Parti à 13 h 37 de la station de métro Berri-UQÀM un lundi après-midi avec l’intention de me rendre le plus rapidement possible au terminus de Dorval, j’embarque dans un bus de la ligne 496. Entre deux arrêts, un jeune homme de Lachine confie emprunter ce trajet, car l’autobus le plus proche de son domicile (491) ne passe pas assez fréquemment pour répondre à ses besoins. Au total, 55 minutes sont nécessaires pour arriver à destination à Dorval.

Sur le chemin du retour, je prends la direction de la station de métro de l’Église à Verdun, en traversant volontairement LaSalle. Dans l’autobus de la ligne 495, un adolescent qui vient à peine d’arriver au Québec me donner son point de vue. « C’est mieux que dans mon pays. Les autobus arrivent à l’heure, et on peut savoir en temps réel où est l’autobus », déclare Redouane Rahem, originaire d’Algérie et maintenant résident de LaSalle, en faisant référence aux applications mobiles telles que Google Maps ou Transit.

C’est l’heure de la sortie des classes : des étudiants et étudiantes du Collège Sainte-Anne à Lachine montent dans l’autobus. Leur arrivée le remplit à son maximum. Ce jour-là, certains jeunes oublient de céder leur place : des personnes plus âgées doivent ainsi rester debout pour toute la durée de leur trajet.

Dans cette foule embarquée dans le 495, un homme essaie de garder l’équilibre avec ses courses. Plus tôt, Redouane Rahem, un travailleur et étudiant de Lachine, m’a confié que faire ses courses en bus est une activité qui demande de la planification. « Tu ne peux pas magasiner trop longtemps. Si je vais à IGA, par exemple, je dois me dépêcher. Si je ne me grouille pas, je vais manquer mon autobus et je dois attendre le prochain. »

Le trajet de Dorval jusqu’à la station de l’Église à Verdun prend 74 minutes, dont une heure dans l’autobus 495 qui finit son parcours à la station Angrignon.

Lire la suite

De l’hôpital de Verdun à celui de Lachine : plus rapide en passant par Lionel-Groulx ou à vélo qu’en bus !

image

Le vendredi suivant, ma mission est de me déplacer d’un hôpital à l’autre, de Verdun à Lachine. J’empreinte cette fois-ci la ligne 58 à la station de métro LaSalle (qui se situe à Verdun !) pour me rendre à l’hôpital de Lachine. Après avoir pris le départ de 15 h 52, il faut changer de ligne à l’arrêt Centrale/Blais à LaSalle à 16 h 25. Mais, l’autobus arrive sept minutes plus tard que prévu au lieu de correspondance. C’est le prochain autobus de la ligne 110 à 16 h 33 que j’attrape finalement.

La route ne se fait pas sans péripéties : le chauffeur d’autobus peste contre un conducteur d’automobile. Je débarque à quelques mètres de l’hôpital de Lachine comme prévu. Toutefois, l’entrée sur la rue Saint-Antoine est actuellement en construction. Je ne mets donc les pieds dans l’entrée de la 16e avenue qu’à 17 h 14, soit 1 heure et 22 minutes après mon départ de Verdun. Si la santé et les conditions météorologiques le permettent, il vaut peut-être mieux sortir son vélo, une course d’environ 38 minutes sur 2 roues.

Au retour, c’est le trajet le plus rapide que je choisis pour me rendre à l’hôpital de Verdun. À 17 h 20, je me dirige vers l’arrêt de la ligne 491 pour arriver 34 minutes plus tard à la station Lionel-Groulx. En attendant la ligne 108, je regarde sur Google Maps pour voir où est rendu l’autobus puisqu’il était en retard. Mais, c’est alors impossible de retracer les informations détaillées de cette ligne. Après neuf minutes de marche de l’arrêt le plus proche, j’arrive à l’hôpital de Verdun à 18 h 25.

Idées d’usagers du bus échangées entre deux arrêts

« Je ne pense pas qu’il y ait assez de publicité sur les transports publics. Les citoyens doivent se faire donner plus d’informations. Le gouvernement pourra ensuite investir de l’argent dans le but de transformer le transport public. En ce moment, il y a un manque de chauffeurs d’autobus. Cela a comme effet de réduire le nombre de départs. Si on démystifie tout ça, il y aura plus d’autobus qui circuleront, donc plus de 491 pour moi », commente Dar Moraru, un résident de Lachine rencontré dans le bus…

« Je pense qu’il faudrait ajouter des voies d’autobus, prioriser le transport collectif à la place des voitures et encourager les TOD (développements immobiliers de moyenne à haute densité, structurés autour d’une station de transport en commun à haute capacité) », suggère Lubangi Harubu, un citoyen de Lachine.

Comme la majorité des autobus empruntés sont remplis à capacité à un moment ou l’autre du trajet, il ne semble pas que le plan d’urbanisme et de densification du sud-ouest de la métropole pourra être servi par le réseau en place. En pleine heure de pointe, les trajets entre Lachine et le centre-ville peuvent être difficiles, et occasionner des retards parfois extrêmes chez les usagers, explique Lubangi Harubu. Pour ceux qui doivent se rendre à LaSalle, c’est souvent encore plus long et nécessite des correspondances.

4 Likes

Une heure du terminus Dorval à Angrignon avec la 495… je suis certain que le temps de parcours peut être amélioré. Et avec la station du REM à l’aéroport en 2027, j’imagine qu’il pourrait y avoir une navette entre celle-ci et le terminus Dorval. Mais pour l’instant, on pourrait peut-être donner un peu plus de priorité aux bus en longeant la 20 entre les échangeurs Turcot et St-Pierre?

1 Like

La solution optimale serait d’augmenter les fréquences de passage de exo Vaudreuil aux 15-30 min puis faire passer un bus entre le terminus Angrignon et la gare Montréal-Ouest.

1 Like

The 495 is slow but it’s also a really, really long line, so it’s expected. Having taken it quite a few times myself it’s not gonna be an easy line to fix. It doesn’t really get caught in traffic, so bus lanes wont help much (i think parts of the line already have bus lanes). It has a ton of turns and zigzags that slow the bus down, those can be simplified perhaps.

For the people who live furthest west, the “solution” is to take bus 496 instead. 496 is also slow, but like 495 there isn’t much to do there. It’s long, and it’s slow simply because it’s long. However by stopping at whats more or less the halfway point of 495, then going up to join a20, it saves an extra 20 mins than the latter, plus LG is much closer to downtown than angrignon anyways.

496 can maybe benefit from better route planning, particularly westbound, though my idea would involving cutting another exit from the a20 bus lanes specifically for 496, followed by the 496 having to cut across three lanes of traffic to meet its exit, which may end up taking as long as detouring thru notre dame anyways.

1 Like

With the rebuilding of the Saint-Pierre interchange, I’m hoping that dedicated off-ramps for the 496 from the middle lanes onto Saint-Jacques could be built. Combined with turning Saint-Joseph into a transit-priority corridor, it could become a very convenient line.

3 Likes

That would be extremely convenient and would help save the 496 a lot of time, especially in rush hour. The current westbound solution of being in the traffic lanes (instead of bus lanes) followed by exiting and driving on notre dame for a while is… unsatisfying, to say the least.

1 Like

Pardon my French but Express buses my ass… there is SO many stops on a local street I dont even see the point of calling it like that. To me it would seem more logical to have a bus that goes from Dorval to LG for example that goes straight on the highway and has a high frequency between the two destinations. Local and slower buses could service Dorval et al. We could still keep a line between Angrignon and Dorval but let’s not call it express please.

1 Like

Good thing we have five of those (211, 405, 411, 425, 485 all do dorval->lionel groulx, nonstop, in about 20 mins)

Altogether their combined frequency is about one every 5~15 mins in rush hour, and about 10~30mins off peak (depending on your luck. These buses unfortunately have a really nasty tendency to arrive all at once and leave you stuck waiting a looong time for the next one since their individual frequencies are not particularly good.)

Perhaps, but keep in mind that for the Lachine sector, going to dorval quite literally means travelling backwards before going forwards. You also have to factor in the transfer time too. Together those factors make going to dorval then downtown kinda limiting as a solution

1 Like

Peut-être une question un peu bête mais pourquoi ne parle t-on jamais de rallonger la ligne verte, d’Angrignon à Lachine? Ça ferait 3-4 arrêts, et au milieu de LaSalle je crois qu’il y a des coins sous-utilisés à développer… puis le dernier arrêt pourrait être à Lachine entre l’autoroute 20 et le canal, et desservirait la population locale et des gens du West Island prenant l’A20? Est-ce que ça ne vaut pas la peine?
Lachine, c’est aussi une destination à développer pendant l’été et il y a les sites à densifier…

7 Likes

Sans vouloir trop en dire, ce ne sont pas des options exclues dans le cadre du projet Grand Sud-Ouest.

20 Likes