Transport en commun - Discussion générale

Une autre excellente vidéo par la chaîne YouTube Not Just Bikes

Why is it that in the US & Canada, we’re always being told that we can’t justify the ridership for transit projects? And why is it that when we do build transit, it’s struggles to gain riders? It all comes down to what surrounds that transit line. Good transit requires good land-use.

4 Likes

C’est quelque chose que j’ai déjà mentionné il y a plusieurs mois, on est vraiment dans un cas de build it and they will come. Environ la moitié des déplacements vers le centre-ville se font en bus car le service est bon, si on répétait ça vers les autres destinations générant des déplacements, on pourrait faire monter la part modale de manière assez importante.

1 Like

Transport collectif | L’UMQ déplore qu’Ottawa prive les villes de 350 millions


PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE
(Montréal) L’Union des municipalités du Québec (UMQ) déplore que les villes « se voient privées » de 350 millions qui pourraient être investis en transport collectif et en infrastructures vertes, en raison « d’une nouvelle orientation du gouvernement fédéral ».

Publié à 12h44
STÉPHANE BLAIS
LA PRESSE CANADIENNE

Dans un communiqué publié jeudi, l’UMQ demande au gouvernement de remettre comme prévu un montant de 350 millions au gouvernement du Québec, comme le stipulerait l’Entente bilatérale Canada-Québec pour le programme d’infrastructure.

« Au nom de toutes les municipalités québécoises, je demande au gouvernement fédéral de reconsidérer sa position », a souligné le président de l’UMQ et maire de Gaspé, Daniel Côté.

Le président de l’UMQ comprend mal, dans un contexte d’urgence climatique, « l’orientation du gouvernement fédéral de ne pas transférer cette somme, telle que le stipule l’entente ».

La mairesse de Montréal s’est également montrée déçue de la décision d’Ottawa alors que les députés fédéraux s’apprêtent, jeudi, à quitter le parlement pour l’été.

« Nous apprenons ce matin qu’Ottawa prive les villes de 350 millions pour le transport collectif et les infras vertes. Les villes sont en première ligne dans la lutte contre la crise climatique. Elles doivent avoir les ressources conséquentes. Le fédéral doit respecter son entente », a écrit Valérie Plante sur Twitter.

Le maire de Candiac, Normand Dyotte, a expliqué à La Presse Canadienne que « ce sont des soldes de différents programmes, un sur le transport collectif, et il y en a pour 300 millions, et un de 50 millions concernant des fonds sur les eaux usées, qui n’ont pas été dépensés depuis quelques années ».

Or, selon M. Dyotte, l’entente prévoyait que « les soldes qui ne sont pas utilisés soient transférés dans la nouvelle entente bilatérale de 2018 à 2028 ».

Pour les municipalités, « c’est important, on a besoin d’investissements dans le transport collectif », a ajouté le maire Dyotte.

Dans son communiqué, l’UMQ précise que « le gouvernement fédéral s’était engagé à ajouter aux montants prévus pour les volets transport en commun et infrastructures vertes du Programme d’infrastructure Investir dans le Canada, les montants résiduels provenant du Fonds pour l’infrastructure de transport en commun (FITC) et du Fonds pour l’eau potable et le traitement des eaux usées (FEPTEU), soit l’équivalent d’une somme de 350 millions. Or, en mai dernier, le gouvernement fédéral a mentionné qu’il n’avait plus l’intention de verser cette somme au gouvernement du Québec, mais bien de l’affecter au fonds consolidé. »