Réseau cyclable montréalais - Discussion générale

Le stationnement a été en partie conservé. La rue est effectivement plus plaisante avec l’apaisement de la circulation et les traverses en milieu d’ilot. J’aime bien. Mais je crois que le problème est ailleurs. Après des années difficiles pour cette rue ou on a vue des loyers drastiquement en hausse suivi par des travaux qui ont fait mal, est ensuite arrivée la piste cyclable dans un contexte ou la réputation de la rue était à son plus bas. C’est comme le clou qui a enfoncé le reste.

Ce n’est pas la piste cyclable qui pose problème mais c’est elle qui est arrivée à un mauvais moment et au mauvais endroit. La rue avait besoin de quelque chose d’autre à ce moment là et elle ne l’a pas eu. Ce qui veut dire que ‘‘la vieille’’ clientèle a changé ses habitudes et que ‘‘la nouvelle’’ clientèle vélo n’a as encore pris et j’ai bien peur que cela ne prenne pas. Et plusieurs commerces servant cette clientèle ont fermés.

Mais je suis peut-être dans le champs et un brin trop pessimiste. Les choses vont rentrer dans l’ordre éventuellement et c’est bien possible. J’essaie d’être constructif et d’analyser ce qui se passe en ce moment.

1 Like

“JE ne fais pas de vélo l’hiver, et en marchant hors des h de pointe (dont une journée où le mercure oscillait entre -15/-9¤C), je n’ai pas vu un.e seul.e cycliste pédalant dans la piste que j’occupais illégalement en tant que piéton. Alors la Ville devrait interdire ça à partir de décembre, pour m’accommoder. :crown:

Je caricature à peine la mauvaise foi ici…

Je serais intrigué de lire les observations quotidiennes de @jacouzi, cycliste 4 saisons opérant un sympathique café sur StD face au REV direction S. :eyes:

2 Likes

Il y avait pourtant beaucoup de voitures et de piétons sur la rue. Beaucoup plus que des cyclistes.

Mais moi je ne mesure pas le succès d’une piste cyclable par le nombre d’usager. Je la mesure en fonction de ce qu’elle apporte de bien ou de moins bien à la rue Saint-Denis, pour prendre cette piste en exemple. Si on me dit qu’il y a des milliers de cyclistes par jour mais que les commerces n’arrivent pas à survivre alors ce sera un échec. Pour moi la priorité de cette rue est la vitalité et la santé des commerçants indépendants ainsi que le cachet patrimonial qui lui est propre et qui lui donne une partie de son âme.

Les pistes cyclables, bien que pratiques, utiles et nécessaires, sont secondaires à cet endroit précis, toujours pour moi. C’est peut-être là le conflit que je perçois et dont je n’arrive pas à concilier. Et cela me semble encore plus évident dans les périodes creuses de l’hiver ou le choix de donner cet espace aux cyclistes au lieu des piétons est encore plus dommageable.

Car ce qui me fait de plus en plus peur avec ces pistes cyclables c’est que cela devienne comme les voitures qui demandent de plus en plus de routes et d’autoroutes partout en ville et en banlieue. Les cyclistes commencent maintenant à demander la même chose et cela au détriment des piétons et de la vitalité commerciale de nos rues. Et le REV Saint-Denis est ce parfait exemple.

1 Like

Donc on fait des pistes cyclables que pour accommoder les heures de pointes ? Et que pour les températures au dessus de zéro ?

Et si certains piétons empruntent la piste cyclable qui est agréablement déneigé afin de marcher plus librement, alors il faut se poser la question du pourquoi !

1 Like

Je ne comprends pas l’origine de ce sentiment. Tu es pourtant bien actif sur le fil de la rue Saint-Denis et tu commentes toutes les ouvertures qu’on y rapporte.

En rappel:

Quel a été l’impact de l’implantation du REV?
Je vous présente donc tous les commerces:

  • nouvellement ouverts 26
  • en cours d’ouverture 10
  • agrandis 4

En pleine pandémie d’ailleurs. Le tweet date d’octobre et d’autres ouvertures ont été annoncés (et discutées) depuis.

5 Likes

On pourrait en dire autant de rues résidentielles et de secteurs industriels: quasi-désertes à diverses heures de la journée, durant le temps des fêtes et parfois durant les vacances estivales…

Ouf! que ce serait démagogue, et j’entends déjà les hauts cris des conducteur.trice.s, qui disposent pourtant de plus de 73% des m2 routiers à Mtl, Vs 1% pour les cyclistes…

Devinez qui occupe la majorité de l’espace restant! :wink:

FB_IMG_1632618051255

6 Likes

Comment ça au détriment des piétons? Je vais au moins 1-2 fois par semaine sur saint-denis.(j’habites a deux rues) Depuis la transformation, c’est beaucoup plus plaisant qu’avant. Plus spécifiquement, la réduction du bruit des automobiles rend la rue plus plaisante.

Je ne vois pas pourquoi enlever des voies de circulation, qui sont principalement du monde qui transitent à travers le quartier empirerait l’expérience piétonne ou commerciale. Surtout que jusqu’à présent le contraire est vrai. Il a visiblement plus de piétons et plus de commerces qu’avant, malgré la pandémie.

Tant qu’à ta comparaison entre les vélos et la voiture, je trouve ça poussé. Les voies automobiles sont bruillantes et dangereuses , tuant des milliers de personnes chaque année. L’expansion du réseau routier a littéralement démolie des quartiers, alors que les voies cyclables font juste reprendre ce que les automobiles occupent déja. La plupart des voies automobiles sont sous utilisés et personne se plaint. Quand une piste cyclable est sous utilisé la c’est un drame. Une voiture cause entre 15 000 et 100 000 fois plus de domage à la rue par passage selon son poids. Bref, c’est une peur irrationnelle.

Finalement je viens de démontrer qu’il a pareil beaucoup de cyclistes quand il fait sous 0C. Et pourquoi on aurait pas une piste cyclable juste pour l’heure de pointe? (même sil a des cycliste à tous les heures). Le reste du temps il n’a pas de traffic automobile de toute façon alors pourquoi se plaindre?

6 Likes

Hormis la démagogie par rapport à la vitalité commerciale renaissante de StD, la différence est fondamentale: les cyclistes disposent d’environ ~1% de l’espace de voirie à Mtl, Vs ~73% pour les conducteur.trice.s. Dans le PMR c’est environ 2,5% voué au vélo Vs 63% (~29% pour les piéton.ne.s, meilleur score à Mtl), malgré que la part modale des déplacements cyclistes y soit de plus de 15%. L’iniquité n’est pas du tout où vous l’imaginez. :confused:

3 Likes

Il y a quelque chose qui ne marche pas.

Il y a une source, à vrai dire la source, beaucoup plus simple et ergonomique pour visualiser les données:
https://data.eco-counter.com/ParcPublic/?id=630#

Les données que tu as compilées via csv proviennent d’ici:

Et dans info additionnelle il est clairement mentionne que les datas viennent du premier lien que j’ai poste.

Entre les csv et la carte interactive on retrouve bien les memes 54 compteurs. Par contre, sur la carte, en filtrant pour le 6 janvier 2021, on a pas du tout les 37000 du csv, on est plutôt à 6297; bien plus proche de la moyenne évaluée par l’outil de 4932 par jour pour les 59 jours de Janvier et Février 2021.

Ce qui m’a mis la puce à l’oreille que quelque chose n’allait pas c’est pourquoi 37000 passages, un chiffre énorme en soi, pour un mercredi 6 janvier quelconque par rapport a une moyenne de 10000 pour les jours de l’hiver avec les memes données. Y a une borne avec plusieurs centaines de passages par quart d’heure, dans la nuit du 5 au 6 janvier 2021. Ils ont certainement pris les données journalières et se sont trompés lors de l’agregat.

Bref, les données csv sont vraisemblablement mal compilées et il ne faut pas s’en servir.

Je suis d’accord aussi que les compteurs ne comptent pas tous les cyclistes et que certains sont comptés plusieurs fois car les compteurs sont le long des axes fréquentés. On peut quand meme légitiment penser qu’il faut diviser le nombre de passages par un peu moins que 2 pour modéliser la réalité que la majorité des trajets, surtout en hiver (sans Bixi), sont pendulaires. Faire attention aux bornes unidirectionnelles aussi. Il n’y aurait pas donc 5000 cyclistes comptabilisés en moyenne quotidiennement pour janvier-fevrier 2021 mais plutot 3000; et surement moins en écartant les doublons.

Disons que je ne crois pas qu’au coeur de l’hiver on soit rendu a avoir une dizaine de milliers de cyclistes dans nos rues. Pas encore.

2 Likes

@SteveQ est très pro rue Saint-Denis, il a la rue à coeur, qu’on soit en désaccord ou non :slight_smile: .

Je peux comprendre un argument, qui mérite quand même un beau débat: Est-ce que la rue, d’un point de vue strictement commercial et en écartant le reste, aurait été mieux servit par une augmentation des trottoirs plutôt que cette piste? C’est possible. Peut-être que non aussi, mais je crois que l’argument se tient quand même pour débattre.

Pour ma part, je crois vraiment que la rue s’est amélioré pour les piétons depuis le REV. Je fréquente maintenant la rue, surtout comme piéton, et c’était ma principale critique de la rue, avec ma faible affinité avec l’offre commerciale, ce qui change aussi beaucoup en ce moment. Cependant je crois que la rue manque encore de mobilier urbain, particulièrement de bancs et tables devant les cafés et restos, ou les crémeries, etc. Je trouve que les mini-places du genre sont un succès fantastique sur Fairmount et Saint-Viateur dans le Mile-End, et Saint-Denis pourrait en bénéficier (l’arrondissement a fait une mini-place du genre sur Saint-Denis, mais la rue est trop longue pour celle-ci fasse une différence…). On pourrait arranger cela en utilisant les coins des rues perpendiculaires à Saint-Denis pour faire des saillies aménagés, mais ces rues sont assez espacées. On pourrait faire des placotoirs sur les terrains des commerces? Plusieurs commerces n’utilisent pas l’espace devant le magasin.

C’est vrai qu’une bonne part du trafic de vélo est de transit. Mais ce trafic est immensément plus agréable que le trafic de transit automobile. Alors ça améliore l’ambiance.

Mais bon le REV Saint-Denis n’existe pas que pour les commerçants d’une SDC. C’est une infrastructure qui traverse toute l’île. Pour installer le REV, il fallait un endroit assez large pour accommoder des pistes unidirectionnelles larges, un tracé assez rectiligne, et une certaine visibilité pour le projet, un objectif de transition écologique. Saint-Denis partage cette vocation de transit qui dépasse le commerce, pour le meilleur comme pour le pire. Personnellement je suis content que la rue soit une vitrine pour cette transition écologique, et qu’elle mette en vitrine le transport actif, qui est une nécessité à développer partout à travers le monde pour survive une crise écologique majeure. Plutôt que d’être une vitrine pour le trafic automobile.

Je rajouterais un facteur à la liste de facteur de problème de SteveQ pour la rue, ce n’est pas juste que la vieille clientèle à d’autres habitudes. C’est aussi l’âge. C’est un cycle inéluctable. Plusieurs vieux commerçants vont à la retraite (j’en connais quelques uns ces dernières années), et passer son commerce à un successeur comme tel est aussi difficile. Souvent les jeunes veulent leur propre projet, leur propre signature, ou offrir un produit pour leur génération. On voit ces cycles partout dans les zones commerciales. Je soulignerais cependant qu’une clientèle plus jeune pour Saint-Denis, ce n’est pas que les cyclistes qui vont y venir ou non, c’est aussi la démographie du quartier tout autour. On aurait vu un déclin/regain de toute manière, sans la construction du REV. C’était bien amorcé avant, et une nécessité pour le marché.

Au sujet de marcher dans la piste aussi en hiver… Franchement je suis très à l’aise de voir un partage de cet espace pendant la saison froide, cyclistes et piétons. C’est vrai que les trottoirs sont parfois encombrés, et si la piste est assez large à côté pour tous les usagers, pourquoi pas. Tant que ça ne devienne pas un enjeu de sécurité avec cette cohabitation.

4 Likes

Car c’est ma rue préférée. C’est là ou je passe la plupart de mon temps de plaisance. Et je vais continuer à commenter toutes les ouvertures de la rue Saint-Denis comme je le fais depuis les années 90 !!! À l’époque on appelait un ami pour lui faire savoir qu’un nouveau café ou resto venait d’ouvrir.

Mais je ne veux pas trop m’attarder sur le cas de Saint-Denis car il y a un fil pour ce sujet alors qu’ici c’est le réseau cyclable, sauf que dans le cas de Saint-Denis les deux sujets se rejoignent. Je suis quand même ravi de voir que cela suscite un bon débat afin de trouver le meilleur équilibre entre cyclistes et piétons sur cette rue. Et je vais inviter les gens intéressé au fil de Saint-Denis pour continuer la discussion.

Actualités commerciales - Rue Saint-Denis - Discussions générales / Actualité - Agora Montréal (agoramtl.com)

Je te remercie de nous rappeler le post de Jacques Nacouzi qui est très positif quant à la situation de l’impact du REV. Je souhaite qu’il ait raison et qu’il continue de nous abreuver d’infos de ce genre. Il fait d’ailleurs un lien entre le commercial et le cyclable, et je trouve cela intéressant.

Encore une fois, mon problème n’est pas l’espace réservé aux voitures. Je sais bien que la voiture est omni présente en ville et je suis le premier à vouloir lui retirer de l’espace mais je veux que ce soit aussi pour le bénéfice des piétons. Donc c’est plus une configuration idéal piétons-cyclistes que j’essaie de trouver. Moins de voiture dans les quartiers centraux est nécessaire et bienvenue selon moi.

3 Likes

En regardant la carte de la position des compteurs, on s’aperçoit que c’est pas mal concentré à l’Est du Mont-Royal dans un rayon de ~6kms environ. Ça démontre que les pistes sont utilisées là ou la concentration de gens est la plus forte. Au-delà, les compteurs diminuent fortement et ça reflète probablement le taux de fréquentation en périphérie de VM/PM et donc, on peut pas généraliser à l’ensemble de l’ile. Par exemple la piste cyclable de St-Jacques ou St-Antoine, c’est plutôt tranquille alors que l’axe Nord-Sud sur Berri/St-Denis peut être considéré comme un succès.

Dans les données, je suis tout de même surpris que la piste sur De Maisonneuve ne soit pas plus fréquentée que cela et meme la part des piétons est moindre que sur le PM. J’ai regardé les données pour la période du 1/12/2019 au 1/03/2020 donc juste avant la pandémie. Ça indique 477/jr sur De Maisonneuve/Peel et 881/jr au métro Laurier ou une moyenne de 39usagers/hr pour une période de 12hrs et 73usagers/hr. Dans ces conditions, on peut certainement partager les pistes cyclables avec les piétons au besoin durant la période hivernale, surtout sur St-Denis ou les trottoirs sont beaucoup trop étroits pour la quantité de piétons.

Pour la période estivale 1mai-1octobre, les chiffres sont beaucoup plus éloquents :smiley: et ça monte autour de 400usagers/hr pour ces 2 endroits donc avec un flux de cycliste plus constant qui rend le partage un peu plus hasardeux surtout si on est un cycliste de transit un peu pressé!

1 Like

Déniché sur YT

How to build a bike friendly city in Canada

TTC – The Transportation Channel

Montreal’s cycling network is an anomaly among North American cities. How did Montreal manage to build a successful cycling network, while other cities failed miserably?

3 Likes

Premiers balbutiements d’un projet de pistes cyclables unidirectionnelles sur Christophe-Colomb

Publié le 14 janvier 2022
François Robert-Durand


La piste cyclable bidirectionnelle actuelle sur l’avenue Christophe-Colomb. (Photo: François Robert-Durand)

Un projet de pistes cyclables unidirectionnelles sur l’avenue Christophe-Colomb est en gestation. Julie Roy, la nouvelle conseillère du district de Saint-Sulpice, en a fait l’annonce lors du conseil d’arrondissement qui s’est tenu le 26 novembre dernier.

Un scénario visant à remplacer l’actuelle piste cyclable bidirectionnelle que l’on voit actuellement sur l’avenue Christophe-Colomb est en préparation, mais en est à ses premiers balbutiements.

C’est Julie Roy, la conseillère du district de Saint-Sulpice qui l’a mentionné à la réunion du premier conseil d’arrondissement suivant la dernière élection municipale.

La différence

Quelle est la différence entre l’aménagement actuel et le scénario visant à créer deux pistes cyclables unidirectionnelles? Dans le cas de pistes cyclables unidirectionnelles, tel qu’envisagé, une voie cyclable est placée sur le côté Est et une autre voie cyclable sur le côté Ouest de l’avenue Christophe-Colomb. Les vélos circulent donc dans le même sens que les voitures.

«Dans sa configuration actuelle, c’est reconnu qu’elle est dangereuse. C’est une piste d’une autre époque», affirme Julie Roy.

Un projet attendu depuis longtemps

«Cela fait plus de 5 ans que nous talonnons l’arrondissement à ce sujet. C’est un sujet qui sort couramment», affirme Frédéric Bataille, de l’organisme Ahuncycle qui milite pour une plus grande place du vélo dans Ahuntsic-Cartierville. Une manifestation en vélo a également eu lieu en septembre 2020 à cette fin sur la piste cyclable de Christophe-Colomb

Frédéric Bataille, porte-parole de l’organisme Ahuncycle, accompagné de son fils, Rémi sur la piste cycle de l’avenue Christophe-Colomb. (Photo: François Robert-Durand)

Bien qu’une bonne partie de la piste cyclable actuelle donne sur la rue, Frédéric Bataille pointe du doigt particulièrement les sections de la piste cyclable situées sur le gazon, séparées de la rue. Il est d’avis que cette partie est d’autant plus dangereuse, car le boisé réduit encore plus la visibilité des cyclistes aux intersections.

Certaines zones sont complètement isolées de la rue. Ce qui pose un risque accru aux cyclistes, car ils sont vus à la dernière minute par les automobilistes qui entament un virage. (Photo: François Robert-Durand)

Une avenue mal adaptée

Bon an mal an, l’avenue Christophe-Colomb est l’une des tristes championnes montréalaises en terme d’accidents qui impliquent des cyclistes. Sa partie ahuntsicoise ne fait pas exception. Entre 2006 et 2010, l’intersection des rues Crémazie et Christophe-Colomb a connu 22 accident, ce qui qui en fait la deuxième intersection où il y a eu le plus d’accidents sur l’île de Montréal à pareille période.

Pour Jean-François Rheault, président de Vélo-Québec, l’implantation de deux pistes unidirectionnelles permet d’améliorer la sécurité des vélos, certes, mais aussi des usagers des autres moyens de transports.

«Dans le contexte de la rue Christophe-Colomb, (l’implantation de deux pistes cyclables unidirectionnelles) crée une situation gagnant-gagnant-gagnant, parce qu’il y a trop d’espace sur la rue. On enlève rien à personne, on ne fait que réaménager»

Que permettront ces réaménagements? M. Rheault mentionne, notamment, une plus grande facilité à gérer les intersections.

«Par exemple, si on roule en voiture sur Christophe-Colomb vers le nord et qu’on tourne à gauche sur la rue Louvain, la visibilité est beaucoup plus complexe lorsqu’on a une piste bi-directionnelle, car après avoir traversé la voie opposée, l’automobiliste doit par la suite regarder des deux côtés pour voir si un vélo arrive.»


Les automobilistes doivent regarder partout autour d’eux avant d’effectuer un virage ou pour sortir de leur résidence. (Photo: François Robert-Durand)

Le vélo: d’un outil de plaisance à un outil pratique

La piste cyclable telle que nous la connaissons aujourd’hui a été érigée durant les années 80. Elle fait partie de la Route Verte 1, un réseau de piste cyclable qui traverse le Québec.

À la lumière des témoignages recueillis, il semble y avoir un consensus comme quoi cette piste cyclable a fait son temps. Est-ce à dire que les mentalités qui ont motivé sa construction ont fait leur temps aussi?

Jean-François Rheault croit que oui.

«Il faut se remettre dans le contexte, dans les années 80-90, le vélo était perçu comme un jouet. C’était géré par les parcs et les loisirs. C’est depuis les années 2000 où, à l’échelle planétaire, les gens ont pris conscience de ce que le vélo pouvait apporter comme moyen de transport facile, efficace, sécuritaire (…) c’est pour ça que le projet sur Christophe-Colomb a tout son sens.»

Première rencontre, 14 janvier

Et à quand l’avènement de cette piste? Est-ce que ce sera deux pistes unidirectionnelles tout au long de l’avenue Christophe-Colomb? La conseillère du district de Saint-Sulpice, Julie Roy, n’a pas pu se prononcer en raison d’une rencontre avec la Ville-centre, rencontre qui doit avoir lieu aujourd’hui même, 14 janvier.

«La rue Christophe-Colomb concerne quatre arrondissements. Comme tout projet de piste cyclable, ce n’est pas un projet approuvé par les arrondissements, mais c’est conçu par l’agglomération.(…) Ça fait beaucoup de monde autour de la table», précise la conseillère.

Mme Roy affirme toutefois sans ambage :

«Ce ne sera pas avant l’automne 2022».

C’est un dossier à suivre!

12 Likes

Pas étonnant que Christophe-Colomb/Crémazie soit dans le top des intersections avec le plus d’accidents, elle est vraiment terrifiante! À vrai dire, toutes les intersections le long de la Métropolitaine dans Villeray/Ahunstic sont horribles.

2 Likes

Avant le REV Saint-Denis, j’utilisais Henri-Julien pour traverser la Métropolitaine. Une lumière et pas un gros volume de véhicules. J’ai toujours trouvé que c’était l’endroit le plus agréable. Bien plus que Christophe-Colomb!

Maintenant, le REV est assez sécuritaire avec les cycles séparés pour les vélos et les virages, mais pour aller en direction sud, il y a un détecteur de vélo… Qui semble fonctionner très mal si on n’est pas directement au milieu de la piste cyclable. Facile de manquer un cycle si on est simplement sur le bord de la rue, le pied sur le trottoir.

5 Likes

Salut Steve,
j’avais pas mes alertes de notifications, donc je réponds 14 jours en retard :slight_smile: Désolé.

comme le dit @FrancSoisD, je suis commerçant sur la rue Saint-Denis (je connais le coin depuis 2004 depuis que j’habite juste à côté). J’ai été également sur le CA de la SDC de la rue Saint-Denis.

Alors il y a plusieurs causes pour la baisse de l’achalandage sur la rue depuis 2012 approximativement. Il ya le commerce en ligne, mais il y a aussi les offres compétitives qui ont apparu depuis (reprise vigueur du vieux-montréal, Griffintown, mais également en banleiu Dix-30).

LEs commerçant n’ont pas du tout su se transformer. En fait, ils ont tout fait pour se faire mauvaise publicité. Imagine dire sur toutes les tribunes que la rue n’est pas accessible (car Laurier avait changé de direction!) ou que le stationnement était cher: ils ont carrément fait fuire leurs clients et c’est devenu un cirque médiatique. Mais bien sûr, leur bouc émissaire c’était Luc Ferrandez et non pas Jeff Bezos.

Maintenant revenons à la piste cyclable. Elle a plusieurs avantages: apaiser la rue (mes clients me disent qu’ils peuvent s’entendre parler!), elle apporte une nouvelle clientèle (1.1 millions de passages par année, ce n’est pas rien, même si c’est du transit en majorité, il y a toujours un pourcentage qui arrête. Voire même le fait que tu roules à vélo, tu découvres les magasins autour de toi, (des clients m’ont dit qu’ils m’ont découvert en allant au vélo pendant la semaine au travail!)). Il est en plus connu selon plusieurs études que les clients à vélo sont plus fidèles. Ils dépensent moins à chaque visite, mais viennent par contre bcp plus souvent. Bref, en 1 an, 30 locaux ont trouvé preneurs, (des locaux vides depuis 5-6 ans). Mais pour rendre cette relance durable, il faut y créer de l’événementiel. J’avais proposé fermer le rue les dimanche de juillet et aout (Les balades Saint-Denis) pour redonner le gout aux gens d’y revenir, comme à NY et y mettre un marché de l’artisanat du Québec à ciel ouvert, ce qui historiquement correspond bien à l’esprit de cette rue de l’aristocratie francophone. Finalement, ma proposition a été rejetée. Il y aura finalement le festival BD à chaque année dès ce printemps pendant 3 jours (un peu comme St-laurent a son festival des murales). Donc la rue et sa tansformation est sur la bonne voie. Le REV crée les conditions gagnantes (comme une étincelle).

16 Likes

Je me demande si d’avoir justement réduit la fonction de transit de la rue (ou du moins sa capacité) ne rend pas la chose plus possible maintenant.

C’est un outil qu’utilise Saint-Laurent ou Mont-Royal (et d’autres) avec succès.

La réponse est oui. Bientôt une annonce en ce sens.

5 Likes