50-150 Louvain Ouest - XX étages

Projet de développement du site de la Montreal Works, une usine d’armement de la Seconde guerre mondiale achetée en 2013 par la Ville de Montréal et démolie en vue de la construction d’une nouvelle cour de voirie.

La cour occupera la moitié du site seulement et ses activités seront concentrées à l’intérieur d’un bâtiment. L’autre partie fera l’objet d’une autre forme de développement.

Informations

Nom:
Emplacement: 50-150 Louvain Ouest - lots 1 487 577 et 1 999 283
Hauteur:
Architecte:
Promoteur: Ville de Montréal
Début et fin de la construction:
Dates importantes:

  • 2022-11-03 : Recommandation favorable du CCU (modification au plan d’urbanisme)
  • 2022-11-04 : Recommandation favorable du comité Jacques-Viger
  • 2022-12-05 : Adoption du règlement modifiant le plan d’urbanisme

Autres informations:

  • La programmation des usages et la forme précise que prendront les usages sur le site restent à être déterminées. La cour de services demeure partie intégrante du projet, mais ne devrait toutefois occuper qu’une partie représentant environ la moitié du site. Il est souhaité que la cour de service soit conçue afin d’optimiser l’utilisation du site, en intériorisant la plupart des activités, et en permettant une cohabitation avec d’autres usages divers.

Sources des informations:

1 Like

C’est dommage qu’on y installe une cour de voirie sur ce terrain. J’y voyais un grand potentiel de densification avec des bâtiments résidentiels de 10 étages afin d’avoir une continuité avec ce que l’on trouve déjà sur Chabanel et qui est fort original et surtout différent. D’ailleurs, le potentiel de ce quartier est énorme et j’aimerais bien qu’on y mette davantage d’énergie qu’on le fait en ce moment même si c’est mieux qu’il y a 5 ans par exemple.

6 Likes

Sauf que les municipalités ne construisent pas des cours de voirie pour le plaisir! C’est une nécessité. Et leur localisation doit être assez centrale pour permettre un déploiement rapide, économique et efficace lors d’opérations de déneigement, par exemple, et pour minimiser le temps de déplacement des camions et autres équipements.

On est ici dans un secteur industriel, reconnu au plan d’urbanisme, en raison de la faible compatibilité de ce type d’usage avec des résidences. Une cour de voirie entraîne inévitablement des nuisances.On ne peut pas transformer tous nos secteurs industriels centraux et les envoyer ces activités en périphérie.

Ici, il est mentionné que la cour prendra la moitié du site et sera intérieure. L’ancienne cour fera d’ailleurs l’objet d’un vaste redéveloppement (Louvain Est).

3 Likes

C’est un peu la fin de la vision “District Central” et une annulation des décennies d’efforts de revitalisation du quartier Chabanel. Il reste le secteur ouest au moins.

Oui mais il y avait vraiment une diminution significative des activités lourdes depuis des années. C’était un secteur transitionnel, avec du résidentiel (lofts, plex) et beaucoup de commercial, de bureaux. La cour de voirie renverse drastiquement cette tendance.

2 Likes

On ne parle pas d’un trafic constant de 18 roues non plus!

Honnêtement, si la Ville ne peut plus implanter une cour de voirie (même intérieure) dans un secteur comme celui-ci, à proximité de grands axes et sans résidence adjacente (à l’inverse de l’ancienne cour), je ne sais pas où elle pourrait le faire tout en assurant les services auxquelles on s’attend d’elle. :confused:

De toute façon, la cour occupera la moitié du terrain et c’est pour permettre d’autre usage que l’arrondissement demande un changement au plan d’urbanisme.

3 Likes

Je comprends que personne n’aime les cours de voirie. C’est un usage vraiment pas sexy, et un mauvais voisin.

Cependant tous les arrondissements doivent en avoir. Et plusieurs ont besoin d’encore plus, sans espace pour les mettre. Dans le Plateau, il manque une cour de voirie. Il y a plusieurs années, l’arrondissement voulait en faire une dans le secteur Saint-Viateur Est, ce qui est un contexte qui ressemble un peu au secteur Chabanel. Finalement le projet ne s’est jamais concrétisé avec l’opposition, mais la pression pour ces espaces utilitaires est toujours là. Et on voit des véhicules de la ville enlignées sur des rues résidentielles plutôt que dans un de ses espaces.

Les autres cours de voirie du quartier:


C’est directement dans des quartiers résidentiels. En construisant à neuf, on peut mitiger les impacts, si par exemple c’est complètement en intérieur. Et bien entourer le tout d’arbres. J’espère qu’ici l’effort sera suffisant, ça semble être une grosse cour d’ailleurs.

4 Likes

Fair enough. You’re right, the borough doesn’t have a lot of options. Just pointing out that it’s a major departure from what was envisioned for the neighborhood in the past years.

2 Likes

Tu as probablement raison. Peut-être que ca ne sera pas trop encombrant. Mais j’aurais préféré de loin que la ville puisse s’installer nord du chemin de fer, là ou il y a un secteur complètement industriel et qui serait tout à fait approprié pour ce genre d’utilité. Mais bon, peut-être la ville ne possède pas de terrain et ne peut pas en acquérir.

Je ne serais pas surpris que ce secteur se développe tranquillement en résidentiel dans les prochaines années, à la limite de celui-ci il y a ce projet en planification:

Ça pourrait donner le ton pour le secteur.

Bien si c’est le cas alors tant mieux car il est bien situé, pas loin d’une station de métro, sur la ligne de bus 55 et ce quartier, des deux cotés du chemin de fer, nous offre une possibilité de densification énorme surtout à l’heure ou on commence sérieusement à avoir besoin d’espace pour construire du logement.

1 Like

Il poussera des projets dans Chabanel

journaldesvoisins.com | Publié le 21 décembre 2022 | Urbanisme et aménagement | Amine Esseghir, journaliste de l’Initiative de journalisme local (IJL)


Le 50-150, rue de Louvain Ouest dans le secteur Chabanel. (Photo : François Robert-Durand, JDV)

Le terrain du 50-150, rue de Louvain Ouest dans le secteur Chabanel pourrait accueillir des projets diversifiés. L’arrondissement déposera bientôt une demande de changement de plan d’urbanisme pour permettre aux promoteurs de présenter des idées de développement.

Couvrant près de 59 000 m² – l’équivalent de la surface du Stade olympique de Montréal –, ce terrain sera désigné « Secteur d’activités diversifiées ». L’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville permettra la construction d’immeubles de deux à huit étages hors-sol avec un taux d’implantation moyen ou élevé.

Situé dans le secteur Chabanel à l’intersection de la rue de Louvain Ouest et de l’avenue de l’Esplanade, le site a été récupéré par la Ville après la démolition d’une ancienne usine de munition datant de la Deuxième Guerre mondiale.


Le 50-150, rue de Louvain Ouest dans le secteur Chabanel. (Image : Google Earth)

Cette annonce intervient alors que les yeux sont braqués sur le terrain depuis quelques années. Il est d’abord voué à accueillir une cour de voirie municipale avec des bureaux et des services. Ce projet est caressé depuis plus de dix ans par la Ville, qui voulait fermer ses autres cours de voirie. Elle en gardera finalement deux sur trois. Donc la nouvelle, celle à venir sur ce terrain de Chabanel, devrait être moins étendue que ce qui était prévu.

Le site est toutefois assez grand pour permettre d’autres types de développement.

« Il y a beaucoup plus de place sur ce terrain-là et on souhaite recevoir des propositions pour des projets innovants avec justement plusieurs types d’usages, qui enverrons le signal que nous souhaitons changer le zonage », a confié au Journaldesvoisins.com (JDV) Emilie Thuillier, mairesse de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville.

Dynamisme

Le 50-150, rue de Louvain Ouest est situé dans le secteur Chabanel dont la revitalisation est animée par la Société de développement commercial (SDC) District Central, qui regroupe 1800 entreprises et commerces. L’organisme publiait en juillet 2022 une longue contribution au blogue immobilier de l’Institut de développement urbain du Québec (IDU). Ce texte condense les idées ressorties des nombreuses consultations auprès d’intervenants économiques et d’un peu plus d’une vingtaine d’architectes, de designers et d’urbanistes sur les possibilités qu’offre le lieu.

Intitulée « Terrain vacant Louvain Ouest : Bâtir l’avenir », la publication fait la synthèse de cinq ans de discussions et d’échanges sur le potentiel qu’un tel espace représente à Montréal. De toute évidence, l’administration municipale ne pourra pas jouer seule sur ce terrain, sans user de jeux de mots faciles.


Culture urbaine : l’un des résultats exprimés lors d’une consultation sur le terrain vacant du 50-150, rue de Louvain Ouest, réalisée par la SDC District Central à l’été 2021. L’art et les espaces verts à l’honneur. (Photo : courtoisie SDC District Central)

Il faut rappeler qu’en 2018, la SDC écrivait dans son rapport d’activités de l’année, un document public, qu’elle n’endossait pas le projet de voirie.

« Il est du devoir de la SDC de s’assurer qu’un projet structurant exemplaire soit développé sur ce site et contribue par le fait même à la revitalisation du quartier », pouvait-on lire.

Aujourd’hui, même si l’aménagement d’une cour de voirie n’est pas totalement rejeté, il est proposé aussi de favoriser une utilisation audacieuse du site à l’image de ce qui s’est fait dans de nombreuses villes aux États-Unis et au Canada quand elles ont hérité de friches industrielles.

Potentiels

Les idées ne manquent pas non plus chez ceux qui voudraient agir comme partenaires et d’autres comme développeurs.

Récemment, Ahuncycle, regroupement de militants du vélo et de la mobilité active à Ahuntsic-Cartierville, avait adressé un courrier aux élus et à la SDC District Central pour proposer un projet de Cité de la mobilité.

Son but serait de créer un miniroyaume de la bicyclette avec des offres de livraison, de vente, de réparation et de formation au cœur de Chabanel.

En 2021, les fermes Lufa – qui produisent des fruits et légumes dans des serres sur toit notamment à Ahuntsic – avaient lancé une opération de lobbying pour convaincre l’arrondissement et la Ville de leur vendre une parcelle pour un projet de centre de données « vert » et d’agriculture urbaine.

« Nous ne pouvons pas procéder par le biais de la vente de terrains à ceux qui nous le demandent. C’est pour ça qu’on veut faire un appel à projets et ainsi toutes les personnes qui sont intéressées par ce terrain-là pourront se mettre ensemble et proposer leurs idées », précise Mme Thuillier.

Avant de déposer la demande de changement de règlement d’urbanisme à la Ville-centre, l’arrondissement organisera le 12 janvier une consultation publique à ce sujet.

3 Likes