Tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine

Tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine – Réfection

Le pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine a été inauguré en 1967. Il constitue un lien routier d’importance pour la région, pour le Québec ainsi que le Canada, et ce, tant pour le transport des personnes, que des marchandises. Partie intégrante de l’autoroute 25, il relie l’est de l’île de Montréal à Longueuil, en passant par l’île Charron. Il est formé du plus grand tunnel sous-marin au Canada, d’une longueur de 1,5 km, et d’un pont de 457 m de longueur.

Le Ministère a mis en œuvre le projet de réfection majeure du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine pour assurer la pérennité de cette infrastructure et qu’elle puisse continuer de jouer son rôle clé dans la mobilité des personnes et des marchandises dans l’axe des autoroutes 20 et 25.

La réfection majeure du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine et des approches comprend les interventions suivantes :

  • la réfection de différentes composantes du tunnel, dont la chape de béton, les murs, la voûte, les joints, et le drainage;
  • la reconstruction de la chaussée de béton de l’autoroute 25 de part et d’autre du tunnel entre l’île Charron et la rue Sherbrooke à Montréal;
  • la modernisation des systèmes électriques, d’éclairage, de ventilation, de surveillance et de communication;
  • l’ajout de protection contre les incendies;
  • le réaménagement des tubes de service;
  • la mise en place de mesures d’atténuation en transport collectif.

Les travaux s’échelonneront de juillet 2020 jusqu’à la fin de 2024.

Devisubox
• Paralume Nord : Arches Lafontaine - Devisubox
• Paralume Sud : Arches Lafontaine - Devisubox

Tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine | Réduire l’usage de l’auto en solo sera « le nerf de la guerre »

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE | Le début des « entraves majeures » dans le tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine est prévu pour 2022, sur deux ans.

Le vaste chantier de réfection du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine pourrait forcer jusqu’à 30 % des automobilistes à se rabattre sur le pont Jacques-Cartier si les mesures de transport collectif et de covoiturage ne sont pas fortement utilisées pendant les travaux, a prévenu mercredi le ministère des Transports du Québec (MTQ).

Publié le 28 octobre 2020 à 13h06 | HENRI OUELLETTE-VÉZINA | LA PRESSE

« À ce moment-là, on s’attendrait à ce qu’une autre portion se détourne vers les ponts Victoria ou Champlain. Mais ce n’est pas du tout souhaitable, d’où la mise en place de mesures d’atténuation qui soient les plus performantes possible », a indiqué Stéphane Audet, responsable des travaux du tunnel La Fontaine, qui s’échelonneront jusqu’en 2024.

Diminuer le nombre de déplacements automobiles individuels pendant les travaux sera en effet « le nerf de la guerre » selon lui. « Ça aurait un impact majeur sur le déroulement du projet. […] C’est ce qui est recherché », soutient-il à ce propos.

Pour y arriver, le MTQ a déjà annoncé son intention d’implanter des voies réservées aux bus et au covoiturage sur l’autoroute 20 vers Montréal, entre l’autoroute 30 et la route 132, ainsi que dans l’échangeur Anjou. On ignore jusqu’ici le nombre minimal de personnes qui devront être dans le véhicule. Le MTQ n’exclut pas, par ailleurs, de revoir sa programmation de voies réservées si la demande évoluait.

On ne prévoit pas que les voies réservées se prolongent dans le tunnel, mais si la demande l’exige – le transport collectif étant en mouvance –, ça pourrait probablement être une option plus tard. - Stéphane Audet, responsable du projet Louis-Hippolyte-La Fontaine

Il est aussi prévu de « surveiller au quotidien » l’achalandage des lignes de bus pour réajuster le tir au besoin. « Le trafic est une chose vivante et organique », a souligné le porte-parole du ministère, Gilles Payer, en ajoutant que l’influence du Réseau express métropolitain (REM), dès la fin 2021, sera « évaluée de très près ». D’ici là, environ 850 places doivent être ajoutées dans trois stationnements incitatifs, soit De Mortagne (+350), Belœil (+150) et De Montarville (+350).

« Pas question » de repousser

Plus tôt, mercredi, Montréal a choisi de reporter à l’an prochain 20 des 64 chantiers majeurs sur lesquels elle a juridiction, afin de « donner un peu de répit » à la population. Leur suspension permettrait de réduire les entraves de 41 %, selon la Ville. « Les gens sont fatigués. Nos vies ont été chamboulées à différents niveaux, et on le comprend. Je pense que c’était nécessaire », a martelé la mairesse Valérie Plante.

Mais Québec n’entend pas imiter Montréal pour ses grands travaux, dont le tunnel La Fontaine. « Le gouvernement a pris le pari inverse, soit d’accélérer les investissements pour favoriser la reprise économique. On ne peut pas se permettre de reporter ces travaux », a rétorqué Stéphane Audet. Il affirme que le dialogue entre les intervenants est toutefois primordial. « On se parle, on se coordonne, on reporte certaines interventions, on en devance d’autres. On est tous conscients des impacts », note-t-il.

Fin juillet, Québec annonçait la signature d’un contrat avec la firme Renouveau La Fontaine pour la conception, la construction et le financement du projet de réfection du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine. Le coût du contrat est de 1,142 milliard. Le gouvernement du Canada y contribue avec 427,7 millions, alors que Montréal et Boucherville apportent une contribution respective de 3 millions et de 1,1 million.

Le début des « entraves majeures » est prévu pour 2022, sur deux ans. On procédera alors à des fermetures de longue durée d’une voie dans le tunnel ou encore à des « fermetures spéciales » d’un tube complet. Le MTQ prévoit aussi des interruptions « fréquentes » la fin de semaine et la nuit.

Début de la construction des voies réservées sur l’autoroute 20 | Chantier du pont-tunnel L.-H.-La Fontaine


PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE | Une vue de l’autoroute 20 à l’approche du pont-tunnel Louis-Hippolyte La Fontaine.

Plus les semaines passent et plus le chantier de réfection du pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine prend forme.

Publié le 14 mai 2021 à 13h56 | FRANÇOIS LARAMÉE, INITIATIVE DE JOURNALISME LOCAL | LA RELÈVE

À cet effet, les voies de circulation de l’autoroute 20 seront déviées dans le secteur de Boucherville à compter du 15 mai. Cette configuration est requise afin de construire la nouvelle voie réservée prévue le long de l’autoroute en direction ouest, entre l’autoroute 30 et la route 132. Une voie réservée temporaire a également été mise en place le long de la chaussée de l’autoroute 20 en direction est. Celle-ci sera cependant démantelée une fois la période d’entraves majeures terminée.

Les déviations suivantes des voies seront mises en place graduellement lors de fermetures partielles de nuit de l’autoroute :

Déviation des voies de l’autoroute 20 en direction ouest entre le chemin du Fer-à-Cheval à Sainte-Julie et la route 132 à partir du 15 mai jusqu’en novembre 2021

Déviation des voies de l’autoroute 20 en direction est entre la route 132 et l’autoroute 30 à partir du 21 mai. Cette configuration restera en place jusqu’à la fin de la période d’entraves majeures, qui débutera en 2022 pour une durée maximum de deux ans.

Les voies déviées seront de largeur réduite. Pour des raisons de sécurité, la vitesse maximale permise sera réduite dans cette zone des travaux, les usagers de la route devront adapter leur conduite.

Des mesures d’atténuation en transport collectif font partie intégrante du projet pour favoriser la mobilité durant les travaux, qui auront des répercussions importantes. Au total, il s’agira d’un ajout d’environ 25 km de mesures préférentielles.

Les principales interventions prévues cette année consistent à mettre en place les mesures d’atténuation en transport collectif dans l’axe des autoroutes 20 et 25 en vue d’une mise en service à l’automne 2021.

Réfection majeure du pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine

Portail Constructo | Mise à jour le 4 août 2021

Vue aérienne de l'entrée du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine, à Montréal - Image fournie par le ministère des Transports

À l’instar des autres grands ouvrages d’art construits dans les années 60, le pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine gagne en âge, de même que ses approches. Bien qu’il soit loin d’avoir atteint sa fin de vie utile, un petit lifting s’avère de mise afin d’en assurer la pérennité.

Transports Québec a entrepris une réfection majeure de cette infrastructure inaugurée en 1967 et qui relie les autoroutes 20 et 25, soit d’une rive à l’autre du fleuve Saint-Laurent, entre l’est de l’ile de Montréal et Longueuil, via l’ile Charron. Quelque 120 000 véhicules, dont 15 600 camions, l’empruntent quotidiennement.

Ce lien névralgique, d’une longueur de 1,5 kilomètre (2 kilomètres en incluant les deux approches) et muni d’un pont de 457 mètres de longueur et de 35,6 mètres de largeur, constitue le plus grand tunnel sous-marin au Canada. Amarrés aux deux caissons d’approches, ses sept segments en béton précontraint reposent dans une tranchée à 24 mètres de profondeur.

Lors de sa construction, le tunnel était considéré comme la plus importante structure en béton précontraint au monde. Sa réalisation avait alors requis 75 millions de dollars et plus de trois ans de travaux. Le cout de sa réfection s’élève à 1,142 milliard de dollars.

Plusieurs chantiers

Sa mise à niveau, qui doit accroitre l’intégrité de l’ouvrage pour une période de plus de 40 ans, pour porter sa durée de vie à 100 ans, doit comporter les interventions suivantes :

  • la reconstruction de la chaussée de béton de l’autoroute 25 de part et d’autre du tunnel entre l’ile Charron et la rue Sherbrooke, à Montréal;
  • la reconstruction de la chaussée de béton des bretelles de l’échangeur Souligny;
  • l’ajout d’une piste multifonctionnelle à l’est de l’autoroute 25;
  • l’addition d’une troisième voie de circulation sur l’autoroute 25, direction nord (à la hauteur de l’avenue Souligny);
  • la reconstruction d’un mur antibruit (des rues Lecourt à Lavaltrie) et la construction de deux nouveaux murs antibruit (des rues Notre-Dame à Lecourt et des rues Lavaltrie à Ontario Est) longeant l’autoroute 25;
  • la réfection de différentes composantes du tunnel, dont la chape de béton, le radier, les murs, la voute, les joints et le drainage;
  • la modernisation des systèmes électriques, d’éclairage, de ventilation, de surveillance et de communication;
  • l’ajout de protection contre les incendies;
  • le réaménagement des tubes centraux de service et d’évacuation;
  • des travaux d’enrochement visant à stabiliser le pont-tunnel dans son lit fluvial;
  • des travaux d’aménagement paysager (échangeurs de l’A-25 avec la rue Sherbrooke et l’avenue Souligny, de même qu’à l’entrée du pont-tunnel sur chaque rive);
  • et la mise en place de nouvelles infrastructures destinées au transport collectif.

C’est ainsi que sont également sur les tables à dessin divers autres éléments liés à des mesures d’atténuation :

  • la construction d’un nouveau stationnement incitatif de 350 cases, à l’angle du boulevard De Montarville et de l’A-20 à Boucherville;
  • l’agrandissement des stationnements incitatifs Beloeil (ajout de 150 places) et De Mortagne à Boucherville (ajout de 350 places);
  • la construction de cinq quais d’autobus supplémentaires à la station de métro Radisson, à Montréal;
  • et l’aménagement de tronçons de voies réservées (autobus et covoiturage) dans l’échangeur Anjou, à Montréal.

Ces mesures d’atténuation sur la rive sud de Montréal figurent d’ailleurs parmi les premiers travaux inscrits à l’échéancier.

Une réalisation en mode CCF

Québec a décidé que le projet de réfection serait réalisé en mode alternatif de type conception-construction-financement (CCF). Le Ministère entendait donc confier à un consortium d’entrepreneurs la préparation des plans et devis, la réalisation des travaux ainsi que leur surveillance.

Deux consortiums se sont qualifiés, à l’automne 2018, pour participer à l’appel de propositions. Toutefois, l’un des deux groupes s’étant désisté en mai 2020, un seul consortium est demeuré en lice :

  • Renouveau La Fontaine, composé des membres suivants :
    • Eurovia Infra
    • Pomerleau
    • Dodin Campenon Bernard S.A.S.

Le mandataire dont les services seront retenus – aucune décision n’a encore été prise à ce sujet – aura la responsabilité de se doter du financement requis pour réaliser le projet. La mise en place d’un péage pour accéder au pont-tunnel n’est toutefois pas prévue.

Rappelons que ce projet est inscrit au Plan québécois des infrastructures 2019-2029 dans la catégorie des projets routiers en planification. Il est assujetti à la Directive sur la gestion des projets majeurs d’infrastructure publique.

Planification et progression du chantier

2020

  • Finalisation du plan d’affaires et estimation des couts du projet – juillet 2020
  • Annonce du consortium qui sera retenu – juillet 2020
  • Mise en place du chantier – été 2020 / printemps 2021
  • Interventions préliminaires – automne 2020
  • Début des interventions dans le pont-tunnel (ventilation et corridors de service) – automne 2020

2021

  • Construction des murs antibruit – mars / automne 2021
  • Construction de la piste multifonctionnelle – mars / automne 2021
  • Construction et agrandissement des stationnements incitatifs – printemps / automne 2021
  • Aménagement de voies de déviation sur l’autoroute 20 – printemps 2021 / 2022

2022

  • Interventions relatives à la structure du tube du pont-tunnel, direction sud
  • Reconstruction de la chaussée de l’autoroute 25, direction sud

2023

  • Interventions relatives à la structure du tube du pont-tunnel, direction nord
  • Reconstruction de la chaussée de l’autoroute 25, direction nord

2024

  • Travaux d’aménagement paysager
  • Fin anticipée des travaux

••••••••••
Réfection majeure du pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine. Crédit : ministère des Transports du Québec:

1 Like

Nul part on parle des deux tours de ventilation patrimoniales.
J’imagine que c’est une bonne chose, vaut mieux qu’on n’y touche pas.

4 Likes

Des chantiers majeurs à prévoir cet automne à Montréal


PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE
Les travaux préparatoires du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine auront un impact important sur la circulation, prévient Mobilité Montréal.

Les cônes orange demeureront dans le paysage montréalais cet automne. Plusieurs chantiers routiers majeurs compliqueront les trajets des automobilistes, particulièrement dans le secteur du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine, a annoncé mercredi le ministère des Transports.

Publié le 25 août 2021 à 11h15
CORALIE LAPLANTE
LA PRESSE

Au total, 17 chantiers majeurs se dérouleront à Montréal cet automne. De ce nombre, 10 seront terminés d’ici la fin de l’année, assure le porte-parole administratif de la Ville de Montréal, Philippe Sabourin. Il souligne que 50 axes de mobilité ont été créés par la municipalité pour permettre aux conducteurs d’éviter les chantiers.

Dans la région métropolitaine, le nombre total de chantiers passera de 49 à 44 cet automne, a affirmé Sarah Bensadoun, porte-parole du ministère des Transports. Neuf chantiers ont été reportés ou terminés cet été, et quatre nouveaux s’ajoutent.

Les travaux préparatoires du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine auront un impact important sur la circulation, prévient Mobilité Montréal. Une fermeture de longue durée d’une voie dans le tunnel est à prévoir. Ainsi, deux voies seront ouvertes par direction.


CARTE FOURNIE PAR LE MINISTÈRE DES TRANSPORTS

L’autoroute 25 sera également fréquemment fermée les nuits et les fins de semaine.

Un tube de circulation complet du tunnel pourra être fermé. Dans le deuxième tube, il y aura deux voies de circulation dans un sens, et une dans l’autre. Lors des années 2022 et 2023, la fermeture complète d’un des deux tubes surviendra lors de deux périodes de six semaines.

Des mesures d’atténuation seront toutefois mises en place afin de limiter le trafic dans le secteur du tunnel. Une voie réservée aux autobus sera instaurée sur l’autoroute 20 vers Montréal, entre la rivière Richelieu et Sainte-Julie. Une voie réservée aux autobus et aux voitures effectuant du covoiturage sera aussi instaurée entre Sainte-Julie et la route 132.

Le ministère des Transports promet que 850 places de stationnements incitatifs seront créées, et trois stationnements incitatifs serviront uniquement à amoindrir les entraves liées au tunnel. Cinq quais d’autobus supplémentaires s’ajouteront aussi à la station Radisson.

Malgré les entraves routières engendrées par les travaux dans le secteur du tunnel en 2021, c’est en 2022 qu’on peut s’attendre à une période d’entraves plus importantes en direction sud. Le même scénario se produira en 2023 en direction nord. L’année suivante, des travaux d’aménagements paysagers seront effectués pendant la finalisation du chantier.

Je viens de remarquer que le “Tunnel Louis-H.-La Fontaine” possède maintenant son compte Twitter:

https://twitter.com/Tunnel_LouisH

Rien de nouveau, on y annonce des fermetures en direction de Montréal OU de la Rive-Sud, à chaque weekend (sauf, si annulation). :man_shrugging:

https://www.devisubox.com/dv/dv.php5?pgl=Project/interface&sRef=1Y3WX3SFR

3 Likes

Les deux caméras
• Paralume Nord : https://www.devisubox.com/dv/dv.php5?pgl=Project/interface&sRef=1Y3WX3SFR&nStartingSite=PUEJVKZNU
• Paralume Sud : https://www.devisubox.com/dv/dv.php5?pgl=Project/interface&sRef=1Y3WX3SFR&nStartingSite=1409G22FLG