Tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine

Tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine – Réfection

Le pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine a été inauguré en 1967. Il constitue un lien routier d’importance pour la région, pour le Québec ainsi que le Canada, et ce, tant pour le transport des personnes, que des marchandises. Partie intégrante de l’autoroute 25, il relie l’est de l’île de Montréal à Longueuil, en passant par l’île Charron. Il est formé du plus grand tunnel sous-marin au Canada, d’une longueur de 1,5 km, et d’un pont de 457 m de longueur.

Le Ministère a mis en œuvre le projet de réfection majeure du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine pour assurer la pérennité de cette infrastructure et qu’elle puisse continuer de jouer son rôle clé dans la mobilité des personnes et des marchandises dans l’axe des autoroutes 20 et 25.

La réfection majeure du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine et des approches comprend les interventions suivantes :

  • la réfection de différentes composantes du tunnel, dont la chape de béton, les murs, la voûte, les joints, et le drainage;
  • la reconstruction de la chaussée de béton de l’autoroute 25 de part et d’autre du tunnel entre l’île Charron et la rue Sherbrooke à Montréal;
  • la modernisation des systèmes électriques, d’éclairage, de ventilation, de surveillance et de communication;
  • l’ajout de protection contre les incendies;
  • le réaménagement des tubes de service;
  • la mise en place de mesures d’atténuation en transport collectif.

Les travaux s’échelonneront de juillet 2020 jusqu’à la fin de 2024.

Devisubox
• Paralume Nord : Arches Lafontaine - Devisubox
• Paralume Sud : Arches Lafontaine - Devisubox

Site web du MTQ: Réfection du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine | Gouvernement du Québec

2 Likes

Tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine | Réduire l’usage de l’auto en solo sera « le nerf de la guerre »

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE | Le début des « entraves majeures » dans le tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine est prévu pour 2022, sur deux ans.

Le vaste chantier de réfection du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine pourrait forcer jusqu’à 30 % des automobilistes à se rabattre sur le pont Jacques-Cartier si les mesures de transport collectif et de covoiturage ne sont pas fortement utilisées pendant les travaux, a prévenu mercredi le ministère des Transports du Québec (MTQ).

Publié le 28 octobre 2020 à 13h06 | HENRI OUELLETTE-VÉZINA | LA PRESSE

« À ce moment-là, on s’attendrait à ce qu’une autre portion se détourne vers les ponts Victoria ou Champlain. Mais ce n’est pas du tout souhaitable, d’où la mise en place de mesures d’atténuation qui soient les plus performantes possible », a indiqué Stéphane Audet, responsable des travaux du tunnel La Fontaine, qui s’échelonneront jusqu’en 2024.

Diminuer le nombre de déplacements automobiles individuels pendant les travaux sera en effet « le nerf de la guerre » selon lui. « Ça aurait un impact majeur sur le déroulement du projet. […] C’est ce qui est recherché », soutient-il à ce propos.

Pour y arriver, le MTQ a déjà annoncé son intention d’implanter des voies réservées aux bus et au covoiturage sur l’autoroute 20 vers Montréal, entre l’autoroute 30 et la route 132, ainsi que dans l’échangeur Anjou. On ignore jusqu’ici le nombre minimal de personnes qui devront être dans le véhicule. Le MTQ n’exclut pas, par ailleurs, de revoir sa programmation de voies réservées si la demande évoluait.

On ne prévoit pas que les voies réservées se prolongent dans le tunnel, mais si la demande l’exige – le transport collectif étant en mouvance –, ça pourrait probablement être une option plus tard. - Stéphane Audet, responsable du projet Louis-Hippolyte-La Fontaine

Il est aussi prévu de « surveiller au quotidien » l’achalandage des lignes de bus pour réajuster le tir au besoin. « Le trafic est une chose vivante et organique », a souligné le porte-parole du ministère, Gilles Payer, en ajoutant que l’influence du Réseau express métropolitain (REM), dès la fin 2021, sera « évaluée de très près ». D’ici là, environ 850 places doivent être ajoutées dans trois stationnements incitatifs, soit De Mortagne (+350), Belœil (+150) et De Montarville (+350).

« Pas question » de repousser

Plus tôt, mercredi, Montréal a choisi de reporter à l’an prochain 20 des 64 chantiers majeurs sur lesquels elle a juridiction, afin de « donner un peu de répit » à la population. Leur suspension permettrait de réduire les entraves de 41 %, selon la Ville. « Les gens sont fatigués. Nos vies ont été chamboulées à différents niveaux, et on le comprend. Je pense que c’était nécessaire », a martelé la mairesse Valérie Plante.

Mais Québec n’entend pas imiter Montréal pour ses grands travaux, dont le tunnel La Fontaine. « Le gouvernement a pris le pari inverse, soit d’accélérer les investissements pour favoriser la reprise économique. On ne peut pas se permettre de reporter ces travaux », a rétorqué Stéphane Audet. Il affirme que le dialogue entre les intervenants est toutefois primordial. « On se parle, on se coordonne, on reporte certaines interventions, on en devance d’autres. On est tous conscients des impacts », note-t-il.

Fin juillet, Québec annonçait la signature d’un contrat avec la firme Renouveau La Fontaine pour la conception, la construction et le financement du projet de réfection du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine. Le coût du contrat est de 1,142 milliard. Le gouvernement du Canada y contribue avec 427,7 millions, alors que Montréal et Boucherville apportent une contribution respective de 3 millions et de 1,1 million.

Le début des « entraves majeures » est prévu pour 2022, sur deux ans. On procédera alors à des fermetures de longue durée d’une voie dans le tunnel ou encore à des « fermetures spéciales » d’un tube complet. Le MTQ prévoit aussi des interruptions « fréquentes » la fin de semaine et la nuit.

Début de la construction des voies réservées sur l’autoroute 20 | Chantier du pont-tunnel L.-H.-La Fontaine


PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE | Une vue de l’autoroute 20 à l’approche du pont-tunnel Louis-Hippolyte La Fontaine.

Plus les semaines passent et plus le chantier de réfection du pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine prend forme.

Publié le 14 mai 2021 à 13h56 | FRANÇOIS LARAMÉE, INITIATIVE DE JOURNALISME LOCAL | LA RELÈVE

À cet effet, les voies de circulation de l’autoroute 20 seront déviées dans le secteur de Boucherville à compter du 15 mai. Cette configuration est requise afin de construire la nouvelle voie réservée prévue le long de l’autoroute en direction ouest, entre l’autoroute 30 et la route 132. Une voie réservée temporaire a également été mise en place le long de la chaussée de l’autoroute 20 en direction est. Celle-ci sera cependant démantelée une fois la période d’entraves majeures terminée.

Les déviations suivantes des voies seront mises en place graduellement lors de fermetures partielles de nuit de l’autoroute :

Déviation des voies de l’autoroute 20 en direction ouest entre le chemin du Fer-à-Cheval à Sainte-Julie et la route 132 à partir du 15 mai jusqu’en novembre 2021

Déviation des voies de l’autoroute 20 en direction est entre la route 132 et l’autoroute 30 à partir du 21 mai. Cette configuration restera en place jusqu’à la fin de la période d’entraves majeures, qui débutera en 2022 pour une durée maximum de deux ans.

Les voies déviées seront de largeur réduite. Pour des raisons de sécurité, la vitesse maximale permise sera réduite dans cette zone des travaux, les usagers de la route devront adapter leur conduite.

Des mesures d’atténuation en transport collectif font partie intégrante du projet pour favoriser la mobilité durant les travaux, qui auront des répercussions importantes. Au total, il s’agira d’un ajout d’environ 25 km de mesures préférentielles.

Les principales interventions prévues cette année consistent à mettre en place les mesures d’atténuation en transport collectif dans l’axe des autoroutes 20 et 25 en vue d’une mise en service à l’automne 2021.

Réfection majeure du pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine

Portail Constructo | Mise à jour le 4 août 2021

Vue aérienne de l'entrée du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine, à Montréal - Image fournie par le ministère des Transports

À l’instar des autres grands ouvrages d’art construits dans les années 60, le pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine gagne en âge, de même que ses approches. Bien qu’il soit loin d’avoir atteint sa fin de vie utile, un petit lifting s’avère de mise afin d’en assurer la pérennité.

Transports Québec a entrepris une réfection majeure de cette infrastructure inaugurée en 1967 et qui relie les autoroutes 20 et 25, soit d’une rive à l’autre du fleuve Saint-Laurent, entre l’est de l’ile de Montréal et Longueuil, via l’ile Charron. Quelque 120 000 véhicules, dont 15 600 camions, l’empruntent quotidiennement.

Ce lien névralgique, d’une longueur de 1,5 kilomètre (2 kilomètres en incluant les deux approches) et muni d’un pont de 457 mètres de longueur et de 35,6 mètres de largeur, constitue le plus grand tunnel sous-marin au Canada. Amarrés aux deux caissons d’approches, ses sept segments en béton précontraint reposent dans une tranchée à 24 mètres de profondeur.

Lors de sa construction, le tunnel était considéré comme la plus importante structure en béton précontraint au monde. Sa réalisation avait alors requis 75 millions de dollars et plus de trois ans de travaux. Le cout de sa réfection s’élève à 1,142 milliard de dollars.

Plusieurs chantiers

Sa mise à niveau, qui doit accroitre l’intégrité de l’ouvrage pour une période de plus de 40 ans, pour porter sa durée de vie à 100 ans, doit comporter les interventions suivantes :

  • la reconstruction de la chaussée de béton de l’autoroute 25 de part et d’autre du tunnel entre l’ile Charron et la rue Sherbrooke, à Montréal;
  • la reconstruction de la chaussée de béton des bretelles de l’échangeur Souligny;
  • l’ajout d’une piste multifonctionnelle à l’est de l’autoroute 25;
  • l’addition d’une troisième voie de circulation sur l’autoroute 25, direction nord (à la hauteur de l’avenue Souligny);
  • la reconstruction d’un mur antibruit (des rues Lecourt à Lavaltrie) et la construction de deux nouveaux murs antibruit (des rues Notre-Dame à Lecourt et des rues Lavaltrie à Ontario Est) longeant l’autoroute 25;
  • la réfection de différentes composantes du tunnel, dont la chape de béton, le radier, les murs, la voute, les joints et le drainage;
  • la modernisation des systèmes électriques, d’éclairage, de ventilation, de surveillance et de communication;
  • l’ajout de protection contre les incendies;
  • le réaménagement des tubes centraux de service et d’évacuation;
  • des travaux d’enrochement visant à stabiliser le pont-tunnel dans son lit fluvial;
  • des travaux d’aménagement paysager (échangeurs de l’A-25 avec la rue Sherbrooke et l’avenue Souligny, de même qu’à l’entrée du pont-tunnel sur chaque rive);
  • et la mise en place de nouvelles infrastructures destinées au transport collectif.

C’est ainsi que sont également sur les tables à dessin divers autres éléments liés à des mesures d’atténuation :

  • la construction d’un nouveau stationnement incitatif de 350 cases, à l’angle du boulevard De Montarville et de l’A-20 à Boucherville;
  • l’agrandissement des stationnements incitatifs Beloeil (ajout de 150 places) et De Mortagne à Boucherville (ajout de 350 places);
  • la construction de cinq quais d’autobus supplémentaires à la station de métro Radisson, à Montréal;
  • et l’aménagement de tronçons de voies réservées (autobus et covoiturage) dans l’échangeur Anjou, à Montréal.

Ces mesures d’atténuation sur la rive sud de Montréal figurent d’ailleurs parmi les premiers travaux inscrits à l’échéancier.

Une réalisation en mode CCF

Québec a décidé que le projet de réfection serait réalisé en mode alternatif de type conception-construction-financement (CCF). Le Ministère entendait donc confier à un consortium d’entrepreneurs la préparation des plans et devis, la réalisation des travaux ainsi que leur surveillance.

Deux consortiums se sont qualifiés, à l’automne 2018, pour participer à l’appel de propositions. Toutefois, l’un des deux groupes s’étant désisté en mai 2020, un seul consortium est demeuré en lice :

  • Renouveau La Fontaine, composé des membres suivants :
    • Eurovia Infra
    • Pomerleau
    • Dodin Campenon Bernard S.A.S.

Le mandataire dont les services seront retenus – aucune décision n’a encore été prise à ce sujet – aura la responsabilité de se doter du financement requis pour réaliser le projet. La mise en place d’un péage pour accéder au pont-tunnel n’est toutefois pas prévue.

Rappelons que ce projet est inscrit au Plan québécois des infrastructures 2019-2029 dans la catégorie des projets routiers en planification. Il est assujetti à la Directive sur la gestion des projets majeurs d’infrastructure publique.

Planification et progression du chantier

2020

  • Finalisation du plan d’affaires et estimation des couts du projet – juillet 2020
  • Annonce du consortium qui sera retenu – juillet 2020
  • Mise en place du chantier – été 2020 / printemps 2021
  • Interventions préliminaires – automne 2020
  • Début des interventions dans le pont-tunnel (ventilation et corridors de service) – automne 2020

2021

  • Construction des murs antibruit – mars / automne 2021
  • Construction de la piste multifonctionnelle – mars / automne 2021
  • Construction et agrandissement des stationnements incitatifs – printemps / automne 2021
  • Aménagement de voies de déviation sur l’autoroute 20 – printemps 2021 / 2022

2022

  • Interventions relatives à la structure du tube du pont-tunnel, direction sud
  • Reconstruction de la chaussée de l’autoroute 25, direction sud

2023

  • Interventions relatives à la structure du tube du pont-tunnel, direction nord
  • Reconstruction de la chaussée de l’autoroute 25, direction nord

2024

  • Travaux d’aménagement paysager
  • Fin anticipée des travaux

••••••••••
Réfection majeure du pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine. Crédit : ministère des Transports du Québec:

1 Like

Nul part on parle des deux tours de ventilation patrimoniales.
J’imagine que c’est une bonne chose, vaut mieux qu’on n’y touche pas.

4 Likes

Des chantiers majeurs à prévoir cet automne à Montréal


PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE
Les travaux préparatoires du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine auront un impact important sur la circulation, prévient Mobilité Montréal.

Les cônes orange demeureront dans le paysage montréalais cet automne. Plusieurs chantiers routiers majeurs compliqueront les trajets des automobilistes, particulièrement dans le secteur du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine, a annoncé mercredi le ministère des Transports.

Publié le 25 août 2021 à 11h15
CORALIE LAPLANTE
LA PRESSE

Au total, 17 chantiers majeurs se dérouleront à Montréal cet automne. De ce nombre, 10 seront terminés d’ici la fin de l’année, assure le porte-parole administratif de la Ville de Montréal, Philippe Sabourin. Il souligne que 50 axes de mobilité ont été créés par la municipalité pour permettre aux conducteurs d’éviter les chantiers.

Dans la région métropolitaine, le nombre total de chantiers passera de 49 à 44 cet automne, a affirmé Sarah Bensadoun, porte-parole du ministère des Transports. Neuf chantiers ont été reportés ou terminés cet été, et quatre nouveaux s’ajoutent.

Les travaux préparatoires du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine auront un impact important sur la circulation, prévient Mobilité Montréal. Une fermeture de longue durée d’une voie dans le tunnel est à prévoir. Ainsi, deux voies seront ouvertes par direction.


CARTE FOURNIE PAR LE MINISTÈRE DES TRANSPORTS

L’autoroute 25 sera également fréquemment fermée les nuits et les fins de semaine.

Un tube de circulation complet du tunnel pourra être fermé. Dans le deuxième tube, il y aura deux voies de circulation dans un sens, et une dans l’autre. Lors des années 2022 et 2023, la fermeture complète d’un des deux tubes surviendra lors de deux périodes de six semaines.

Des mesures d’atténuation seront toutefois mises en place afin de limiter le trafic dans le secteur du tunnel. Une voie réservée aux autobus sera instaurée sur l’autoroute 20 vers Montréal, entre la rivière Richelieu et Sainte-Julie. Une voie réservée aux autobus et aux voitures effectuant du covoiturage sera aussi instaurée entre Sainte-Julie et la route 132.

Le ministère des Transports promet que 850 places de stationnements incitatifs seront créées, et trois stationnements incitatifs serviront uniquement à amoindrir les entraves liées au tunnel. Cinq quais d’autobus supplémentaires s’ajouteront aussi à la station Radisson.

Malgré les entraves routières engendrées par les travaux dans le secteur du tunnel en 2021, c’est en 2022 qu’on peut s’attendre à une période d’entraves plus importantes en direction sud. Le même scénario se produira en 2023 en direction nord. L’année suivante, des travaux d’aménagements paysagers seront effectués pendant la finalisation du chantier.

1 Like

Je viens de remarquer que le “Tunnel Louis-H.-La Fontaine” possède maintenant son compte Twitter:

https://twitter.com/Tunnel_LouisH

Rien de nouveau, on y annonce des fermetures en direction de Montréal OU de la Rive-Sud, à chaque weekend (sauf, si annulation). :man_shrugging:

1 Like

https://www.devisubox.com/dv/dv.php5?pgl=Project/interface&sRef=1Y3WX3SFR

4 Likes

Les deux caméras
• Paralume Nord : https://www.devisubox.com/dv/dv.php5?pgl=Project/interface&sRef=1Y3WX3SFR&nStartingSite=PUEJVKZNU
• Paralume Sud : https://www.devisubox.com/dv/dv.php5?pgl=Project/interface&sRef=1Y3WX3SFR&nStartingSite=1409G22FLG

2 Likes

Enfin… un court répit dans le tunnel ce weekend ! :partying_face: :confetti_ball:

1 Like

Des mesures d’atténuation déployées dans le cadre de la réfection majeure du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine

NOUVELLES FOURNIES PAR Cabinet de la ministre déléguée aux Transports | Déc 10, 2021, 12:02 ET

MONTRÉAL, le 10 déc. 2021 /CNW Telbec/ - À compter du 13 décembre 2021, de nombreuses mesures d’atténuation en transport collectif seront mises en œuvre dans l’axe du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine. La ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal, Mme Chantal Rouleau, et le ministre de la Justice, procureur général du Québec, ministre responsable de la région de la Montérégie et député de Borduas, M. Simon Jolin-Barrette, sont heureux d’en informer les citoyennes et les citoyens.

À partir de la semaine prochaine, le nouveau stationnement incitatif de Touraine, situé à l’angle du boulevard De Montarville et de l’autoroute 20, à Boucherville, offrira 300 places aux automobilistes qui veulent faire le transfert vers le transport collectif. Quant aux stationnements de Belœil et de Mortagne, ce sont respectivement 200 et 330 places supplémentaires qui y seront offertes.

Ces mesures seront jumelées à quatre nouvelles lignes d’autobus qui seront également mises en service au cours de la semaine prochaine pour faire le lien entre Montréal et la Rive-Sud, le tout en collaboration avec l’Autorité régionale de transport métropolitain, exo, le Réseau de transport de Longueuil et la Société de transport de Montréal.

Citations

« Le chantier du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine est essentiel. À terme, ces travaux amélioreront considérablement la mobilité dans la région métropolitaine. Pour limiter leurs effets sur les déplacements, nous proposons des mesures efficaces en transport collectif. J’invite les citoyennes et les citoyens à s’informer pour déterminer le trajet qui leur conviendra le mieux afin qu’ensemble, nous puissions réduire les répercussions du chantier sur la circulation. »

Chantal Rouleau, ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal

« Nous avons la volonté ferme de limiter les répercussions des travaux du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine sur la population de la Montérégie. Les mesures d’atténuation annoncées aujourd’hui offrent aux citoyennes et aux citoyens de nouvelles mesures permettant d’atténuer la congestion routière causée par ces travaux. Nous continuons à travailler en ce sens, au bénéfice de tous les résidents et résidentes de la région. »

Simon Jolin-Barrette, ministre de la Justice, procureur général du Québec, ministre responsable de la région de la Montérégie et député de Borduas

Faits saillants

Mesures déjà en vigueur :

  • Voie réservée aux autobus, aux taxis et au covoiturage (trois occupants et plus) sur l’autoroute 20, en direction de Montréal, entre le chemin du Fer-à-Cheval, à Sainte-Julie, et la route 132, à Boucherville
  • Bonification de la ligne d’autobus 61 du Réseau de transport de Longueuil (RTL), entre Boucherville et Montréal
  • Ajout de services sur trois lignes de taxis collectifs sur le territoire du RTL

Mesures en vigueur dès le 13 décembre :

  • Mise en service d’une voie pour les autobus sur l’accotement de l’autoroute 20, en direction de Montréal, entre Belœil et le chemin du Fer-à-Cheval, à Sainte-Julie
  • Ajout de 830 nouvelles places gratuites de stationnement incitatif :
    • nouveau stationnement incitatif de Touraine (à l’angle du boulevard De Montarville et de l’autoroute 20), à Boucherville (300 places)
    • agrandissement du stationnement incitatif de Belœil (ajout de 200 places) et de Mortagne, à Boucherville (ajout de 330 places)
  • Ajout de quais d’autobus aux abords de la station de métro Radisson, à Montréal
  • Ajout de quatre nouvelles lignes d’autobus reliant le métro Radisson à cinq stationnements incitatifs de la Rive-Sud (Varennes, de Mortagne, de Touraine, Sainte-Julie et Belœil) :
    • corridor Belœil-Montréal (lignes 520 et 521 d’exo)
    • corridor Varennes-Montréal (ligne 532 d’exo)
    • corridor Boucherville-Montréal (ligne 461 du RTL)

Liens connexes

SOURCE Cabinet de la ministre déléguée aux Transports

1 Like

C’est (re)parti ! :roll_eyes: :safety_vest: :construction: :stop_sign:

Réfection majeure du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine - Travaux et entraves à venir

NOUVELLES FOURNIES PAR Ministère des Transports | Févr 04, 2022, 14:15 ET

MONTRÉAL, le 4 févr. 2022 /CNW Telbec/ - Le ministère des Transports souhaite informer les usagers de la route que les travaux réalisés dans le cadre de la réfection majeure du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine s’intensifieront à partir des prochaines semaines, principalement avec la reconstruction de la chaussée de l’autoroute 25. Ces travaux entraîneront des entraves de longue durée sur l’autoroute 25, dans l’échangeur Souligny et dans le tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine.


Entraves de longue durée - Mi-février à fin 2022 (Groupe CNW/Ministère des Transports)


Entraves de longue durée - Début mars à fin 2022 (Groupe CNW/Ministère des Transports)

Révision du scénario de mobilité

Des changements ont dû être apportés à l’étendue de certaines interventions et au choix des matériaux liés à la protection contre les incendies dans le tunnel. Ces ajustements ont nécessité des modifications à la séquence des travaux et, par le fait même, au scénario de mobilité. Plus d’informations sur les entraves requises pour la suite des travaux ainsi que l’échéancier seront fournis aux usagers de la route lorsque la réévaluation du scénario de mobilité sera terminée.

Rappelons que le projet est réalisé en mode alternatif conception-construction-financement. La conception, qui doit être détaillée et terminée par l’entrepreneur, continue ainsi d’évoluer au-delà du démarrage des travaux. Dans ce contexte, des ajustements au projet peuvent être requis.

Entraves de longue durée à venir

À partir de la mi-février jusqu'à la fin de l'année 2022:
  • Fermeture de l’entrée menant de la rue des Futailles à l’autoroute 25, en direction sud
  • Déviation de la chaussée et maintien de deux voies de circulation de l’autoroute 25, en direction nord, entre le tunnel et l’échangeur Sherbrooke
  • Fermeture de la sortie no 4 - Montréal/Centre-ville de l’autoroute 25, en direction nord
  • Fermeture de la bretelle menant de l’avenue Souligny à l’autoroute 25, en direction nord
  • Fermeture de la rue De Boucherville, en direction sud, entre les rues Hochelaga et Tellier
  • Fermeture de la rue Tellier, en direction est, entre les rues De Boucherville et Curatteau
À partir du début mars jusqu'à la fin de l'année 2022:
  • Fermeture partielle (une voie fermée sur trois) du tunnel en direction sud
  • Déviation de la chaussée et maintien de deux voies de circulation de l’autoroute 25, en direction sud, entre l’échangeur Sherbrooke et le tunnel
  • Déviation de la circulation de la bretelle menant de l’avenue Souligny vers l’autoroute 25, en direction sud

Les dates exactes des entraves et les chemins de détour seront précisés au fil de l’évolution du chantier.

Mesures d’atténuation

Plusieurs mesures d’atténuation ont été mises en place à la fin de l’année 2021 afin de limiter les répercussions des travaux sur la circulation. Mentionnons notamment la mise en service de quatre nouvelles lignes d’autobus qui circulent entre Montréal et la Rive-Sud. Ces autobus empruntent de nouvelles voies réservées et des accotements aménagés le long de l’autoroute 20 dans le cadre des travaux. Les usagers peuvent aussi bénéficier de 830 nouvelles places ajoutées aux stationnements incitatifs sur la Rive-Sud. Le Ministère invite les citoyennes et citoyens qui le peuvent à opter pour le transport collectif afin de faciliter leurs déplacements.

Faits saillants
  • La mise en place de ces entraves et de ces changements de configuration de longue durée sera précédée de fermetures complètes de fin de semaine de l’autoroute 25 et du tunnel, une direction à la fois.
  • En plus de la reconstruction de la chaussée de l’autoroute 25, l’entrepreneur procédera à la réfection de dalles de bretelles de l’échangeur Souligny, amorcera la réfection des dalles de béton et des murs du tube du tunnel en direction sud, et installera de nouveaux systèmes de ventilation.

SOURCE Ministère des Transports

1 Like

Réfection majeure du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine : la cadence des travaux s’accélère

Portail Constructo | 7 février 2022

Les travaux réalisés dans le cadre de la réfection majeure du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine s’intensifieront à partir des prochaines semaines a indiqué le ministère des Transports.

En effet, la reconstruction de la chaussée de l’autoroute 25 entrainera des entraves de longue durée sur l’autoroute 25, dans l’échangeur Souligny et dans le tunnel.

De plus, l’entrepreneur procédera à la réfection de dalles de bretelles de l’échangeur Souligny, amorcera la réfection des dalles de béton et des murs du tube du tunnel en direction sud, et installera de nouveaux systèmes de ventilation.

Par ailleurs, des changements ont dû être apportés à l’étendue de certaines interventions et au choix des matériaux liés à la protection contre les incendies dans le tunnel. Ces ajustements ont nécessité des modifications à la séquence des travaux.

Rappelons que le projet, dont le cout s’élève à 1 425,8 M$, est réalisé en mode alternatif conception-construction-financement. La conception, qui doit être détaillée et terminée par l’entrepreneur Renouveau La Fontaine (RLF), un regroupement composé des entreprises Eurovia Infra, Pomerleau et Dodin Campenon Bernard SAS, continue ainsi d’évoluer au-delà du démarrage des travaux.

À CONSULTER

Grand chantier : Pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine

Source : Ministère des Transports

Reportage radio sur les impacts des détours suggérés par les GPS dans les quartiers résidentiels autour du tunnel

Résidents piégés par les travaux au tunnel L.-H.-La Fontaine


La rue Honoré-Beaugrand sera de nouveau accessible vers la fin du mois d’avril.PHOTO : Radio-Canada / René Saint-Louis

Publié le 4 avril 2022

Les travaux dans le tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine ne donnent pas des maux de tête qu’aux automobilistes. Ils bouleversent aussi le quotidien de la population du quartier Mercier-Est. « On se sent prisonniers, parce qu’on a des détours épouvantables à faire », affirme Mélanie Therrien, une résidente du secteur. Toutefois, bonne nouvelle pour les habitants de Mercier-Est, ils auront de nouveau accès à la rue Honoré-Beaugrand, comme le rapporte le journaliste René Saint-Louis.

Par ailleurs, le ministère des Transports du Québec insiste sur l’importance pour les automobilistes de suivre les détours qui ont été planifiés par les autorités plutôt que de s’aventurer dans les rues résidentielles dans l’espoir d’écourter leur trajet de quelques minutes.

Les travaux dans le tunnel ont aussi des conséquences importantes sur la population du quartier Centre-Sud qui, durant la fin de semaine, voit ses rues résidentielles devenir de véritables stationnements tant la circulation automobile y est concentrée. Ces automobilistes empruntent les petites rues afin d’atteindre le pont Jacques-Cartier, le tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine étant fermé en direction sud le samedi et le dimanche.

À propos des travaux dans le tunnel… :smirk:

L’importance de mettre en place une démarche d’acceptabilité sociale dans vos projets

Portail Constructo | 23 mars 2022 | Par Maude Ferland

L'importance de mettre en place une démarche d’acceptabilité sociale dans vos projets

En 1967, une importante infrastructure québécoise est inaugurée : le pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine. Réputée pour sa fiabilité sur le plan de la mécanique et pour sa durabilité, cette infrastructure est néanmoins représentative d’une époque révolue en ce qui concerne la conception d’un projet. Les travaux, aujourd’hui en rupture avec les pratiques courantes en matière d’acceptabilité sociale, auraient certainement rencontré plus d’un obstacle.

Article complet

Cet ouvrage en béton précontraint est effectivement construit à une époque où environnement et collectivités s’adaptaient aux projets, et non l’inverse. Érigé sur les berges du fleuve Saint-Laurent, le pont-tunnel a alors engendré des impacts environnementaux majeurs. Répercussions sous-estimées, voire ignorées, à une époque où peu de considération était portée à l’environnement.

« C’est devenu un critère incontournable », mentionne Mathieu Pelletier, vice-président, Acceptabilité sociale et relations avec les communautés chez Pilote groupe-conseil. En effet, l’environnement est de nos jours un élément incontournable dans l’adoption d’un projet par la communauté, et un projet conçu tel que celui du pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine se disqualifierait dans l’opinion publique en regard des dommages écologiques. Le facteur environnemental est un pilier du principe de l’acceptabilité sociale, au même titre que l’ESG (environnement, social et gouvernance).

Mathieu Pelletier, vice-président, acceptabilité sociale et relations avec les communautés chez Pilote groupe-conseil.Crédit : Gracieuseté
Mathieu Pelletier, vice-président, acceptabilité sociale et relations avec les communautés chez Pilote groupe-conseil.Crédit : Gracieuseté

Dans ce type d’investissement, un projet n’est plus dirigé par une simple logique comptable : il prend aussi en compte les facteurs environnementaux et sociaux. Par sa nature même, l’investissement responsable prend sa pleine signification en appliquant le principe d’acceptabilité sociale dans sa vision du patrimoine bâti. Dorénavant, un projet ne s’impose plus de force ou sans consultation préalable dans un habitat naturel ou au sein d’une collectivité : il est élaboré en collaboration avec elle. La société doit effectivement être prise en compte dans ses nuances et ses particularités, son historique et ses enjeux, ainsi que ses préoccupations et ses besoins. Il s’agit d’un processus qui permet d’évaluer la faisabilité d’un projet et dont la finalité recherchée est l’approbation majoritaire – et non unanime, précisons-le – d’un projet et qui accompagne toutes ses phases de réalisation, et ce, jusqu’à l’après-projet.

Une démarche gagnante

Mais par où commencer ? « Dans un premier temps, la démarche doit être entamée en amont du projet, le plus rapidement possible », mentionne Mathieu Pelletier. Le spécialiste en aménagement du territoire et en développement régional pose les bases d’une série d’actions à effectuer dans une démarche concrète d’acceptabilité sociale. Le dialogue doit être engagé dès que possible, car un projet, même bien ficelé, comporte des pièges et peut être voué à l’échec.

Une étude préalable de la communauté visant à développer une bonne compréhension du milieu et du contexte d’accueil du projet est primordiale. Qui sont les parties prenantes ? Quelles sont ses caractéristiques sociogéographiques et socioéconomiques ? Le projet s’implantet- il dans un milieu où la population dépend des ressources naturelles qui s’y trouvent ? Y a-t-il, au sein de la communauté, un biais en faveur de la main-d’oeuvre locale? Quel est l’historique des projets similaires précédents ? La consultation des membres de la communauté bonifie cette recherche préalable.

Une meilleure compréhension initiale du milieu d’accueil permet ainsi de présenter un canevas du projet déjà plus en phase avec le milieu dans lequel il s’inscrira à l’étape suivante, soit celle de l’information, de l’évaluation et de la consultation. Cette phase permet quant à elle de bonifier ou de modifier le projet. Des négociations peuvent intervenir à ce stade. L’intégration d’éléments observés par les parties prenantes peut d’ailleurs encourager leur adhésion au projet. « Les participants aux négociations peuvent même en devenir des ambassadeurs », ajoute Mathieu Pelletier.

Deux grandes règles régissent une démarche d’acceptabilité sociale. À toutes les étapes de conception, le dialogue doit être maintenu. Celui-ci doit débuter le plus tôt possible et l’information, pour sa part, doit être communiquée en tout temps. Transparente, elle ne se limite pas qu’à une simple transmission, mais se traduit par un échange. Nul besoin de mentionner que les stratégies propagandistes et de storytelling sont contraires au principe d’acceptabilité sociale. Un processus qui est mené jusqu’au bout permet donc de maintenir le contact avec la communauté, et ce, au-delà d’une clôture de chantier.

L’après-projet peut en effet être riche de renseignements nouveaux émanant de toutes les parties prenantes. Parmi les autres pratiques de suivi de projet, un comité peut être mis sur pied afin d’assurer un suivi auprès de la communauté après l’inauguration du chantier.

Acceptation et réputation

Au-delà de la simplification de l’implantation d’un projet au sein d’un milieu d’accueil, l’acceptabilité sociale favorise en bout de ligne des profits nets. Bien effectuée, elle permet la réduction des délais supplémentaires, voire un possible arrêt de production. Miser sur une telle démarche permet d’investir dans les étapes classiques préalables de la conception d’un projet et dans un chantier exempt de litige et d’ainsi réduire les couts engendrés par une possible paralysie en cas d’opposition.

Sans compter que l’adoption de cette façon de faire constitue un investissement dans la réputation et l’image de marque du promoteur. Non seulement le projet visé s’en trouve gagnant, mais également les futures réalisations du promoteur, qui ont plus de chances de jouir d’un préjugé favorable.

Malgré la mise en place d’une démarche d’acceptabilité sociale, un projet pourrait toutefois avorter. Certains cas de figure pourraient suggérer au promoteur de se retirer honorablement d’un projet plutôt que de construire en dépit d’une résistance locale ou d’un rejet complet du projet, même s’il est juridiquement en phase avec les dispositions législatives en vigueur. Une fracture avec la population locale ne mettra sur le chemin de l’entrepreneur qu’un barrage qu’il lui faudra déconstruire avant de poser les premières pierres d’un projet futur.

L’acceptabilité sociale s’impose de plus en plus comme une norme dans le secteur de la construction. Aujourd’hui, les projets doivent s’inscrire dans leur milieu d’accueil, qu’il s’agisse de considérations écologiques ou sociales. Si conception d’un futur pont-tunnel il y avait, l’acceptabilité sociale en ferait alors un véritable projet de société.

1 Like

Je sais que c’est une vieille nouvelle (Juillet 2020), je me demande si cette nouvelle apparence est encore d’actualité ou bien qu’elle a été annulée.

5 Likes

1 Like

L’article lié au reportage de René Saint-Louis

Texte complet

Travaux au pont-tunnel L.-H.-La Fontaine : des autobus qui roulent à vide


Le nouveau stationnement incitatif de Touraine était vide en milieu de semaine.
PHOTO : RADIO-CANADA / RENÉ SAINT-LOUIS

René Saint-Louis
à 4 h 00

Depuis décembre dernier, quatre nouvelles lignes d’autobus relient la station de métro Radisson, sur la ligne verte du métro de Montréal, aux villes de Boucherville, Varennes, Sainte-Julie et Beloeil, sur la Rive-Sud. Ces lignes font partie des mesures d’atténuation mises en place par le ministère des Transports du Québec pour la durée des travaux au pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine, soit jusqu’au printemps 2024.

Les automobilistes ne semblent cependant pas prêts à délaisser leur voiture, puisque les autobus demeurent vides.

Lors du passage de Radio-Canada au stationnement incitatif de Sainte-Julie, six autobus des nouvelles lignes 520 et 521 sont passés. Tous étaient vides.

Certains passagers des autres lignes, celles qui se dirigent vers le cégep Édouard-Montpetit et la station de métro Longueuil, ont cependant déjà essayé le nouveau service vers la station Radisson.

C’était vide, vide. Il y avait, comme, deux personnes. Mais c’est très pratique, raconte Khim. C’est plus comme un, deux ou trois passagers, raconte un autre usager qui dit utiliser le nouveau service au moins une fois par semaine pour se rendre au bureau.

La porte-parole d’exo, Catherine Maurice, soutient que les nouvelles lignes fonctionnent à 15 % de leur capacité. Les lignes d’autobus habituelles d’exo fonctionnent, quant à elle, à 60 % de leur capacité par rapport à la période prépandémique.

L’achalandage n’est guère mieux sur la nouvelle ligne 461, qui relie les deux nouveaux stationnements incitatifs de Boucherville à la station de métro Radisson.

En mars dernier, il y a eu environ 300 passagers par semaine sur le circuit, alors que l’on compte 734 départs par semaine, selon les données fournies par le Réseau de transport de Longueuil. Cela signifie que plus de la moitié des autobus ont roulé à vide.


Pour l’autobus 461, qui fait le trajet entre les deux nouveaux stationnements incitatifs à Boucherville et la station de métro Radisson, il n’y avait que 300 passagers sur 734 départs par semaine en mars.
PHOTO : RADIO-CANADA / RENÉ SAINT-LOUIS

Des chauffeurs démoralisés

Les chauffeurs d’autobus trouvent la situation démoralisante et se réjouissent de ce que les médias s’y intéressent. Pour l’instant, je pollue pour rien parce que le service n’est pas assez connu, affirme un chauffeur qui préfère garder l’anonymat.

« Le maximum de passagers que j’ai eus la semaine dernière, c’était quatre, à l’heure de pointe du matin. Sinon, la plupart du temps, je n’ai aucun passager. »

— Une citation de Un chauffeur qui préfère taire son identité

La porte-parole du Réseau de transport de Longueuil, Marie-Claude Rivet, explique le faible achalandage par le fait que les nouvelles lignes ne sont pas encore connues et que l’impact des travaux au pont-tunnel se fait sentir surtout les week-ends.

De plus, les mesures d’atténuation liées aux travaux ont été lancées en décembre dernier, alors que le Québec se reconfinait en raison d’une forte vague de COVID-19.

« Le service en est encore à ses balbutiements. La notoriété du circuit doit se bâtir au fil du temps. Cela dit, dans la mesure où les impacts des travaux au pont-tunnel ne se font pas sentir tant que ça au quotidien jusqu’à présent, on pense que la popularité du circuit ira en grandissant au fur et à mesure que la congestion s’accentuera. »

— Une citation de Marie-Claude Rivet, porte-parole du Réseau de transport de Longueuil

Marie-Claude Rivet dit que le RTLRéseau de transport de Longueuil compte sur le bouche à oreille pour que, avec le temps, les autobus se remplissent, de même que les stationnements incitatifs le long du parcours.

Des stationnements vides

Au stationnement incitatif de Touraine, un nouvel espace qui compte 333 cases de stationnement, il n’y avait qu’une seule voiture. Au stationnement incitatif de Mortagne, dont le nombre de cases est passé l’automne dernier de 126 à 294, la situation n’était guère meilleure, avec une quinzaine de voitures stationnées.


Le stationnement incitatif de Mortagne, en bordure de l’autoroute 20, est tout aussi vide.
PHOTO : RADIO-CANADA / RENÉ SAINT-LOUIS

Autant du côté d’exo que du RTLRéseau de transport de Longueuil, on souligne qu’il faut mettre en avant les avantages d’embarquer dans des autobus confortables et de mettre ses écouteurs, lire ses textos et dépasser les voitures coincées dans la circulation.

Car tous les autobus empruntent la nouvelle voie réservée de l’autoroute 20, elle aussi mise en service en décembre dernier.

« Au lieu d’être pris dans le trafic, vous pourriez être confortablement assis pour lire, travailler, par exemple, et bénéficier de mesures préférentielles par autobus pour traverser le pont-tunnel en moins de temps. Et évidemment, ces nouveaux trajets d’autobus là sont également une option intéressante pour tous ceux pour qui l’augmentation du coût de l’essence est un enjeu. »

— Une citation de Catherine Maurice, porte-parole d’exo

Le ministère des Transports du Québec n’a pas voulu préciser combien coûtent les mesures d’atténuation mises en place, estimant que cela faisait partie de l’enveloppe globale de 1,4 milliard de dollars des travaux de réfection du pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine.

Le ministère n’est pas en mesure de préciser quand des entraves routières plus importantes risquent de se produire en semaine, car une révision de la séquence des travaux est en cours.

1 Like

image Réfection majeure du tunnel Louis-H.-La Fontaine

‼️Entraves de longue durée sur l’avenue Souligny à la hauteur de l’échangeur‼️

❌Fermeture complète de l’avenue Souligny en direction ouest, entre la rue Honoré-Beaugrand et l’échangeur Souligny, à compter du 23 mai jusqu’à la fin du mois septembre 2022 👉 Le détour se fera par les rues Honoré-Beaugrand en direction nord et Hochelaga en direction ouest.

❌Déviation de la circulation de l’avenue Souligny en direction est, entre l’échangeur Souligny et la rue Honoré-Beaugrand, à compter du 23 mai jusqu’à la fin du mois de juillet 2022.

1 Like

Sur la page FB de la Réfection majeure du tunnel Louis-H.-La Fontaine:

image Réfection majeure du tunnel Louis-H.-La Fontaine

Les travaux sur l’autoroute 25, en direction sud, vont bon train 🏗.

Voici deux photos.

La première a été prise en mars dernier, avant la déviation de l’autoroute 25, en direction sud. La route temporaire est prête à accueillir les usagers!

Sur la deuxième photo, prise le mois dernier, on constate que la chaussée de l’autoroute 25, en direction sud, a été complètement démolie. Les usagers circulent désormais sur la route temporaire, un peu plus à l’est, pendant que les travaux sont effectués sur l’autoroute.

2 Likes