STM - Discussion générale

Tout ce que je veut dire c’est que ce que la STM trouve optimale, et un coûte acceptable est ben differente que la RATP ou le métro a Taipei. J’espère que t’as raison. Ils ont gardé Mont-Royal ouvert tout compte fait, mais c’est aussi une station assez importante. Certains systèmes feront de la gymnastique pour être accommodants, mais cela demande beaucoup d’argent et d’efforts.

1 Like

Je commence vraiment à trouver la STM cave et subordonnée…

Avoir un salaire minimum de 30$/heure … 5$/heure plus haut que le salaire moyen au Québec…

C’est pas un peu ça aussi le problème…

La STM doit rester compétitif côté salarial s’ils veulent des employés. Les horaires pour les nouveaux chauffeurs d’autobus sont vraiment durs pour la morale, donc sans $, aucun chauffeur. Si leurs salaires étaient égal ou inférieur du salarie moyen québécois, il y aura beaucoup d’endroits bien plus paisibles pour travailler qui auront un edge sur les TEC. Donc je ne suis pas fâché de voir ce que les fonctionnaires sont payés compte tenu du travail qu’ils font. C’est juste mon point de vue.

Etk, est-ce qu’il y a vraiment une entreprise (ou service public) qui peut rester dans la même situation financière qu’auparavant quand ils ont subi une chute de 50% (!) de leurs clients payants. La situation va durer aussi longtemps que la pandémie.

6 Likes

La STM n’a aucun poste de chauffeur affiché. Ils ne semblent donc pas avoir de problème majeur à recruter ou garder leur personnel.

2 Likes

Elle était en campagne massive de recrutement juste avant la pandémie. Elle est essentiellement en gel d’effectif à cause des difficultés financières qu’elle a occasionné.

4 Likes

Réaction québécoise typique quand même… quelqu’un fait plus d’argent que la moyenne donc automatiquement c’est lui/elle qu’on doit cibler comme la cause des problèmes?

Les employés de la STM n’ont rien à se reprocher et ne sont aucunement la cause des problèmes financiers de la STM. C’est plutôt la baisse d’achalandage dramatique à cause de la crise qui cause tout ça. Selon moi c’est bien plus le gouvernement provincial qui devrait bonifier ses investissements.

D’autant que dans le contexte de pénurie de main d’oeuvre, la dernière chose qu’une entreprise devrait faire c’est désinvestir dans sa masse salariale… Tsé, histoire de ne pas se ramasser avec un problème de rétention en plus.

6 Likes

C’est mon Livre de chevet comprendre les réactions Québécoises…

I’m A Genius !!!

Moi je suis juste Stand-Up Comédien et je me dois de comprendre la réaction de la population et de faire plus drôle et raffiné que Duhaime/Bernier…

Parce que j’ai la distance !

2 Likes

Article “sponsorisé” par la STM et paru dans La Presse samedi.

COMMANDITÉ

Société de transport de Montréal De grands projets qui nous transportent


Futur centre de transport souterrain Bellechasse

Si vous n’êtes pas monté à bord du métro ou d’un bus de la Société de transport de Montréal (STM) depuis le début de la pandémie, votre prochain trajet pourrait vous surprendre. Électrification du réseau de bus, amélioration de l’accessibilité de certaines stations, rénovations et plus encore : voici comment la STM continue d’améliorer l’expérience du transport collectif pour tous en réalisant de grands projets de mobilité durable.

Publié le 15 janvier | XTRA [section de La Presse]

Métro

Entretenir et améliorer les infrastructures et les équipements


Travaux de remplacement de la membrane d’étanchéité à la station McGill

Un réseau fiable et sécuritaire nécessite des équipements en bon état. Malgré les défis de gestion qu’occasionne la multiplication des chantiers, la STM maintient un rythme accru de travaux de réfection et d’amélioration de ses stations en cherchant à toujours minimiser leurs répercussions sur les clients.

Ces efforts ambitieux permettront aux clients actuels et à ceux des générations futures de profiter de stations revitalisées, toujours sécuritaires et accessibles.

La STM consacre des investissements de 16 milliards de dollars sur 10 ans, dont 53 % sont réservés au maintien des infrastructures et des équipements, ce qui comprend notamment les membranes d’étanchéité, les postes de ventilation mécanique, la modernisation de l’alimentation électrique, les équipements de télécommunications et les escaliers mécaniques.

La métamorphose de la station Berri-UQAM illustre bien cette vision. Les nouveaux ascenseurs, les couloirs rénovés, les nouveaux finis muraux et l’éclairage bonifié en font aujourd’hui un endroit lumineux et convivial. Le réaménagement de sa célèbre mezzanine et la modernisation des aires de circulation rendent les déplacements plus fluides. Enfin, des travaux de remplacement de la membrane d’étanchéité commenceront plus tard cette année.

Suivez l’évolution des travaux à la station Berri-UQAM

Vers l’accessibilité universelle

Depuis deux ans, la STM a mis en service des ascenseurs dans les stations Berri-UQAM, Vendôme, Préfontaine et Viau. Le nombre de stations accessibles augmente rapidement depuis 5 ans pour faciliter l’accès au plus grand nombre de clients. L’intégration de tels équipements pose évidemment de multiples défis, étant donné que les stations n’ont pas été conçues à l’origine pour recevoir ce type d’infrastructure.

19 stations sont dotées d’ascenseurs et 11 chantiers d’accessibilité universelle sont en cours dans le réseau.

Station Vendôme
Station Vendôme

Station Berri-UQAM
Station Berri-UQAM

Station Préfontaine
Station Préfontaine

Station Viau
Station Viau

Station Jean-Talon
Station Jean-Talon

Il a fallu trois ans et demi et 110 millions de dollars d’investissements pour construire le deuxième édicule de la station Vendôme, inauguré en mai dernier, et ce, tout en maintenant le service en place. L’aménagement comprend cinq ascenseurs et divers dispositifs permettant aux personnes à mobilité réduite, à celles qui se déplacent en fauteuil roulant et aux poussettes d’accéder plus facilement au transport collectif. Ce pôle multimodal combinant bus, métro et train de banlieue améliore ainsi la fluidité et la sécurité des déplacements d’un plus grand nombre d’utilisateurs, y compris la clientèle du Centre universitaire de santé McGill (CUSM).

Voici le nouvel édicule de la station Vendôme

Projets bus

Électrification des bus

Privilégier les transports collectifs plutôt que la voiture réduit déjà l’empreinte écologique et contribue à diminuer les émissions de gaz à effet de serre (GES) en milieu urbain. L’intégration des technologies hybrides par la STM et l’acquisition uniquement de bus 100 % électriques à compter de 2025 promettent d’accélérer ce virage vert.

  • Jusqu’à 739 bus hybrides sillonnent le territoire, et ce nombre ira en grandissant.
  • 7 bus électriques à recharge rapide sont en service sur la ligne 36 Monk, tandis que 30 bus électriques à grande autonomie seront en service dès cet hiver.
  • 4 midibus et 1 minibus pour le transport adapté sont en test et à l’essai, ce qui porte à 42 le nombre actuel de bus électriques.
  • Des travaux d’agrandissement, d’adaptation et de construction sont en cours dans 4 centres de transport en vue des projets d’électrification.

En 2020, 82,2 % des déplacements sur le réseau de bus et de métro de la STM utilisaient l’électricité.

Les clients du transport adapté de la STM comptent sur ses 86 minibus et ses fournisseurs de taxis adaptés pour se déplacer au travail, à leurs cours, à leurs rendez-vous médicaux et à leurs lieux de loisir. En juin dernier, le service a mis à l’essai son tout premier minibus électrique à grande autonomie en vue de remplacer graduellement son parc actuel par des modèles 100 % électriques. L’ensemble des clients de la STM pourront donc bénéficier de l’électrification du réseau de surface.

Découvrez les projets en électrification de la STM

Voies réservées pour un réseau structurant, fort et fiable

L’ajout de voies réservées et la bonification de celles qui existent déjà améliorent la fluidité, la fiabilité et la performance globale du réseau de bus. On compte actuellement 48 axes routiers dotés de voies réservées et près de 500 intersections avec feux prioritaires.

Ces améliorations s’inscrivent dans la Vision 2025 pour les voies réservées de la STM, qui prévoit plusieurs ajouts au réseau. Fort des projets de service rapide par bus (SRB) Pie-IX et Sauvé–Côte-Vertu, cette vision définit quatre grandes voies structurantes supplémentaires offrant des mesures prioritaires bonifiées, des passages plus fréquents et un plus grand nombre d’heures de service, en plus de contribuer à une cohabitation sécuritaire et harmonieuse avec tous les usagers de la route.

À terme, la STM prévoit que la proportion de clients qui circuleront sur une voie réservée à Montréal passera de 24 à 70 %.

Voici la Vision 2025 pour les voies réservées

D’autres grands projets STM à surveiller


Construction du garage souterrain Côte-Vertu

  • Construction du garage souterrain Côte-Vertu pour améliorer la fréquence de passage sur la ligne orange
  • Construction du centre de transport souterrain Bellechasse en vue d’accueillir un parc de bus 100 % électriques
  • Prolongement de la ligne bleue du métro vers l’est

Voilà quelques-uns des chantiers d’une valeur de plusieurs milliards de dollars que gèrent rigoureusement les 400 experts de la STM et ses consultants. Grâce à leur expertise, 88 % des projets des cinq dernières années ont respecté les délais et les budgets. Autant de grands projets qui nous transportent.

Découvrez les grands projets à la STM

9 Likes

Joyeux jingle qui risque de rappeler quelques souvenirs à certains… et de rester dans la tête pour d’autres. :grinning_face_with_smiling_eyes: :notes: :metro: :sunny: :oncoming_bus:

La STM désire rendre hommage au réalisateur de cette publicité de 1977, Jean-Claude Lord, qui est décédé le 15 janvier dernier.
R.I.P. :pray:

Il fait beau dans l’métro

20 janv. 2022

STM - Mouvement collectif

Le cinéaste Jean-Claude Lord aura marqué de nombreuses vies grâce à ses œuvres. Nous souhaitons lui rendre hommage, suite à son décès le 15 janvier 2022, en partageant avec vous cette publicité dont on lui doit la réalisation et qui sortait il y a 45 ans dans le cadre de la campagne «Il fait beau dans le métro»

Réalisation : agence BCP pour le compte de la CTCUM

4 Likes

Suzanne Lareau, l’ancienne PDG de Vélo Québec, est nommée représentante des usagers au sein du CA de la STM

image

3 Likes

Le directeur général de la STM quitte ses fonctions


PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE
Luc Tremblay était directeur général de la STM depuis 2014.

Le directeur général de la Société de transport de Montréal (STM), Luc Tremblay, quitte le navire. Il démissionnera de ses fonctions en avril, après une carrière de 28 ans au sein de l’organisme, au moment où celui-ci se trouve dans une « situation financière critique ».

Publié à 10h22 Mis à jour à 10h44
HENRI OUELLETTE-VÉZINA, LA PRESSE
PHILIPPE TEISCEIRA-LESSARD, LA PRESSE

C’est ce qu’avaient confirmé diverses sources à La Presse dès le début de la journée. Dans un communiqué émis peu après, la société de transport a confirmé que « M. Tremblay a avisé le conseil d’administration aujourd’hui qu’il ne désirait pas renouveler son contrat qui venait à échéance le 31 décembre prochain ». Comme 2022 est « une année de préparation du prochain plan stratégique organisationnel 2030, qui définira les dix prochaines années », il a été « convenu d’un départ le 2 avril prochain ».

Dans l’intervalle, un processus d’embauche sera lancé pour remplacer Luc Tremblay. Ce dernier était directeur général de la STM depuis 2014. À l’emploi de la STM depuis tout près de 25 ans., il y avait par le passé occupé diverses fonctions, notamment celle de trésorier et directeur des finances dès 2007. Il a aussi été président des comités des régimes de retraite de la STM durant sa carrière.

Son départ survient quelques mois après celui de l’ancien grand patron de la STM, Philippe Schnobb, qui avait cédé son siège au moment où l’organisation cherchait, comme c’est toujours le cas aujourd’hui, à ramener une masse critique de travailleurs dans son métro et ses autobus.

Plus récemment, à la mi-janvier, la société de transport s’est d’ailleurs dite dans une « situation financière critique », en avouant ignorer comment elle pourra boucler l’année. Au centre du problème : « une chute drastique, dramatique » de la fréquentation du réseau, conséquence directe de la pandémie, avait alors décrit Éric Alan Caldwell, le nouveau président du conseil d’administration de société.

Une structure « totalement déconnectée »

Semblant régler ses comptes, le principal intéressé a rappelé mercredi dans une déclaration que la STM « doit jouer un rôle de premier plan dans la lutte aux GES et a présentement plusieurs leviers en main pour être le fer de lance en la matière », déplorant qu’il manque toutefois deux éléments fondamentaux pour débloquer le plein potentiel de la STM : « une refonte du financement des transports collectifs et une gouvernance métropolitaine efficace ».

La structure de financement, qui date des années 90, est totalement déconnectée des nouveaux besoins pour notre secteur. Les ambitions pour les transports collectifs ne sont tout simplement plus en adéquation avec les ressources.

Luc Tremblay, directeur général sortant de la STM

Il dénonce au passage que la gouvernance métropolitaine est actuellement « dysfonctionnelle à plusieurs égards et tarde à livrer les bénéfices qui devait y être associés, ce qui a pour effet de plomber l’essor du transport collectif dans la région ».

Éric Alan Caldwell, lui, a indiqué que « M. Tremblay peut partir la tête haute ». « Travailleur infatigable, il aura mené la STM à travers plusieurs transformations importantes. […] Sous sa gouverne, la STM est parvenue à se doter d’une capacité d’exploitation sans précédent (arrivée des 300 bus, nouveaux trains Azur), à améliorer l’état de ses infrastructures et à augmenter significativement le niveau de satisfaction de sa clientèle », a-t-il fait valoir.

Selon les données présentées aux élus municipaux, la fréquentation du réseau de la STM s’est lentement redressée à partir de l’hiver dernier. Elle était en baisse de « seulement » 40 % début décembre 2021 par rapport à décembre 2019, sa meilleure performance depuis le début de la pandémie. Début janvier 2022, par rapport à des journées équivalentes de 2019, la fréquentation était en berne de 66 %.

Communiqué de la STM
https://www.stm.info/fr/presse/communiques/2022/le-directeur-general-de-la-stm-quittera-ses-fonctions-le-2-avril

L’annonce en novembre du gouvernement pour l’aide de 100 M$ au transport en commun, que lui-même a travaillé fort à aller chercher auprès de la CAQ, mais que l’ARTM refuse de remettre à la STM a été très difficile à accepter je crois.

Aussi, pour les projets majeurs (comme le Prolongement de la ligne Bleue), les intérêts des partenaires et le nombre de partenaires est complétement irréconciliable et ingouvernable pour un DG de la STM … (Partenaires pour le Prolongement : Le MTQ, la SQI, l’ARTM, le SCT, le CM, le CE de la Ville de Mtl (et puis le Conseil de Ville, le Conseil d’Agglomération, la CMM, le MAMH) … Alouette!)

Luc Tremblay était en entrevue avec Patrice Roy au Téléjournal 18h

Article sur le site de Radio-Canada

image

Les deux membres représentant la clientèle

Suzanne Lareau est nommée représentante de la clientèle du transport collectif (bus et métro)

Utilisatrice du transport actif et collectif depuis toujours, madame Lareau se distingue pour son implication sociale dans le milieu du transport actif. Elle s’est impliquée à titre d’administratrice au sein de plusieurs conseils d’administration d’organismes reliés aux transports et aux déplacements urbains. Son expérience entourant les enjeux de gouvernance, de mobilité durable et de service client lui a permis de développer une vision stratégique et d’exercer une influence reconnue auprès des différents acteurs du milieu.

Sylvain Le May est nommé représentant de la clientèle du transport adapté

Monsieur Le May se distingue par son implication depuis de nombres années dans le milieu de l’accessibilité et de l’inclusion des personnes en situation de handicap. Fort d’une expérience professionnelle acquise principalement dans le milieu de l’enseignement supérieur, il place les enjeux d’équité, de diversité et d’inclusion au cœur de ses nombreuses réalisations avec plusieurs organismes publics. Sa connaissance étendue des législations en matière d’accessibilité universelle et des chartes canadienne et québécoise s’ajoute aussi à celle de notre service de transport adapté, dont il est un client admis depuis près de 30 ans.

https://www.stm.info/fr/a-propos/gouvernance-d-entreprise/les-deux-membres-representant-la-clientele

1 Like

Le PDG sortant de la STM, Luc Tremblay, vide son sac.
De la musique à mes oreilles.
On se doutait pas mal tous que l’ARTM était dysfonctionnelle. Là on se le fait confirmer par quelqu’un interne et haut placé dans la machine du transport collectif.

C’est un wake up call.

(à partir de 9:56)

4 Likes

PVI - Rappel

image STM - Mouvement collectif

🚇 Dès lundi prochain, pour l’achat de titres de transport à la loge des agents de stations de métro, seul le paiement par carte de débit ou crédit sera accepté. Le paiement en argent comptant demeurera possible:

✅ Aux distributrices automatiques de titres;
✅ Dans les bus;
✅ Dans les véhicules du Transport adapté;
✅ Auprès de la plupart des détaillants autorisés

👉 D’ailleurs, saviez-vous que plus de 350 commerces vendent nos titres de transport? Une nouvelle fonctionnalité sur notre site mobile vous permet de repérer facilement ces détaillants. Sélectionnez les options de la carte, dans le coin inférieur droit, puis cochez Détaillants autorisés 👌

1 Like

21 réalisations de la STM en 2021

31 janv. 2022

- STM - Mouvement collectif

En 2021, les équipes de la STM ont su naviguer à travers un contexte difficile pour livrer une foule de projets et réaliser différentes initiatives visant à réinventer l’expérience client. On vous présente 21 de ces réalisations qui se sont démarquées au cours de cette année.

3 Likes

Cet après-midi, à l’émission Le 15-18, il y avait un segment sur la fin du paiement en argent comptant au changeur

Fin des paiements en espèces à la loge du métro : Julie Corbeil de la TROVEP

Il n’est désormais plus possible de payer un billet de transport à la Société de transport de Montréal (STM) en argent comptant; seuls les paiements par carte de débit ou carte de crédit sont acceptés. La STM soutient que cela suit l’évolution des besoins de sa clientèle, mais des organismes de Montréal déplorent le fait que cela aura des effets très néfastes sur certaines communautés.

Julie Corbeil, la coordonnatrice de la Table régionale des organismes volontaires d’éducation populaire de Montréal (TROVEP), estime que les personnes plus vulnérables ne devraient pas être pénalisées par cette modernisation.

Elle pense notamment aux personnes à mobilité réduite, en situation de handicap, à faible revenu ou encore analphabètes.

« La modernisation ne doit pas se faire au détriment d’une partie de la clientèle qui utilise un service public comme le transport en commun. »

— Une citation de Julie Corbeil, coordonnatrice de la TROVEP

Elle ajoute que pour certaines personnes, prendre le transport en commun garantit leur mobilité, mais aussi l’exercice de plein d’autres droits.

2 Likes

Moi aussi je trouve que c’est une mauvaise décision.

1 Like

STM en mode flirt!

Capture d’écran, le 2022-02-11 à 15.47.42

3 Likes