Stationnements - Discussion générale

Pas sûr de comprendre (à moins que tu fasses référence au Performance vs Long Range)

Pour mémoire:

Standard Range: 418 km d’autonomie, 1884 kg
Long Range: 497 km d’autonomie, 2003 kg
Performance: 459 km d’autonomie, 2003 kg

Le maire d’Outremont était en entrevue radio pour expliquer son règlement

1 Like

Le coût du stationnement public subventionné est énorme pour la collectivité. Dans le cas de Paris surtout, le modèle utilisateur payeur est attrayant puisque c’est la minorité qui se déplace en VUS tout en coutant cher à la société et à l’environnement.

Très d’accord, il y a une différence importante entre contribuer économiquement et habiter un lieux. Oui, les banlieusards de Paris contribuent à son essort, mais ils ne sont pas là pour vivre les conséquences de cette décision. Avant tout, c’est la santé, la sécurité et le bien être des résidents de la ville dont il est question. Selon moi, c’est un critère bien plus concret que la participation symbolique à l’économie d’une ville.

C’est quand même une bonne partie de Montréal qui est rendu avec se “nouveau” système de tarification des vignettes.
Je me demande si Ville-Marie va suivre éventuellement. n’ayant pas de maire d’arrondissement, c’est toujours un peu plus lent pour amener des changements.

1 Like

I don’t know where else to include this, so I’ll share here.

De l’Agence de mobilité durable LinkedIn :
:snowflake::bike: Ça y est! Depuis le 29 janvier, notre patrouille hivernale à vélo a commencé ses activités dans la plupart des arrondissements de Montréal!

:earth_americas: Ce projet pilote s’inscrit dans notre volonté de développer des modes alternatifs de déplacement pour nos opérations de surveillance.

Image preview


Additionally, they finally have their own logo!
Previously, it was this:
95434_logo_rs
Now it is this:

Communiqué de presse complet

The Sustainable Mobility Agency unveils its first brand

Publication: January 19, 2024

Montreal, January 19, 2024 — The Sustainable Mobility Agency today unveils its first brand identity. It will gradually be visible on its street furniture, vehicles, mobile application and website in order to better position the organization in the mobility ecosystem.

After having evolved with a temporary identity since its creation and having seen its role and responsibilities evolve during its four years of existence, the Agency will take advantage of this new brand to make its mission and the action of its teams on the ground better known to the population and its various target audiences. Its services will thus be grouped under the same banner, which will be sustainable and used for years to come.

"The new brand illustrates the evolution of the Agency since its creation in a sustainable mobility ecosystem where many players evolve. This new brand will make us stand out and position our role, which is much broader than that of parking management. It is more important than ever to be visible to the public and customers in order to contribute to the transition to more sustainable mobility. In addition, it will allow in the future to deploy different promotion and awareness campaigns to support Montrealers in their behavior changes in terms of mobility, "explains Laurent Chevrot, Director General of the Montreal Sustainable Mobility Agency.

A useful brand

This new brand will be informative and its main objective is to change the perception of the use of public space. It will be used to change the vision regarding the use of the space dedicated to parking in particular. The Agency wishes to bring the understanding that the occupation of the street is a service that we decide to use rather than a public achievement. The equitable sharing of space to facilitate the use of different types of mobility is at the heart of this vision.

An identity that speaks

The Agency has adopted a strong icon. The logo is composed of the stylized letter “M” and graphic symbols representing “markers”. The “M” communicates both Mobility and Montreal; the markers are rich in meaning to explain the different roles of the Agency: they delimit the space, indicate a direction or represent a streetside.

The logo will be accompanied by a new signature “Share the streets of Montreal”. It makes it possible to quickly understand the role of the Agency and reflect its mission of managing public space in the service of sustainable mobility in order to make the City of Montreal more accessible, more dynamic, more prosperous and easier to live with.

5 Likes

Très heureux de voir ça, je me suis toujours demandé pourquoi ces employés de la ville ne se déplaçaient pas en transport actif.

Un point: On va les confondre facilement pour des agents du SPVM. Aussi, drôle de choix de vélo, surtout que contrairement aux policiers, ils n’ont pas besoin de poursuivre des contrevenants. Je leur aurais plutôt donné un vélo utilitaire urbain avec garde-boues pour que ce soit plus confortable, du genre Trek Verve.

2 Likes

They chose a maze as a logo… I guess this how people feel when they navigate through Montreal streets under construction :stuck_out_tongue_closed_eyes:

1 Like

J’ai croisé un véhicule avec le nouveau logo la semaine dernière sur Peel. Probablement un tech qui s’occupe des bornes de paiement

Les agents de stationnement sont encore dans des véhicules aux couleurs de la ville,

4 Likes

C’est plus facile de “sauter” des trottoirs avec un vélo de montagne. Après pas sur que cette pratique soit encouragée par la CNESST :laughing:

Ça fait + de 30 minutes que j’attend pour parler à qq à l’Agence de mobilité durable et toujours pas de réponse… J’ai hâte au jour où il va y avoir un formulaire en ligne pour signaler les véhicules dans les voies réservées!

Edit · Ça a pris environ 56 minutes au final.

3 Likes

Even better, they should allow STM to give tickets when a vehicle is in a bus lane that shouldn’t be like how NYC does, with the buses and streets having cameras. Each time a vehicle does it, the cost of the ticket cost goes up.

6 Likes

If I remember correctly, the STM’s sûreté agents becoming special constables was supposed to allow them to do that.

Quelque chose qui m’exaspère de plus en plus c’est que beaucoup de conducteurs ne comprennent pas ou ne respectent le panneau “arrêt interdit”… Un exemple de rue qui ne manque jamais est celui de Maisonneuve Ouest à la sortie de Metro Guy Concordia (St Mathieu). Tu vas toujours avoir un “dude” avec ces flasheurs (ou pas) à cet endroit. :man_facepalming:t2:

1 Like

Oui, mais c’est juste “2 minutes”. Dans les arrêts de bus, aussi, c’est constant. À la différence, c’est que nous parfois, nous ne serons pas en mesure de faire l’embarquement ou débarquement d’une personne en fauteuil roulant ou a la mobilité réduite puisque nous serons loin du trottoir. Mais bon le dude dans sa voiture, il est pressé et juste “2 minutes” ce n’est pas la fin du monde ! Les gens sont égoïstes et inconscients.

9 Likes

Or nearby on Maisonneuve and Bishop, cars park where the Concordia shuttle bus turns to the university which then blocks the whole street. There are so many other places they can pull over but they stop there….

1 Like

On Saint-Laurent a bus stopped and opened the back door onto a car stopped in the bus lane (with the driver inside still), so then about 20 people (a group from a party I think) all disembarked and climbed over the car. Eventually the driver backed up because people laughing at them and pointing lol

The solution would be more projected bus stops, like on Rachel, where if cars stop in the bus stop, they also stop car traffic too

3 Likes

Sur Saint-Laurent il n’y devrait même pas avoir de stationnement sur le côté droit, ça engendre tout simplement trop de problèmes pour réellement, seulement une poignée de clients potentiels.

4 Likes

La saison des contraventions s’ouvre officiellement ce lundi à Montréal, alors que les interdictions de stationnement pour l’entretien des rues entrent à nouveau en vigueur dans la majorité des arrondissements. La Ville en profitera pour lancer sa grande opération de ménage du printemps.

Résumé

Vigilance sur le stationnement La saison des contraventions s’ouvre ce lundi à Montréal

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Année après année, le stationnement non autorisé est l’infraction la plus fréquente dans les rues de la métropole.

La saison des contraventions s’ouvre officiellement ce lundi à Montréal, alors que les interdictions de stationnement pour l’entretien des rues entrent à nouveau en vigueur dans la majorité des arrondissements. La Ville en profitera pour lancer sa grande opération de ménage du printemps.

Publié à 1h11 Mis à jour à 7h00

Partager


Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse

« Il faudra vraiment surveiller les panneaux à partir de lundi et éviter de se stationner d’un côté de la rue en fonction de l’affichage. On trouve important de le rappeler », affirme le porte-parole administratif de l’administration montréalaise, Philippe Sabourin.

Année après année, le stationnement non autorisé est l’infraction la plus fréquente dans les rues de la métropole. Ces amendes, qui s’élèvent à 90 $ en incluant les frais de greffe, représentent le tiers de toutes les contraventions données par les agents municipaux. « Il n’y a pas de période de grâce, donc il faudra être très vigilant pour s’éviter une amende », insiste M. Sabourin.

Tout cela coïncidera avec le lancement du grand ménage du printemps, qui débute un peu plus tôt cette année en raison des conditions météorologiques clémentes et des faibles précipitations de neige. Dans Ville-Marie, certains grands axes ainsi que des parcs ont déjà commencé à être nettoyés.

Au total, « ce sont 600 pièces d’équipement, dont des camions-citernes, des lave-trottoirs, des balais de rue et des aspirateurs, qui vont se mettre en marche dès lundi », explique le porte-parole. L’opération s’échelonnera sur une période de quatre à six semaines et coûtera 50 millions aux contribuables.

De l’hivernal à l’estival

Jusqu’ici, environ 75 % des équipements de nettoyage de la Ville ont été « convertis » du mode hivernal à estival. Les appareils servant à déneiger la chaussée sont en effet transformés pour l’été : la pelle est retirée, puis un système de buses y est ajouté avec un réservoir à l’arrière.

« On se garde toujours un peu d’équipements hivernaux en réserve, si jamais il y avait encore de la neige ou du verglas en avril, comme l’an dernier. Cet équilibre-là est crucial si on retombait en situation hivernale », note à ce sujet M. Sabourin.

Seuls deux chargements de neige ont été décrétés cette saison par la Ville, l’un en décembre et l’autre en janvier, ce qui a permis aux équipes de « se concentrer davantage sur la réparation des nids-de-poule, notamment », dit le relationniste. Il rappelle toutefois que les travaux d’épandage d’abrasifs ont été nombreux en raison de la fluctuation de la météo. En règle générale, une opération de chargement coûte à la Ville 1 million de dollars par centimètre de neige ramassé.

Environ 150 000 tonnes de petites roches devront être ramassées par les cols bleus au cours des prochaines semaines. Pour le reste, environ 60 % des déchets ramassés proviennent de l’industrie de la restauration rapide et 30 % de mégots de cigarettes. En moyenne, chaque mégot pollue jusqu’à 500 litres d’eau.

Le modèle montréalais est plutôt unique en la matière au Québec, du moins en ce qui concerne le stationnement durant le grand ménage du printemps. À Québec, le nettoyage des rues se fait lors d’opérations spéciales – comme celle du nettoyage du printemps – lors desquelles de la signalisation temporaire est utilisée pour informer les citoyens d’une interdiction de stationnement.

Avec la collaboration de Pierre-André Normandin, La Presse

1 Like

Ça fait des années que les utilisateurs de la 55-N le demandent vu que le stationnement à droite cause la majorité des entraves du bus, mais la ville et la STM n’ont jamais bougé à ce sujet. Je ne sais pas pourquoi.