Quartier Namur-Hippodrome

Ça devient un peu difficile à gérer selon le mode de gestion cependant. Si l’OBNL est une coop, qui demande généralement l’implication des résidents dans son entretien et sa gestion, comment cela s’intègre à l’intérieur d’une copropriété plus traditionnelle? Comment les coûts de l’OBNL sont séparées des autres, et que ce soit équitable alors qu’en bout de ligne c’est l’entretien du même édifice et des mêmes services?

Il y a sûrement des moyens originaux de concilier tout cela cependant, mais ce sont des questions à se poser et donc une couche de complexité. Aussi dans le cas du logement abordable, on ne pousse pas nécessairement une grande mixité en bout de ligne. Si par exemple on offre des logements 10% sous le marché, on est encore dans une clientèle relativement comparable d’un point de vue socio-économique par rapport au reste de l’édifice.

C’est bien entendu différent pour le logement social. Là le type de résidents dans l’édifice serait bien plus varié.

Mais je crois que si les promoteurs étaient partants pour créer de tels édifices, la ville serait très heureuse, non seulement d’un point de vue idéologique mais aussi pratique: le promoteur pousse le projet, unités abordables incluses. C’est un peu l’esprit derrière le règlement pour une métropole mixte après tout. Cependant les promoteurs ne veulent pas construire de tels édifices (même lorsque le logement abordable est sur le site du projet, c’est un édifice séparé, quand ce n’est pas juste une compensation financière du promoteur), et il faut aussi convaincre la clientèle des promoteurs d’acheter avec cette mixité.

2 Likes

Ouf il y a quand même des limites à la mixité. Dans un quartier, je veux bien, mais à l’intérieur d’un même immeuble, pas certain que la cohabitation serait toujours heureuse.

On est tous pour la vertu, la compassion et le vivre ensemble, mais je doute qu’on puisse vendre beaucoup de condos, même des « abordables », dans un immeuble qui est en partie des logements sociaux…

En tout cas, je ne crois pas être particulièrement intolérant en disant que je ne serais pas intéressé!

1 Like

Je crois que ça tient au fait qu’on ne connait pas beaucoup le logement abordable cependant. Comme je dis plus haut, c’est à la base souvent les mêmes résidents qu’on retrouverait dans les édifices adjacents « non-abordables ». Ce qui change le plus souvent, c’est le type de gestion et le défi d’intégration serait plutôt là.

Tu ne serais sûrement pas désintéressé de vivre à côté d’un électricien, d’un dentiste ou d’un journaliste. C’est ça qui a dans la coop pas loin de chez nous où je connais quelques personnes qui y habitent. Cependant, vivre dans une coop, c’est là qu’on voit des différences.

Le logement social est une autre histoire. On voit souvent une clientèle qui a besoin de plus de support et d’aide, et qui est parfois plus difficile à gérer, et c’est normal de voir une réticence. Même si réalistement une bonne part de ces gens seraient aussi de très bons voisins d’étage et que cette mixité pourrait être bénéfique (je pense par exemple aux bénéfices de faire vivre des enfants dans un milieu de vie mixte).

1 Like

Cette idée de mixité interne a déjà été amenée pour plusieurs projets et il y a de très nombreux obstacles à leur réalisation, avant même de parler des sensibilités des futurs acheteurs. Le rythme d’avancement, la lourdeur des dossiers, le financement, les priorités, la gestion, les formes contractuelles, les assurances; il y a beaucoup de différences.

Pour ma part, je ne pousserait pas pour un tel niveau de complexité. Avoir une mixité au sein du quartier est amplement suffisant. De toute façon, les gens sortent de chez eux. Même si certains bâtiments sont 100% condos et d’autres 100% logements abordables et d’autres 100% logement sociaux, une mixité sociale réussie est avant tout celle qui teinte l’espace public et qui se vit au quotidien hors de chez soi.

2 Likes

Je comprends la complexité qui peut en découler. J’y vois autant l’aspect de mixité que de maintenance.

C’est plus dûr de ne pas maintenir le budget, frais, maintenance d’une dizaine de condos dans un édifice de 200 que de ne pas (assez) maintenir le bloc au complet, qui finira par être vétuste et même abandonnée.

Un message a été fusionné à un sujet existant : 5400, Jean-Talon Ouest - jusqu’à 35 étages

L’appel à projet est lancé

2 Likes

Désolé d’être en retard, mais sait-on officiellement de quel terrain il est question pour ce premier projet?

il me semble que c’est un lot le plus à l’est sur le site de l’hippodrome, le plus près du métro Namur. Ce serait le seul lot desservi par les services utilitaires (eau, gaz, électricité). Donc, le + facile à construire

Pour le reste de l’ancien hippodrome, il va falloir faire les infras souterrains + les rues.

Le lotissement ne semble pas encore avoir été fait. Sur le site du MERN, c’est encore un seul gros lot

2 Likes

Appel à candidatures pour le redéveloppement d’un premier terrain sur le site Namur-Hippodrome

Portail Constructo | 29 septembre 2022

Appel à candidatures pour le redéveloppement d'un premier terrain sur le site Namur-Hippodrome. Crédit : Ville de Montréal
Crédit : Ville de Montréal

La Ville de Montréal a publié l’appel à candidatures réservé aux organismes sans but lucratif (OSBL) œuvrant en habitation pour le redéveloppement d’un des terrains du futur écoquartier Namur-Hippodrome.

Les candidatures seront évaluées par un jury selon plusieurs critères afin de déterminer le meilleur projet pour le secteur, notamment en termes d’abordabilité et de carboneutralité.

Les OSBL qui déposeront leur candidature seront appelés à démontrer leur capacité à répondre aux besoins identifiés par la population du secteur. Les critères d’abordabilité pérenne et d’éco-responsabilité seront également déterminants dans le choix du projet de manière à refléter la vision de la Ville du futur écoquartier.

Ce premier appel à projets permettra d’évaluer ce nouveau mode d’attribution de terrains appartenant à la Ville à des OSBL en habitation, qui pourront y développer du logement abordable, une pratique au cœur de la vision du Chantier Montréal abordable.

D’une valeur marchande de près de 20 M$, le terrain sera vendu au prix de 4,5 M$. Le projet retenu pourrait aussi toucher une contribution additionnelle allant jusqu’à 4,5 M$, ce qui représente une subvention majeure pour permettre la réalisation du projet.

Rappelons qu’à terme le site de l’ancien hippodrome accueillera 6 000 logements. De ce nombre, une part significative de logements sociaux et abordables sera construite. En parallèle, la planification du quartier Namur-Hippodrome se poursuit et un plan directeur d’aménagement est en cours d’élaboration.

Source : Ville de Montréal - Cabinet de la mairesse et du comité exécutif

1 Like

60 % de logement abordable | Montréal met en vente un deuxième terrain à l’ancien hippodrome


PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE
La mairesse de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, Gracia Kasoki Katahwa, et le vice-président du comité exécutif Benoit Dorais, en août dernier sur le site de l’ancien hippodrome

Montréal met en vente un deuxième terrain sur le site de l’ancien hippodrome, dans Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, qu’elle veut transformer en « écoquartier » avec 6000 nouveaux logements. Après un premier projet se voulant « 100 % » consacré à du logement abordable, cette seconde initiative devra y réserver 60 % des unités.

Publié à 14h20
HENRI OUELLETTE-VÉZINA, LA PRESSE

« Ces deux projets marquent le début du redéveloppement de ce secteur important et incarnent notre vision pour le redéveloppement vert et inclusif de notre métropole », a affirmé lundi le vice-président du comité exécutif et responsable de l’habitation, Benoit Dorais, dans une déclaration.

En août, M. Dorais avait annoncé qu’un premier appel de projets serait lancé d’ici quelques semaines afin de doter ce vaste terrain, près de la station de métro Namur, d’environ 200 logements sociaux et abordables d’ici 2025, soit la totalité des unités qu’on projette d’y construire, en plein centre des lieux. L’appel a été lancé le 28 septembre dernier ; il priorise d’abord les organismes à but non lucratif en habitation.

Ce deuxième projet sera toutefois un peu différent. Situé au coin de la rue Jean-Talon et de l’avenue Clanranald, il ne devra intégrer que « 60 % d’unités abordables sur une période d’au minimum 30 ans ». Et surtout, il pourra être géré par un promoteur privé, a précisé la Ville, en soulignant que le terrain sera « cédé à la meilleure proposition ». Le nombre de logements projeté n’a toutefois pas été précisé.

« Plus vous avez des objectifs ambitieux et que vous pouvez démontrer que vous allez les remplir, plus vous avez de points. Et plus il y a de chances de remporter l’appel public », disait en août M. Dorais, en s’adressant aux futurs joueurs intéressés à acquérir les terrains. « On veut vraiment se ramasser avec les meilleurs projets », avait-il insisté.

De 8000 à 6000

Le projet « Namur-Hippodrome », vu comme un futur « écoquartier » carboneutre qui ferait la part belle aux transports actifs et collectifs ainsi que le verdissement, devait initialement accueillir plus de 8000 logements. Cette cible a toutefois été revue à la baisse par la Ville, autour de 6000. La mairesse Valérie Plante a souvent décrit le projet comme « l’anti-Royalmount ».

En vendant ses propres terrains pour assurer leur développement immobilier, Montréal dit vouloir « tester de nouveaux modèles d’attribution de terrain ».

L’avenir du site de l’ancien hippodrome fait l’objet de débats depuis des décennies à Montréal. Aucun cheval n’y a couru depuis 2009. Les bâtiments de l’hippodrome ont été démolis en 2018. Au fil du temps, trois administrations municipales se sont succédé : de Gérald Tremblay à Valérie Plante en passant par Denis Coderre, aucune n’a encore concrétisé de projet.

Dès 2019, la Ville de Montréal, à qui Québec a cédé les terrains de l’ancien hippodrome en 2017, avait dévoilé sa vision du grand secteur Namur-Hippodrome de 95 hectares au total. Valérie Plante et son équipe rêvent d’en faire un quartier carboneutre qui accueillerait plus de 12 000 unités d’habitation, dont 6000 seulement sur l’ancien site de Blue Bonnets.

Un plan directeur d’aménagement est toujours en cours d’élaboration pour tout le secteur, et devrait voir le jour en 2024. Les premiers logements, eux, devraient être livrés d’ici 2025.


Communiqué de la Ville

Chantier Montréal abordable : Montréal lance un appel public de soumissions pour le redéveloppement d’un 2e terrain sur le site Namur-Hippodrome

17 octobre 2022

Montréal, le 17 octobre 2022 - Veillant au développement du projet d’écoquartier Namur-Hippodrome, la Ville de Montréal annonce le lancement d’un appel public de soumissions pour la vente d’un deuxième terrain sur le site de l’ancien hippodrome, dans l’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce. Cet appel public de soumissions sera assorti d’une exigence minimale de 60 % d’unités abordables sur une période d’au minimum 30 ans. La réalisation sera soutenue par le Programme pour une métropole abordable, qui permet à un ménage à revenu modeste d’acquérir un logement à 80 % de sa valeur, tout en préservant l’abordabilité dudit logement lors des reventes subséquentes.

Après avoir publié, le 28 septembre dernier, l’appel à candidatures réservé aux organismes sans but lucratif (OSBL) œuvrant en habitation pour le redéveloppement d’un premier terrain sur le site du futur écoquartier Namur-Hippodrome, la Ville met maintenant en vente un nouveau lot et invite les promoteurs privés à présenter leurs projets.

Le terrain en question, qui est situé à l’entrée du site de l’ancien hippodrome, du côté est, plus précisément à de l’intersection de la rue Jean-Talon et de l’avenue Clanranald, sera cédé à la meilleure proposition. À l’instar du premier terrain visé par un appel de candidatures, ce nouveau lot a été ciblé dans le cadre du Chantier Montréal abordable, une démarche de concertation initiée par la Ville de Montréal en juin dernier. Cette initiative permet de briser les silos et de simplifier les processus et les encadrements réglementaires pour mieux bâtir ensemble.

« La mise en œuvre de ces deux projets marque le début du redéveloppement de ce secteur important et incarne notre vision pour le redéveloppement vert et inclusif de notre métropole. Le Chantier Montréal abordable nous permet de tester des nouveaux modèles d’attribution et de vente de terrains qui appartiennent à la Ville pour favoriser la construction de logements abordables. Cette nouvelle façon de faire innovante va guider la réalisation des futurs grands projets en habitation », a expliqué Benoit Dorais, vice-président du comité exécutif de la Ville de Montréal et responsable de l’habitation, de la stratégie immobilière et des affaires juridiques.

Rappelons qu’à terme, le site municipal de l’ancien hippodrome accueillera 6 000 logements. De ce nombre, une part significative de logements sociaux et abordables sera construite, dépassant les cibles fixées par le Règlement pour une métropole mixte. Le développement de ce quartier sera axé sur la carboneutralité, la mobilité durable et des services de proximité, tout en laissant une place prépondérante à la nature. Les premiers logements devraient être livrés d’ici 2025.

Dans l’intervalle, la planification du quartier Namur-Hippodrome se poursuit et un plan directeur d’aménagement est en cours d’élaboration, laissant une place importante à la concertation avec l’ensemble des parties prenantes, dont la société civile.

2 Likes

Savez-vous où on peut trouver les détails de ces “appels publics”? :confused:

Si ce n’est pas sur SEAO, la Ville publie les avis dans le journal Le Devoir (édition papier), qu’on peut consulter gratuitement sur PressReader avec un abonnement à la BAnQ.

image

1 Like

Ici: https://seao.ca/OpportunityPublication/ConsulterAvis/Recherche?ItemId=18551d7f-3da3-4483-880b-cc661f191b33&callingPage=2&searchId=d32e733c-9e36-4b88-bf55-af310104db5d

3 Likes

Dans le plan des lots, on peut voir qu’il y aura une rue dans la partie Sud (6 538 427)

Il y a 3 lots pour l’instant dans la partie Est (6 538 426, 6 538 428 et 6 538 429); en bordure du prolongement de l’avenue Clanranald.

3 Likes

Les rues Des Jockeys et Jean-Talon à l’entrée du site devraient être complètement réaménagées. C’est une aberration selon moi de ne pas revoir la géométrie des terrains, pour les rendre plus pratiques et modernes. On a la chance d’avoir un blank slate pour un nouveau quartier, mais on l’aménage en utilisant des “guides” périmés de l’époque de l’Hippodrome.

7 Likes

On a vu au projet du 5400, Jean-Talon Ouest que les terrains aux alentours de ces rues appartiennent à un propriétaire privé, qui souhaite d’ailleurs un faire redéveloppement massif. Il faudrait donc racheter ces terrains. En expropriation, ce serait sûrement très cher.

Cependant, ça pourrait être une occasion de se faire céder les terrains de gré à gré, en échange de permis de construction plus généreux, peut-être.

La ville a parfois réussi à se faire céder des terrains lors de redéveloppements. Étant donné la volonté actuelle du propriétaire pour construire, il y a une occasion, à mon avis.

Il y a aussi parfois des échanges entre la Ville et les promoteurs de parcelles de terrains qui permettent de meilleurs aménagements de rue. Ça permet souvent aux promoteurs d’avoir des formes de lots plus faciles à aménager. Tout le monde est gagnant.

1 Like

Site Namur-Hippodrome : appel public de soumissions pour le redéveloppement d’un deuxième terrain

Portail Constructo | 18 octobre 2022

Site Namur-Hippodrome : appel public de soumissions pour le redéveloppement d'un deuxième terrain. Crédit : Ville de Montréal

Après avoir publié en septembre dernier l’appel à candidatures réservé aux organismes sans but lucratif (OSBL) œuvrant en habitation pour le redéveloppement d’un premier terrain sur le site, la Ville de Montréal met maintenant en vente un nouveau lot et invite les promoteurs privés à présenter leurs projets.

Le terrain en question, qui est situé à l’entrée du site de l’ancien hippodrome, du côté est, plus précisément à l’intersection de la rue Jean-Talon et de l’avenue Clanranald, sera cédé à la meilleure proposition.

À l’instar du premier terrain visé par un appel de candidatures, ce nouveau lot a été ciblé dans le cadre du Chantier Montréal abordable, une démarche de concertation entreprise par la Ville de Montréal en juin dernier. Par ailleurs, cet appel public de soumissions sera assorti d’une exigence minimale de 60 % d’unités abordables sur une période d’au minimum 30 ans.

Rappelons qu’à terme le site municipal de l’ancien hippodrome accueillera 6 000 logements. De ce nombre, une part significative de logements sociaux et abordables sera construite. Le développement de ce quartier sera axé sur la carboneutralité, la mobilité durable et des services de proximité, tout en laissant une place prépondérante à la nature. Les premiers logements devraient être livrés d’ici 2025.

Dans l’intervalle, la planification du quartier Namur-Hippodrome se poursuit et un plan directeur d’aménagement est en cours d’élaboration.

Source : Ville de Montréal - Cabinet de la mairesse et du comité exécutif

1 Like

Reçu par courriel (c’est le même terrain annoncé à la mi-octobre)

MISE EN VENTE D’UN TERRAIN

Mise en vente d’un terrain sur le site de l’ancien Hippodrome

La Ville de Montréal s’adresse à l’ensemble des entreprises œuvrant en immobilier et en construction qui désirent investir et être partie prenante dans la mise en œuvre d’un des plus grands projets urbains de la Ville de Montréal, celui du quartier Namur-Hippodrome.

Afin de débuter la réalisation de ce grand projet, la Ville de Montréal met présentement en vente un terrain, d’une superficie d’un peu plus de 4200 m², sans bâtiment, situé dans la partie sud-est du site de l’ancien hippodrome, à proximité de l’intersection de la rue Jean-Talon Ouest et de l’avenue Clanranald, dans l’arrondissement de Côte-des-Neiges‒Notre-Dame-de-Grâce.

Principaux critères de sélection

La mise en vente est effectuée sous forme d’appel public de soumissions, dont la mise à prix est fixée à la somme minimale de 10 M$.

Le soumissionnaire doit s’engager à réaliser un projet résidentiel qui répond notamment aux objectifs de transition écologique et d’abordabilité pérenne. Plus précisément, le projet du soumissionnaire doit comporter au moins 60% de logements abordables réalisés dans le cadre du Programme pour une métropole abordable, tel que défini dans le cahier d’appel public de soumissions.

Ouverture des offres et documents de soumission

Les ouvertures ont lieu le mardi 20 décembre 2022 à 13h30.

Les personnes et les entreprises intéressées peuvent se procurer les documents de soumission en communiquant avec un des représentants du Service électronique d’appels d’offres (SÉAO) par téléphone au 1 866 669-7326 ou au 514 856-6600, ou via le lien suivant www.seao.ca.

Référence SEAO : 1651462

Le site de l’hippodrome en bref

Ce grand terrain de près de 43 hectares est l’un des seuls de cette envergure disponible sur l’île de Montréal pour le développement immobilier. Il possède un potentiel de développement exceptionnel et deviendra à terme un nouveau quartier où près de 6 000 logements sont prévus avec une variété d’équipements collectifs d’envergure.

La vision proposée pour le futur quartier Namur-Hippodrome a fait l’objet d’une concertation citoyenne par l’Office de consultation publique de Montréal. Plus d’information est disponible sur la page web de la Ville de Montréal: Quartier Namur-Hippodrome : un projet d’écoquartier.

1 Like