Quartier Namur-Hippodrome

Le territoire du futur quartier Namur-Hippodrome est composé des abords de la station de métro Namur et du site de l’ancien hippodrome, propriété de la Ville de Montréal depuis 2017. Cet ensemble de 75 hectares est bordé à l’est par l’avenue Mountain Sights, au sud et à l’ouest par les emprises des voies ferrées du CP, et au nord par la limite de la Ville de Mont-Royal.

La Ville de Montréal désire transformer ce site en un milieu de vie carboneutre axé sur le transport actif et collectif.

Rapport de l’OCPM : https://ocpm.qc.ca/sites/ocpm.qc.ca/files/pdf/P107/rapport-namur-hippodrome.pdf

C’est une bonne nouvelle. Il est certain que chaque élu pousse un peu chacun dans leur direction, mais ils s’entendent au moins de créer un seul plan, tous ensemble.

Réaménagement du secteur Namur-De La Savane - Les Villes s’unissent autour des solutions de mobilité collective et active pour le secteur Namur-De la Savane et pour l’axe Cavendish

Logo de la Ville de Montréal (Groupe CNW/Ville de Montréal - Cabinet de la mairesse et du comité exécutif)

NOUVELLES FOURNIES PAR | Ville de Montréal - Cabinet de la mairesse et du comité exécutif | Déc 17, 2020, 14:58 ET

MONTRÉAL, le 17 déc. 2020 /CNW Telbec/ - Les Villes de Montréal, Côte-Saint-Luc, Ville Mont-Royal ainsi que les arrondissements de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce et de Saint-Laurent, situés aux abords du boulevard Décarie, se mobilisent pour créer un plan axé sur le transport collectif et actif pour le secteur Namur-De la Savane.


Secteur Namur-De la Savane - Source : Rapport du Groupe de Travail NDLS (Groupe CNW/Ville de Montréal - Cabinet de la mairesse et du comité exécutif)

Le secteur Namur-De La Savane est situé entre l’autoroute Métropolitaine, la rue Jean-Talon Ouest, le boulevard Cavendish, la gare de triage du CP et le corridor Décarie. Il chevauche deux villes (Côte Saint-Luc et Mont-Royal) et deux arrondissements de Montréal (Saint-Laurent et Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce).

Une résolution conjointe sera déposée au conseil d’agglomération jeudi afin que l’agglomération de Montréal demande d’une même voix à l’ARTM la mise en place d’une desserte appropriée en transport collectif électrique dans le secteur élargi de Namur-De la Savane, incluant l’axe du boulevard Cavendish. Plus spécifiquement, l’agglomération demandera à l’ARTM de proposer un mode de transport approprié ainsi qu’un tracé optimal pour cette desserte dans le but d’obtenir un service convenable et efficace aux citoyennes et citoyens du secteur et de l’agglomération.

Cette déclaration fait suite au rapport Junca-Adenot, commandé par la ministre Chantal Rouleau et la mairesse Valérie Plante et publié en mai 2019, qui montre clairement que des solutions innovantes sont essentielles pour réduire la congestion routière et la nécessité d’inclure le secteur Namur-De la Savane dans les grands projets de transport collectif de l’ARTM.

Les élus conviennent que les promoteurs et tous les paliers de gouvernement doivent contribuer à la mise en œuvre du plan pour en assurer le succès et le bon développement du secteur Namur-De La Savane.

Transformation rapide

Ce secteur, qui est l’un des plus congestionnés de Montréal, fera l’objet de transformations rapides au cours des prochaines décennies, alors que des milliers de nouveaux logements et de nombreux commerces sont prévus sur le site de l’ancien hippodrome, le Carré Décarie, le Royalmount, les condos Westbury, et plusieurs autres grands projets immobiliers en cours ou à l’étape de la planification. Actuellement, 360 000 véhicules traversent quotidiennement le secteur, sur les autoroutes 40 et 15.

Les Villes approuvent également les nombreuses recommandations du rapport Junca-Adenot, dont une recommandation-clé est le raccordement du boulevard Cavendish, dédié prioritairement au transport collectif et actif. Afin que ces actions se concrétisent, ils participent au Groupe de travail Namur-De la Savane pour veiller à ce que les différentes instances, incluant le MTQ, l’ARTM et la STM, assurent le suivi des actions et recommandations.

Le rapport Junca-Adenot peut être consulté à cette adresse : cotesaintluc.org/fr/MobiliteAvantTout.

Citations

« Le prolongement de Cavendish est une priorité. Celui-ci permettra notamment un développement résidentiel mixte, inclusif et vert dans le secteur de l’hippodrome. Plus largement, ce prolongement aura un impact positif sur l’ensemble du secteur stratégique Namur-De La Savane, qui est lourdement affecté par une congestion chronique. Ce secteur doit être développé dans une perspective de transition écologique, en axant les investissements sur la mobilité durable, en particulier les transports collectif et actif. » - Éric Alan Caldwell, responsable de l’urbanisme et de la mobilité au comité exécutif de la Ville de Montréal

« C’est un moment historique puisque Montréal a l’occasion de mettre en valeur le développement axé sur le transport en commun. Il est devenu très clair que, si nous voulons tous la réussite de nos projets, nous devons nous entendre sur les moyens à mettre en œuvre pour que les gens puissent se déplacer plus facilement et plus librement dans l’avenir. » - Mitchell Brownstein, maire de Côte Saint-Luc

« En tant que territoire municipal durable, il est essentiel de faciliter la mobilité et de soutenir des solutions de transport écologique, comme le transport électrique ou le tramway sur la rue Jean-Talon jusqu’au boulevard Cavendish et relié à Côte-de-Liesse. Cela contribuera en outre à attirer les futurs résidants vers des occasions d’emplois dans notre arrondissement. » - Alan DeSousa, maire de l’arrondissement de Saint-Laurent

« Les solutions au transport en commun sont essentielles pour que le développement de l’hippodrome puisse devenir le quartier vert et inclusif dont veulent les résidants de Côte-des-Neiges. » - Sue Montgomery, mairesse de l’arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce

« Nous examinons déjà des solutions de transport en commun appropriées pour optimiser la proximité du métro et réduire la dépendance aux véhicules privés. Nous recherchons tous les solutions de mobilité verte qui contribueront à résoudre le problème du réseau routier très congestionné autour du secteur Namur-De la Savane. » - Philippe Roy, maire de Ville de Mont-Royal

SOURCE Ville de Montréal - Cabinet de la mairesse et du comité exécutif

Ancien hippodrome: Montréal acquiert un terrain près de la station de métro Namur

Ancien hippodrome: Montréal acquiert un terrain près de la station de métro Namur

Photo: Josie Desmarais/MétroLe secteur Namur, où était situé l’hippodrome de Montréal.

La Ville de Montréal entend débourser 1 M$ pour acquérir un terrain vacant situé à proximité de la station de métro Namur, une démarche qui s’inscrit dans le vaste réaménagement du site de l’ancien hippodrome que compte réaliser l’administration municipale.

Le comité exécutif a approuvé mercredi matin l’autorisation pour la Ville d’exercer son droit de préemption afin d’acquérir, au coût de 1 M$, un terrain vacant de 389 m2. Celui-ci se trouve du côté est du boulevard Décarie, près de la station de métro Namur, dans l’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce.

Un «pôle de mobilité»

La Ville entend ainsi transformer ce terrain vacant en «un pôle de mobilité». Ce projet vise à réduire la dépendance à l’automobile dans ce secteur enclavé tout en augmentant l’utilisation de moyens transports alternatifs et de la station de métro Namur, qui est actuellement sous-utilisée par rapport au reste du réseau. Le terrain en question pourrait ainsi accueillir dans les prochaines années des bornes du service de vélos en libre-service BIXI, des stationnements pour vélos ou encore des espaces dédiés aux véhicules en libre-service, a énuméré mercredi le responsable de la mobilité au comité exécutif, Éric Alan Caldwell.

«Notre vision pour améliorer le développement du secteur à échelle humaine, c’est d’axer l’ensemble des déplacements pour les résidents autour de la mobilité durable. C’est une option qu’on veut offrir aux Montréalais qui habitent dans le secteur, qui habitent dans le Triangle et à ceux qui vont habiter [sur] le site de l’hippodrome», a ajouté l’élu de Projet Montréal.

La somme prévue pour faire l’achat de ce terrain est environ 20% supérieure à sa valeur marchande. La facture de 1 M$ exclut d’ailleurs les travaux de décontamination qui devront avoir lieu sur ce terrain. Ceux-ci devraient s’élever à 145 000$, peut-on lire.

Un secteur en transformation

L’acquisition de ce terrain se veut stratégique pour la Ville. Il se trouve en effet dans un secteur qui fera l’objet d’un vaste réaménagement au cours des prochaines années.

Dans son Programme décennal d’immobilisations (PDI), présenté le 12 novembre, la Ville a prévu dépenser 44,8 M$ pour développer le secteur Namur-De la Savane d’ici 2030. Elle entend notamment créer un quartier écologique sur le site de l’ancien hippodrome Blue Bonnets, où environ 6000 logements devraient voir le jour à terme, dont une part «importante» de logements sociaux et familiaux.

Il faudra toutefois patienter de nombreuses années avant de voir cette métamorphose se concrétiser. Le 1er octobre, un rapport de l’Office de consultation publique de Montréal soulevait des lacunes dans la planification de ce projet, qui devra faire l’objet de plusieurs études additionnelles avant d’avoir de réelles chances de «réussite».

Par ailleurs, la Ville ne prévoit dépenser aucune somme prévue au PDI pour ce projet avant 2023. La part la plus importante des dépenses devrait venir après 2025, indiquent les fiches détaillées de ce programme.
https://journalmetro.com/cdn-ndg-westmount/2582981/ancien-hippodrome-montreal-acquiert-un-terrain-pres-de-la-station-de-metro-namur/

Quelqu’un sait de quel lot il s’agit? J’essaie de le trouver.

Selon l’odj du comité exécutif de mtl du 25 nov:

Exercer le droit de préemption pour acquérir de 9365-3905
Québec inc., à des fins de réserve foncière, un terrain vacant
connu et désigné comme étant les lots 2 945 013 et 2 945 014
du cadastre du Québec, d’une superficie de 389 m², situé du côté
est du boulevard Décarie, au nord de la rue Jean-Talon ouest,
près de l’édicule de la station de métro Namur, dans
l’arrondissement de Côte-des-Neiges – Notre-Dame-de-Grâce

2 Likes

Leur terrain pour un ‘‘pôle de mobilité’’ à 1M de dollars pour stationner des vélos et des voitures, ça fait cher payé pour un si petit terrain sans grand revenus fonciers. L’argument de la station de Bixi n’a pas vraiment de poids, car l’espace existe déjà sur le terrain de l’édicule.

Pour ce qui est d’un parking pour des voitures partages, le terrain est déjà un stationnement, donc on va le démolir, décontaminer et refaire le parking ? C’est pas un peu cher payé pour pas grand chose… si on incluait un ascenseur pour la station, d’accord, mais là pour des éléments qui pourraient être installés sans trop dépenser…

3 Likes

On peut certainement se permettre d’émettre des doutes et poser des questions. Faudrait savoir qu’elles sont les intentions de la Ville à long terme. Savoir aussi si elle envisage d’acheter d’autres lots voisins quand ils deviendront disponibles, en utilisant le même droit de péremption. Qui sait si ces terrains pourraient peut-être éventuellement faire partie d’une réserve foncière pour du logement social?

1 Like

Concernant ces petits terrains-là, j’ai tendance à croire que les fins de l’acquisition s’alignent un peu à ce que disait Gérard Beaudet de l’UdeM lors des rencontres pour le PPU:

C’est beau planifier l’hippodrome, c’est beau planifier la portion de territoire entre l’hippodrome et la station de métro, mais il faut faire plus. Il y a des secteurs qui sont en suspens, il y a des secteurs dont on ne sait pas ce qu’ils vont devenir. Le boulevard comme tel, il va falloir y voir, il va falloir faire quelque chose. Parce qu’une partie de la vitrine, ce sont les abords du boulevard. C’est le cadre architectural qui encadre ce boulevard-là. Il va falloir qu’on trouve une solution pour ça. Il faudrait s’y mettre immédiatement. Il ne faudrait pas laisser les promoteurs décider pour la collectivité ce qu’on va faire avec ces terrains-là. Surtout qu’un des handicaps pour la transformation, c’est la surfragmentation des abords du boulevard Décarie. Il y a de très gros propriétaires fonciers, mais il y a de très, très petits propriétaires fonciers. Et un des problèmes auquel on pourrait être rapidement confronté, c’est que les très gros y trouvent leur compte très rapidement pour des projets fermés sur eux-mêmes, mais que les petits s’assoient sur leur terrain en disant : «J’attends mon prix. Moi je ne vends pas tant que ça n’atteint pas tel niveau.»

(Emphase ajoutée)

C’est sûr que de consolider les abords de Décarie c’est une bonne idée, mais la méthode à faire reste à voir. Reste que l’acquisition par la ville de très petits lots est probablement la méthode la plus facile pour venir mitigier la surfragmentation aux abords de Décarie.

Edit: Voici l’excellente présentation complète de Gérard Beaudet en webdiffusion ou la transcription.

Le Château vient de faire faillite alors ça se peut que le magasin à côté de la station serait disponible bientôt.

@vincemtl @nephersir7 est ce que vous pouvez déplacer ce fil vers celui ci