Quartier Louvain Est

Projet d’aménagement du site Louvain Est

Le site Louvain Est est une vaste propriété municipale de près de 8 ha dont l’avenir fait l’objet d’une importante mobilisation citoyenne depuis de nombreuses années. L’intention est d’y aménager un quartier exemplaire et solidaire qui s’inscrira dans la transition écologique et qui contribuera à la résilience de la communauté de l’ensemble du secteur.

La planification est réalisée par un Bureau de projet réunissant des représentants de la Ville de Montréal, de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville et de la table de concertation Solidarité Ahuntsic (comité de pilotage Louvain Est). Cette gouvernance partagée est un projet-pilote qui est en voie de devenir un modèle en matière de démocratie participative dans les projets urbains.

Source: Réalisons Montréal
Consultation publique sur le projet: OCPM - SITE LOUVAIN EST

Informations

Emplacement:

Autres images:

2 Likes

3 Likes

Un beau projet social. J’aime bien le petit ruisseau. J’espère que l’architecture sera reussi.
Ce seront des logements sociaux et coopératifs principalement? En quelle proportion?

ll y aurait 50% de logements sociaux destinés aux personnes à faibles revenus, 30% de logements privés et 20% restant à préciser. Les résidents de Saint-Suplice trouvent que la proportion de logements sociaux est trop élevée, les organismes comme le CLAC jugent qu’elle est trop faible.

1 Like

Le rapport de l’OCPM vient de sortir avec 30 recommandations

Recommandations

RECOMMANDATION #1
La commission recommande l’adoption, en vertu du 3e paragraphe de l’article 89 de la Charte de la Ville de Montréal, du règlement autorisant la construction, la transformation et l’occupation de bâtiments à des fins principalement résidentielles sur le lot numéro 2 497 668 du cadastre du Québec.

RECOMMANDATION #2
La commission recommande l’adoption de la modification soumise au Plan d’urbanisme permettant la création d’un nouveau secteur de densité 01-T13, avec un bâti d’un à dix étages hors-sol ayant un taux d’implantation faible ou moyen et un coefficient d’occupation du sol de 0,5 à 5,0.

RECOMMANDATION #3
La commission recommande qu’un minimum de 25 % de tous les logements de l’écoquartier soit destiné aux familles.

RECOMMANDATION #4
La commission recommande que tout promoteur ayant un projet de construction de logement dans l’écoquartier fasse une analyse différenciée selon les sexes et intersectionnelle. Cette condition devrait être obligatoire à l’acceptation d’un projet d’habitation.

RECOMMANDATION #5
La commission recommande de porter une attention particulière à la diversité architecturale et à la qualité des matériaux afin d’éviter la stigmatisation des résidents par le cadre bâti.

RECOMMANDATION #6
La commission recommande qu’afin de contribuer à l’établissement d’un climat sécuritaire, le gestionnaire s’assure que les locataires commerciaux avec entrée sur rue offrent des heures d’ouverture étendues (soirs et fins de semaine) à leurs clients.

RECOMMANDATION #7
La commission recommande qu’afin de créer des lieux de convivialité, établir des liens avec le quartier et favoriser la rentabilité des petits commerces, le projet de règlement soit modifié, afin que le nord de la rue de Louvain Est puisse accueillir des petits commerces et services, de même que la plupart des rez-de-chaussée des immeubles.

RECOMMANDATION #8
La commission recommande la création du pôle alimentaire proposé. Toutefois, la mitigation des nuisances provoquées devra faire l’objet d’une préoccupation constante et balisée dans l’entente d’occupation des lieux.

RECOMMANDATION #9
La commission recommande que l’aménagement du lieu prévoie dès le départ la réalisation des infrastructures essentielles à la vie commerciale, comme un quai de chargement et des débarcadères de livraison.

RECOMMANDATION #10
La commission recommande au Bureau de projet partagé d’identifier les besoins d’activités sportives par groupes d’âge des résidents et qu’il en informe régulièrement l’arrondissement et les gestionnaires des installations sportives, pour une meilleure planification et pour en faciliter l’accès.

RECOMMANDATION #11
La commission recommande le réaménagement de la chaussée, des trottoirs et des intersections entourant le site Louvain Est, en prenant en compte l’accessibilité universelle et la protection des piétons, cyclistes et automobilistes.

RECOMMANDATION #12
La commission recommande la création d’une rue locale partagée.

RECOMMANDATION #13
La commission recommande d’adopter un ratio maximum de stationnement de 1 pour 3, et qu’une proportion conséquente d’autopartage soit prévue dès le départ, et augmentée au fil du temps.

RECOMMANDATION #14
La commission recommande de considérer la mutualisation des places de stationnement en les regroupant et en modulant la tarification.

RECOMMANDATION #15
La commission recommande de statuer sur un ratio minimum de stationnement mutualisé pour vélos et vélos spéciaux.

RECOMMANDATION #16
La commission recommande que l’aménagement des liens pour le transport actif soit réalisé en début de projet afin de faciliter le transfert modal.

RECOMMANDATION #17
La commission recommande d’aménager des intersections protégées de type intersections hollandaises aux coins de la rue de Louvain Est avec l’avenue ChristopheColomb et la rue Saint-Hubert.

RECOMMANDATION #18
La commission recommande la création de pistes cyclables en site propre, sécuritaires et accessibles, sur les rues de Louvain Est, Saint-Hubert et l’avenue Émile-Journault.

RECOMMANDATION #19
La commission recommande la mise en œuvre des propositions de l’inventaire arboricole et le déploiement de celui-ci tout au long du projet, en délimitant clairement les zones de verdissement et de biodiversité protégée, et en établissant des indicateurs pour valoriser et préserver les trames écologiques du site.

RECOMMANDATION #20
La commission recommande de viser un minimum de 40 % d’agrandissement de la superficie du boisé.

RECOMMANDATION #21
La commission recommande le verdissement de l’avenue Christophe-Colomb sur la section bordant le site Louvain Est.

RECOMMANDATION #22
La commission recommande de se doter d’une stratégie de reddition de compte pour le site, incluant des cibles en matière d’empreinte écologique et de carboneutralité, de gestion énergétique, de gestion des eaux grises et pluviales et de gestion des matières résiduelles.

RECOMMANDATION #23
La commission recommande d’établir un plan précis de gestion des déchets de construction.

RECOMMANDATION #24
La commission recommande que l’analyse financière des projets tienne compte des bénéfices sociaux et environnementaux sur le moyen et le long terme dans la construction des immeubles et infrastructures du site.

RECOMMANDATION #25
La commission recommande qu’un représentant du secteur commercial du quartier soit associé dès maintenant au travail du Bureau de projet partagé, de même que pour toute la durée de vie du projet.

RECOMMANDATION #26
La commission recommande que le modèle de Fiducie d’utilité sociale (FUS) proposée soit retenu, celui-ci étant compatible avec les objectifs du projet Louvain Est, notamment en matière de gouvernance partagée.

RECOMMANDATION #27
La commission recommande que les parties prenantes portent une attention particulière à ce que la vocation et les affections de la fiducie fassent l’objet du plus vaste consensus possible parmi celles-ci.

RECOMMANDATION #28
La commission recommande que la compétence et l’expertise des candidats-fiduciaires soient évaluées de manière indépendante, qu’ils représentent l’ensemble des parties prenantes, et qu’ils fassent l’objet du plus grand consensus possible.

RECOMMANDATION #29
La commission recommande que la fiducie garantisse, par vocation, la participation des résidents aux décisions qui touchent leur quotidien, avec pour but ultime de contribuer à l’épanouissement des individus qui y résident.

RECOMMANDATION #30
La commission recommande au Bureau de projet partagé d’aménager une trouée piétonne dans la voie ferrée, et qu’il s’inspire d’autres aménagements semblables à Montréal et ailleurs pour sa réalisation.

1 Like

Surprise!!! Même si plusieurs participants s’opposaient aux hauteurs, l’OCPM n’a pas recommandé de les diminuer!!! There is hope @OusmaneB

5 Likes

Ahahaha :rofl::rofl::rofl:

Louvain-Est: «Pas d’écoquartier sans écocitoyen»

Journaldesvoisins.com | Publié le 06 Décembre 2021 | François Robert-Durand, Journaliste multimédia

Une trentaine de personnes étaient présentes mardi dernier lors d’une rencontre citoyenne virtuelle qui portait sur la charte du futur écoquartier Louvain-Est. Une rencontre coorganisée par le Comité de pilotage du site Louvain-Est et l’organisme Solidarité Ahuntsic. Compte-rendu d’une rencontre où tout est à faire.

Une charte, «qu’ossa donne»?

Une charte coulée dans le béton, ou qui s’adapte au gré des besoins des générations futures? Qui l’entérinera? L’idée même d’avoir une charte est-elle pertinente?

Ce sont toutes ces questions qui émergent à la suite de cette rencontre.

«L’idée de la charte, c’est justement d’amener des cibles, des balises, des critères pour que les objectifs de l’écoquartier ne soient pas perdus dans le processus», souligne notamment Barbara Maass, une des membres du Comité de pilotage de l’écoquartier Louvain Est.

Certains soulignent que l’importance de réfléchir à une charte doit se faire dès maintenant, et ce, même si l’écoquartier n’en est qu’à ses premiers balbutiements.

«Avec la déconstruction et la décontamination des sols, l’idée d’une charte commence là: qu’est-ce qu’on fait avec les matériaux usés? », souligne Ghislaine Raymond, présidente du Comité de pilotage.

Éviter les erreurs du passé

Bien que cette charte est loin d’être finalisée, les organisateurs semblent rassemblés par un point commun: éviter les écueils qui se sont produits ailleurs dans le monde.

Les cas d’espèces provenaient principalement des pays scandinaves durant les années 1990-2000. Ces initiatives favorisaient une approche, certes, en adéquation avec un urbanisme durable, mais où le résidant n’était qu’un simple client et où le coût des logements était tout sauf abordable.

« Il faut une planification par et pour la population et les besoins locaux », souligne Daniel Cyr, un autre membre du comité de pilotage.

Placer les résidents au coeur de la gouvernance

Les écoquartiers ne constituent pas une nouvelle réalité dans le monde, mais là où LouvainEst se distingue, c’est que l’écocitoyenneté doit être la pièce maîtresse.

«Il n’y a pas d’écoquartier sans écocitoyen », affirme également Daniel Cyr, où des modifications significatives dans nos modes de vie doivent être en adéquation avec la présence d’un milieu de vie de bonne qualité et des résidences hors des règles du marché.

La prochaine rencontre aura lieu en janvier 2022. Le contexte sanitaire décidera si elle se feront en présence des participants et des membres du Comité, ou de façon virtuelle.

3 Likes

Un rendu sur le site de NOS Architectes

https://n-o-s.ca/

14 Likes

Pôle alimentaire de l’écoquartier Louvain Est : différents scénarios à l’étude

journaldesvoisins.com | Vie de quartier | Publié le13 avril 2022 | Martin Ducassé-Gambier, journaliste stagiaire

Les résultats de deux études de faisabilité du projet de pôle alimentaire ont été présentés par le Comité de pilotage du site Louvain Est lors d’une réunion mercredi 30 mars. Si la viabilité financière du projet semble assurée, beaucoup de travail demeure avant qu’il ne voie le jour.

Le collectif Récolte, qui rassemble des experts du développement de projets d’alimentation durable, et l’AU/LAB, un laboratoire de recherche et d’innovation en agriculture urbaine, attestent via leurs études respectives de la viabilité financière du projet de pôle alimentaire présenté par le Comité de pilotage du site.

Les deux organismes présentent également des propositions et des recommandations quant à la vocation du futur pôle, les différentes dimensions qu’il devrait intégrer ainsi que plusieurs modèles de gouvernance.

La réunion de mercredi soir a rassemblé une quarantaine de personnes issues des divers acteurs du dossier ainsi que des citoyens. Entre enthousiasme, questionnements, et temps de parole très limité par soucis d’efficacité, la route est encore longue avant que le pôle alimentaire ne se concrétise.

Combattre le désert alimentaire

La vocation du pôle alimentaire est de fournir de l’alimentation saine et accessible à la population du futur quartier et de ses environs. Le Comité de pilotage entend le faire à travers trois processus : la production, la transformation, et la distribution de denrées alimentaires. À ce stade du projet, la création de différentes structures est à l’étude comme une serre, une cuisine communautaire, ou encore un café bistro.

Lors de la période de questions, certains citoyens ont exprimé leurs doutes –voire leur scepticisme– face à l’envergure de la mission du pôle alimentaire. Comment nourrir la population d’un quartier tout au long de l’année en se reposant sur le maraîchage quand on connaît la dureté du climat québécois durant l’hiver ?

Le Comité de pilotage, sous les recommandations du collectif Récolte et d’AU/LAB, mise notamment sur le maillage entre le futur pôle alimentaire et d’autres quartiers nourriciers ainsi que des organismes du quartier afin de mener à bien sa mission. On parle notamment du Service de nutrition et d’action communautaire (SNAC) ou du Marché d’Ahuntsic-Cartierville (MAC). Mais pour le moment, rappellent les organisateurs de la réunion, tout ça est à l’étude.

Modèles de gouvernance

Le collectif Récolte a soumis différents scénarios afin de dessiner la gouvernance du futur pôle alimentaire. Trois scénarios principaux se dégagent pour le moment, qui s’inspirent d’initiatives déjà existantes. Il s’agit par exemple du technopôle d’Angus dans Rosemont-Petite-Patrie, du Bâtiment 7 de Pointe-Saint-Charles, ou encore de Place Commune dans l’arrondissement de Parc-Extension. Une chose est sûre, la gouvernance du pôle reposera sur les principes de l’économie sociale et solidaire.

Les participants sont invités à classer les différents scénarios par ordre de préférence. Certains ont fréquenté des structures citées comme exemple et ont été séduits par leur mode de gouvernance. D’autres avancent des arguments pour justifier leur classement, mais se méprennent sur certains termes techniques. Ghislaine Raymond, la présidente du Comité de pilotage, les reprend en précisant la définition des termes. L’ensemble des participants s’accordent malgré tout pour féliciter les membres du Comité pour le travail déjà accompli.

1 Like

Au comité exécutif ce matin au point 40.009

Adoption - Règlement autorisant un emprunt de 12 000 000 $ afin de financer les travaux d’aménagement et de réaménagement du domaine public dans le cadre du projet d’écoquartier Louvain Est

3 Likes

Paru il y a… 3 semaines :upside_down_face: dans le journaldesvoisins.com:

Écoquartier Louvain Est : du progrès et des embûches

journaldesvoisins.com | Publié le23 juin 2022 | Olivier Paiement, Collaboration spéciale


Une partie du terrain Louvain Est (Photo : Philippe Rachiele, archives JDV)

Une centaine de personnes étaient présentes lundi à une rencontre sur l’écoquartier Louvain Est. L’événement, qui a eu lieu de manière virtuelle, était organisé par le comité de pilotage du projet et regroupait divers acteurs du milieu communautaire, ainsi que de nombreux citoyens.

Ce fut l’occasion pour les acteurs derrière ce projet de souligner les réalisations accomplies, ainsi que les défis à venir.

L’écoquartier Louvain Est innove autant dans son processus de réalisation que dans ses résultats. De 800 à 1000 logements, dont la majorité seraient à caractère social, en plus de pôles communautaires, alimentaires et éducatifs sont planifiés par un bureau composé d’acteurs communautaires, de l’arrondissement et de la Ville. Cependant, des problèmes de financement se pointent à l’horizon et font ombrage au progrès réalisé.

Le programme AccèsLogis, responsable du financement de logements sociaux dans toute la province, répond très peu à la demande depuis quelques années et rend la vie difficile au comité de pilotage du projet.

Selon Ghislaine Raymond, présidente du comité, le nouveau Programme d’habitation abordable Québec (PHAQ) lui, est insuffisant :

« Une première cohorte de propositions a été faite, mais il n’y a pas eu de suivi. On ne sait pas si ces propositions ont été étudiées ou acceptées. »

Même si un financement est accordé par le PHAQ, il risque d’être insuffisant, puisque ce programme vise surtout les habitations abordables, et non le logement social.

« Les projets, les organismes, les plans et les terrains sont tous là, mais on n’a pas le financement pour acheter les matériaux et payer pour ces projets-là. »

Le problème résulte aussi du fait que l’écoquartier planifié au nord de la rue Louvain Est, entre les avenues Christophe-Colomb et Saint-Hubert, a évidemment besoin d’un investissement initial pour la construction des bâtiments et logements. Toutefois, des sous seront aussi nécessaires à long terme pour assurer la pérennité des pôles communautaires et alimentaires qui y sont vitaux.

Premières pelletées de terre

L’approbation de la fiducie d’utilité sociale (FUS), une gouvernance dite nécessaire à la viabilité du projet, devrait s’officialiser à l’automne. Cette structure, permanente et indépendante, superviserait l’ensemble des acteurs de l’écoquartier.

Cela permettrait ensuite à des étapes importantes de se concrétiser. D’abord, la Ville de Montréal céderait, gratuitement, le terrain.

La démolition de quelques-uns des immeubles appartenant à la Ville et la décontamination du terrain devraient se faire par la suite, en 2023. La construction, elle, débuterait en 2024.

Du concret très bientôt

Une étude d’urgence a présentement lieu afin de déterminer si l’immeuble situé au 9515, rue Saint-Hubert, pressenti pour abriter le pôle communautaire, pourra être utilisé prochainement. Puisque l’actuel centre communautaire Ahuntsic fait face à une importante hausse de loyer, la situation est particulièrement pressante. Des locaux de l’écoquartier Louvain Est pourraient donc être occupés plus rapidement que prévu.

En fait, dès cet automne, les résidants auront la chance de bénéficier de ce projet. En effet, un espace gazonné situé devant cette adresse ayant pignon sur la rue Saint-Hubert deviendra un lieu de rassemblement d’ici la fin de l’été.

Solidarité Ahuntsic a obtenu un financement de la part de Centraide pour cet endroit qui deviendra une aire de rencontres pour citoyens, ainsi qu’une fenêtre de visibilité pour le projet. L’aménagement exact doit encore être validé, mais il pourrait constituer d’une gloriette (gazebo), de tables à pique-nique et de chaises. Au fil du temps, l’offre pourrait aussi être bonifiée.

« On voudrait aussi d’autres aménagements intermédiaires pour que les lieux laissés en jachère soient utilisés et rendus disponibles avant la fin de la construction du site complet. Ce seraient des endroits, beaux, colorés, vivants. Malgré les désagréments occasionnés par la construction, ça va donner un lieu agréable », explique Mme Raymond.

Voilà donc une belle occasion pour les gens de bénéficier du terrain en attendant la concrétisation du projet.

1 Like

Inauguration du Placottoir Louvain

journaldesvoisins.com | Vie de quartier | Publié le30 août 2022 | Olivier Paiement, Journaliste


Espace mobilier du Placottoir Louvain, situé sur le terrain du futur écoquartier Louvain Est. (Crédit : Olivier Paiement, JDV)

C’est sous une légère pluie qu’a eu lieu samedi après-midi l’inauguration du Placottoir Louvain. Cet espace est localisé devant le 9515, rue Saint-Hubert, au coin de la rue Louvain, sur le site de l’écoquartier Louvain Est. Il s’agit d’une première occasion pour les résidants de s’approprier le terrain de ce projet novateur.

À l’aide d’un financement de 12 500 $ de la part du Projet Impact Collectif (PIC) de Centraide, des tables à pique-nique, une pergola et des lumières ont ainsi été installées. Cet espace est appelé Placottoir pour rappeler qu’on vient s’y asseoir pour «placoter» entre voisins. Le projet s’est concrétisé pour souligner les cinq ans de l’École de la citoyenneté d’Ahuntsic.

L’organisme a aussi tenu à impliquer le voisinage dans l’aménagement de l’espace accessible à tous. En effet, des résidants des Habitations Saint-Sulpice, un complexe de HLM situés en face du site du futur écoquartier, ont participé à l’embellissement du Placottoir. Ces derniers ont peinturé des cabanes d’oiseaux et des panneaux qui ont été posés sur place.

« On voulait vraiment qu’ils [le voisinage] se sentent impliqués pour qu’ils s’approprient l’espace », a expliqué Brigitte Robert, chargée de projet à l’École de la citoyenneté.

À moins de travaux majeurs sur le bâtiment de la Ville de Montréal, situé à quelques dizaines de mètres, le mobilier urbain devrait normalement s’implanter dans le paysage de façon permanente dans les prochaines années. D’autres ajouts, comme des supports à vélo, pourraient même être faits au fil du temps.

Un espace à s’approprier

L’idée de l’écoquartier Louvain Est ne date pas d’hier. Le projet germe dans la tête de résidants depuis 2007 et devrait voir le jour d’ici 2033. Il était donc important pour les acteurs impliqués de montrer qu’il s’agit de quelque chose de concret.


Décorations peintes par les résidants des Habitations Saint-Sulpice. (Crédit : Olivier Paiement, JDV)

« Ça fait longtemps qu’on parle de l’écoquartier aux gens sans qu’ils voient quelque chose de tangible. Plusieurs nous répondaient : “Je le croirai quand je le verrai.” On pensait qu’une petite appropriation serait importante », relate Mme Robert.

Dans la prochaine année, des travaux de démolition et de décontamination devraient notamment avoir lieu sur le terrain. Le Placottoir servira donc aussi de baume aux désagréments qui pourraient être causés.

Mme Robert espère surtout que l’implication du voisinage sera forte : « Un peu comme à l’image de la Station Youville, on veut que les résidants fassent vivre le lieu. On ne veut pas dédoubler ce qui se fait à Youville, mais être complémentaire. »

Elle souhaite notamment la création d’un comité citoyen dans le futur.

Un automne important

Les prochaines semaines et mois seront décisifs pour l’avenir de l’écoquartier Louvain Est. La fiducie d’utilité sociale (FUS), cruciale au développement du projet, devrait normalement être approuvée cet automne, ce qui accélérerait l’enclenchement des étapes à venir.

Les questions liées au financement pourraient aussi aboutir. Les membres du Bureau de Projet Partagé (BPP), qui est responsable du dossier, espèrent avoir des éclaircissements de la part de certains acteurs tels que le Fonds de solidarité FTQ ou Desjardins. Les élections provinciales pourraient y avoir une incidence.

D’ailleurs, Haroun Bouazzi, de Québec Solidaire, était le seul candidat aux élections dans Maurice-Richard, circonscription dans laquelle se trouve le site, qui était sur place. Il a tenu à souligner pourquoi il lui était important d’être présent à l’inauguration du Placottoir :

« C’est un espace absolument exceptionnel. C’est un laboratoire de ce qui pourrait être fait ailleurs à Montréal et au Québec. La communauté est impliquée et il y a eu beaucoup de réflexion pour arriver à un beau projet écoresponsable où il y a un CPE, des logements sociaux et une volonté réelle de tisser des liens à l’intérieur du projet. »

La conseillère de la Ville dans le district de Saint-Sulpice, Julie Roy, et la mairesse d’Ahuntsic-Cartierville, Emilie Thuillier, dont le soutien au projet est bien connu, étaient aussi sur place.

2 Likes