Prolongement de l'autoroute 25 et amélioration de la route 125

Discussion sur le prolongement annoncé de l’autoroute 25 et de l’amélioration de la route 125

Les travaux, divisés en trois lots, sont présentement à l’étape de l’avant-projet préliminaire et s’amorceront en 2022 avec le réaménagement de la route 125 dans la municipalité de Sainte-Julienne.

  • Lot 1 – Réaménagement de la route 125 dans le secteur urbain de Sainte-Julienne. Les interventions qui seront mises en œuvre assureront notamment une meilleure gestion des déplacements dans le secteur grâce à la reprogrammation complète des feux de circulation, à l’ajout de voies exclusives de virage à gauche à certaines approches et à l’aménagement de traverses piétonnes.
  • Lot 2 – Contournement de Sainte-Julienne par la construction d’une route nationale à quatre voies (deux voies par direction) à partir du rang du Cordon (route 346) jusqu’au raccordement à la route 125, au nord du périmètre urbain (2 km) Ces travaux prévoient notamment l’aménagement de pistes cyclables et de sentiers de véhicules hors route en site propre ainsi que de trois carrefours.
  • Lot 3 – Construction d’une route nationale à quatre voies, soit deux voies par direction, dans le prolongement de l’autoroute 25

Liens :

Sur le compte Twitter du journaliste Alexandre Shields

:woman_facepalming:t2:

1 Like

C’est l’option 1 ou 2 qui a été retenue?

Je n’ai pas trouvé de carte de l’option retenue, mais voici la description dans le communiqué de juin 2022

  • Le projet global de prolongement de l’autoroute 25 et d’amélioration de la route 125 est composé de trois lots distincts :
    • lot 1 : réaménagement de la route 125 dans le secteur urbain de Sainte-Julienne;
    • lot 2 : contournement de Sainte-Julienne par la construction d’une route nationale à quatre voies (deux voies par direction);
    • lot 3 : construction d’une route nationale à quatre voies, dans le prolongement de l’autoroute 25 (deux voies par direction).

Projet ridicule.

Pour le montant du prolongement de l’autoroute, on pourrait probablement acquérir la subdivision Trois-Rivières du CFQG.

Ça ou implanter un train régional/intercité entre Joliette et Montréal sur les voies existantes du CN et utilisées 3 jours/semaine par VIA pour le train Senneterre/Jonquière. Ça déplacerait déjà plus de monde.

11 Likes

L’appel d’offres est sur SEAO si quelqu’un a la patience de chercher la carte dans les documents

Numéro : 8801-22-0001 / Numéro de référence : 1614818

Je commence à en avoir mon voyage des prolongements d’autoroute qui passent sous le radar. Comment ça se fait que les médias se permettent de critiquer si violemment le transport en commun alors qu’il vaut 100000x plus l’investissement qu’une autoroute neuve.

14 Likes

Les journalistes et chroniqueurs habitent souvent sur l’île, ils sont malheureusement moins intéressés par ce qui se passe ailleurs (exception faite du 3e lien!).

Certains commentaires (et leurs réponses, par soucis de lisibilité) faisant dévier une énième fois une discussion vers le REM de l’est, tout en tentant de provoquer d’autres membres, ont été retirés. C’est lourd, c’est récurrent, et il va y avoir des sanctions les prochaines fois pour l’instigateur.

Il y a un sujet sur le REM de l’est si vous voulez en discuter. Il y a assez à dire sur un prolongement d’autoroute sans repartir le même débat d’un projet complètement différent.

6 Likes

Le prolongement de l’A-25 engendrerait d’importantes pertes pour les milieux naturels


Photo: Jacques Nadeau, Archives Le Devoir — Le ministère des Transports du Québec (MTQ) a publié mercredi l’avis de projet devant mener à la construction d’une « route nationale » de quatre voies entre Saint-Esprit et Sainte-Julienne, dans Lanaudière.

François Carabin
Correspondant parlementaire
13 h 09

Le prolongement de l’autoroute 25 jusqu’à Sainte-Julienne entraînera des pertes « de biodiversité à l’échelle locale et régionale » en traversant de bout en bout une forêt qualifiée d’« exceptionnelle ». Québec souhaite tout de même aller de l’avant avec le projet.

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) a publié mercredi l’avis de projet devant mener à la construction d’une « route nationale » de quatre voies entre Saint-Esprit et Sainte-Julienne, dans Lanaudière. Québec prévoit un tracé ponctué de carrefours à niveau, long de 9,2 kilomètres et large de 90 mètres.

Or, pour relier les deux villages, le gouvernement de François Legault désire faire passer la route à travers un espace forestier dit « exceptionnel » nommé Saint-Esprit de Montcalm, à la limite de Saint-Esprit et de Saint-Alexis. « Ce peuplement constitue une forêt rare, ainsi qu’une forêt refuge d’espèces menacées ou vulnérables qui sera traversée par l’emprise de la route nationale », soulève le ministère de l’Environnement et de la Lutte aux changements climatiques (MELCC) dans une première note acheminée au MTQ.

Le boisé abrite sept espèces d’arbres dites « d’intérêt ». « Le déboisement de l’emprise à l’intérieur d’un écosystème forestier exceptionnel dans lequel se trouvent plusieurs espèces à statut constitue un enjeu de perte de biodiversité à l’échelle locale et régionale », écrit le MELCC.

Il est par ailleurs prévu dans l’avis de projet initial que l’autoroute empiète sur un deuxième boisé, plus au nord, lequel pourrait perdre « plusieurs centaines de plants d’ail des bois, […] au-delà 100 000 individus de la cardamine découpée et […] plus de 880 arbres à statut précaire de conservation ». Près de vingt cours d’eau seraient aussi traversés par le tronçon d’asphalte.

Le prolongement de l’A-25 bénéficiera de la Loi concernant l’accélération de certains projets d’infrastructure, adoptée en 2020 à l’Assemblée nationale. Celle-ci réduit notamment le délai applicable entre le dépôt d’une étude d’impact environnemental et le moment où le Conseil des ministres peut donner son feu vert au projet. Elle élimine aussi la période d’information prévue au processus d’audiences publiques.

6 Likes

Juste, est-ce que le trafic sur ce tronçon nécessite une autoroute ? Et si oui, pourquoi est-ce qu’aucune alternative à l’auto est considérée. On est en 2022, mettre d’autres options sur la table c’est le minimum.

3 Likes

J’ai de la misère à voir l’utilité de ce projet, autre que pour permettre au monde d’aller plus vite à leur chalet.

Ça risque d’augmenter le développement immobilier des millieux naturels avec des conséquences pires que celle des banlieues. Ceux qui habitent là sont encore plus dépendants à la voiture et le seront pour longtemps concidérant qu’il est pratiquement impossible de les connecter à un réseau de TeC. Sans mentionner la densité minime qui cruge les milieux naturels.

2 Likes

Si je me trompe pas c’est le chemin (passant proche de st-julienne) qui mène aux chalets de St-Donat de Montcalm. C’est pas un chemin emprunté pour faire des allez-retours quotidiens entre la ville et la périphérie. En quoi sauver 15 minutes de trajets aux gens qui sont pressé d’aller faire du paddle board un investissement utile ?

Ce prolongement peut être aussi vue comme une conséquence de la pandémie et du télétravail. Combien on quitté l’île ou la proche banlieue pour faire de leur résidence secondaire, leur domicile permanent. Maintenant tout ces gens veulent encore se rendre à Montréal. Les membres Costco cancelleront pas leur subscription car ils vivent 365jours au chalets.

Ce prolongement est réellement un démonstration des conséquences de l’étalement urbains mal controlé autour de la CMM

3 Likes

Je suis justement en train d’écrire un document sur une situation similaire, où un boisé s’est fait amputé par la construction d’une autoroute et les conséquences que cela a entrainé … sauf que ça l’a été fait il y a 40 ans. Incroyable qu’on en soit encore rendu à ça de nos jours.

1 Like

Autoroute 25 Le prolongement rasera des espèces protégées

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Le projet de prolongement de l’autoroute 25 est prévu entre les municipalités de Saint-Esprit et de Sainte-Julienne, dans Lanaudière.

Le prolongement de l’autoroute 25 risque d’entraîner la disparition de 779 érables noirs, de plusieurs centaines de plants d’ail des bois et de 100 000 individus de la cardamine, trois espèces pourtant considérées comme vulnérables au Québec. C’est ce que révèle l’avis de projet déposé par le ministère des Transports, mercredi, au ministère de l’Environnement.

Publié à 5h00

Partager

Émilie Bilodeau

Émilie Bilodeau La Presse

Pour l’organisme Nature Québec, qui œuvre à protéger les milieux naturels, ce grand projet de chantier routier est « inacceptable ». « Les professionnels du ministère de l’Environnement ont clairement indiqué le statut rare de la forêt dans laquelle on trouve des espèces menacées et vulnérables et le ministère des Transports (MTQ) dépose quand même son avis de projet », s’indigne Cyril Frazao, directeur exécutif de l’organisme.

Le document déposé par le MTQ mercredi détaille en effet le projet de prolongement de l’autoroute 25, entre les municipalités de Saint-Esprit et de Sainte-Julienne, dans Lanaudière. Le tracé s’étendra sur 9,12 kilomètres. La route de « type nationale » sera constituée de deux voies dans chacune des directions et d’un fossé peu profond entre les deux chaussées. La limite de vitesse sera de 90 km/h. Une piste pour les cyclistes, les véhicules tout-terrain et les motoneiges sera aménagée en bordure de la nouvelle route, explique l’avis de projet.

Or, l’emprise de cette route nationale traversera deux Écosystèmes forestiers exceptionnels (EFE), ceux de Saint-Alexis et de Saint-Esprit. « Ce peuplement constitue une forêt refuge d’espèces menacées ou vulnérables », note le MTQ au sujet des deux EFE.

En plus des espèces protégées comme les érables noirs, une centaine d’autres arbres à statut précaire de conservation devront être abattus.

Il est possible que cela provoque la dégénérescence à plus ou moins brève échéance de l’écosystème forestier exceptionnel [de Saint-Alexis]. L’enjeu de la perte de biodiversité est donc susceptible de subir un impact significatif.

Extrait de l’avis de projet

Le projet de prolongement empiétera également sur plusieurs milieux humides. Dans l’EFE Saint-Alexis, l’emprise de la route nationale passera par 25 des 68 milieux humides. Dans l’EFE Saint-Esprit, « certaines zones devront être déboisées ou remblayées, causant des pertes permanentes », souligne le document.

« Le déboisement de l’emprise à l’intérieur d’un écosystème forestier exceptionnel, dans lequel se trouvent plusieurs espèces à statut, constitue un enjeu de perte de biodiversité à l’échelle locale et régionale », note l’avis.

Contribution à l’étalement urbain

M. Frazao, de Nature Québec, s’inquiète pour la biodiversité de la MRC de Montcalm. « Le gouvernement lance encore un message pro-auto dans lequel il n’a aucune considération pour la perte importante de milieux naturels d’intérêt », se désole-t-il.

Marc-André Viau, directeur des relations gouvernementales d’Équiterre, déplore pour sa part le nombre de projets d’agrandissement de routes à travers la province. « Avec chacun de ces projets, on gruge un peu plus le territoire. Il n’y a aucun projet qui est apocalyptique, mais quand on les additionne, ça devient gros. »

Quand on ajoute le projet de l’autoroute 25 à celui de l’autoroute 19, à celui de la 104 à La Prairie avec la rainette qui est menacée, à celui de l’élargissement de la 158 dans le coin de Crabtree… c’est l’ensemble du territoire que l’on défigure. C’est l’ensemble du territoire que l’on gruge petit à petit.

Marc-André Viau, directeur des relations gouvernementales d’Équiterre

M. Viau soutient également que le prolongement de l’autoroute 25 contribuera à l’étalement urbain. « Inévitablement, on va voir apparaître de nouveaux développements résidentiels, commerciaux et industriels près de cette route et chacun d’entre eux va aussi empiéter sur des milieux boisés, des milieux naturels et des milieux humides. »

Dans son avis de projet, le MTQ explique que son objectif est de régler une « problématique de circulation » sur la route 125 au nord de Saint-Esprit et que le plan de transport de Lanaudière signale depuis 1999 l’achalandage automobile dans ce secteur. « On anticipe [en 1999] une forte augmentation de la population de l’ordre de 37 % de 1996 à 2016, valeur nettement supérieure à la moyenne québécoise de 12 %. »

Selon le document du MTQ, le Ministère souhaite réaliser les travaux de prolongement de l’autoroute 25 entre la fin de 2024 et la fin de 2027. Il organisera d’ailleurs une consultation publique en octobre prochain à Sainte-Julienne.

2 Likes

La réponse du MTQ montre encore une fois à quel point ce ministère n’est là que pour répondre au critère de circulation, sans aucune autre considération.

Pour avoir passé sur cette route plusieurs fois, c’est vrai que la traversée de Sainte-Julienne est difficile et que la route n’est pas adaptée. Est-ce que c’est une raison pour construire une autoroute? Ça semble être une solution d’un autre siècle… Je ne peux pas croire qu’en 2022 on n’essaie pas de penser à autre chose.

2 Likes

Surtout que c’est pas comme si il manquait un tronçon important avant d’arriver dans une plus grosse ville. On va littéralement juste dans des champs et dans le bois avec cette autoroute… ça mène nulle part

5 Likes

Le problème c’est que c’est une région en croissance. C’est indéniable qu’il y a un problème de circulation, étant donné qu’il n’y a pratiquement aucun service de transport en commun efficace. Voici l’horaire de ce qui suit essentiellement l’A25-R125. C’est aussi 27,85$ pour faire Saint-Donat-Montréal.

La solution c’est peut être de ne pas construire d’autres infrastructures, mais d’offrir un service alternatif efficace et fréquent par bus, à un coût non prohibitif.

4 Likes

Ben voyons dont, pour 40$ on peut faire 5 allers-retours Saint-Jérôme - Mont Tremblant.