Lieux culturels

Le 2Pierrots ferme ses portes en raison de la pandémie

PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK LE 2 PIERROTS

La fermeture de la boîte à spectacles Le 2Pierrots a été annoncée dimanche soir sur la page Facebook de l’établissement.

La pandémie aura eu raison du 2Pierrots, un établissement montréalais qui aura fait chanter et danser les fêtards pendant des décennies.

Publié le 8 novembre 2020 à 21h01 Mis à jour à 21h35 Le 2Pierrots ferme ses portes en raison de la pandémie | La Presse

Stéphane Blais
La Presse Canadienne

La propriétaire et fille du fondateur, Marilou Sciascia Ruel, a annoncé la fermeture de la boîte à chanson mythique du Vieux-Montréal, dimanche soir.

Rejoint par La Presse Canadienne, Marilou Sciascia Ruel a expliqué que malgré les subventions du gouvernement, et malgré l’aide de son père, propriétaire de l’immeuble, la crise sanitaire l’empêche d’entrevoir le jour où elle pourra rouvrir l’établissement comme avant.

« La raison pour laquelle je ferme, c’est que je ne voyais plus à quel moment je pouvais rouvrir le 2Pierrots, c’est un établissement de 700 personnes. À quel moment je pourrais ouvrir le 2Pierrots pour que les gens dansent et s’amusent comme avant, je ne vois pas quand ça peut arriver ».

L’établissement de la rue St-Paul, fondé par Pierre Ruel, père de Marilou Sciascia Ruel, il y a cinq décennies, est définitivement fermé.

Toutefois, l’idée d’ouvrir un jour une nouvelle version du 2Pierrots n’est pas totalement écartée.

« C’est un beau rêve », a indiqué Marilou Sciascia Ruel qui demeure toutefois très inquiète pour cette industrie.

C’est sur la page Facebook de l’établissement que la nouvelle a d’abord été annoncée.

« C’est avec tristesse et nostalgie que je vous annonce qu’une page d’une merveilleuse histoire se tourne trop rapidement. Une histoire de plus de 46 ans toute en chansons, pleine d’émotions », peut-on lire dans le message.

En quelques heures, cette publication avait provoqué la réaction de plusieurs milliers de personnes dans la section des commentaires.

Toujours dans le message sur la page Facebook, Marilou Sciascia Ruel a annoncé qu’un spectacle d’adieu virtuel aura lieu le 12 décembre pour souligner la fin des activités de la boîte à chansons.

« À notre fidèle clientèle, qui a bravé toutes les températures et les chantiers de construction pour être des nôtres partys après partys, à nos plus jeunes clients qui ont embarqué dans la tradition des boîtes à chansons et à tous les fêtés qui sont venus porter leurs bières « au front ti bus », aujourd’hui c’est à mon tour de vous lever mon verre ! ».

Au mois de mai, Jean-Marc Lavoie, qui assure la gestion du 2Pierrots avec madame Sciascia Ruel, avait participé à une manifestation à Montréal pour exiger des réponses du gouvernement sur le moment où ils pourraient de nouveau accueillir des clients.

Près d’une centaine de personnes, dont environ 30 restaurateurs, avaient fait entendre leur batterie de cuisine pendant environ 30 minutes le 27 mai sur la place Jacques-Cartier et autour de l’hôtel de ville

Durant l’été, les autorités avaient annoncé la réouverture des bars et restaurants, mais depuis le début du mois d’octobre, le gouvernement Legault a ordonné la fermeture des établissements situés en zones rouges, en raison de la montée des cas de coronavirus.

2 décembre 2020 | mise à jour le: 2 décembre 2020 à 17:38
Par: Zacharie Goudreault

Valérie Plante inquiète pour l’avenir de la bibliothèque Saint-Sulpice

Valérie Plante inquiète pour l’avenir de la bibliothèque Saint-Sulpice

Photo: Josie Desmarais | MétroLa bibliothèque Saint-Sulpice, sur la rue Saint-Denis.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, se dit préoccupée pour l’avenir de la bibliothèque Saint-Sulpice, alors que Québec a récemment abandonné le projet visant à en faire un laboratoire technologique pour adolescents.

«L’abandon du projet de transformation de la bibliothèque Saint-Sulpice par le gouvernement est une grande déception étant donné l’importance de protéger et de mettre en valeur ce bâtiment phare du Quartier latin», a-t-elle écrit mercredi, en milieu d’après-midi, sur les réseaux sociaux.

Après avoir fait marche arrière en 2015 sur son intention de mettre en vente le bâtiment patrimonial vacant, situé sur la rue Saint-Denis, le gouvernement du Québec a lancé en 2016 un projet visant à convertir celui-ci en une bibliothèque pour adolescents qui inclurait un laboratoire technologique. Au départ, Québec et la Ville de Montréal prévoyaient débourser 17 M$ pour réaliser ce projet.

Depuis, celui-ci a subi maints retards en plus de voir sa facture gonfler. La ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, aurait aussi remis en question récemment la pertinence de ce projet, soulignant que lorsque cette bibliothèque sera construite, «déjà, la technologie sera dépassée», rapporte Le Devoir. Selon le projet présenté en 2016, le bâtiment aurait notamment accueilli une imprimante 3D, des studios d’enregistrement et des espaces dédiés à la réalité virtuelle.

Ainsi, après quatre ans de travail – et des dépenses à ce jour qui s’élèvent à 6,04 M$ – le gouvernement du Québec a décidé d’annuler ce projet, indique le quotidien montréalais dans un article paru mercredi. Une bibliothèque pour adolescents ne verra donc pas le jour dans ce bâtiment patrimonial, qui est vacant depuis une quinzaine d’années.

Trouver un nouveau projet

Le gouvernement Legault assure toutefois qu’il souhaite toujours trouver une nouvelle vocation pour ce bâtiment, dont Bibliothèque et Archives nationales du Québec assure l’entretien. Il se basera ainsi sur les études réalisées dans les dernières années sur la bibliothèque Saint-Sulpice pour trouver le prochain projet qui donnera une nouvelle vocation au bâtiment, rapporte Le Devoir.

«Nous rappelons toute l’urgence et l’importance qu’un projet voie le jour dans l’enceinte de ce bâtiment patrimonial exceptionnel et que les rénovations nécessaires pour assurer sa préservation soient réalisées, et ce, dans les meilleurs délais», presse Mme Plante, qui assure que la Ville «collaborera évidemment avec le gouvernement pour la suite».

La bibliothèque Saint-Sulpice, qui a ouvert ses portes pour la première fois en 1914, est considérée comme un monument historique depuis 1988.
https://journalmetro.com/actualites/montreal/2585226/valerie-plante-inquiete-pour-lavenir-de-la-bibliotheque-saint-sulpice/

Puisqu’une fois de plus un projet d’occupation de cette magnifique bibliothèque avorte. Il serait vraiment temps que Québec intervienne sérieusement pour garantir une vocation permanente à cet immeuble patrimonial unique.

Avec l’abandon de l’aile Riopelle du Musée des Beaux-Arts de Montréal, l’occasion est peut-être venue de penser à un édifice qui serait consacré à ce grand artiste à Montréal. Pourquoi pas justement la bibliothèque St-Sulpice en plein coeur du Quartier Latin, sur la rue St-Denis?

On ferait ainsi d’une pierre deux coups. Allouer les fonds pour le défunt projet dédié aux jeunes, en les appliquant à un projet de résidence pour les oeuvres d’un de nos plus grands peintres québécois de réputation international. On renforcerait en même temps le pôle culturel du Q-L, en l’enrichissant d’une institution qui augmenterait son rayonnement bien au-delà de la métropole.

2 Likes

Voir ici
la directrice de la Fondation Riopelle était en entrevue à l’émission Le 15-18 hier PM
https://forum.agoramtl.com/t/bibliotheque-saint-sulpice/810/6

Québec change la Loi sur le Musée des beaux-arts de Montréal

C’était l’une des recommandations du rapport indépendant commandé par le gouvernement.


Le Musée des beaux-arts de Montréal
PHOTO : MBAM

Radio-Canada
2021-05-13 | Mis à jour aujourd’hui à 5 h 27

La ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, a déposé mercredi à l’Assemblée nationale un projet pour modifier la Loi sur le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM). C’était l’une des recommandations du rapport indépendant commandé par le gouvernement après la crise qui a secoué le musée l’été dernier et mené au congédiement de sa directrice générale, Nathalie Bondil.

Après cet épisode, la ministre Roy avait demandé un rapport indépendant sur la gestion et la gouvernance du MBAM, dont elle a reçu les recommandations en septembre 2020. On y concluait que rien n’était blanc ou noir dans cette crise ayant secoué l’établissement.

L’une des premières recommandations de Daniel Beaupré, l’expert mandaté par le ministère, était de modifier la Loi sur le MBAM et le règlement sur l’administration générale afin d’éviter les quiproquos et de préciser les rôles du C.A. et de la direction générale.

Dans le projet de loi 81, on propose notamment de modifier la composition de son conseil d’administration de manière, entre autres, à réduire le nombre d’administrateurs et à intégrer des exigences relatives à l’indépendance des administrateurs ainsi qu’à la parité et à la représentativité de la société québécoise au conseil.

Le projet de loi déposé aujourd’hui s’inscrit dans la démarche de modernisation de la gouvernance des organismes et des sociétés d’État dont je suis responsable. Les nouvelles règles proposées ont pour but d’instaurer au Musée des beaux-arts de Montréal des pratiques de gouvernance reconnues et une reddition de comptes plus transparente, tout en respectant ce qui en fait l’un des plus grands musées en Amérique du Nord, a déclaré Nathalie Roy par voie de communiqué.


La ministre de la Culture et des Communications du Québec, Nathalie Roy
PHOTO : LA PRESSE CANADIENNE / JACQUES BOISSINOT

De son côté, par écrit, le MBAM a réagi par la voix de Pierre Bourgie, le président de son conseil d’administration. Le Musée se réjouit de la volonté des autorités compétentes de moderniser la Loi sur le Musée des beaux-arts de Montréal, une loi qui date de 1972, afin qu’elle réponde aux besoins évolutifs de l’organisation dans le présent et le futur.

Le projet de loi prévoit aussi ce que seront les fonctions du président du conseil d’administration et du directeur général du Musée et les modalités de planification, de vérification et de reddition de comptes notamment auprès de la ministre et précise quelles sont les fonctions et les responsabilités du conseil d’administration. La formation de trois comités – un comité de gouvernance et d’éthique, un de vérification ainsi qu’un comité de ressources humaines – est aussi prévue par le projet de loi 81.

Par ailleurs, en octobre dernier, le MBAM avait mandaté l’ancienne présidente de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) Lise Bissonnette et l’avocat Pierre A. Raymond pour prodiguer des conseils et formuler des recommandations au musée. Ce mandat devait être rempli à titre gracieux. Leurs travaux sont toujours en cours.


Nathalie Bondil était en poste depuis plus de 10 ans.
PHOTO : GETTY IMAGES / ILYA S. SAVENOK

Depuis, l’ancienne directrice générale Nathalie Bondil s’est vu confier le mandat de directrice du Département du musée et des expositions de l’Institut du monde arabe à Paris.

Elle a aussi déposé une poursuite en septembre 2020 contre le Musée des beaux-arts de Montréal. Elle a décidé de la maintenir, malgré l’obtention de son nouveau poste.

1 Like

Cette nouvelle loi permettra sûrement d’éviter une autre désagréable saga qui a forcé le départ de Nathalie Bondil. Un gaspillage de talent et d’expertise qui va à l’encontre d’une bonne gestion pour une institution de l’importance du MBAM.

Gros montant pour soutenir les ateliers d’artistes, 30 millions de dollars de subventions pour les soutenir (25 millions de Québec, 5 millions de la ville). Le montant devrait aider à lutter contre la spéculation immobilière et les hausses de loyer.

1 Like

Une autre nouvelle pour les ateliers d’artistes, dans le Mile-End cette fois-ci, sur le compte Facebook de Richard Ryan:

Richard Ryan - Ce soir au conseil d’arrondissement du… | Facebook

Le texte est intéressant si vous voulez du détail sur le déroulement de l’entente entre Allied et les ateliers d’artistes ainsi que l’arrondissement pour le maintien des ateliers et des loyers, dans le secteur Saint-Viateur Est. On apprend que l’organisme responsable de la location, Pi2, s’était rapidement endetté, et devait donc louer des ateliers à des artistes plus nantis à un plus grand prix. Il y a aussi l’augmentation de plusieurs charges, des taxes municipales à cause des améliorations de l’édifice, etc…

Bref, il y a une nouvelle entente jusqu’en 2056: Allied éponge la dette de Pi2, baissera les coûts de gestion et il y aura une réduction des taxes. En échange, Allied reprend un étage complet. Pi2 pourra offrir 90% de ses locaux à des prix très avantageux, contre 56% actuellement.

texte intégral

Ce soir au conseil d’arrondissement du Plateau Mont-Royal, nous avons voté une modification à un règlement que j’avais moi même porté en 2012 pour préserver une superficie non négligeable d’ateliers d’artistes sur l’avenue de Gaspé.

Nous avions réussi un coup de maître en 2012, en faisant un contrôle intérimaire sur le secteur de l’emploi du Mile End (moratoire) qui nous a amené à l’époque vers quelques choses d’assez novateur en urbanisme, soit un zonage vertical et des limitations de superficies d’usage (bureau par ex), forçant une négociation entre le nouveau propriétaire des immeubles sur de Gaspé (Allied Properties) avec le nouveau Regroupement d’ateliers d’artistes (Pi2). Une entente de 25 ans, pour 212K pi2 (4 étages du 5445 de Gaspé + des galeries au RDC) a amené l’arrondissement à assouplir sa réglementation pour le propriétaire pour le reste de ses 2 bâtiments.

Or, le projet de Pi2 s’est endetté dès le départ, en plus de certaines charges ayant augmentées considérablement par la suite (notamment les taxes reliées à l’augmentation de la valeur foncière ainsi que d’autres frais du propriétaire), le projet trainait une dette l’obligeant à louer une partie non négligeable à des locataires du milieu culturel plus nantis pour pouvoir payer la note mensuelle.

La nouvelle entente négociée, se prolongera jusqu’en 2056 (oui vous avez bien lu!), le propriétaire épongera la dette accumulée, baissera les coûts de gestion et une entente d’usufruit permettra à l’organisme d’avoir des réductions de taxes via une décision à venir par la Commission municipale.

En retour le projet retourne au propriétaire un des étages, mais le Regroupement pi2 se concentrera sur sa mission d’offrir des espace de création à prix très avantageux. À terme d’ici 3 ans, ces artistes occuperont 90% de l’espace total contre les 56% des 4 étages d’aujourd’hui. Donc plus d’artistes à revenus modestes seront répondus par cette nouvelle entente qui durera beaucoup plus longtemps, soit jusqu’à 2056. On parle de 500 artistes qui bénéficieront de ce projet.

Ça été un dossier phare et fort dès le début de ma vie en politique municipale, nous devions innover, pour ce que nous considérions à l’époque la plus grande concentration d’ateliers au Canada que nous étions en train de perdre par la spéculation immobilière.

Grâce aux professionnels en urbanisme de l’arrondissement qui ont su insuffler les éléments de réponses, grâce également au service de la culture de la Ville, au gouvernement du Québec qui ont également mis la main à la pâte pour que ce projet réussisse, on retrouve les mêmes acteurs aujourd’hui pour que ce projet se viabilise pour une durée qui nous fera dépasser le milieu de ce siècle :wink: (j’aurai 91 ans en 2056 et vous?).

Merci au Regroupement Pi2, mais également à l’organisme accompagnateur en développement et gestion qui est Ateliers Créatifs, en occurence son directeur Gilles Renaud, pour tout leur travail.

Restez à l’affut, un autre projet d’envergure de protection d’ateliers d’artistes se prépare dans le secteur…

La motivation derrière ce type d’action, préserver la mixité aussi dans les secteurs de l’emploi des quartiers sous pression immobilière… Montréal Métropole culturelle, doit aussi se vivre non seulement dans la diffusion culturelle, mais également dans la production culturelle.

1 Like

Le Cirque du Soleil reviendra en 2022 au Vieux-Port avec un nouveau spectacle. Ce qui est intéressant aussi, c’est une entente de 10 ans pour présenter des spectacles tous les ans pendant les 10 prochaines années, dont de vieux spectacle. Bref, on peut avoir des spectacles du Cirque du Soleil de manière annuelle maintenant.

2 Likes