Canoë - 3 à 12 étages

Développement immobilier majeur situé sur le terrain du Pro Gym, à proximité du Parc Olympique, du Marché Maisonneuve et des stations de métro Pie-IX et Viau. Le projet comptera plus 1000 unités de logements dont 160 logements communautaires, ainsi que des espaces publics et des collectifs.

Information

Nom: Canoë
Emplacement: 4500, rue Hochelaga, coin de l’avenue Bennett - Terrain du Pro Gym
Hauteur: 3 à 12 étages
Architecte:

  • Ædifica
  • ADHOC architectes
  • Projet Paysage

Promoteur: Rachel-Julien
Début et fin de la construction:

  • Phase 1 : 2021 (hiver) / 2022

Autres informations:

  • Nombre d’unités résidentielles: 850
  • Nombre d’unités résidentielles communautaires: 158
  • Nombre d’unités totales : 1008

Précisions:

  • 51 logements abordables locatifs, garantis à 70% de la valeur du marché pendant 20 ans
  • Plus de 15% de logements familiaux sur l’ensemble du site, dont 33% dans la future coop
  • Une allée centrale diagonale ouverte au public et bordée de 3 000 m2 de nouveaux commerces
  • 500 m2 de nouveaux espaces communautaires
  • Un nouveau CPE de 60 places, une épicerie, une clinique médicale, des commerces de proximité, des espaces de coworking intérieurs et des ateliers d’artistes
  • Un nouveau parc public de 2 275 m2
  • Plus de 5 000 m2 de superficie végétalisée sur le site, dont 1 442 m2 en pleine terre
  • Un bilan net de 157 nouveaux arbres sur le site, en plus de ceux qui seront plantés dans le parc et sur le domaine public
  • Des toits verts aménagés pour l’agriculture urbaine sont prévus sur une portion ou la totalité de chacun des toits, dont une terrasse sur le toit de l’épicerie, accessible par l’allée piétonne
  • Aucun véhicule sur le site : l’ensemble des 300 places de stationnement sera localisé aux sous-sols des bâtiments

Sources des informations:


Plan d'ensemble

Autres images


EN PLANIFICATION

Phase 1 - 3 à 8 étages

Emplacement: coin de l’avenue Bennett et de la rue Hochelaga
Hauteur: 3 à 8 étages
Début et fin de la construction: 2021 (hiver) /

Autres informations:

  • Bâtiment commercial et locatif
Phase 2 (Coopérative d'habitation) - 9 étages

Emplacement: Rue Bennett - Coin sud-est du site
Hauteur: 9 étages
GRT : Bâtir son quartier
Début et fin de la construction:

Autres informations:

  • 158 logements communautaires
Phase 3 - 6 à 8 étages

Emplacement: Rue Bennett, entre la phase 1 et la phase 2
Hauteur: 6 à 8 étages
Début et fin de la construction:

Autres informations:

  • Bâtiment commercial et condos
Phase 4 - 3 à 10 étages

Emplacement: Côté ouest du site, au nord de la phase 2
Hauteur: 3 à 10 étages
Début et fin de la construction:

Autres informations:

  • Bâtiment commercial et condos
Phase 5 - 3 à 12 étages

Emplacement: Côté ouest du site, entre la phase 6 et la phase 4
Hauteur: 3 à 12 étages
Début et fin de la construction:

Autres informations:

  • Bâtiment commercial et condos
Phase 6 - 12 étages

Emplacement: Sur la rue Hochelaga, côté nord-ouest du site
Hauteur: 12 étages
Début et fin de la construction:

Autres informations:

  • Bâtiment commercial et condos
4 Likes

J’ai lu sur ce projet ce matin sur le site du Journal Métro. Encouragez vos journaux locaux!


Et quelques images supplémentaires de la vision, tirées du PDF:
4 Likes

Wow! C’est un projet franchement bien!

Superbe

Hochelaga-Maisonneuve : un ensemble immobilier de 350 millions $ sur le site du ProGymGUILLAUME PICARD

Lundi, 19 octobre 2020 15:34MISE À JOUR Lundi, 19 octobre 2020 15:34

Les installations du ProGym vont disparaitre de leur emplacement actuel dans le quartier montréalais d’Hochelaga-Maisonneuve pour être remplacées par un ensemble immobilier mixte de 350 millions $ piloté par la firme Rachel Julien.

Six phases sont prévues pour le projet Canoë, soit des immeubles de 3 à 12 étages qui seront aménagées au coin des rues Hochelaga et Bennett.

Rachel Julien doit d’abord obtenir le feu vert de l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve et de la ville-centre, mais le processus suit son cours après une longue préparation en amont et de récentes consultations publiques, incluant un atelier de co-création avec des acteurs du quartier.

À ce stade-ci, 1008 unités résidentielles sont prévues, incluant 158 logements abordables et sociaux. Des 850 condos envisagés, 200 seront locatifs.

Rachel Julien, qui est établie dans HoMa depuis une quinzaine d’années, souhaite créer un projet s’inscrivant dans le tissu urbain du quartier et adoptant les valeurs propres au développement durable. Pour ce faire, on misera notamment sur des toits verts avec potagers, un partenariat avec Miel Montréal pour la mise en place de ruches, la plantation de nombreux arbres, un parc linéaire, des cases de stationnement prêtes pour les véhicules électriques et la gestion de l’eau, etc.

«C’est un terrain qu’on regardait depuis plusieurs années quand on l’a acquis au début de 2019», a indiqué à l’Agence QMI la vice-présidente et directrice générale de Rachel Julien, Mélanie Robitaille.

«On a demandé à quatre firmes de nous soumettre leur vision et nous avons retenu la meilleure, qui est marquée par un passage piétonnier central, une allée des artistes qui sera animée toute saison pour les résidents du projet et ceux qui vivent dans le secteur. Notre volonté, c’est de faire des choix parmi les meilleures pratiques écologiques, tout en demeurant un projet accessible pour les gens du quartier», a-t-elle ajouté.

En plus des unités d’habitation, le site accueillera une épicerie, une pharmacie, des commerces de proximité et plusieurs services. «Il y a un déficit de commerces alimentaires dans le quartier et nous sommes en pourparlers avec des bannières. On parle d’une épicerie de 25 000 à 30 000 pieds carrés sur le site», a dit Mme Robitaille.

Il y aura aussi un CPE d’une soixantaine de places, une clinique, un gym, une salle communautaire, des ateliers d’artistes et de nombreux espaces publics extérieurs.

«L’implantation sera à 50 %, c’est donc la moitié du terrain qui sera occupé par des espaces extérieurs verts ou minéralisés», a dit Mme Robitaille.

Le quartier s’est redéveloppé ces dernières années avec des ensembles de condos. Une ancienne usine-entrepôt sur Bennett est en train d’être convertie pour accueillir des bureaux de type loft et la relocalisation d’une école est prévue à l’ouest du site, sur un terrain qui a décontaminé l’an dernier. Bref, le secteur est en mutation, incluant la réfection importante prévue sur l’avenue Pierre-De Coubertin, au nord du projet Canoë.

Soulignons que le ProGym doit normalement avoir quitté le site en date du 1er septembre 2021, selon Rachel Julien. Il sera relocalisé à l’est de l’ancienne Biscuiterie Viau, sur la rue Ontario Est. Si toutes les autorisations ont été obtenues entre temps, les pelles mécaniques et les ouvriers pourraient ainsi débarquer sur place le 2 septembre prochain pour entreprendre la démolition du bâtiment actuel et l’excavation.

«Le site est très pollué, mais ça ne retardera pas la construction. Il va falloir payer pour disposer des terres contaminées», a résumé Mme Robitaille, en parlant d’une livraison de la première phase à la fin de 2022 ou au début de 2023.

Jusqu’à 12 étages

En ce qui a trait aux hauteurs, soit de 3 à 12 étages, Rachel Julien soutient qu’il n’y aura pas de problème d’ensoleillement pour les résidents des rues limitrophes, notamment sur la rue Bennett.

«Les bâtiments plus bas de notre projet seront situés le long de la rue Bennett, avec des reculs pour maximiser l’ensoleillement des voisins», a dit Mme Robitaille.

«Les hauteurs, on y croit, car on est à distance de marche de deux stations de métro – Pie-IX et Viau –, donc à dix minutes du centre-ville», a indiqué Mme Robitaille.

Les structures de 9 à 12 étages, les plus imposantes de Canoë, seront localisées à l’ouest ou au sud du site, en bordure d’un parc linéaire qui, espère-t-on, permettra de créer un lien piétonnier entre le Marché Maisonneuve et le Stade olympique.

LES AUTRES PROJETS IMMOBILIERS DE RACHEL JULIEN

  • Les Bassins du Havre: Rachel Julien est en train de compléter les Bassins du Havre, un imposant ensemble immobilier qu’elle a réalisé ces 10 dernières années dans Griffintown en association avec Prével.

  • Laurent & Clark: l’ensemble immobilierie Laurent & Clark est constitué de deux tours dans le Quartier des spectacles, au coin nord-ouest du carrefour de la rue Saint-Laurent et du boulevard de Maisonneuve Ouest. La première tour est construite et 10 étages de la deuxième, qui en comptera 26, ont été coulés.

Deux nouveaux projets seront annoncés incessamment, l’un dans le quartier Côte-des-Neiges et l’autre dans le Quartier des spectacles, sur le site de Screaming Eagle.

4 Likes

Deux nouveaux projets seront annoncés incessamment, l’un dans le quartier Côte-des-Neiges et l’autre dans le Quartier des spectacles, sur le site de Screaming Eagle.

Ohoh! C’est eux qui ont acquis le bâtiment! Avec un peu de chance, ils ont acheté le stationnement voisin.
C’est une excellente nouvelle à mon avis. J’espère tout de même qu’on fera un peu plus attention à la trame de Saint-Laurent qu’au Laurent&Clark.

2 Likes

Ça augure bien!
L’état actuel du site :


1 Like

C’est vraiment une échelle intéressante de développement!! Le visuel est intéressant, quoique purement promotionnel. Mais au moins, l’intention intiale met une bonne base. Quand on commence dans la bonne direction, c’est plus facile de continuer ainsi, que si le promoteur est complètement hors champs et qu’il devrait faire un 180° pour offrir quelque chose de qualitatif - qui finit par ne jamais être réellement fait (par ex. Royalmount, Quartier des lumières portion résidentiel, etc.).
Ironiquement, quand l’idée de base est bonne, c’est souvent la ville qui devient le principal obstacle à un projet intéressant.
Dans tous les cas, clairement un site hyper intéressant qui doit être fortement densifié.
Par contre il faut vraiment que ça se fasse dans un esprit de mixité de population, surtout sur le plan économique.

1 Like

Archie said: C’est vraiment une échelle intéressante de développement!! Le visuel est intéressant, quoique purement promotionnel. Mais au moins, l’intention intiale met une bonne base. Quand on commence dans la bonne direction, c’est plus facile de continuer ainsi, que si le promoteur est complètement hors champs et qu’il devrait faire un 180° pour offrir quelque chose de qualitatif - qui finit par ne jamais être réellement fait (par ex. Royalmount, Quartier des lumières portion résidentiel, etc.).
Ironiquement, quand l’idée de base est bonne, c’est souvent la ville qui devient le principal obstacle à un projet intéressant.
Dans tous les cas, clairement un site hyper intéressant qui doit être fortement densifié.
Par contre il faut vraiment que ça se fasse dans un esprit de mixité de population, surtout sur le plan économique.

D’accord. Toutefois, de mon point de vue, on pourrait augmenter encore un peu la densité. C’est un secteur à proximité du métro et des services de qualité (marché Maisonneuve).

1 Like

Article sur renx.ca

Rachel Julien pitches $350M mixed-use Montreal development

Danny Kucharsky
Commercial Residential
Nov. 16, 2020

Overview of the proposed Canoë development in Montreal, which is being planned by Rachel Julien. (Courtesy Rachel Julien)

Developer Rachel Julien plans to spend more than $350 million to build a 1,008-unit residential project near Montreal’s Olympic Stadium that would be the developer’s largest single project to date.

The Canoë project in the Hochelaga-Maisonneuve neighbourhood will include 650 condo units, 200 rental units, 158 units for social housing and 60,000 to 80,000 square feet of retail space. Residential buildings will range in size from three, four, six, eight, 10 and 12 storeys.

Rachel Julien bought the 242,000-square-foot site (about 5.5 acres) in 2019 for $16 million. It is currently the site of a building at 4500 Hochelaga St. housing the Pro Gym fitness centre, which describes itself as the largest in Canada, and a parking lot for 250 cars.

“It was a natural for us to imagine a project like this,” said Mélanie Robitaille, vice-president and general manager of Rachel Julien, given the developer has its head office in the area and has developed other projects in the neighbourhood.

“We saw lots of potential. It’s within walking distance of two metro stations (Pie IX and Viau) and a neighbourhood with a lot of infrastructure for families, like schools and parks.”

The project requires zoning and urban plan changes and has not yet obtained approval from the Mercier-Hochelaga-Maisonneuve borough and the City of Montreal.

However, “the process is following its natural course,” Robitaille says. “We’re under the impression it’s been positively received.” She expects the approval process to be completed in the spring of 2021.

Canoë construction could begin late 2021

Construction of the first phase could begin in late 2021 after the site is decontaminated. Pro Gym had a lease until 2023 but Robitaille said it has agreed to vacate its premises in September 2021.

The first phase, lasting 18 to 24 months, would include construction of the multiresidential component, housing co-op and a grocery store of about 30,000 square feet. Construction of the first condos would begin a few months later.

Robitaille said there is an “enormous” lack of quality food stores in the neighbourhood and notes the developer is in talks with grocers.

Condo presales could start next fall. The entire project could take anywhere from five to nine years to build.

The development will respect the City of Montreal’s new bylaw, expected to come into effect in April, which will call upon new developments to include 20 per cent social, affordable and family housing.

Condo pricing has not been established, but the goal is to be affordable for local residents, Robitaille said. “It won’t be in the Griffintown price point. We really want the project to be inclusive.”

Reinventing Cities event inspired sustainability

Rachel Julien initially used the Canoë name when it was a finalist in the international C40 Reinventing Cities competition for innovative, carbon-free and resilient projects.

The company says a canoe is “a brilliant invention” that provides the maximum amount of space for the minimum amount of material. It symbolizes unity and teamwork, as well as strength and vigour.

Although the company did not win the Reinventing Cities competition, “we thought it would be a shame to lose everything we learned” when it comes to best practices in sustainable development.

Plans call for high-quality building envelopes, high-performance mechanical systems, grey water recovery, rooftop vegetable gardens and beekeeping. She hopes at least one building will be built out of wood CLT (cross-laminated timber).

Robitaille said Rachel Julien has built LEED NC and LEED ND buildings, but found the process cumbersome.

“We haven’t decided to go ahead with (LEED) certification (for Canoë), but we’ve decided to go ahead with all kinds of small elements that will allow the project to become a Montreal reference in terms of green development.”

Also planned is a community centre, a daycare for 60 children, a pharmacy, a medical clinic and a neighborhood café.

There will be outdoor swimming pools on some rooftops, a fitness centre and a pedestrian pathway accessible by neighbourhood residents.

Parking spaces will be underground with chargers available for electric vehicles and bicycle storage.

The goal is “to do a project that is the most 2020 possible, 2030 possible in terms of sustainable development,” Robitaille said.

Rachel Julien and its other projects

Last year, Rachel Julien had 550 housing units under construction. Among its current projects is Laurent & Clark in the Quartier des Spectacles entertainment district, consisting of 159 units in a 21-storey tower which has been completed and 175 units in a 25-storey tower, now under construction.

Rachel Julien is now planning Le Petit Laurent, a new project in the Quartier des Spectacles which will be located in front of a new City of Montreal outdoor skating rink scheduled to open next year.

It will be housed at Saint-Laurent Boulevard and Clark Street at the former site of the motorcycle clothing and accessories store Screaming Eagle. The rundown building will be demolished.

Plans call for construction of the “boutique” mixed residential-commercial project to begin next year. It will contain 52 housing units and 6,000 square feet of commercial space.

Also planned is a mixed multiresidential rental, condo and housing co-op project at the current site of Nelson Garage at 1100 Décarie Blvd., and bounded by Prud’homme and Crowley Avenues in the Notre Dame de Grâce neighbourhood.

“It’s a great quality site,” she said.

1 Like

Le projet est à l’ordre du jour du CA de ce soir (point 40.13)

CONTEXTE

Une demande de projet particulier (PPCMOI) a été déposée pour le développement d’un projet mixte (résidentiel-commercial).

Le site, situé à l’angle de l’avenue Bennett, est actuellement occupé par un bâtiment commercial d’un étage d’une superficie de 6 000 m2 accueillant un centre de conditionnement physique.

La proposition requiert une modification au Plan d’urbanisme de Montréal relativement à la hauteur en étages autorisée. (dossier 1219037002)

DESCRIPTION

Le projet prévoit la démolition du bâtiment et la construction par phases d’un projet comportant des bâtiments d’une hauteur variant de un à dix étages, incluant 950 unités d’habitation, 3 000 m2 de superficie commerciale et 500 m2 destinés à un équipement collectif. Le taux d’implantation proposé est de 60 % et la densité oscille autour de 4. Sur le plan volumétrique, le projet se présente, au niveau du sol, comme six bâtiments reliés par le sous-sol. L’avenue Bennett est bordée par deux bâtiments de huit étages, comportant des modulations de hauteurs. Le bâtiment sis à l’intersection de la rue Hochelaga et de l’avenue Bennett, est destiné à accueillir une épicerie ainsi que des commerces de proximité et de restauration. La portion ouest du site est occupée, au centre, par deux bâtiments résidentiels de dix étages avec modulation. Au nord, en bordure de la rue Hochelaga, on retrouve un bâtiment de dix étages comprenant des espaces communs ainsi que des espaces à caractère collectif ouverts au public, et au sud, un bâtiment de neuf étages accueillant 160 logements sociaux.

Le site est traversé par une allée piétonne diagonale reliant la rue Hochelaga et l’avenue Bennett. Cette voie, réservée aux piétons et cyclistes, ne sera pas accessible aux véhicules automobiles à l’exception des véhicules d’urgence. Elle sera bordée, à l’est, par une série de commerces, dont une garderie et à l’ouest, entre autres, par des espaces de « cotravail » et des ateliers d’artistes. L’allée ne sera pas cédée à la Ville, mais une servitude sera octroyée afin d’y assurer l’accès au public.

L’aménagement paysager prévoit plus de 5 000 m2 de superficie végétalisée, dont 1 442 m2 en pleine terre. Des toits verts aménagés pour l’agriculture urbaine sont prévus sur une portion ou la totalité de chacun des toits, dont une terrasse, sur le toit de l’épicerie, accessible par l’allée piétonne. La réalisation du projet nécessite l’abattage de 18 arbres, lesquels seront remplacés, à termes, par 175 nouveaux arbres.

La totalité des 300 unités de stationnement sera située en souterrain et plus de 1 000 unités de stationnement pour vélos seront aménagées.

Exigences du Règlement visant à améliorer l’offre en matière de logement social, abordable et familial (20-041)

Préalablement à la délivrance d’un permis de construction, une entente devra être ratifiée afin d’assurer l’atteinte des exigences du Règlement 20-041. Sur la base des plans actuels du projet, les dispositions du Règlement 20-041 prévoient les exigences minimales suivantes :

  • Logements sociaux et communautaires : construction de 12 153 m2 de superficie de plancher (environ 140 logements) ou contribution financière de 3 350 676 $;
  • Logements abordables : construction de 3 038 m2 de superficie de plancher (environ 34 logements) ou contribution financière de 1 175 959 $;
  • Logements familiaux : construction de 76 logements familiaux (conformément à la description d’un logement familial).

Présentement, le projet prévoit l’intégration de 160 logements sociaux et de 51 logements abordables.

Selon les dispositions du Règlement 20-041, il appartient au promoteur du projet de faire le choix entre une contribution financière ou la construction de logements (pour les volets logements sociaux et logements abordables). Les propositions sont donc sujettes à changement préalablement à la ratification de l’entente.

Cession de terrain à des fins publiques

En vertu du Règlement 17-055, la cession pour fins de parcs devrait se faire sous la forme d’une contribution financière, puisque le projet ne prévoit pas le morcellement du terrain. Or, afin de constituer un parc d’une superficie de 2 275 m2 intégré à une trame d’espaces publics prévu dans le cadre de la démarche de planification détaillée du secteur Bennett Letourneux, la cession d’une portion de terrain équivalente à 10 % de la superficie du site sera exigée.

1 Like

I almost never get to MHM anymore, but this is one of the few projects I’m really looking forward to seeing up close and in person. It’s just so promising for this neighbourhood!

1 Like

J’ai mis à jour l’entête.

https://www.canoemtl.com/

19 août 2021 | mise à jour le: 19 août 2021 à 07:15
Par : Jason Paré Métro Média

Consultations dans MHM : une majorité s’oppose au projet Canoë

Consultations dans MHM : une majorité s’oppose au projet Canoë

Photo: Gracieuseté/Rachel JulienLe projet Canoë prévoit une allée centrale diagonale ouverte au public et bordée de nouveaux commerces.

La majorité des citoyens ayant répondu aux consultations écrites de l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve s’oppose au projet immobilier Canoë.

Sur les 37 répondants, 30 s’opposent clairement au projet, selon les résultats des consultations écrites s’étant tenues du 22 juillet au 5 août, disponibles sur le site de la Ville de Montréal.

Chapeauté par le promoteur immobilier Rachel Julien, ce projet de parc résidentiel prévoit la construction de 1000 logements, dont 20% de logements abordables et 20% de logements sociaux. Il sera situé au 4500 rue Hochelaga où se trouve actuellement le centre sportif ProGym.

L’un des principaux instigateurs de cette opposition est le Comité BAILS, un organisme faisant la promotion du logement social dans Hochelaga-Maisonneuve.

En plus d’avoir déposé un mémoire au Bureau d’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve s’opposant à la dérogation autorisant le projet de condos Canoë à dépasser la limite de six étages, le Comité BAILS a incité les citoyens à participer aux consultations en leur proposant une «lettre type» à envoyer.

Cette lettre indique que le projet «ne répond pas aux besoins actuels du quartier» et «qu’il changerait drastiquement le visage d’Hochelaga-Maisonneuve, en ajoutant plus de 1000 logements, en augmentant le coût de la vie et en encourageant le processus de déplacement des populations les moins fortunées en dehors du quartier.»

Sur les 37 répondants, quinze ont repris la lettre type du Comité BAILS, lettre qu’ils pouvaient modifier.

100% social

Il n’a pas été possible de parler avec le Comité BAILS puisque les bureaux sont fermés pour tout le mois d’août, mais dans leur mémoire, l’organisme réclame des projets 100% logements sociaux dans Hochelaga-Maisonneuve.

Il affirme que le projet Canoë contribuera à l’embourgeoisement du quartier, égratignant au passage le Règlement pour une métropole mixte, qui ne va pas assez loin, selon le Comité BAILS.

«Beaucoup insistent sur le volet logement social, logement abordable, c’est pour ça qu’à la ville, on a travaillé très fort sur le règlement d’inclusion et ce dernier va s’appliquer à ce projet, a indiqué le conseiller d’Hochelaga, Éric Alan Caldwell, joint par Métro. Je comprends que ça ne rallie pas l’ensemble et qu’il y en a qui trouvent que ça devrait être du 100 % social, mais pour nous, c’est un levier pour en faire.»

Parmi les autres répondants, la dérogation permettant au projet d’atteindre dix étages est l’un des éléments les plus souvent critiqués. Obstruction de la vue, perte de luminosité et réduction d’ensoleillement pour le voisinage sont les principaux arguments avancés pour justifier cette opposition.

À ce propos, M. Caldwell soutient que des études ont été faites et que la modulation des hauteurs des différents bâtiments du site permet de minimiser «les réductions des vues et d’ensoleillement».

Il ajoute que l’allée centrale diagonale ouverte au public et bordée de nouveaux commerces répond également à cette préoccupation.

La prochaine étape consiste à soumettre le projet Canoë au processus d’approbation référendaire, dont les modalités sont toujours à déterminer.
https://journalmetro.com/local/hochelaga-maisonneuve/2683169/consultations-dans-mhm-une-majorite-soppose-au-projet-canoe/

Je salue les consultations qui sont ni plus ni moins qu’une forme de sondage auprès de la population sur un sujet donné. Toutefois le processus peut être facilement contourné si seulement un minimum de participants répond à l’appel ou qu’un groupe, association ou regroupement d’organismes de même nature tentent d’en noyauter l’exercise.

C’est ce qui me semble apparaitre dans le cas du projet Canoë dont la consultation semble dès le départ biaisée et moins démocratique qu’on l’aurait souhaité. Premièrement l’été n’est pas le meilleur moment pour rejoindre le maximum de participants. Mieux vaut alors attendre la rentrée où tout le monde est davantage disponible pour prendre connaissance des enjeux.

Il faudra bien sûr démêler et bien analyser les résultats, mais à première vue on est bien loin d’aboutir à une demande réaliste qui répondra à l’objectif de mixité sociale nécessaire pour une ville inclusive. En fait à la lecture des interventions, les participants à cette consultation demandent rien de moins que l’établissement d’une sorte de ghetto social exclusivement subventionné.

En plus on veut limiter au minimum la hauteur des bâtiments dans un quartier en plein coeur de la ville et qui peut certainement accommoder une plus grande densité, notamment à cause de sa proximité aux TEC. Personnellement je m’opposerai toujours aux choix extrêmes, c’est-à-dire aux ghettos de riches comme ceux de pauvres.

Puisque je trouve la politique d’habitation de la Ville de Montréal tout à fait réaliste avec sa formule 20-20-20, c’est définitivement dans cette direction que l’on doit aller puisqu’il correspond à une meilleure vision de développement urbain durable. En effet déséquilibrer un quartier par un trop grand pourcentage de logements subventionnés, c’est condamner ce dernier à une forme d’indigence et de paupérisation.

De toute façon on peine déjà à répondre à la demande face au retard important dans ce domaine, les enveloppes ne sont pas non plus extensibles et doivent être réparties équitablement sur le territoire montréalais. En plus il faut créer de la richesse pour mieux la distribuer, cela signifie un minimum viable de propriétaires qui paieront des taxes et services qui serviront en partie à supporter les immeubles sociaux des environs.

De toute façon on l’a vu partout dans le monde et même ici à Montréal. Les grands ensembles de logements subventionnés sont un fardeau qui coute cher à entretenir, où la petite criminalité prospère trop souvent, qui deviennent des milieux difficiles à gérer et qui ne correspondent aucunement à une meilleure qualité de vie.

De l’autre côté la mixité sociale encourage davantage le partage entre les différents niveaux de revenus, tout en évitant d’ostraciser un secteur, en le privant d’un sain équilibre entre les populations.

C’est pour cela que je crois qu’il faut revoir le processus de consultation (du moins dans ce cas particulier) en s’assurant qu’il s’adresse à l’éventail de participants le plus large possible. Ensuite établir des balises minimales incontournables qui iront dans le sens voulu par la municipalité, afin d’atteindre des objectifs qui s’approcheront de ce qui se fait de mieux au niveau urbanistique dans des villes équivalentes dans le monde.

Donc on ne part pas de zéro et on ne donne pas carte blanche à quiconque. Au contraire on doit travailler avec la proposition présentée à la Ville et tenter de l’améliorer vert un résultat gagnant-gagnant.

Encore une fois l’idée n’est pas de satisfaire une classe de gens au détriment d’une autre. Mais bien de créer un quartier qui pourra générer sa propre richesse collective. Un quartier qui attirera sa part de commerces, d’emplois et de services, s’adressant à des résidents toutes classes confondues, dans un environnement moderne, accueillant et où il fera bon vivre pour tout le monde. Rien de moins.

9 Likes

A ceux concernes,

Avis public - scrutin référendaire.pdf (202.0 KB)
Projet Canoë.pdf (124.8 KB)

Je vous invite à prendre connaissance du document « Projet Canoë » ci-joint, ainsi que de l’avis public de la mairie de l’arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve visant la tenue d’un scrutin référendaire relativement aux modifications réglementaires requises pour la construction de bâtiments de 10 étages sur le site actuel du Progym.

Si vous souhaitez vous opposer à la construction de tels bâtiments sur le site actuel du Progym, vous pouvez signer le registre visant la tenue d’un scrutin référendaire qui sera ouvert pour signature une seule journée, soit le mardi 14 septembre, de 9h à 19h, à la mairie de l’arrondissement, située au 6854 rue Sherbrooke Est.

Es-tu opposé à la construction de tels bâtiments sur le site appartenant à Conceptions Rachel-Julien Inc?

Petite précision : il faut habité les zones limitrophes à celle du Progym pour signer le registre.
Finalement, ce sont pas mal juste les résidents du projet Uni-T qui peuvent s’opposer.

Il y aura un référendum si le maire ne retire pas le projet de modification
resultat_registre.pdf (238.5 KB)

Wow! Triste nouvelle. Les propriétaires de Uni-T ont réussi à faire déraper le projet.

1 Like