Campements urbains et autres enjeux liés à l'itinérance

Je suis en ville aujourd’hui pour faire quelques courses, alors j’ai décidé de passer par le vieux pour voir quelle était l’ambiance du week-end de F1. Bon, en gros, l’état de tout le quartier Chinois – secteur Place D’armes est complètement choquant. Malgré toutes les bonnes paroles de la ville, des groupes communautaires et de l’SPVM, le quartier a été abandonné par ces derniers, surtout pendant la journée. Il y avait plusieurs sans-abri agressifs en train de crier juste devant l’entrée du métro. Le long de st Laurent, qui sentait la pisse, il y a des drogues à ciel ouvert et même des tentes dans le “parc de La Presse”. Puis la rangée de bâtiments abandonnés où le palais des congrès devait être agrandi, damn ça fait dure. Tout ce quartier est gênant pour la Ville et l’administration.

J’en ai marre des bons mots et des articles de Valérie et co. qui dit qu’on ne peut pas laisser la situation devenir incontrôlable. C’est hors de contrôle deja. On ne peut plus le nier. Alors, fini les bons mots. Je veux que les politiciens aux niveaux municipal, provincial et fédéral, qui permettent à la crise du logement, à la toxicomanie incontrôlée et au vagabondage d’atteindre ce niveau de désastre, être tenu au moins un peu responsable dans les médias et lors des élections.

C’est un peu une diatribe, mais basée sur mes observations de ce qui est censé être un secteur de la ville exposée aux touristes, mais aussi notre quartier chinois qui a déjà été partiellement détruit au fil des décennies…

4 Likes
1 Like

Chez Doris to reopen weekend shelter in Montreal

"I feel more free,” says Chez Doris user Julia Blanco, as the day shelter reopens on weekends to help vulnerable Montreal women - as of June 15. It had been closed for the past 10 months. Johanie Bouffard reports.

Le centre de jour du refuge pour femmes Chez Doris, qui avait été contraint de fermer durant deux mois l’automne dernier, a désormais mis la crise derrière lui. L’organisme sera de nouveau ouvert les week-ends, reprenant ainsi ses services offerts sept jours sur sept.

Cette fermeture temporaire était notamment due à la hausse de la demande chez les femmes vulnérables et des difficultés en santé mentale après la pandémie, pour laquelle les employés n’étaient pas assez outillés.

1 Like