ARTM - Discussion générale

L’ARTM est aucunement en mesure de promettre des prolongements de métro ou de trains de banlieue. C’est le gouvernement provincial qui finance ce type de projet. Compte tenu de l’avarice du gouvernement présentement, et de la réponse de Legault au PSD présenté en 2021, qui, rappelons-le, le trouvait trop ambiteux pour les moyens qu’on avait, l’ARTM a bien fait de prendre cette approche, à mon avis.

L’ARTM a été mis sur pied pour dépolitiser les transports en commun de la métropole. Le problème avec cette proposition, c’est qu’en l’absence d’une proposition claire, la prochaine ligne de transport de métro, de train ou de tramway va probablement être encore une fois être proposé par politicien. Bref, il reste quoi de ce que l’ARTM devait être à part une structure de gestion?

1 Like

On est d’accord là-dessus. Mais la LARTM ne donne pas assez de pouvoir à l’Autorité pour qu’elle puisse réellement se dissocier du politique. Tant que le financement des projets majeurs de TC est décidé par le Conseil du trésor, comment peut-elle faire des propositions concrètes? Le leadership interne ne fait pas non plus réellement d’effort en ce sens, et cherche plutôt à obtenir l’aval du gouvernement. Peut-être par peur de se faire tasser encore plus. C’est une stratégie comme une autre.

1 Like

À défaut de proposer quoi que ce soit, je dois dire que j’aime quand même l’honêteté en bas de page.

Prochaines étapes

La démarche conduira à l’élaboration d’une nouvelle version du Plan stratégique de développement (PSD) sur 10 ans ainsi que d’un plan de mise en œuvre (PMO) sur 5 ans.

Bref, on va continuer de faire ce qu’on est bon pour faire, c’est à dire plus de rapports qui vont finir sur une tablette à accumuler la poussière.

1 Like

C’est justement ce manque d’authorité qui rend le document très… fictif.

Un dessin sur une serviette de table de Guilbault aurait une meilleure légitimité présentement.

4 Likes

Le PSD fait partie du mandat de l’ARTM selon la loi. Le PMO est un bon moyen de concrétiser un plan plus abstrait. C’est dans les règles de l’art de la planification stratégique. Toutes les organisations de ce type le font. Ça sert aussi à faire un suivi des résultats, et de rendre publics ceux-ci.

Je dirais que par rapport à ce qui a été produit par l’Autorité en terme de documents stratégiques à date, ce nouveau document est vraiment un pas dans la bonne direction.

2 Likes

Je ne les blâmerai pas d’essayer quand même!

1 Like

:thinking: Si c’est proposé par politique, alors quelqu’un dois être ministre des transports immédiatement.

L’ARTM existe depuis 2017 et n’a toujours pas pu établir sa crédibilité, en partie à cause des sociétés de transport qui n’ont pas voulu collaborer et en partie à cause de l’ingérence du gouvernement de la CAQ. Maintenant elle se fait dépasser par la gauche par Mobilité Infra Québec et on ne sait toujours pas où sera la ligne de responsabilités entre les deux.

Je comprends ici que ‘axe de développement’ veut dire n’importe quoi entre voies réservées au autobus/covoiturage et nouvelles lignes de métro. Il reste que c’est beaucoup d’axes à faire en 25 ans… est-ce crédible?

Le gouvernement doit prendre une décision par rapport à l’ARTM: soit il respecte sa planification et entreprend les projets selon ses priorités et budget, soit il enlève le volet planification et l’ARTM ne fait que chapeauter les sociétés de transport. Sinon ce beau travail n’aura servi à rien.

2 Likes

Je pense que le but de l’exercice était juste d’identifier les axes de déplacement prioritaires pour la région, sans publiquement s’engager à un mode en particulier. Je ne serais pas surpris quelle ait déjà quelques propositions de projets en tête, mais qu’elle attend que Québec approuve le PSD avant de les dévoiler au public.

2 Likes

La dernière fois que le fédéral a mis de l’argent sur la table, si ça n’avait été du REM, on aurait pas eu de projet à présenter et ont aurait perdu cet argent au profit des autres provinces. Avoir une proposition ne suffit pas. Il faut avoir un projet complètement étudié et prêt à construire pour profiter au maximum des subvention fédérales lorsqu’elles sont disponible. C’est ça qui m’inquiète quand je lis ces réponses qui approuvent d’un exercise qui se contente d’étudier des axes.

On peut deviner les modes dans certains cas. Par exemple, pour l’axe dans le fleuve qui rejoint Repentigny; je serai très étonné que ça soit un « train léger électrique sans diesel automatique à plancher haut sans conducteur sur roue de fer sur rail en métal » (nomenclature approuvée par La Presse, Le Devoir, La Gazette et le Journal de Montréal).

3 Likes

Pour aller plus loin que « essayer », il faudrait que l’ARTM devienne la RATM. Autrement dit une régie autonome, avec ses propres revenus indépendants, autant pour l’opération des lignes que le développement.

7 Likes

Effectivement. Toutefois, présentement, les revenus d’opérations ne couvrent même pas l’OPEX. Donc une partie du budget d’opération, et une majorité du budget de développement provient du gouvernement provincial. Je ne sais pas ce serait quoi la solution à ce problème.

Que l’ARTM reçoive directement ses revenus comme le fait la RATP à Paris. De ce que je comprends, cette dernière taxe directement les sociétés et compagnies de la région Parisienne. L’argent ne passe pas par le gouvernement central.

Donc ça prend pour l’ARTM un pouvoir de taxation.

1 Like

Je crois que c’est Ile-de-France Mobilités qui perçoit toutes les recettes pour la région parisienne du moins tout ce qui est passe (Navigo) et tickets standardisés (ticket+).

3 Likes

C’est exact, RATP est l’opérateur et IDF Mobilités (anciennement STIF) est l’équivalent de l’ARTM.

4 Likes
1 Like