Aménagements estivaux

Sur le site de la Ville

Zone piétonne de l’avenue Bernard : Perspectives des futurs aménagements

Publié le 12 septembre 2022 à 9 h 02
Mis à jour le 12 septembre 2022 à 9 h 18
Relié à Outremont

Nouveaux aménagements pour la zone piétonne de l’avenue Bernard. Les nouveaux modules et mobiliers seront mis en place progressivement d’ici 2024. Les premiers éléments des futurs aménagements ont déjà été ajoutés : bandes de gazon synthétique aux entrées et jeux géants (échecs, dames, etc.)

L’arrondissement et son comité de pilotage composé de riverains et de commerçants ont validé de nouveaux aménagements pour la zone piétonne de l’avenue Bernard. Les nouveaux modules et mobiliers seront mis en place progressivement d’ici 2024.

Parmi ces nouveautés, il y aura de très grands brumisateurs qui feront figure d’arches d’entrées, des structures d’ombrage, des jeux géants, des plantations, du mobilier amovible, le tout dans une ambiance chatoyante en soirée grâce à des projecteurs et des guirlandes lumineuses.

Délai de la mise en place des aménagements
La mise en place des aménagements a été plus tardive cette année afin de proposer un concept qui s’ancrerait adéquatement dans le milieu, tout en respectant l’environnement et en tentant de réduire les coûts du projet. Par exemple, l’aménagement d’un carré de sable a été écarté du projet cette année, car celui-ci occasionnait des problèmes de propreté et que le sable est une ressource non-renouvelable. Il n’y a pas eu non plus de marquage de couleur au sol, car enlever ce marquage à la fin de l’automne aurait engendré des frais.

Les premiers éléments des futurs aménagements ont déjà été ajoutés : bandes de gazon synthétique aux entrées des intersections et jeux géants (échecs, dames, connect-4, Jenga). Au cours des prochaines semaines, deux structures d’ombrage et du mobilier (20 tables et 80 chaises bistro) seront ajoutés.

L’an prochain, les structures d’ombrage et grands brumisateurs seront ajoutés et en 2024, les projecteurs viendront compléter les aménagements.

Illustrations
Cliquez sur le lien pour diverses perspectives: Illustrations des nouveaux aménagements

4 Likes

IDS-Verdun

Hausse de 31% de l’achalandage pour la Wellington piétonne

Josie Desmarais/Métro Photo: Josie Desmarais/Métro

Clément Gaboury

27 septembre 2022 à 13h33 - Mis à jour 27 septembre 2022 à 15h21 3 minutes de lecture

Avec le retour des automobiles sur la Promenade Wellington, l’heure est maintenant au bilan pour les organisateurs de la piétonnisation estivale de la Well.

Du 1er juin au 23 septembre, la Société de développement commercial (SDC) Wellington a enregistré une hausse d’achalandage de 31%, comparativement à la piétonnisation de l’été 2021.

Cette augmentation a même grimpé jusqu’à 52% durant certaines fins de semaine.

«On peut dire que c’est mission accomplie!», lance d’emblée la directrice des opérations de la SDC Wellington, Julie Pilon-Cousineau.

«Les gens étaient au rendez-vous. L’ambiance était à son comble avec notre programmation, celle du Quai 5160, celle d’Immersion Rock aussi […], avec les terrasses agrandies, les améliorations qu’on a faites au niveau de l’accessibilité universelle, de l’embellissement, de la mobilité», poursuit Mme Pilon-Cousineau.

Josie Desmarais/Métro

Durant tout l’été, les citoyens pouvaient profiter de balançoires, d’un terrain de pétanque, de l’agrandissement des terrasses et d’îlots publics connectés au WiFi, notamment.

Des efforts qui ont valu à la rue Wellington une distinction aussi flatteuse qu’inattendue, celle du titre de «rue la plus cool au monde» selon le magazine Time Out.

«On n’avait pas envoyé de candidature, c’est arrivé comme ça. On se doute que la piétonnisation a joué un rôle important dans cette nomination. Les gens sont attachés à ce projet-là […] Ce qu’on nous a dit, c’est que les gens qui ont voté avaient un attachement extrêmement fort et de la fierté envers le quartier, donc ça ressortait du lot. C’est vraiment une belle reconnaissance», mentionne la directrice des opérations de la SDC Wellington.

Toujours place à l’amélioration

De nombreux défis se sont toutefois ajoutés avec l’importante hausse d’achalandage.

Le projet pilote de cohabitation entre cyclistes et piétons sur la chaussée fait partie du lot. Plusieurs cyclistes roulant à une vitesse déraisonnable ont été observés cet été.

«Si la piétonnisation revient, il faudra trouver d’autres partenaires pour trouver des solutions innovantes. On avait mis les pastilles au sol, on avait une agence de sécurité, il y avait des cadets, beaucoup de communication, mais si on revient, on veut aller encore plus loin. On veut trouver des solutions au lieu d’interdire [les vélos], parce que les cyclistes délinquants étaient là avant que la cohabitation soit permise», indique Julie Pilon-Cousineau.

Bien que la piétonnisation ait été un franc succès sur le plan de l’achalandage, il est encore trop tôt pour confirmer le retour de la Well piétonne en 2023.

«Certaines parties prenantes ont déjà manifesté leur intérêt, dont l’Arrondissement, les citoyens et la Ville de Montréal, mais pour être un projet de tous, il faut que l’on consulte tous nos membres en début d’année», conclut la directrice des opérations.

Les 260 commerçants de la Promenade Wellington, entre le boulevard LaSalle et la 6e Avenue, seront sondés au cours des prochains mois à propos de leur taux de satisfaction quant au projet de piétonnisation.

Articles recommandés par l’auteur

5 Likes

Piétonnisation estivale de la rue Ontario Est : devant le succès de la troisième édition, l’arrondissement met le cap sur celle de 2023!

30 septembre 2022

Montréal, le 30 septembre 2022 - C’est après avoir livré plus de 220 heures d’animation pour tous les goûts, sur un tronçon de rue long de près d’un kilomètre, que se termine la troisième édition du projet estival de piétonnisation de la rue Ontario Est, entre le boulevard Pie-IX et la rue Darling.

Si la population a pu encore cet été vivre une expérience festive et agréable, sur une artère commerciale qui promeut l’achat local, c’est grâce à l’élaboration d’un projet collectif entre l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve (MHM) et la Société de développement commercial Hochelaga-Maisonneuve (SDC HM).

Dès le mois de juin, 16 zones détente, trois scènes, deux grandes terrasses mutualisées, un espace avec balançoires, ainsi que 2 278 végétaux ont créé dans la rue un décor coloré, décontracté et tout à fait pittoresque. Une programmation éclatée, minutieusement planifiée par la SDC Hochelaga-Maisonneuve, a animé l’espace le temps de onze semaines, avec 190 activités réparties sur 36 jours : humour, musique, danse, œuvres d’art surdimensionnées, défilés loufoques, démonstrations d’habiletés et jeux de feu, sans oublier les deux événements phares de la SDC HM, le Branle-bas d’Hochelaga et la vente trottoir de la rentrée. Les enfants ont également pu s’émerveiller devant des activités circassiennes et des défilés de mascottes, pour ne nommer que quelques-uns des attraits spécialement imaginés pour les familles!

« Depuis maintenant trois ans, la piétonnisation estivale de la rue Ontario Est offre aux gens de MHM un endroit pour s’amuser, se détendre et rencontrer leurs voisines et voisins; c’est aussi une invitation à venir découvrir, à pied ou à vélo, les commerces locaux qui ajoutent de la vie dans nos quartiers », affirme le maire de l’arrondissement, M. Pierre Lessard-Blais.

Les visiteurs de la rue et notamment les personnes qui y ont fait des emplettes ont pu compter sur le service gratuit de raccompagnement en triporteur, sur les rues transversales, entre de Rouen et Adam. « Le projet favorise la création d’un milieu de vie durable, actif et sobre en carbone », ajoute le maire.

L’édition 2022 du projet a été rendue possible grâce à une contribution financière de 575 000$ de la Ville de Montréal dans le cadre du programme de Soutien aux projets de piétonnisation 2022-2024 et à un investissement de 300 000 $ de l’arrondissement.

Rendez-vous en 2023!
S’étant qualifié au programme de financement de la Ville jusqu’en 2024, MHM poursuit la planification en vue des éditions à venir et invite la population à répondre, d’ici le lundi 17 octobre à midi, à un court questionnaire pour partager ses idées et suggestions en matière d’aménagement et d’animation.

http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=5798,42657625&_dad=portal&_schema=PORTAL&id=34636

2 Likes

Le Plateau baisse de manière permanente le prix de ses terrasses:

Détail intéressant, il y a avait 90 terrasses dans l’arrondissement en 2019, et ce nombre a augmenté à 170 cette année.

9 Likes

Bon, voilà une bonne mesure qui vient supporter les restos, bars et cafés du Plateau.

5 Likes

La piétonisation va commencer plus tôt pour Mont-Royal:

Les piétons seront rois plus tôt qu’à l’habitude sur Mont-Royal alors que l’avenue sera fermée aux voitures du 20 mai au 4 septembre, un total de 107 jours. L’année dernière, la fermeture du tronçon de 2,3 kilomètres commençait le 8 juin.

Pour Duluth:

Quant à Duluth, ce sont les dates de début et de fin qui seront élargies. La zone s’étendant de Saint-Laurent à Saint-Hubert sera piétonne pour 79 jours, du 19 juin au 5 septembre. L’année dernière, la période de fermeture était du 24 juin au 31 août.

9 Likes

Il y a des portions de Mont-Royal qui devraient être piétons à l’année. Et pour le reste, la piétonnisation devrait commencer dès que le nettoyage de rue est terminé, c’est à dire début mai au plus tard, et se terminer après l’halloween.

15 Likes

Pour Mont-Royal, je me demande s’il est possible d’avoir une formule strictement bus et piétonne/vélos ou si ça dégraderait l’expérience de façon trop importante. Je sais qu’il y a de nombreux exemples avec des trams, mais je ne me rappelle pas d’en avoir bus avec des bus.

Je me demande si c’est une bonne idée d’éliminer les stationnements de chaque coté de la rue, de donner ces espaces aux trottoirs, donc de les élargir et de ne permettre que les bus, les vélos et les taxis dans les 2 voies restantes ?

J’ai l’impressions que ca pourrait crier des remous parmi les commerçants mais est-ce que ca pourrait être vivable à l’année longue?

2 Likes

Un « transit mall » serait idéal pour le tronçon entre Henri-Julien et Saint-Hubert. Pour le reste, peut-être une solution comme la portion réaménagée de la rue Sainte-Catherine, qui enlève le stationnement sans interdire l’accès aux autos? Cependant il faudrait de vrais bollards avec des zones des livraisons assez claires, afin d’éviter le stationnement sauvage sur trottoir qu’on voit actuellement sur Sainte-Catherine.

Avec la largeur de la rue, je pense que c’est possible d’intégrer deux voie BUS et deux voies REV unidirectionnelles.

Je ne sais pas exactement quelle est la norme pour les largeurs des voies réservées, donc j’ai laissé la valeur par défaut de 3,6m.

Vélo à assistance électrique oui, mais si l’engin a des pédales pour faire joli et contourner la loi ou a un marche-pied, c’est non

Les scooters interdits sur l’avenue Mont-Royal piétonne cet été


L’avenue Mont-Royal piétonisée.
Photo: Archives Métro

Naomie Gelper
3 avril 2023 à 20h32 - Mis à jour 3 avril 2023 à 20h34 1 minute de lecture

Les scooters et les vélos assistés s’y apparentant seront interdits sur les avenues Mont-Royal et Duluth piétonnisées cet été. Les élus du Plateau Mont-Royal doivent adopter ce soir au conseil d’arrondissement une ordonnance interdisant leur passage.

«On a travaillé conjointement avec le poste de quartier et nos équipes techniques pour trouver une façon de former très clairement que les scooters sont interdits sur l’avenue du Mont-Royal pendant la piétonnisation», a affirmé le maire d’Arrondissement, Luc Rabouin, lundi soir.

Il y aura un affichage annonçant le nouveau règlement, ce qui permettra aux policiers d’intervenir, a-t-il précisé. Les vélos seront toujours tolérés.

5 Likes

Le salut des restos passe par la terrasse

PHOTO JOSIE DESMARAIS, LA PRESSE

La terrasse du Notre-Bœuf-de-Grâce de l’avenue du Mont-Royal, jeudi

La saison des terrasses commence tranquillement à Montréal – et un peu partout dans la province. Dès que le mercure franchit la vingtaine de degrés, les chaises poussent sur les trottoirs comme des crocus au soleil. Avec la pénurie de main-d’œuvre qui les oblige déjà à réduire leurs heures d’ouverture, les restaurateurs sont-ils aussi heureux que leurs clients de l’ouverture des terrasses ?

Publié à 6h00

Partager


Stéphanie Bérubé
Stéphanie Bérubé La Presse

La brasserie Isle de Garde est située rue Beaubien, à deux pas de la Plaza Saint-Hubert, à Montréal. Sa terrasse est vaste et reconnue des gens du quartier. Les matins de fin de semaine, les clients de la boulangerie Automne, voisine, s’y installent pour siroter leur café et manger leurs croissants.

« C’est très le fun à voir, explique Simon Chantal, copropriétaire de l’Isle de Garde. Quand tu ouvres un restaurant, c’est pour créer un endroit jovial où les gens se rencontrent et relaxent. La terrasse est vraiment faite pour ça. »

À l’Isle de Garde, les clients devront toutefois être patients : l’établissement attend au 1er mai pour monter sa structure qui donne sur la rue, prévoyant que le mercure de la fin avril va refroidir les ardeurs des Montréalais qui rêvent de manger dehors.

On est vraiment contents de voir revenir la terrasse. Malgré les défis, c’est la saison qui rapporte le plus. Les ratios sont à leur mieux en termes de labor cost et de food cost [coût du travail et de la nourriture]. C’est la saison où on fait un peu d’argent. Et en restauration, c’est très important, car les marges sont minuscules.

Simon Chantal, copropriétaire de la brasserie Isle de Garde

Cela va aussi donner le temps à l’équipe d’ajuster l’offre. Avec la pénurie de main-d’œuvre dans le monde de la restauration, l’agrandissement de la superficie dans les restos apporte son lot de défis.

À l’Isle de Garde, la terrasse ajoutera 92 places (pleine capacité) pour le restaurant qui en a autour de 120, à l’intérieur. Toutefois, ce n’est pas au service que sont les plus grands défis pour l’entreprise, mais en cuisine. Impossible de trouver des plongeurs et des cuisiniers dans le contexte actuel, explique Simon Chantal. C’est donc le menu qui sera revu pour gagner en efficacité durant la saison de la terrasse, afin que la clientèle reçoive le service auquel elle est habituée.

Profiter des premiers rayons

À l’autre bout de la ville, dans le Sud-Ouest, la vaste terrasse de la brasserie Messorem est ouverte, pleine capacité, depuis une grosse semaine. « Lundi de Pâques, c’était déjà rempli », raconte Louis-Philippe Dubé, représentant pour l’établissement très prisé des amateurs de bières gastronomiques. Et de terrasse : Messorem offre une immense cour intérieure à ses clients (et à leurs chiens !) ouverte tous les jours et jusqu’aux premières journées froides de l’automne.

Les employés supplémentaires sont déjà au travail et on s’attend à un week-end très chargé. Pas question de rater les premiers rayons vraiment chauds.

PHOTO JOSIE DESMARAIS, LA PRESSE

Le bar laitier Le Patio était bondé, jeudi, avenue du Mont-Royal.

Même philosophie pour le restaurant Beaufort, dans un tout autre registre.

Jean-François Girard va installer quelques tables sur le trottoir de la Plaza Saint-Hubert dès ce soir, vendredi, s’il obtient rapidement son permis. Sa terrasse permanente aura 28 places.

La clientèle du Beaufort est différente de celle d’une brasserie. Les belles soirées, les gens sortent davantage et s’installent dehors, explique le proprio qui parle plus d’un glissement de la clientèle plutôt que d’une hausse. Toutefois, les clients qui mangent dehors tendent à rester moins longtemps, ce qui augmente le roulement et le dynamisme.

PHOTO MORGANE CHOQUER, ARCHIVES COLLABORATION SPÉCIALE

Jean-François Girard

Dès qu’il fait beau, les places en terrasse sont très prisées. Ça aide, car il y a un roulement. Les tables ne restent pas libres longtemps.

Jean-François Girard, propriétaire du Beaufort

Le restaurateur espère que la Ville sera généreuse pour le renouvellement de son permis, elle qui a offert un prix pandémique très avantageux – autour de 5 % du tarif habituel. Si ce taux préférentiel était maintenu, cela apporterait une aide indirecte aux restaurateurs qui doivent non seulement composer avec la pénurie de main-d’œuvre, mais aussi une augmentation des prix des matières premières, qui impose un grand effort créatif sur leurs menus, soutient Jean-François Girard.

« La restauration est en pleine période de mutation en ce moment, rappelle-t-il. On a des frais d’exploitation qui ont augmenté, dus aux hausses de salaire. Les frais d’épicerie ont augmenté et nous avons du mal à ajuster les prix pour la clientèle. »

Le restaurateur aurait aussi souhaité que la Plaza Saint-Hubert soit piétonne dès l’été qui vient, mais le projet a été reporté à l’été 2024. « Les terrasses, c’est très joyeux et très heureux quand il y a beaucoup de gens qui circulent à pied, dit Jean-François Girard. Ça prend une affluence de gens. »

À Montréal, ce sont les arrondissements qui s’occupent de la réglementation pour les terrasses des commerces qui s’installent sur le « domaine public ». Dans Rosemont–La Petite-Patrie, la saison des terrasses s’étend du 1er mai au 31 octobre, mais l’arrondissement permet aux restaurateurs qui le souhaitent de s’installer dès les premières belles journées, à condition qu’ils aient leur permis.

« La saison des terrasses est vitale pour l’industrie. Ça permet d’augmenter la capacité de service, mais c’est aussi une expérience recherchée par la clientèle, dit Martin Vézina, vice-président aux affaires publiques et gouvernementales à l’Association des restaurateurs du Québec. On voit actuellement que les exploitants sont à pourvoir les postes pour la saison des terrasses. Il est évident qu’en temps de pénurie, c’est crucial d’avoir les gens nécessaires pour justement offrir l’expérience que recherchent les clients. »

En savoir plus

  • Moins de 20 %
    La proportion des aménagement de terrasses qui étaient universellement accessibles dans l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie à la fin de la dernière saison. Que ce soit pour une rampe trop abrupte, la largeur trop étroite d’un accès ou du mobilier non adapté, les commerçants qui installent à nouveau une terrasse cette année devront être conformes.

Source : Arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie

5 Likes

Le restaurateur aurait aussi souhaité que la Plaza Saint-Hubert soit piétonne dès l’été qui vient, mais le projet a été reporté à l’été 2024. « Les terrasses, c’est très joyeux et très heureux quand il y a beaucoup de gens qui circulent à pied, dit Jean-François Girard. Ça prend une affluence de gens. »

Je ne savais pas qu’il y avait des plans pour piétonniser la Plaza en été, intéressant.

7 Likes

En effet, c’est une bonne nouvelle. Mais encore mieux lorsque des commerçants le demandent, comme ce cas-ci, en espérant que cela reflète la majorité de ceux-ci.

2 Likes

Dix rues piétonnes pour l’été à Montréal


PHOTO PHILIPPE BOIVIN, ARCHIVES LA PRESSE
L’avenue du Mont-Royal. en été 2022.

Les Montréalais pourront profiter encore cet été de dix rues piétonnes, grâce à un programme municipal de 12 millions sur trois ans qui vise à soutenir le dynamisme des artères commerciales.

Publié à 14h14 Mis à jour à 14h14
Isabelle Ducas
LA PRESSE

VOICI LES RUES QUI SERONT FERMÉES À LA CIRCULATION AUTOMOBILE :

Avenue du Mont-Royal

Du boulevard Saint-Laurent à la rue Fullum. De 20 mai au 5 septembre.

Rue Wellington

De la 6e avenue à la rue Régina. Du 5 juin au 17 septembre.

Rue Sainte-Catherine Est

De la rue Saint-Hubert à l’avenue Papineau. Du 19 mai au 16 octobre.

Rue Ontario Est

Du boulevard Pie-IX à la rue Darling. Du 19 juin au 9 septembre.

Avenue Duluth Est

Du boulevard Saint-Laurent à la rue Saint-Hubert. Du 19 juin au 5 septembre.

Rue Saint-Denis

De la rue Sherbrooke au boulevard de Maisonneuve. Du 1er juin au 30 septembre.

Rue Sainte-Catherine Ouest

Du boulevard Saint-Laurent à la rue de Bleury. Du 1er mai au 31 octobre.

Place du Marché-du-Nord (Marché Jean-Talon)

De l’avenue Casgrain à l’avenue Henri-Julien. Du 1re juin au 15 octobre.

Avenue Bernard

De l’avenue Wiseman à l’avenue Bloomfield. Du 18 mai au 9 octobre.

Rue de Castelnau Est

De la rue Saint-Denis à l’avenue de Gaspé. Du 8 mai au 10 octobre.

Ce sont les mêmes rues que l’année dernière, mais les visiteurs pourront constater quelques changements dans les aménagements et les activités, selon la mairesse de Montréal, Valérie Plante, qui souligne que ces rues piétonnes deviennent des destinations pour les visiteurs, ce qui profite aux commerçants.

« On a vu une augmentation considérable de l’achalandage piéton l’année dernière sur ces rues, » a révélé Sophie Mauzerolle, responsable des transports au comité exécutif. « Par exemple, sur Sainte-Catherine ouest, la hausse a été de 73 %, et elle a atteint 86 % sur la rue Duluth. On a des données semblables aussi pour la rue Saint-Denis et la rue Wellington. »

Comme chaque année, on s’attend à ce que la piétonnisation soit critiquée par des automobilistes, qui déplorent la perte d’espaces de stationnement et les détours occasionnés par les fermetures de rues.

« Il faut se souvenir que, pour la majeure partie de l’année, la majorité des espaces dans les rues sont dévolus aux voitures et aux camions, » répond Valérie Plante au sujet des mécontents. « C’est bien qu’on ait une expérience un peu différente pendant l’été en faisant plus de place aux piétons. »

Elle invite ceux qui craignent le manque d’espaces de stationnement à utiliser le transport en commun pour aller profiter des rues sans circulation automobile.

Mme Mauzerolle assure que les abords des rues piétonnes, où l’achalandage accru risque de générer plus de déchets, seront gardés propres et les poubelles vidées régulièrement. Par exemple, l’arrondissement de Ville-Marie a augmenté de 2 millions sont budget consacré à la propreté.

5 Likes

l’article ne mentionne pas St-Paul dans le vieux. Je crois c’est déjå piétonne

Well…
https://www.tvanouvelles.ca/2023/05/01/une-place-publique-prevue-pour-le-375e-anniversaire-de-montreal-arrivera-pour-le-383e-1

Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce

Six places publiques éphémères dans CDN-NDG cet été

Une place publique éphémère. Photo: Archives Métro

Nicolas Monet

6 mai 2023 à 14h44 1 minute de lecture

Six places publiques éphémères seront aménagées dans Côte-des-Neiges—Notre-Dame-de-Grâce du début du mois de juin à la fin octobre.

Les places publiques seront situées aux intersections suivantes:
– avenue Darlington et chemin Goyer;
– avenues Victoria et Van Horne;
– chemins Circle et Queen-Mary;
– place Guillaume-Couture et avenue Girouard;
– avenue Royal et rue Sherbrooke; et
– avenues Somerled et Cumberland.

Ces places publiques comporteront des structures légères, qui pourront être déplacées, comme des chaises, des bancs et des tables, et des végétaux en pot, précise-t-on dans le sommaire décisionnel du conseil d’arrondissement.

Le coût des aménagements, estimé à un peu moins de 300 000$, sera tiré d’un surplus budgétaire affecté au verdissement. L’attribution de ce montant a été votée à l’unanimité lors de la dernière séance du conseil d’arrondissement, le 1er mai dernier.

Le déploiement des places publiques commencera au début du mois de juin. Elles seront aménagées jusqu’à la fin octobre.

1 Like

L’installation sur l’avenue du Mont-Royal est en cours

7 Likes