2050, rue Stanley - 40 étages

Enfin ce que j’espérais que ce soit! :slight_smile:

1 Like

On parle du projet dans Le Devoir:

Texte intégral

Une tour de 40 étages appartenant à Guy Laliberté projetée au milieu d’un espace patrimonial

  1. [Accueil]

Photo: Darwin Doleyres Au fil des ans, des artistes ont laissé leur trace sur les murs de Montréal dans le cadre de Mural. Pour le 10e anniversaire du festival, «Le Devoir» présente une édition tapissée d’art urbain. Sur cette photo, Murale de l’artiste 1010, au coin des avenues Président- Kennedy et Victoria.

Ulysse Bergeron et Jean-François Nadeau

9 juin 2022

Une entreprise de Guy Laliberté projette de démolir un édifice accolé au complexe de la Maison-Alcan, un ensemble de bâtiments historiques et patrimoniaux du centre-ville de Montréal, afin d’y ériger une tour d’habitation de 40 étages dans le cadre d’un nouveau projet.

Prével, un important promoteur immobilier québécois, a entamé au cours des dernières semaines des démarches auprès du ministère de la Culture et du Patrimoine afin d’obtenir les autorisations nécessaires à la démolition d’un édifice situé au cœur d’un espace du centre-ville de Montréal réputé depuis 40 ans pour son intégration réussie du patrimoine architectural au sein d’un aménagement urbain public et privé.

Photo: Valérian Mazataud Le DevoirLa Maison Alcan au 1188 rue Sherbrooke Ouest, à Montréal

Ce projet est présenté par Néonacla, le bras immobilier de Lune Rouge, fer de lance des activités de l’ancien patron du Cirque du Soleil, Guy Laliberté.L’immeuble fait partie d’un quadrilatère composé de plusieurs édifices appartenant à M. Laliberté, qui abritent des bureaux de diverses compagnies, dont Sagard Holding, Telus, Electronic Arts et Zù.

Le projet de construction prévoit l’érection d’une tour résidentielle de 40 étages, est-il spécifié au Registre des entreprises.

Dans une communication avec Le Devoir, l’entreprise Lune Rouge confirme l’existence du projet, tout en ne souhaitant pas faire connaître ses partenaires : « Nous travaillons donc sur ce dossier, mais sommes actuellement liés à d’autres parties par des ententes de confidentialité. » Idem pour Prével, aussi avare de commentaires : « Nous confirmons toutefois que nous analysons en effet un projet sur le site de la Maison-Alcan. »

Ce n’est pas la première fois que des projets immobiliers sont proposés sur ce site.

L’immeuble visé est situé au 2050 de la rue Stanley, au centre-ville de Montréal. Là même où se trouve un quadrilatère classé patrimonial depuis 2017. Cet ensemble patrimonial important, constitué au tout début des années 1980 par l’entreprise Alcan avec la collaboration des autorités publiques, a incarné à l’époque une sorte de revanche après des destructions en série qui ont fait perdre au secteur plusieurs traces de son lustre d’antan.

La Maison-Alcan a été inaugurée « une décennie après la démolition de la maison Van Horne », très décriée, explique Dinu Bumbaru, d’Héritage Montréal. « Il y avait, enfin, une vision globale qui intégrait le patrimoine et le développement urbain », résume-t-il. « Le grand patron d’Alcan aurait pu décider d’aller ailleurs. Son geste de s’installer là était fort. Il marquait une confiance dans la ville, en intégrant des espaces historiques et des espaces collectifs », dans une collaboration alors jamais vue à Montréal.

« Évaluer les travaux à venir »

L’endroit où les promoteurs souhaitent ériger une nouvelle tour, pour proposer à la vente ou à la location environ 250 logements, selon ce qu’indiquent divers projets antérieurs, est situé dans ce que l’on nomme le « Mille carré doré ». Il se trouve plus exactement dans ce périmètre patrimonial classé, celui du Complexe-de-La-Maison-Alcan. Bien qu’adjacent à l’espace patrimonial placé sous protection, le 2050 de la rue Stanley échappe pour sa part à la protection de l’État.

L’entreprise a d’abord voulu avoir des discussions avec des représentants du ministère de la Culture et du Patrimoine, « pour évaluer les travaux à venir pour la transformation du Complexe […] souhaitant assurer sa pérennité mais aussi son repositionnement réussi dans le marché de l’immobilier commercial montréalais », comme l’indique le registre des lobbyistes.

On trouve dans cet ensemble des bâtiments d’un XIXe siècle montréalais très victorien et impérial, comme l’édifice Donnacona, qui a abrité le Winter Club, et une église dont les entrées donnent sur la rue Drummond. Parmi eux, l’ancienne tour de l’Armée du Salut, accessible depuis la rue Stanley, n’est pas protégée au même titre que les autres.

Convaincre l’État

Toujours selon le Registre des entreprises, le projet entend « convaincre le ministère de la Culture et des Communications de ne pas exercer son droit de préemption à l’égard des immeubles classés », tout en assurant aux « décideurs » que les interventions envisagées « sont minimales et respectent le caractère patrimonial des lieux ».

Depuis 2019, Lune Rouge, le navire amiral de Guy Laliberté, et son partenaire Canderel ont déjà présenté à la Ville de Montréal divers projets de construction en surhauteur sur le même site.

Il a même été question d’ériger deux tours reliées par une passerelle. À la suite du retrait de Canderel, c’est désormais le scénario d’une seule tour qui est défendu par l’entreprise de M. Laliberté.

Le complexe actuel constitue un îlot où s’intègrent divers réseaux d’espaces verts reliés aux bâtiments adjacents par des galeries. À proximité, on trouve aussi le Mount Stephen Club et le Mount Royal Club, longtemps deux institutions phares de la haute bourgeoisie montréalaise.

Si vous êtes membres de niveau 3 sur le forum, faites un tour dans la catégorie Salon, sur le sujet sur les documents obtenus par une demande d’accès à l’information, pour un petit preview :wink: .

4 Likes

image

1 Like

Tu es niveau 3, tu peux aller voir :stuck_out_tongue:


Comme ces documents sont sur des projets qui ne sont pas révélés, on préfère restreindre l’accès, mais je me suis dit que ce serait une bonne idée de mentionner que ça existe. Un membre atteint le niveau 3 en contribuant beaucoup (recevoir et donner des :heart:, faire des messages, lire des sujets…), tout simplement.

3 Likes

C’est tellement malhonnête de présenter ça comme ça sans explication avec cette photo, comme s’il était question de démolir cet édifice…

1 Like

Pour ajouter encore plus de confusion, sur Twitter on dit maintenant qu’on va «démolir un ensemble de bâtiments historiques et patrimoniaux». (Avec une photo qui n’est pas celle du site de la Maison Alcan)

https://twitter.com/PatriciaTessier/status/1534886696663252992?s=20&t=lBJfxyvz01FKIAnPwkzgPg

1 Like

C’est l’ancien hôtel Berkeley. Mon bureau était dans cet édifice quand je travaillais chez Alcan

C’est classé selon le Ministère de la culture, tout comme les voisins de la rue Sherbrooke

https://www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca/rpcq/detail.do?methode=consulter&id=100324&type=bien

Quand Rio Tinto avait encore les bureaux là, l’entreprise n’occupait même pas le 2050 au complet. Il y avait d’autres entreprises. Il me semble que RT occupait seulement un étage pour l’équipe de projet de l’implanation de SAP (donc surtout des consultants). Il fallait passer par une série de couloirs souterrains pour atteindre le 2050 à partir de la Maison Alcan. C’était souvent plus rapide par l’extérieur.

La majorité des bureaux était dans le 2200 rue Stanley (édifice Davis)

Il y a un plan de conservation de la Maison Alcan
https://www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca/rpcq/document/rpcq_bien_205794_344396.PDF?id=344396

Les 5 premiers bâtiments sont sur Sherbrooke
image

le 2050 n’est même pas dans le périmètre
image

3 Likes

Cet immeuble n’a rien d’historique (à moins qu’il y ait quelque chose d’historique en dessous de la coquille en aluminium). C’est une tour à bureau ben ordinaire. Le photo accompagnatrice de l’article du Devoir ne correspond pas à ce qu’on peut voir dans Google StreetView. Il y a un immeuble avec un mur aveugle (que l’on critique pour la nouvelle tour) qui semble délabré juste à côté. Pourquoi ne pas construire à cet endroit?

J’ai trouvé des rendus d’un projet « en cours »nommé le « 1188 Sherbrooke Ouest » sur le site de Lemay Architecture. Le client indiqué est Cirque du Soleil.

Voici la description : Le projet de redéveloppement du complexe à bureaux de la Maison Alcan revitalise un ilot patrimonial situé dans un secteur de Montréal présentement en perte d’attractivité. Le concept Lemay s’est développé autour d’un narratif évocateur de l’histoire d’un quartier huppé de Montréal à la limite géographique du centre des affaires. La nouvelle signature se matérialise par l’introduction d’une tour emblématique et la création d’un campus moderne et diversifié qui mettra en valeur le patrimoine.

10 Likes

Ça serait un rêve. Ce carré là est tellement délabré présentement, ça clash avec son environnement immédiat.

Il me semble que c’est un (très) vieux projet qui avait fait surface sur l’autre forum il y a quelques années.

3 Likes

Oui ce projet date de l’époque Coderre et il est mort et enterré depuis de nombreuses années. Héritage Montréal avait fait une campagne pour le tuer sous prétexte de protéger la Maison Alcan.

1 Like

Je croyais que le vieux projet était celui-ci :

2055 rue Drummond - 38 étages (2021)

Ce projet est encore plus vieux. Probablement autour de 2016.

Il y a plusieurs projets sur ce terrain!

Le rendu le plus récent est sur notre forum dans le Salon, pour les membres niveaux 3 dans ce sujet, parce qu’il a été obtenu par demande d’information et n’a pas été dévoilé publiquement.

Mais on a fait son volume en 3D dernièrement, pour l’exposition Montréal du Futur (ce sera sur nos panneaux):

C’est le projet grosso-modo au centre.

9 Likes

Au conseil d’arrondissement la semaine prochaine:

Adopter une résolution modifiant le délai de réalisation aux autorisations accordées par la résolution CA17 240225 pour le complexe de la Maison Alcan situé aux 1172-1196, rue Sherbrooke Ouest, 2055 et 2085, rue Drummond, 2050 et 2200, rue Stanley, en vertu du Règlement sur les projets particuliers de construction, de modification ou d’occupation d’un immeuble (CA-24-011)

Quelques informations:

Aujourd’hui le propriétaire NEONACLA est en discussion avec l’Université Concordia pour développer un projet institutionnel d’envergure, la création d’un nouveau pavillon pour la faculté des Beaux-Arts. Les investissements financiers publics nécessitent des approbations avec des délais importants, ce qui portera les premières pelletées de terre au-delà du délai accordé par la résolution.

On parle d’un projet institutionnel avec Concordia pour un nouveau pavillon des Beaux-Arts. Je crois que c’est la première fois que j’entends parler de ce volet du projet. Je ne sais pas si ça touche la tour prévue ou non.

15 Likes

Intéressant que Concordia veut relocaliser ses Beaux-Arts, ça veut dire que l’actuel pavillon sur René-Lévesque va devenir un potentiel a redéveloppement

15 Likes

Merci pour l’info

Cirque du Soleil Founder To Create Concert Venue Within Office Complex

https://www.costar.com/article/1139154404/cirque-du-soleil-founder-to-create-concert-venue-within-office-complex

Texte intégral

Cirque du Soleil Founder To Create Concert Venue Within Office Complex

Guy Laliberté’s $100 Million Project Rejuvenates Seven Buildings in Montreal

Sean O’Donnell, president of Lune Rouge Real Estate, at the future Citadel venue at 2085 Drummond St., one of the seven buildings of the Maison Alcan complex in downtown Montreal. (Kristian Gravenor/Costar News)

By Kristian Gravenor
CoStar News

February 14, 2024 | 6:37 P.M.

Guy Laliberté, the creative mind that made Cirque du Soleil a global entertainment attraction, is setting his sights on a property in downtown Montreal as he aims to put his stamp on the seven-building Maison Alcan complex.

Laliberté co-founded Cirque du Soleil in 1984 and oversaw three decades of steady growth as his performers entertained 160 million spectators in 48 countries during his reign. He then sold the company to a China-based investment firm for a reported $1.5 billion in 2015. Shortly after, he set his focus on the downtown Montreal Maison Alcan property where his father once worked as a sales rep for Alcan, one of the world’s largest aluminum manufacturers.

Today, Cirque du Soleil’s headquarters remains in Montreal, and the company has close to 4,000 employees, including 1,200 artists from more than 80 countries and an office in Las Vegas.

Laliberté’s Lune Rouge real estate company purchased the downtown Montreal Maison Alcan buildings for $48 million in 2016 and has since invested almost $50 million into the properties that are spread over 2 acres of valuable downtown real estate.

Laliberté’s Lune Rouge has since unveiled a series of innovative undertakings, including the nonprofit Zu program that offers office space for small startups. Last year it launched a public-friendly atrium where passersby can drop into a sprawling space to poke on their laptops while admiring the art-filled lobby or enjoying lunch at the Améa Café.

Lune Rouge’s Maison Alcan office complex is comprised of seven buildings, including the former Berkeley Hotel building, seen here at centre. (CoStar)

Lune Rouge’s next project on the site aims to refurbish a long-abandoned adjacent church to transform it into the Citadel, a venue for concerts and other public events, just one of the seven buildings at the Maison Alcan complex.

Laliberté’s minority partner Sean O’Donnell, an accomplished real estate developer known for his Quintessence Hotel in Mont Tremblant, Quebec, is now the hands-on leader overseeing the Maison Alcan project as president of Lune Rouge.

His attention has been aimed at the church, where workers have removed and painstakingly boxed and labeled old stained glass windows and church pews while removing asbestos and lead from the structure. Lune Rouge is not restricted by heritage building rules in its redesign of the church interior but they nonetheless plan to return the ancient interior to its original status upon completion.

O’Donnell promises that the multifunctional event space will be one of the “nicest venues downtown” and will be useful for any number of events, from concerts to conferences to weddings. Laliberté’s star power could help in attracting interesting attractions. “Guy is friends with Bono. Who knows? Maybe he’ll come and perform here,” said O’Donnell.

The church cleanup has cost about $7 million thus far and the subsequent conversion will cost around $10 million to $12 million, according to O’Donnell. A completion date for the venue was not disclosed.

Culver’s Vision

Laliberté and O’Donnell share a vision of restoring the Maison Alcan complex to the vocation set out in the 1980s by Maison Alcan CEO David Culver, who added a seven-storey aluminum tower and established the site as the company’s headquarters, complete with gardens and restaurants and cafes.

“It was a gathering place. It was an important milestone in architecture and urban development,” said O’Donnell. Rio Tinto had a different notion once it acquired Maison Alcan in 2007 and the multinational company closed most of the property to the public as well as its two popular restaurants. “You couldn’t come into the gardens or the buildings. It was sad,” said O’Donnell.

Rio Tinto moved their Montreal operations into Deloitte Tower in 2015 and O’Donnell got to see Laliberte’s mind at work after acquiring the Maison Alcan property. “He’s very highly solicited and recognized as one of the most creative people in the world,” said O’Donnell. “He has a curious mind and he saw this as an opportunity to bring back the vision of David Culver and also make this an ecosystem of companies. He wanted to give it back to the entrepreneurs.”

The 270,000 square feet of office space inside Maison Alcan is 92% leased, according to O’Donnell, a solid total in a city where the office vacancy rate has spiked to almost 20%. Office dwellers include start-ups on the first five floors of the former Berkeley Hotel building, as part of Laliberté’s Zu initiative, a nonprofit group that offers office space to aspiring entrepreneurs.

Other offices are inhabited by some of Montreal’s more notable business names, including Paul Desmarais III, Mitch Garber, Leonard Schlemm and Laliberté himself.

The bright atrium section near the entrance of the property on Sherbrooke Street opened last year on land once occupied by an alleyway. It attracts a wide variety of passersby, including students from the nearby campuses of both McGill and Concordia universities, who have become accustomed to loitering with laptops on a multitiered seating section across from a glass-walled elevator.

The Lune Rouge team plans to add a restaurant next to the cafe now that authorities have approved their plan to extend a glass-covered area out into the garden. O’Donnell sees the restaurant as essential to Maison Alcan’s mission of fostering an after-hours vibrancy once the offices close for the day.

Artwork is found throughout the complex, including in the two-level parking below the building, where motorists can enjoy a series of paintings that cover the walls of the brightly lit parking space.

The Lune Rouge team has a long-term vision of replacing the 2050 Stanley, built in 1983, with another structure, likely taller. O’Donnell says they have not yet decided whether it will be for residential or other purposes. Meanwhile, they also have an idea of putting a learning institution on the site.

O’Donnell believes that cities need places like Maison Alcan, which he describes as “a kind of a playground, a place to convene, where people can get to meet people." It’s a better experience than working at home, he argues. "When you’re sitting in your basement, you’re not meeting anybody.”

The Lune Rouge company has not put all of its eggs in the Maison Alcan basket. The company also has investments in other properties throughout North America, including a long-term project to develop 8 million square feet in the Little Haiti section of Miami.

6 Likes

Est-ce qu’on sait de quelle église il est question dans le texte?