Vancouver: projets et actualités

Discussion portant sur l’actualité et le développement de la Grande région de Vancouver.

Ceux qui suivent le développement immobilier de la ville de Vancouver ont remarqué une transformation importante du style architectural des nouveaux projets. S’il y avait autrefois le style “Vancouver” qui faisait de la ville le décor futuriste par excellence pour une grande quantité de film et de série, on va encore plus loin aujourd’hui!

À mon avis, il s’agit de la ville où se construisent le plus de bâtiments offrant un avant-goût de l’architecture future des gratte-ciel nord-américain, comme c’était le cas il y a 20 ans. J’exagère peut-être un peu, mais à peine! :wink:

Voici donc le projet qui m’a donné le gout de créer le fil:

Par Feathered Friend, sur skyscraperpage.com

1700 Alberni St (1728 Alberni St and 735 Bidwell)

https://shapeyourcity.ca/1728-albern…735-bidwell-st

image

image

image

image

image

image

image

3 Likes

Je me rends à Vancouver une fois aux deux mois pour le travail et je suis absolument fan de la ville. Je suis certain d’y emménager dans deux ans. Les projets sont, pour moi, bien plus ambitieux et léchés que ce qu’on trouve à Montréal pour ce qui dépasse 20m de haut. C’est fort dommage.

DailyHive Vancouver a énormément de nouvelles quant aux futurs projets du Lower Mainland, et c’est très recherché.

Pour @Alex514 , voici quelques informations supplémentaires pour le projet que tu aimes:

UK firm designs tree-inspired towers for Vancouver proposal (RENDERINGS)

Kenneth Chan

Kenneth Chan

|

Jan 11 2021, 6:32 pm

Artistic rendering of 1728 Alberni Street and 735 Bidwell Street, Vancouver. (Heatherwick Studio/IBI Group/Bosa Properties/Kingswood Properties)

Heatherwick Studio is behind a tree-inspired mixed-use redevelopment with two towers in downtown Vancouver’s West End, with the goal of breaking Vancouver’s longstanding conventional form of glass towers.

The renowned architectural firm, based in London, UK, is responsible for notable designs such as the London 2012 Olympic Cauldron, the new Routemaster double-decker bus for Transport For London, and the Vessel in New York City.

The project is now coming to light as Bosa Properties and Kingswood Properties have submitted a rezoning application for their land assembly at 1728 Alberni Street and 735 Bidwell Street — the southwest corner of the intersection of Alberni Street and Bidwell Street.

Currently, the site is occupied by a 1986-built, nine-storey strata residential building at 735 Bidwell Street, and a 1987-built, four-storey strata residential complex at 1728 Alberni Street.

1700 alberni street vancouver

Site of 1728 Alberni Street and 735 Bidwell Street, Vancouver. (Google Maps)

Site of 1728 Alberni Street and 735 Bidwell Street, Vancouver. (Heatherwick Studio/IBI Group/Bosa Properties/Kingswood Properties)

The proposal calls for a 385-ft-tall, 34-storey west tower and a 345-ft-tall, 30-storey east tower with 401 condominium homes. The unit mix is 12 studios, 160 one-bedroom units, 199 two-bedroom units, and 30 units with at least three bedrooms.

Residents will have access to various amenity spaces, including a 15,000-sq-ft amenity space — such as a swimming pool, fitness rooms, and residential lounge — in the upper levels of the podium.

Within the first two levels of the building, there will be 14,700 sq ft of retail and restaurant space and a 4,100-sq-ft childcare facility with a capacity for up to 24 children.

Artistic rendering of 1728 Alberni Street and 735 Bidwell Street, Vancouver. (Heatherwick Studio/IBI Group/Bosa Properties/Kingswood Properties)

Artistic rendering of 1728 Alberni Street and 735 Bidwell Street, Vancouver. (Heatherwick Studio/IBI Group/Bosa Properties/Kingswood Properties)

The podium levels are focused around a four-storey atrium — a sculpturally formed internal public plaza — within a curving structure that splits open the podium base, creating an active and lively new amenity for the city activated by the commercial spaces.

ADVERTISEMENT

The residential lobby spaces to both towers are also accessed from this covered plaza, which has been named “The Yard.” A skylight on the podium rooftop draws in natural light into space, and the proponents have indicated structural timber could be used for the podium.

Artistic rendering of 1728 Alberni Street and 735 Bidwell Street, Vancouver. (Heatherwick Studio/IBI Group/Bosa Properties/Kingswood Properties)

Artistic rendering of 1728 Alberni Street and 735 Bidwell Street, Vancouver. (Heatherwick Studio/IBI Group/Bosa Properties/Kingswood Properties)

Artistic rendering of 1728 Alberni Street and 735 Bidwell Street, Vancouver. (Heatherwick Studio/IBI Group/Bosa Properties/Kingswood Properties)

“It’s difficult to have a positive emotional connection with a huge flat building. Our curving structure breaks-down the mass of the building into a human scale, dividing its long facades vertically into segments that provide more punctuation at street level,” reads the design rationale, which notes the layer of urban greenery on the podium turns it into a “green mountain.”

“Too often, towers are monolithic and cut-off from the street life, which is the lifeblood of the West End. Our aim was to create towers that intersect with the ground-level at a human scale, inviting interaction with the wider city community, creating a vibrant social hub for residents and visitors alike. By creating our scheme for the towers from the ground up, not tower down, we saw an opportunity to engage the ground-level as active social spaces by carving out some of the mass at the base of the towers.”

ADVERTISEMENT

Artistic rendering of 1728 Alberni Street and 735 Bidwell Street, Vancouver. (Heatherwick Studio/IBI Group/Bosa Properties/Kingswood Properties)

Artistic rendering of 1728 Alberni Street and 735 Bidwell Street, Vancouver. (Heatherwick Studio/IBI Group/Bosa Properties/Kingswood Properties)

Artistic rendering of 1728 Alberni Street and 735 Bidwell Street, Vancouver. (Heatherwick Studio/IBI Group/Bosa Properties/Kingswood Properties)

Artistic rendering of 1728 Alberni Street and 735 Bidwell Street, Vancouver. (Heatherwick Studio/IBI Group/Bosa Properties/Kingswood Properties)

Artistic rendering of 1728 Alberni Street and 735 Bidwell Street, Vancouver. (Heatherwick Studio/IBI Group/Bosa Properties/Kingswood Properties)

Emerging from the “mountains” are tree-inspired towers, denoted by structural blades that curve and extend outwards to create natural light and airflow into the lower levels and the streetscape.

This structural and facade system of blades and folds creates larger balconies, and the protruding terraces also have in-built planters along the edge to form a major part of the building’s rainwater management strategy.

“Inspiration from the natural landscape of the area led us to an organic form that would work harmoniously with its backdrop of inspiring mountains and natural parks. We wanted to avoid the conventional high-rise typology that feels alien and disconnected,” continues the design rationale.

“Using the tree as our inspiration, we saw that the roots have a direct relationship with the top of the tree, no matter how tall it grows. Starting with the concept of large mature tree roots, we developed the idea of gently curving vertical structures that connect the public on the ground floor to the top of the towers.”

ADVERTISEMENT

Artistic rendering of 1728 Alberni Street and 735 Bidwell Street, Vancouver. (Heatherwick Studio/IBI Group/Bosa Properties/Kingswood Properties)

Artistic rendering of 1728 Alberni Street and 735 Bidwell Street, Vancouver. (Heatherwick Studio/IBI Group/Bosa Properties/Kingswood Properties)

The tower’s heights are curbed by mountain view cone height restrictions, with view cone 20.1 and 20.2 from the intersection of West Broadway and Granville Street limiting the west tower’s height. The west tower is stepped back at level 34 to avoid view cone 20.1, which cuts out about half of the usable floor plate for the top six levels. The tower also needs to step back in the opposite direction on level 39 to avoid shadowing Devonian Park.

For the east tower, not only is its height limited by view cone 20.2, there is an additional height restriction consideration that requires the building be stepped back from level 29 upwards — resulting in its inability to reach its maximum permitted height under the view cone — to minimize shadowing on Marina Square Park. This stepping back reduces the floor plate to about a quarter of its typical size.

Impact of height restrictions from mountain view cones 20.1 and 20.2 on 1728 Alberni Street and 735 Bidwell Street, Vancouver. (Heatherwick Studio/IBI Group/Bosa Properties/Kingswood Properties)

Artistic rendering of 1728 Alberni Street and 735 Bidwell Street, Vancouver, in relation to area redevelopments. (Heatherwick Studio/IBI Group/Bosa Properties/Kingswood Properties)

Artistic rendering of 1728 Alberni Street and 735 Bidwell Street, Vancouver. (Heatherwick Studio/IBI Group/Bosa Properties/Kingswood Properties)

The redevelopment’s total floor area is 423,428 sq. ft., creating a floor space ratio density of 10.88 times the size of the 39,000 sq. ft. lot. Seven underground levels will provide 524 vehicle parking stalls and 524 bike parking spaces.

This is the latest project for the area in and around the northwest corner of the West End neighbourhood, near its border with Coal Harbour. Higher density forms are permitted in this area under the city’s West End Community Plan.

ADVERTISEMENT

Bosa and Kingswood previously conducted an internal international design competition for the project that resulted in the selection of this British design. Another design surfaced in September 2020, but it was not selected for further planning work to advance into the formal application stage.

Model of 1728 Alberni Street and 735 Bidwell Street, Vancouver. (Heatherwick Studio/IBI Group/Bosa Properties/Kingswood Properties)

Ground floor plan of 1728 Alberni Street and 735 Bidwell Street, Vancouver. (Heatherwick Studio/IBI Group/Bosa Properties/Kingswood Properties)

Layout of 1728 Alberni Street and 735 Bidwell Street, Vancouver. (Heatherwick Studio/IBI Group/Bosa Properties/Kingswood Properties)

2 Likes

Ça me fait me poser la question de pourquoi la qualité architecturale semble être meilleure à Vancouver. J’aime beaucoup certains projets qu’on a, mais beaucoup de projets moyens sont quand même pas très beaux.

M Frappier avait écrit sur mtlurb que le système du ccu fonctionnait mal à Montréal tandis que celui de Vancouver était meilleur et qu’ils allaient faire des recommendations début 2021.

Le CCU est appelé à se prononcer sur des projets déjà bien avancés et pour lequel les promoteurs ont déjà investi de gros montant. Son pouvoir est très limité par les lois et règlements, mais aussi par cet aspect. Ce n’est certainement pas sous les conseils de l’équivalent du CCU de Vancouver que ce projet a été soumis. Il était exceptionnel dès le dépôt de la demande.

J’ai hâte de voir les suggestions de M. Frappier. Est-ce qu’il s’agit d’une participation d’un groupe-conseil aux premières étapes du projet? Peut-être.

Je précise que je n’ai aucun intérêt à défendre corps et âme un CCU. À ce stade-ci et aux meilleures de mes connaissances et de mon expérience, je ne vois pas de meilleure formule de “vérification” de la qualité du travail des promoteurs et de leurs architectes et celui des fonctionnaires. Ici et sur l’autre forum, j’ai régulièrement demandé à ses détracteurs des solutions concrètes. Je n’ai jamais eu de réponse.

Ceci dit, ne négligeons pas la faible qualité de plusieurs projets soumis à la Ville et au CCU. On accroche sur certains cas types et on oublie tous les autres qui ont été améliorés par le CCU d’un arrondissement, souvent parce que la version initiale du projet n’est tout simplement pas publique.

La ville de Montréal n’a t-elle aucun outil lui permettant de bloquer des projets jugés trop laids ou par à leur place par son administration ou les résidents? Honnête question car je ne connais pas assez la gouvernance municipale.

Il me semble qu’il avait dit quelque chose à l’effet que les projets sont conçus en collaboration avec les experts du service d’urbanisme de la ville et que, même là, ils peuvent être rejetés en CCU.

Je vais tenter une description et une analyse, mais je tiens à préciser que je m’aventure sur un terrain qui ne relève pas toujours de mon expertise. J’invite donc ceux pour qui c’est le cas à me contredire ou contribuer à la discussion. :slight_smile:


Pour résumer grossièrement, l’urbanisme à Montréal (comme pour toute autre municipalité québécoise) est régi par des lois provinciales dont l’un des objectifs est le traitement égalitaire de dossiers similaires. Bref, les lois tentent éviter le plus possible les préjudices causés par le jugement ou le traitement à la pièce.

Dans cette perspective, il y a des règlements normatifs qui établissent des critères et des règles immuables de base qui tendent généralement vers une certaine vision collective du développement urbain dans un contexte donné et en fonction de différents intérêts (ex. la liberté de faire ce qu’on veut de sa maison VS le patrimoine et le design)

Ces règles peuvent être contraignantes ou non en fonction de la vision du développement du territoire, des caractéristiques communes de son cadre bâti ou des valeurs particulières qu’on lui accorde. Par leur nature normative, il n’est pas possible de s’y soustraire sans le demander officiellement par divers processus (dérogation mineure, PPCMOI).

Ainsi, sur une large partie du territoire québécois, on peut choisir des vitres au magasin l’avant-midi et obtenir un permis au comptoir de ton arrondissement ou de ta municipalité l’après-midi. On peut également remplacer sa brique rouge par de la brique jaune aussi facilement, tout comme se faire construire un garage.

À l’inverse, certains arrondissements exigeront, par exemple, un % min et max d’ouverture sur les façades ou des modèles de fenêtres pour préserver le caractère patrimonial d’un secteur, ou un taux d’implantation X, une hauteur et une densité minimale ou maximale donnée pour favoriser le verdissement d’un secteur aride, un mode d’implantation contigu dans un secteur de plex ou isolé dans un autre, ou un usage X d’une intensité X afin d’éviter les nuisances et favoriser la cohabitation dans un secteur donné, ou un ratio logement/stationnement X pour répondre aux enjeux d’accessibilité à de tels espaces sur le domaine public.

Voilà pour les règlements normatifs. Ils sont peu flexibles, mais ils sont clairs et tout le monde doit s’y conformer, sans discrimination d’aucune sorte.

Toutefois, il est également souhaitable qu’il y ait une part de discrétionnaire dans l’encadrement du développement d’un territoire, principalement pour des domaines aussi évolutifs et subjectifs que sont l’architecture et le patrimoine. Les lois permettent donc également ce type d’analyse et d’encadrement plus flexibles aux municipalités, qui spécifieront clairement quels aspects de leurs réglementations peuvent être sujets à cette évaluation discrétionnaire.

Les arrondissements centraux adopteront donc, en plus des critères de base établis par les règlements normatifs, d’autres balises qui orientent les demandeurs dans l’élaboration de leur projet. Il s’agit donc essentiellement de critères d’évaluation, puisque je précise de nouveau que même dans le discrétionnaire, l’analyse d’un projet doit se baser sur des critères préétablis et suffisamment précis et clairs pour être compris par toutes les parties en amont de l’évaluation.

Par leur nature discrétionnaire et juste assez générale, ces critères répondent à la particularité du territoire sur lequel ils s’appliquent, tout en s’adaptant à l’époque dans laquelle nous nous trouvons. Il y a 15 ans, tout ce qu’on construisait avait de la brique rouge. Il y a 10 ans, tout avait de la brique grise. Demain, la mode pourrait être rose. Qui sait. L’évaluation discrétionnaire peut permettre aux architectes de s’exprimer davantage que lorsque les critères d’évaluation esthétique sont normatifs.

En contrepartie, une évaluation discrétionnaire peut également avoir l’effet inverse et même être problématique en fonction d’à qui revient la responsabilité.

Il faut alors à définir le bon organe qui aura le mandat d’évaluer les aspects discrétionnaires d’un projet. On peut s’entendre sur le fait que cet organe doit à la fois être juste et sans conflit d’intérêts, savoir de quoi il parle, être en phase avec les modes et les courants architecturaux et connaitre finement le territoire concerné, son cadre bâti comme la façon dont on y vit.

Donner la responsabilité de cette évaluation discrétionnaire uniquement à des fonctionnaires, bien qu’ils soient des professionnels, n’est peut-être pas l’idéal dans la mesure où ils ne sont pas imputables envers la population et qu’ils risquent d’exercer leur métier bien longtemps. La donner entièrement au politique n’est pas souhaitable non plus, puisque bien qu’il soit imputable, on ne souhaiterait pas prendre le risque que les décisions soient dictées par des intérêts politiques. Les élus ne sont pas non plus tous des experts dans les domaines de l’aménagement du territoire.

Il n’est pas souhaitable non plus que ce type d’évaluation soit remis directement et uniquement entre les mains des citoyens, puisque ces derniers n’ont pas nécessairement le portrait global de la situation, sont peu enclins à l’innovation architecturale et n’ont pas conscience de tous les aspects et les parties prenantes impliquées.

Il n’est pas souhaitable non plus de s’en remettre uniquement aux promoteurs ou aux architectes, qui œuvrent dans un milieu relativement petit et qui ont des intérêts financiers en jeu.

Bref, la formule choisie est celle du Comité Consultatif d’Urbanisme (CCU), qui est composé d’élus et de membres sélectionnés pour leur formation et leur expertise, notamment dans les domaines de l’urbanisme, de l’architecture ou du patrimoine. Ces derniers doivent tous habiter l’Arrondissement en question (contrairement aux élus et aux fonctionnaires), ce qui leur permet d’être généralement sensibles à ses particularités et ses enjeux. Un bon CCU réussit à diversifier l’expertise de ses membres, mais sa composition peut différer d’une municipalité à l’autre. Il peut être intéressant d’avoir un expert horticole, par exemple, ou un gestionnaire immobilier qui peut donner un point de vue différent d’un architecte, par exemple.

Pour info, le processus de sélection des membres est le suivant : l’arrondissement publie un appel d’intérêt, les personnes intéressées soumettent leur candidature, une sélection est ensuite faite par les fonctionnaires, puis les membres choisis sont officiellement nommés par le Conseil d’Arrondissement (CA), composés d’élus.

De plus, le mandat des membres d’un CCU est limité. Pour certains arrondissements, il est de deux ans, d’autres plus et d’autres moins. Ça permet donc de renouveler en continu la vision du Comité et de s’assurer qu’elle soit le plus en phase possible avec son époque. Ça permet également de changer un “mauvais” CCU…

Les projets déposés dans un arrondissement passent d’abord toujours par les fonctionnaires, qui s’assurent du respect des critères normatifs et qui orientent également le promoteur et son architecte dans les différents critères discrétionnaires. Un bon fonctionnaire saura anticiper l’avis du CCU et pourra adéquatement orienter le demandeur en amont, faisant sauver du temps et de l’argent à tout le monde (cette étape est parfois négligée dans les critiques formulées envers le CCU).

Pour s’assurer que tout est conforme et correspond aux priorités de la population, ce sont les élus via le Conseil d’Arrondissement (CA) qui ont le dernier mot sur les décisions du CCU. Le CA est le seul organe réellement et directement imputable envers la population. Dans Ville-Marie, le CA adopte les procès-verbaux et les décisions de leur CCU à chaque séance. Les demandes de PPCMOI et de démolition doivent quant à eux passer par un processus plus lourd pour lequel la population est consultée (on pourra en discuter dans un autre message, celui-ci est déjà trop long! :wink: ).

En résumé, le CCU d’un quartier central montréalais est généralement appelé à évaluer et donner un avis sur :

  • les PIIA, soit des projets respectant les critères normatifs, mais situés dans des secteurs pour lesquels il existe des critères discrétionnaires préétablis et inscrits dans un règlement
  • Des projets d’agrandissement ou de construction, selon les critères discrétionnaires des PIIA
  • Les dérogations mineures, souvent relatives à de petits éléments à traiter au cas par cas, comme certains usages ou des clôtures ou des dépendances
  • Les projets particuliers (PPCMOI), soit des dérogations majeures aux règles normatives (usage, hauteur, densité)
  • Les demandes de démolition, via le Comité de démolition

Le CCU ne peut pas évaluer et émettre des conditions sur les aspects normatifs d’un projet lorsque ce n’est pas celui-ci qui fait l’objet du projet (autrement dit, si l’objet de la demande est justement une dérogation aux règles normatives).

Exemple : le CUU ne peut pas demander à un promoteur de ne pas réaliser 6 logements sur son terrain si la réglementation normative le lui permet de plein droit.

De ce fait, le CCU ne peut pas refuser un projet qui respecte le cadre normatif sous le simple prétexte qu’il est laid aux yeux de certains de ses membres. Il peut toutefois émettre un avis défavorable si le projet ne répond pas aux critères discrétionnaires relatifs à l’esthétisme et dûment inscrits dans la réglementation.

Leurs décisions doivent donc toujours avoir une base règlementaire. Il peut également (et c’est souvent le cas) donner un avis favorable, mais émettre des conditions en fonction des critères discrétionnaires afin de bonifier le projet et tenter de l’amener vers quelque chose de plus intéressant.

Quand le CCU n’a pas de critère lui permettant d’émettre une condition, il inscrira généralement celui-ci comme une recommandation. La distinction entre les deux est toujours clairement indiquée dans leur décision. Le demandeur n’est pas contraint à la respecter, mais il est tout de même encouragé à le faire pour le bien commun.

J’ai passé rapidement là-dessus parce que j’en ai maintes fois discuté dans le passé, mais les fonctionnaires, le CCU, le CA et la population ont BEAUCOUP plus de pognes sur la programmation, la forme et l’apparence d’un projet lorsque celui-ci demande une dérogation au cadre normatif via un PPCMOI ou une démolition. Dans ces cas-ci, il est possible d’exiger du promoteur qu’il modifie des aspects majeurs de son projet.

Le principe est le suivant : une dérogation majeure au cadre normatif doit profiter à l’ensemble de la société et non seulement au promoteur. On demandera généralement des contreparties, tel que moins de hauteur pour atténuer son impact sur les riverains ou le paysage, une programmation de logements familiaux, une compensation financière pour du logement social, ou une architecture de meilleure qualité.

C’est d’ailleurs pourquoi je suis un fan de règles normatives plus strictes quant à la hauteur ou l’usage : en le poussant vers un PPCMOI, on oblige le promoteur à déposer un projet de qualité afin de convaincre tous les niveaux du bienfondé de la dérogation qu’il souhaite obtenir.


À mon humble avis, la formule du CCU permet de faire le pont entre la vision collective d’un territoire, l’objectif mercantile d’un promoteur, la vision artistique d’un architecte (qui peut être à l’avant-garde comme de très mauvais goût), l’analyse structurée et règlementaire des fonctionnaires, les intérêts de la population (qui orientent les décisions des élus), et les goûts et valeurs de la population qui réside sur le territoire donné.

J’ai étudié uniquement le modèle québécois et montréalais. Je ne bullshite pas quand je dis que je suis ouvert à entendre des suggestions et comprendre d’autres modèles. Je suis vraiment curieux parce que je sais que la formule actuelle n’est peut-être pas parfaite, mais elle donne toutefois les outils nécessaires pour arrimer différents intérêts et créer des choses intéressantes.

6 Likes

Je veux m’excuse de mon roman! J’ai réalisé la longueur de mon message trop tard. Rendu là, je trouvais mieux de tout publier plutôt que d’effacer et réécrire. :slight_smile:

C’était très intéressant, ça m’a beaucoup éclairé. Si j’ai bien compris, quand un projet passe dans un PPCMOI ou une démolition, on a plus de chance d’avoir un projet de qualité.

Mais alors, pour les projets ne passant ni dans un PPCMOI, ni démolition et qui respectent les règlements, qu’est ce qui pourrait être fait afin « d 'exiger » une meilleure qualité architecturale / d’intégration.

Donc un projet qui répond en tous points à un plan d’urbanisme, ne déroge à aucune règle normative et recevant des recommandations défavorables quant à son esthétisme par le CCU passera tout de même?
Y a t-il beaucoup de potentiels projets qui ne demandent pas de PPCMOI ou démolition à Montréal?

Merci beaucoup pour ta contribution, ca m’a permis de mettre des points sur les i à beaucoup d’interrogations réglementaires.

Ca m’amène aussi à penser qu’on manque d’imagination collective pour nos projets de grande ampleur privés quand on se compare à Vancouver pour ces quelques dernières années. J’espère que ca va changer; mais Vancouver était plutôt stérile au niveau originalité de 90 à 2010. La résurgence est récente.

Je ne pense pas que le problème soit celui d’un manque d’imagination collective plutôt que celui d’une indifférence collective. J’ai le triste sentiment qu’un grand nombre de montréalais (la nouvelle génération en particulier) ne s’intéresse plus autant à leur ville dans son aspect socio-urbanistique. Sur ce plan, l’individualisme croissant n’aide pas (toutes générations confondues) ; je veux mon jardin, ma vue, mon garage, mon unité, ma quiétude…

Pour ce qui est des qualités esthétiques, la triste réalité est qu’un promoteur n’a aucun intérêt à proposer un design novateur, comme ceux que l’on peut voir à Vancouver, plutôt qu’une proposition rationnelle et ‘’générique’’ puisqu’il ne vise que le profit. Une architecture ‘’unique’’ coûte cher à concevoir et à réaliser et ce coût se reflètera dans le prix des unités ; le marché montréalais se tient plus que bien mais n’a rien avoir avec celui de Vancouver.
Les architectes locaux sont tout à fait aptes à concevoir de meilleurs projets mais ils ne sont pas mandatés par les promoteurs pour en faire…

De même que la demande, la compétitivité n’est pas non plus la même, dès qu’il y aura des designs plus audacieux, il y aura émulation et tentative de rivaliser avec ceux-ci dès lors que ces singularités architecturales apporteront une plus-value ou un argument de vente. Je pense qu’un premier pas dans la bonne direction a été fait dernièrement avec des projets qui commencent à se singulariser. Mais ça prendra aussi, effectivement, de ‘’conscientiser’’ (que je trouve moins insultant qu’’’éduquer’’) les acheteurs à une sensibilité plus contemporaine (et même historique) de l’architecture.

Autrement, il faut être efficace et rapide, proposer une architecture générique à la fois ‘’rassurante’’ pour le client, sans prise de risque (dans le cas où une proposition plus audacieuse pourrait risquer d’essuyer plusieurs refus et/ou critiques ralentissant le processus) et économique en prenant en compte le marché (donc le client dans son budget et sa culture du design, ses goûts et ses attentes).

Démographiquement parlant, il n’est pas à exclure l’importation, à Vancouver, d’une vision architecturale qui est celle des mégalopoles asiatiques contemporaines.

Je suis totalement en accord avec ce que dit Alex plus haut, à savoir que l’imposition de critères normatifs est essentielle et pertinente autant qu’elle force à un effort supplémentaire en cas de demande de dérogation. Sans dérogations et lorsque l’on respecte tous les critères de bases mais que l’on choisit de n’en transcender aucun, que l’on se contente du strict minimum, je ne vois qu’une ébauche de réponse : c’est économique, le client ne verra pas la différence, ça répond à ses besoins et c’est un investissement sécuritaire.

Rares sont les promoteurs qui dépassent ce schéma. On nomme souvent ici Broccolini et c’est un promoteur qui aime Montréal (ça paraît niaiseux de parler de sentiment lorsqu’il s’agit d’affaires mais ça peut entrer dans l’équation plus qu’on ne le pense!), qui possède une clientèle-cible plutôt aisée et qui entend la satisfaire en lui proposant un projet exclusif – j’entends concrètement exclusif et pas seulement écrit sur une brochure de promotion- c’est-à-dire proposant ce que les autres n’ont pas. C’est judicieux sur le long terme et surtout bon pour l’image de marque de l’entreprise, ce dont Mondev se soucie moins, par exemple.

La tour Deloitte de Vancouver a terminé de pousser.

image

https://westbankcorp.com/body-of-work/deloitte-summit

Don’t know if I can post these here, but I wanted to share some pretty awesome shots of Vancouver when I went to visit a friend.


image

14 Likes

Quelques photos que j’ai prises à Vancouver (et une à Richmond) au cours de la dernière semaine:

9 Likes

God i wish we had curvy fun buildings like this here :’(

2 Likes

Un des projets que je trouve le plus frappant est ce développement immobilier autochtone (le plus gros au Canada):

C’est un projet en grande partie locatif, dont une portion sera réservée pour des ménages de la nation en question (Squamish) à des taux en deçà du marché.

Source: Squamish Nation moves Vancouver forward with transformative Senakw project | Urbanized

8 Likes

Je suis d’accord que l’architecture de Vancouver est vraiment innovante. Par contre, ces tours sont un symptomes d’un problème plus grave. Le prix du logement exorbitant et le marché de luxe à Vancouver pousse ce genre de développement. La majorité de Vancouver c’est des maisons unifamiliales, ce qui pousse une hausse du prix des terrains.

Voici une vidéo interessant sur l’impact des zonages à Vancouver:

2 Likes

Vraiment intéressant.
Ça me conforte encore davantage avec la typologie montréalaise des quartiers centraux (Plex et walkup).

3 Likes

Soit dit en passant Toronto présente les memes problèmes.