TOD Bois-Franc

Le TOD Bois-Franc : une ville dans la ville

Détails du projet

Appelé à connaître une véritable renaissance au cours des 20 prochaines années, ce quartier situé aux limites des arrondissements de Saint-Laurent et d’Ahuntsic-Cartierville deviendra un important pôle d’habitation et de transport intermodal pour le secteur nord-ouest de Montréal.

Les arrondissements de Saint-Laurent et d’Ahuntsic-Cartierville ont franchi une étape importante dans la planification détaillée de l’aire TOD Bois-Franc avec le dépôt en juin 2020 du rapport final préparé à cet effet par la firme Provencher Roy.

La démarche de planification, fruit d’une collaboration entre les deux arrondissements, a été réalisée avec l’aide financière de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM). Cet exercice de planification a fait l’objet d’une consultation publique au printemps 2019, qui fut suivie par une charrette d’idéation à laquelle ont pris part des représentants du milieu communautaire, des partenaires publics et privés, ainsi que des étudiants et des professionnels.

Qu’est-ce que le TOD Bois-Franc?

D’abord, un TOD (transit-oriented development) est un développement immobilier de moyenne à haute densité, structuré autour d’une station de transport en commun à haute capacité, comme une gare de train, une station de métro, une station de train léger ou un arrêt d’autobus. Situé à distance de marche d’un point d’accès important du réseau de transport en commun, le TOD est un quartier qui conjugue notamment les déplacements actifs, la mixité sociale et le design urbain.

L’aire TOD Bois-Franc se déploie dans un rayon d’un kilomètre (1 km) à partir de la gare Bois-Franc. La gare, qui fait actuellement partie de la ligne de train Exo de Deux-Montagnes, sera remplacée d’ici 2023 par la station Bois-Franc du Réseau express métropolitain (REM), ce qui amènera des changements majeurs dans ce quartier situé aux frontières des arrondissements de Saint-Laurent et d’Ahuntsic-Cartierville.

Faits saillants pour le TOD Bois-Franc

Les processus de revitalisation et de requalification projetés pour ce secteur s’échelonnent sur un horizon de plus de 20 ans. À terme, le concept d’aménagement révèle le potentiel de développement suivant :

  • 7 700 nouvelles unités de logement (potentiel de 15 000 nouveaux résidents)
  • 39 600 m² d’espaces à bureaux
  • 37 700 m² de superficie commerciale
  • 23 300 m² de superficie dédiée aux fonctions institutionnelles
  • 104 350 m² de parcs, places publiques et espaces verts (±), qui avec les espaces verts à mettre en valeur et les parcs existants compteraient à terme pour près de 17% de l’aire TOD.

« Le rapport de planification détaillé est l’outil de référence par excellence pour la prise de décisions éclairées, alignées sur une vision partagée pour ce nouveau pôle d’habitation et de transport. On ne peut ignorer, dans ce contexte de densification soutenue, l’importance du prolongement de la ligne orange du métro jusqu’à la gare Bois-Franc du REM. » - Alan DeSousa, Maire de Saint-Laurent

« La planification détaillée vise à permettre aux deux arrondissements de tirer le plein potentiel de l’arrivée de la gare du REM pour en faire un milieu de vie complet qui misera sur la mobilité durable et le développement durable. Les habitudes de mobilité dans ce secteur de Bordeaux-Cartierville seront transformées. » - Émilie Thuillier, Mairesse d’Ahuntsic-Cartierville

https://montreal.ca/articles/le-tod-bois-franc-une-ville-dans-la-ville

Construire des aménagements de cette importance et bien reliés par les TEC est la meilleure façon de contrer l’étalement urbain. A cela il faudrait inventer des formules d’habitations qui offriraient l’intimité d’un espace extérieur comme intérieur pour les familles, sans que ce soit des bungalows, ni des duplex. À ce propos il faudra être créatif pour que ce soit à la fois pratique, convivial, abordable, durable et esthétique. Un gros contrat je l’avoue, mais qui pourrait faire recette avec des immeubles modulaires qui permettraient en même temps d’importantes économies d’échelle.

Autres images extraites du communiqué:




Document de la Planification détaillée - Aire TOD Bois-Franc:

2 Likes

Je ne rappelle pas avoir vu l’image de “volumétrie” avant.

Projet de 54 M$ de logements sociaux dans le TOD Bois-Franc à Saint-Laurent

Publié le 19 mai 2021 | Relié à Saint-Laurent

Lors d’une séance extraordinaire le 19 mai dernier, le conseil de Saint-Laurent adoptait une résolution autorisant la Ville de Montréal à utiliser le Fonds d’inclusion social dédié au territoire laurentien d’un montant de 540 500$ pour le financement de la Coopérative d’habitation laurentienne.

Ce dernier, situé dans le TOD Bois-Franc, prévoit que 75 % de ces logement sociaux répartis sur 8 étages incluent deux chambres ou plus afin de répondre aux besoins diversifiés de la population visée.

Faits saillants

Le projet de Coopérative d’habitation laurentienne prévoit la construction de 169 logements répartis sur 8 étages. Il est subventionné dans le cadre du programme AccèsLogis et constitue un investissement important en matière de logements sociaux à Saint-Laurent, soit près de 54 000 000$ provenant de plusieurs organismes tels que la Société d’habitation du Québec (SHQ), la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) et la Ville de Montréal.

Avec cette résolution, Saint-Laurent complète le financement en autorisant le Service de l’habitation de la Ville de Montréal à utiliser le Fonds d’inclusion social d’un montant de 540 500$ qui lui était destiné. Celui-ci avait été constitué en vertu de la Stratégie d’inclusion de logements abordables dans les nouveaux projets résidentiels.

La Coopérative d’habitation laurentienne se situe à l’entrée du secteur Bois-Franc sur le boulevard Marcel-Laurin, dans le prolongement de la future rue Ernest-Anctil et adjacent à une future école primaire accueillant prés de 500 élèves. Cette localisation stratégique fait ainsi partie du territoire du développement du TOD Bois-Franc. Or, Saint-Laurent avait signé une entente de développement en 2013 avec Les Développements Bois-Franc Le Quartier inc. qui prévoyait la construction de logements sociaux dans le cadre de la phase IV. du TOD Bois-Franc.

Visant une certification LEED de niveau Or, ce projet consolide la position de chef de file de Saint-Laurent en matière de construction de bâtiments durables. L’arrondissement espère que cette initiative servira de référence et d’inspiration pour l’aménagement de logements sociaux durables. Celle-ci s’inscrit parfaitement dans la vision du développement du quartier Bois-Franc, déjà lauréat du prix 2015 des collectivités durables décerné par la Fédération canadienne des municipalités en raison de sa planification selon des principes novateurs de développement durable.

Liens connexes

Le TOD Bois-Franc : une ville dans la ville (communiqué du 05/06/2020)

Stratégie d’inclusion de logements abordables dans les nouveaux projets résidentiels

« Nous sommes fiers de contribuer au financement de cet important projet de bâtiment résidentiel dont l’esprit communautaire et familial constitue le cœur du concept architectural. Nous continuons non seulement à gérer l’effervescence générée par l’arrivée du REM à la station Bois-Franc, mais planifions surtout un milieu de vie complet, inclusif et convivial misant sur la mobilité et le développement durable. Les familles qui choisiront la Coopérative d’habitation laurentienne bénéficieront d’un espace vert extérieur de qualité où elles seront invitées à profiter d’espaces de repos et de jeux pour enfants ou encore de potagers communs comme autant de lieux de rencontre. Cette vision de long terme permet à la fois de perpétuer notre tradition d’accueil des nouvelles familles, mais aussi notre passion pour l’innovation et la qualité architecturale en proposant une nouvelle référence pour l’aménagement de logements sociaux durables.»

Alan DeSousa
Maire de Saint-Laurent

3 Likes

Nouvelle école primaire Saint-Laurent Ouest dans le TOD Bois-Franc.

Construction d’une nouvelle école primaire située dans l’arrondissement St-Laurent de 5366 m2 comportant 6 classes préscolaires et 18 classes régulières.

Au coin des rues Marcel-Laurin et Ernest-Anctil.

  1. Présentation 30% : Août 2021;
  2. Appel d’offres : Janvier 2022;
  3. Début des travaux : Avril 2022;
  4. Réception des travaux : Mai 2024.
9 Likes

Merci @JFP ! Et bienvenue!

2 Likes

Sur Reddit, Craig Sauvé nous dit de surveiller le développement du secteur:

Dévéloppement d’un quartier à surveiller : les alentours de la station du REM Bois-Franc (Arrondissements Ahuntsic–Cartierville et Saint-Laurent) : montreal (reddit.com)

Et il pointe vers ce texte d’opinion du 16 avril:

Texte intégral

BOIS-FRANC : UNE VISION COMMUNE POUR UN FUTUR ÉCOQUARTIER

DANIELLE BONNEAULA PRESSE

Les terrains autour de la future station Bois-Franc, du Réseau express métropolitain (REM), ont pour l’instant triste mine. Ils sont toutefois dans la ligne de mire des arrondissements de Saint-Laurent et d’Ahuntsic-Cartierville, qui travaillent conjointement pour établir une vision commune du futur quartier. Leur ambition ? Créer un véritable milieu de vie, axé sur le transport actif et collectif, selon les principes de développement durable.

« On met en place les règles du jeu, indique Alan DeSousa, maire de l’arrondissement de Saint-Laurent. Quand le REM va arriver et que des promoteurs vont acheter des terrains, la vision de la Ville sera connue, parce que le Programme particulier d’urbanisme, qui sera adopté par les deux arrondissements, fera partie du Plan d’urbanisme de Montréal. Les hauteurs des bâtiments, les densités seront connues. En faisant ce travail en amont, on prépare le terrain pour que le développement se fasse de façon ordonnée. »

Le futur quartier de type TOD (Transit-Oriented Development), structuré autour du transport collectif, chevauchera les deux arrondissements. « Il y a une volonté de bien faire les choses ensemble plutôt que chacun de notre côté », souligne Éric Paquet, directeur de l’aménagement urbain et des services aux entreprises à Saint-Laurent. « C’est une vision à court, moyen et long terme, parce que beaucoup de bâtiments sont encore viables. Les enjeux sont multiples. »

UN MILIEU DE VIE DIVERSIFIÉ

Émilie Thuillier, mairesse de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville, veut que le quartier soit habité par une population aux âges et aux revenus variés. « Des gens de toutes les bourses pourront trouver un logement et ils auront tout à proximité, explique-t-elle. Il y aura des parcs, le YMCA Cartierville, qui est déjà là, le futur centre culturel et communautaire de Cartierville, des services, des commerces et des terrasses. Les gens pourront se promener à pied. Ce sera vraiment un milieu de vie. En plus, la station Bois-Franc permettra d’avoir accès au centre-ville. À terme, ce sera un coin extraordinaire. »

« Actuellement, c’est un des endroits les plus pauvres de notre arrondissement, poursuit Mme Thuillier. La beauté de la chose, c’est que cela ne va pas juste s’embourgeoiser. »

« Les logements qui seront construits ne seront pas juste pour des personnes qui ont de l’argent. Les gens pourront continuer de vivre dans ce quartier, peu importe leur revenu, puis on va attirer de nouvelles personnes, de divers horizons, qui permettront d’avoir une plus grande densité et de soutenir les commerces de proximité. »

– Émilie Thuillier, mairesse de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville

UNE RÉFÉRENCE POUR LE QUÉBEC

Emmanuel Cosgrove, directeur général d’Écohabitation, a hâte de voir un véritable écoquartier au Québec, qui pourra servir de référence. Il n’en peut plus de voir des quartiers bâtis de l’autre côté de l’Atlantique montrés en exemple.

« Les écoquartiers, ça se sculpte avec de la consultation publique, mais aussi avec le leadership des élus qui disent : “non, chez nous, ça ne se passera pas de même”, dit-il. Des Griffintown, qui prennent 20 ans avant que finalement l’épicerie débarque, ce n’est pas planifié. C’est un peu garroché, tandis que dans les écoquartiers, tout est réfléchi. Il y a des recettes pour créer des quartiers agréables, avec le bon pourcentage d’espaces verts, nécessaire au bien-être de l’humain. »

Contrairement à des bâtiments, qui sont habités après un cycle de trois ans, les quartiers verts prennent plusieurs décennies avant de remplir leurs promesses, fait-il remarquer. D’où l’importance d’avoir une vision claire dès le départ.

3 Likes

Vers un programme particulier d’urbanisme autour de la station Bois-Franc


Photo: Gracieuseté - Arrondissement Saint-Laurent

Olivier Boivin
25 avril 2022 à 16h50 - Mis à jour 25 avril 2022 à 16h51 2 minutes de lecture

Le conseil d’arrondissement de Saint-Laurent a mandaté la firme BC2 Groupe Conseil pour l’élaboration d’un programme particulier d’urbanisme (PPU) autour de la future station du Réseau express métropolitain (REM) de Bois-Franc.

Ce PPU permettra notamment l’harmonisation du secteur autour de la station Bois-Franc, qui chevauche les arrondissements de Saint-Laurent et d’Ahuntsic-Cartierville.

Il s’agit d’une nouvelle étape qui s’amorce dans la mise en œuvre de la planification détaillée de l’aire TOD (ou développement orienté en transport en commun) adoptée en 2020.

Le programme particulier d’urbanisme fera partie intégrante du plan d’urbanisme de Montréal et guidera les deux arrondissements dans la modification de leur propre règlementation d’urbanisme pour assurer leur concordance par rapport à la planification détaillée.

«On veut mettre en place les règles du jeu, indique le maire d’arrondissement de Saint-Laurent, Alan DeSousa. Déjà avec la vision qu’on a adoptée en 2019, les promoteurs ont déjà une bonne idée de ce qui sera possible ou non de réaliser comme projet dans l’aire TOD.»

Une consultation publique liée à ce PPU devrait voir le jour en août. Sa version finale devrait quant à elle être présentée en septembre. «On sait que la gare ouvrira seulement en 2023 ou 2024, continue-t-il. Mais on travaille en amont pour bâtir un consensus social.»

«Si quelqu’un nous approchait aujourd’hui pour un projet, on pourrait déjà lui présenter la vision d’ensemble pour qu’il sache à quoi s’attendre. On veut vraiment qu’il n’y ait pas de surprise.»

— Alan DeSousa

D’une valeur de 98 000 $, le contrat octroyé à BC2 Groupe Conseil sera financé aux deux tiers par Saint-Laurent et au tiers par Ahuntsic-Cartierville. Il s’agit d’un ratio représentatif de l’étendue du développement dans chacun des arrondissements.

4 Likes

Cooperative d’habitation laurentienne

École Saint-Laurent Ouest

6 Likes

A new housing project is well underway in the Saint-Laurent borough to build 169 affordable units for low-income families.

The project is being built in the shadow of thousands of other private-housing units and the future Bois-Franc REM (Réseau express métropolitain) train station.

Montreal elected officials insist the booming housing starts in the area combined with plans to build a new elementary school are just some of the reasons why a future extension of the orange metro line from Côte-Vertu to the Bois-Franc REM station makes sense.

A bimodal station at Bois-Franc is in a location surrounded by new homes and an elementary school that is planned to be built. It will give a new public transit option to the Trudeau international airport, only a few kilometres away.

Officials are hoping the government will commit to the extension by the time the entire REM network is up and running, scheduled for the end of 2024.

https://globalnews.ca/news/8883387/pressure-government-extend-metro-line-future-rem-station/


1 Like

Le TOD Bois-Franc remporte le Grand prix du Design 2022

NOUVELLES FOURNIES PAR Arrondissements de Saint-Laurent et d’Ahuntsic-Cartierville (Ville de Montréal) | Sept 14, 2022, 13:00 ET

MONTRÉAL, le 14 sept. 2022 /CNW Telbec/ - Les arrondissements de Saint-Laurent et d’Ahuntsic-Cartierville ainsi que la firme Provencher-Roy Architectes remportent le Grand prix du Design dans la catégorie Design Urbain Certification argent pour la planification du TOD1 Bois-Franc Développement immobilier structuré autour du transport collectif.


Futur quartier du TOD Bois-Franc (Groupe CNW/Arrondissements de Saint-Laurent et d’Ahuntsic-Cartierville (Ville de Montréal))

La gare Bois-Franc, située aux limites des arrondissements de Saint-Laurent et d’Ahuntsic-Cartierville, est appelée à devenir un important pôle de transport multimodal pour le secteur nord-ouest de Montréal grâce à l’aménagement de la nouvelle station du Réseau express métropolitain (REM), d’un terminus d’autobus et au futur prolongement de la ligne de métro orange.

Le TOD est un développement immobilier de moyenne à haute densité, structuré autour d’une station de transport en commun à haute capacité, comme une gare de train, une station de métro, une station de train léger ou un arrêt d’autobus. Situé à distance de marche d’un point d’accès important du réseau de transport en commun, le TOD Bois-Franc est un quartier qui conjugue notamment les déplacements actifs, la mixité sociale et le design urbain.

La démarche de planification du secteur de la gare Bois-Franc est un projet collaboratif porté par les arrondissements de Saint-Laurent et d’Ahuntsic-Cartierville et réalisé avec la participation financière de la CMM.

Le TOD Bois-Franc : une concertation citoyenne
Le concept d’aménagement a été élaboré à l’issue d’une démarche de consultation citoyenne comprenant une charrette d’idéation qui a eu lieu en mai 2019, permettant aux deux arrondissements de tenir compte des idées proposées par les citoyennes et citoyens vivant dans le secteur.

Une grande collaboration des secteurs public et privé
Le projet a impliqué de nombreux collaborateurs du secteur public et privé, notamment des représentants des organisations communautaires et acteurs du milieu, de la Ville de Montréal, de la Caisse de dépôt et placement du Québec, de l’ARTM, STM, du ministère des Affaires municipales, avec la participation et le financement de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM).

Le projet de l’aire TOD Bois-Franc s’inscrit dans la foulée des orientations métropolitaines visant à arrimer planification urbaine et mobilité durable en concentrant le développement autour des infrastructures de transport collectif du grand Montréal.

Citations

« Je suis ravi que l’excellence de ce projet soit reconnue par le biais de l’attribution de ce prix. L’innovation et la créativité sont effectivement au rendez-vous! Il me tarde de voir les familles s’installer dans ce quartier revampé où la qualité de vie sera rehaussée par des aménagements modernisés, attrayants et fonctionnels ! » a expliqué le maire de Saint-Laurent, Alan DeSousa.

« Nous nous réjouissons du prix obtenu par le projet TOD Bois-Franc et nous félicitons les équipes en arrondissement ainsi que l’équipe de Provencher-Roy Architectes pour la conception de ce projet innovant et exemplaire. Ce prix est l’aboutissement d’un projet de co-construction exceptionnel où la collaboration entre les différentes équipes fut essentielle. Cette reconnaissance démontre bien la portée de ce projet qui va transformer Bordeaux-Cartierville en un espace inclusif, vivant et au service du bien-être collectif. Nous poursuivons le travail afin que ce projet permette aux deux arrondissements de tirer le plein potentiel d’un aménagement axé sur la mobilité durable avec l’arrivée de la gare Bois-Franc du REM.» a déclaré Mme Thuillier, mairesse d’Ahuntsic-Cartierville.

Prestigieux et gage d’excellence!
Le Grand prix du Design souligne le talent créatif des professionnels qui œuvrent pour rendre un milieu prestigieux. Ce concours est reconnu à l’international pour son expertise et ses plateformes de qualité qui font la promotion de l’excellence en design et en architecture, ici et ailleurs. Le concours assure à ses partenaires et lauréats une reconnaissance professionnelle et un rayonnement régional et international.

Liens connexes


→ 1 TOD (Transit Oriented Development) Développement immobilier structuré autour du transport collectif

SOURCE Arrondissements de Saint-Laurent et d’Ahuntsic-Cartierville (Ville de Montréal)