STM - Discussion générale sur le service et le réseau d'autobus

L’abri-bus où j’attendais le bus pour l’école secondaire est encore debout avec sa base en béton :slight_smile:
Les vitres ont été changées plusieurs fois et un banc a été installé à l’intérieur. Aussi la bande bleue était rouge à l’époque de l’ancien logo de la STCUM

image

5 Likes

Montréal : Le transport adapté en péril, craint l’industrie


PHOTO PHILIPPE BOIVIN, LA PRESSE
L’offre de transport adapté pourrait devenir insuffisante à Montréal face à une demande en croissance.

La pénurie de main-d’œuvre et la hausse des coûts d’exploitation font en sorte que l’offre de transport adapté pourrait devenir insuffisante à Montréal face à une demande en croissance. L’industrie demande l’intervention de la Ville et du gouvernement du Québec pour éviter que des usagers vulnérables ne se retrouvent sans moyen de transport.

Publié à 6h00
FRÉDÉRIK-XAVIER DUHAMEL
LA PRESSE

« Il risque d’y avoir des bris de service pour les usagers parce qu’il y a un manque de véhicules et un manque de chauffeurs », a déclaré le directeur général de Taxelco, Frédéric Prégent, en conférence de presse mercredi. Il était accompagné de représentants de Taxi Para-Adapté, Van Medic et Rosemont Transport Van Adapté, d’autres fournisseurs de transport adapté de la métropole.

« On veut interpeller le [ministère des Transports du Québec (MTQ)] ainsi que la Ville de Montréal dans le but qu’ils investissent dans cette industrie qui est essentielle dans le transport des personnes à mobilité réduite », a poursuivi M. Prégent.

Le coût élevé de l’essence de même qu’un programme de subventions du MTQ qu’ils jugent « inadapté en raison de montants insuffisants et du fait que les véhicules ciblés sont trop dispendieux » sont à la source de ces problèmes, indiquent les représentants de l’industrie dans un communiqué de presse.

Le revenu horaire des chauffeurs aujourd’hui, il n’est plus suffisant par rapport aux coûts d’opération d’un véhicule.

— Frédéric Prégent, directeur général de Taxelco

« On demande une augmentation des [salaires horaires], un travail équitable », a affirmé Meheddine Mourad, chauffeur de Taxi Para-Adapté qui travaille dans le domaine depuis plus de 20 ans. « On travaille énormément avec les hôpitaux, on donne un service énorme […], le monde sont vraiment satisfaits, mais il faut qu’on soit payés équitablement », a-t-il ajouté en marge du point de presse.

Vers une « croissance soutenue »

La demande pour ces services était en hausse constante dans les dernières années jusqu’à l’arrivée de la COVID-19, d’après les rapports d’activité de la Société de transport de Montréal (STM). Le nombre total de déplacements en transport adapté, incluant les minibus, a atteint un sommet de 4,4 millions en 2019 avant de baisser à 2 millions en 2020.

« On peut facilement conclure à une croissance soutenue de la demande [des services de taxi accessible] au cours des prochaines années », peut-on lire dans un rapport de la Commission des transports du Québec (CTQ) publié en 2021, qui souligne cependant que la pandémie de COVID-19 pourrait faire varier ces projections.

Consultez le rapport de la Commission des transports du Québec

La baisse d’achalandage liée à la pandémie tempère encore la situation, mais « on est rendus à 60 % de l’achalandage d’avant la pandémie. Ça s’en vient », a prévenu le président de Taxi Para-Adapté, Yung Cuong, lors de la conférence de presse. « D’ici la fin de l’année, si on reprend un autre 20 %, on est faits. On n’est plus capables. »

Des programmes bonifiés jugés insuffisants

« Nos programmes ont déjà quand même été bonifiés de façon substantielle au cours des dernières années concernant le transport adapté », a fait valoir Nicolas Vigneault, porte-parole du MTQ, lors d’un entretien téléphonique.

Le Programme de subvention au transport adapté (PSTA) destiné aux organismes municipaux « a été rehaussé de façon importante en 2022, soit de 11,7 millions, portant le budget total à 129,49 millions », a-t-il cité en exemple par courriel. « Ce sont les municipalités qui sont responsables de gérer les services de transport adapté sur leurs territoires respectifs », a-t-il précisé à propos de ce volet.

M. Vigneault a également souligné l’existence de subventions de 20 000 $ pour l’acquisition ou l’adaptation des véhicules pour le transport des personnes à mobilité réduite.

Aux yeux des représentants de l’industrie, cependant, cette subvention est insuffisante, puisqu’elle ne serait pas proportionnelle à la hausse des coûts de l’acquisition et de l’adaptation des véhicules. Ils ont dit avoir une rencontre avec le MTQ à ce sujet mercredi prochain, ce que le ministère n’a pas confirmé.

« Prime sur le carburant »

Invitée à réagir, la Ville de Montréal n’a pas répondu aux questions de La Presse, nous dirigeant plutôt vers la STM. Cette dernière a indiqué avoir mis en place une « prime sur le carburant » afin de compenser la hausse du prix de l’essence, a indiqué une porte-parole par courriel.

« Cette prime sera accordée lorsque le prix moyen du carburant s’élèvera à plus de 1,55 $/litre, et ce, jusqu’à concurrence de 2,50 $/litre. Les montants de la prime pourraient donc fluctuer entre 0,00 $ et 0,15 $ par kilomètre parcouru », a-t-elle précisé. « La prime sera versée rétroactivement à compter du 1er mars 2022 et le premier paiement sera applicable à la fin du mois d’avril. »

Or, « c’est vraiment rien », a déploré M. Prégent lors d’un entretien téléphonique. « La mesure proposée par la STM couvre seulement une portion de la hausse des coûts » et ne sera « pas suffisante pour empêcher la pénurie appréhendée », a-t-il ajouté par courriel.

EN SAVOIR PLUS

  • 28 250

Nombre d’usagers du transport adapté à Montréal en 2021

SOURCE : RAPPORT D’ACTIVITÉ 2021 DE LA STM

1 Like

Oui cette abribus est la depuis les années 80! Je crois qu’ils on mis cette abribus en même temps que la création de la 48 perras en 1985

Modification de trajet pour la 28 et 85

3 Likes

À propos de cette modification de trajet, qui sera en vigueur à compter du 22 août prochain:

Modification et bonification de la ligne 85 Hochelaga

Afin d’offrir un lien plus direct vers le secteur sud-est du parc industriel Anjou qui a récemment connu un important développement avec l’arrivée de nouvelles entreprises et un magasin à grande surface, la ligne 85 – Hochelaga sera modifiée afin de desservir le parc industriel 7 jours sur 7, mais aussi pour mieux relier les zones résidentielles et commerciales du secteur Anjou. La connexion de la ligne 85 à la station Honoré-Beaugrand permet non seulement de lier le parc industriel au métro, mais donne également accès à de nombreuses lignes de bus provenant des secteurs plus à l’est.

Modification de la ligne 28 Honoré-Beaugrand

La ligne 28 Honoré-Beaugrand est également modifiée afin de compléter la couverture du secteur résidentiel et procurera une lien plus direct entre le secteur industriel et le métro Honoré-Beaugrand, via le boul. Joseph-Renaud et l’avenue St-Donat.

Rappelons que l’ensemble de ces mesures représentent une augmentation d’environ 3000 heures de service par année.

https://www.stm.info/fr/presse/nouvelles/2022/la-stm-annonce-l-amelioration-de-service-du-reseau-des-bus-dans-les-arrondissements-anjou-et-mercier-hochelaga-maisonneuve

2 Likes

Vu sur la page FB de J-F Savaria, l’abribus juste au sud du Square Dorchester, sur René-Lévesque

Publicité pour le spectacle Kooza du Cirque du Soleil, sous le chapiteau dans le Vieux-Port.

8 Likes

image STM - Mouvement collectif

🚍📐 Quand on dit que les angles morts rendent invisible, en voici la preuve! 👀 Les bus font partie de notre quotidien et on peut parfois oublier que leurs angles morts sont plus larges que ceux d’une voiture. 👇

La vigilance est donc une bonne chose pour la sécurité de tout le monde!

5 Likes

Sur le fil Twitter de Marco Chitti:

1 Like

Même au 10min max, c’est parfois plus rapide marcher ou prendre un bixi que prendre la 55 et être pris dans le trafic :shushing_face:

Surtout la 55 nord. Du temps où j’habitais le plateau, c’était plus rapide pour moi de faire une détour par la 80 puis remarcher jusqu’à saint-Laurent que de prendre la 55. Pourtant la solution est simple. Le remplacement du stationnement est par une voie réservée permettrait au bus de ne plus rester pris entre le trafic et les trop nombreux conducteurs qui bloquent une voie complète en tentant des manœuvres de stationnement foireuses

5 Likes

Pouvez vous me dire pourquoi les bus n’emprunte presque pas de chemin de stationnements de centre d’achat? A part la 141 et les bus du terminus Fairview, les bus emprunte pas les stationnements. Hier la 139 a du faire un détour dans le stationnement du centre d’achat Le Boulevard et sa sauve beaucoup de minutes.

Ça prend la permission du propriétaire pour faire rouler les buses sur les voies privées, en particulier avec le dommage causé par les autobuses sur une chausée non adaptée pour les véhicules lourdes. C’est de la bonne chance que nous connaisons tous le propriétaire du centre d’achat Le Boulevard.

Je peux penser de seulement un autre endroit ou l’utilisation des voies de centre d’achat pourrait possiblement sauver du temps, en envoyant l’autobus Jarry à traver le centre d’achat Rockland vers la station Mont-Royal. Y-a-t’il d’autres endroits où ça serait avantageux?

2 Likes

Je vois pas vraiment d’autres endroit pour passer un bus sur les voies privés d’un centre d’achat pour sauver du temps à part peut etre la 18 sur la rue de Boucherville et le BD Louis-H Hippolyte La Fontaine. C’est extrêmement congestionné au heure de pointe dans ce segment. Je verrais plus des lignes utiliser les voies privés pour desservir le centre d’achat. Par exemple, avoir la 195 passer dans le stationnement du carrefour Angrignon au lieu de passé a côté. Ou pour des terminus, exemple la 460 et 95 au galerie d’Anjou. La 40 a la place Bourassa. 121 a la place vertu…

Modifications au lignes 28 et 85 dans le parc industriel d’Anjou

https://www.stm.info/fr/infos/etat-du-service/bus/modifications-aux-lignes-28-et-85

1 Like

Autobus de la STM Toutes les personnes seules pourront désormais débarquer entre deux arrêts

PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, ARCHIVES COLLABORATION SPÉCIALE

L’élargissement de l’accès au service vise « à offrir la même expérience de déplacement sécuritaire à l’ensemble de la clientèle de la STM qui pourrait éprouver un sentiment d’insécurité en ville le soir », précise la Société de transport.

La Société de transport de Montréal (STM) offre désormais son service permettant à la clientèle de descendre d’un autobus entre deux arrêts à l’ensemble des voyageurs et non plus uniquement aux femmes. La direction estime par ailleurs qu’il est encore trop tôt pour tirer des conclusions de la baisse d’achalandage aux stations de Laval et de Longueuil, révélée par La Presse.

Publié à 6h00

Partager

Frédérik-Xavier Duhamel

Frédérik-Xavier Duhamel La Presse

Le service « Entre deux arrêts » était offert depuis 1996 aux femmes voyageant seules à bord des autobus de la STM. À partir d’aujourd’hui, « toute personne voyageant seule ou étant accompagnée d’enfants peut demander ce service entre 19 h 30 et 5 h 30 », indique la STM dans un communiqué publié lundi.

Les personnes en fauteuil roulant pourront également y avoir recours « si la rampe peut être déployée en toute sécurité » à l’endroit demandé, alors qu’elles en étaient auparavant exclues.

L’élargissement de l’accès au service vise « à offrir la même expérience de déplacement sécuritaire à l’ensemble de la clientèle de la STM qui pourrait éprouver un sentiment d’insécurité en ville le soir », précise la Société de transport.

En entrevue, la directrice générale de la STM, Marie-Claude Léonard, indique que l’organisation ne dispose pas de données sur l’utilisation du service, « mais c’est certain qu’au fil des années, il y a des milliers de femmes qui ont profité de ce service », assure-t-elle.

Des utilisatrices ont confié à La Presse avoir eu une expérience positive du service jusqu’à présent. « C’est très utile et sécuritaire. Ça me rassurait, quand je sortais, de savoir que je pouvais avoir ce service », dit Monica, ajoutant qu’il est « super facile à utiliser ».

« En tant que femme, je trouve que c’est vraiment utile », opine Lisa.

Quand tu ne connais pas bien Montréal et que tu sors, tu bois un peu, tu es souvent désorientée, ça aide énormément.

Lisa, utilisatrice du service « Entre deux arrêts » de la STM

Méghane est d’accord : « Je demande au chauffeur environ deux arrêts avant le coin de rue précis et il collabore souvent très bien », assure-t-elle.

À savoir si c’est une bonne idée d’élargir le service à tous, elles sont plus mitigées. « Je ne sais pas trop quoi en penser », admet Monica. « Ce service me rassurait parce que c’était uniquement pour les femmes et ça assurait en quelque sorte une certaine sécurité. »

« Si c’est pour tout le monde dans les zones très achalandées […] je ne sais pas si des gens vont profiter un peu trop de ce service », suggère Lisa. Elle croit cependant qu’il « n’y a pas que les femmes qui peuvent se sentir vulnérables la nuit ». C’est aussi ce que pense Méghane.

Les femmes n’ont pas le monopole de se sentir moins en sécurité le soir. Beaucoup de gens peuvent en bénéficier, je crois.

Méghane, utilisatrice du service « Entre deux arrêts » de la STM

Mme Léonard, de la STM, ne craint pas les abus. « On fait confiance à nos clients, qui vont utiliser notre service à bon escient », soutient-elle.

« Trop tôt » pour tirer des conclusions, dit la STM

La Presse a révélé plus tôt ce mois-ci que les entrées aux stations de métro de Longueuil et de Laval ont chuté de 16,2 % après la réforme tarifaire de cet été.

Lisez « Forte baisse de l’achalandage des stations de banlieue en juillet »

Des experts consultés estiment que la hausse du coût du passage est probablement en cause alors que le prix d’un billet de métro y est passé de 3,50 $ à 5,25 $ le 1er juillet dernier.

Lisez « L’ARTM dévoile ses tarifs “métropolitains”, indexés à 2 % »

Invitée à réagir, Mme Léonard estime qu’« il est trop tôt pour confirmer que c’est une tarification qui amène cet écart-là, mais on va suivre les données de près, certainement », assure-t-elle.

Elle note toutefois que c’est l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) qui est responsable de la tarification. L’ARTM avait dirigé les questions de La Presse vers la STM lors du reportage sur la baisse de l’achalandage.

4 Likes

Un article tiré du site de la STM à l’intention de ses employés.

Nos panneaux dans la bonne direction

image
Exemple de panneau d’arrêt avec la direction indiquée à côté du numéro de la ligne.

Depuis le 9 juillet, quelques panneaux d’arrêt de bus affichent déjà les directions nord, sud, est ou ouest. Ce projet colossal englobe les 9000 panneaux qui parsèment les différents itinéraires des voyageurs. La première phase vise à modifier 1400 panneaux d’ici un an, ce qui constitue 15 % du projet. La maintenance des panneaux endommagés ou vandalisés sera une occasion propice pour implanter les nouveaux panneaux arborant la direction du bus.

« Indiquer la direction du bus sur le panneau d’arrêt est une double sécurité pour le client. L’Infobus, le site Web, les applications et les bornes d’information clientèle (BIC) mentionnent toujours la direction à suivre. Mais, à l’arrêt de bus, le client ne peut pas valider son choix d’itinéraire. Nous allons remédier à cette situation pour répondre à la demande des voyageurs et fournir une information cohérente et complète du début à la fin du trajet », précise René-Claude Bouchard, chargé de projets*.*

Cet important ajout permettra aux clients de s’orienter plus facilement et ainsi éviter d’emprunter la mauvaise direction. Par conséquent, les employés qui travaillent directement avec cette clientèle recevront moins de demandes d’information et ce complément contribuera à diminuer l’insatisfaction des voyageurs qui s’interrogent sur la bonne direction à prendre.

« De la planification de son trajet jusque dans la rue, le client trouvera la même information; ce qui viendra le sécuriser. C’est donc un au revoir aux moments où le client s’aperçoit qu’il a pris le bus du mauvais côté de la rue et doit débarquer en toute vitesse, gêné et ayant perdu du temps! », ajoute Martine Ouellet, chef de division – info et service clientèle.

Cette initiative bonifie l’expérience client et s’inscrit dans les efforts de tous pour rendre les déplacements des voyageurs positifs.

5 Likes

Je viens de voir passer ça sur Instagram :grimacing:

https://www.instagram.com/p/Cj75vT8LBq2/

https://www.instagram.com/p/Cj8FvJ9r-Io/

Au coin de Clark et Beaubien

https://www.instagram.com/p/Cj73DofrQTs/

2 Likes

Hé boy.

Chanceux qu’il n’y a pas eu de blessures grave de ce que je comprends. Apparemment il y a eu une collision avec un char et il est rentré dans l’immeuble après. Est-ce que quelqu’un a plus de détails?

Montreal bus crashes into building following collision with car

A Montreal bus crashed into a building in the Little Italy neighbourhood on Oct. 20, 2022. (CTV News/Kelly Greig)

Updated Oct. 20, 2022 1:34 p.m. EDT

Published Oct. 20, 2022 12:15 p.m. EDT

A city bus crashed head-on into a building in Montreal’s Little Italy neighbourhood Thursday morning, leaving a pile of rubble in its wake.

According to the Montreal fire department, the incident involved a collision between the bus and a car around 5:30 a.m. The building, which contains a construction company on the first floor and residences on the second, is located on the corner of Clark and Beaubien Streets.

The 54-year-old bus driver and 22-year-old car driver were injured but concious following the crash. Both were transported to hospital.

There were no passengers aboard the bus and no one inside the building was injured. However, residents were evacuated from the upper floor.

According to the fire department, a support post was installed to solidify the building as a precautionary step before removing the bus.

The street has been closed but is expected to reopen Thursday afternoon.

2 Likes

Montréal Un autobus fonce dans un immeuble


PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE | Des images de la scène spectaculaire ont rapidement circulé sur les réseaux sociaux jeudi matin. On peut y voir l’autobus encastré dans le coin d’un immeuble de briques.

Un autobus de la Société de transport de Montréal (STM) a foncé dans un immeuble à l’angle des rues Clark et Beaubien jeudi matin.

20 octobre 2022 | Publié à 9h43 Mis à jour à 9h58 | FRÉDÉRIK-XAVIER DUHAMEL | LA PRESSE

Les pompiers ont reçu un appel à ce sujet vers 5 h 30, indique le porte-parole du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM), William Murray.

« Selon les informations dont nous disposons, le bus a été embouti par une voiture qui n’avait pas priorité à ce moment-là et le bus a ensuite percuté un édifice », détaille le porte-parole de la STM Renaud Martel-Théorêt.

Deux personnes ont été transportées en centre hospitalier pour traiter des blessures mineures, dit le porte-parole d’Urgences-santé Jean-François Charest.

L’agent Jean-Pierre Brabant du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) indique qu’il s’agit du chauffeur de l’autobus, un homme de 54 ans, et du chauffeur du véhicule qui l’a embouti, un homme de 22 ans. L’autobus était vide au moment de la collision.

Des images de la scène spectaculaire ont rapidement circulé sur les réseaux sociaux jeudi matin. On peut y voir l’autobus encastré dans le coin d’un immeuble de briques.

« L’autobus est toujours dans la structure parce que des poutres ont été affectées. Donc, on est en attente de poteaux de soutien pour stabiliser le bâtiment pour être capable de retirer le véhicule », explique M. Murray, du SIM.

2 Likes