STM - Discussion générale sur le service et le réseau d'autobus

Surtout la 55 nord. Du temps où j’habitais le plateau, c’était plus rapide pour moi de faire une détour par la 80 puis remarcher jusqu’à saint-Laurent que de prendre la 55. Pourtant la solution est simple. Le remplacement du stationnement est par une voie réservée permettrait au bus de ne plus rester pris entre le trafic et les trop nombreux conducteurs qui bloquent une voie complète en tentant des manœuvres de stationnement foireuses

5 Likes

Pouvez vous me dire pourquoi les bus n’emprunte presque pas de chemin de stationnements de centre d’achat? A part la 141 et les bus du terminus Fairview, les bus emprunte pas les stationnements. Hier la 139 a du faire un détour dans le stationnement du centre d’achat Le Boulevard et sa sauve beaucoup de minutes.

Ça prend la permission du propriétaire pour faire rouler les buses sur les voies privées, en particulier avec le dommage causé par les autobuses sur une chausée non adaptée pour les véhicules lourdes. C’est de la bonne chance que nous connaisons tous le propriétaire du centre d’achat Le Boulevard.

Je peux penser de seulement un autre endroit ou l’utilisation des voies de centre d’achat pourrait possiblement sauver du temps, en envoyant l’autobus Jarry à traver le centre d’achat Rockland vers la station Mont-Royal. Y-a-t’il d’autres endroits où ça serait avantageux?

2 Likes

Je vois pas vraiment d’autres endroit pour passer un bus sur les voies privés d’un centre d’achat pour sauver du temps à part peut etre la 18 sur la rue de Boucherville et le BD Louis-H Hippolyte La Fontaine. C’est extrêmement congestionné au heure de pointe dans ce segment. Je verrais plus des lignes utiliser les voies privés pour desservir le centre d’achat. Par exemple, avoir la 195 passer dans le stationnement du carrefour Angrignon au lieu de passé a côté. Ou pour des terminus, exemple la 460 et 95 au galerie d’Anjou. La 40 a la place Bourassa. 121 a la place vertu…

Modifications au lignes 28 et 85 dans le parc industriel d’Anjou

https://www.stm.info/fr/infos/etat-du-service/bus/modifications-aux-lignes-28-et-85

1 Like

Autobus de la STM Toutes les personnes seules pourront désormais débarquer entre deux arrêts

PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, ARCHIVES COLLABORATION SPÉCIALE

L’élargissement de l’accès au service vise « à offrir la même expérience de déplacement sécuritaire à l’ensemble de la clientèle de la STM qui pourrait éprouver un sentiment d’insécurité en ville le soir », précise la Société de transport.

La Société de transport de Montréal (STM) offre désormais son service permettant à la clientèle de descendre d’un autobus entre deux arrêts à l’ensemble des voyageurs et non plus uniquement aux femmes. La direction estime par ailleurs qu’il est encore trop tôt pour tirer des conclusions de la baisse d’achalandage aux stations de Laval et de Longueuil, révélée par La Presse.

Publié à 6h00

Partager

Frédérik-Xavier Duhamel

Frédérik-Xavier Duhamel La Presse

Le service « Entre deux arrêts » était offert depuis 1996 aux femmes voyageant seules à bord des autobus de la STM. À partir d’aujourd’hui, « toute personne voyageant seule ou étant accompagnée d’enfants peut demander ce service entre 19 h 30 et 5 h 30 », indique la STM dans un communiqué publié lundi.

Les personnes en fauteuil roulant pourront également y avoir recours « si la rampe peut être déployée en toute sécurité » à l’endroit demandé, alors qu’elles en étaient auparavant exclues.

L’élargissement de l’accès au service vise « à offrir la même expérience de déplacement sécuritaire à l’ensemble de la clientèle de la STM qui pourrait éprouver un sentiment d’insécurité en ville le soir », précise la Société de transport.

En entrevue, la directrice générale de la STM, Marie-Claude Léonard, indique que l’organisation ne dispose pas de données sur l’utilisation du service, « mais c’est certain qu’au fil des années, il y a des milliers de femmes qui ont profité de ce service », assure-t-elle.

Des utilisatrices ont confié à La Presse avoir eu une expérience positive du service jusqu’à présent. « C’est très utile et sécuritaire. Ça me rassurait, quand je sortais, de savoir que je pouvais avoir ce service », dit Monica, ajoutant qu’il est « super facile à utiliser ».

« En tant que femme, je trouve que c’est vraiment utile », opine Lisa.

Quand tu ne connais pas bien Montréal et que tu sors, tu bois un peu, tu es souvent désorientée, ça aide énormément.

Lisa, utilisatrice du service « Entre deux arrêts » de la STM

Méghane est d’accord : « Je demande au chauffeur environ deux arrêts avant le coin de rue précis et il collabore souvent très bien », assure-t-elle.

À savoir si c’est une bonne idée d’élargir le service à tous, elles sont plus mitigées. « Je ne sais pas trop quoi en penser », admet Monica. « Ce service me rassurait parce que c’était uniquement pour les femmes et ça assurait en quelque sorte une certaine sécurité. »

« Si c’est pour tout le monde dans les zones très achalandées […] je ne sais pas si des gens vont profiter un peu trop de ce service », suggère Lisa. Elle croit cependant qu’il « n’y a pas que les femmes qui peuvent se sentir vulnérables la nuit ». C’est aussi ce que pense Méghane.

Les femmes n’ont pas le monopole de se sentir moins en sécurité le soir. Beaucoup de gens peuvent en bénéficier, je crois.

Méghane, utilisatrice du service « Entre deux arrêts » de la STM

Mme Léonard, de la STM, ne craint pas les abus. « On fait confiance à nos clients, qui vont utiliser notre service à bon escient », soutient-elle.

« Trop tôt » pour tirer des conclusions, dit la STM

La Presse a révélé plus tôt ce mois-ci que les entrées aux stations de métro de Longueuil et de Laval ont chuté de 16,2 % après la réforme tarifaire de cet été.

Lisez « Forte baisse de l’achalandage des stations de banlieue en juillet »

Des experts consultés estiment que la hausse du coût du passage est probablement en cause alors que le prix d’un billet de métro y est passé de 3,50 $ à 5,25 $ le 1er juillet dernier.

Lisez « L’ARTM dévoile ses tarifs “métropolitains”, indexés à 2 % »

Invitée à réagir, Mme Léonard estime qu’« il est trop tôt pour confirmer que c’est une tarification qui amène cet écart-là, mais on va suivre les données de près, certainement », assure-t-elle.

Elle note toutefois que c’est l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) qui est responsable de la tarification. L’ARTM avait dirigé les questions de La Presse vers la STM lors du reportage sur la baisse de l’achalandage.

4 Likes

Un article tiré du site de la STM à l’intention de ses employés.

Nos panneaux dans la bonne direction

image
Exemple de panneau d’arrêt avec la direction indiquée à côté du numéro de la ligne.

Depuis le 9 juillet, quelques panneaux d’arrêt de bus affichent déjà les directions nord, sud, est ou ouest. Ce projet colossal englobe les 9000 panneaux qui parsèment les différents itinéraires des voyageurs. La première phase vise à modifier 1400 panneaux d’ici un an, ce qui constitue 15 % du projet. La maintenance des panneaux endommagés ou vandalisés sera une occasion propice pour implanter les nouveaux panneaux arborant la direction du bus.

« Indiquer la direction du bus sur le panneau d’arrêt est une double sécurité pour le client. L’Infobus, le site Web, les applications et les bornes d’information clientèle (BIC) mentionnent toujours la direction à suivre. Mais, à l’arrêt de bus, le client ne peut pas valider son choix d’itinéraire. Nous allons remédier à cette situation pour répondre à la demande des voyageurs et fournir une information cohérente et complète du début à la fin du trajet », précise René-Claude Bouchard, chargé de projets*.*

Cet important ajout permettra aux clients de s’orienter plus facilement et ainsi éviter d’emprunter la mauvaise direction. Par conséquent, les employés qui travaillent directement avec cette clientèle recevront moins de demandes d’information et ce complément contribuera à diminuer l’insatisfaction des voyageurs qui s’interrogent sur la bonne direction à prendre.

« De la planification de son trajet jusque dans la rue, le client trouvera la même information; ce qui viendra le sécuriser. C’est donc un au revoir aux moments où le client s’aperçoit qu’il a pris le bus du mauvais côté de la rue et doit débarquer en toute vitesse, gêné et ayant perdu du temps! », ajoute Martine Ouellet, chef de division – info et service clientèle.

Cette initiative bonifie l’expérience client et s’inscrit dans les efforts de tous pour rendre les déplacements des voyageurs positifs.

5 Likes

Je viens de voir passer ça sur Instagram :grimacing:

https://www.instagram.com/p/Cj75vT8LBq2/

https://www.instagram.com/p/Cj8FvJ9r-Io/

Au coin de Clark et Beaubien

https://www.instagram.com/p/Cj73DofrQTs/

2 Likes

Hé boy.

Chanceux qu’il n’y a pas eu de blessures grave de ce que je comprends. Apparemment il y a eu une collision avec un char et il est rentré dans l’immeuble après. Est-ce que quelqu’un a plus de détails?

Montreal bus crashes into building following collision with car

A Montreal bus crashed into a building in the Little Italy neighbourhood on Oct. 20, 2022. (CTV News/Kelly Greig)

Updated Oct. 20, 2022 1:34 p.m. EDT

Published Oct. 20, 2022 12:15 p.m. EDT

A city bus crashed head-on into a building in Montreal’s Little Italy neighbourhood Thursday morning, leaving a pile of rubble in its wake.

According to the Montreal fire department, the incident involved a collision between the bus and a car around 5:30 a.m. The building, which contains a construction company on the first floor and residences on the second, is located on the corner of Clark and Beaubien Streets.

The 54-year-old bus driver and 22-year-old car driver were injured but concious following the crash. Both were transported to hospital.

There were no passengers aboard the bus and no one inside the building was injured. However, residents were evacuated from the upper floor.

According to the fire department, a support post was installed to solidify the building as a precautionary step before removing the bus.

The street has been closed but is expected to reopen Thursday afternoon.

2 Likes

Montréal Un autobus fonce dans un immeuble


PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE | Des images de la scène spectaculaire ont rapidement circulé sur les réseaux sociaux jeudi matin. On peut y voir l’autobus encastré dans le coin d’un immeuble de briques.

Un autobus de la Société de transport de Montréal (STM) a foncé dans un immeuble à l’angle des rues Clark et Beaubien jeudi matin.

20 octobre 2022 | Publié à 9h43 Mis à jour à 9h58 | FRÉDÉRIK-XAVIER DUHAMEL | LA PRESSE

Les pompiers ont reçu un appel à ce sujet vers 5 h 30, indique le porte-parole du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM), William Murray.

« Selon les informations dont nous disposons, le bus a été embouti par une voiture qui n’avait pas priorité à ce moment-là et le bus a ensuite percuté un édifice », détaille le porte-parole de la STM Renaud Martel-Théorêt.

Deux personnes ont été transportées en centre hospitalier pour traiter des blessures mineures, dit le porte-parole d’Urgences-santé Jean-François Charest.

L’agent Jean-Pierre Brabant du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) indique qu’il s’agit du chauffeur de l’autobus, un homme de 54 ans, et du chauffeur du véhicule qui l’a embouti, un homme de 22 ans. L’autobus était vide au moment de la collision.

Des images de la scène spectaculaire ont rapidement circulé sur les réseaux sociaux jeudi matin. On peut y voir l’autobus encastré dans le coin d’un immeuble de briques.

« L’autobus est toujours dans la structure parce que des poutres ont été affectées. Donc, on est en attente de poteaux de soutien pour stabiliser le bâtiment pour être capable de retirer le véhicule », explique M. Murray, du SIM.

2 Likes

Le titre et le chapeau (ce que la plupart retiendront de la nouvelle) laisse croire que c’est le chauffeur d’autobus qui est responsable de l’accident et que aucune autre partie est impliquée, alors que la collision serait supposément due à un automobiliste dangereux en pickup brûlant un feu rouge qui aurait mené l’autobus à foncer dans l’immeuble.

2 Likes

J’habite à côté, j’ai fait une analyse sommaire de la scène.
Considérant les débris de voiture et perte de fluides au sol, la voiture roulait sur Clark direction sud et à heurté le bus à près de la porte d’accès principale (avant droite).

Trajectoire du bus en bleu. voiture en violet.
image

6 Likes

Je suis passé devant le site de l’accident tantôt:

5 Likes

Transport collectif La ponctualité des bus de la STM en chute depuis janvier


PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE | 76,8 %. C’est précisément le pourcentage d’autobus montréalais arrivés à l’heure sur le territoire, en septembre dernier.

Le taux de ponctualité des autobus de la Société de transport de Montréal (STM) est en baisse depuis quelques mois, a déploré lundi l’opposition officielle, en appelant l’administration Plante à l’action. Celle-ci reconnaît que des « défis » s’imposent avec « la reprise de la congestion routière », mais assure être au travail.

21 novembre 2022 | Publié à 14h24 | HENRI OUELLETTE-VÉZINA | LA PRESSE

76,8 %. C’est précisément le pourcentage d’autobus montréalais arrivés à l’heure sur le territoire, en septembre dernier. Il s’agit du plus bas taux depuis 2019 à ce chapitre, montrent les indicateurs de performance de la société de transport.

En août, le même chiffre était de 79,9 %, et en juillet de 80,4 %. Au début de l’année, en janvier, on atteignait 86 % de ponctualité sur les différentes lignes locales. La baisse est donc d’environ 10 % en dix mois. À court terme, l’objectif de la STM est de revenir è 80 %.

Tous ces faits ont resurgi lundi, au conseil municipal, lorsque la conseillère de l’opposition, Chantal Rossi, a déploré qu’au moment où on tente par tous les moyens d’attirer les Montréalais vers le transport collectif, « l’autobus est en retard une fois sur quatre ».

« Si on veut donner le goût aux automobilistes de délaisser le confort de leur voiture, il faut leur offrir de vraies alternatives efficaces et compétitives », a-t-elle fait valoir, en demandant à l’administration si elle pouvait « garantir » une amélioration des taux de ponctualité des bus d’ici la fin 2022.

Piqué au vif, le président du conseil d’administration de la STM et conseiller municipal, Éric Alan Caldwell, a fait valoir que des actions sont en cours. « Avec la reprise de la congestion à Montréal, [on doit] extraire nos autobus du trafic, justement pour donner un avantage concurrentiel », a-t-il concédé, en parlant de défis importants pour la municipalité.

Quelles solutions ?

Selon M. Caldwell, le travail est toutefois déjà bien amorcé. « C’est entre autres pour ça qu’on a annoncé en 2021 le Mouvement bus, afin d’avoir plus de voies réservées et une meilleure intégration dans nos villes. On ne lâchera pas là-dessus, parce que oui, vous avez raison de le dire, la ponctualité est importante », a encore martelé M. Caldwell.

« La prévisibilité dans les transports, ça nous pousse justement à continuer d’investir dans nos infrastructures, dans l’achat d’autobus […], dans l’entretien du métro avec des nouveaux équipements pour augmenter la fiabilité », a insisté le président, en plaidant globalement pour plus de « mesures préférentielles » pour les usagers.

M. Caldwell a aussi évoqué un « meilleur travail » maintenant en place avec l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), qui permet, avec des moyens technologiques, « de donner une situation à jour sur les passages des autobus, pour mieux prévoir les déplacements ». « Ce travail-là, il est de fond, il est pour cette année, pour les années qui s’en viennent, et on en est très fiers », a conclu l’élu.

Ces débats surviennent alors que l’ARTM a lancé la semaine dernière une vaste campagne invitant les travailleurs à revenir dans le transport collectif, plaçant ce dernier comme « un vecteur incontournable d’un développement urbain centré sur l’humain et l’environnement ».

Dans les prochaines années, l’Autorité régionale de transport métropolitain s’attend à « retrouver une croissance de 2 à 3 % » de son achalandage par année. Autrement dit, cela pourrait prendre une dizaine, voire une quinzaine d’années, avant que l’on retrouve le niveau d’avant la pandémie.

2 Likes

J’aimerais bien voir la répartition de la pontualité par ligne, ou par garage/“division”. Par exemple j’ai remarqué que la plupart des bus de Saint-Laurent sont quand même assez ponctuelles, mais les bus de Lasalle, presque pas du tout, surtout pour les bus qui partent de Dorval tel 191, 195, 495, 496, etc. Ils sont souvent très en retard.

1 Like

Je ne comprends pas pourquoi ce serait difficile d’avoir les chiffres avec ce niveau de granularité. La plupart des bus (tous?) sont suivi par GPS. Tout ce qu’il manque c’est l’associer aux arrêts des routes et les cédules associés.

Veulent-ils le partager à ce niveau de granularité par contre? Pas sûr…

Si les stats indiquaient que les lignes 165, 80, 24 et 55 étaient les pires de pires, zéro surpris de moi. Le trafic est immense et les voies réservées sur CDN et du parc sert à rien s’ils sont toujours bloqués. Ça pour moi dit qu’on ne donne pas assez la priorité à la STM sur les grands axes.

Par contre, si les stats indiquent qu’il y a des lignes très bas en ponctualité sur des circuits style “Milk run” dans les arrondissements périf, c’est certainement gênant et là il y a un problème systématique.

C’est probablement un peu les deux situations

Je connais au moins deux sociétés (TTC et Seattle Metro) qui donne les données brutes aux bloggers pour faire de l’analyse. Veut-on en demander le STM?
Moi, je n’ai pas vraiment le temps pour faire l’analyse, mais je pourrais contribuer de connaisance à quelqu’un qui veut le gérer.

2 Likes

Personellement je pense que la STM ait ces chiffres (afin de calculer la ponctualité il faut d’abord savoir quelles bus sont en retard) donc c’est probablement question de faire un demande d’accès à l’information et ensute de l’organiser par ligne/par garage. Mais comme @fbfree a mentionné c’est très probable que beaucoup d’entre nous n’aura pas le temps de faire l’analyse en tout cas…