Royalmount

Image: https://discussion-montreal.com/uploads/editor/i4/vififqudnuyv.jpg

Intrigantes informations (positives) sur la poursuite du projet. À suivre…au cours des prochaines années. :sunglasses:

Moins de transactions ne signifie pas moins d’activités

Offert par Les Affaires | Édition du 09 Décembre 2020 | PAR CLAUDINE HÉBERT


La pandémie a retardé le début des travaux de construction du projet ­Royalmount, évalué à 5 milliards de dollars.

LES GRANDS DE L’IMMOBILIER. Cette année ne passera pas à l’histoire en ce qui concerne le nombre de transactions immobilières commerciales. Ce qui ne veut pas dire que les acteurs liés à cette industrie ont, pour autant, chômé.

Au contraire. […]
https://www.lesaffaires.com/dossier/les-grands-de-l-immobilier/moins-de-transactions-ne-signifie-pas-moins-dactivites/621820

Royalmount, le retour

La pandémie a retardé le début des travaux de construction du vaste projet ­Royalmount, évalué à 5 milliards de dollars. L’ouverture des commerces de la phase1, qui était prévue pour l’été 2022, a été reportée d’un an. Ce report ne fait toutefois qu’accorder plus de temps au promoteur ­Carbonleo. Ce dernier peaufine ces ­jours-ci le plan de développement du futur quartier qui s’élèvera au carrefour du boulevard ­Décarie et de l’autoroute ­Métropolitaine.

« ­Nous planifions construire un nouveau complexe qui va complètement redéfinir l’expérience résidentielle et commerciale en ville. Nous sommes toujours en négociation pour changer le zonage actuel afin d’accueillir 4500 logements », soulève ­Nicolas ­Désourdy, ­vice-président exécutif et associé chez ­Carbonleo.

Ce nouveau milieu de vie, ­dit-il, sera 100 % piéton. Il sera doté d’un parc linéaire surélevé qui s’inspire de la passerelle du ­High ­Line à ­New ­York. Plus de 80 % des futures aires de restauration seront orientées vers l’ouest pour profiter du soleil le plus longtemps possible. À ce propos, un grand chef montréalais a signé, au cours de l’été, une entente avec ­Carbonleo pour l’ouverture de deux restaurants sur le site, affirme ­Nicolas ­Désourdy.

Il tient à rappeler que ­Carbonleo compte parmi ses partenaires L. Catterton ­Real ­Estate, une firme de reconnue pour ses investissements immobiliers à usage mixte axés sur le commerce de détail et de luxe. Cineplex figure aussi parmi les grands joueurs associés au projet ­Royalmount. Outre la construction d’un cinéma ­VIP réservé aux 18 ans et plus, l’entreprise canadienne compte y aménager un centre de divertissement ­Rec ­Room, selon le concept que l’on retrouve déjà à ­Edmonton et à ­Toronto.

4 Likes

Ce projet devrait revenir dans les nouvelles cette semaine. Un email que je viens de recevoir:
Royalmount-info-16-dec

4 Likes

Sur Colliers, pour la location de la tour à bureaux/hôtel.

4 Likes

Je croyais que la passerelle était directement reliée à l’édicule.

Elle est reliée de façon souterraine.

1 Like

The only thing new in all of that is that the hippodrome will be returned to use… :wink:

2 Likes

Le projet Royalmount reporté d’un an

Radio-Canada | Publié le lundi 1 mars 2021 à 23 h 16


Une passerelle réservée aux piétons sera construite par le promoteur pour relier la station de métro De la Savane au projet Royalmount. Photo : Gracieuseté - Carbonleo

UN TEXTE DE BENOÎT CHAPDELAINE

Le projet résidentiel et commercial Royalmount à l’angle des autoroutes 15 et 40, à Montréal, est désormais prévu pour l’été 2023.

La pandémie a retardé d’un an la première phase du chantier estimée à 1,5 milliard de dollars. Le promoteur demeure toutefois déterminé à y aménager des milliers de logements et des commerces haut de gamme.

Ainsi, le projet Royalmount survit à la pandémie. De 30 à 40 % de l’espace commercial est maintenant loué selon le promoteur Carbonleo. Son vice-président, Claude Marcotte, précise que le groupe français Louis Vuitton, qui est aussi partenaire du projet, y occupera une place importante.

Au début, ils regardaient peut-être faire un magasin comme sur Sainte-Catherine avec 2000-3000 pieds, ils ont réalisé qu’il y avait beaucoup de profondeur dans le marché de Montréal et d’y aller avec un magasin de 10 000 pieds carrés. C’est quand même assez intéressant, alors il y a plusieurs marques comme ça qu’on va avoir qui ne sont pas dans le marché de Montréal qui vont se joindre à nous, explique Claude Marcotte.

Le nombre de logements prévus sur le site a été revu à la baisse. C’est maintenant un peu plus de 3000 plutôt que 4500 en 10 ans. Il s’agira essentiellement de condominiums dans des tours d’une cinquantaine d’étages.

L’extérieur des bâtiments du côté où l’orientation le permet (quand on regarde vers l’est ou vers le sud), on va avoir de la végétation sur la façade des bâtiments, ce qui est va être pas mal une première à Montréal, détaille M. Marcotte.

Aucun logement social

Le projet de Royalmount ne prévoit pas de logements sociaux.

Faut comprendre qu’on est juste à côté de Blue Bonnets. La Ville a mis ça clair, à Blue Bonnets il y aura cette offre-là, il s’agit d’être complémentaire dans le marché, se défend le vice-président de Carbonleo.

Le zonage actuel ne permet pas de construction résidentielle sur le site. Le maire de Ville Mont-Royal, Philippe Roy, prévoit consulter sa population avant de prendre une décision.

Si jamais on se rend à l’étape de changer le zonage pour permettre du résidentiel, donc à ce moment-là c’est l’agglomération de Montréal qui doit procéder à la modification du schéma d’aménagement, donc à ce moment-là il y aura du travail à faire avec la ville de Montréal, souligne M. Roy.

Le promoteur est sûr d’en arriver à une entente.

3 Likes

Il est impératif que le projet ait une composante résidentielle forte. Ce n’est pas un Carrefour Laval ou un Dix 30 qu’on veut.

5 Likes

Posté(e) à l’instant

Suite à cette nouvelle de La Presse, Carbonleo avec son mégacentre Royalmount perd son principal défenseur politique, ce qui pourrait avoir des conséquences importantes sur l’avenir de ce projet toujours controversé.

D’ailleurs face à la levée de boucliers de certains groupes sociaux et des objections de la Ville de Montréal et des arrondissements limitrophes. On peut comprendre que le maire a dû se sentir bien seul à défendre ce projet sur son territoire enclavé, dont il niait de facto l’interdépendance avec ses voisins.

Personnellement je n’encouragerai jamais les attaques personnelles, ni le harcèlement, qu’ils viennent d’organismes quelconques, des médias sociaux ou d’individus. Néanmoins si le maire avait été plus transparent et moins intransigeant face aux améliorations demandées par Montréal et les arrondissements, les choses se seraient sûrement passées différemment.

Par ailleurs à vouloir traiter derrière des portes closes avec le promoteur depuis le début, en faisant fi de l’opinion d’une majorité de citoyens et d’organismes, il aura créé lui-même un vide démocratique, pour lequel il paie le prix actuellement.

Surtout que rien de substantiel n’a vraiment transpiré au niveau des communications municipales jusqu’à aujourd’hui. On ne sait même pas encore si VMR permettra le développement d’unités résidentielles, pas plus à propos de négociations (pourtant nécessaires avec la Ville de Montréal) en vue d’une intégration harmonieuse des infrastructures avec le territoire montréalais.

Il y a donc toutes les chances que le projet du Royalmount devienne bientôt un enjeu électoral qui dépassera largement le territoire de VMR. À moins que le promoteur n’arrive lui-même avec une nouvelle proposition qui répondra davantage aux attentes de la population et des gouvernements municipaux environnants.

Conclusion: avis à tous les promoteurs et leurs amis politiciens, l’acceptabilité sociale est devenue aujourd’hui une condition incontournable pour tout projet majeur. Ne pas en tenir compte peut être très lourd de conséquences et même conduire à un échec retentissant.

2 Likes

Les citoyens de Ville Mont-Royal s’en foutent un peu du Royalmount. C’est loin, isolé, et c’est pas beau comme coin. Le projet à cause duquel Phillippe Roy s’est fait harceler et attaquer est beaucoup plus petit mais en plein centre de VMR, près de Rockland. Et pourtant c’était une bonne idée.

1 Like

Même si la raison de l’abandon de son poste de maire n’est pas directement reliée au Royalmount, ses conséquences pèseront lourd sur ce projet, qui perd son plus grand défenseur.

Je ne pense pas. L’enjeu n’a jamais été au sein de la population de VMR. Le prochain maire verra aussi l’opportunité de faire le plein de taxes foncières avec peu d’externalité négatives pour leur petite ville. Je suis sur que la plupart des monterois ne se rendent même pas compte que le territoire du Royalmount est dans leur ville. C’est un coin isolé. Le négatif engendré par le projet aura lieu sur le territoire de la ville de Montréal et ca VMR s’en fout.

2 Likes

Community opposition is minimal in VMR. Unless there’s other unexpected changes on the council, I don’t see them improving or blocking the project.

Le projet Royalmount réduit sa superficie commerciale

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Les travaux sur le site du projet Royalmount, qui avaient commencé avant la pandémie, sont arrêtés. Ils devraient reprendre à la fin de l’été.

La livraison de la première phase est reportée à l’automne 2023

Publié le 28 avril 2021 à 5h00

Partager

Nathaëlle Morissette Nathaëlle Morissette
La Presse

La pandémie a joué dans les plans du Royalmount. Reportée depuis le début de la crise, la première phase du projet controversé de centre commercial et résidentiel, à l’angle des autoroutes 15 et 40, verra finalement le jour à l’automne 2023 avec une superficie destinée aux détaillants réduite de 25 % par rapport à ce qui avait été prévu initialement.

Jusqu’à maintenant, plus de 40 % des espaces commerciaux sont déjà loués, et des ententes ont été conclues avec le chef montréalais renommé Antonio Park pour l’ouverture de deux nouveaux concepts de restaurant, a indiqué mardi Nicolas Désourdy, vice-président exécutif et associé chez Carbonleo, promoteur du projet, dans le cadre d’une conférence virtuelle organisée par le Conseil québécois du commerce de détail.

M. Désourdy admet que la crise actuelle a donné lieu à toutes sortes de réflexions à propos du projet, dont la première phase est évaluée à un peu moins de 2 milliards de dollars. « On est humains. Comme tout le monde, on est passés un petit peu par toute la gamme d’émotions », a-t-il confié au cours d’une entrevue accordée à La Presse, en marge de la conférence portant sur l’avenir des centres commerciaux. « Est-ce qu’on a déjà pensé à renoncer à notre projet ? Non. Est-ce que ça nous a amenés à avoir toutes sortes de réflexions ? Absolument. »

« Si ce n’était pas de la COVID-19, ce serait différent. Il a fallu s’adapter, il a fallu réagir, explique M. Désourdy. On a décidé de reporter l’ouverture d’un an. C’est une bonne chose. Je pense qu’aujourd’hui, on est contents des changements qu’on a apportés, [comme celui de] réduire un peu notre [offre commerciale]. »

De 200 espaces destinés à des fins commerciales — magasins, restaurants, espaces de divertissement —, le promoteur, qui veut en faire une destination axée sur les marques de luxe, est passé à 170. « On a réduit d’environ 25 % notre superficie de la première phase. On avait une phase qui était autour de 1,1 million pi2, et là, on est plus autour des 825 000 pi2 dans notre première phase », dit M. Désourdy. C’est sûr qu’on va avoir un peu moins de détaillants. »

« En ce moment, on négocie avec plus de 150 détaillants, ajoute-t-il. Aucun ne nous a dit, au cours des 14 derniers mois, qu’il voulait se retirer. » Le projet cherche à attirer des marques de luxe de partout dans le monde. On assure toutefois vouloir avoir une teinte québécoise.

« Je ne veux pas que vous pensiez que c’est un projet qui n’est qu’international, a tenu à dire Nicolas Désourdy. Évidemment, on a beaucoup de détaillants qui viennent de l’international, des États-Unis. Mais on a aussi beaucoup de détaillants québécois. On a des gens du Québec, de Montréal. Il y en a beaucoup qui sont en train de se positionner dans ce marché du luxe, qui veulent compétitionner avec les Moncler [marque de manteaux haut de gamme]. »

Un parc linéaire, des espaces publics, des bureaux et des logements s’ajouteront éventuellement au projet au cours des prochaines années. La question du zonage résidentiel n’est toutefois pas réglée. « On est en démarche avec la Ville de Mont-Royal et celle de Montréal pour ajouter le volet résidentiel à notre projet. Ça va bon train. Nos discussions avancent. »

Reprise des travaux

Par ailleurs, sur le site, à l’angle des autoroutes 15 et 40, les travaux qui avaient commencé avant la pandémie sont arrêtés. Ils devraient reprendre à la fin de l’été. « Quand on a décidé de reporter le projet d’un an, on a aussi réussi à trouver une façon de réduire notre période de construction. Donc, ça nous permet de reprendre les travaux de façon graduelle seulement à la fin de l’été 2021. »

La construction de la passerelle piétonne enjambant le boulevard Décarie pour relier la station de métro De la Savane et la place publique du Royalmount devrait commencer au même moment. À ce sujet, Carbonleo nie avoir demandé une participation financière du gouvernement, comme on pouvait le lire dans la fiche du promoteur apparaissant au Registre des lobbyistes en mai 2020. « C’est faux, lance sans détour M. Désourdy. On n’a demandé aucun sou. On la paie nous-mêmes. C’est quand même considérable, c’est un projet de 20 millions de dollars qui va devenir une entité plus publique. »

Projet controversé

Rappelons que, depuis le début, le projet Royalmount ne fait pas l’unanimité. Manque de mesures d’atténuation de la congestion routière, absence de proposition de logement social dans son volet résidentiel et trouble du voisinage appréhendé par la direction de Dollarama, dont les entrepôts et le centre de distribution sont situés tout près, comptent parmi les critiques faites au projet au cours des dernières années.

Selon Christian Savard, directeur général de Vivre en ville, qui a toujours affirmé que ce n’était « pas un bon projet pour l’armature commerciale de Montréal », la crise actuelle serait une bonne occasion pour le promoteur de revoir complètement le concept. « On devrait effectivement un peu recommencer à zéro pour ce secteur, impliquer le promoteur, soutient-il. Il y a peut-être certains morceaux de son projet qui peuvent encore s’avérer intéressants. »

« C’est vendu comme une destination ; ce n’est pas vendu comme étant des commerces de proximité. Donc, les commerces de destination, les restaurants, les grandes marques sont surtout au centre-ville, ajoute-t-il. Il y a tout un écosystème qu’on pourrait venir déstabiliser avec cette offre de nouvelles surfaces commerciales. »

« Mais je pense que l’idée du mégaplex commercial doit être abandonnée pour le bien du promoteur, pour le bien du site et pour le bien du commerce de détail. »
https://www.lapresse.ca/affaires/2021-04-28/le-projet-royalmount-reduit-sa-superficie-commerciale.php

Il sera intéressant de connaitre l’opinion des partis politiques municipaux de la Ville de Montréal, puisque ce projet aura notamment un impact majeur pour la mobilité du secteur. Pareil pour VMR qui doit statuer sur une éventuelle partie résidentielle, par un important amendement à son plan d’urbanisme. Ira-t-elle en référendum sur la question?

1 Like

Le centre-ville n’a qu’a compétir mon frère. Si t’es nul tu crèves. (Je suis méchant ce matin).

2 Likes

Bof. Honnêtement le centre-ville a survécu aux banlieues et s’en est même mieux sorti. Qu’est-ce qu’il y aura au Royalmount qu’il y a déjà au centre-ville, à part ce qui se trouve au Holt? Je suis pas mal sur que les théâtres et les festivals du Quartier des Spectacles vont survivre aussi…

2 Likes

Très d’accord avec toi. Ce n’est pas le même marché qui est visé. De plus faudrait vraiment arrêter les campagnes de peur la cannibalisation des artères commerciales. Si c’est vraiment meilleur, les gens arrêteront pas d’y aller. Pis si les gens arrêtent c’est peut-être parce que c’est pas meilleur. La compétition est saine in my book.

5 Likes

Voila, je capte moins les réserves concernant la cannibalisation des artères commerciales. C’est pas si pire que ça.

Par contre, je suis quand même d’accord avec les détracteurs du projet au sujet des impacts sur la circulation. Ce coin la est vraiment mal foutu déjà, j’ose pas imaginé avec un générateur de déplacements comme ça. Il faudra au minimum s’assurer de:

  • Raccorder le boulevard Cavendish afin de dévier la circulation nord-sud dans l’ouest.
  • Revoir les circuits de transports en communs pour desservir le Royalmount avec plusieurs lignes de bus provenant de différents endroits dans le coin.
  • Adapter les abords de l’A-40 pour faciliter la circulation des camions provenant des centres de distribution autour de là, notamment Dollarama.
2 Likes