REM 2 - Station Saint-Laurent

Discussion sur la station Saint-Laurent du REM de l’Est.

Type de station

Aérienne

Arrondissement

Ville-Marie

Plan d’implantation

Cette station serait implantée aux abords du Quartier chinois. L’édicule serait localisé au cadran sud-est de l’intersection de la rue Saint-Laurent et du boulevard René-Lévesque. Les quais de la station sont localisés au droit de la rue Saint-Dominique

Autres informations

Architecte: Lemay
Promoteur: CDPQ Infra

Longueur de chacun des quais : 40 m
Fréquence lors de la mise en service complète du réseau- Heures de pointe : 2 min

Sources des informations: CDPQ Infra

Autres images

Je n’ai pas trouvé de fil pour ce projet. Il y avait un peu d’action sur le terrain au sud-est de l’intersection St-Laurent et René-Lévesque. Un projet à l’horizon? Ou tests de sols pour le REM?


Terrain vague au sud-est de l’intersection St-Laurent et René-Lévesque

4 Likes

Ca semble être pour la station de REM de l’Est selon moi, coin St-Dom.

3 Likes

C’est pour le REM de l’est, j’en suis pas mal certain également.

@Hermes avait partagé d’autres photos également :

En zoomant sur l’une de ses photo, on peut voir la nature des dépôts meubles. Est-ce que quelqu’un qui s’y connait mieux en forage pourrait me spécifier si les carottes sont différents échantillons ou si elles proviennent du même trou ? Si c’est le même trou, c’est assez épais.

4 Likes

Je seconde @ILuvMTL: des carottes ont été prélevées il y a environ 1 mois sur ND, aux abords de la future station St-Clément. :wink:

4 Likes

Sûrement au maximum un forage par "étui / boîte"d’échantillon. (Désolé, je ne connais pas la nomenclature exacte des boîtes!)

Voire plus d’un par forage, puisque la profondeur des forages doit amplement dépasser les 10 m, histoire de trouver la profondeur du roc non fragmenté pour éviter les risques d’effondrement de colonnes… (On ne voudrait jamais voir se produire ici l’histoire d’horreur du métro de Mexico cette semaine… :scream:)

6 Likes

Jonathan Cha, membre du Groupe de travail sur le Quartier Chinois de Montréal, était en entrevue à l’émission Le 15-18 avec Annie Desrochers cet après-midi

REM et le quartier chinois : Entrevue avec Jonathan Cha, urbanologue Rattrapage du jeudi 10 mars 2022 : Erreurs dans l’affaire Carpentier, et entrevue avec la Dre Liu

Pour faire écho aux articles publiés par CTV et CBC

3 Likes

The argument that “it’s about everyone” is simply a ploy to silence any local opposition. The residents and businesses of Chinatown have the right for their concerns to be taken seriously. It is them who this will affect the most. Saying “This is for the greater good, be quiet” to everyone just doesn’t cut it.

8 Likes

La séance d’info de ce soir est disponible pour visonnement incluant la séquence vidéo de la « promenade René-Lévesque » et de la place publique du Quartier chinois

https://www.icastpro.ca/events/caisse-de-depot-et-placement-du-quebec/m0iicv/2022/03/10/vision-d-architecture-et-d-integration-urbaine-du-rem-de-l-est-reinventer-les-axes-de-transport/play/30769

2 Likes

Reportage de CityNews

Community concern over new REM station in Montreal’s Chinatown

11 mars 2022

CityNews

“A disservice to the community,” explains Mohand Khouider, a local resident as the last vacant lot on the edge of Montreal’s Chinatown, will soon become a train station. Felisha Adam reports.

3 Likes

4 Likes
Texte intégral

REM de l’Est will ruin Chinatown’s landscape: critics

Less than two months after Quebec’s culture minister announced heritage protection for Chinatown, the provincial government’s REM de l’Est project is posing a new threat to the historic neighbourhood, advocates say.

Marian Scott • Montreal Gazette

“It’s two separate entities from the government not talking to each other,” said Jonathan Cha, an urbanologist and member of the Chinatown Working Group.

The $10-billion elevated light-rail project will create a massive visual barrier that will cut off Chinatown from its surroundings and block views that Montrealers have enjoyed for more than a century, he said.

Last week, CDPQ Infra — a subsidiary of the Caisse de dépôt et placement du Québec in charge of the project — unveiled some design changes it hopes will mollify critics who say the 32-kilometre driverless train network will cause an urban scar comparable to the Metropolitan Expressway.

The tweaks include replacing the utilitarian pillars of the original REM project on the West Island and South Shore with fancier ones and using a lighter colour of concrete.

The REM is also proposing a complete redesign of René-Lévesque Blvd. east of Bleury St. where the elevated train will emerge from an underground tunnel. However, the city of Montreal and Quebec would foot the bill for the improvements, including eliminating four lanes of traffic, adding a bike path and pedestrian walkway, creating an elevated park and lookout and building public squares around the train system’s 32 stations, CDPQ Infra said.

Cha noted the project would turn Jeanne-Mance St. into a dead end at René-Lévesque, preventing pedestrians, cyclists and drivers from circulating between the Quartier des Spectacles and Chinatown.

The elevated railway, topped by a four-metre-high noise barrier, will tower over the neighbourhood, blocking visibility, he said.

“Everything east of St-Laurent Blvd. will be completely blocked by this structure, so anyone coming from the east or from the north will not see the gate of Chinatown anymore,” he said.

“We will lose part of the urban landscape that has been built over the decades and centuries,” Cha added.

Asked about Cha’s comments on Sunday, CDPQ Infra said its engineers and architects “conducted a thorough analysis of existing architectural trends, heritage buildings and infrastructure in 12 communities on the 32-kilometre future network. Each community, particularly the Chinatown and downtown core, will benefit from specific designs.

“We will continue to work with all the stakeholders to make sure the project is perfectly integrated and continue to be optimized, as this new network is particularly important for the east of Montreal.”

But for Cha, the REM de l’Est is just the latest in a long list of government mega-projects since the 1960s that have hemmed in Chinatown on all sides.

“What is sad is that when they created the Ville-Marie Expressway, when they built the Guy Favreau Complex and Palais des Congrès, and when they enlarged René-Lévesque Blvd. (formerly Dorchester), all these major infrastructure projects really isolated Chinatown and this will just add to the barriers,” he said.

Cha also criticized the lack of public consultation on the project, especially considering that the city of Montreal and Quebec’s culture ministry have been working with community organizations in Chinatown for more than two years to chart a future for the district, hard hit by the pandemic and threatened by real-estate development.

“It seems that there’s no dialogue, and that there’s no understanding of the whole process that was done over the past two or three years between the community and the city of Montreal and the Ministry of Culture,” he said.

In January, Culture and Communications Minister Nathalie Roy announced that two historic buildings, as well as the block bounded by de la Gauchetière, St-Urbain and Côté Sts. and Viger Ave., would be classified as provincial heritage sites, meaning they cannot be demolished or altered without her authorization.

Mayor Valérie Plante has enacted zoning limits and municipal heritage status for all of Chinatown.

“When the community and even the city of Montreal are not involved in the design or in the implementation of structures that change not only the landscape, but also the identity of the area in the city, in 2022, this makes absolutely no sense,” Cha said.

Community organizations in Chinatown are asking that the underground portion of the rail line continue east of Bleury. CDPQ Infra has only agreed to bury the portion between Robert-Bourassa Blvd. and Bleury.

The top-down way the REM de l’Est has been managed so far raises fundamental questions about the entire project, Cha said.

Before committing to a major transportation project, decision-makers should hold consultations, involve all levels of government, including the city and transit agencies, confer with experts in the field, and ask the right questions, he said.

“Is this the right thing to do? Are we connecting the right areas of the city? Does this really help the citizens? Does this really contribute to decreasing the number of cars in the city?” he said.

“Public consultation, understanding the different needs and including them in the design of a project” are essential, he said.

Plante has said she wants the city to have a seat at the table, to help planners better integrate the REM de l’Est into the urban landscape.

Given its huge price tag, it could be decades before Montreal sees another major transit initiative, so it’s important to get it right, Cha said.

“I think as a society, we need to ask for more excellence,” he said.

“Everyone who lives in Montreal will see the REM every day,” he added.

mscott@postmedia.com

1 Like

REM: Plante veut protéger le Quartier chinois

Félix Lacerte-Gauthier | Agence QMI | Publié le 14 mars 2022 à 13:26


Photo Agence QMI, Joël Lemay

Bien que des craintes aient été soulevées sur les conséquences qu’aura le REM de l’Est sur le Quartier chinois de Montréal, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, assure que la Ville veut le protéger.

«La ville de Montréal et le gouvernement, on s’est engagé dans un processus de protection du patrimoine du Quartier chinois. C’est évident que peu importe le projet qui s’en vient, le REM de l’Est doit aller dans le sens du travail qui a été mis en place», a-t-elle indiqué, lundi, au cours d’une mêlée de presse.

Elle ajoute comprendre les préoccupations actuelles, et souligne que la présence de la Ville au sein de la table décisionnelle lui permettrait d’avoir plus de poids sur ces enjeux. Il s’agit d’une demande sur laquelle Mme Plante insiste depuis sa réélection.

En août, le Groupe de travail sur le Quartier chinois avait soulevé pour la première fois ses inquiétudes par rapport à l’arrivée du REM de l’Est dans le secteur, estimant qu’il porterait atteinte à l’intégrité «de son milieu vivant et construit».

Le Groupe de travail a réitéré ses inquiétudes lundi matin à La Gazette, quelques jours après le dévoilement des premières esquisses du projet par la CDPQ Infra.

Ministre responsable de la région de Montréal, Chantal Rouleau avait indiqué, plus tôt au cours de ce même point de presse, que des discussions sont en cours entre le gouvernement, la Ville et la Caisse de dépôt, afin d’assurer «la meilleure gouvernance» pour que le projet soit un succès.

Elle a aussi assuré que l’intégration urbaine du projet demeurait une priorité. «On établit quels sont les besoins financiers, et le gouvernement est au rendez-vous pour s’assurer de la meilleure intégration possible», a-t-elle indiqué.

En campagne électorale, Mme Plante avait promis d’investir la somme de 500 millions $ pour assurer l’intégration urbaine du projet. Une somme qu’elle estime cependant insuffisante, compte-tenue des besoins. Elle demande donc au gouvernement d’y contribuer également.

1 Like

Le Quartier chinois sera protégé « quoiqu’il arrive », martèle Plante


IMAGE FOURNIE PAR CDPQ INFRA
D’après les plans de présentés la semaine dernière, la station Saint-Urbain du futur REM de l’Est serait notamment construite aux portes du Quartier chinois, sur le site d’un terrain de stationnement abandonné.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, assure que tout sera fait pour protéger le Quartier chinois, « quoiqu’il arrive avec le REM », au moment où des voix s’inquiètent pour le futur de cette zone emblématique du centre-ville.

Publié à 14h36
HENRI OUELLETTE-VÉZINA
LA PRESSE

« À la Ville de Montréal et avec le gouvernement du Québec, on s’est lancés dans la protection du patrimoine et de l’âme du Quartier chinois. Donc quoi qu’il arrive avec le REM, nous devons faire en sorte que ce pour quoi nous travaillons, et ce qui doit être fait pour protéger cette zone, soit fait », a martelé en anglais Mme Plante lundi matin, en marge d’une conférence de presse.

Vers la fin du mois de janvier dernier, Québec et Montréal avaient en effet confirmé leur volonté de « protéger le caractère unique » du cœur du Quartier chinois. Des avis d’intention ont été déposés par la ministre de la Culture, Nathalie Roy, visant essentiellement le « noyau institutionnel » du Quartier chinois, au sein du quadrilatère entre les rues Jeanne-Mance, Saint-Urbain, De La Gauchetière et l’avenue Viger Ouest. L’arche emblématique, à l’entrée du quartier, sera aussi protégée, tout comme l’édifice de la British and Canadian School et le site de l’ancienne manufacture S. Davis and Sons.

Les inquiétudes du Groupe de travail sur le Quartier chinois en lien avec le REM restent toutefois vives. Son porte-parole, Jonathan Cha, affirme que les nouveaux plans de CDPQ Infra posent plusieurs enjeux.

« Avec l’immense bâtiment qu’ils projettent près de l’Arche, celle-ci ne sera même plus perceptible venant de l’est, de l’ouest comme du nord. C’est pourtant un élément symbolique marquant l’entrée du quartier », a déploré M. Cha en entrevue avec La Presse à ce sujet.

« Déjà enclavé »

Selon les nouveaux plans de CDPQ Infra, qui ont été dévoilés la semaine dernière à la population, la station Saint-Urbain du futur REM de l’Est serait notamment construite aux portes du Quartier chinois, sur le site d’un terrain de stationnement abandonné. La structure aérienne passerait au-dessus.

Le Quartier chinois a déjà été enclavé par l’autoroute Ville-Marie et l’élargissement du boulevard Dorchester devenu René-Lévesque. Puis là, on viendrait encore davantage créer une facture, une limite, une barrière.

— Jonathan Cha, porte-parole du Groupe de travail sur le Quartier chinois

M. Cha craint en outre que la sortie du tunnel qui sera aménagé sur René-Lévesque, selon CDPQ Infra, fasse disparaître la connexion entre le Quartier des spectacles et le Quartier chinois. « Ça pourrait amener une réduction importante du trafic et donc, sur la fréquentation d’un certain nombre de commerces. Et pour les résidents, c’est aussi leur imposer une structure dans le visage », fustige encore le porte-parole.

Il soutient qu’une version « plus souterraine », avec « au moins une station supplémentaire en souterrain », serait plus judicieuse. « À partir du moment où on a une structure aérienne ici, les bâtiments emblématiques n’auront plus la même prestance dans le paysage urbain. Ça va être dommageable », insiste Jonathan Cha.

Valérie Plante, qui milite depuis plusieurs mois pour des discussions plus ouvertes avec la Caisse de dépôt, affirme quant à elle que la présente situation illustre encore une fois « l’importance d’avoir la Ville de Montréal autour de la table » de décisions dans le projet du REM de l’Est. Elle dit vouloir ainsi « s’assurer que tout le monde est entendu, que la population est d’accord ».

À ses côtés, la ministre responsable de la Métropole, Chantal Rouleau, a d’ailleurs certifié lundi que « des discussions se font à l’heure actuelle avec la Ville, CDPQ Infra et le gouvernement » pour assurer « la meilleure gouvernance possible » entourant le projet. « On est au rendez-vous », a-t-elle aussi assuré, en réitérant que Québec allongera des sommes en plus pour l’intégration du réseau de transport, une priorité pour toutes les parties, selon l’élue.

1 Like

Est-ce que Cha souhaite simplement que la station soit souterraine, ou qu’il y ait plus d’une nouvelle station pour le quartier? C’est très différent des commentaires de Chan. Les 2 organismes sont indépendants, mais ça semble être un élément sur lequel ils devraient être alignés.

1 Like

Moi je le lisais comme “une station souterraine de plus après Robert-Bourassa”

4 Likes

Ouf, yeah that looks very out of place in that area, I don’t like it.

1 Like

Cacher une station hyper-laide en plaçant un éventail géant devant elle dans le rendu ? Belle décision marketing, je suppose.

Les éventails géants deviendront-ils une tendance ?

1 Like

Hyper-laide? Vraiment? Ordinaire, tout au plus.

Commentaire comme ça!

La station Saint-Laurent se connecterait bien au RESO, et permettrait ultimement de connecter Carré Saint-Laurent, TNM, Maison de Développement Durable, Hydro-Québec qui lui est connecté au Complexe Desjardins via un tunnel il me semble…

Également elle créerait une belle synergie avec celle de la ligne verte perpendiculaire à quelques centaines de mètres plus haut…

Également, ça voudrait dire que le Feu Red Light de Montréal serait bouclé par ses extrémités par des métros souterrains…

100 ans après son émergence…