Reconstruction Poste Hydro-Québec Berri

On ne construit pas un poste électrique seulement pour les besoins du présent mais surtout pour l’avenir. Raison de plus de s’assurer de son intégration parfaite dans le quartier, c’est-à-dire en souterrain pour éviter d’hypothéquer l’espace public d’une construction certes nécessaire, mais certainement pas souhaitable en surface en plein coeur d’un quartier que l’on souhaite revitaliser.

Tout le monde comprends que les projets du genre en souterrain coutent nécessairement plus cher. Cependant on est au coeur du Quartier Latin et à côté d’un des immeubles culturels parmi les plus emblématiques de Montréal. Et comme si ce n’était pas suffisant, le quartier en lui-même souffre d’un déficit chronique d’espaces verts.

On est ici dans le même genre de problématique qu’avait suscité le REM de l’est sur René-Lévesque. Or la population s’est objecté fortement et le projet a été annulé. Ici il s’agit d’empêcher d’enlaidir durablement un site beaucoup trop stratégique visuellement parlant, en permettant de le détruire pour qu’Hydro-Québec puisse faire des économies sans égard aux conséquences négatives durables sur le paysage urbain des environs.

On a coupé la ville en deux avec la construction de l’autoroute Ville-Marie, encore une fois pour sauver de l’argent. Une erreur urbanistique qui nous coute une fortune aujourd’hui pour essayer de réparer le mal et on est encore loin d’y avoir complètement remédié.

Donc aux grands maux les grands moyens. On parle beaucoup à Montréal de patrimoine en péril généralement par démolition. On a ici le cas inverse, risquer de détruire irrémédiablement le voisinage immédiat de la Grande Bibliothèque, par la construction d’une installation technique envahissante et totalement inesthétique. Cette dernière en plus de défigurer une seconde fois l’image de la rue Berri, priverait de façon permanente la population riveraine d’un des rares espaces verts potentiels du quartier. :-1:t2:

Il y a quelqes photos de postes électriques sur la page FB de Kollectif

Kollectif est préoccupé par l’arrivée d’un poste électrique dans le Quartier latin, à Montréal. Voici notre lettre ouverte, qui exige d’Hydro-Québec une approche exemplaire pour son concours d’architecture, ainsi qu’une réflexion approfondie quant à l’avenir de l’infrastructure actuelle, qui devrait aller au-delà d’un simple démantèlement.

450666479_1080993477106824_461401700403680708_n
Denny Substation, Seattle Seattle City Light Denny Substation | NBBJ


Elephant and Castle Energy Hub, Londres Morris+Company

450359210_1080993423773496_5389290653678445565_n
Powerhouse Arts, Brooklyn Powerhouse Arts — PBDW Architects

450480974_1080993440440161_3864922735572299286_n
Poste électrique actuel à convertir plutôt que de le démolir.

450464748_1080993417106830_7308775806754257601_n
Poste Viger d’Hydro-Québec qui leur vaut, en 1982, le Prix d’excellence en architecture de l’Ordre des architectes du Québec.

2 Likes

Ça résume assez bien la pensée du NIMBY… Tout doit être enterré, rien ne doit être visible, peu importe les coûts… En tranché, comme Décarie, ça sépare un quartier en deux. Au sol, comme toutes les autres autoroutes, idem. Même surélevé, comme la Métropolitaine ou le REM, c’est laid.
Ça ne serait tardé que les groupes vont demander de faire les futurs développement résidentiels et commerciaux en sous-terrains aussi ! Imaginez, 100 étages sous terres, avec qu’un parc en surface !

C’est un peu un raccourcis facile et une dramatisation inutile du commentaire.

Il ne s’agit pas d’un petit enjeu urbain. On parle ici de condamner un site névralgique de notre centre économique à n’être qu’un élément technique pour le siècle à venir. Il faut voir plus loin que le bout de son nez et de se questionner sur les moyens de ne pas se tirer dans le pied inutilement.

L’enterrer pour permettre de construire 1000+ logements au-dessus en est un. Il y en a d’autres.

Accepter de regarder notre ville pourrir et se limiter dans son développement, ce n’est pas une option, et ce n’est surtout pas du NIMBY, ce fameux mot à la mode quand le sujet devient trop complexe. C’est plutôt de la conscience sociale, de la sécurité économique, de l’ambition, de la vision d’avenir. Le genre de choses que Montréal semble de moins en moins avoir, malheureusement.

5 Likes

Malheureusement, non. Le premier site d’Hydro, c’était l’îlot Voyageur, mais la ville à refuser de permettre un poste de transformation sur un site qu’elle voulait développer.
Et construire par-dessus un poste de transformation, je ne crois pas que ça soit possible, n’importe où dans le monde ! Le risque d’incendie demeure relativement trop élevé pour permettre de construire au-dessus ! Dorchester est probablement l’exception parce que le siège social d’Hydro est par-dessus, mais construire du résidentiel, je doute que ça soit possible.

Mais je doute que les opposants actuels veulent plus d’un développement de 1000 logements sur le site de la BANQ !

La lettre dit littéralement: «Il faudrait également ouvrir la porte à une mixité d’usages.» Noir sur blanc. Mixité d’usages. Ajouter un autre usage. Pas annuler le projet, pas ne rien faire, pas tout enterrer et ne plus jamais rien voir. Ouvrir la porte à une mixité d’usages. Ça me semble plutôt clair!

Oui, l’option du résidentiel est complexe, mais aucunement impossible. Faut juste ne pas toujours se mettre des barrières. Deux bâtiments résidentiels ont récemment été construits directement à côté des installations de Hydro-Québec de la rue Queen. Peut-être qu’on pourrait construire un bâtiment résidentiel étroit sur Berri et le poste derrière, semi-enterré, avec d’autres fonctions par-dessus?

Bref, faut juste réfléchir à long terme, penser comme une vraie ville qui se soucie de son avenir et pas toujours avoir peur des méchants NIMBY imaginaires.

5 Likes

Le poste électrique Adélard-Godbout (en jaune) a un étage souterrain et deux étages hors sol. Il est assez bien intégré avec son environnement.

Cependant, le poste voisin, poste Central, (en bleu) est très visible pour les résidents des deux immeubles au nord. Au niveau du sol, le muret de brique masque assez bien les équipements derrière en plus du petit parc sur la rue Wellington qui ajoute de la verdure au secteur. Selon le cadastre, le parc est sur le terrain d’Hydro

2 Likes

Peut-être parce que le poste Central-2 est en voit d’être fermé, remplacé par le poste Viger-2. Il s’agit d’un vieux poste de 120kV-12kV, tout comme celui Adélard-Godbout (120kV-25kV) juste de l’autre coté de la rue Queen, qui verront leur transformation relocalisée au poste 315kV-25kV Viger-2.
S’agit de savoir les normes de dégagements et de sécurité requis pour ces tensions plus élevées…

En fait le poste est derrière le siège social.

Hydro prévoit décommissioner Adélard-Godbout et Central?
Des travaux ont été faits récemment dans le bassin Peel pour un nouveau lien souterrain

2 Likes

Sauf que je ne crois pas que le code du bâtiment permet la mixité de ces usages. Un poste électrique c’est de l’industriel et ça ne peut pas être combiné avec le résidentiel

les terrains de HQ dans le Vieux-MTL ont leur propre zonage

image

l’usage est mixte, et non industriel

J’aimerais bien voir ce poste électrique être convertie en espace pour l’art contemporain. Hydro-Québec possède une importante collection d’art contemporain et pourrait donc utiliser ce lieu. Une collection privée pourrait également transformer ce lieu, tel la fondation Giverny ou la collection des Bronfman par exemple. Ou encore, à la fin de ses travaux d’agrandissement, le Musée d’art contemporain aura déjà besoin de plus d’espace. Il pourrait y ouvrir un espace satellite comme le MoMA l’a fait.

7 Likes

Je parle de la classification dans le code du bâtiment, le zonage mixte peut être un mix d’usage (industriel faible avec bureau), ce qui est 2 classifications dans le code du bâtiment (D & F).
Dans le CNB on ne peut avoir du F2 (industriel moyen) chose qu’une poste de électrique est clairement, avec du C (résidentiel) alors même si municipalement c’est zoné en ‘‘mixte’’ la combinaison n’est pas possible

Je n’ai pas Facebook. Est-ce que tu pourrais leur partager cet exemple du poste Keilaniemi en Finlande:

https://www.virkkunenco.fi/project/keilaniemi-electrical-substation

1 Like

Peut-être pas à court terme. Le 12kV va coexister avec avec le 25kV pendant la transition, qui peut prendre des décennies ! Mais oui, je crois que Central-2 sera appelé à être décommissionner puisque Adélard-Godbout est déjà en 25kV, et que Viger-2 (des Irlandais sur ton document) devrait fournir la balance de la puissance requise. Tous les postes 12kV sont voués à disparaître. À savoir ce qu’Hydro en fera ensuite, c’est une autre histoire tout de même !

C’est le même problème avec le poste Berri actuel. Il fournit du 12kV alors qu’Hydro migre ses équipements vers du 25kV. Mais les 2 doivent coexister pendant la transition, d’où le besoin de nouveaux postes, et l’impossibilité de juste convertir les postes existants.

Exactement, il faut connaître les contraintes et travailler avec.
Et éventuellement, les faire évoluer. On sait qu’au Québec on a tendance a aimer les normes qui ajoutent les bretelles à la ceinture.

Ce cas est particulier, il demande une approche particulière.

1 Like

Vouloir protéger la qualité paysagère de la ville, particulièrement dans certains quartiers anciens et aussi bien sûr au centre-ville. C’est faire preuve de responsabilité et d’intérêt pour la beauté du territoire urbain, mais aussi pour le bien-être qui en découle pour les citadins. Quand on construit c’est pour longtemps et si on dévisage un secteur sans égards aux conséquences vis à vis de la population. Alors on erre sur le plan humain, car les villes sont d’abord des milieux de vie qu’il faut embellir, préserver et améliorer pour le bénéfice de tous. Tout le monde apprécie de beaux aménagements publics et cela n’a rien à voir avec une quelconque forme de nymbyisme.

1 Like

C’est une vraiment bonne idée. Musée d’Art contemporain - Édifice Berri.

Il est magnifique pour faire ça, et la possibilité de mettre une toit terrasse avec une vue incroyable sur la ville aussi. Ou un agrandissement vers le haut. Idéalement situé, proche du transport collectif et des institutions de création artistiques aussi.

100% pour cette idée de requalification. Ce bâtiment, de toute façon, est clairement un bijou brutaliste à protéger.

15 Likes

La ligne haute tension qui va alimenter new york est entierement sous la riviere hudson.

La partie au Quebec comme d habitude en aerien.

Hydro Quebec va toujours inventer des escuses pour dire que c’est trop chere et pas faisable.

2 Likes