Plan de relance pour le centre-ville

Discussion sur la relance du centre-ville


Bonjour,

Je fais un appel à la mobilisation afin de supporter, soutenir et encourager nos commerçants et nos restaurants du centre-ville qui passent une période difficile depuis quelque temps. Mais aussi pour démontrer à la population du Grand Montréal et du Québec que le centre-ville est non seulement ouvert mais qu’il est bel et bien vivant, dynamique et toujours aussi achalandé.

L’idée est toute simple, soit d’organiser un évènement pour marquer la relance officielle du Centre-ville. Pas un festival, pas un plan à moyen ou long terme, pas un spectacle grandiose mais une multitude de petites activités bien étaler partout au centre-ville et pour tous les gouts. Le tout pour une durée de quelques jours. L’idéal, selon moi, serait fin avril ou début mai.

J’ai donc naturellement pensé à vous, Destination Centre-ville, qui pourriez piloter ce genre d’évènement et réunir les grands acteurs de la scène municipale comme Tourisme Montréal, la Chambre de Commerce, l’arrondissement Ville-Marie, le Centre Eaton, la place Ville-Marie, Culture Montréal etc.

Voici donc des activités qui pourraient figurer lors de cet évènement et qui auraient pour effet de créer un buzz, d’attirer les gens et d’envoyer un signal fort et positif.

J’aime mon centre-ville.

I love downtown. Me gusta Santa-Catarina.

  1. Transport en commun gratuit
  2. Stationnement de rue gratuit
  3. Stationnement intérieur à prix fixe, genre $10 pour la journée
  4. De l’animation familiale au Quartier des spectacles avec l’ouverture de la fontaine et la participation de musiciens et/ou de clowns
  5. Ouverture des commerces 24h ou au moins jusqu’à minuit
  6. Des animateurs de rues pour sonder les gens sur ce qu’ils aimeraient avoir au centre-ville
  7. Des gens du REM pour nous expliquer le développement de ce projet grandiose
  8. Séances de photos en ville avec des célébrités, des artistes ou des musiciens
  9. Le lancement de la saison 2022 du Bixi
  10. Fermeture de la rue Sainte-Catherine, de Peel et de Crescent pour le samedi et dimanche
  11. Tirage de prix pour les gens ayant acheté pour plus de $100 au centre-ville
  12. Des danseurs de Carifiesta sur l’esplanade de la place Ville-Marie
  13. Des danseurs de salsa devant La Baie et la nouvelle place du Square Phillips
  14. Des danseurs autochtones autour square Cabot
  15. Tous les musées à $5
  16. Prix spéciaux dans les hôtels
  17. Inviter les organisateurs de la Saint-Patrick, sur Crescent avec chapiteau par exemple
  18. Les pompiers et policiers en présence partout pour photos avec enfants
  19. Séance de Yoga géante
  20. Séance de signatures et photos avec des sportifs (Joueurs du Canadiens, des Alouettes, du CF Montréal etc.)
  21. Inviter des athlètes qui auront participé aux olympiques
  22. Créer un tam tam géant
  23. Faire participer les médias, francos et anglos et allophones avec leurs animateurs et personnalités
  24. Les grands propriétaires immobiliers pourraient être de l’évènement pour nous parler de leurs immeubles et leurs futurs projets
  25. Porte ouverte pour les projets en constructions avec bureaux de ventes
  26. Les grandes universités avec leurs milliers d’étudiants
  27. Bien sur tous les politiciens de la région montréalaise devraient être sur place
  28. Inviter les associations/organismes communautaires
  29. Afficher des banderoles dans toutes les langues souhaitant la bienvenue à Montréal
  30. Profiter de l’évènement pour honorer une ou des personnalités ayant œuvrer pour Montréal
    31- Joueur de cornemuse devant Ogilvy

Et le tout pourrait coïncider avec l’annonce de la Mairesse de nouveaux projets pour le centre-ville ou pour l’inauguration d’un projet arrivé à terme. On pourrait jumeler le tout avec le grand nettoyage des rues et parcs du printemps.

Nous avons plus de 2 mois pour créer un buzz, une dynamique positive pour relancer le centre-ville alors il faut s’y mettre et faire quelque chose.

8 Likes

Ironically the person I know at the PSSA (the one who did the Montreal International event) is doing the same thing. I will ask if I can post what they said once I get their consent.

edit, they said yes, however I am personally just gonna send the list, since the rest is them asking if they can get involved in the process There is a lot of similarities with what I write here and what he said, but that’s cause he’s the one who taught me all this lol. For a young person, he’s very knowledgeable.

In order for downtown Montreal to thrive post-covid, the following needs to be done.

  1. Officially recognise the new downtown Montreal boundaries, which encompasses all of Ville-Marie, Milton Parc & Griffintown
  2. Lobby for downtown to become an economic zone, where tax credits can be given to companies that
    A) Relocate their offices downtown or to attract HQ’s from elsewhere to set up shop in downtown (seen in Denver, Portland, Los Angeles)
    B) Renovate old buildings to either rent them out for modern office spaces or convert them to affordable housing
    C) Tax credits for businesses to open up in vacant storefronts, (applies to restos, bars, retail, etc…)
    D) Tax credits to build and maintain affordable housing in projects (as another option to 20/20/20 and seen in the 4D program in Minneapolis)
    E) Lobby for taller buildings, while respecting Mont Royal
    F) Lobby for downtown to become an autonomous zone.
  3. An intensive mural campaign must happen downtown and all murals must be protected and not blocked/built over
  4. More pedestrian friendly streets, in summer and winter
  5. Ensure Rene-Levesque gets a major renovation with heated sidewalks, trees, furniture, art/sculptures and bike lanes.
  6. Lobby that downtown Montreal becomes an official 24/7 zone, where all forms of business can operate 24H a day, 7 days a week.
  7. Set up more festivals and events downtown, all year round and beyond Quartier des Spectacles. This will ensure all areas of downtown will benefit during festival times. Festivals can be either music, art, performance, cultural, etc…
    7A. Bring back successful festivals that were present for the 375th
  8. Create a program where major buildings get lighting packages/projections on buildings. This will improve the downtown dynamic and help with light therapy.
  9. Lobby with the city of Montreal or government of Quebec to help fund a free trolley service that services all of downtown (ex: Miami with their trolley system and half penny tax)
  10. Increase mobility by adding ramps to all businesses, to help ease people with mobility issues.
  11. Public washrooms with free and sustainable menstrual products available for people who need them
  12. Composting bins downtown to ensure we are sustainability leaders!
  13. A more intense marketing strategy that shows off growth of the downtown with how many people live here/moved here, which businesses have opened new offices here, new restaurants, etc. This will include quarterly reports and how Montreal compares to other downtowns
  14. Coupon program for businesses to entice more clientele to dine or visit their respective establishments.
  15. Market and publicise more events to not only Montrealer’s, but all of Quebec to ensure more people visit and partake in events.
  16. Ask for permission to allow buskers to perform at all hours downtown.
  17. Ensure year-round events for tech and all other economic fields.
  18. Lobby with the Quebec government and/or partner up with Montreal International to implement a special program for additional funding/tax breaks for businesses to relocate from other cities to Montreal. (Can be done via economic zones or as a backup)
  19. Bring back all country flags that were present on Sherbrooke street in 2017, so everyone in Montreal, Quebec, Canada and the world can see how many cultures live and make Montreal what it is.
  20. Heavy emphasis on pedestrian interactive activities (control lights/animations on buildings or areas) or a competition for Montrealer’s to submit designs that can be displayed on a week to week basis, thus giving 52 different options.
  21. Establish a brand new arts district, where murals occupy all buildings and a place with high concentration of art galleries, art festivals, shops, etc
  22. Officially mark St. Catherine street from Atwater to Guy as Koreatown
  23. Implement an official assistance program for businesses affected by construction (With the city of Montreal or Quebec)
  24. Smaller streets that are rarely occupied by vehicles to be transformed to pedestrian places where festivals or events can take place, art is on display or even small public parks.
6 Likes

That’s great. The more people get involve, one way or another, the better it will be for the city and for Downtown. What you posted is a very good plan, I love may things about it and I think it should be presented to local officials. But it is more of a mid to long term plan which is very much needed in order to allow the downtown core to reinvent itself.

You can also send them my idea. I will work on it all week end long and then I will send it to Destination Centre-ville as i’m sure Glen Castanheira will have a look at it, he’s very open and eager to make things work. I will also send it to Tourisme Montreal and the CCMM. Hopefully they can get together and make this small project work, Or do something similar.

1 Like

Im sure all off the above will help way more than colored wood stools and other tacky stuff that we have been seeing all over the place for the last two years. Takes a real vision though…

1 Like

Il n’y a pas nécessairement d’opposition entre les deux. Pour pratiquement tout le monde forcé en télétravail que je connais, la programmation estivale du centre-ville a été le motivateur d’aller y faire un tour. C’est la base d’avoir un achalandage. Les objectifs à long terme décrits plus haut sont intéressants et importants, mais il ne faut pas sous-estimer l’aspect fondamental de créer une destination, d’avoir des photos sur Instagram des installations, etc… Les gens se déplacent pour ça dans l’immédiat, pas pour un rabais de taxe à un commerce ou un proprio, même si une telle mesure est complètement légitime et importante, pour d’autres raisons ou un impact sur le long terme. Et c’est évident que bien des installations ont été temporaires, créées dans l’urgence et ça se sent, mais il y a plusieurs installations intéressantes qui, j’espère, vont devenir permanentes.

3 Likes

Je crois que plus il y a d’activité, mieux c’est. Tout simplement parce que le centre-ville d’une grande ville doit être vivant, bouillonnant et extrêmement dynamique. Il faut que ca bouge et qu’on sente l’énergie. C’est le propre d’un centre-ville que d’être tout le temps en mouvement.

Donc je suis plutôt favorable à des installations permanentes car peu importe le jour ou la période de l’année, elles sont présentes. Mais des activités de saisons temporaires sont toujours les bienvenues, c’est sur.

Si certains d’entre vous avez des idées pour un évènement ponctuel alors n’hésitez pas à le dire car je pourrai les ajouter à la liste ci-dessus que j’ai l’intention de faire parvenir à quelques organismes le plus tôt possible afin de créer un engouement et de faire quelque chose.

3 Likes

L’intention est bonne. Le résultat a souvent été moche. Du bois peint à la va vite de toutes les couleurs un peu partout je trouve ça enfantin surtout. Et les installations étaient souvent assez sales comme si on ne faisait pas d’effort pour les garder propres.
Un autre exemple éloquent c’est les deux casses noisettes gonflables sur Ste Catherine à Noël. On les a planté là. Juste comme ça. Pour la deuxième année consécutive. Aucune vision d’ensemble. Aucun effet waw. Ça faisait cheap. Faudrait peut être regarder du côté de Paris pour voir ce qu’on peut faire de grandiose pour notre artère principale !

On a beaucoup de talent à Montréal ! Je pense à Moment Factory à qui on pourrait faire appel. Ça ça attirerait du monde ! Une Ste Catherine qui brille de mille feux. Pour l’instant c’est terne. C’est mon ressenti peut-être que d’autres en on un différent.

1 Like

Oui, honnêtement, j’ai ressenti une certaine gêne cette année avec l’allure général de la rue Sainte-Catherine. Que certaines rues soient négligées, comme René-Lévesque, Saint-Antoine etc. je ferme les yeux. Mais que Sainte-Catherine le soit à ce point cela ne peut rester ainsi.

Par contre, je veux arrêter de critiquer les administrations successives et passer à l’action. Je me dis que si les gens ne se prennent pas en main alors pourquoi les autorités en feraient plus. Alors c’est à nous de proposer et d’organiser des évènements et je suis persuadé que la ville va suivre en voyant l’engouement des gens. Les budgets de décos devraient peut-être aller au commerçants pour qu’eux installent les décorations désirés. Mais il manque indéniablement d’effet ‘‘WOW’’ sur Sainte-Catherine. Aucun doute.

2 Likes

J’ajoute à la liste d’idée pour un évènement ponctuel une possibilité d’ouverture des commerces jusqu’à minuit pour les commerçants qui le souhaiteraient. D’ailleurs, certains suggère de le faire en tout temps. Et c’est effectivement une bonne idée

1 Like

À la rescousse du centre-ville

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Le centre-ville de Montréal

Mario Girard

Mario Girard La Presse

Comme promis lors de la campagne électorale, l’administration Plante lance un vaste chantier pour venir à la rescousse du centre-ville de Montréal. En fait, il faudrait plutôt parler d’une opération visant à fortifier le soutien déjà mis en place depuis quelques années.

Publié à 7h00

Partager

La teneur de ce plan appelé Vers une stratégie centre-ville renouvelée 2022-2030 a été annoncée en octobre dernier. Lundi, on a présenté une liste d’orientations ciblées au cours de la dernière année par des gens provenant de divers milieux.

Je vous invite à aller jeter un coup d’œil au document, même si, pour le moment, tout cela demeure très vague et relève d’un vocabulaire platement bureaucratique. On compte mener des consultations en avril pour arriver à un plan d’action plus précis en juin.

C’est Luc Rabouin, responsable du développement économique et commercial au sein du comité exécutif, qui est chargé de diriger ce projet. Celui qui est aussi maire du Plateau-Mont-Royal fait grand usage du mot « verdissement » quand il évoque ce plan.

On veut embellir et verdir le centre-ville. On le veut bien, mais encore ?

Je me suis entretenu avec lui lundi, en fin de journée. Je lui ai d’abord demandé à quoi allait servir le milliard de dollars qu’on accole pompeusement à ce plan ambitieux. Il m’a finalement expliqué que cette somme sert déjà au projet de réaménagement de la rue Sainte-Catherine, de l’avenue McGill College et de la rue Peel.

« Le milliard, c’est essentiellement pour ça », m’a-t-il dit.

Si, comme moi, vous avez cru que cet argent, qui faisait partie des promesses électorales, allait servir à de nouveaux projets, sachez que ce n’est pas tout à fait le cas.

Parmi les idées qui circulent, il est question d’un projet d’agrandissement du Palais des congrès, de changement de vocation d’édifices de bureaux, d’aménagement de places publiques, de réaménagement de grandes artères, de développement de nouveaux quartiers et de création de parcs et d’écoles.

Pour réaliser toutes ces idées, il faudra donc aller chercher de l’argent supplémentaire d’Ottawa et de Québec. L’administration Plante souhaite d’ailleurs obtenir dans un premier temps 125 millions de dollars du gouvernement du Québec pour l’aider à réaliser quelques-uns de ces projets.

On comprend que les consultations du mois d’avril serviront à aller chercher la collaboration et l’engagement du milieu des affaires et des gouvernements (ça sert à ça, les consultations publiques…).

Maintenant que l’on voit plus clair, il faut voir ce que l’administration Plante fera concrètement avec cet objectif de maintenir en vie un centre-ville qui, à l’instar d’autres au Canada et dans le monde, continue (et continuera) de subir les effets des nouvelles réalités qui nous assaillent.

Je pense au télétravail, au phénomène des vidéoconférences, à l’enseignement à distance, à l’essor du commerce électronique et à celui de l’étalement urbain.

Rappelons que le centre-ville de Montréal est un vaste territoire qui s’élance du canal de Lachine jusqu’au versant sud du mont Royal, puis qui va de la rue Atateken jusqu’à l’avenue Atwater. Cette zone, qui rassemble trois arrondissements (Ville-Marie, Plateau-Mont-Royal, Sud-Ouest), est faite d’une grande mixité sociale et d’activités commerciales aussi nombreuses que diversifiées.

Dans ce contexte, je trouve que la réflexion qui portera sur la transformation de bureaux, de plus en plus désertés, en unités résidentielles ou en bureaux adaptés aux besoins des PME est très intéressante.

Si les grandes tours de catégorie A n’ont pas de problème d’occupation, les immeubles de catégories B ou C auraient intérêt à ce qu’on leur permette de changer de vocation. Les propriétaires qui le souhaitent pourraient créer des espaces résidentiels ou vendre leurs immeubles à des promoteurs ou à la Ville, qui effectueraient cette transformation.

Mais attention, la Ville de Montréal a bien l’intention de jouer au chien de garde dans cette mutation en exigeant une mixité ou en se réservant le droit de faire l’acquisition de certains immeubles.

« Il y a des immeubles du centre-ville qui ont été négligés, soutient Luc Rabouin. C’est une occasion pour les propriétaires de s’en départir. Ça pourrait nous fournir la possibilité de les acquérir. Et ce que la Ville vise, c’est une mixité d’usages dans le même immeuble. On imagine, par exemple, du commercial au rez-de-chaussée, des bureaux à l’étage et du résidentiel plus haut. »

J’ai très hâte de voir ce qui sera décidé au terme des consultations du mois d’avril et avec quel type de plan on se retrouvera. Car si les grands chantiers en cours sont issus d’une période prépandémie, il faut souligner la souplesse de l’administration en place, qui n’hésite pas à revoir son plan d’action en fonction de ce que l’on vit.

Traitez-moi de naïf ou de romantique, mais je fais partie de ceux qui croient que tout n’est pas perdu pour le centre-ville de Montréal et qu’il saura s’adapter à cette période de turbulences.

Je crois même qu’il s’apprête à vivre l’un des plus beaux étés de son existence.

Consultez En route vers une stratégie renouvelée pour le centre-ville 2022-2030
https://www.lapresse.ca/actualites/chroniques/2022-02-22/a-la-rescousse-du-centre-ville.php

2 Likes

Pour un déconfinement rapide du centre-ville

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Michel Leblanc, président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

Les employés de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain vont reprendre dès lundi leur travail en mode hybride à raison de trois jours de présence au bureau par semaine. Son président Michel Leblanc souhaite que les employeurs et les employés de la métropole suivent eux aussi rapidement cet exemple de retour accéléré pour que le centre-ville de Montréal cesse de se déstructurer et se refasse urgemment une santé financière.

Publié à 6h00

Partager

Jean-Philippe Décarie

Jean-Philippe Décarie La Presse

Après deux ans de pandémie et de confinements successifs et serrés, Montréal est l’une des villes qui ont été les plus affectées par le télétravail obligatoire et les mesures sanitaires qui ont forcé la fermeture des restaurants, bars et salles de spectacles. Montréal a été beaucoup plus touché que des villes comparables en Amérique du Nord et en Europe où ces activités se sont poursuivies, constate le président de la CCMM.

« Ça fait deux ans que l’on sonne l’alarme et de façon plus importante depuis six mois. Il y a eu beaucoup de fermetures. La santé financière des commerces, des restaurants et des hôtels est très précaire.

« Quand tu vois deux ou trois commerces de fermés sur sept ou huit, cela renvoie une image inquiétante. Ce n’est pas un environnement invitant pour les visiteurs de l’extérieur comme pour ceux du 450 », observe Michel Leblanc.

On se souviendra que la CCMM avait lancé à l’automne une vaste campagne pour convaincre les gens de revenir travailler, vivre et sortir au centre-ville déserté de Montréal, une initiative torpillée par l’éclosion des infections au nouveau variant Omicron assortie d’un nouveau confinement au mois de décembre.

« Là, je pense qu’on est mieux positionnés pour réaliser le grand départ qu’on souhaitait. Le beau temps s’en vient et les gens vont de plus en plus adopter un mode de travail hybride, ce qui va être excellent pour la santé mentale de tout le monde », convient Michel Leblanc.

Le danger qui guette Montréal, c’est que son centre-ville reste marqué par le climat délétère que la pandémie y a induit.

Réhabiliter les tours

La Chambre de commerce du Montréal métropolitain va dévoiler vendredi une étude qui confirme qu’il y a eu moins de présence au centre-ville durant l’automne malgré l’allègement des contraintes touchant la fréquentation des restaurants, bars et salles de spectacles.

« En juin dernier, lorsqu’on a mis fin au télétravail obligatoire et permis le retour en présentiel au bureau, 27 % des travailleurs ont recommencé à venir au centre-ville. En août, ce pourcentage atteignait 48 % et en décembre, il était à 61 %.

« Là, on prévoit que 48 % des travailleurs vont revenir au centre-ville en avril-mai et que l’on va atteindre les 61 % en juin. Personnellement, je pense que 100 % des gens vont être revenus travailler à leur bureau au moins quelques jours par semaine dès le mois de septembre », anticipe le président de la CCMM.

Rappelons qu’encore cette semaine, le taux d’achalandage des tours de bureaux du centre-ville n’est que de 5 %. Dès lundi prochain, le mouvement de retour en présentiel s’amorcera et prendra son envol à partir du 14 mars prochain, lorsque les dernières mesures sanitaires auront été levées.

L’utilisation généralisée du télétravail, phénomène qui va se poursuivre même s’il ne sera plus obligatoire, n’aura pas d’incidence sur le taux d’occupation des tours de bureaux de catégorie A, mais Michel Leblanc constate que les édifices de classe B et C se retrouvent déjà avec des taux de vacance variables.

« On va devoir agir pour recycler cet espace excédentaire tout comme on souhaite que les gouvernements participent financièrement à l’occupation des locaux commerciaux – magasins et restaurants qui ont été fermés – pour y relancer dans les six prochains mois de nouvelles activités », suggère-t-il.

Réanimer le centre-ville

La Chambre de commerce souhaite profiter de l’ouverture de locaux commerciaux pour relancer l’animation du centre-ville, redynamiser les lieux, notamment les espaces de restauration comme le Central sur le boulevard Saint-Laurent ou le Time Out au Centre Eaton. La saison estivale des festivals devra pour sa part n’être rien de moins que spectaculaire pour que Montréal retrouve son caractère unique qui en fait une destination prisée des touristes étrangers.

« Déjà, les responsables du Palais des congrès et de Tourisme Montréal me disent qu’ils sont prêts pour relancer la machine. L’été dernier, ç’a été difficile parce que le centre-ville était embourbé par les chantiers de construction. Il va falloir que les gouvernements investissent dans une vaste campagne de marketing pour donner le signal qu’on est reparti. »

Avec le travail hybride, ceux qui vont revenir au bureau vont davantage fréquenter les restaurants et les boutiques qu’ils avaient l’habitude de visiter avant. Les collègues de bureau vont pouvoir se rencontrer dans des 5 à 7. Les gens vont vouloir profiter de leur présence au centre-ville pour aller voir des spectacles.

Michel Leblanc, président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

Mais pour que cette relance du centre-ville s’actualise, employeurs et employés ont un rôle à jouer, tout comme les gouvernements.

« J’ai hâte de voir les cols blancs de la Ville de Montréal revenir au bureau et les employés de la Caisse de dépôt ou d’Hydro-Québec, ils doivent donner l’exemple.

« À la Chambre de commerce, on va reprendre nos dîners-causeries en présentiel dès le 14 mars prochain avec la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel. J’ai hâte qu’elle nous dise quel est le plan de retour en présentiel des fonctionnaires québécois », souligne Michel Leblanc.

Si le télétravail a permis aux entreprises montréalaises de traverser les deux dernières années de pandémie avec brio, il comporte aussi des leurres, croit le président de la Chambre.

« L’activité économique est bonne à Montréal et au Québec. Mais le télétravail affecte la culture organisationnelle, il entraîne aussi une perte d’engagement et, dans certains cas, de productivité.

« On pourrait atteindre un point d’équilibre avec un mode hybride de trois ou quatre jours de présence au bureau par semaine. Il y en a beaucoup qui ont fait le tour de leur appartement », pense Michel Leblanc qui souhaite que Montréal retrouve ses airs de métropole.
https://www.lapresse.ca/affaires/2022-02-22/grande-entrevue-michel-leblanc-president-de-la-chambre-de-commerce-du-montreal-metropolitain/pour-un-deconfinement-rapide-du-centre-ville.php

2 Likes

Bon, j’aime quand il y a des gens qui font bouger les choses. Ou à tout le moins qui parlent de la ville et du Centre-Ville. J’ai peur de l’Immobilisme et lorsque rien de se passe à Montréal pendant plusieurs semaines, cela m’inquiète. Donc je suis ravi de voir qu’il y a plusieurs articles dans les journaux ces temps-ci, surtout grâce à la Stratégie de relance évoque par Luc Rabouin. Cela me réconforte et me dit qu’il y a des gens qui travaillent à rendre notre centre-ville encore plus dynamique.

Cela étant dit, en ces temps de verglas, j’aurais aimé entendre qu’on pense à implanter des trottoirs chauffants sur Sainte-Catherine ouest, et pourquoi pas sur Peel et McGill College. Je crois que Montréal mérite ce petit luxe afin de rendre l’expérience hivernale un peu plus agréable. Si on veut être une ville de classe mondiale, il faut avoir ce genre d’outils qui sortent un peu de l’ordinaire. Il faut penser aux piétons.

1 Like

J’ai envoyé des messages à plusieurs personnes dernièrement concernant des idées pour relancer le Centre-ville. Non seulement pour l’idée d’une grande fin de semaine comme évoqué ci-haut mais plusieurs autres idées prises ici et là. Depuis ce temps j’ai reçu quelques réponses notamment l’une de

Montréal Centre-ville;

Bonjour,

Merci pour vos suggestions. Nous en prenons bonne note.

Soyez assuré que nous travaillons d’arrache-pied pour assurer la vitalité et le dynamisme du centre-ville. D’ailleurs, plusieurs éléments de votre liste sont déjà en branle. Mais d’autres, dont le contrôle des prix du stationnement intérieur, ne peuvent malheureusement se concrétiser.

À cet effet, vous verrez sous peu se multiplier diverses annonces et projets d’aménagement, d’art public, d’illumination architecturale, de performance sur le domaine public et bien plus.

Au plaisir,


Donc je constate que ça bouge, que ça s’active et qu’il y a des gens qui travaillent fort pour trouver la ou les formules de relancent pour le Centre-ville. Mais je vais continuer d’envoyer mes idées et de talonner les décideurs.

J’envoie aussi à l’occasion des messages à la ville concernant les trottoirs chauffants. Surtout en période de verglas comme nous connaissons en ce moment mais aussi lorsqu’il y a de la gadoue et des flaques d’eau qui s’accumulent au début du printemps et qui rendent la promenade très désagréable.

Je sais que l’administration à déjà refusé le concept de trottoirs chauffants mais je tente quand même ma chance en espérant que la ville change d’idée ou qu’elle prenne au sérieux les désagréments causés par des trottoirs mal dégagés, déneigés ou déglacés. La ville m’a répondu hier et je partage la réponse.

Bureau de la mairesse

Bonjour,

*Au nom de la mairesse de Montréal, madame Valérie Plante, nous avons attentivement pris connaissance de votre courriel. *

L’installation de trottoirs chauffants sur la rue Sainte-Catherine a déjà été envisagée par la Ville de Montréal. Cette idée a toutefois été délaissée en considérant les coûts importants d’entretien annuel et les économies minimales en déneigement. En effet, ce projet aurait nécessité 20 millions de dollars en construction et plus de 2,1 millions de dollars en entretien, comparativement à 35 000 $ par année en déneigement. Il aurait également fallu rouvrir la rue chaque fois qu’une réparation est nécessaire.

Cordialement,


Soit dit en passant, la réponse me convient très bien. Je comprends le cout de l’entretient qui serait trop important et cela fait du sens de ne pas de ne pas s’embarquer là dedans. Mais je tiens à dire qu’il faut quand même améliorer la situation des piétons en période hivernale afin d’attirer plus de monde au centre-ville, surtout en hiver.

C’est surtout que c’est problématique seulement quelques fois par année, lors d’épisodes de verglas ou de tempête de neige. La très grosse majorité de l’hiver, Sainte-Catherine est entièrement pratiquable confortablement.

Pour l’avoir marché de long en large la semaine dernière, je peux confirmer que c’était de la grosse sloche de 5cm d’epais partout. Vraiment pas agréable.

2 Likes

Je me demande si la ville devrait dédier une équipe de déneigement (une armée de chenillette et des gens avec des pelles) spécialement pour le centre-ville et qui patrouillerait le secteur. La neige est ramassée seulement avec une grosse bordée, mais on s’entend que quelques cm de neiges et du sel, ça fait de la belle slush brune à grandeur, et avec des journées comme on a eu ces derniers temps, 2 degré le matin et -10 le soir, cette slush n’est pas ramassée.

Cette équipe pourrait dégager certains corridors passant dans les parcs, débloquer des bouches d’égouts glacées, passer plusieurs fois sur les rues passantes. C’est pas normal d’avoir des trottoirs supers larges, mais de n’avoir que la moitié pour circuler lorsqu’il a neigé. On aurait installer des chauffants sur Ste-Catherine et beaucoup de problème auraient été réglés…

C’est ça. On a des trottoirs hyper larges dont la moitié est impraticable à cause de la neige. On aurait du au pire laisser les voitures se stationner en hiver comme dans la version précédente du projet. Au moins de l’argent serait rentré dans les coffres.

Je l’ai marché mercredi (du 1250RL à la Place-des-Arts), il y avait à peu près rien. Ensuite je l’ai marché en partie jeudi, il y avait encore moins que rien vu qu’il pleuvait des cordes et qu’il faisait 7 degrés. J’y suis retourné samedi pour magasiner. Assez horrible considérant qu’il y avait eu une tempête la veille… Lundi j’y suis passé en allant au bureau et c’était désagréable. Ce matin c’était bien, on dirait que la Ville avait prévu le coup de la glace.

Peut être qu’on a juste pas la même notion de désagréable.

1 Like

Les trottoirs chauffants, c’est pas une panacée non plus. La place Vauquelin à côté de l’hôtel de ville a des dalles chauffées c’est merveilleux dans un temps de verglas comme la semaine passée, mais autrement c’est loin d’être suffisant pour être utilisé seul comme moyen de déneigement. Il faut quand même déneiger après une bordée moindrement substantielle, et on finit quand même par y épandre du sel. Je comprends donc pourquoi la ville est pas prête à investir là-dedans compte tenu que c’est juste un “aide” au déneigement.

3 Likes