Logements sociaux, communautaires et abordables - Actualités

Article de La Presse sur la maison des Petits Rois

1 Like

Dans sa chronique, Allison Hanes parle d’un philanthrope montréalais qui a donné 3 M$ à 3 organismes qui hébergent les personnes en situation d’itinérance :

  • Nouvelle résidence de Chez Doris
  • Projet de Maison Bon Accueil / Welcome Mission Hall dans Saint-Henri
  • Résidence de la Mission Old Brewery sur l’avenue du Parc
Texte complet : Montrealer's $3-million donation for the unhoused sets a priceless example

Allison Hanes: Montrealer’s $3-million donation for the unhoused sets a priceless example

As organizations aiding the unhoused struggle to keep up with demand, one person like Bash Shetty can make a big difference.

Allison Hanes • Montreal Gazette
Published Feb 28, 2024 • Last updated 1 hour ago • 5 minute read


Chez Doris executive director Marina Boulos-Winton sits with Bash Shetty in one of the rooms in Résidence Bash Shetty, Chez Doris’s new facility for homeless women, in 2023. PHOTO BY JOHN MAHONEY /Montreal Gazette

Bash Shetty may not be a household name to most Montrealers, but a trifecta of residences dedicated to the fight against homelessness will soon bear his moniker.

Shetty, a maritime law and insurance expert, has donated $1 million each to three organizations that provide shelter and services to the unhoused population in the city.

The results of his latest contribution will be unveiled Wednesday by the Welcome Hall Mission. A sign has already been affixed at two small apartment buildings near its St-Henri headquarters that provide 27 transitional housing units, mainly geared toward young women.

People can stay at the apartments for up to three years as they get their lives back on track, said Sam Watts, president and CEO of Welcome Hall Mission.

“When Mr. Shetty came in, he was very insistent. His whole motivation was to say, ‘Look, I walk around the downtown area, I see people on the streets. We shouldn’t have people who are forced to live on the streets in Montreal. So how can I work with you to make sure you’re continuously able to house people?’ And we came up with this idea of naming the two residences after him,” said Watts. “We might use some of his funding in the future to purchase another building. He’s been very flexible with respect to how the money is being used.”

There are several things that are unusual about Shetty’s philanthropic gestures.

One: he approached Welcome Hall directly, wanting to make a difference.

“It is kind of rare that somebody comes forward like that unsolicited,” said Watts. “Most million-dollar-plus donations usually go to a university or a hospital. And they’re something that the development department of those institutions would have been working on for years.”

Two: Shetty was open to ideas about how his money could be used most effectively.

“He wanted to leave a legacy,” said Watts. “He wanted to make sure that we were going to use it for transitional or permanent housing. And he understands that in some cases, people can’t go right from the street into permanent housing. And they need a bridge. That was a good discussion that we had with him around the process.”

Three: Shetty spread his donations around to help three non-profits caring for Montreal’s unhoused people, recognizing the breadth of the network offering these crucial services.

A rooming house run by Chez Doris that offers 20 bright and nicely furnished rooms for at-risk women — who pay no more than 25 per cent of their income toward rent — was inaugurated in Shetty’s name last June. His contribution enabled the purchase of the building, which was later renovated with the assistance of other donors and a grant from the Canada Mortgage and Housing Corporation.

The Old Brewery Mission’s new facility on Parc Ave. will also be named Résidence Bash Shetty in the near future, said president and CEO James Hughes.

“He’s supporting, really, the services that are going to go on there and elsewhere in our network. We have a team called the housing support services that support the men and women in our network, the housing that we manage, the housing where we support people in the community. And it’s not nearly all supported by government grants. And this is why donations like this are so unique — that it helps us cover the kinds of costs we can’t get a government subsidy for. And it’s incredibly helpful, it’s incredibly generous and it makes a huge amount of difference.”

Shetty grew up fascinated by the ships passing off the coast of Goa in western India. It ultimately inspired him to make maritime law his career. After starting his studies in Mumbai and attending university in the U.K., he ended up working for shipping giants in Monaco. He moved to Montreal in 1972, travelling the world solving various maritime insurance disputes. After he retired, his services were still in such demand, he started his own consultancy.

Living in Montreal, Shetty was in the habit of taking daily walks, mostly through the Golden Square Mile and western downtown.

During the pandemic, he saw things change drastically. The number of people sleeping in tents or seeking food in Cabot Square surged — a crisis that troubled him deeply.

“I put myself in their shoes and it was heartbreaking,” Shetty said. “Living on the street, living in open spaces in winter, when it’s minus-20 — it’s a disaster. They’ll never be able to get out of homelessness. So I said to myself: ‘What can I afford to give?'”

But since he first decided to act, the need has only grown, Shetty said, with the housing affordability and availability crisis driving up rents and putting many more people at risk of falling into homelessness.

As governments look to stimulate a construction boom to increase supply and finance social and affordable housing projects, novel solutions are needed.

Philanthropy is being leveraged to build 1,000 new rental units for autonomous, low-income seniors in 10 Quebec towns through a new project that is the brainchild of Luc Maurice, a Quebecer who made his fortune constructing high-end retirement residences. Maurice is contributing $5 million through his foundation — not to mention his expertise — to an endeavour that is a partnership between municipal, provincial and federal governments.

Besides helping house people, one of Shetty’s goals is to inspire others to follow his lead as an aging population looks to leave a legacy to younger generations and just causes.

A major gift to help acquire a property can go a long way, said Watts, increasing the number of people groups like Welcome Hall are able to house.

“If people of means were to help organizations like ours buy buildings — because there’s not a lot of money around to do that — then with the buildings in hand, we can get the money for services,” Watts said. “So that’s where the need is. And if people can step up, then that would end up being very helpful.”

Hughes at the Old Brewery Mission said major gifts like Shetty’s are now more critical than ever to meet the growing need for services.

“With homelessness going up, we’ve got to grow. All of our organizations have to grow to even stay where we’re at, let alone reverse it. So there’s never been a time when these kinds of gifts are more precious. And if his gesture can be an example for others, that others may actually see it as an example, that means that we’re tripling and quadrupling the impact of the work he has done.”

3 Likes

Plusieurs projets de logement social obtiendront le feu vert à Québec

C’est le maire de Québec qui a vendu la mèche lors d’un point de presse, la semaine dernière. À la suite d’une question d’un journaliste, il a affirmé qu’une annonce doit avoir lieu sous peu. Il ne reste plus qu’à déterminer le bon moment pour réunir tous les participants. “Il faut attendre que les partenaires soient prêts”, a-t-il dit, “c’est une question d’agenda.”

Résumé

Plusieurs projets de logement social obtiendront le feu vert à Québec

L'organisme La Dauphine a un projet d'immeuble à logements pour jeunes itinérants. Le bâtiment de quatre étages comprend 27 logements.

Le projet de logement transitoire de l’organisme la Dauphine verra bientôt le jour dans le quartier Limoilou. La Ville de Québec vient d’autoriser le changement d’usage pour le terrain de la rue de la Pointe-aux-Lièvres.

Photo : Source : La Dauphine

Publié à 5 h 54 HNE

Radio-Canada a appris que la ministre de l’Habitation, France-Élaine Duranceau, annoncera sous peu de nouvelles unités de logement abordable et social pour la Ville de Québec.

C’est le maire de Québec qui a vendu la mèche lors d’un point de presse, la semaine dernière. À la suite d’une question d’un journaliste, il a affirmé qu’une annonce doit avoir lieu sous peu. Il ne reste plus qu’à déterminer le bon moment pour réunir tous les participants. Il faut attendre que les partenaires soient prêts, a-t-il dit, c’est une question d’agenda.

Pour l’instant, tout indique que la date retenue au calendrier pour la conférence de presse est le 15 mars. Il s’agit d’une annonce à laquelle doivent participer le maire de Québec, la ministre de l’Habitation et le ministre fédéral de Québec, Jean-Yves Duclos. Les groupes dont le projet est retenu seraient aussi conviés.

Les nouvelles unités sont accordées en vertu du programme d’habitation abordable Québec, le PHAQ. Plusieurs sources indiquent à Radio-Canada qu’il pourrait s’agir entre autres de l’Hôte Dauphine, un projet immobilier de quatre étages et de 27 logements pour les jeunes en situation d’itinérance, piloté par l’organisme La Dauphine.

La ministre de l'Habitation, France-Élaine Duranceau, dans les corridors de l'Assemblée nationale du Québec.

La ministre de l’Habitation, France-Élaine Duranceau, annoncera sous peu plusieurs projets de logement social et abordable pour la Ville de Québec. (Photo d’Archives)

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy-Roussel

Le site retenu pour la construction longe la rue de la Pointe-aux-Lièvres, dans le quartier Limoilou. La Ville confirme d’ailleurs, dans une récente décision, la modification du zonage par règlement pour permettre un changement d’usage sur ce terrain.

Même chose avec le projet de logements abordables sur l’ancien site du Bar Le Kirouac, dans le quartier Saint-Sauveur. La Ville vient d’autoriser la démolition du bâtiment pour y construire une coopérative d’habitation.

D’autres sources évoquent un autre projet est situé dans l’ouest de la Ville sur le chemin des Quatre-Bourgeois. Il s’agit d’un projet proposé par l’organisme La bouée. Ces trois projets ont tous été boudés par le PHAQ lors du dernier appel de projet qui se terminait en décembre dernier.

En tout, il pourrait y avoir jusqu’à cinq nouveaux projets de logements abordables annoncés lors de cette conférence de presse.

Nouvelles unités

Le gouvernement du Québec pèse donc sur l’accélérateur. Le dernier appel de projets, lancé l’an dernier par la Société d’habitation du Québec, avait laissé la Ville de Québec sur son appétit. Onze projets avaient été soumis par l’administration Marchand pour la construction de 700 logements. En décembre, la SHQ avait retenu seulement deux projets pour 140 logements.

La conseillère responsable de l’Habitation à la Ville de Québec, Marie-Pierre Boucher, s’était alors montrée insatisfaite devant le résultat décevant. La Ville souhaite lancer 500 mises en chantier par année pour du logement social et abordable. Les unités accordées alors ne permettaient pas d’atteindre cet objectif.

Eric Girard en mêlée de presse.

Le ministre Girard a annoncé des nouveaux investissements en matière de logement en novembre dernier.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Ce qui a changé depuis, c’est que la Coalition avenir Québec a en main 2500 nouvelles unités de logements abordables à distribuer, à la suite de la mise à jour économique du ministre québécois des Finances. En novembre dernier, Éric Girard a confirmé qu’un montant de 1,8 milliard de dollars était ajouté pour lutter contre la crise du logement, grâce à une entente conclue avec le gouvernement fédéral.

Au cabinet de la ministre Duranceau, on confirme qu’il y aura une annonce sous peu et que plusieurs projets seront annoncés pour la Capitale-Nationale, sans donner plus de détails.

1 Like

43 nouveaux logements pour les itinérants et les jeunes de Saint-Michel–Parc-Extension | Radio-Canada

43 nouveaux logements pour les itinérants et les jeunes de Saint-Michel–Parc-Extension

Ottawa, Québec et la Ville de Montréal ont annoncé lundi la mise en chantier de deux projets de logements supervisés dans l’arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension qui fourniront 43 logements de plus à prix abordable à des personnes itinérantes ou à risque de le devenir, ainsi qu’à des jeunes en difficulté.

Le premier projet, qui est en construction depuis juillet 2023, se situe sur le boulevard Pie-IX, à l’angle de la 56e rue.

L’immeuble qui portera le nom de Mission Old Brewery-Pie-IX est un projet de 12,5 millions de dollars comprenant 27 logements permanents et un espace communautaire pour des personnes de plus de 50 ans en situation d’itinérance ou à risque de le devenir.

Le gouvernement du Canada a versé 6,1 millions de dollars dans le projet dans le cadre de l’Entente Canada-Québec concernant l’Initiative pour la création rapide de logements. Le gouvernement Legault contribue quant à lui à hauteur de 2,1 millions de dollars par le biais de la Société d’habitation du Québec et la Ville de Montréal a versé 500 000 $ de plus dans le projet.

La mairesse Valérie Plante, dont l’administration a souvent été montrée du doigt pour la lourdeur bureaucratique qui plombe les projets immobiliers à Montréal, était fière de souligner que, dans ce cas-ci, les choses vont bon train.

Le processus de demande de permis a débuté en avril 2022, les travaux ont débuté en juillet 2023 et le projet va être finalisé en octobre 2024, s’est félicitée Mme Plante lors de l’annonce du projet.

Le ministre québécois des Services sociaux, Lionel Carmant, a de son côté souligné que les futurs locataires pourront bénéficier sur place de services et de l’accompagnement d’intervenants pour opérer leur transition vers la vie en logement ou pour éviter de se retrouver à la rue.

Les locataires pourront aussi bénéficier du Programme de supplément au loyer Québec de la Société d’habitation du Québec (SHQ), ce qui leur permettra de débourser 25 % de leur revenu pour se loger. Cette aide additionnelle, répartie sur cinq ans, est assumée à 90 % par la SHQ et à 10 % par la Ville de Montréal.

Tous les intervenants ont unanimement souligné l’important travail qu’accomplit la Mission Old Brewery dans la lutte contre l’itinérance à Montréal et qui est l’un des maîtres d’œuvre du projet.

Dans le monde de l’itinérance, les personnes de 50 ans et plus sont considérées comme des aînés. La rue abîme plus rapidement le corps et l’esprit et les personnes itinérantes vivent un vieillissement précoce estimé à 10 ans minimum.

Une citation deJames Hughes, PDG Misson Old Brewery

Pour la sélection des personnes qui bénéficieront des 27 logements, le PDG de MOB, James Hugues, a expliqué que des candidats seront d’abord référés à la Mission par des organismes de soutien. On va faire des entrevues avec des centaines et des centaines de personnes à l’intérieur du réseau Mission Old Brewery, mais aussi les réseaux des partenaires.

Logis-Rap Phase II

Le deuxième projet financé dans le cadre de cette annonce est Logis-Rap Phase II qui s’adresse aux jeunes en difficulté pour qui trouver et garder un logement est particulièrement difficile.

Composé de 16 studios, l’immeuble situé sur la rue Vianney fournira du logement à prix abordable et de l’accompagnement à des jeunes qui pourront aussi bénéficier de services d’accompagnement et d’un espace communautaire.

Le coût total du projet est de 5,3 millions de dollars. Le gouvernement du Québec verse 2,7 millions de dollars par l’entremise du programme Accès Logis Montréal. Ottawa ajoute 200 000 $ et la Ville de Montréal 700 000 $.

Depuis 2006, l’organisme Logis-Rap aide des jeunes de 18 à 30 ans en difficulté ou à risque d’itinérance à se loger. Dans leur site de Cartierville, ils accompagnent les jeunes sur une période allant jusqu’à trois ans pour les aider au niveau de leur futur, de leur formation et de leur intégration, a souligné le ministre responsable des Services sociaux, Lionel Carmant.

1 Like

Bien que je célèbre la construction de logements sociaux pour personnes à risque d’itinérance, je ne peux m’empêcher de penser que le coût est astronomique par porte.
Dans le cas du Old Brewery, on parle de 463k$ par porte, pour des 3 et demi!
J’ai beau croire que la bâtisse est dotée de locaux et cuisines communautaires et qu’il est accessible universellement (ascenseur, aménagements conçus pour chaise roulante), ça fait quand même très cher pour le quartier (on n’est pas dans le meilleur coin de Saint-Michel mettons).

Et dans le cas de Logis-Rap Phase II: 331k$ par studio, et aucun balcon…

Une petite recherche sur Centris m’a permis de découvrir à côté un quadruplex de construction NEUVE (littéralement, la bâtisse n’existait pas sur Streetview en 2019) pour 1,2M$, donc 300 000 la porte. Sauf qu’il s’agit de trois 3,5 et un 4,5.
Il y a quelque chose qui ne fonctionne pas avec les calculs des gouvernements.

P.S. ça explique pourquoi il y avait des travaux sur place un samedi: préparation de la visite des VIP!

3 Likes
Texte complet : Les responsables d’hébergement pour femmes violentées interpellent François Legault

Les responsables d’hébergement pour femmes violentées interpellent François Legault

Trois regroupements de maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale réclament du premier ministre qu’il concrétise l’engagement pris en 2021 pour contrer la violence conjugale au Québec.

Une femme agenouillée dans la pénombre d'une cuisine consulte son téléphone cellulaire.
Le dédale administratif et l’absence de programme de financement adapté à la réalité de l’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale a pour effet de bloquer la construction de nouvelles ressources, dénoncent trois groupes du Québec dans ce secteur.
PHOTO : RADIO-CANADA / IVANOH DEMERS

Anne Marie Lecomte
Publié à 15 h 49 HNEMis à jour à 15 h 55 HNE

Trois groupes d’aide aux femmes et aux enfants victimes de violence conjugale dénoncent le fait que la construction de maisons d’hébergement soit compromise par « les délais » et « les incohérences » bureaucratiques du gouvernement du Québec, qui mettraient en péril la création de plus de 600 places.

Les trois regroupements ont rapporté qu’en raison des contraintes actuelles, de nombreux projets sont à l’arrêt, dont deux en Abitibi-Témiscamingue, deux à Montréal, un à Québec et un à Thetford Mines. Certains autres seraient aussi menacés dans les Laurentides, selon leurs dires.

Cela a pour conséquence de mettre sur la glace la création de 60 nouvelles places d’hébergement de première ligne et de 570 autres places en hébergement de deuxième étape, c’est-à-dire pour les femmes nécessitant une intervention à plus long terme.

En conférence de presse, mercredi, c’est un cri du cœur au premier ministre du Québec qu’ont lancé les responsables du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale, de l’Alliance des maisons d’hébergement de 2e étape pour femmes et enfants victimes de violence conjugale (Alliance MH2) et de la Fédération des maisons d’hébergement.

En 2021, François Legault avait pris des engagements, a déclaré Louise Riendeau du Regroupement, eh bien, il faut que ces engagements-là se traduisent dans la réalité.

En avril 2021, le gouvernement Legault a annoncé qu’il consacrait près de 223 millions de dollars sur cinq ans à la lutte contre la violence conjugale et les féminicides. De cette somme, 92 millions allaient aux centres d’hébergement pour femmes et enfants victimes de violence conjugale.

En novembre dernier, Québec a reçu 97 millions de dollars du gouvernement fédéral pour lutter contre la violence faite aux femmes.

Dès lors, pour répondre au manque criant de places et construire de nouvelles maisons, des équipes se sont vu confirmer du financement. Elles ont acheté des terrains, ont franchi les multiples étapes préliminaires pour l’approbation de projets (zonage, décontamination de sol, etc.) et ont conçu des plans finaux et conformes.

Quelques-uns de ces projets ont abouti et il y a eu de l’argent pour des services, a expliqué Louise Riendeau à l’émission Midi info, sur ICI Première. Mais quand on regarde les bâtisses qui seraient nécessaires pour offrir plus de services, il y a eu peu de résultats.

Certains projets au financement assuré et en voie de se concrétiser se sont vu tirer la plogue. D’autres, enfin, sont en attente de réponse.

En clair, l’appareil gouvernemental et la Société d’habitation du Québec leur tirent le tapis de sous les pieds en bloquant, ou en refusant ces projets, dénoncent-elles. Une situation incompréhensible du fait qu’aucune nouvelle maison d’hébergement n’a vu le jour au Québec depuis une quinzaine d’années.

Ce n’est pas du logement social

Des femmes manifestent et arborent des pancartes, dont une sur laquelle on peut lire : « On ne tue jamais par amour ».
En 2021, des manifestations s’étaient tenues dans une vingtaine de municipalités du Québec dénonçant la violence perpétrée contre les femmes. Cette année-là, le gouvernement Legault avait annoncé l’octroi de près de 223 millions de dollars sur cinq ans pour remédier au problème. (Photo d’archives)
PHOTO : LA PRESSE CANADIENNE / GRAHAM HUGHES

Ces responsables réclament du premier ministre Legault qu’il arrime le travail des ministères (Santé, Condition féminine et Habitation) et qu’il crée un programme de financement spécifique et adapté aux réalités de ces ressources. À l’heure actuelle, leurs projets doivent correspondre aux normes et aux exigences de construction de logement social.

Or, sécuriser des femmes ayant fui un conjoint violent requiert des espaces qui ne sont pas du logement social. Il faut des espaces où elles peuvent échanger, d’autres où leurs enfants peuvent jouer et d’autres où elles peuvent s’entretenir en toute confidentialité avec les policiers, le cas échéant. Il faut des locaux pour les employés et tout un mécanisme de sécurité, comme des fenêtres qui ne peuvent être fracassées.

La seule réponse qu’on a, c’est : “Vos projets coûtent trop cher la porte”. Mais on compare, pour paraphraser le premier ministre [Legault], des pommes, des oranges et des bananes.

— Louise Riendeau, coresponsable des dossiers politiques au Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale

Et finalement on se fait dire non, recommencez, s’insurge pour sa part Maud Pontel, coordonnatrice de l’Alliance des maisons d’hébergement de 2e étape (MH2). On nous demande à présent de revoir les projets pour déposer de nouvelles demandes de financement dans un programme toujours pas adapté et sans aucune garantie d’être sélectionné.

De dire Mme Pontel : Les projets nouvellement refusés ou bloqués ont des particularités distinctes, mais ils ont un point commun : ils ne “fittent” pas dans les programmes de logement social actuels.

Des listes d’attente partout

On a des projets qui sont prêts à partir en chantier dès demain matin.

— Maud Pontel, coordonnatrice de L’Alliance des maisons d’hébergement de 2e étape pour femmes et enfants victimes de violence conjugale

Le manque de places brise le continuum de services, déplore Maud Pontel : Les femmes qui frappent à la porte de SOS violence conjugale ou qui appellent directement dans les maisons d’hébergement ne peuvent pas y avoir accès pour le moment.

Une maison de dix places peut accueillir jusqu’à 150 femmes dans une année, ajoute-t-elle. Il y a des listes d’attente partout.

De son côté, Louise Riendeau affirme que des périodes creuses, ça n’existe plus. Les taux d’occupation, qui étaient de 88 % en 2019-2020, atteignent maintenant les 103 %.

En 2021, poursuit-elle, les besoins pressants du Grand Montréal, de l’Outaouais et de l’Abitibi faisaient de ces régions des priorités pour le ministère de la Santé et des Services sociaux. Maintenant, dans à peu près toutes les régions, les ressources sont pleines. Et la durée des séjours faits par les femmes est plus longue, parce que la crise du logement fait en sorte qu’elles ne trouvent pas d’endroits où se loger.

La ministre Duranceau dit agir avec la Société d’habitation

Appelé à réagir, le cabinet de la ministre responsable de l’Habitation, France-Élaine Duranceau, a reconnu que les maisons d’hébergement de première et de deuxième étape jouent un rôle primordial pour protéger et accompagner les femmes vulnérables.

Nous sommes conscients que les besoins sont grands. En collaboration avec la SHQ [Société d’habitation du Québec], nous soutenons les organismes pour que le développement des projets soit plus agile et plus efficace, notamment pour optimiser les coûts et assurer le succès des projets, a-t-on souligné par écrit.

1 Like

Les organismes qui réalisent des projets de logements sociaux sont souvent confrontés à un « parcours du combattant » pour obtenir le financement nécessaire, a reconnu lundi la ministre de l’Habitation, France-Élaine Duranceau, lors de l’inauguration d’un immeuble de 23 appartements destinés à des personnes souffrant de problèmes de santé mentale. « Mais on va essayer de rendre ça plus simple pour les prochains », a-t-elle promis.

Résumé

Construction de logements sociaux Un « parcours du combattant »

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

La ministre de l’Habitation France-Élaine Duranceau (au micro), entourée de la députée Soraya Martinez, de la mairesse d’arrondissement Laurence Lavigne Lalonde et de la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

Les organismes qui réalisent des projets de logements sociaux sont souvent confrontés à un « parcours du combattant » pour obtenir le financement nécessaire, a reconnu lundi la ministre de l’Habitation, France-Élaine Duranceau, lors de l’inauguration d’un immeuble de 23 appartements destinés à des personnes souffrant de problèmes de santé mentale. « Mais on va essayer de rendre ça plus simple pour les prochains », a-t-elle promis.

Publié à 16h39

Partager


Isabelle Ducas
Isabelle Ducas La Presse

La ministre participait à une conférence de presse, dans le quartier Saint-Michel à Montréal, pour annoncer l’ouverture des Habitations des Papillons, un projet de 5,6 millions de l’organisme le Mûrier, qui y offrira divers services, tels qu’un suivi psychosocial et communautaire, des programmes de sécurité alimentaire ainsi que des occasions d’expérimenter un emploi au sein de l’organisme.

La construction a été réalisée grâce à des contributions de 2,5 millions du gouvernement fédéral, de 1,2 million du gouvernement du Québec, par l’entremise du programme AccèsLogis Montréal, et de 846 000 $ de la Ville de Montréal.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Les Habitations des Papillons ont été inaugurées lundi.

« C’est un bonheur de voir ce projet se concrétiser après dix années de démarches et d’efforts de la part de tant de personnes impliquées. Notre force réside dans notre communauté, qui se rallie pour offrir une meilleure qualité de vie à des personnes très touchées par la vulnérabilité financière », a réagi Alex Chayer, directeur général du Mûrier.

« C’est grâce à des gens passionnés que ces projets finissent par voir le jour. Bravo de ne pas avoir lâché », a souligné la ministre Duranceau, en félicitant les employés et membres du conseil d’administration de l’organisme.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Une chambre des Habitations des Papillons.

Les Habitations des Papillons offriront deux volets : l’un pour des chambres transitoires, destinées à de jeunes adultes de 18 à 35 ans qui, par exemple, sortiraient d’une hospitalisation, et l’autre pour des logements permanents abordables. Les personnes qui y résideront obtiendront un supplément au loyer du gouvernement du Québec, ce qui leur permettra de débourser 25 % de leurs revenus pour se loger.

Pelletées de terre

Des dizaines d’autres projets de logements sociaux attendent depuis longtemps du financement de Québec pour se concrétiser, que ce soit par l’entremise du programme AccèsLogis ou du Programme d’habitation abordable Québec (PHAQ), qui l’a maintenant remplacé.

Lundi, Mme Duranceau a défendu son PHAQ, lancé il y a deux ans. Selon le tableau de bord de la Société d’habitation du Québec (SHQ), seulement sept projets, totalisant 324 logements, financés par le PHAQ sont actuellement « en réalisation ».

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

La ministre de l’Habitation France-Élaine Duranceau

« Dans les prochains mois, vous allez en voir des pelletées de terre du PHAQ, a-t-elle assuré. C’est normal, un projet, ça prend trois mois entre l’idéation et la livraison. »

Les projets ayant reçu du financement au lancement du PHAQ vont lever de terre dans les prochains mois, ajoute-t-elle. Seuls quelques-uns devront être renvoyés à la « table à dessin ».

Le mois dernier, la ministre a annoncé que 47 projets prévoyant 2574 nouveaux logements ont été sélectionnés dans le cadre du deuxième appel de projets du PHAQ.

Bien que l’on compte encore par milliers les HLM laissés vacants, notamment à cause de leur vétusté ou de travaux à faire, leur nombre a diminué au Québec dans la dernière année, indiquent des chiffres obtenus par La Presse.

Résumé

Crise du logement Moins de HLM laissés vacants au Québec

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE

C’est à Montréal que la diminution du nombre de HLM vacants est la plus marquée.

Bien que l’on compte encore par milliers les HLM laissés vacants, notamment à cause de leur vétusté ou de travaux à faire, leur nombre a diminué au Québec dans la dernière année, indiquent des chiffres obtenus par La Presse.

Publié à 1h01 Mis à jour à 5h00

Partager


Gabrielle Duchaine
Gabrielle Duchaine Équipe d’enquête, La Presse

Selon des données de la Société d’habitation du Québec (SHQ), il y avait, à la fin décembre 2023, 3993 logements de type habitation à loyer modique (HLM) vides depuis plus de quatre mois dans la province, contre 4689 en décembre 2022. C’est donc 696 appartements de moins qui ont été laissés vacants sur une longue période l’an dernier par rapport à l’année précédente.

Bien que les chiffres les plus récents soient encore préliminaires, « la tendance à la baisse est réelle et fiable », assure Sylvain Fournier, porte-parole de la SHQ.

Nous pouvons affirmer que la situation s’améliore au Québec en matière de logements vacants dans les HLM.

Sylvain Fournier, porte-parole de la Société d’habitation du Québec

C’est à Montréal que la diminution est la plus marquée. Il y avait, fin 2022, plus de 2400 HLM non habités sur un parc immobilier de quelque 20 810 logements gérés par l’Office municipal d’habitation de Montréal (OMHM) et 2926 HLM privés. Ce nombre avait baissé à 1800 logements vides depuis plus de quatre mois à la fin 2023, et aurait encore chuté pour passer sous la barre des 1500 à la fin du mois de février dernier.

L’année « 2023 et les premiers mois de 2024 ont été des périodes très actives en matière de travaux dans les HLM, ce qui a un effet direct sur les logements inhabités », dit Mathieu Vachon, porte-parole de l’OMHM. L’an dernier, 136,8 millions ont été investis à Montréal.

« Cela a permis notamment la réalisation de 150 chantiers majeurs, et la préparation de dizaines d’autres gros projets à venir. Ce budget inclut également une proportion qui a permis de remettre en état des centaines de logements vacants après le départ de locataires, explique M. Vachon. Tout cela a donc eu comme impact de réduire considérablement le nombre de logements vacants. »

Il reste que 6 % des HLM de la métropole demeurent vacants depuis plus de quatre mois.

Pour le Québec, on parle d’un pourcentage d’inoccupation sur la même période de 5 % sur un parc de quelque 74 350 logements.

Précisons que 34 252 ménages sont actuellement sur la liste d’attente pour un HLM ou pour obtenir un supplément au loyer public (qui permet d’habiter dans des logements privés en payant un loyer semblable à celui d’un HLM).

Quatre HLM sur cinq en « mauvais état »

« En pleine crise du logement, il est désolant de constater que 5 % du parc HLM est encore vacant en raison de la vétusté de près de 4000 logements », déplore Robert Pilon, organisateur communautaire à la Fédération des locataires d’habitations à loyer modique du Québec (FLHLMQ).

La SHQ évoque trois raisons principales pour expliquer qu’un HLM soit vide durant une longue période. Certains sont inhabités parce que des travaux majeurs doivent y être effectués. D’autres sont jugés inhabitables ou insalubres et d’autres encore doivent être remis en état après le départ d’un locataire.

Juste à Montréal, quatre HLM sur cinq sont considérés en « mauvais » ou « très mauvais état », a révélé La Presse en décembre dernier. Ce sont 79 % des immeubles HLM de la métropole qui avaient un indice de vétusté de « D » ou de « E », la pire note, selon des informations qui avaient été fournies par l’Office municipal d’habitation de Montréal (OMHM). La plupart demeurent habités malgré leur décrépitude.

PHOTO CHARLES WILLIAM PELLETIER, ARCHIVES COLLABORATION SPÉCIALE

La vétusté est l’un des principaux facteurs d’abandon.

En 2020, les gouvernements du Québec et du Canada se sont entendus pour investir plus de 3 milliards pour remettre en état le parc de logements à loyer modique. En mai dernier, la SHQ a révélé son programme de rénovation des HLM, dans le cadre duquel seront dépensées les sommes promises.

Pour la Fédération des locataires d’habitations à loyer modique, Québec a déjà trop tardé. L’argent est disponible depuis plusieurs années, rappelle le regroupement. « Il est plus que temps que la ministre de l’Habitation, France-Élaine Duranceau, utilise les 3,3 milliards disponibles […] pour enfin investir massivement dans la rénovation du parc public », dit Robert Pilon. La FLHLMQ invite le gouvernement à faire d’une pierre deux coups en profitant des travaux de remise en état pour densifier, lorsque c’est possible, les ensembles HLM.

(Québec) À « 900 000 ou un million la porte », les coûts des projets proposés par les associations de maisons d’hébergement pour femmes et enfants victimes de violence conjugale sont « excessifs », affirme la ministre de l’Habitation France-Élaine Duranceau. Les projets sont à l’arrêt le temps que la Société d’habitation du Québec détermine « ce que ça devrait coûter ».

Résumé

Maison d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale À 900 000 $ « la porte », le coût est « excessif », juge Duranceau

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

La ministre de l’Habitation France-Élaine Duranceau

(Québec) À « 900 000 ou un million la porte », les coûts des projets proposés par les associations de maisons d’hébergement pour femmes et enfants victimes de violence conjugale sont « excessifs », affirme la ministre de l’Habitation France-Élaine Duranceau. Les projets sont à l’arrêt le temps que la Société d’habitation du Québec détermine « ce que ça devrait coûter ».

Publié à 12h06

Partager


Charles Lecavalier
Charles Lecavalier La Presse

Ce qu’il faut savoir

  • Des associations de maisons d’hébergement pour femmes et enfants victimes de violence conjugale dénoncent que leurs projets sont bloqués, car la SHQ ne prend pas en compte leurs besoins particuliers
  • Le gouvernement Legault s’était engagé, en 2021, en pleine vague de féminicides, de construire plus de centres d’hébergement, car le réseau actuel déborde.
  • La ministre France-Élaine Duranceau estime que les projets soumis par les groupes depuis ce temps coûtent trop cher et ne respectent pas « la capacité de payer » des contribuables.

« Je veux que ces projets voient le jour, par contre, ce qu’on constate, c’est que trop de projets sortent avec des coûts vraiment excessifs. Quand on parle de 900 000 dollars, un million de dollars la porte, je comprends qu’il y a beaucoup d’espaces communs qui ne sont pas dans le logement, mais malgré cela, les coûts de ces projets sont trop élevés », a lancé la ministre jeudi lors d’une mêlée de presse.

Elle était de nouveau interpellée par les associations de maisons d’hébergement, ainsi que par les trois partis d’opposition, qui l’accusent de ne pas respecter un engagement de la CAQ pris en 2021.

« Il y a déjà quatre féminicides depuis le début de l’année. Est-ce que ça va prendre une autre femme tuée aux mains de son partenaire pour que ce dossier remonte sur la pile de priorités ? », a dénoncé Maud Pontel, coordonnatrice générale de l’Alliance MH2, lors d’un point de presse à l’Assemblée nationale au matin.

Louise Riendeau, coresponsable des dossiers politiques au Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale, affirme que des « vies de plein de femmes qui n’arrivent pas à avoir accès à des services » sont en jeu. Le système est près du « point de rupture » et le gouvernement Legault pourrait être responsable de son « effondrement », prévient-elle.

L’argent n’est pas infini, dit Duranceau

Déjà, la semaine dernière, les associations de maisons d’hébergement tiraient la sonnette d’alarme. Depuis cette sortie, elles affirment n’avoir eu aucune nouvelle de la ministre de l’Habitation France-Élaine Duranceau, jusqu’à mercredi. « On a reçu un appel du cabinet de la ministre nous disant, on est très surprises de savoir que ça ne fonctionne pas, on pensait que tout était correct », a dit Maud Pontel.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Louise Riendeau, coordonnatrice du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale et Maud Pontel, coordonnatrice générale de l’Alliance MH2

Mais Mme Duranceau, elle, affirme qu’elle comprend très bien la situation. « Je suis entièrement consciente des particularités de ces projets, mais malgré ces particularités, les coûts sont trop élevés », a-t-elle dit.

Il n’y a pas de prix pour la vie des femmes, ce n’est pas ça la question, la question c’est de faire sortir le logement et pour les femmes vulnérables et pour toute notre population. Mais il faut s’assurer que ces projets voient le jour rapidement, à l’intérieur de budgets raisonnables parce que c’est l’argent des contribuables et c’est pas infini.

France-Élaine Duranceau

Elle a demandé à la SHQ de procéder à une évaluation de ce que « ça devrait coûter » pour « s’assurer qu’on répond bien aux besoins des femmes […] et qu’on s’entende de part et d’autre pour faire les choses dans le respect de la capacité de payer ».

Volonté politique

Mais la construction coûte plus cher, que ce soit les écoles, le toit du stade ou les espaces bleus, qui ont d’ailleurs été abandonnés. Les partis d’oppositions, représentés par la libérale Brigitte B. Garceau, la solidaire Ruba Ghazal et le péquiste Joël Arseneau, estiment qu’il s’agit d’un manque de volonté politique. Ils ont d’ailleurs fait remarquer que le premier ministre n’a jamais eu peur de payer très cher pour les maisons des aînés parce qu’il n’y a rien de « trop beau pour nos aînés ».

Du côté des regroupements, on affirme que le coût « considéré acceptable » par la SHQ tourne aux alentours de 575 000 $ la porte, mais que ce n’est pas possible d’atteindre cette cible, notamment parce qu’on leur demande de faire des choses jugées inutiles, comme d’installer la tuyauterie nécessaire à l’installation de laveuses et sécheuses dans chaque logement alors qu’il y a une buanderie commune. Les projets soumis tournent plutôt autour de 700 000 dollars à 900 000 dollars « la porte ».

La ministre de la Condition féminine Martine Biron, elle, s’est placée en situation de négociatrice, entre les regroupements de femmes, et la ministre Duranceau. Elle a affirmé que ces projets n’étaient pas stoppés. « Ils ne sont pas à l’arrêt, non », a-t-elle dit.

C’est simplement que la ministre Duranceau veut « mettre ses règles à elle », mais elle assure qu’elle « travaille sur une voie de passage » avec la ministre responsable de l’Habitation. « Ça va aller de l’avant. C’est juste une question de trouver une voie de passage entre les groupes de femmes et la SHQ », a dit Mme Biron.

En parlant des femmes qui ont construit des projets, qui ont acheté des terrains et des bâtiments, qui ont fait faire des plans, Mme Biron affirme qu’elle est « fière de travailler » avec elle. « Maintenant il faut voir si on est capable de le financer, et c’est là qu’on doit trouver la voie de passage avec l’Habitation », a-t-elle ajouté.

Pour une rare fois, je suis d’accord avec Duranceau: c’est le double par porte que le projet Old Brewery susmentionné (463k$ par porte).
Pourtant, cet immeuble est également doté de locaux et cuisines communautaires.

2 Likes

La chronique de Catherine Éthier à l’émission radio Tout un matin au sujet de la ministre et de sa déclaration…

J’aime bien quand elle dit que ce ne sont pas des « portes », mais des « chances », des chances de se reconstuire, de sortir d’une situation dangereuse

:radio: :headphones: Le billet d’humeur de Catherine Ethier

1 Like

Cet article de La Presse explique pourquoi il en coûte autant de construire des logements de 2e étape pour des femmes et leurs enfants victimes de violence

Texte complet : Maison pour femmes violentées | Ce qui se cache derrière les 900 000 $ la porte

Maison pour femmes violentées | Ce qui se cache derrière les 900 000 $ la porte


PHOTO MARTIN TREMBLAY, ARCHIVES LA PRESSE
Une femme hébergée à la maison Flora Tristan, à Montréal, qui fait partie de l’Alliance des maisons d’hébergement de deuxième étape.

À 900 000 $ la porte, le projet de maison d’hébergement de seconde étape pour femmes violentées de Rouyn-Noranda est beaucoup trop cher, a récemment tranché la ministre responsable de l’Habitation, France-Élaine Duranceau. Après une rencontre, vendredi dernier, une « voie de passage » semblait avoir été trouvée, notamment en ajoutant un appartement à l’immeuble, ce qui ferait diminuer le coût par porte. Mais qu’est-ce qui explique ces coûts ? La Presse a décortiqué le projet.

Publié à 0h55 Mis à jour à 5h00
Katia Gagnon, La Presse

Une maison d’hébergement de deuxième étape, c’est quoi ?

C’est une maison d’hébergement où environ 8 % des femmes hébergées se retrouvent après un premier séjour d’une durée de trois mois dans une ressource d’urgence. Elles y demeureront en moyenne huit mois.

Ce sont donc les cas les plus lourds de violence conjugale qui s’y retrouvent. Le premier critère d’admission est d’ailleurs la dangerosité de l’ex-conjoint. L’objectif premier des maisons est de prévenir l’homicide conjugal.

Sur place, il n’y a pas d’intervenant en tout temps. Pour les femmes et les enfants qui y habitent, « la sécurité du bâtiment est donc primordiale », souligne Maud Pontel, coordonnatrice de l’Alliance des maisons d’hébergement de deuxième étape, qui regroupe 38 maisons membres dans 15 régions.

Point important : les familles y vivent dans des appartements, et non des chambres. Et les besoins sont criants. Présentement, faute de place, on refuse 58 % des demandes en seconde étape.

Quels sont les besoins à Rouyn-Noranda ?

À l’heure actuelle, il n’y a pas de maison d’hébergement de deuxième étape dans toute la région de l’Abitibi-Témiscamingue. La maison d’hébergement d’urgence de Rouyn-Noranda, Alternative pour Elles, compte 10 chambres et 20 places. Leur taux d’occupation, l’an dernier, s’élevait à 119 %. Quatre-vingt-dix femmes et 58 enfants ont été hébergés l’an dernier, et 2139 femmes ont consulté en externe. « Tout est plein partout en Abitibi », résume Maud Pontel.

Le contexte

Quatre-vingt-deux résidences du quartier Notre-Dame, qui jouxte la fonderie Horne, doivent être relocalisées pour créer une zone tampon, a décrété le gouvernement Legault il y a un an. De nombreux entrepreneurs de la région sont donc monopolisés par ce vaste chantier. De plus, la ville connaît un petit boom immobilier dans le résidentiel. « On n’a jamais vu ça », indiquait la mairesse de Val d’Or, Céline Brind’amour, en entrevue au Devoir en octobre dernier.

Les coûts de construction et des matériaux, déjà traditionnellement plus chers dans la région, ont donc littéralement explosé. Il en coûte 30 % de plus pour bâtir en Abitibi. Le béton, par exemple, y coûte 50 % plus cher, et les autres matériaux sont de 15 à 20 % plus dispendieux, fait valoir Maud Pontel. D’autres organismes sont d’ailleurs confrontés au même problème : le coût de construction d’une maison de soins palliatifs dans la région a presque doublé.

Le terrain

Le terrain est un don de la municipalité. Il est légèrement contaminé en un endroit précis. La décontamination coûte 500 000 $. Après plusieurs hésitations, la décontamination paraît essentielle, sinon la cour où joueraient les enfants sera beaucoup trop petite, explique Maud Pontel.

De plus, le terrain est situé sur un boulevard achalandé. On a donc dû concevoir un bâtiment en forme de U, pour créer une cour sécuritaire où les enfants pourraient jouer à l’abri des regards et placer les chambres des femmes à l’arrière du bâtiment, là où elles seront invisibles de la rue.

Le bâtiment

Le bâtiment prévu à Rouyn-Noranda, au coût de 9 millions, comptait 10 appartements – maintenant 11, après les dernières discussions – qui hébergeront en moyenne 26 personnes, en comptant les enfants. Il a deux étages. On y retrouve aussi un espace destiné aux femmes qui consultent en externe, parce que la maison d’hébergement déborde complètement. « Les intervenantes en sont réduites à faire des rencontres dans leur voiture ou dans les toilettes », souligne Maud Pontel.

Au premier étage, on retrouve un espace de travail pour les intervenantes, des salles de rencontre, une cuisine collective, une salle de jeux pour les enfants. Les appartements ne comptant pas de laveuses-sécheuses – une mesure d’économie –, on a prévu une salle de lavage sur chaque étage. Les appartements sont évidemment complètement équipés, avec les meubles, la vaisselle, la literie.

Sécurité et accessibilité

Pour des raisons évidentes, les fenêtres du bâtiment doivent être complètement résistantes aux intrus. Le vitrage doit être incassable, et les moustiquaires doivent être en acier inoxydable et montées sur des cadres en acier. Coût des seules moustiquaires : 1400 $ pièce, en plus de 300 $ pour l’installation.

Des caméras doivent être posées à de nombreux endroits et les portes, munies de contrôles d’accès à code qui peut, contrairement à une clé, être régulièrement modifié.

Les escaliers de secours ne peuvent pas être construits à l’extérieur, ce qui donnerait beaucoup trop facilement accès aux appartements. Des cages d’escaliers doivent donc être construites à l’intérieur, ce qui ajoute à la superficie du bâtiment.

Une entrée distincte doit être aménagée pour les arrivées des victimes avec les policiers, et une autre pour les livraisons, afin de préserver la confidentialité des femmes qui demeurent dans les lieux.

Au total, ces considérations de sécurité représentent des coûts supplémentaires de 20 000 $ par chambre, précise Maud Pontel. Pour un appartement de type cinq pièces et demie, on parle donc de 60 000 $ de coûts supplémentaires.

De plus, comme les places manquent cruellement partout au Québec pour les femmes handicapées victimes de violence, le bâtiment doit être accessible. Un monte-personne a été prévu pour gravir les deux étages. « On ne parle pas juste de fauteuil roulant ici, on parle aussi de femmes qui ont du mal à monter des escaliers à cause des épisodes répétés de violence dont elles ont été victimes », dit Mme Pontel.

Le budget

Le coût de 9 millions est assumé à 50 % par Québec et à 50 % par le gouvernement fédéral, par le biais de divers programmes. Parmi les sommes accordées, le fédéral alloue un budget de 500 000 $ pour le fonctionnement qui, au Québec, est financé par le ministère de la Santé et des Services sociaux. On a donc offert à l’OBNL propriétaire de rediriger ces sommes vers la construction. Le Québec a refusé. « On nous a dit que peu importe d’où l’argent venait, on ne pouvait pas autoriser des projets à 900 000 $ la porte », dit Maud Pontel.

Le financement

Le projet chemine depuis mai 2022, date du premier dépôt. Il a été accepté par Québec et Ottawa en juillet 2022. Les plans ont été dûment approuvés par les organismes subventionnaires. La collaboration avec la Société d’habitation du Québec (SHQ) a toujours été bonne, souligne Maud Pontel.

À Rouyn-Noranda, le chantier est prêt à démarrer. À l’automne, du foin a été dispersé sur le terrain afin d’éviter qu’il gèle en profondeur pour pouvoir commencer les travaux au plus tôt au printemps. La construction durera au moins huit à neuf mois. À ce jour, l’OBNL propriétaire a engagé des dépenses de 594 000 $ en frais d’honoraires professionnels.

La crise

Le 1er mars dernier, la Société d’habitation du Québec annonce à l’organisme Alternatives pour Elles que le financement pour le projet lui est retiré. On le renvoie à la table à dessin, afin que le projet soit moins coûteux. « Une immense déception », écrit Cathy Allen, directrice de l’OBNL, dans un document destiné à la SHQ.

Le 14 mars dernier, une rencontre à Québec avec la SHQ et le personnel politique de la ministre responsable de l’Habitation, France-Élaine Duranceau, avait permis de fournir les explications nécessaires, croyait Mme Pontel. « On est sorties de là, on pensait bien qu’ils avaient compris. On ne sablait pas le champagne, mais on était en sortie de crise. »

C’est donc avec une très grande surprise que l’organisme a reçu les commentaires, faits le lendemain, par la ministre Duranceau. « Trop de projets sortent à des coûts qui sont vraiment excessifs, a-t-elle déclaré. Quand on parle de 900 000 $, un million la porte… »

La voie de passage

« On croit à ces projets-là, assure le président de la Société d’habitation du Québec, Claude Foster. Mais à ces montants-là, c’est important qu’on pose des questions. » Il indique qu’une rencontre tenue vendredi dernier a permis d’en arriver à des points de passage et qu’une entente de principe a été conclue. Cela se traduira à Rouyn-Noranda par l’ajout d’un studio supplémentaire à l’immeuble, précise Maud Pontel.

« Les maisons d’hébergement de première et de deuxième étape jouent un rôle primordial pour protéger et accompagner les femmes vulnérables, ajoute la ministre Duranceau. Nous sommes conscients que les besoins sont grands. En collaboration avec la SHQ, nous soutenons les organismes pour que le développement des projets soit plus agile et plus efficace, notamment pour optimiser les coûts et assurer le succès des projets. Nous avons la ferme intention que ces projets se réalisent. »

Précision : Dans une version précédente de ce texte, nous avions erronément identifié Céline Brind’amour comme mairesse de Rouyn-Noranda. Elle est plutôt mairesse de Val d’Or. Nos excuses.

Sur nle même sujet au Téléjournal Estrie

1 Like

Finalement, le cadeau du terrain de la part de la ville s’est avéré empoisonné (figurativement ET littéralement).
À 500 000$ les frais de décontamination, ça fait très cher le terrain en Abitibi.

Aussi, pourquoi pas un 3e étage afin de mieux répartir les coûts? Les besoin sont là pourtant.

1 Like

Les portes de Duranceau

SERGE CHAPEAU, LA PRESSE

Reportage sur un promoteur immobilier qui faisait des flips immobilliers et des rénovictions et qui construit maintenant des logements pour personnes en situation d’itinérance

Itinérance à Saint-Jean-sur-Richelieu : une taverne transformée en halte chaleur

Un ancien spécialiste des rénovictions souhaite maintenant construire 500 logements abordables à Saint-Jean-sur-Richelieu. Il transforme présentement un salon funéraire en maison de chambres.

Le nombre d’itinérants dans la ville a triplé depuis la pandémie.

Le reportage de Davide Gentile

2 Likes

(Ottawa) Le gouvernement Trudeau entend délier de nouveau les cordons de la bourse dans son prochain budget afin de stimuler la construction de nouveaux logements.

Résumé

Budget fédéral Six milliards pour les infrastructures essentielles au logement, promet Trudeau

PHOTO JENNIFER GAUTHIER, ARCHIVES REUTERS

Justin Trudeau

(Ottawa) Le gouvernement Trudeau entend délier de nouveau les cordons de la bourse dans son prochain budget afin de stimuler la construction de nouveaux logements.

Publié à 11h39

Partager


Joël-Denis Bellavance
Joël-Denis Bellavance La Presse

À cette fin, il compte lancer un nouveau fonds doté d’une enveloppe de six milliards de dollars qui servira à construire et à mettre à niveau les infrastructures essentielles au logement comme l’approvisionnement en eau potable, les usines de traitement des eaux usées, les systèmes d’évacuation des eaux pluviales et la gestion des déchets solides.

Le premier ministre Justin Trudeau a annoncé les détails de cette mesure durant une conférence de presse à Halifax en compagnie du ministre fédéral du Logement Sean Fraser.

Dès cette année, la somme d’un milliard de dollars provenant du Fonds canadien pour les infrastructures liées au logement sera mise à la disposition des municipalités pour répondre aux besoins les plus urgents en matière d’infrastructures qui freinent la construction de logement.

Le reste de l’enveloppe (cinq milliards de dollars) fera l’objet de négociations entre Ottawa et les provinces et les territoires visant à établir leurs priorités à long terme. Mais les provinces et les territoires ne pourront pas toucher un sou de ce fonds s’ils ne s’engagent pas à prendre des mesures jugées essentielles pour accélérer la construction de logements.

Entre autres conditions, les provinces devront exiger des municipalités qu’elles autorisent la construction de plus de logements intermédiaires, comme des duplex, des triplex, des maisons en rangée et d’autres immeubles d’habitation sur leur territoire.

Parmi les autres, les provinces devront adopter des changements au Code national du bâtiment afin de soutenir des options de logement plus abordables et qui respectent l’environnement. Il faudra aussi utiliser le catalogue de conception de logements que le gouvernement fédéral rendra public sous peu.

Enfin, les provinces et territoires devront mettre en œuvre les mesures de la charte des droits des acheteurs et de la charte des droits des locataires.

Ottawa compte fixer un échéancier serré pour s’entendre avec les provinces, soit au plus tard le 1er janvier 2025. Dans le cas des territoires, l’échéancier a été fixé au 1er avril 2025.

Le gouvernement Trudeau écarte l’idée d’accorder un droit de retrait avec pleine compensation, comme c’est souvent la pratique dans le cas du Québec qui défend vigoureusement ses champs de compétence. En effet, si une province ou un territoire ne signe pas une entente d’ici l’échéance prévue, les fonds qui lui sont alloués seront transférés au volet municipal.

« Nous avons besoin d’un plus grand nombre de logements abordables ainsi que des infrastructures sous-jacentes à ces logements. C’est pourquoi le budget 2024 prévoit la construction de plus d’infrastructures et de plus de logements ainsi que du soutien pour qu’encore plus de Canadiens puissent se trouver un chez-soi. Nous avons une vision équitable, celle de faire en sorte que les communautés aient les logements sûrs et de qualité dont elles ont besoin pour prospérer », a affirmé Justin Trudeau.

Sur le site de Radio-Canada

Sur le site du Devoir : article de la Presse canadienne

1 Like

Chronique de Maxime Bergeron

Depuis l’élection de Valérie Plante à la mairie en 2017, la Ville a acheté une trentaine d’immeubles destinés à être convertis en logements sociaux ou abordables. Une enveloppe de 600 millions de dollars sur 10 ans a été réservée à ces acquisitions.

Le plan est ambitieux, mais les résultats se font toujours attendre. La plupart des bâtiments achetés avec des fonds publics demeurent vacants et moisissent dans l’attente d’éventuels projets.

Une situation difficile à avaler pour les Montréalais, confrontés à une crise du logement historique.

Texte complet : L’écureuil montréalais et ses bâtiments vacants

L’écureuil montréalais et ses bâtiments vacants


PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE
L’ancien Hôpital chinois, acquis par la Ville de Montréal en 2019 pour y faire des logements, est toujours vacant.

MAXIME BERGERON, La Presse

Cela me fait penser à la stratégie de l’écureuil, qui accumule méthodiquement (ou compulsivement ?) les noisettes pour être certain de ne pas en manquer une fois l’hiver venu.

Publié hier à 19h15

La Ville de Montréal fait la même chose avec les bâtiments.

Depuis l’élection de Valérie Plante à la mairie en 2017, la Ville a acheté une trentaine d’immeubles destinés à être convertis en logements sociaux ou abordables. Une enveloppe de 600 millions de dollars sur 10 ans a été réservée à ces acquisitions.

Le plan est ambitieux, mais les résultats se font toujours attendre. La plupart des bâtiments achetés avec des fonds publics demeurent vacants et moisissent dans l’attente d’éventuels projets.

Une situation difficile à avaler pour les Montréalais, confrontés à une crise du logement historique.

Un exemple pathétique me saute aux yeux toutes les semaines : celui de l’ancien Hôpital chinois de Montréal, rue Saint-Denis, dans le quartier Villeray.

La Ville a payé 4 millions en 2019 pour racheter l’imposant bâtiment de briques rouges, avec l’objectif d’y construire une quarantaine de logements sociaux.


PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE
L’ancien Hôpital chinois de Montréal, rue Saint-Denis, dans le quartier Villeray

Les mal-logés du quartier, et ils sont nombreux, avaient applaudi la transaction. D’autant plus que l’immeuble vide se cherchait une vocation depuis 1999, lorsque les activités de l’hôpital avaient été transférées vers le Quartier chinois.

Tout le monde a déchanté depuis.

La conversion en logements, confiée au ROMEL, un organisme à but non lucratif (OBNL), est dans un cul-de-sac.

Le groupe a échoué à obtenir un financement provincial dans le cadre du défunt programme AccèsLogis. Il ne s’est pas non plus qualifié au nouveau Programme d’habitation abordable du Québec (PHAQ) ni à une subvention fédérale offerte par la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), m’a résumé Mazen Houdeib, directeur du ROMEL.

Ce sont des fonds qui viennent de plusieurs sources, et ils ont tous des critères différents. Ils ne sont pas tous compatibles. C’est une vraie gymnastique.

— Mazen Houdeib, directeur du ROMEL

Des montagnes de paperasse ont été remplies, des tonnes d’énergie ont été gaspillées, mais cinq ans après l’acquisition, rien n’a bougé.

Le cas de l’Hôpital chinois illustre les limites de la stratégie déployée par la Ville de Montréal.

Comme je l’écrivais plus haut, l’administration Plante a consacré 600 millions en fonds publics pour acheter des bâtiments vacants et des terrains. La Ville utilise entre autres son droit de préemption pour mettre la main sur des immeubles intéressants, dans le but de les retirer du marché « spéculatif ».

Ils sont mis en réserve pour être revendus à bon prix à des promoteurs, comme des OBNL, qui y feront du logement social ou abordable.

Prévoyant, responsable : un bon plan, sur papier.

Mais voilà : cette stratégie est tributaire du financement des ordres supérieurs de gouvernement pour passer à l’étape de la construction. Ces investissements sont loin d’être à la hauteur des besoins, et rien ne pointe vers un changement de cap à court terme.

Dans ce contexte, une question mérite d’être posée.

La Ville devrait-elle ralentir la cadence des acquisitions et rediriger une partie des 600 millions de son enveloppe pour construire elle-même des logements, à très court terme, dans certains de ses nombreux bâtiments vacants ?

Réponse de l’administration : peut-être.

Entendons-nous : la Ville n’a pas l’intention de cesser de faire des acquisitions. Mais elle est en ce moment en train de revoir toute sa stratégie immobilière, m’a indiqué Benoit Dorais, responsable de l’habitation au comité exécutif.

L’administration veut « cartographier le chemin des possibles pour chacun des bâtiments » vacants ou excédentaires dont elle est déjà propriétaire.

En termes moins fleuris : elle souhaite identifier une vocation pour ces immeubles d’ici la fin de l’année 2024.

Ce serait déjà un bon début.

Plusieurs possibilités sont « sur la table » pour la suite, m’a dit Benoit Dorais. Ce qui pourrait inclure la prise en charge de certaines constructions par la Ville elle-même.

Les prochaines acquisitions faites par la Ville seront par ailleurs mieux « adaptées » aux nouveaux programmes de financement provincial, comme le PHAQ, m’a-t-il affirmé. L’idée étant de pouvoir passer très vite en mode construction, plutôt que de s’asseoir pendant des années sur une propriété.

Un grand ménage s’impose plus tôt que tard, c’est l’évidence.

La liste des bâtiments vacants ou « excédentaires » détenus par la Ville, plus de 70 au total, donne le tournis. Plusieurs sont dans un très mauvais état et considérés comme insalubres.

J’ai obtenu à la mi-mars le détail de toutes ces propriétés, entre autres des incinérateurs, des églises, des garages, des bureaux, même des étables et un caveau à légumes ! L’entretien minimal et le chauffage coûtent déjà une fortune, sans même qu’un seul logement soit construit.

J’ai hâte de voir si la Ville sera bel et bien capable de « cartographier » les destinées de tous ces immeubles d’ici la fin de l’année, comme l’a laissé entendre Benoit Dorais. J’ai quelques doutes, vu la lenteur exceptionnelle qu’elle a mise à répondre à mes questions très simples sur le seul Hôpital chinois. Ou ses difficultés à me dire combien d’argent a été dépensé à ce jour, dans l’enveloppe d’acquisition de 600 millions…


PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE
Vue aérienne de l’îlot Voyageur, à l’angle du boulevard De Maisonneuve et de la rue Berri

À court terme, le grand test sera la conversion de l’îlot Voyageur en énorme projet résidentiel1. L’administration Plante a essuyé plusieurs critiques (justifiées) en raison de sa lenteur à bouger dans ce dossier. Mais si les promoteurs se manifestent, après l’appel d’offres lancé le mois dernier, cela pourrait marquer un tournant dans la manière de redévelopper des sites désaffectés à Montréal.

Ce projet semble presque condamné à réussir. Car la patience des Montréalais, autant celle des contribuables surtaxés que celle des mal-logés, est étirée au maximum.

2 Likes

2 messages ont été fusionnés à un sujet existant : Unitaînés Montréal - 6 étages

4 messages ont été fusionnés à un sujet existant : Immeuble HVN-Sauvé - X étages