Griffintown - Activités commerciales

Le New City Gas devient Bazart

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

La terrasse couverte qui fait office de salle à manger du nouveau Bazart est impressionnante.

Espace festif s’il en est un, le New City Gas n’a pu faire autrement que de trouver une nouvelle formule pour faire vivre ses magnifiques espaces cet été, au cœur de Griffintown. Le complexe historique devient Bazart, un concept de divertissement raffiné comprenant bar, restaurant gastronomique, galeries et boutique.

Publié le 26 juillet 2021 à 11h00

Partager

Ève Dumas

Ève Dumas La Presse

La vision d’Alex Kordzian, fondateur du New City Gas et président de l’entreprise Produkt, était de faire vivre une expérience à la clientèle, de l’apéro au digestif, dans le confort et le chouchoutage extrêmes. On encourage les couples ou les groupes qui réservent à arriver un peu d’avance, pour pouvoir siroter un cocktail ou un verre de champagne au superbe bar qui nous transporte dans le Tulum des belles années – ça sent le palo santo à plein nez ! –, voire dans une oasis saharienne, point d’eau en moins.

Avant ou après le repas, on peut visiter les deux galeries qui se sont installées dans l’espace. La première, à l’intérieur, mise sur l’art numérique. Ce serait la première galerie de NFT (non-fungible token ou jeton non fongible) au Canada, fondée par Yannick Folla et Bianca Lessard, d’0x Society. Le tandem souhaite démocratiser l’art crypto en offrant des expositions virtuelles et en personne, du contenu éducatif et des bourses destinées aux artistes canadiens.

La première exposition repose sur le thème du solstice d’été, interprété par 12 artistes. Elle est gratuite et ouverte à tous sur rendez-vous.

Art urbain

Tout le monde peut aussi accéder à la deuxième galerie, extérieure celle-là et ouverte 24 heures sur 24. Station 16 et Station 16 Éditions sont responsables de la programmation d’art résolument urbain. À notre passage, trois artistes étaient exposés, dont le Britannique Prefab77 et l’Américain Scott Listfield. Ce dernier met en scène un personnage récurrent, un astronaute « en train d’explorer le présent », dans un paysage dystopique. Pour cette exposition en particulier, il intègre quelques clins d’œil montréalais.

1/7

Il faut entrer pour voir les œuvres du troisième artiste, le photographe d’ici Oliver Bernardi, qui a transformé des bouchons de bombes de peinture – dont certains ayant appartenu à des graffiteurs reconnus – en véritables bijoux.

« Cet été, on a décidé d’y aller à fond dans les projets passion que j’ai depuis un bout de temps, explique Alex Kordzian, de New City Gas et Produkt. J’adore l’art, je suis collectionneur, j’aime les artistes visuels, pas seulement les artistes musicaux », raconte celui qui est surtout connu dans l’univers de la musique électronique.

Brochette de chefs

Qui dit art, musique et fête dit aussi restauration. Bazart a récupéré d’excellents éléments du milieu montréalais. « On a constaté que beaucoup de chefs avaient perdu leur emploi cette année ou étaient entre deux projets. On a fait des recherches et on a monté une équipe de très haut niveau », lance fièrement celui qu’on surnomme Alex K.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Les chefs Athiraj Pharsavath, Massimo Piedimonte et Guillaume Daly produisent des plats petits et grands d’une qualité exceptionnelle.

Massimo Piedimonte (Mousso et bientôt Cabaret L’Enfer) est le chef exécutif. Il y a aussi aux fourneaux Athiraj Pharsavath (Mercuri) et Guillaume Daly (Soubois), entourés d’une équipe de directeurs chevronnés composée de Joao Perreira (Soubois), Simon Schmidt (Maison Boulud) et Amir Yayon (New City Gas), du sommelier Maxime Laliberté (Maison Boulud) et du mixologue Laurence Picard (Nectar & Co.).

La consigne donnée à la cuisine : direction Méditerranée.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Alex Kordzian, fondateur du New City Gas

On avait envie de faire voyager les gens, mais en mélangeant les inspirations.

Alex Kordzian, fondateur du New City Gas

Les chefs sont donc libres d’interpréter à leur goût les classiques des cuisines du Maroc, de la Grèce, du Liban, etc. Ainsi trouve-t-on au menu une salivante sélection de mezzes servis avec une variété de pains plats, des entrées un peu plus consistantes et quelques plats principaux.

Installée dans le vaste vestiaire du New City Gas, la cuisine est équipée pour produire de belles grillades sur charbon de bois, version terre ou mer. Les plats principaux ne sont pas donnés, mais en formule partage, et en tenant compte de l’expérience complète et de la qualité des ingrédients, il est possible de justifier les prix.

Bien qu’il ait hâte de pouvoir rouvrir sa grande salle de concert à l’étage, Alex K se réjouit de pouvoir faire vivre un évènement pendant plus qu’un week-end. Et en attendant, l’équipement se fait mettre à niveau, pour un éventuel lancement qui fera du bruit.

« Je trouvais parfois dommage qu’on se donne autant pour créer des thèmes, des décors toujours très inspirés mais éphémères. Là, on a trois mois, jusqu’au 3 octobre. Qu’est-ce qui va arriver après cette date-là ? On ne le sait pas du tout. Ça va dépendre des consignes de la Santé publique. Mais on a des idées ! », dit celui dont l’équipe n’est jamais à court de concepts.

Le Bazart est ouvert du mercredi au dimanche, de 17 h à minuit.

Consultez le site du Bazarthttps://www.lapresse.ca/societe/2021-07-26/le-new-city-gas-devient-bazart.php

2 Likes

Le local au 170, rue Peel (coin Wellington) deviendra une succursale de BMO.

Si j’ai bien compris, le BMO déménage pour que le MUST puisse avoir un énorme local ?

Le MUST prend aussi le local sur Wellington.

Penguin Pick-up sur de la Montagne

5 Likes

2 messages ont été fusionnés à un sujet existant : 217 Young (rénovation) - 3 étages

Dans la dernière brochure de Devimco, datée du 13 septembre, c’est un magasin d’électroménagers qui s’installent dans le local de la rue Smith du MaryRobert (no 4)

Et un optométriste reprend le local du Kartell à l’Hexagone 1

3 Likes

Un petit nouveau dans le quartier. Et du prête-à-manger en plus. Parfait!

5 Likes

J’aime bien ces sympathiques commerces dans des bâtiments d’époque qui donnent du caractère au quartier. Un heureux mélange de neuf et d’ancien où cohabitent l’histoire et le contemporain, tout en mettant en évidence une partie de l’âme originale des lieux.

4 Likes

La Shop BMR a fermé ses portes le 1er mai.

Il semble que BMR ait décidé de fermer ses magasins « urbains ».

C’est vraiment dommage. Le service était excellent dans cette petite quincaillerie de quartier :frowning:

Triste état pour ces si pratiques quincailleries urbaines. On parle de plus en plus de désert alimentaires, mais il y a aussi toutes sortes d’autres commerces plus secondaires, mais important pour la qualité de vie d’un quartier.

S’il y a consolidation vers les grandes surfaces, je me demande si ça ne pourrait pas ouvrir la porte pour de plus petit joueurs ou si c’est bien la fin de ce modèle.

1 Like

Effectivement, le service était très bon dans cette petite quincaillerie. J’y allais régulièrement pour toutes sortes de choses, incluant des conseils. Par contre, il n’y avait jamais beaucoup de monde et ca ne me surprend pas du tout que la quincaillerie ne soit pas rentable. Il faut avouer que ce local est quelque peu en retrait.

Si bonne nouvelle il y a c’est que ce local est maintenant disponible et je crois que sa localisation est plus adaptée pour…disons un bar. Mais en espérant que les futurs locataires fassent une meilleure utilisation des grandes fenêtres donnant sur la promenade Smith.

1 Like

New City Gas forcé de faire taire ses terrasses


Très prisés par les jeunes Montréalais, les événements d’envergure mettant en vedette de nombreux DJ internationaux, dont plusieurs à l’extérieur, ont fait la réputation du New City Gas. | Photo: Gracieuseté - NCG

Journal Métro | MONTRÉAL | Nicolas Monet | 15 septembre 2022 à 15h52

La Cour supérieure du Québec ordonne au New City Gas, emblème de la vie nocturne montréalaise, de «retirer les appareils sonores» sur ses terrasses et «de ne faire aucune représentation, y compris des représentations de “DJ”», peut-on lire dans un jugement du 2 septembre dernier. Le tribunal met ainsi fin au bras de fer qui opposait l’espace événementiel à la Ville de Montréal depuis 2016.

La Cour conclut que de telles activités sont une «source de nuisance pour le voisinage» et sont contraires au règlement sur le bruit et au règlement d’urbanisme de l’arrondissement du Sud-Ouest, l’établissement de Griffintown détenant un certificat d’autorisation pour exploiter un «café-terrasse» sur son espace extérieur.

«La danse, les représentations théâtrales ou cinématographiques, les concerts, les spectacles, I’usage d’appareils sonores ainsi que la cuisson d’aliments sont interdits dans un café-terrasse.»

– ARTICLE 366 DU RÈGLEMENT D’URBANISME DE L’ARRONDISSEMENT SUD-OUEST (01-280)

Le maire de l’arrondissement du Sud-Ouest, Benoit Dorais se dit «extrêmement satisfait» de la décision.

L’élu réitère que New City Gas «opère des activités qu’il n’a pas le droit de faire». «C’est la même chose dans tout l’arrondissement du Sud-Ouest. Les cafés-terrasses ne peuvent pas causer de nuisances, ne peuvent pas jouer de musique [à l’extérieur]», ajoute-t-il.

L’administration municipale compte mobiliser des inspecteurs pour s’assurer que l’interdiction sera respectée. «On va vérifier la programmation, on va faire des vérifications pour voir si les haut-parleurs sont retirés, si les haut-parleurs ne sont pas orientés vers l’extérieur de sorte que l’on contourne ce jugement», affirme catégoriquement Benoit Dorais.

Considérant l’ordonnance judiciaire qui pèse contre lui, l’établissement pourrait être déclaré coupable d’outrage au tribunal s’il ne respecte pas les conclusions de la Cour.

Le maire d’arrondissement présume que ses propriétaires sont de bonne foi. «On s’attend à ce que [New City Gas] change ses pratiques […] on aura alors un entrepreneur qui sera socialement impliqué et qui va faire les choses comme il faut», mentionne-t-il.

Au moment d’écrire ces lignes, New City Gas n’a toujours pas commenté la décision ni donné de détails sur l’impact qu’elle aura sur ses prochains événements, malgré les demandes répétées de Métro. Les terrasses ouest et sud, qualifiées de «cours intérieures», sont toujours affichées comme des salles disponibles sur le site du New City Gas, malgré l’ordonnance qui les vise.

Un conflit qui perdure depuis 6 ans

Mai 2012: New City Gas ouvre ses portes.

Août 2014: la Ville et New City Gas s’entendent contractuellement sur l’utilisation de l’espace extérieur. En vertu de cette entente, la terrasse ne pouvait servir que comme espace d’attente pour la clientèle avant que celle-ci entre à l’intérieur du bâtiment, les activités de vente d’alcool et de nourriture ainsi que la diffusion de musique étant spécifiquement exclues.

Mai 2016: en réponse à de nombreuses plaintes de citoyens, l’arrondissement du Sud-Ouest ordonne au New City Gas de cesser immédiatement d’exploiter ses terrasses, puisque cette activité contrevient à la règlementation, et de retirer les haut-parleurs extérieurs.

Mars 2017: considérant les refus de New City Gas d’obtempérer, la Ville de Montréal dépose une demande en justice.

2 septembre 2022: la Cour supérieure du Québec ordonne au New City Gas de fermer ses terrasses.

1 Like

Enfin, autre chose qu’un barbier ou un salon de manucure :wink:

Ciele prévoit ouvrir une boutique à Griffintown! (en espérant que ce ne soit pas le Griffintown-Annexe, qui inclut Pointe-Saint-Charles, Petite-Bourgone et Saint-Henri :sweat_smile:)

Chez Ciele

Des collaborations, la marque montréalaise chouchou Ciele en fait plein, qu’elles soient locales (chaussures Norda) ou internationales (Salomon, Puma). Mais la nouveauté du moment, c’est la collection Elite. Ce n’est pas le premier tour de piste du casquettier dans le monde du vêtement. Ces nouvelles pièces, vendues exclusivement en ligne, ont toutefois la particularité d’être ultratechniques et haut de gamme.

Ciele a développé ses propres matières pour cette collection, dont le Coolmatic, le COOLmatic EXP avec carbone, le RipStop, etc. Quant au design, il est l’œuvre de Catherine Langelier, qui a imaginé des pièces polyvalentes, mais affirmées, adaptées au café entre amis, mais aussi au demi-marathon. On pense notamment au short EVD et à sa coupe particulièrement urbaine et passe-partout.

« Ce sont des silhouettes qui n’existent tout simplement pas sur le marché de la course, avec une foule de fonctions et de détails extrêmement réfléchis », se réjouit Jeremy Bresnen, cofondateur de la marque qui n’a pas fini de nous surprendre, notamment avec une toute première boutique Ciele à venir, dans Griffintown.

3 Likes

Bonne nouvelle. Et quelque chose de différent de ce que l’on trouve dan les secteur. Mais sait-on pas dans quel édifice se trouvera ce commerce ?

1 Like

Le salon de coiffure Blunt a pris l’espace voisin au RDC de l’Hexagone 1 qui était occupé par la Maison de la course pour agrandir

C’est beau et moderne, mais dommage pour la diversité commerciale du quartier

Concrete and gold intermingle and set the tone at this Canadian salon

Situated in Montreal and designed by Marie Eve Issa of ISSADESIGN, the Blunt salon’s layout merges an existing space with the new one by being balanced in materiality and space.

January 10, 2023

Following the departure of a neighbouring tenant, Blunt – an already well-established hair salon in Montreal – seized the opportunity to expand and develop its service offering. From the beginning, the design team engaged in a constructive dialogue with its clients in order to find the right balance between the two.

Playful visual path

In order to preserve Blunt’s original visual signature, as well as the visual concept previously conceived by the Jean de Lessard agency, Issadesign opted to keep the tubular structures that so-characterize the salon. The idea was to preserve them and to give them a new lease on life by re-coloring them. “We wanted to let the installation live, and to not distort it. We felt that we had to free it up by giving it back the space it deserves,” says designer Marie Eve Issa. “The complex path proposed by this playful ensemble creates a visual path throughout the existing premises, which is then continued within the extension by adding fitted structures’.

Situated in Montreal and designed by Marie Eve Issa of ISSADESIGN, the Blunt salon’s layout merges an existing space with the new one by being balanced in materiality and space.

Atypical materiality

To complete the transformation, the space was given a brand-new materiality combining concrete and brass. Issadesign tried to avoid the gender-bending decorative elements that are often present in beauty spaces. The redesigned interior of the salon features textured materials that harmonize with the raw and assertive aspects of the space, thus expressing the essence of the “blunt” salon. The tinted grey is given pride of place because not only does it act as a neutral and timeless element, but it also echoes the materials of the neighbourhood – Griffintown – a former industrial territory where concrete, brick, and metal are omnipresent. This texture is accompanied and enhanced by the warm tones of gold, creating a trendy industrial atmosphere.

Continuing core

In terms of design, the challenge was to establish a certain visual and functional continuity between the sectors. The bar-café takes center-stage and is placed in the center of the space, acting as a socializing place; a connecting core. Within the new sector, there is a large reception counter with a work and consultation area in the back dedicated to the trichology service, a study in hair health. The counter area uses the language of the line and is consistent with the project’s overall linear design. It is a simple and subtle gesture that unifies the two areas.

Situated in Montreal and designed by Marie Eve Issa of ISSADESIGN, the Blunt salon’s layout merges an existing space with the new one by being balanced in materiality and space.

It was important for the client to showcase the specialty products and, for this reason, integrated shelves were designed to highlight the products from the entrance. To complete the look, the mezzanine was converted into a friendly employee lounge, with a touch of exclusivity.

The result is a modern and sophisticated lounge with an industrial touch, custom fixtures, and furnishings that give passers-by, employees, and clients a new lease on life.

Fact file:

Location: 1170 Wellington street, Montréal, QC

Area: 2,240 sq ft

Design firm: ISSADESIGN, design de l’environnement intégré

General contractor: Progest construction

Cabinetmaker: Ébénisterie Top Design

Concrete finish: Élément béton

Photographer: Philippe Bernard

About the design firm:

ISSADESIGN is an environmental design agency specializing in the fields of institutional, corporative, commercial, and residential design. Its areas of expertise include creative consultation, interior planning and design, and architecture. At ISSADESIGN, the designers are hungry for challenges, creative solutions, and innovative technology. Their constant curiosity pushes the team to exceed the client’s expectations by creating unique spaces where aesthetics and functionality meet.

https://www.architectandinteriorsindia.com/projects/concrete-and-gold-intermingle-and-set-the-tone-at-this-canadian-salon

3 Likes

C’est dans l’ancien Salvation Army, au 1630, rue Notre-Dame Ouest

C’était en travaux avant Noël (Source)

L’entrée a été reculée pour ajouter une rampe d’accès :ok_hand:t2: :wheelchair: (Ce qui est rare pour les commerces sur Notre-Dame Ouest en raison de l’âge de la majorité des bâtiments)
En fait, c’est une fenêtre qui a été remplacée par une entrée
Avant les rénos.

Après les travaux de la façade.

3 Likes

Bonne nouvelle! un commerce vacant de moins. En faite ces commerce sont isolés des passant du nord de GT, par la rue Wellington et ses barrières de béton. Donc c’est pas propice a tout type de commerce. Bien hâte de voir les plan de la ville pour apaiser cette rue.
Mon rêve (Irréalisable) et que un jours le pont Wellington sera démolis et replacée par un parc avec accès direct au canal et le pont tournant transformé en passage piéton/Vélo.

Ca n’arrivera franchement jamais, le pont est le principal accès vers le Pont Victoria bien sûr; mais aussi vers PSC et Bridge Bonaventure.

1 Like

Un de mes voisins qui est urbaniste nomme le pont Wellington, le « non-pont » Wellington, car il le considère plus comme un viaduc qu’un vrai pont bien conçu.
Il m’a expliqué que ce sont les commerçants de PSC qui ont financé le pont, car ils étaient tannés d’être isolés à chaque fois qu’il y avait un accident dans le tunnel Wellington. Et ça arrivait souvent, car le tunnel n’était pas assez haut pour bcp de camions de marchandises.

2 Likes