Grand parc de l'Ouest


Le Grand parc de l’Ouest regroupera notamment les parcs-nature de l’Anse-à-l’Orme, du Bois-de-L’île-Bizard, du Bois-de-la-Roche, du Cap-Saint-Jacques et des Rapides-du-Cheval-Blanc, en plus d’inclure différents secteurs d’intérêt.

4 Likes

Un parc d’envergure provinciale et de qualité exceptionnelle accessible en transport en commun structurant, à quelques minutes du centre-ville. Ne prenons pas pour acquis les gains exceptionnels des trois derniers années: il s’agit d’un geste déterminant pour le droit à la nature et la protection du littoral dans l’archipel montréalais qui représentera, à terme, l’un des plus importants geste de conservation naturelle depuis la création du parc du Mont-Royal.

Ce parc ouvrira à 2 millions de montréalais un milieu naturel d’exception sans prérequis aucun (voiture, chalet, etc)! Je m’y aventure parfois en vélo et je me surprends, en m’arrêtant au bord du chemin, de ma propre impression de me trouver à des centaines de kilomètres de chez moi. Que ce soit le parc de l’Anse à l’Orme, le village de Senneville ou le Bois-de-la-Roche, la consolidation de ce patrimoine vaut l’ampleur de l’investissement.

2 Likes

Paysage humanisé. Je ne connaissais pas le concept

Communiqué du ministère de l’Environnement

Un nouvel outil dans la lutte pour préserver la biodiversité

Québec veut faire de l’ouest de L’Île-Bizard le premier paysage humanisé projeté

Québec, le 16 juin 2021. – Le gouvernement du Québec a donné son autorisation pour la création d’un premier paysage humanisé projeté, sur L’Île-Bizard. D’une superficie de 18 km2, cette aire protégée, qui couvrirait la partie ouest de L’Île-Bizard et une partie de la rivière des Prairies et du lac des Deux Montagnes, contribuerait à la bonification du réseau d’aires protégées au sud du Québec.

Cette nouvelle a été dévoilée en conférence de presse ce mercredi par le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, ministre responsable de la Lutte contre le racisme et ministre responsable de la région de Laval, M. Benoit Charette. Il était accompagné, pour l’occasion, du conseiller de la Ville de Montréal, membre du comité exécutif et responsable de la gestion et planification immobilière, de l’habitation, des grands parcs et du parc Jean-Drapeau, M. Robert Beaudry.

Le statut de paysage humanisé correspond à une aire protégée de catégorie V. Ce type d’aire protégée est largement répandu dans plusieurs pays d’Europe et est reconnu par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), l’autorité mondiale en matière de protection de la biodiversité. Le statut de paysage humanisé est prévu dans la Loi sur la conservation du patrimoine naturel depuis 2002, mais il n’avait encore jamais été déployé au Québec. Il vise l’établissement d’une aire protégée sur un territoire habité et modifié par l’activité humaine, mais qui demeure en harmonie avec la nature. Ce statut de protection permet à la fois la conservation de la biodiversité et celle des paysages et valeurs culturelles bénéfiques à cette biodiversité, tout en valorisant les pratiques durables et exemplaires des communautés.

Plus spécifiquement, le territoire du paysage humanisé projeté de L’Île-Bizard se distingue par son paysage de bocage, constitué de champs entourés de haies arborescentes et de murets de pierre qui créent une mosaïque d’habitats favorables à la biodiversité et assurent une connectivité écologique dans l’ouest de la région métropolitaine.

Ce projet est issu de demandes citoyennes et appuyé par les autorités municipales, par la communauté mohawk de Kahnawake et par la majorité des participants à la consultation publique réalisée par la Ville de Montréal. Il constitue un bel exemple de la contribution de la Ville de Montréal à la conservation de la biodiversité et des milieux naturels. La gestion de la portion terrestre du paysage humanisé projeté de L’Île-Bizard relèvera d’ailleurs principalement des autorités municipales, qui y conserveront l’ensemble de leurs pouvoirs et responsabilités.

Citations :

« En créant le paysage humanisé projeté de L’Île-Bizard, nous déployons un nouvel outil dans notre lutte pour préserver la biodiversité et maintenir des espaces naturels de qualité à proximité des populations. Alors que nous souhaitons intensifier nos efforts de protection du territoire dans le sud du Québec, il est important de pouvoir compter sur de nouveaux statuts de protection plus appropriés à la réalité des usages dans les régions plus densément habitées. Bien que moins stricts, ces statuts offrent des avantages naturels importants, non seulement en permettant l’établissement de corridors écologiques, mais également en matière de gestion des inondations, de maintien de la qualité de l’eau, de pollinisation et, plus largement, d’adaptation aux changements climatiques et de lutte contre les changements climatiques. Félicitations à la Ville de Montréal et aux résidents de cette nouvelle aire protégée qui vient enrichir le réseau d’aires protégées du Québec. »

Benoit Charette, ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, ministre responsable de la Lutte contre le racisme et ministre responsable de la région de Laval

« La création du paysage humanisé projeté de L’Île-Bizard est un geste environnemental fort pour la grande région de Montréal. Je suis très fière que notre gouvernement puisse offrir un endroit qui met en valeur et protège la biodiversité au bénéfice des collectivités. Cela contribue non seulement à étendre le réseau d’aires protégées du Québec, mais également à verdir notre métropole et à assurer son attractivité. »

Chantal Rouleau, ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal

« Nous réalisons aujourd’hui une avancée concrète et majeure vers l’atteinte de la cible de protection du territoire fixée dans le Plan climat de la Ville de Montréal. Grâce à ce travail concerté, le territoire protégé de l’agglomération passera de 6 à 8 %, sur un objectif total de 10 %. La création de ce premier paysage humanisé projeté au Québec est historique, et je suis particulièrement fière qu’il se concrétise dans la métropole et le cadre enchanteur de L’Île-Bizard. Le titre de paysage humanisé projeté, accordé par le gouvernement du Québec, témoigne de la vision forte et audacieuse que nous portons pour le réseau des espaces verts de Montréal et de toute la Communauté métropolitaine de Montréal. Nous nous réjouissons que le rapport des consultations publiques, menées au cours du printemps et de l’été derniers, confirme que cette vision est appuyée par la population, dont l’adhésion est essentielle pour réussir la relance verte que nous mettons en place. »

Valérie Plante, mairesse de la Ville de Montréal

« Le paysage humanisé projeté de L’Île-Bizard et le Grand parc de l’Ouest participent à un même objectif, celui de réussir la relance verte de Montréal, de protéger de nouveaux territoires et de relier des espaces verts existants, pour mettre en place, à terme, un vaste réseau de plein air urbain de plus de 3 000 hectares. C’est donc un autre maillon important qui s’ajoute à cette grande chaîne de connectivité écologique et qui contribue concrètement à accroître la résilience de la métropole face aux changements climatiques. Nous franchissons un pas historique, avec l’appui de la population. »

Robert Beaudry, conseiller de la Ville de Montréal, membre du comité exécutif et responsable de la gestion et planification immobilière, de l’habitation, des grands parcs et du parc Jean-Drapeau

« Comme maire et citoyen de L’Île-Bizard–Sainte-Geneviève, c’est une immense fierté de voir qu’une portion de notre territoire puisse recevoir la désignation de paysage humanisé, une première au Québec. Avec sa riche biodiversité et son paysage de bocage, composé de champs, entouré de haies arborescentes et de murets de pierre, en plus de son caractère insulaire, ce site remarquable sera mis en valeur, au bénéfice de nos résidentes et résidents et de nos producteurs agricoles. La création d’aires protégées a des impacts non seulement sur le bien-être et la qualité de vie, mais également sur la santé, et je remercie le gouvernement du Québec de choisir notre territoire pour créer un premier paysage humanisé. »

Normand Marinacci, maire de l’arrondissement L’Île-Bizard–Sainte-Geneviève

Faits saillants :

  • Les activités minières, gazières et pétrolières, la construction de gazoducs ou d’oléoducs, l’introduction d’espèces envahissantes, ainsi que le dépôt de matières résiduelles ou de neige (portion aquatique), seront interdits sur le territoire du paysage humanisé projeté.

  • Les activités agricoles, économiques et récréatives pourront se poursuivre sur le territoire protégé. Les propriétaires garderont la pleine jouissance de leurs droits de propriété, dans le respect des lois et règlements en vigueur. Les transactions entre propriétaires privés pourront également se poursuivre. Le statut de protection n’apportera par ailleurs aucune exigence supplémentaire concernant l’aspect ou l’architecture des bâtiments.

  • On retrouve, parmi toutes les aires protégées au monde, 8,6 % de paysages humanisés, selon les données recensées par l’UICN. Par exemple, les paysages humanisés présents en Autriche, en Pologne, en Espagne et en Allemagne représentent plus de 25 % du nombre total d’aires protégées dans ces pays.

  • Dans le cadre des étapes ayant mené à l’octroi du statut de paysage humanisé projeté, la Ville de Montréal a invité, au printemps 2020, les propriétaires, les groupes, les organisations ainsi que toutes les personnes concernées et intéressées à soumettre leurs suggestions, commentaires ou interrogations sur le projet, dans le cadre d’une consultation dont le rapport est rendu public aujourd’hui. L’importante participation à cette consultation, réalisée dans les conditions exceptionnelles de la COVID‐19, a révélé que le projet reçoit un accueil favorable chez la grande majorité des citoyens et des groupes qui se sont exprimés.

  • Une consultation permettra à toute personne qui voudrait s’exprimer sur ce projet de le faire par écrit entre le 30 juin et le 14 août 2021 inclusivement. Le projet de plan de conservation du paysage humanisé projeté sera rendu disponible à cette occasion.

Liens connexes :

Pour en savoir plus sur le statut de paysage humanisé : www.environnement.gouv.qc.ca/biodiversite/prive/paysage/index.htm.

Pour participer à la consultation publique (à partir du 30 juin seulement) :
www.environnement.gouv.qc.ca/biodiversite/prive/paysage/consultation-ile-bizard.htm

Pour accéder au rapport de la consultation publique réalisée par la Ville de Montréal, aux mémoires déposés et au feuillet d’information sur le projet :
www.realisonsmtl.ca/grandparcouest?tool=survey_tool&tool_id=paysage-humanise#tool_tab.

Pour prendre connaissance de la liste des aires protégées au Québec : www.environnement.gouv.qc.ca/biodiversite/aires_protegees/registre.

2 Likes