Espaces piétonniers

Well the MTMD is suppose to review the Tome I Conception Routière and Tome 5 Signalisation routière to make streets more secure for pedestrian

It’s action 8 of their action plan

Also, there’s a barrier to close Hall street behind St. Gabriel Elementary School in Pointe-Saint-Charles to turn it into extra space for kids to play or to reach the school yard on the other side of the street (I’m not sure it’s up to code with the MTMD)

2 Likes

Allison Hanes: We need to get serious about road safety to protect our children

Will a slew of new municipal and provincial road safety measures around schools finally teach drivers to slow down?

Allison Hanes • Montreal Gazette
Published Sep 07, 2023 • Last updated 17 hours ago • 4 minute read


Children in the Montreal area are becoming living speed cameras as a way to get drivers to slow down in school zones. A police officer stands by as a child with a backpack is equipped with a readout showing drivers’ speeds, in a Friday, June 30, 2023, handout photo. The Canadian Press

It didn’t take long, sadly, before Quebec recorded its first pedestrian casualty since kids across the province returned to school last week.

A six-year-old girl in suburban Quebec City was struck by a vehicle Wednesday morning. Although she suffered a head injury, local police reported that they don’t fear for her life.

Heave a sigh of relief. It was another close call as more attention is finally being paid to road safety.

New pencils, new erasers and new books have long been staples of back-to-school preparations. But this year there are also new speed limits, new radar traps and new investments by municipalities and the province alike to secure school zones.

A Ukrainian refugee, killed by a car on her way to school in Ville-Marie borough last December, highlighted the unacceptably high pedestrian death toll in Montreal — and underscored the vulnerability of children in particular. Mariia Legenkovska’s heartbreaking death prompted the city to swiftly introduce a flurry of new safety measures to address long-standing dangers in the neighbourhood where she lived.

Otherwise the bricks and mortar city-scaping that are among the means necessary to protect pedestrians (but slow to materialize given the limited time and money it takes to complete) remain a work in progress.

Mayor Valérie Plante stood outside a school in the Sud-Ouest this week to announce $10 million for 30 projects in 11 boroughs to widen sidewalks, install speed bumps and augment pedestrian crossings to ensure students who walk can make it to class safely. These are all positive steps, to be sure, but there are hundreds of schools in the city, each waiting to climb the priority list — without experiencing the kind of tragedy that might catapult them to the top.

Upping the ante, the South Shore city of St-Lambert dropped speed limits in school zones to 20 kilometres per hour compared to 30 km/h in Montreal and most other places. It’s a strong statement of intent, but will it make a difference? Recent data shared by the Quebec association of police chiefs revealed 71 per cent of drivers speed around schools and parks anyway.

Quebec Transport Minister Geneviève Guilbault recently announced $180 million over five years to adopt the Vision Zero concept, with a special focus on school zones. After an alarming increase in traffic deaths last year, the government had been under pressure to get tough.

But how seriously can we take a minister who doesn’t wear her seatbelt? Her own office posted photos on social media of Guilbault working in her chauffeured government limousine without her safety belt, a lapse that caught the eye of Le Journal de Montreal. Oops.

It doesn’t bode well if the person in charge of reversing deadly traffic trends is so clueless about a basic live-saving road safety habit. Apology aside, she now lacks the moral authority to enact steeper fines for highway code violations under Quebec’s sweeping new plan.

Bringing in stiffer rules and penalties, however, is meaningless without enforcement. Montreal police are trying a new tactic to curb speeding in school zones. They’re enlisting children wearing special “backpacks” with a screen that flashes a passing motorist’s speed, as registered by a supervising cop’s radar gun. The idea is to try to put a human face (or back of the head, as the case may be) on safety. It’s gimmicky, but, hey, whatever it takes to get folks behind the wheel to stop ignoring the pint-size pedestrians around schools. With four backpacks, however, police can’t be everywhere at once, so will it be enough to alter attitudes?

Citizens groups are also taking matters into their own hands.

Pas une mort de plus, along with the English Parents’ Committee Association of Quebec, tried tugging at heartstrings by encouraging communities to create hand-drawn safety posters for school zones. If the official signage is a blur, maybe a child’s artwork will catch their attention.

And on Wednesday, the Centre d’écologie urbaine de Montréal (CEUM), along with l’École de santé publique de l’Université de Montréal and the Centre de recherche en santé publique, offered up a toolbox of measures to help schools, parents and volunteers tame traffic around schools themselves. More kids should be encouraged to walk to class for the health and environmental benefits — without taking their lives into their hands.

The lesson that Legenkovska’s death should have taught us (but that everyone will forget in the case of the Quebec City girl who mercifully survived her near miss) is that we should concern ourselves with the safety of every child heading to school as if they were our own.

Mais ils ne pourront jamais extrapoler ces arguments à l’ensemble de la population. Dès qu’un être humain dépasse l’âge de l’école primaire, sa vie est jetable et la facilité de circulation est plus importante que la sécurité des piétons. Ils ne veulent tout simplement pas accepter les implications d’étendre ces idées à tout le monde, car cela nécessiterait de déprioriser la voiture dans la majorité de la ville.

3 Likes

Ah le maudit interblocage, c’est systématique près de chez moi quand le feu est rouge a l’intersection en aval. Même les chauffeurs d’autobus de la STM le font.

Et ça bloque les résidents qui veulent faire le virage pour rejoindre leur stationnement intérieur situé sur la rue perpendiculaire. La Ville avait fait un marquage de zone d’arrêt interdit avec un quadrillé, mais plusieurs automobilistes ne respecteaient les lignes.

La circulation cause des maux de tête près d’une école du Plateau


Marie-France Coallier Le devoir Une femme et ses enfants traversentl’intersection du boulevard Saint-Joseph et de l’avenue des Érables, près de l’école primaire Saint-Pierre-Claver, à Montréal.

Anne-Marie Provost
11 septembre 2023
Société

La circulation lourde devant une école primaire située sur le Plateau-Mont-Royal à Montréal et les automobilistes qui adoptent des comportements jugés dangereux font grincer les dents des parents et exaspèrent une brigadière, qui doit se battre quotidiennement pour faire respecter les règles et qui subit de l’incivilité.

« C’est le bordel, ici j’ai toujours de la misère », lance Carole Viau, brigadière, qui travaille depuis quelques années à l’intersection du boulevard Saint-Joseph et de l’avenue des Érables, à un coin de rue de l’avenue De Lorimier. « Cette année, c’est pire que d’habitude », souligne-t-elle. Lors de notre passage vendredi matin devant l’école primaire Saint-Pierre-Claver, la circulation était moins dense qu’en milieu de semaine. Mais des camions, parfois de 53 pieds, des autobus et des voitures bloquaient tout de même presque systématiquement le passage pour piétons emprunté par les enfants aux feux de circulation.

L’endroit est le paradis de l’interblocage, interdit par le Code de la sécurité routière. Des véhicules qui s’engagent trop vite dans l’intersection ne peuvent pas traverser, se retrouvant coincés en file derrière les autres voitures lorsque le feu passe au rouge. La brigadière et les parents avec qui Le Devoir a discuté dénoncent le comportement des automobilistes et mettent également en cause une augmentation du trafic, causée entre autres par des changements récents de sens unique, les rues bloquées par des travaux et la piétonnisation de l’avenue du Mont-Royal pour la période estivale.

Mme Viau se fait un devoir de rappeler à l’ordre les conducteurs et leur demande parfois sèchement de reculer pour rendre le passage sécuritaire. Ceux-ci ne réagissent pas toujours bien. « J’essaie de leur dire, mais, des fois, ils ferment leur fenêtre ou ils m’envoient promener, me font un doigt d’honneur », détaille celle qui a entendu tout un éventail d’insultes allant de « va chier, grosse conne » à « grosse pétasse ».

« La semaine passée, j’ai failli me faire frapper », poursuit-elle. Une automobiliste a appuyé sa voiture contre la jambe de la brigadière, sans s’arrêter. « On ne nous respecte pas du tout », laisse-t-elle tomber, avouant trouver la situation pesante, même si elle aime son métier.

Dans la rue des Érables, une fourgonnette grise coiffée d’un panneau « Écoliers » s’engage dans une manoeuvre interdite pour tourner à droite alors que le feu est rouge, sous le regard de deux jeunes enfants. Ébahie, la brigadière fait des signes énergiques pour que le conducteur arrête le véhicule.

« Il y a trop de trafic sur Saint-Joseph, et les voitures sont fatiguées d’attendre. Chaque fois qu’elles peuvent avancer, elles avancent, laisse tomber Richard Rispoli, qui vient conduire son enfant à l’école. Je pense que ça va se régler quand les rues piétonnes vont rouvrir. »

Un débat a cours notamment chez les parents : l’avenue du Mont-Royal devrait-elle rouvrir à la circulation automobile plus tôt, lors de la rentrée scolaire ? « C’est mon avis, dit Richard Rispoli. Les automobilistes attendent des heures pour aller travailler, ce n’est pas agréable pour eux non plus et, moi, je me mets à la place de tout le monde. »

Certains constatent que le comportement s’améliore quand des policiers sont présents. En riant, la brigadière Carole Viau raconte avoir demandé récemment à une agente d’installer un mannequin habillé en policier au coin de la rue. Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) n’a pas donné suite à notre demande d’entrevue, vendredi.

Les policiers font parfois des « blitz » à certains endroits plus problématiques pour donner des constats d’infraction, qui peuvent varier de 110 $ à 320 $. Le montant de celles-ci pourrait toutefois être augmenté, croit Marianne Giguère, conseillère municipale de Projet Montréal dans le district de De Lorimier.

« La ministre Guilbault a parlé d’augmenter les contraventions pour les infractions qui mettent en danger les enfants dans les zones scolaires, dit-elle. Si on prenait l’interblocage plus au sérieux avec une contravention à l’avenant, ça aiderait les gens à y penser. »

Le problème ne date pas d’hier, ajoute-t-elle, et il est répandu sur le Plateau-Mont-Royal. « Cela existait il y a huit ans quand mes enfants allaient à l’école, et il n’y avait pas les changements au sens unique ni de piétonnisation, et il n’y avait pas les travaux du pont-tunnel, rappelle-t-elle. Les avis sont toujours très partagés sur les dates de fermeture de l’avenue du Mont-Royal. »

Selon elle, les automobilistes n’ont pas conscience qu’il s’agit d’une infraction, et elle croit que la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) devrait faire des campagnes de sensibilisation. « La Ville n’a pas la portée de la SAAQ et ne peut pas faire de publicité à heure de grande écoute », pense l’élue, qui est persuadée que le problème se vit partout au Québec.

1 Like

Je ne connaissais pas le nom! Mais c’est vrai que c’est frustrant peu importe l’endroit

C’est tellement dangereux comme comportement l’interblocage. Quand on est à pied ça nous met tellement à risque de collision avec un véhicule quand on veut contourner le conducteur fautif. Le pire c’est quand il y a des policiers qui viennent opérer manuellement les feux de circulations, mais qui n’interviennent pas sur aucune autre situation qui se produisent dans la rue, spécifiquement l’interblocage. Je veux dire ça peut pas être plus clair qu’ils sont juste là pour optimiser la circulation automobile et pas celle des citoyens qui utilisent un autre mode.

4 Likes

Et honnêtement, il faudrait me convaincre que leur rôle fonctionne vraiment. C’est peut-être juste une impression mais la congestion me semble plus importante quand des policiers contrôlent les feux (surtout sur plusieurs intersections).

6 Likes

La vidéo fait le tour des réseaux sociaux depuis hier

https://www.tvanouvelles.ca/2023/09/11/en-video--pietons-happes-violemment-par-une-voiture-le-chauffard-accuse

Pour souligner le 10e anniversaire de Vélo Fantôme. Il y a une manifestation devant les bureaux du MTMD

Entendu à la radio que l’organisme va devenir Souliers et Vélos Fantômes Québec et offrir ses services partout au Québec.

Ils vont installer 645 paires de souliers blancs pour les piétons morts sur les routes devant les bureaux du MTMD, dans l’intersection René-lévesque et Côte-du-Beaver-Hall

On peut voir en direct

6 Likes

La congestion qu’ils génèrent sur crémazie et Saint-Denis est aberrante

Il y a une vidéo sur le site de La Presse

Décès de piétons Vélo Fantôme fait place aux souliers blancs et élargit son mandat

Pour ses dix ans, Vélo Fantôme élargit son mandat et sa portée. L’organisme installera dorénavant des mémoriaux pour les cyclistes ainsi que les piétons et surtout, il le fera à la grandeur de la province. Une campagne de sociofinancement a été lancée ce mardi pour soutenir la nouvelle mission du groupe.

Publié à 10h18
Henri Ouellette-Vézina
LA PRESSE

Avec un nom renouvelé, Souliers et Vélos fantômes Québec souhaite ainsi mieux mettre en lumière la gravité et la multiplication des drames humains en matière de sécurité routière. Les souliers blancs seront installés aux intersections où des piétons meurent après une collision, comme c’est déjà le cas depuis plusieurs années avec les vélos fantômes.

Le tout survient dix ans jour pour jour après l’installation du premier vélo fantôme, à la mémoire de la cycliste Suzanne Châtelain, qui était morte des suites d’un emportiérage le 18 juillet 2013 à l’angle de l’avenue du Parc et de la rue Saint-Viateur.


PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE
Quelque 645 souliers blancs ont été déposés devant les bureaux de la ministre des Transports Geneviève Guilbault, en mémoire des 645 piétons qui ont perdu la vie dans la dernière décennie.

« On annonce qu’on couvrira aussi désormais tout le Québec. Nous souhaitons que toutes les personnes affectées puissent recevoir un accompagnement », a expliqué la porte-parole de l’organisme, Séverine Lepage, lors d’une mêlée de presse devant les bureaux de la ministre des Transports Geneviève Guilbault.

Une activité-hommage s’est par le fait même tenue à l’angle de la côte du Beaver Hall et du boulevard René-Lévesque. Quelque 645 souliers blancs ont été déposés à l’intersection, sous une surveillance policière, en mémoire des 645 piétons qui ont perdu la vie dans la dernière décennie. Durant la même période, 115 cyclistes ont été fauchés par des automobilistes.

En comptant les personnes blessées, « on arrive à 26 000 victimes en 10 ans », a précisé une autre porte-parole, Shanti Larochelle. « Cette violence routière, nous ne l’acceptons pas. Derrière chaque décès, il y a des proches qui sont dévastés. On leur montre aujourd’hui une fois de plus notre solidarité », a-t-elle martelé.

Appel aux dons

Qui dit nouveau mandat, dit nouvelles dépenses. Pour soutenir sa mission, Souliers et Vélos fantômes Québec a lancé mardi une campagne de sociofinancement en ligne sur la plateforme Zeffy, avec l’objectif d’amasser jusqu’à 20 000 $.

L’organisme affirme que ses dépenses augmenteront substantiellement en raison de sa transformation, qui impliquera notamment d’installer des mémoriaux à l’extérieur du Grand Montréal et, possiblement, d’embaucher plus de personnel. Jusqu’ici, tout avait été géré de façon entièrement bénévole.

Une contribution de 7500 $ a déjà été offerte par la Caisse d’économie solidaire Desjardins, par le biais de son Fonds d’aide au développement du milieu.

Le tout survient près de trois mois après un bilan dévastateur de la Société de l’assurance automobile (SAAQ) qui révélait que 392 personnes sont mortes sur les routes du Québec, une hausse d’environ 13 % en un an, mais surtout, d’un sommet en près d’une décennie.

Surreprésentés dans les statistiques de collision, les piétons représentaient en 2022 un décès sur cinq, alors que le nombre de collisions impliquant un poids lourd était par ailleurs en hausse marquée. L’an dernier seulement, 79 piétons ont perdu la vie sur les routes du Québec.

Un rappel aux décideurs

Pour la directrice générale de Piétons Québec, Sandrine Cabana-Degani, le nouveau mandat de Souliers et Vélos fantômes arrive à point. « Pour nous, c’est vraiment une bonne nouvelle que ce service-là puisse être offert aux familles, puisque malheureusement, on sait qu’il y aura encore des décès de piétons dans les prochaines années », dit-elle.

« Ça nous arrivait que des familles nous approchent pour faire une commémoration, mais souvent, on n’avait pas les capacités de répondre à toutes les demandes. Là, on va avoir une belle façon de montrer qu’il y a des tragédies humaines derrière les chiffres », ajoute Mme Degani.

Depuis dix ans, rappelle la DG, Vélo Fantôme « a permis de faire bouger les administrations municipales ». « D’avoir des souliers blancs dans l’espace public, ça va permettre de rappeler aux décideurs l’importance de faire des aménagements sécuritaires, et aux automobilistes de faire preuve de prudence. »

Le PDG de Vélo Québec, Jean-François Rheault, a aussi applaudi la nouvelle mardi. « Nous sommes heureux de voir le travail de Souliers et Vélos fantômes Québec commémorer les décès de piétons ainsi que la couverture qui s’étend désormais sur l’ensemble du Québec. Le devoir de mémoire est essentiel pour nous rappeler que notre objectif doit toujours être la sécurité routière », a-t-il affirmé.

Pour les dons : t.ly/oX7VA

5 Likes

This might be kind of specific, but from what I remember, there was a study done that showed how not allowing cars to cut through neighbourhoods on smaller streets, and instead pushing them to the more major streets, reduced local traffic in the neighbourhoods by 25-30% (or something around those numbers), while only adding about 3% more traffic on the major streets. I can’t find the study however, am I just misremembering something else? I believe @jacouzi might’ve shared it

2 Likes

I’m pretty sure the study you talking about is about the implementation of superblock in Barcelona.

3 Likes

Pas sûr qu’on aura assez de place sur Maisonneuve, Papineau et De Lorimier pour tous ces souliers.

2 Likes
5 Likes

A mural will be made on Mackay by Maisonneuve beside the Hall Building at Concordia on Friday pushing for the pedestrianization of the street, but also for the climate march which is in the afternoon by McGill I believe.

It will be something like this, but more detailed (this is the implied logo made for social media and signs). Yes the logo is heavily inspired by the REV and vélorue logos:

9 Likes

We’re reimagining #NYCStreets. We recently completed this Raised Crosswalk on Main St and Maple Ave in #Queens that encourages motorists to yield to pedestrians and creates safer and more accessible crossings.

1 Like

I wish when they redid these intersections, they would include adding sidewalk projections, as well as even just making the road concrete over the crossing instead of asphalt, so it’s more of a visual indicator as well!

After living in NYC, I prefer the quality and attention that goes into street design here. The plantings and materials used on Avenue des Pins Ouest are way nicer than in NYC which uses simple concrete and asphalt. Here in Montreal they also include water irrigation which NYC does not, each house and business owner is in charge of their plantings which makes it way more inconsistent than here.

5 Likes

comme sur blvd Monk

6 Likes

Un événement pour promouvoir la piétonnisation de la rue Mackay aux abords de l’université Concordia est planifié par la Arts and Science Federation of Associations ce vendredi entre 10h et 13h.

6 Likes