Corridor vert du parc-nature du Bois-de-Saraguay au parc Angrignon

Création d’un corridor vert du parc-nature du Bois-de-Saraguay au parc Angrignon

Un corridor vert reliera le parc-nature du Bois-de-Saraguay au parc Angrignon. Ce projet, qui s’échelonnera sur plusieurs années, s’arrime à celui de modernisation du réseau électrique d’Hydro-Québec. Il inclura un sentier piétonnier, un lien cyclable et des aménagements paysagers.

Résumé

Entre les arrondissements d’Ahuntsic-Cartierville et de LaSalle

Le projet vise à relier les espaces verts de la métropole sur un tracé d’environ 27 km, dans un environnement convivial et sécuritaire. Il est le fruit d’une collaboration entre la Ville de Montréal, Hydro-Québec ainsi que plusieurs arrondissements et villes liées.

La création et la mise en valeur de corridors verdoyants et récréatifs sur le territoire de Montréal font partie des stratégies d’adaptation aux changements climatiques de la Ville.

Arrondissements impliqués :

Ahuntsic-Cartierville
Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce
Lachine
LaSalle
Saint-Laurent

Villes liées impliquées :

Côte-Saint-Luc
Montréal-Ouest

Consulter le projet d’Hydro-Québec

https://montreal.ca/actualites/creation-dun-corridor-vert-du-parc-nature-du-bois-de-saraguay-au-parc-angrignon-8908?utm_source=twitter&utm_medium=social&utm_campaign=vdm-parcs-corridor-vert-aqueduc-saraguay-noto&utm_content=fr

2 Likes

Si je comprends bien, ce projet se base sur le prolongement de Cavendish pour lier Saint-Laurent à Côte-Saint-Luc…

Montréal veut créer un corridor vert de près de 27 km le long d’une ligne d’Hydro-Québec

Journal Métro | Lachine & Dorval | 12:31 7 décembre 2020 Par: Zacharie Goudreault, Métro

Montréal veut créer un corridor vert de près de 27 km le long d’une ligne d’Hydro-Québec
Photo: Josie Desmarais / Métro La mairesse de Montréal, Valérie Plante.

La Ville de Montréal entend créer un corridor vert de près de 27 km dans un axe nord-sud afin de relier deux parcs de la métropole. Un projet qui vise à verdir la métropole tout en stimulant les déplacements à vélo et en transport en commun.

Ce corridor vert, dont la construction commencera en 2023 et s’échelonnera sur 10 ans, reliera à terme le parc-nature du Bois-de-Saraguay au parc Angrignon sur une distance de près 27 km. Il traversera ainsi cinq arrondissements et deux villes liées, soit Montréal-Ouest et Côte-Saint-Luc. Le tracé comprendra notamment un lien cyclable, un sentier piétonnier et des aménagements paysagers. La Ville envisage aussi de planter des arbres le long de ce corridor, a indiqué lundi la mairesse de Montréal, Valérie Plante, en conférence de presse à l’hôtel de ville.

«On a besoin de bouger, on a besoin de prendre l’air et on a vu comment les parcs ont été appréciés dans les derniers mois et c’est dans cette mouvance que ce parc s’inscrit», a déclaré la mairesse. Ce projet ne prévoit toutefois pas l’acquisition de terrains à des fins de verdissement, a-t-elle précisé lorsque questionnée par Métro.

Le long d’une ligne d’Hydro-Québec

L’aménagement se fera en parallèle de la réfection à venir d’ici 2027 d’une ligne aérienne d’Hydro-Québec de 18 km qui relie les arrondissements de LaSalle et de Saint-Laurent. Celle-ci est en fonction depuis les années 1950.

«Les infrastructures d’Hydro-Québec sont un peu comme nous, elles ne rajeunissent pas […] Cette ligne a besoin d’amour», a illustré la présidente-directrice générale d’Hydro-Québec, Sophie Brochu. Hydro-Québec a donc décidé de profiter de cette réfection pour collaborer avec la Ville dans la création de ce corridor vert, auquel elle accorde une contribution financière de 10 M$. L’agglomération paiera le reste de la note, qui s’élève à un total de 50 M$.

Le projet de modernisation de la ligne d’Hydro-Québec impliquera pour sa part des dépenses totales de 500 M$.

Accès au REM

Des consultations auront par ailleurs lieu dans les prochaines années, alors que ce projet fera l’objet d’une évaluation environnementale. Les citoyens auront alors l’occasion de proposer leurs améliorations à ce projet de corridor vert, dont le tracé se prolonge au nord et au sud de la ligne aérienne d’Hydro-Québec.

«Autant sur les emprises d’Hydro-Québec que les propriétaires privés et publics vont être appelés à poser des gestes pour améliorer la biodiversité, donc à terme, ça va contribuer à augmenter le verdissement du territoire», s’est réjoui à Métro le directeur général du Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-MTL), Emmanuel Rondia.

Un corridor vert qui pourrait «faire des petits»

Mme Plante a d’ailleurs souligné que ce projet s’inscrit dans le désir de la Ville de développer le secteur Namur-De-la-Savane, alors qu’un quartier résidentiel pourrait voir le jour sur le site de l’ancien hippodrome Blue Bonnets. Ce corridor vert facilitera également l’accès à certaines stations du REM, actuellement en construction.

«C’est une infrastructure supplémentaire pour la mobilité active et si ça facilite l’accès au REM, c’est tant mieux», estime M. Rondia. Quant à l’échéancier du projet –2033– il estime que celui-ci est raisonnable, compte tenu de son ampleur. Il espère toutefois que d’autres corridors verts verront le jour dans d’autres secteurs de l’île où les besoins en matière de verdissement se font sentir, comme l’Est de Montréal.

«C’est un premier pas intéressant, mais ce sera à refaire ailleurs sur l’île.» -Emmanuel Rondia, directeur général du CRE-MTL

Valérie Plante partage d’ailleurs son point de vue.

«J’espère que [ce projet] va faire des petits et qu’on pourra continuer à avoir de belles idées comme ça pour revaloriser l’espace et toujours en donner plus aux Montréalais et aux Montréalaises», a-t-elle dit.


Autres articles sur cette annonce:

Lien vidéo dans l’article de La Presse

1 Like

Bel ambition, mais ce genre de ‘‘corridor vert’’ sonne plus ou moins green washing pour plusieurs raison. C’est bien beau dire qu’on veut avoir un lien piétonnier/cycliste qui traverse la ville, mais à regarder le parcours, un sentier qui passe sous un échangeur, ou qui longe une track, c’est pas parce qu’il y a de la pelouse ou 3-4 buissons que c’est vert… De plus, quelques tronçons semblent très urbains, donc on vient pas ré-inventer la roue en faisant passé un corridor vert sur un trottoir d’un boulevard…

De plus, on va devoir construire une passerelle sur le Canal Lachine, de plus ça semble longé les lignes de chemin de fer, donc bonne chance avec l’expropriation. De plus, plusieurs gros obstacles à franchir, autoroutes, voie ferrée, échangeurs, gare de triage, ce qui va impliquer des passerelles et des tunnels au-dessus/dessous de plusieurs infrastructures. On va longer une ligne de pylônes, mais on aura jamais d’arbres car Hydro coupe sous ses lignes, donc on oublie la conservation de la nature ici…

La ville sors facilement 50M pour ça, mais ça va prendre encore combien de temps avant la construction de refuge et de logement pour itinérants. Il me semble qu’avec la crise que laquelle la ville fait face, elle devrait mettre ses énergies et ses budgets à d’autres priorités, car c’est bien beau avoir un long sentier de 27km, mais est-ce que c’était une urgence ?

1 Like

Les chemins de fer n’ont pas leur mot à dire si ça se fait dans l’emprise d’Hydro.

C’est sûr sauf qu’en regardant le tracé de la ligne versus le tracé du corridor, le corridor à l’air d’être dans l’emprise d’Hydro sur 50% du trajet. De plus, il faudrait savoir si l’emprise d’hydro est sur un terrain appartenant au CP ou CN, ou si Hydro est propriétaire de sa parcelle.

C’est vrai que ce n’est pas nécessairement le corridor le plus agréable sur toute sa longueur, mais un tel projet sur une telle distance ne le saura jamais il faut dire, on va toujours frapper une autoroute ou je ne sais quoi. Et ça a au moins le mérite de fort probablement améliorer les abords de cette ligne à haute tension, ces lignes sont souvent des plaies en ville.

Incidemment, ce n’est pas le premier « corridor » de la sorte qu’on entend parler. Coderre avait annoncé une voie cyclable dans l’emprise (ou a proximité) du CP, d’une rive à l’autre. C’est tombé dans l’oubli comme projet depuis on dirait bien. Mais j’aimais l’idée.

Les pistes cyclables sous les pylones sont parmi mes préférées. J’utilise très régulièrement celle de Sainte-Catherine et parfois celle de Brossard. Elle est totalement isolée de la route ce qui est vraiment plaisant et on est capable de voir loin, ce qui est agréable. En plus, on peut se servir des pylones pour calculer ou estimer des distances.

Même si la piste traverserait des échangeurs et des endroits moins adaptés au vélo, ça reste que c’est un lien nord-sud qui sera appréciable sur une majeure partie de sa longueur. De plus, ça faciliterait l’accès au Bois-de-Saraguay, qui est très beau et moins fréquenté.

3 Likes

En fouillant un peu, on constate que c’est Hydro-Québec qui est l’instigateur du projet, et non la Ville de Montréal.

Il semble que ce soit Hydro qui ait, en 2018, approché les municipalités traversées à saisir l’opportunité de la reconstruction à 500M$ de la ligne électrique Aqueduc-Saraguay pour investir dans le réaménagement du corridor afin qu’il profite au public

  • Consciente des impacts d’un tel projet sur le milieu, Hydro‑Québec souhaite favoriser la réalisation dans l’emprise de la ligne de transport d’initiatives visant le verdissement et la mobilité durable. L’entreprise tient à ce que son projet cadre avec la vision du développement qu’ont ses partenaires municipaux en milieu urbain, Hydro‑Québec souhaite faciliter des aménagements dans l’emprise de ligne afin de créer un corridor de biodiversité, de connectivité et de mobilité durable. La faisabilité de ces aménagements devra tenir compte des besoins et des contraintes spécifiques du milieu.
  • Hydro‑Québec conviendra avec chacun de ses partenaires d’une démarche qui permettra d’intégrer le projet à son milieu. Cette démarche pourra prendre la forme de séances publiques d’information, de tables de concertation, de comités de travail ou d’autres mécanismes à convenir avec les entités municipales et groupes du milieu.
  • Un comité de suivi régional, constitué des partenaires du milieu, a été créé afin de suivre l’état d’avancement du projet. Des comités de travail seront créés pour des secteurs ou des aménagements précis dans le cadre du projet.

L’annonce publique initiale en 2019:

4 Likes

Ce projet n’est pas fait “en urgence” et me parait au contraire plutôt bien pensé : on s’arrime avec les travaux d’hydro prévus dans les prochaines années.

“L’aménagement se fera en parallèle de la réfection à venir d’ici 2027 d’une ligne aérienne d’Hydro-Québec de 18 km qui relie les arrondissements de LaSalle et de Saint-Laurent. Celle-ci est en fonction depuis les années 1950.”

L’article mentionne que HQ doit refaire ses infrastructures et propose donc à la Ville d’en profiter pour créer le corridor. Et comme on le mentionne, c’est l’agglo qui payera 50M et non la Ville, + 10M de la part d’HQ.

Et si j’ai bien compris, le corridor annoncé s’inscrit dans le projet de l’Arrondissement Saint-Laurent qui figure dans leur plan depuis 2014, notamment leur Plan directeur d’aménagement du corridor de biodiversité qui a fait l’objet d’un concours international de design de 2017 à 2018.

$40M agglo + $10M Hydro, en fait.

Le coût de réalisation du corridor vert est évalué à 50 M$, réparti entre Hydro-Québec (10 M$) et l’Agglomération de Montréal (40 M$).

L’aménagement du corridor vert se fera parallèlement à la conversion à 315 kV de la ligne de transport aérienne à 120 kV de l’Aqueduc-Saraguay, entre les arrondissements de LaSalle et de Saint-Laurent. Le projet de conversion, qui relève du plan de modernisation du réseau de l’île de Montréal, vise à maintenir la fiabilité du réseau, à répondre aux besoins futurs en électricité et à soutenir le développement social et économique de la métropole. Il prévoit aussi la conversion de trois postes de transformation électrique de 120 kV à 315 kV, soit les postes Rockfield (Lachine), Hampstead (Côte-Saint-Luc) et Laurent (Saint-Laurent).

Les travaux de conversion devraient débuter en 2023 et se poursuivre jusqu’en 2027. Le coût de la reconstruction de la ligne de l’Aqueduc-Saraguay et de la conversion des trois postes est estimé à plus de 500 M$. Le projet de modernisation électrique de l’Aqueduc-Saraguay et du corridor vert suit un processus de consultation avec les populations locales tout au long de sa planification.

http://nouvelles.hydroquebec.com/fr/communiques-de-presse/1666/creation-dun-nouveau-corridor-vert-de-pres-de-27-km-entre-le-parc-nature-du-bois-de-saraguay-et-le-parc-angrignon/

1 Like

Selon la carte de la Ville, le tracé entre Lasalle et Montréal-Ouest ressemblera à ça:


image

C’est dommage mais peu surprenant qu’aucun arrimage ne semble être prévu avec le projet de reconstruction de l’échangeur St-Pierre par le MTQ.

Que le projet provient d’Hydro temps mieux, et encore mieux qu’on décide d’intégré un sentier avec la réfection des lignes, cependant la seule partie qui m’agace c’est un peu le wording, car un corridor vert ? le corridor on la ligne passe est déjà un corridor vert, car naturalisé en partie, donc on ne crée pas vraiment de nouveau, mais on va améliorer des ‘‘sentiers’’ informels en installant des installations concrètes.

Temps mieux, qu’on profite de la réfection de la ligne pour cet ajout, reste que certaines connexions seront à faire. Temps mieux qu’on connecte certains quartiers entre eux, sauf qu’on s’entend que des passerelles piétonnes n’améliorions pas la biodiversité en soi. On va planter des arbres oui, mais on va quand même défricher beaucoup pour mettre un sentier et des nouvelles fondations de pylônes.

Ouais c’est vrai qu’appeler ça un corridor vert c’est limite du greenwashing, à moins bien sur, de planter beaucoup de plantes indigènes de basse hauteur qui créeraient un paysage buccolique en plus de contrôler les espèces envahissantes.

1 Like

Un corridor vert de 27 kilomètres sous des lignes électriques

Désolé, votre navigateur ne supporte pas les videos

Un corridor vert long de 27 kilomètres reliera, d’ici 10 ans, le parc-nature du Bois-de-Saraguay au parc Angrignon, dans l’ouest de l’île de Montréal, en partie sous des lignes électriques d’Hydro-Québec.

Publié le 7 décembre 2020 à 13h18 Mis à jour à 13h43

Partager

Isabelle Ducas Isabelle Ducas
La Presse

Le tracé empruntera aussi parfois des parcs, et parfois des rues qui seront aménagées de façon sécuritaire pour les piétons et les cyclistes, a expliqué la mairesse de Montréal, Valérie Plante, en annonçant ce projet lundi matin, en compagnie de la PDG d’Hydro-Québec, Sophie Brochu.

« On le sait, avec la pandémie, on a besoin de bouger, de prendre l’air, et on a vu à quel point les parcs ont été appréciés au cours de derniers mois, alors c’est dans cette mouvance que ce projet s’inscrit », a souligné Mme Plante.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

La mairesse de Montréal, Valérie Plante

En plus de favoriser les déplacements actifs, le projet vise la protection de la biodiversité et la lutte contre les îlots de chaleur, a ajouté la mairesse. Il pourrait aussi faciliter l’accès à certaines stations du Réseau express métropolitain (REM) dans le secteur.

Les travaux pour l’aménagement de ce corridor vert devraient commencer en 2023. Les coûts du projet sont évalués à 50 millions, et la contribution d’Hydro-Québec s’élèvera à 10 millions.

IMAGE FOURNIE PAR LA VILLE DE MONTRÉAL

C’est d’ailleurs Hydro-Québec qui est à l’origine du projet.

La ligne électrique reliant le secteur de Saint-Laurent à celui de LaSalle, sur 18 kilomètres, date des années 50 ; elle doit être modernisée et sa capacité doit être augmentée, a indiqué Sophie Brochu.

« Hydro-Québec est allée vers les communautés pour voir comment on pouvait faire ça ensemble, et qu’est-ce qui serait important pour les citoyens qui jouxtent cette emprise. De là est née l’idée d’un grand corridor vert », a relaté Mme Brochu.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

La PDG d’Hydro-Québec, Sophie Brochu

La mise à niveau de la ligne de transport d’Hydro-Québec est un projet de 500 millions pour la société d’État.

Ce nouvel aménagement traversera plusieurs arrondissements montréalais et villes liées : LaSalle, Lachine, Saint-Laurent, Ahuntsic-Cartierville et Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, ainsi que Montréal-Ouest et Côte-Saint-Luc.

Le corridor vert croise aussi des autoroutes et chemins de fer sur son parcours, ce qui nécessitera la construction de ponts.

CARTE FOURNIE PAR LA VILLE DE MONTRÉAL

Hydro-Québec devra soumettre le projet à la Régie de l’énergie pour obtenir le feu vert. Le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) pourrait aussi être appelé à se prononcer.

Valérie Plante espère que ce projet pourra « faire des petits » ailleurs dans l’île de Montréal.https://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/2020-12-07/ouest-de-montreal/un-corridor-vert-de-27-kilometres-sous-des-lignes-electriques.php

Le projet d’Hydro-Québec qui est la genèse de ce parc

Avec quelques aimants bien-placés, t’auras un beau ti push électromagnétique gratuit!