Bibliothèque et espace culturel Coeur-Nomade - 4 étages

Projet de bibliothèque et d’espace culturel desservant les arrondissements d’Ahuntsic-Cartierville et de Montréal-Nord. Le nouveau bâtiment, d’une superficie d’environ 3 900 m2, sera érigé sur un terrain vacant qui nécessitera également un aménagement.

Ce projet a été soumis à un concours multidisciplinaire d’architecture, remporté par la firme Affleck de la Riva architectes.

Informations

Nom: Bibliothèque interarrondissement Ahuntsic-Cartierville Montréal-Nord
Emplacement: 3166-3194, boulevard Henri-Bourassa Est, entre l’avenue Oscar et la rue J.-J.-Garnier
Hauteur: 4 étages
Architecte: Affleck de la Riva architectes

Autres firmes impliquées:

  • ARUP
  • Martin Roy & associés
  • François Courville Paysage
  • Espace Mushagalusa

Promoteur: Ville de Montréal
Début et fin de la construction:
Dates importantes:

  • 2021-03-29 : Annonce du concours
  • 2021-06-17 : Annonce des finalistes
  • 2021-10-20 : Dévoilement du projet lauréat

Autres informations:

Sources des informations:

Autres images


PROJETS FINALISTES

5468796 + Manœuvre architecture

Architectes:

  • 5468796
  • Manœuvre architecture

Autres firmes impliquées:

  • FNX-INNOV
  • Leroux + Cyr

Source de l’information: Bibliothèque et espace culturel du Cœur-Nomade (anc. interarrondissement Ahuntsic-Cartierville - Montréal-Nord) | Design Montréal

Autres images:

EVOQ Architecture

Architectes: EVOQ Architecture
Autres firmes impliquées:

  • Génipur
  • Latéral
  • BPA

Source de l’information: Bibliothèque et espace culturel du Cœur-Nomade (anc. interarrondissement Ahuntsic-Cartierville - Montréal-Nord) | Design Montréal

Autres images:

Atelier TAG + NEUF architect(e)s

Architectes:

  • Atelier TAG
  • NEUF architect(e)s

Autres firmes impliquées:

  • Stantec
  • SNC Lavalin

Source de l’information: Bibliothèque et espace culturel du Cœur-Nomade (anc. interarrondissement Ahuntsic-Cartierville - Montréal-Nord) | Design Montréal

Autres images:

6 Likes

La lauréat a été annoncé!

Affleck de la Riva architectes / Coarchitecture en collaboration avec ARUP, Martin Roy & associés, François Courville Paysage et Espace Mushagalusa

Je me souviens de cet emplacement là, je passais devant tous les jours en autobus pour aller au cégep ou à l’université. C’est juste à l’ouest du boul. Saint-Michel
Il y avait un bâtiment quelconque qui abritait une église évangélique.

14 Likes

Superbe!

2 Likes

Magnifique.

3 Likes

J’aime ce que je vois, enfin on sors de la nouvelle norme des bibliothèques municipales : le blanc. On a réalisé des beautés ces dernières années partout au Québec avec nos nouvelles bibliothèques, mais ici on voit un vent de changement et ça fait du bien.

J’aime bien le jeu de brique dans la facade, qui lui donne un air un peu austère, mais dans être trop imposant. De plus, j’aime bien le look ‘‘institutionnel’’ et un peu brutalisée qui est adouci avec la brique et la partie en verre avec la brique au sommet. J’espère vraiment qu’on va respecter le design original le plus possible et qu’il ne sera pas édulcoré rendu à l’étape de la conception technique et à la construction.

7 Likes

Tout à fait d’accord. Ça fait un peu plus “insertion urbaine” et non pas geste architectural sur un terrain vide déconnecté de la trame urbaine environnante, comme on le voit parfois dans les concours architecturaux. C’est rafraichissant et mieux adapté au tissu montréalais, en contribuant à terme au paysage et à l’encadrement de la voie publique (qui en a bien besoin à cet endroit).

1 Like

Encore une fois les bibliothèques nous prouvent ce qu’on peut faire quand on a une politique architecturale qui a de l’allure!

Si seulement on pouvait étendre cette politique à toutes les autres fonctions du domaine bâti!

6 Likes

Un élément dans les rendus qui parait sûrement banal, mais qui est très encourageant: la traverse piétonne à l’angle d’Oscar. Henri-Bourassa est très hostile à pied, et dans les 10 dernières années la ville a eu tendance à barrer le chemin au piéton sur HB plutôt que de sécuriser les intersections. HB qui a pourtant une très bonne densité, a relativement peu de points où on peut traverser en sécurité à pied. Cette bibliothèque va radicalement changer le secteur.

1 Like

Il y a aussi un voeu de liaison piétonne sécurisée entre ce projet et le parc de la Visitation.

2 Likes

N’habitant pas trop loin, je vais certainement suivre ce projet de près… :wink:

Dany Laferrière inspire la future bibliothèque d’Ahuntsic et de Montréal-Nord

Vue de la future bibliothèque du boulevard Henri-Bourassa
L’arcade du bâtiment évoque «l’arbre qui marche», une idée explorée dans l’œuvre de l’écrivain Dany Laferrière.Photo: Gracieuseté/Affleck de la Riva architectes

Journal Métro | 12 novembre 2021 à 10h00 - Mis à jour 12 novembre 2021 à 10h37 | Anouk Lebel - Métro

L’œuvre de Dany Laferrière a non seulement inspiré le choix du nom de la future bibliothèque d’Ahuntsic et de Montréal-Nord, Coeur-Nomade, mais aussi ses caractéristiques architecturales.

Fin octobre, le projet mené par la firme Affleck de la Riva a remporté le concours d’architecture parmi quatre finalistes. Les travaux de construction devraient débuter en 2023 en vue d’une ouverture à l’hiver 2025.

Intitulé «L’arbre qui marche», le projet retenu évoque les thèmes de la migration et de l’enracinement chers à Dany Laferrière avec une arcade ouverte sur le boulevard Henri-Bourassa.

Pour l’architecte Gavin Affleck, il s’agit d’une façon de protéger les usagers du trafic tout en laissant pénétrer la vie urbaine dans l’espace.

«Les arches, très fines, donnent une impression de mouvement tout en évoquant l’enracinement dans le quartier», souligne-t-il.

Dany Laferrière parle de l’arbre qui marche en référence à des humains en migration tout en cherchant des racines. C’est une idée qui a une forte résonance en architecture.

Gavin Affleck, architecte

Des espaces flexibles

La bibliothèque sera située à l’intersection de l’avenue Oscar et du boulevard Henri-Bourassa, à la jonction des secteurs Ahuntsic et Montréal-Nord.

Première bibliothèque à servir deux arrondissements, elle comprendra des rayons de livres, mais aussi des espaces culturels et communautaires.

L’architecte devait donc prévoir des espaces flexibles, qui peuvent changer d’usage selon les besoins de la population.

«On a voulu innover en y allant par fonction plutôt que par clientèles jeune et adulte. C’est quelque chose que la firme a bien compris», souligne Marie Désilets, chef de division des bibliothèques à Montréal-Nord.

Désert culturel

Pour la mairesse d’Ahuntsic-Cartierville, Émilie Thuillier, le nouvel édifice changera le paysage du secteur, identifié comme un «désert culturel» depuis 2013.

«Ça va vraiment revitaliser le secteur, près du boulevard Gouin où vivent beaucoup d’aînés» abonde la mairesse de Montréal-Nord, Christine Black.

En 2014, les deux arrondissements ont convenu de construire un seul établissement à cet endroit, une première dans l’histoire des bibliothèques à Montréal.

Depuis, le coût estimé du projet a presque doublé, passant de 22 M$ à 42,7 M$, indique par courriel la Ville de Montréal. Il sera assumé en grande partie par la Ville-centre et par Québec. Les arrondissements de Montréal-Nord et d’Ahuntsic-Cartierville contribueront ensemble à 20% du financement.

Cœur-Nomade

Le nom de la future bibliothèque fait référence à Vers d’autres rives, un roman autobiographique dessiné par Dany Laferrière.

La mairesse d’Ahuntsic-Cartierville, Émilie Thuillier, explique que l’écrivain et son œuvre ont un fort ancrage dans le quartier.

«Il habite dans Ahuntsic-Cartierville, où il a des racines très profondes», explique l’élue de Projet Montréal

Pour Christine Black, le nom de Coeur-Nomade est symbolique pour les gens de Montréal-Nord. «Il évoque la diversité et l’inclusion. Ça représente bien notre arrondissement».

5 Likes

Bibliothèque et espace culturel Coeur-Nomade

Mis à jour le 17 novembre 2021

Temps de lecture : 2 min

Une bibliothèque ainsi qu’un espace culturel et sociocommunautaire ouvriront leurs portes en 2025 à la croisée des arrondissements d’Ahuntsic-Cartierville et de Montréal-Nord.

Accueillant et inspirant, ce lieu permettra d’apprendre, d’explorer, d’expérimenter et de créer mais, aussi et surtout, d’aller à la rencontre des autres. Par sa programmation, la bibliothèque et espace culturel Cœur-Nomade favorisera les échanges interculturels et intergénérationnels.

Description du projet

Ce projet consiste à construire et à aménager un bâtiment d’une superficie d’environ 3 900 m2 bruts, qui remplacera la bibliothèque de Belleville. Il regroupera une bibliothèque, un espace culturel et un espace sociocommunautaire.

Le futur bâtiment « Cœur-Nomade » sera érigé sur un terrain vacant de l’arrondissement Montréal-Nord.

Objectifs

Le projet comblera une offre de pôle culturel et communautaire dans le secteur situé au confluent des arrondissements d’Ahuntsic-Cartierville et de Montréal-Nord.

Débuts des travaux

Les travaux débuteront en 2023 et prendront fin en 2024. L’ouverture de la bibliothèque et de l’espace culturel interarrondissement est prévue pour 2025.

Les lauréats du concours d’architecture pluridisciplinaire

Affleck de la Riva architectes/Coarchitecture en collaboration avec ARUP, Martin Roy et associés, François Courville Paysage et Espace Mushagalusa sont les lauréats du concours d’architecture pluridisciplinaire lancé au printemps 2021.

Leur projet, intitulé « L’arbre qui marche », rejoint la philosophie recherchée pour Cœur-Nomade, soit celle d’un lieu dynamique, inspirant et accueillant. Les lieux seront lumineux, vivants et dynamiques : une véritable évasion culturelle sera proposée à la population montréalaise.

La proposition du lauréat s’inscrit pleinement dans l’Agenda montréalais 2030 pour la qualité et l’exemplarité en design et en architecture par sa durabilité, sa créativité et l’innovation mise au service de la transition écologique et sociale.

Découvrez quelques-uns des aménagements qui vous sont offerts :

1 / 4

Bibliothèque et espace culturel Coeur-Nomade, vue de l'entrée principale

L’entrée principale et la vue vers l’agora

Crédit : Affleck de la Riva architectes/Coarchitecture en collaboration avec ARUP, Martin Roy et associés, François Courville Paysage et Espace Mushagalusa

Choix du nom « Cœur-Nomade »

Ce nom poétique fait référence à l’œuvre de Dany Laferrière, « Vers d’autres rives ». Il reflète le legs de la diversité, une œuvre littéraire et le rôle exceptionnel que l’auteur a joué dans le développement de la communauté. Le Cœur-Nomade évoque un lieu de passage où toutes les personnes au parcours divers convergent.

Le projet de bibliothèque et espace culturel du Cœur-Nomade est financé dans le cadre de l’Entente sur le développement culturel de Montréal conclue entre la Ville de Montréal et le gouvernement du Québec.

Pour en savoir plus, visitez le site du Bureau du design.

En savoir plus

4 Likes

Les bâtiments ont depuis été démolis et l’espace est joliment (et temporairement…) aménagé en place publique. :blush:

J’y suis passé cet après-midi afin d’y voir cet endroit, avant le début des travaux… :sunglasses:

17-11-2021

5 Likes

Extrait d’un article sur la dernière réunion du conseil d’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville, du 7 juin:

3-Une exposition estivale

Cet été, sur le site éphémère du Bouquiniste, à l’endroit où sera érigée la future bibliothèque et l’espace culturel interarrondissements d’Ahuntsic-Cartierville et de Montréal-Nord, se tiendra une exposition intitulée « Un cœur nomade » qui rendra hommage à Dany Laferrière.

Des panneaux installés face au boulevard Henri-Bourassa Est, à l’angle de la rue Oscar à côté du croque-livres géant, illustreront les étapes du parcours de l’écrivain québécois d’origine haïtienne, aujourd’hui membre de l’Académie française, Dany Laferrière.

1 Like

Vernissage de l’exposition Un cœur nomade avec Dany Laferrière

journaldesvoisins.com | Publié le13 juillet 2022 | Olivier Paiement, Collaboration spéciale


L’écrivain Dany Laferrière pose au sein de l’exposition « Un coeur nomade » sur sa vie et son œuvre, à l’espace éphémère Le Bouquiniste. (Photo : François Robert-Durand, JDV)

Un peu moins d’une centaine de personnes étaient présentes lundi après-midi au vernissage de l’exposition Un cœur nomade, qui est basée sur trois livres du célèbre auteur Dany Laferrière. Cette exposition, ouverte à tous et gratuite, aura lieu jusqu’au 29 septembre.

L’œuvre est présentée dans un espace nommé Le Bouquiniste, une place éphémère érigée conjointement entre les arrondissements d’Ahuntsic-Cartierville et Montréal-Nord, à l’angle de l’avenue Oscar et du boulevard Henri-Bourassa, à l’extrémité est de l’arrondissement.

Créée par l’artiste Félix Dagenais, l’exposition avait été d’abord présentée dans le Quartier des spectacles au centre-ville de Montréal en juin 2020. Depuis, elle est passée par Francfort, Tunis et New York. Les résidants de ces deux arrondissements ont désormais le privilège d’y être les hôtes pour les prochains mois.


L’événement a eu lieu au Bouquiniste, une librairie éphémère à l’angle de la rue Oscar et du boulevard Henri-Bourassa, à Montréal-Nord. (Photo : François Robert-Durand, JDV)

Un invité de marque

Plusieurs politiciens, tels que Jérôme Normand, conseiller du district du Sault-au-Récollet à Ahuntsic, et Christine Black, mairesse de Montréal-Nord, étaient sur place et ont tenu des allocutions.

Dany Laferrière, qui habite d’ailleurs dans Ahuntsic-Cartierville, y était aussi. Il a livré un puissant discours de plus d’une dizaine de minutes. Seul Québécois membre de l’Académie française, il a parlé de manière passionnée et très imagée de l’importance de la lecture et de la puissance que 26 lettres d’un alphabet peuvent avoir.

Pour lui, le fait que cette exposition ait été placée sur le lieu d’une bibliothèque, même si elle n’est que temporaire, était crucial.

« Même si l’espace est éphémère, il va se fixer dans les mémoires des lecteurs grâce aux mots », a-t-il ajouté.


L’écrivain Dany Laferrière a tenu un discours lors du vernissage de l’exposition « Un cœur nomade », à l’espace éphémère Le Bouquiniste. (Photo : François Robert-Durand, JDV)

De plus, il s’est réjoui que cette exposition retraçant en mots et en images son parcours de vie ait lieu lors des étés montréalais qu’il affectionne particulièrement. « L’été de Montréal est le plus beau au monde puisque c’est un été qui a connu l’hiver. »

Un lieu bientôt permanent

Bien que pour l’instant le Bouquiniste n’est qu’un lieu transitoire, il sera un jour habité de manière plus concrète. En effet, c’est à cet endroit que devrait voir le jour la première bibliothèque interarrondissements à Montréal en 2025. Un centre culturel devrait aussi être érigé sur ce terrain situé à la frontière des districts du Sault-au-Récollet et Marie-Clarac.

Ce complexe remplacera la bibliothèque Belleville. Bien qu’elle soit située à Montréal-Nord, cette dernière est aussi fréquentée par de nombreux résidants de l’est d’Ahuntsic. À la suite d’un appel à des propositions du public, un comité a déterminé que l’endroit portera le même nom que l’exposition qui y est présentée cet été, c’est-à-dire Cœur-Nomade. Jérôme Normand espère que ce type de partenariat, complètement inédit, sera reproduit ailleurs :

« On voit vraiment la pertinence de travailler entre arrondissements. Qui sait, peut-être qu’un jour, ce projet aura des bébés. »


Jérôme Normand, conseiller du district du Sault-au-Récollet, était présent lors de l’événement. (Photo : François Robert-Durand, JDV).

L’idée avait initialement été mise de l’avant en 2014, mais elle a pris du temps avant de se développer. Les travaux devraient toutefois débuter l’an prochain et la bibliothèque devrait normalement ouvrir deux ans plus tard.

En attendant, les résidants pourront tout de même profiter de l’espace éphémère. Il y a évidemment l’exposition qui sera présente jusqu’à la fin de l’été, mais une foule d’autres activités seront offertes à cet endroit dans les prochains mois.

1 Like

En rattrapage… (cette nouvelle d’il y a 2 mois m’était passée sous le radar…) :wink:

La bibliothèque du Cœur-Nomade : une ode à l’immigration

journaldesvoisins.com | Immobilier | publié le 26 décembre 2022 | Camille Vanderschelden, journaliste


La façade extérieure de la bibliothèque et espace culturel du Cœur-Nomade. (Photo : courtoisie Affleck de la Riva architectes/Coarchitecture en collaboration avec ARUP, Martin Roy et associés, François Courville Paysage et Espace Mushagalusa)

La bibliothèque et espace culturel du Cœur-Nomade a remporté un prix d’architecture de la revue Canadian Architect pour sa conception dynamique et accueillante. Le bâtiment est grandement inspiré par la production artistique de l’auteur Canado-Haïtien Dany Laferrière.

Les architectes derrière le concept de l’immeuble, un projet interarrondissement entre Ahuntsic-Cartierville et Montréal-Nord, ont remporté le prix du mérite 2022 de la revue Canadian Architect. Ce magazine spécialisé, publié depuis 1955 à Toronto, constitue le périodique national de référence, en matière de concepts d’architecture significatifs et innovants dans tout le pays.

Alors que la majorité des concours d’architecture portent sur des bâtiments complétés, celui-ci se concentre sur des projets qui précèdent la construction ou l’achèvement de la construction d’un bâtiment (mettant ainsi l’accent sur les documents de conception design).

Le projet Cœur-Nomade, qui tire son nom de l’œuvre Vers d’autres rives de Dany Laferrière, accueillera à terme une bibliothèque, un espace culturel et un espace sociocommunautaire sur une superficie totale de 3 900 m2.

Le Journaldesvoisins.com (JDV) avait d’ailleurs parlé de ce projet à l’occasion du vernissage de l’exposition Cœur-Nomade.


L’entrée principale et la vue vers l’agora de la future bibliothèque du Cœur-Nomade. (Photo : courtoisie Affleck de la Riva et Coarchitecture)

Collaboration multiple

Deux firmes d’architecture – ainsi que leurs collaborateurs – sont derrière le concept lauréat : l’agence Affleck de la Riva (ici à Montréal) et l’agence Coarchitecture (située à Québec).

La Ville de Montréal commandait ce projet pour un budget de 25,5 millions de dollars (issus de l’Entente sur le développement culturel de Montréal entre la Ville de Montréal et le gouvernement du Québec) au printemps 2021, dans le cadre de son concours d’architecture pluridisciplinaire. En tout, quatre finalistes ont compétitionné pour la conception du bâtiment.

Le concept lauréat, intitulé « L’arbre qui marche », rejoint pleinement les attentes de la Ville pour le lieu, qu’elle voulait voir résonner avec la communauté immigrante du quartier. Le projet, situé à la limite des arrondissements d’Ahuntsic-Cartierville et de Montréal-Nord, remplit également tous les espoirs en matière de durabilité et de créativité.

Des consultants ont également participé au projet, tels que Guy Mushagalusa Chigoho, fondateur et directeur de la galerie d’art Espace Mushagalusa, qui a aidé à la création de la promenade artistique et son contenu.

Le JDV s’est entretenu avec Richard de la Riva, un des architectes derrière le projet, afin de brosser un portrait plus concret de la future bibliothèque, dont l’ouverture est prévue en novembre 2025.

L’arbre qui marche

Résidant d’Ahuntsic-Cartierville, l’écrivain Dany Laferrière a été la première référence pour les architectes en charge du projet, qui ont exploré ses œuvres pour définir leur concept. Richard de la Riva témoigne que sa production littéraire comprend « de très beaux écrits sur les peuples qui bougent d’un pays à l’autre, l’immigration et l’enracinement [dans une nouvelle] culture ».

L’auteur raconte dans son œuvre que l’Homme est toujours amené à se déplacer et qu’il devient ainsi en quelque sorte « un arbre qui marche » : une image poétique que les architectes ont retranscrite visuellement avec l’effilement des colonnes au rez-de-chaussée. Celles-ci suggèrent alors un léger anthropomorphisme, qui transforme subtilement le bâtiment en animal dressé sur ses pattes.

La serre d’hiver ne manquera pas elle aussi de rappeler les écrits de Dany Laferrière, dénotant le voyage des immigrants cherchant à s’enraciner dans un quartier, à la manière des habitants des deux arrondissements dont 40 % de la population à Ahuntsic-Cartierville et 42 % à Montréal-Nord sont issus de l’immigration.


Le jardin d’hiver de la bibliothèque et espace culturel du Cœur-Nomade. (Photo : courtoisie Affleck de la Riva et Coarchitecture)

Le circuit d’art laissera quant à lui une grande place à l’affichage et à la présence d’œuvres d’art dans le jardin du bâtiment, mais aussi réparties dans les étages et les livres. Une collection d’art africain et afro-américain y sera intégrée, mais elle laissera aussi la place à des artistes du quartier.

Richard de la Riva raconte en souriant le pitch original du projet, soit l’argumentaire visant à obtenir le contrat : « […] dans notre approche conceptuelle, on citait Mohamed Ali […] dans ses réflexions un peu légères, mais tellement pertinentes. Il disait que certains gens sont bien refermés de l’extérieur, comme une coquille, mais mou à l’intérieur. »

Il décrit le bâtiment à l’image de cette citation : un bâtiment dur, qui protège, héberge, reçoit. À l’intérieur, un espace chaleureux et accueillant.

La firme Affleck de la Riva n’a pas fini de diffuser son talent dans Montréal : elle vient de remporter un autre concours pour son projet Espace Rivière, un nouveau lieu culturel et communautaire prévu pour 2027 dans l’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles.

5 Likes

Premier projet de résolution au CA du 5 septembre (dossier 1238303006)

3 Likes

Montréal — Poursuivant la modernisation du réseau des Bibliothèques de Montréal et le déploiement du réseau des Maisons de la culture, la Ville de Montréal est fière d’octroyer un contrat de 34 185 000 $ à l’entreprise Magil Construction Est du Canada inc. pour la construction de la bibliothèque et espace culturel du Cœur-Nomade. Il s’agira de la toute première bibliothèque inter-arrondissement à Montréal, qui desservira les arrondissements d’Ahuntsic-Cartierville et de Montréal-Nord.

4 Likes

Ouf… je suis bien content de cette annonce. :sweat_smile: :+1:

Je me suis rendu dans les environs du lieu prévu pour la construction de cette future bibliothèque pas plus tard que ce lundi… et on y trouvait un stationnement et pas tellement d’indications de la venue de ce projet. Bref, j’avais peur que cela ne se concrétiserait plus.

Heureusement, mes craintes ne semblent pas être (trop) fondées… :slightly_smiling_face:

2 Likes