Ailleurs au Québec - Projets et actualités

Pour les amateurs d’hauteurs : J’ai entendu parler de ce projet dans une chronique de Richard Bergeron à l’émission Le 15-18 --> Urbanisme avec Richard Bergeron : Une tour de luxe dans la forêt de Namur https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/le-15-18/episodes/498140/rattrapage-du-jeudi-3-decembre-2020/18

Il ne pense pas que ça va se réaliser, mais que c’est un beau projet pour le portfolio de MU Architecture :wink: (voir ici https://architecture-mu.com/?project=pekuliari)

C’est dans un petit village qui s’appelle Namur, à 35 km de Montebello

Egan: One tall tale — plan calls for 54-storey tower to find home near tiny Quebec village

Domaine PÉKULIARI, is the brain-child of Montreal firefighter Karim Zaghbani Cloutier, who owns 320 acres on the edge of Namur.

Author of the article:

Kelly Egan

Publishing date:

Dec 07, 2020 • Last Updated 1 day ago • 4 minute read

OTTAWA – DECEMBER 2, 2020 – Domaine Pekuliari, an innovative housing project propsosal to be built in the village of Namur, north of Montebello, Quebec. Architectural rendering Courtesy: Domaine Pekuliari, Mu Architecture. For: 1205 col egan tower
Domaine PÉKULIARI, an innovative housing project proposal, would see a 54-storey tower about two kilometres from the centre of Namur. PHOTO BY ARCHITECTURAL RENDERING COURTESY OF DOMAINE PEKULIARI, MU ARCHITECTURE

NAMUR, Que. — In the heart of this Québéçois village, things grew in a reassuring pattern from 1870, the important functions steps from each other, knit together to make a place whole.

The church, the cemetery, the village hall, the post office, the main public park and the little lake around which hardy souls built modest houses, heated with wood stoves — all within a stone’s throw.
Nestled in hills about 35 kilometres north of Montebello, it is so wedded to the forest that its welcome cabin off Highway 323 is striking for a giant dancing axe.

The mayor, Gilbert Dardel, is a farmer, on council so long (42 years) that he says he came with the furniture, making him, too, a walking business directory.

“We have two gas stations, one dépanneur, one grocery store, two or three restaurants, a hairdresser, a couple of other things,” he said, later mentioning a medium-sized sawmill.

Thus his reaction about 15 months ago when a proposal arrived for a 54-storey tower about two kilometres from the centre of Namur, in the middle of a forest, reaching 670 feet into the sky, easily the tallest building west of Montreal.

Advertisement

Article content continued

”My first impression was, tabernouche, I never thought a building like that would ever come to Namur,” he said one day last week. “I thoughtthis is maybe off the charts, that’s for sure.”

The highrise, called Domaine PÉKULIARI, is the brain-child of a Montreal firefighter, Karim Zaghbani Cloutier, who owns 320 acres on the edge of the village.

OTTAWA – DECEMBER 2, 2020 – Domaine Pekuliari, an innovative housing project propsosal to be built in the village of Namur, north of Montebello, Quebec. Architectural rendering Courtesy: Domaine Pekuliari, Mu Architecture. For: 1205 col egan tower

Domaine PÉKULIARI, an innovative housing project proposal, would see a 54-storey tower about two kilometres from the centre of Namur. PHOTO BY ARCHITECTURAL RENDERING COURTESY OF DOMAINE PEKULIARI, MU ARCHITECTURE /Architectural rendering courtesy of Domaine Pekuliari, MU Architecture

He went public with the totem-like design at a public meeting in November. While he was, by most accounts, politely received, some thought the idea plain crazy. Social media was filled with mockery, an anti-PÉKULIARI site cropped up on Facebook, and at least one op-ed wondered if it was all a bad joke.

A 54-storey highrise in a village of 600 that has no municipal water supply or sewage system?

Cloutier says he’s selling a concept, a first in North America. The tower would be environmentally “self-sustaining,” with photo voltaic glass that would generate electricity, a system to gather rain water and snow for treatment and reuse, and the latest technology to turn sewage into clean water.

Residents would enjoy the 300 acres as their own nature reserve and feed from vegetable gardens on the grounds. He also planned a 20-to-30-room hotel on the lower floors and permanent employment for roughly 150. The rest would be condos — some taking up an entire floor — and there were whispers of prices in the $8-million range.

“Everyone is entitled to their own opinion and I respect every single view,” Cloutier added. “But I think PÉKULIARI will change the way developers think not just in Canada, but around the world.”

NAMUR- December 4, 2020. Namur mayor Gilbert Darrel.

‘My first impression was, tabernouche, I never thought a building like that would ever come to Namur,’ said Namur Mayor Gilbert Dardel. PHOTO BY FILES /Files

He thinks there are enough die-hard environmentalists out there who simply want to live in nature, reducing their footprint on the Earth, and not requiring a host of luxury services (which Namur lacks) to keep them happy.

“We absolutely need to rethink the way we occupy the land, especially the wild ones, the untouched ones.”

Cloutier, who admits he has never done a project of this size, nor does he have the $300 million in financing locked up, was originally thinking of a plan for 150 individual homes or cottages. But building in a conventional way would eat up about 100 acres in roads and infrastructure, so he was seized with the idea of building up, not out.

“It’s not only a tower inside of a forest, it’s a fully integrated ecosystem.”

The mayor, meanwhile, is trying to keep an open mind. He guesses the public meeting was about 50/50 on the proposal, which will require significant zoning changes from Namur and the area’s regional government. There are also the promised jobs to consider.

NAMUR- December 4, 2020. Sculpture at main intesecrion in Namur, que. Photo by Kelly Egan

A giant axe at the main intersection greets visitors to Namur. PHOTO BY KELLY EGAN /Postmedia

“That question was asked many times,” the mayor said. “Why Namur?”

We spoke to several people in the village and the younger ones in particular thought Cloutier should be given a shot at succeeding.

Jonathan Prévost, 37, owns Station Namur and is doing a bustling business with his gas station and associated store, which sells everything from booze year-round to fast food in the summer. He has all kinds of expansion plans as the store is a prime rest-stop between Ottawa and Mont-Tremblant.

“I think it would be great for the village, the area, the region,” said Prévost, who was busy tending a fire for the adjacent trail-riders. “I know it’s challenging for some people to understand a big change like that.”

But he pointed out that any big innovation is often met with resistance. “I think the concept is awesome.”

Dani Chenier lived in Namur for 15 years and her husband has business interests there going back three generations. She called the project “audacious” and “interesting,” but thought the context was wrong.

OTTAWA – DECEMBER 2, 2020 – Domaine Pekuliari, an innovative housing project propsosal to be built in the village of Namur, north of Montebello, Quebec. Architectural rendering Courtesy: Domaine Pekuliari, Mu Architecture. For: 1205 col egan tower

The Domaine PÉKULIARI plan would include condos — some taking up an entire floor. PHOTO BY ARCHITECTURAL RENDERING COURTESY OF DOMAINE PEKULIARI, MU ARCHITECTURE

“It looks like it should be in Laval or Dubai, or Kuala Lumpur.” She also rents out a home in the village for seasonal use and says the winter is a tough sell, which speaks to the viability of a 30-room hotel in Namur in winter or summer, it being 45 kilometres from Mont-Tremblant (a place loaded with services and activities).

“You come down an elevator, come outside and there’s nothing to do. All you have is scrub brush.”

But the whole point, Cloutier counters, is essentially to commune with nature in the middle of nowhere.

“You want to reconnect with Mother Nature,” he said. “There’s no need, say, for racing carts on the property.”

The mayor promises more public meetings on the proposal, probably in 2021.

Je vous partage le design du nouveau complexe multisport à la Polyvalente St-Georges. J’avoue avoir été charmé.

Un consortium d’architectes composé d’ABCP, de MLL et de BBL

5 Likes

Un centre de données à 867 milions $ verra le jour à Lévis

Louis Gagné
13 h 05 | Mis à jour à 13 h 15

L’entreprise québécoise Fonds QScale S.E.C. va implanter un centre de traitement de données à haute densité à Lévis. Le projet évalué à 867 millions de dollars sera réalisé en huit phases sur une période de sept ans et permettra de créer plus de 200 emplois spécialisés.

La première phase, qui devrait être terminée à la fin de 2022, comprend la construction d’une infrastructure stratégique qui constituera l’épine dorsale du centre. Il pourra desservir des entreprises nécessitant des serveurs de calculs de haute performance, notamment celles évoluant dans le domaine de l’intelligence artificielle.

Ses installations lui permettront également de récupérer la chaleur générée par les calculs. Selon QScale, la valorisation des rejets thermiques contribuera à l’autonomie alimentaire. La chaleur récupérée pourrait éventuellement alimenter de nouvelles serres qui seront implantées près du futur complexe.

Le projet d’une vie

Une fois le projet entièrement déployé, l’entreprise fondée en 2018 s’attend à ce que 2800 tonnes de petits fruits et plus de 80 000 tonnes de tomates puissent être produites chaque année.

C’est un projet intégré, innovant, carbonégatif [sic] et tourné vers l’avenir. C’est le projet d’une vie et je suis très heureux que toutes les conditions aient été réunies pour le faire sortir de terre , a déclaré le président de QScale, Martin Bouchard.

L’entreprise a conclu une entente avec Hydro-Québec en vertu de laquelle elle pourra bénéficier d’une capacité énergétique de plus de 140 mégawatts pour alimenter son centre de traitement à la fine pointe de la technologie .

Québec et Desjardins partenaires

Le gouvernement Legault a confirmé mardi l’attribution, à même le programme ESSOR, d’un prêt de 60 millions de dollars à QScale pour la réalisation de son projet d’envergure.

Québec investira un autre 30 millions en parts de sociétés en commandite dans l’entreprise par l’intermédiaire du Fonds pour la croissance des entreprises québécoises.

Le ministre des Finances, de l’Économie et de l’Innovation, Éric Girard, a indiqué que l’investissement de son gouvernement allait permettre de consolider le secteur québécois des technologies de l’information, en plus de profiter directement des retombées économiques du projet. Il a souligné que le centre allait miser une l’une de nos plus grandes forces, l’hydroélectricité.

Cette ressource propre et renouvelable constitue un atout majeur pour le Québec, à l’heure où la demande d’énergie est en forte croissance en raison du volume de données généré par les applications mobiles et les nouvelles technologies, dont l’intelligence artificielle , a déclaré Éric Girard.

De son côté, Desjardins Capital investira 60 millions de dollars dans le projet. Différents investisseurs privés, tous québécois, injecteront un total de 45 millions dans l’aventure.

Plus de détails à venir

3 Likes
3 Likes

En lisant le titre, je me suis demandée comment un Costco pouvait se construire en zone agricole… pour comprendre en lisant l’article que le terrain n’est plus en zone agricole, mais entouré d’industries et de commerces et que l’érablière n’est plus exploitée. L’eau d’érable n’y coule plus et il ne reste qu’une salle de réception qui sert de « cabane à sucre »

Un Costco pourrait remplacer une érablière dans la région de Granby


Photo: Valérian Mazataud, Le Devoir
Chaque année, Costco continue d’étendre ses activités au Canada.

Ulysse Bergeron
5 avril 2022

Costco convoite les terrains d’une cabane à sucre à Saint-Alphonse-de-Granby pour bâtir un nouveau magasin-entrepôt dans une région, celle de la Haute-Yamaska, qui n’est pas desservie par ce géant américain. Un projet qui s’inscrit dans le désir de la multinationale d’augmenter sa présence dans la province.

L’automobiliste qui roule sur l’autoroute 10 peut apercevoir, au croisement de la route 139, la grande salle de réception aux toits orange de La Grillade, une cabane à sucre établie à Saint-Alphonse-de-Granby depuis la fin des années 1970.

C’est ce site que convoite l’entreprise pour construire un nouvel établissement. La multinationale a entamé des démarches auprès des autorités municipales de la région pour obtenir les orientations nécessaires pouvant mener à la construction d’un éventuel Costco dans ce village de 3000 âmes, peut-on lire dans le registre des lobbyistes.

Si le projet va de l’avant, le promoteur immobilier Montoni, qui a déjà construit le centre de lunetterie Costco à Boisbriand, pourrait chapeauter les travaux. L’entreprise de Laval a elle aussi entamé des démarches similaires auprès de la municipalité et de la MRC de la Haute-Yamaska.

À l’instar de Costco, elle veut obtenir un permis de construire et recevoir les autorisations pour prolonger le réseau d’égouts et d’aqueducs jusqu’au site qui pourrait accueillir une grande surface.

Des représentants du courtier immobilier Intercom, qui représente Costco et Montoni, confirment les démarches, mais disent être pour l’instant « en mode exploratoire ».

Aucune transaction n’a encore été conclue, mais un représentant de l’enseigne a approché La Grillade dans les dernières semaines. « Si l’offre est bonne, je ne suis pas fermé à vendre, mais il y a d’autres gens qui sont intéressés », dit Pierre Gingras, propriétaire de l’établissement. L’emplacement du site, situé à un jet de pierre de l’autoroute 10, suscite des intérêts, d’autant plus qu’il n’est pas en zone agricole.

La cabane à sucre, qui comptait environ 3500 érables entaillés au cours des années 1980 et 1990, a été au fil des ans enclavée par des commerces et un parc industriel. Si bien qu’elle a arrêté de faire couler des érables. « Maintenant, la vocation “cabane à sucre”, ça représente huit fins de semaine par année », résume M. Gingras. Le reste de l’année, l’immeuble sert de salle de réception et de spectacle.

Croissance au Canada

Chaque année, Costco continue d’étendre ses activités au Canada. On dénombre maintenant 105 établissements au pays, dont 22 au Québec, comparativement à 60 et 14 respectivement il y a 20 ans, selon les rapports annuels de l’entreprise.

Après s’être installée dans les grands centres urbains de la province — Montréal, Sherbrooke, Québec et Trois-Rivières —, l’entreprise, qui a son siège social dans l’État de Washington, semble miser sur un développement en périphérie des grands centres.

Des magasins-entrepôts seraient projetés à Rouyn-Noranda et à Rimouski, selon des articles publiés ces derniers mois par Radio-Canada. Un sondage de la Chambre de commerce et d’industrie de Rouyn-Noranda, dévoilé en mars, indiquait qu’une majorité des résidents de la ville seraient favorables à l’implantation d’un tel magasin.

Le boisé d’érables coulent plus, alors aussi bien les remplacer par une mer d’asphalte :wink:

Village avec une population de 3000 personnes… c’est sûr que la clientèle va provenir des plus grandes municipalités des alentours… ça va faire bcp de cases de stationnement et tout plein d’érables rasés :frowning:

avant/après :face_with_hand_over_mouth:
en utilisant le costco de Saint-Bruno de Montarville.
av-ap

1 Like

C’est une ville différente de Granby administrativement parlant, mais dans les faits c’est la même ville. C’est à 5km du centre-ville, à la sortie d’autoroute principale. C’est aussi le point médian de la région, à 15 minutes du centre de Granby, Bromont et Cowansville qui forme une seule région polycentrique d’à peu près 100 000 habitants maintenant. En tenant pour acquis qu’il y a de la demande pour ce genre de commerce, c’est un endroit assez idéal pour ça.

2 Likes

L’emprunte au sol sera plus petite. Le magasin de St-Bruno c’est le retrofit de leur centre de distribution.

Développement par Brivia sur le versant Soleil du mont Tremblant

Vers la relance du développement immobilier du Versant Soleil


PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE
Vue aérienne des abords du Casino de Tremblant, en 2017

Il y aura peut-être de l’action au Versant Soleil, 12 ans après l’ouverture de Casino de Tremblant.

Publié à 6h00
ANDRÉ DUBUC
LA PRESSE

Le Groupe Brivia, connu jusqu’alors pour ses projets urbains comme le 1, Square Phillips, au centre-ville de Montréal, a acquis un terrain de 140 000 mètres carrés (1,5 million de pieds carrés) des mains de la Station en vue de construire 520 logements au fil des ans.

Le projet annoncé mardi matin se déclinera en six phases. Il se situe au nord du rond-point du chemin des Pléiades, à l’ouest de la propriété de Loto-Québec.


PLAN FOURNI PAR LE PROMOTEUR
Le projet de Brivia sera construit dans la zone hachurée au Versant Soleil de la station Tremblant.

Les grandes lignes du projet « ski in, ski out » ont obtenu l’aval de la Ville de Mont-Tremblant, assure le promoteur.

« On a reçu le permis de déboisement, explique Vincent Kou, vice-président, Développement corporatif et croissance, chez Brivia. Les travaux civils [infrastructures et de préparation du site] sont entamés depuis le début avril. Le projet, en termes de plans et d’images, a été approuvé par la Ville. Il reste à peaufiner les derniers détails avec la Ville pour qu’on puisse dévoiler officiellement le plan d’ensemble du lotissement. »

À la Ville de Mont-Tremblant, on nous a indiqué qu’on répondrait à nos questions ce mardi sur le cheminement du dossier.

Une division de Brivia, Versant Soleil Development, avait déposé une poursuite contre la Ville l’automne dernier, à la suite de l’adoption d’une résolution de contrôle intérimaire par la MRC des Laurentides à la demande de la Ville de Mont-Tremblant. Le but était de geler temporairement le développement immobilier dans la municipalité. Depuis, Mont-Tremblant a décidé de procéder autrement et a abandonné l’idée de recourir au contrôle intérimaire, rapportait l’hebdo L’Info du Nord en décembre dernier.

Le mandat de lobbying de Versant Soleil Development concernant l’acceptation du projet n’est plus actif.

Brivia, explique M. Kou, entend mettre l’accent sur la symbiose avec la nature et la montagne. « C’est un projet qui va intégrer le résidentiel et la nature existante », a-t-il dit dans un entretien. Les professionnels au projet sont les architectes MSDL, les architectes paysagistes Projet Paysage et les urbanistes Fahey et associés.

Les deux premières phases, qui prévoient 82 unités, devraient être mises en vente en septembre 2022, explique M. Kou. Le promoteur veut construire des maisons détachées et des maisons en rangée dans un premier temps.

Aux prix actuels, on estime à un minimum de 40 millions la valeur des phases 1 et 2 sur la base des prix à la vente. Les détails seront connus à l’automne.

Le promoteur vise une clientèle internationale avec son projet qui s’associe à la marque YOO, une boîte fondée au départ par le créateur français Philippe Starck. Au Québec, la firme a donné son nom au projet de condos Yoo Montréal, rue Murray, dans le quartier Griffintown.

Le promoteur Brivia s’engage aussi à bâtir un remonte-pente privé pour permettre aux villégiateurs et aux résidants du projet de rejoindre le remonte-pente public de la station.

Douze ans d’attente

En 2006, la station des Laurentides prévoyait construire au Versant Soleil de 1000 à 1500 logements et en faire une destination d’affaires et de congrès. Une succession de mauvaises nouvelles a depuis retardé la mise en valeur du Versant Soleil, que l’on pense à la vente d’Intrawest à Fortress en 2006, à l’appréciation du huard à compter de 2002 jusqu’en 2011, à l’imposition du passeport aux Américains à partir de 2008 et à la grande récession de 2008-2010 aux États-Unis. La promesse d’un hôtel luxueux devant jouxter le casino ne s’est jamais concrétisée.

Plus de 12 ans après l’ouverture de la maison de jeu en 2009, les étoiles semblent enfin s’aligner : popularité des propriétés de villégiature avec la pandémie, reprise récente des voyages d’agrément et dollar canadien se vendant à 0,80 $ US.

Depuis 2017, le maître des lieux, Alterra Mountain Company, qui détient 15 autres centres de villégiature, dont Deer Valley, près de Salt Lake City, a investi 17 millions et s’apprête à relancer l’ouverture du Sommet Timber, annoncée en 2020 mais mise sur pause pendant la COVID-19.

Je l’ai vu passé dans le registre des lobbyistes. Il y a beaucoup d’action dans les Laurentides. Aussi, Brivia commence à faire des projets dans d’autres villes, notamment à Québec.

Problème d’érosion causé en partie par la construction du Club Med :expressionless:

Des investissements majeurs pour freiner l’érosion au Massif de Charlevoix


Certains des problèmes constatés ont été occasionnés par la construction du Club Med Québec Charlevoix.
PHOTO : RADIO-CANADA

Alexandre Duval
à 6 h 00

Le Massif de Charlevoix devra investir des centaines de milliers de dollars pour mettre à niveau ses infrastructures de gestion des eaux. La montagne est aux prises avec de sérieux problèmes de drainage et d’érosion, selon un rapport daté de novembre dernier dont Radio-Canada a obtenu copie.

On prend ce rapport-là très au sérieux […]. On va améliorer grandement notre approche par rapport à tout ça, assure le vice-président à la direction et directeur général du Groupe Le Massif, Nicolas Racine.

Sans pouvoir chiffrer précisément les investissements requis, M. Racine confirme qu’il s’agit de plusieurs centaines de milliers de dollars, au minimum, pour effectuer divers travaux au cours des prochaines années.

Remplacement de ponceaux défectueux, dégagement et amélioration des barres de drainage le long des pistes de ski, végétalisation de certaines zones, surveillance des activités sur la montagne : près d’une trentaine de recommandations générales doivent être mises en application par le Groupe Le Massif.

Le rapport de presque 90 pages, produit par l’Organisme de bassin versant Charlevoix-Montmorency, fait état de plusieurs problèmes. Certains sont liés à la construction du Club Med Québec Charlevoix, d’autres y sont antérieures.

Le ruissellement important, combiné aux modifications des patrons de drainage, favorise l’émergence de problèmes d’érosion et de sédimentation dans les milieux aquatiques et forestiers, indique le rapport.

« Cette situation peut même causer des dégâts matériels importants aux infrastructures en aval et endommager les pistes. »

— Une citation de Extrait du Plan de drainage du Massif de Charlevoix, rapport final, 8 novembre 2021

En octobre 2020, Radio-Canada s’était d’ailleurs rendue au pied de la montagne pour constater l’ampleur de la sédimentation due à l’écoulement des eaux ainsi que des dommages considérables causés à une propriété privée à la suite de grosses quantités de pluie tombées quelques semaines plus tôt.


Un effondrement de terrain s’était produit à l’entrée d’une maison au pied du Massif au cours de l’été 2020.
PHOTO : ISRAËL BOUCHARD

Environ 16 % des 207 ponceaux situés sur la montagne sont dans un état médiocre ou critique, selon le rapport. Des travaux réalisés en 2020 pour végétaliser certains secteurs n’ont pas encore donné les résultats attendus, indique aussi le document.

Qui plus est, les travaux d’excavation et de remblai liés à la construction du Club Med et de la nouvelle piste école ont créé d’importants talus aux prises avec des problèmes d’érosion.

Aurait-on pu mieux faire?

Nicolas Racine convient que certaines choses auraient pu être faites différemment durant la construction du Club Med Québec Charlevoix, mais il affirme que les mesures correctives ont été apportées.

« Il y a beaucoup d’améliorations qui ont été faites en fin de construction », dit-il. « La production du rapport de drainage était une exigence du ministère de l’Environnement », ajoute M. Racine. « Le fait d’avoir enfin un diagnostic complet de la situation est une bonne nouvelle », selon lui.

« Le suivi et les rapports qu’on va pouvoir transmettre sur demande au ministère, ça va être plus facile aussi pour nous. Je pense qu’on peut dire qu’on va grandement s’améliorer. »

— Une citation de Nicolas Racine, vice-président à la direction et directeur général du Groupe Le Massif

M. Racine explique que la fonte des neiges fait l’objet d’une surveillance en ce moment. Les plus gros travaux seront néanmoins réalisés à compter du mois de mai et dureront jusqu’à l’approche de l’hiver.

« On instaure des procédures pour s’assurer de respecter toutes les directives, de limiter les impacts de tous les travaux qu’on pourrait faire à la montagne », poursuit-il.

Les travaux réalisés dans la montagne devront aussi être supervisés par une firme externe pour s’assurer que toutes les obligations environnementales du Groupe Le Massif sont respectées.

1 Like

À noter aussi que la route 139 a toujours été planifiée pour devenir une sorte d’autoroute ultimement. Les premiers travaux sont en train de se faire justement à cette jonction avec l’A-10 et à l’intersection de la rue principale.

Honnêtement, c’est le meilleur endroit à Granby pour avoir un Costco.

Fait intéressant, Granby et Saint-Jean-sur-Richelieu sont les deux plus grandes agglomérations sans Costco au Québec, si l’on considère que SJsR est une agglomération à part du grand Montréal.

1 Like

Le Massif se joint à un club sélect de montagnes de ski

Photo Bernard Brault, archives La Presse

La station le Massif de Charlevoix se joint au Mountain Collective, un regroupement de montagnes qui compte 23 destinations de ski dans le monde.

La station de ski le Massif de Charlevoix adhère au Mountain Collective, un regroupement de montagnes qui compte 23 destinations dans le monde, dont Chamonix en France, Jackson Hole au Wyoming, Lake Louise en Alberta ou Niseko United, sur l’île d’Hokkaido, au Japon.

Publié hier à 11h00

Partager

Simon Chabot

Simon Chabot La Presse

« Le Massif franchit une étape importante aujourd’hui qui impactera son rayonnement à l’international, explique par voie de communiqué Nicolas Racine, vice-président et directeur général du Groupe Le Massif. L’adhésion à Mountain Collective s’inscrit dans notre stratégie visant à devenir une station de calibre mondial et à attirer une clientèle de destination provenant de l’extérieur du Québec. »

La station québécoise est la première de l’est du Canada à se joindre au groupe qui commercialise un abonnement valable dans toutes les montagnes membres. Les détenteurs de cet abonnement, vendu 559 $ US (soit environ 700 $ CA), pourront skier deux jours gratuitement dans chacune des 23 stations du groupe pendant la saison 2022-23. Ils auront aussi droit à des billets à moitié prix pour les journées additionnelles.

Les détenteurs d’abonnements de saison sans restriction du Massif de Charlevoix bénéficieront de leur côté d’un rabais de 50 % sur le prix des billets dans les 22 autres stations de Mountain Collective, dont certaines se trouvent aussi loin qu’au Chili, en Nouvelle-Zélande et en Australie.

« Le Massif est un ajout fantastique à notre regroupement et offrira une option additionnelle aux skieurs de l’Est en complément des 22 destinations montagne incontournables déjà comprises dans l’abonnement », fait pour sa part savoir Todd Burnette, chef de la direction de Mountain Collective.

Le Massif de Charlevoix accueille depuis décembre 2021 le premier village de montagne du Club Med en Amérique du Nord.

1 Like

Petite-Rivière-Saint-François Un lagon géothermique à 45 minutes de Québec

Photo Maridav, fournie par Brouillard Communications

Les lagons de GeoLAGON sont inspirés du célèbre lagon bleu d’Islande (sur la photo).

Un développement touristique incluant un lagon chauffé entre autres par la géothermie et la construction de 300 unités en partie chauffées et climatisées par l’énergie solaire doit prendre forme à 45 minutes de Québec, aux portes du Massif de Charlevoix. Développé en trois phases, l’environnement du GeoLAGON nécessitera un investissement privé de 300 millions.

Publié le 7 juin

Partager

Alexandre Vigneault

Alexandre Vigneault La Presse

Le coup d’envoi du projet a été confirmé par le développeur Louis Massicotte. Le site de GeoLAGON annonce aussi des projets semblables en Estrie et dans les Laurentides. Celui de Charlevoix est le plus ambitieux des trois avec ses 300 unités. La prévente pour le projet dans les Cantons-de-l’Est est bien amorcée même si sa localisation n’est toujours pas connue des investisseurs et les demandes de permis pour celui des Laurentides, à Saint-Adèle, dont toutes les unités seraient prévendues, seront déposées « prochainement », indique-t-on.

Le GeoLAGON de Charlevoix, à Petite-Rivière-Saint-François, à proximité de Baie-Saint-Paul, s’articulera d’abord autour de la construction de 150 résidences doubles de type Airbnb. Le développement du lagon artificiel ne sera amorcé que lorsque les unités initiales seront vendues et sera ensuite complété par la construction de 150 autres chalets.

« Le marché hôtelier mondial est en pleine mutation avec l’émergence des plateformes proptech. Déjà, les hôtels s’affichent sur Airbnb, VRBO et d’autres sites qui permettent des séjours plus longs que ceux de l’hôtellerie traditionnelle, ce qui engendre souvent la présence souhaitable de visiteurs qui font du télétravail les jours de semaine, précise le promoteur dans un communiqué. GeoLAGON veut agir avec avant-gardisme dans ce mouvement qui révolutionnera le tourisme. »

Le promoteur mise sur les énergies renouvelables pour le chauffage et la climatisation des résidences comme du lagon à ciel ouvert de 120 000 autour duquel s’articule le projet. Il est question de géothermie, d’énergie solaire et de biomasse, mais les détails des technologies mises en place seront dévoilés ces prochains mois. Le lagon lui-même n’effectuera aucun rejet dans l’environnement, est-il précisé.

1 Like
1 Like

Mont-Saint-Hilaire | Des résidants craignent que le paysage soit gâché


PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE
La municipalité de Mont-Saint-Hilaire prévoit le développement de 380 unités d’habitation dans une zone où on trouve actuellement un verger et des terrains vacants.

La perspective de voir un nouveau lotissement de 380 logements se construire au pied du mont Saint-Hilaire provoque la controverse dans la municipalité du même nom.

Publié à 5h00
Isabelle Ducas
LA PRESSE

L’aménagement d’un nouveau quartier sur des terrains de 29 hectares, dans la zone A-16, au croisement des chemins Ozias-Leduc et de la Montagne, signifie la disparition d’un verger et la destruction d’un milieu humide, déplorent des citoyens, qui redoutent également les problèmes de circulation à venir.

« Ça va scraper le paysage », s’insurge Pierre Nault, président de l’Association des citoyens de Mont-Saint-Hilaire (ACMSH), qui a organisé des rassemblements, participé aux assemblées publiques et fait circuler des pétitions pour implorer le conseil municipal de ne pas permettre de lotissement domiciliaire à cet endroit.


PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE
Le président de l’Association des citoyens de Mont-Saint-Hilaire, Pierre Nault

Mais la municipalité n’avait pas le choix d’autoriser le lotissement résidentiel sur les terrains en question, en raison de deux décisions des tribunaux, explique le maire, Marc-André Guertin.

« Ce n’est pas de gaieté de cœur qu’on a accepté ça, c’est un vote de raison, dit M. Guertin. On croit qu’on a fait le meilleur travail dans les conditions qui nous étaient offertes, et on croit avoir terminé un chapitre qui a commencé il y a 30 ans et qui se termine après un long labeur.

« On n’habite pas Mont-Saint-Hilaire pour favoriser le développement, mais parce qu’on aime les attraits du milieu. »

Jugements en faveur des propriétaires

Les terrains de la zone A-16 appartiennent à plusieurs propriétaires, dont certains ont l’intention de les vendre à des promoteurs qui pourront y construire des résidences. On y trouve notamment le verger Sullivan, le spa Strøm, un boisé, un entrepôt des pommes, une pépinière, quelques résidences et des terrains en friche.

Pendant plusieurs années, la municipalité a interdit que ces terrains soient développés en utilisant différents moyens à sa disposition.

Mais en 2019, un regroupement de propriétaires a poursuivi la municipalité pour exiger l’autorisation d’y construire des maisons. Un jugement rendu en 2020, confirmé par la Cour d’appel en 2021, lui a donné raison, soulignant que la municipalité avait fait preuve de mauvaise foi dans ce dossier.

Le nouveau maire, élu à l’automne 2021, a donc été pris avec cette « patate chaude ».

Comme le tribunal lui donnait jusqu’en août 2022 pour modifier ses règlements en conséquence, le conseil municipal devait agir rapidement. Lors de l’assemblée du 6 juin, les élus ont donc adopté un plan particulier d’urbanisme (PPU) pour le secteur, qui prévoit une densité moyenne de 15 unités de logement par hectare.

Les bâtiments les plus hauts auront 3 étages, à certains endroits du lotissement, et une hauteur maximale de 12 mètres.

Deux boisés situés dans la zone A-16 seront protégés de tout développement. La municipalité souhaite les acquérir pour les rendre accessibles à la population, mais n’a pas les fonds nécessaires. Elle a donc lancé une campagne de sociofinancement pour recueillir 500 000 $ à cet effet. Depuis le début du mois, un peu plus de 5000 $ ont été amassés.

Zone à statut particulier

Mais ce n’est pas suffisant pour l’ACMSH, qui aurait voulu que la Ville demande que le secteur soit désigné comme zone à statut particulier, pour y limiter le développement.

« On a remis un document de 60 pages qui démontre la possibilité de faire une telle demande, dit Pierre Nault. Le conseil municipal se dit vert, mais il a peur des deux jugements, et il a peur des poursuites. »

Du côté de la Ville, on rétorque qu’une telle démarche prendrait au moins un an, ce qui dépasserait la date limite fixée par le tribunal, et que la zone A-16 ne serait pas admissible de toute façon, puisqu’elle ne présente pas de caractéristiques environnementales particulières et exceptionnelles justifiant un statut particulier.

Le comédien Marcel Lebœuf est le seul conseiller municipal qui a voté contre le PPU et les autres règlements adoptés. Adepte d’agriculture urbaine, il se dit très déçu de la tournure des évènements.

Il souligne que le verger Sullivan, qui se trouve dans la zone A-16, est le dernier qui date de l’époque du peintre Ozias Leduc.

« C’est d’une grande tristesse de saboter ces terres et de vouloir transformer ça en condos, déplore-t-il. Un tel gaspillage de territoire, ça vient me chercher profondément. Oui, ça prend des maisons et des condos, mais il faut préserver le piémont pour protéger la montagne. »


Un paysage champêtre menacé à Mont-Saint-Hilaire


Marie-France Coallier, Le Devoir
Le secteur visé par le développement, d’une superficie d’une quarantaine d’hectares, est composé d’anciens vergers, de terrains en friche et de deux boisés et comporte notamment un spa et quelques résidences.

Jeanne Corriveau
21 juin 2022

L’urbanisation gagne du terrain à Mont-Saint-Hilaire, où un plan de développement immobilier crée de vives tensions. Après deux jugements en sa défaveur, cette municipalité de la Montérégie autorisera la construction de quelque 380 logements au pied de la montagne, dans un secteur aux allures de paysage champêtre.

« Un fusil à la tempe et un couteau à la gorge. C’est vraiment comme ça qu’on s’est sentis », résume le maire, Marc-André Guertin , au sujet de cette saga qui a amené la Ville à ouvrir la porte au lotissement. Porté au pouvoir en novembre dernier, M. Guertin soutient que, comme bien des résidents, il aurait voulu protéger ce secteur, mais que les décisions des tribunaux n’ont laissé aucune marge de manoeuvre à la Ville.

Connu comme la « zone A-16 », le secteur visé par le développement se trouve à proximité du croisement des chemins Ozias-Leduc et de la Montagne. D’une superficie d’une quarantaine d’hectares, il est composé d’anciens vergers, de terrains en friche et de deux boisés et comporte notamment un spa et quelques résidences.

En 1991, cette zone avait été retirée de la zone d’agriculture permanente, et les administrations successives à la mairie ont bloqué tout projet de construction domiciliaire. Jusqu’au jour où, excédés de ne pouvoir faire du développement immobilier, cinq propriétaires fonciers se sont adressés à la Cour supérieure pour faire déclarer illégale la réglementation municipale qui leur mettait des bâtons dans les roues. Et ils ont gagné, non seulement à la Cour supérieure, mais également à la Cour d’appel. Dans sa décision rendue le 11 novembre dernier, la Cour d’appel a donné jusqu’au 11 août à la Ville pour modifier son Schéma d’aménagement et de développement.

« Mauvaise foi » de la Ville

Les tribunaux ont statué que la municipalité avait fait preuve de « mauvaise foi » envers les propriétaires fonciers de la zone A-16 et lui ont reproché d’avoir exclu ceux-ci du comité consultatif mis en place par l’ex-maire Yves Corriveau pour épauler la Ville dans le développement de ce secteur.

Après consultation, la municipalité a adopté la semaine dernière un programme particulier d’urbanisme (PPU) afin d’encadrer le développement immobilier. La zone A-16 pourra accueillir des immeubles de tailles variées, des unifamiliales jusqu’à des bâtiments comportant un maximum de trois étages. La densité, de 15 logements par hectare, est cependant moindre que celle évoquée depuis des années. La Ville entend par ailleurs préserver deux boisés et créer un parc linéaire.

Mais ce territoire situé au pied du mont Saint-Hilaire risque de perdre son caractère champêtre. Des résidents opposés au projet craignent qu’en plus de détruire des milieux naturels, il entraîne d’importants problèmes de circulation automobile. Ils estiment que la Ville aurait dû réclamer un statut particulier pour ce secteur.

« J’ai passé les six derniers mois à essayer de me procurer une baguette magique et à tourner toutes les pierres inimaginables », rétorque le maire Guertin. « Si on avait pu faire autrement, on l’aurait fait. Cette zone a une place côté coeur pour la plupart des gens qui l’ont fréquentée. »

Ce dénouement est une catastrophe aux yeux du comédien Marcel Leboeuf. Conseiller municipal dans l’opposition, Marcel Leboeuf avait fait de la préservation de la zone A-16 son cheval de bataille. « J’ai été assermenté le 12 novembre à 9 h. À 9 h 15, j’ai appris l’existence du jugement de la Cour d’appel en faveur des propriétaires. Tout de suite, j’ai dit aux autres : qu’est-ce que je fais ici ? »

Lors d’une assemblée de consultation sur le PPU, le 24 mai dernier, il a d’ailleurs lancé un cri du coeur devant ses concitoyens. « Je me sens totalement inutile. Je vous le dis : par moments, j’ai de la misère à dormir. Je mange mal. C’est dur pour moi », a-t-il dit. « Il n’y a pas une journée où je ne me lève pas en me disant que je démissionne. »

Arrivé en 2006 après être « tombé en amour » avec la région, où il a acheté une maison, Marcel Leboeuf a par la suite acquis un autre lopin de terre — où se trouvait l’ancienne maison du peintre Ozias Leduc — pour y créer un petit vignoble. Il a toutefois revendu ce terrain lorsqu’il s’est lancé en politique en 2021.

« Trente ans de niaisage »

En entrevue au Devoir, Marcel Leboeuf explique que la situation actuelle est attribuable à l’inertie des administrations précédentes, qui ont préféré faire du « pelletage de neige par en avant » plutôt que de réellement protéger la zone A-16. « Trente ans de niaisage. C’est ça qu’on récolte. Ça fait trente ans que de conseil en conseil, de maire en maire, ça niaise », lance-t-il, exaspéré.

Faute de pouvoir empêcher la construction domiciliaire, le comédien a suggéré au maire de lancer une campagne de sociofinancement afin que la Ville puisse acheter et protéger le plus de terrains possible, ce que Marc-André Guertin a accepté. Mais selon M. Leboeuf, il eût mieux valu que la Ville fasse l’acquisition de terrains il y a quinze ans plutôt que d’être obligée, aujourd’hui, d’acheter des lots à fort prix.

Il croit aussi que la Ville aurait dû demander un statut particulier pour la zone A-16. Comme cette option a été rejetée par ses collègues élus, il avance qu’il faudrait peut-être une intervention de Québec. La Ville soutient de son côté que la zone A-16 ne comporte pas les caractéristiques environnementales exceptionnelles qui justifieraient un statut particulier.

Les résidents ont été nombreux lors de la séance de consultation du mois de mai à exprimer leur opposition au plan de développement qui altérera le paysage. Ils ont aussi reproché aux élus d’avoir abdiqué. « On pensait qu’enfin, il y aurait quelqu’un qui irait au combat et se battre pour protéger notre ville. Et là, vous avez complètement refusé de faire le combat », a lancé un Hilairemontais aux élus présents.

1 Like

Pour une fois, je suis d’accord avec les NIMBY. Le paysage champêtre de Mont-Saint-Hilaire, plus que centenaire, mérite d’être protégé. Le développement de la ville devrait plutôt se faire du côté du centre-ville.

4 Likes

Place Fleur de Lys Québec finance la transformation d’un centre commercial

PHOTO FRANCIS VACHON, ARCHIVES ALAMY STOCK PHOTO

La transformation de Place Fleur de Lys, photographiée ici en 2015, s’inscrirait dans un redéveloppement urbain majeur du quartier, démarré en 2021.

Le gouvernement du Québec investit 43 millions de dollars dans la transformation de Place Fleur de Lys en complexe multifonctionnel de 750 millions ayant des composantes résidentielles, de bureaux et de services à la population. Une intervention inhabituelle qui soulève des réactions.

Publié à 5h00

Partager

André Dubuc

André Dubuc La Presse

Selon le décret publié le 27 juillet et adopté le 6 juillet dernier, l’argent provient de l’enveloppe discrétionnaire du gouvernement, appelée Fonds de développement économique, laquelle sert au financement d’entreprises. Investissement Québec (IQ) agit comme mandataire.

« L’intervention se justifie par sa différenciation en regard des autres projets immobiliers. Cet important projet va permettre de redynamiser un quartier central de la ville de Québec, d’attirer de nouvelles clientèles et d’offrir une panoplie de services à la population avoisinante », explique-t-on au ministère de l’Économie.

« Il s’agit d’un partenariat d’affaires avec espérance de rendement, poursuit-on. Si d’autres promoteurs déposent des projets semblables, ils seront analysés en tenant compte des mêmes critères et avec la même rigueur que celui concernant Place Fleur de Lys », assure le gouvernement.

Pas de logement social

Sans succès, La Presse a demandé au gouvernement et aux propriétaires de Place Fleur de Lys le nombre de logements sociaux prévus. Un article du quotidien Le Soleil datant de septembre 2021 rapportait qu’il y en aurait 0 sur les 1000 premiers logements.

L’investissement gouvernemental prend la forme de l’achat d’actions privilégiées d’au maximum 43 millions de dollars dans la société 9468-4859 Québec, dont les administrateurs sont liés à Trudel Alliance, propriétaire de Place Fleur de Lys. Le rendement exigé est gardé confidentiel.

La société en commandite Trudel Alliance est en train de transformer le vieux centre occupant un terrain d’une superficie de 280 000 m2 (3 millions de pieds carrés) en un complexe à vocation mixte. Des travaux d’une valeur de 750 millions répartis sur cinq à sept ans sont au programme.

Plus de 2500 logements, un campus universitaire, des arbres, des services à la collectivité, des bureaux et des espaces commerciaux remplacent la galerie marchande défraîchie d’environ 80 000 m2 (860 000 pi2).

La société en commandite Trudel Alliance appartient aux frères William et Jonathan Trudel et à leurs partenaires. Au nombre des commanditaires, on trouve une société liée au constructeur Pomerleau.

PHOTO PATRICE LAROCHE, ARCHIVES LE SOLEIL

Les frères William et Jonathan Trudel, propriétaires de Trudel Alliance, en juin 2021

« Cet investissement gouvernemental se fait par le biais d’une prise de participation en actions privilégiées. Celles-ci seront à terme rachetées par Trudel. Cet investissement vient bonifier le volet innovant de Fleur de Lys », dit la société Trudel dans un second courriel envoyé à La Presse. Dans un autre courriel envoyé précédemment, la société écrivait que le projet « aurait été réalisé avec ou sans l’aide gouvernementale ».

Le nouveau campus de l’UQTR à Québec, qui se trouve non loin de Place Fleur de Lys, a accueilli ses premiers étudiants l’automne dernier. Il est aussi question d’y ouvrir une université du troisième âge. Le projet de transformation a fait l’objet d’une consultation des parties prenantes.

Un précédent

« Si les fonds servent au redéveloppement du centre, l’équivalent devra être rendu disponible à tous les promoteurs », soutient Vincent Chiara, président de Groupe Mach, propriétaire de plusieurs centres commerciaux dans la région de Québec

Il existe 50 centres commerciaux de plus de 500 000 pi2 de superficie locative au Québec. « À peu près tous ont des projets de transformation », signale le spécialiste en immobilier commercial Jean-François Grenier, directeur principal d’Altus Solutions analytiques.

Dans le passé, le gouvernement provincial est intervenu dans le marché privé de l’immobilier en subventionnant les locataires d’immeubles. Ç’a notamment été le cas à la Cité multimédia et à la Cité du commerce électronique, au tournant du siècle. Les concurrents avaient crié à la concurrence déloyale. Cette fois-ci, l’intervention se fait dans le capital d’une filiale du promoteur.

« Une intervention justifiée »

« Une telle aide n’est certainement pas courante, convient François Des Rosiers, professeur à l’Université Laval. Elle s’inscrit sans doute dans une perspective de redéveloppement urbain majeur du secteur avoisinant le Centre Vidéotron. Il ne s’agit donc pas de “rénover” le centre commercial, mais de changer radicalement sa vocation », précise-t-il.

Pour Danielle Pilette, professeure au département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale de l’École des sciences de la gestion de l’UQAM, l’intervention gouvernementale est justifiée, puisque le projet aidé vise à requalifier un secteur de Vanier, un quartier central de la ville de Québec en manque d’amour.

La présence du campus de l’UQTR et celle à venir de l’université du troisième âge contribuent à la démocratisation du savoir.

Danielle Pilette, professeure à l’École des sciences de la gestion de l’UQAM

Il y a tout un travail à faire de requalification de la ville de Québec à partir du savoir. Ce genre d’intervention gouvernementale s’inscrit dans cette démarche. En investissant sous forme d’actions privilégiées, ajoute-t-elle, le gouvernement se donne des garanties.

Les mots clés sont « revitalisation urbaine », dit pour sa part Christian Yaccarini, président de Société de développement Angus (SDA), un promoteur mettant de l’avant des projets avec des composantes d’économie sociale. « Au niveau du principe, je trouve intéressant que le gouvernement s’implique pour accompagner des projets de revitalisation urbaine dans un contexte de crise du logement, avec la hausse des coûts et du prix des terrains », dit-il.

D’ailleurs, au début de la mise en valeur des terrains Angus, dans Rosemont, dans les années 1990, SDA avait reçu 32 millions en prêts gouvernementaux qui se sont avérés essentiels au décollage de l’aventure et à son succès, insiste-t-il. Les prêts ont depuis été remboursés.