700 Jarry Ouest - 4 étages (2021)

Projet locatif comprenant 55 logements. Pour sa réalisation, le projet nécessitait des dérogations qui n’ont pas été accordées par le Conseil d’arrondissement.

Informations

Nom:
Emplacement: 690‐700, rue Jarry Ouest
Hauteur: 4 étages - 14,1 mètres
Architecte:
Promoteur:
Début et fin de la construction:
Dates importantes:

Autres informations:

  • 55 logements locatifs
  • Superficie commerciale : 500 m² répartis en 2 ou 4 locaux au RDC
  • 29 unités de stationnement + 60 supports à vélo

Sources des informations:

Autres images

Je ne suis pas du tout surpris qu’un projet voit le jour à cet endroit, par contre je suis très appréhensif quand à la pression immobilière que ça apporte dans Parc-Ex

C’est juste à côté de chez moi! Haha! Je serais aux premières loges si ça se construit!

louisleonardo a dit : Je ne suis pas du tout surpris qu’un projet voit le jour à cet endroit, par contre je suis très appréhensif quand à la pression immobilière que ça apporte dans Parc-Ex

Je ne sais pas s’il y a grand chose qui peut être fait par rapport à ça. Depuis le Campus MIL, on sait où ça se dirige (pas que je suis 100% en accord)…

SkahHigh said:

louisleonardo a dit : Je ne suis pas du tout surpris qu’un projet voit le jour à cet endroit, par contre je suis très appréhensif quand à la pression immobilière que ça apporte dans Parc-Ex

Je ne sais pas s’il y a grand chose qui peut être fait par rapport à ça. Depuis le Campus MIL, on sait où ça se dirige (pas que je suis 100% en accord)…

Malheureusement, ça arrivera. Peu importe. Le Campus MIL aura été bénéfique pour Outremont, mais totalement destructeur pour Parc-Ex. Déjà, dans les blocs autour de chez moi (avec la même disposition et dimension avec quelques rénos supplémentaires), il y a une différence de 450$. Et je suis à la hauteur de Jarry (donc relativement loin du Campus MIL). Ceci étant dit, ça va ajouter des logements cet édifice, mais ils seront minuscules. Beaucoup de studio, 1 cac (ou 1 cac + bureau).

Dans Le Devoir

« Le CAPE craint aussi pour un bâtiment situé au 690-700, rue Jarry Ouest, dont la démolition est prévue pour faire place à un projet immobilier privé. En 2013, un groupe de citoyens avaient tenté d’acheter le terrain pour y construire une coopérative d’habitation, mais en vain. « Si la démolition est accordée, ce sera une autre opportunité manquée pour le logement social dans le quartier. Nous avons l’impression que ce sera encore un projet d’appartements de luxe qui seront trop chers », avance Mme Darwish.»

La seule manière à mon avis de protéger l’accessibilité des logements dans Parc-Ex serait que les habitants s’unissent et créent des coopératives d’habitation avec les bâtiments existants. Avec l’aide de la ville, financièrement, ou d’un bailleur de fond X ou Y. Pour carrément enlever de l’équation le problème à la source de toute gentrification : l’appât du gain des multiples petits propriétaires des bâtiments existants.

La protection de la pluralité des revenus dans les quartiers doit passer par la transformation de la GESTION et de la propriété et des loyers des bâtiments EXISTANTS avant de passer par les bâtiments neufs. C’est complètement insensé et contreproductif de penser qu’on va conserver quoi que ce soit par quelque chose de nouveau. Les loyers actuels, qui sont abordables, devraient le demeurer. C’est la base. Si on échoue à ça, peu importe la construction de nouveaux loyers modiques - le déplacement se fait quand même, et le tissus existant est en mutation rapide et incontrôlée, trop rapide pour être palliée par un apport, en contrepartie, d’une nouvelle offre suffisante.

1 Like

Je suis d’accord. On ne peut pas attendre et espérer une poignée de logements abordables qui de toutes façons n’arrivent pas avant un an ou deux. Le problème c’est les propriétaires verreux et avares qui profitent de populations vulnérables, en particulier dans Parc-Ex où la population immigrante est grande et peu au fait de leurs droits.

De ce que j’ai pu lire, le projet de coop avait principalement échoué parce que l’arrondissement avait refusé de leur accorder les même dérogations de hauteur qui ont été accordées à celui en entête. C’est probablement l’un des éléments qui fait le plus mal aux résidents du secteur.

Organiser un projet de coop pour Parc-Extension est une excellente idée. Cependant il faut savoir que c’est un exercise qui demande du temps, du leadership et une bonne planification. Ce n’est donc pas une panacée car il faut être très déterminé, patient et bien informé pour suivre toutes les étapes et faire les demandes en conséquence. L’Arrondissement pourrait peut-être servir de guide afin d’aider les résidents à cheminer vers la réalisation de leur projet?

À l’ordre du jour du conseil d’arrondissement de VSMPE, il y aura un vote pour faire avancer ce projet.

40.17 Urbanisme - Projet particulier d’urbanisme

Adopter le second projet de résolution PP20-14008 à l’effet d’autoriser la démolition du bâtiment situé au 690-700, rue Jarry Ouest et la construction sur cet emplacement d’un immeuble résidentiel et commercial de 4 étages en vertu du Règlement sur les P.P.C.M.O.I. de l’arrondissement (RCA04-14003), et ce, malgré la hauteur maximale en mètres et en étages ainsi que la superficie maximale d’un usage commercial spécifique prescrites à la grille des usages et des normes de la zone C01-037 à l’annexe C du Règlement de zonage, recevoir le rapport de la consultation écrite tenue du 5 au 20 novembre 2020 et autoriser la poursuite de la procédure d’adoption du projet de résolution, conformément aux règles de l’arrêté ministériel 2020-033, en apportant les adaptations nécessaires à la procédure référendaire, notamment en établissant un processus à distance d’enregistrement des personnes habiles à voter et, le cas échéant, en organisant la tenue d’un référendum par correspondance, selon les modalités prévues par le Règlement sur le vote par correspondance.

1 Like

Bon, le point avait finalement été retiré de l’ODJ du conseil d’arrondissement de VSMPE.
Ceci étant dit en revenant chez moi aujourd’hui, j’ai vu cette pancarte juste en face des bâtiments à démolir.
06-02-2021

1 Like

La Ville va racheter le terrain pour en faire des logements abordables

Chantier Montréal abordable - La Ville de Montréal agit pour la réalisation de nouveaux logements abordables dans le quartier Parc-Extension

NOUVELLES FOURNIES PAR
Ville de Montréal - Cabinet de la mairesse et du comité exécutif
Nov 17, 2022, 10:15 ET

MONTRÉAL, le 17 nov. 2022 /CNW Telbec/ - Le comité exécutif de la Ville de Montréal a adopté une résolution recommandant au conseil municipal d’approuver un projet d’acte par lequel la Ville acquérera l’immeuble situé au 690-700 rue Jarry Ouest, dans l’arrondissement de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, au coût de 4,75 M$. De ce montant, l’arrondissement y investit 200 000 $ de son budget.

Ce faisant, la Ville met en œuvre des conditions favorables au développement, par un organisme à but non lucratif, d’un projet d’une trentaine de logements abordables sur ce site. Le projet pourra être défini de pair avec la communauté. Cette action permettra d’augmenter l’offre en habitation dans un secteur de la métropole qui est fortement affecté par les pressions du marché immobilier.

« Nous sommes très heureux de confirmer l’intention d’acquérir cet immeuble qui pourra contribuer à répondre concrètement aux besoins de la communauté. C’est une nouvelle ère de développement qui se dessine à Montréal ces derniers mois. Grâce à nos nouveaux outils et à une approche immobilière agile et réactive, la Ville sait créer des occasions et les saisir pour permettre la réalisation de davantage de projets de logements sociaux et abordables. Avec le Règlement pour une métropole mixte, les droits de préemption pour le logement social et l’habitation, et le Chantier Montréal abordable, nous mettons les actions en œuvre pour renforcer l’abordabilité de la métropole pour les décennies à venir », a déclaré Benoit Dorais, vice-président du comité exécutif, responsable de l’habitation, de la stratégie immobilière et des affaires juridiques.

« Les besoins en logements sont criants, particulièrement dans Parc-Extension. Toutes les semaines, le téléphone sonne au bureau, et au bout du fil, il y une personne désemparée, sur le point de se faire évincer. Et ce n’est pas parce qu’on est inactif à la Ville ou en arrondissement, au contraire. On utilise tous les leviers à notre disposition, notamment l’acquisition de terrains, mais maintenant, il faut que les gouvernements supérieurs jouent leur rôle pour que des projets voient le jour sur ces terrains. Il faut agir pour offrir un loyer décent pour les plus vulnérables », a expliqué la mairesse de l’arrondissement de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, Laurence Lavigne Lalonde.

Depuis 2019, la Ville de Montréal a posé des actions concrètes pour la réalisation de 120 logements sociaux et abordables dans le quartier Parc-Extension.

À ces actions s’ajoutent le fruit des réflexions menées sur plusieurs axes, dont les outils fonciers de la Ville, dans le cadre du Chantier Montréal abordable. Cet exercice d’intelligence collective, de mise en commun d’expertises variées à la recherche de solutions novatrices facilitent l’émergence de projets abordables concrets et innovants pour l’avenir.

1 Like

Le projet en entête est donc annulé?

1 Like

Sûrement, le projet original avait été rejeté lors du PPCMOI

Le projet comptait 55 unités, le communiqué d’aujourd’hui parle d’une trentaine de logements abordables

Et est-ce qu’on a une raison pour cette diminution ? C’est pas comme si on avait un surplus de logements abordables…

J’imagine que les logements sont plus grands?

1 Like

Montréal souhaite voir 30 logements abordables être aménagés dans Parc-Extension


Valérian Mazataud, Archives Le Devoir
« Si les besoins en matière de logement sont généralisés, ils sont particulièrement importants à Parc-Extension », a fait savoir la mairesse de l’arrondissement.

Zacharie Goudreault
18 novembre 2022
Société

La Ville de Montréal prévoit débourser 4,75 millions de dollars pour acquérir un ancien garage de Parc-Extension qui pourrait accueillir à terme une trentaine de logements abordables, si l’aide financière de Québec est au rendez-vous.

Le coût d’acquisition de ce terrain a de quoi faire sourciller, la valeur imposable du site — qui a actuellement une vocation non résidentielle — s’élevant à 1,3 million de dollars, en vertu du dernier rôle d’évaluation foncière de la Ville. On y trouve actuellement un ancien garage et un marché alimentaire.

Questionné en marge d’une conférence de presse à l’hôtel de ville de Montréal, le responsable de l’habitation au comité exécutif, Benoit Dorais, a précisé avoir fait affaire avec des évaluateurs agréés qui ont déterminé la valeur marchande de ce site en fonction du « potentiel qu’il offre » si un projet immobilier y voyait le jour. Après avoir négocié pendant plusieurs mois avec le propriétaire du terrain, la Ville a finalement convenu, dans une entente de gré à gré, de débourser 4,75 millions de dollars pour ce terrain de la rue Jarry Ouest, un montant environ 6 % au-dessus de sa valeur marchande, a indiqué M. Dorais.

Ce terrain, que la Ville avait réservé par le biais de son droit de préemption, est situé au coeur de Parc-Extension, un secteur en plein embourgeoisement, où le prix de vente des propriétés a connu une forte augmentation dans les dernières années.

« On fait la preuve une fois de plus que notre administration a une volonté très ferme d’augmenter le nombre de logements abordables et communautaires » dans le quartier Parc-Extension, a fait valoir M. Dorais jeudi. Depuis 2019, la Ville a procédé à l’acquisition de quatre terrains et immeubles dans ce quartier où 120 logements destinés à une clientèle à faible revenu pourraient voir le jour dans les prochaines années.

Présente à cette conférence de presse, la mairesse de l’arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, Laurence Lavigne Lalonde, a d’ailleurs souligné la multiplication des problèmes que rencontrent les locataires à faible revenu dans l’arrondissement. Ceux-ci sont notamment confrontés à d’importantes hausses de leur loyer et à des menaces d’éviction, d’où l’importance, selon l’élue, de permettre à des logements abordables de voir le jour dans ce secteur.

« Si les besoins en matière de logement sont généralisés, ils sont particulièrement importants à Parc-Extension. Chaque semaine, le téléphone sonne au bureau, et au bout du fil se trouve une personne désemparée qui est menacée de se faire évincer », a évoqué Mme Lavigne Lalonde jeudi.

Aucun échéancier

Cette transaction, qui devra recevoir l’aval des élus du conseil municipal, vise à réserver ce terrain de la rue Jarry Ouest pour un organisme communautaire qui y réaliserait une trentaine de logements abordables. Aucun échéancier n’existe cependant actuellement pour ce projet, la Ville ignorant comment celui-ci sera financé, plusieurs programmes gouvernementaux en matière d’habitation étant en révision, a indiqué M. Dorais.

« Au moins, l’achat du terrain sera fait », a commenté jeudi la conseillère de Parc-Extension, Mary Deros, qui milite depuis des années pour que des logements abordables voient le jour sur ce site « sale », qui sert en bonne partie de stationnement actuellement. « Après, ça dépend de l’argent qu’on recevra du gouvernement pour le développement. »

C’est d’ailleurs pour faciliter la quête de financement pour ce futur développement que la Ville a opté pour la notion de logements abordables dans ses intentions pour ce site, au moment où les fonds manquent dans la cagnotte d’AccèsLogis Québec pour financer des projets de logements sociaux. « Ça ne veut pas dire que, parce qu’aujourd’hui on entre ça dans la catégorie des logements abordables, on ne pourra pas y faire du logement social », a nuancé M. Dorais, qui a évoqué la possibilité de permettre aux locataires de certains de ces futurs logements d’avoir recours au programme Supplément au loyer.

« C’est certain qu’à Parc-Extension, ce dont nous avons besoin, c’est du logement social, notamment avec des subventions au loyer afin que les locataires de Parc-Extension [à faible revenu] puissent en bénéficier », a d’ailleurs insisté jeudi au Devoir l’organisatrice communautaire au Comité d’action de Parc-Extension, Amy Darwish.

De nouveaux logements abordables dans le quartier Parc-Extension

Portail Constructo | 12 décembre 2022

De nouveaux logements abordables dans le quartier Parc-Extension. Crédit : Isabelle Leclerc

La Ville de Montréal se porte acquéreur de l’immeuble situé au 690-700 rue Jarry Ouest, dans l’arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, afin que puissent voir le jour de nouveaux logements sociaux.

Ce faisant, la Ville met en œuvre des conditions favorables au développement, par un organisme à but non lucratif, d’un projet d’une trentaine de logements abordables sur ce site.

Le cout de la transaction se chiffre à 4,75 M$. De ce montant, l’arrondissement y investit 200 000 $ de son budget.

Source : Ville de Montréal - Cabinet de la mairesse et du comité exécutif