Usine Recyclage carbone Varennes

Usine pour la transformation de matières non recyclables et non compostables en éthanol

L’usine de transformation de déchets en biocarburants verra enfin le jour à Varennes

La construction de l’usine d’Enerkem à Varennes avait été annoncée par les ministres libéraux Sam Hamad et Clément Gignac en 2012. Huit ans plus tard, Québec et Ottawa injectent respectivement 160 et 74 millions de dollars pour que le projet d’usine de transformation de matières résiduelles en biocarburants se concrétise enfin.

Tout indique que cette fois-ci sera la bonne. Le premier ministre du Québec François Legault accompagné de la ministre fédérale du Développement économique Mélanie Joly et de plusieurs autres ministres en ont fait l’annonce mardi.

Le projet nommé Recyclage carbone Varennes de 687 millions de dollars devrait créer plus de 600 emplois pendant la construction et près de 60 lors de son exploitation. La transformation de matières non recyclables et non compostables en éthanol évitera leur enfouissement et leur incinération et permettrait en revanche de réduire les émissions de gaz à effet au Québec de l’équivalent de 50 000 voitures.

Tout indique que l’appui financier des partenaires stratégiques Shell Canada et Suncor Energy a convaincu les deux paliers de gouvernement de continuer à soutenir le projet. Québec avait déjà englouti jusqu’ici 81 millions de dollars en capital-actions et en subventions.

Basée à Montréal, Enerkem possède déjà une usine à Edmonton, exploite un centre de recherche à Westbury au Québec et envisage de construire des usines à Rotterdam, aux Pays-Bas, et à Tarragone, en Espagne.

Un projet vert

Le premier ministre François Legault y voit une façon de renforcer une entreprise innovante établie ici et de consolider notre leadership dans les technologies vertes.

Nous avons de grands défis devant nous avec la relance économique, mais nous devons être capables de saisir les occasions de miser sur des domaines d’avenir.

François Legault, premier ministre du Québec

L’usine est considérée à Ottawa comme une infrastructure verte, les fonds provenant du plan Investir au Canada de 180 milliards de dollars sur 12 ans.

2 Likes