Trains de banlieue - Discussion générale

Je ne vais pas argumenter longtemps parce que je pense aussi que le train de St-Jérôme a fait sa place et ne devrait pas être enlevé, mais tout de même soulignons le fait que le système de voie réservée du pont Champlain pouvait transporter presque 20 000 personnes en pointe dans des autobus standards provenant de multiples routes différentes partout sur la Rive-Sud. C’est nettement plus que ce que transporte le train de St-Jérôme en pointe du matin et on peut concevoir qu’un système d’autobus avec un simple voie réservée le long de l’A15 pourrait reproduire des performances similaires pour une desserte vers Montmorency ou Parc. On n’aurait pas besoin d’un seul circuit d’autobus qui fait un trajet similaire au train, mais plutôt plusieurs navettes qui partent de chaque gare, qui agirait comme petit terminus. Avec des temps de parcours beaucoup plus rapide que le train.

1 Like

Pour relancer sur mon ancien commentaire, je déplacerais cependant la gare Vimont qui est présentement prise à l’intersection de trois lots industriels et un stationnement incitatif. Je pense qu’on pourrait envisager de la descendre sur le boulevard Saint-Elzéar où plus de résidents pourraient s’y rendre à pied et plus de services de proximité pourraient éventuellement s’y installer.

2 Likes

Il y a une petite différence de distance par contre… Saint-Jérôme est à 40km de Montréal, encore plus du centre-ville. J’étais encore à Saint-Jérôme quand la ligne de train s’est améliorée. On est passé de 4 départs par pointe par direction à des départs toute la journée, en soirée et les week-ends. La ligne 9 du CITL (qui fait Montmorency-Gare Saint-Jérôme en longeant la route 117) a elle aussi été grandement améliorée en même temps. Les deux sont complémentaires, mais ça prend le double du temps faire Laval-Saint-Jérôme via le bus, même avec des voies réservées sur l’A-15 et la desserte express vers Saint-Jérôme. Tout ça était il y a plus de 10 ans, donc ça doit être encore pire maintenant.

6 Likes

DISTRIBUTION DE PANIERS BIOLOGIQUES DANS 6 GARES D’EXO CET ÉTÉ

NOUVELLES FOURNIES PAR exo | Mai 31, 2022, 13:15 ET

MONTRÉAL, le 31 mai 2022 /CNW Telbec/ - Exo est fier d’encourager l’achat local en accueillant le Réseau des fermiers et fermières de famille dans deux nouvelles gares de train de banlieue cet été. Les familles abonnées à ce service pourront récupérer chaque semaine leurs paniers de fruits et légumes biologiques à l’une des six gares d’exo et ainsi soutenir une ferme près de chez elles.

Voici la liste des 6 gares d’exo où il est possible de bénéficier d’un panier biologique de proximité cette année :

  • Gare Mirabel (nouveau cette année)
  • Gare Rosemère (nouveau cette année)
  • Gare Mont-Saint-Hilaire
  • Gare Saint-Lambert
  • Gare Saint-Jérôme
  • Gare Blainville

Initié par Équiterre et désormais géré par la Coopérative pour l’agriculture de proximité écologique (CAPÉ), le Réseau des fermiers de famille est un regroupement de producteurs locaux qui distribue des paniers de fruits et de légumes biologiques à des points de chute partout au Québec. La formule permet d’acheter à l’avance et de soutenir une ferme locale.

« Exo est heureux de continuer de soutenir le Réseau des fermiers de famille en mettant cette année encore plus de ses sites à disposition des artisans de la terre. Cette initiative s’inscrit dans notre désir de faire de nos installations de véritables pôles de mobilité et de services pour améliorer l’expérience de transport collectif de nos usagers au quotidien », a déclaré Marie Hélène Cloutier, directrice exécutive - Engagement clients, partenaires et Innovation en mobilité.

Pour profiter du service, il suffit de s’abonner et de choisir son point de chute à fermierdefamille.org.

À propos d’exo

Depuis le 1er juin 2017, exo exploite les services de transport collectif par autobus et de transport adapté des couronnes nord et sud, ainsi que le réseau de trains de la région métropolitaine de Montréal. Son réseau compte 5 lignes de trains, 242 lignes d’autobus et 61 lignes de taxibus.

SOURCE exo

1 Like

Pôles de mobilité - DES STATIONS BIXI MAINTENANT DISPONIBLES AUX GARES DE LA CONCORDE, SAINT-MICHEL-MONTRÉAL-NORD ET LACHINE

NOUVELLES FOURNIES PAR exo | Juin 15, 2022, 12:40 ET

MONTRÉAL, le 15 juin 2022 /CNW Telbec/ - Exo et BIXI Montréal sont heureux d’annoncer l’installation de nouvelles stations de vélos en libre-service BIXI aux gares De la Concorde, Saint-Michel-Montréal-Nord et Lachine. Les clients du train de banlieue et les riverains de ces gares peuvent bénéficier de la complémentarité du transport actif et du transport collectif pour se déplacer de façon simple et conviviale.

Les nouvelles stations BIXI sur les sites des gares d’exo peuvent accueillir autant des vélos réguliers que des vélos à assistance électrique. Le nombre de points d’ancrage à chaque station est le suivant :

  • Gare de la Concorde : 19 places.
  • Gare Saint-Michel-Montréal-Nord : 15 places.
  • Gare Lachine (installation à venir cet été) : 15 places

Grâce à son partenariat avec BIXI Montréal, exo renforce le statut de pôles de mobilité de ses trois gares en offrant à la fois le transport par train et le transport à vélo à ses usagers. Ce nouveau service s’inscrit dans l’objectif du Plan stratégique organisationnel d’exo visant à renforcer la complémentarité des modes, notamment collectifs et actifs dans le cas présent.

« Nous sommes heureux d’offrir à nos clients une autre alternative que l’auto-solo pour profiter de nos services de trains de banlieue. Nous avons l’objectif de faciliter, mais aussi d’encourager l’accès à nos installations au moyen de modes de transport durables comme le vélo », souligne Marie Hélène Cloutier, directrice exécutive - Engagement clients, partenaires et Innovation en mobilité d’exo.

« Il allait de soi d’implanter trois nouvelles stations BIXI à ces trois gares d’exo, afin d’offrir une option de déplacement actif complémentaire à l’offre de transport collectif existante. La clientèle de BIXI est multimodale et plusieurs de nos usagers utilisent régulièrement le transport en commun. L’implantation de ces stations aux gares de train nous permet de consolider notre rôle d’acteur majeur de la mobilité durable dans la région métropolitaine de Montréal, avec un réseau comptant maintenant près de 10 000 vélos et 800 stations dans plus de six villes », affirme Christian Vermette, directeur général de BIXI Montréal.

À propos d’exo

Depuis le 1er juin 2017, exo exploite les services de transport collectif par autobus et de transport adapté des couronnes nord et sud, ainsi que le réseau de trains de la région métropolitaine de Montréal. Son réseau compte 5 lignes de trains, 229 lignes d’autobus et 87 lignes de taxibus.

À propos de BIXI Montréal

BIXI Montréal est un organisme à but non lucratif créé par la Ville de Montréal pour gérer le système de vélo-partage dans la métropole. En 2022, le réseau comprendra 7 270 vélos réguliers et 2 395 vélos à assistance électrique sur le territoire montréalais, ainsi qu’à Westmount, Mont-Royal, Montréal-Est, Longueuil et Laval. Comptant un total de 794 stations, dont 184 électriques, Montréal dispose de la plus grande flotte de vélos électriques au Canada et de l’une des plus vastes en Amérique du Nord. Les BIXI à assistance électrique et les stations électriques bi-modes sont le fruit du savoir-faire québécois. Pour davantage d’informations, vous êtes invités à consulter le site de BIXI Montréal.

SOURCE exo

Après celle des stations du REM, voici la carte des prix moyens des maisons autour des stations d’exo.

This Montreal exo Train Map Shows Median House Prices Around Every Station

Here’s where you can find the lowest prices.

MTLBlog.com | June 27th, 2022 | Thomas MacDonald, Senior Editor


Montreal exo train. Right: map of the exo Saint-Jérôme line. Jerome Cid | Dreamstime, @immocharlyse | Instagram

Many of the most affordable real estate options are still — * feigns shock * — off-island. Exo train maps detailing Montreal-area home prices show that while mainland prices have largely risen in recent years, many communities have still seen homes sell at a fraction of the cost compared to Montreal’s priciest neighbourhoods.

The maps, compiled by local real estate broker Charlyse Amoussou using Centris data, show median three-bedroom home sale prices around every exo station in 2020, 2021 and the first quarter of 2022.

image
Median three-bedroom house prices around exo Mont-Saint-Hilaire line stations, 2020 to Q1 2022.Courtesy of Charlyse Amoussou

The exo network extends north, northwest, west, south and east of downtown Montreal. For the purposes of Amoussou’s maps, exo lines serve as cross-sections of metro area real estate prices and trends.

image
Median three-bedroom house prices around exo Saint-Jérôme line stations, 2020 to Q1 2022.Courtesy of Charlyse Amoussou

image
Median three-bedroom house prices around exo Candiac line stations, 2020 to Q1 2022.Courtesy of Charlyse Amoussou

image
Median three-bedroom house prices around exo Mascouche line stations, 2020 to Q1 2022.Courtesy of Charlyse Amoussou

The exo Deux-Montagnes line closed in 2021 to make way for the new light-rail Réseau express métropolitain (REM). It will take over service to former exo stops between downtown Montreal and the suburb of Deux-Montagnes beginning in 2024.

In separate set of maps, Amoussou provided a similar look at real estate prices around future REM stations.

image
Median three-bedroom house prices around exo’s former Deux-Montagnes line stations, 2020 to Q1 2022.Courtesy of Charlyse Amoussou

image
Median three-bedroom house prices around exo’s Vaudreuil-Hudson line stations, 2020 to Q1 2022.Courtesy of Charlyse Amoussou

Amoussou’s breakdown of median three-bedroom house price variations shows how in all but one case — Chabanel on the Saint-Jérôme line, for which there was not enough Centris data available — prices ballooned across the Montreal area in the first two years of the pandemic.

Prices continued to climb in many municipalities in the first quarter of 2022. But a handful saw slight decreases.

image
Median three-bedroom house price variations around exo’s Vaudreuil-Hudson line, 2020 to Q1 2022.Courtesy of Charlyse Amoussou

image
Median three-bedroom house price variations around exo’s Saint-Jérôme line, 2020 to Q1 2022.Courtesy of Charlyse Amoussou

image
Median three-bedroom house price variations around exo’s Mont-Saint-Hilaire line and former Deux-Montagnes line, 2020 to Q1 2022.Courtesy of Charlyse Amoussou

image
Median three-bedroom house price variations around exo’s Mascouche and Candiac lines, 2020 to Q1 2022.Courtesy of Charlyse Amoussou

The lowest median prices in Q1 2022 were around Terrasse-Vaudreuil station ($493,000), Montréal-Nord station ($487,000), Pointe-aux-Trembles station ($470,000), Saint-Jérôme station ($450,000), and McMasterville station ($435,000).

Les trains de l’ancienne ligne Deux-Montagnes seront mis à la ferraille

Les voitures MR-90, sur le terrain du transporteur exo à Pointe-Saint-Charles.

Photo : Radio-Canada / Philippe-Antoine Saulnier

Philippe-Antoine Saulnier (accéder à la page de l’auteur)

Philippe-Antoine Saulnier

Publié hier à 19 h 18

Les anciennes voitures de la ligne Montréal-Deux-Montagnes seront envoyées à la casse.

Depuis l’arrêt du service de train de banlieue vers Deux-Montagnes, à la fin de 2020, les 56 voitures électrifiées MR-90 dorment dans la cour du Centre de maintenance de Pointe-Saint-Charles.

Elles auraient pu continuer de rouler encore plusieurs années, mais la construction du REM, dont l’une des sections principales remplacera la ligne de Deux-Montagnes, a mis un terme à leur parcours.

C’est vraiment triste, déplore Caroline Nadeau, qui prenait le train de Deux-Montagnes depuis 1982. C’était la plus avantageuse de toutes les lignes de train de banlieue, avec les fréquences les plus régulières et les plus nombreuses. Tout cela est réduit en poussière.

Avant même la fin du service, l’exploitant exo avait l’espoir de trouver un acquéreur qui aurait pu prolonger la vie utile des 56 voitures MR-90, qui avaient été construites à l’usine de Bombardier à La Pocatière en 1995.

La vie utile d’un matériel roulant ferroviaire, en moyenne, c’est environ 30 ans, affirme Gaétan Turcotte, directeur des services techniques et de l’entretien du matériel roulant ferroviaire. Avec des travaux majeurs, on aurait pu les utiliser encore de cinq à dix ans.

L’intérieur de l’une des anciennes voitures MR-90.

Photo : Radio-Canada / Philippe-Antoine Saulnier

Une firme de consultants a cherché un nouvel exploitant pour les 56 voitures sur plusieurs continents, explique François Théault-Gauvin, chargé de projet en matériel roulant à exo.

Ces voitures ont toutefois des caractéristiques peu fréquentes sur les réseaux nord-américains. Elles sont électriques, autotractées et munies de caténaires à 25 000 volts.

Un acheteur potentiel, qui ne disposait pas des installations électriques nécessaires, est tout de même venu inspecter les voitures lorsqu’elles étaient encore en marche, avec l’espoir de les convertir et de les faire tirer par des locomotives. Malheureusement, explique M. Théault-Gauvin. Il s’est rendu compte que le risque technique et les frais de conversion étaient tellement significatifs pour un actif pour lequel il restait de cinq à dix ans, que ça ne valait pas la peine.

Les voitures seront vendues pour leurs matériaux

À la fin de juin, exo a donc lancé un appel d’offres dans le but de trouver une entreprise qui pourra racheter les voitures et en disposer.

Il y a beaucoup d’acier inoxydable, alors il y a une certaine valeur au niveau de la matière première, explique M. Théault-Gauvin. Le bénéfice en tant que tel, on le saura uniquement à la fin du processus. Tout produit de la vente des voitures sera retourné au ministère des Transports du Québec, puisqu’il en avait subventionné l’achat à 100 %, précise-t-il.

Étant donné que c’est un produit d’ici, il peut y avoir un certain niveau de déception, reconnaît Gaétan Turcotte.

« C’est une belle histoire, mais par la force des choses et en raison de leur vieillissement, c’est la fin pour ces voitures-là. »

— Une citation de Gaétan Turcotte, directeur des services techniques et de l’entretien du matériel roulant ferroviaire

Exo espère trouver un repreneur qui pourra faire sortir les 56 voitures de l’emplacement de Pointe-Saint-Charles d’ici la fin de l’année, car elles occupent environ 30 % de l’espace et l’exploitant a besoin des voies pour mener d’importants travaux d’entretien sur son matériel roulant.

De plus, 44 nouvelles voitures à deux étages, construites en Chine, devront faire l’objet de travaux de préparation lors de leur arrivée au début de 2023.

L’une des nouvelles voitures construites en Chine, qui seront mises en service en 2023 sur le réseau d’exo.

Photo : Radio-Canada

Si les voitures MR-90 sont encore sur le site, ça ralentit le processus, ça a des impacts sur les échéanciers, sur les coûts évidemment, indique Gaétan Turcotte.

Exo espère néanmoins pouvoir léguer un morceau d’histoire à la postérité. Deux voitures devraient être données au musée ferroviaire Exporail, à Saint-Constant, indique la porte-parole Catherine Maurice.

Les anciens usagers de la ligne Deux-Montagnes, quant à eux, doivent prendre leur mal en patience. Avec les nouveaux retards dans la construction du REM annoncés par CDPQ Infra, il se sera écoulé au moins quatre ans entre la fin du service de train de banlieue et l’avènement du nouveau réseau.

Des navettes par autobus ont été mises en place pour atténuer les effets de cette interruption. Mais pour bien des anciens utilisateurs, comme Caroline Nadeau, qui travaille près de l’Université de Montréal, cette offre est insuffisante. Cela occasionnerait un déplacement de plus d’une heure trente, estime-t-elle.

Le service de la ligne Deux-Montagnes permettait de se rendre au centre-ville de Montréal en moins de 45 minutes. Ce qui est un service assez exceptionnel, reconnaît Sarah Bensadoun, porte-parole de Transports Québec et de Mobilité Montréal, qui gère le service de navettes. Forcément, quand on met en place des mesures d’atténuation, rien ne sera comparable avec le confort et le temps de parcours qu’on connaissait auparavant.

2 Likes

Donc y’avait aucune chance qu’on pourrait électrifier un autre ligne? Really? None of them?? Not even between Lachine and L-A?

Sigh… J’imagine que cela veut dire qu’on est loin d’électrification pour exo. :worried:

1 Like

Tbh, je pensais que Exo visait encore le rachat de la partie de la ligne Saint-Jérôme entre Parc et Blainville et son électrification.

4 Likes

Lol avec le gouvernement actuel non

1 Like

C’est le tronçon le plus prometteur, mais il n’est pas possible d’acheter des emprises sans subventions gouvernementales.

Less MR-90 seront probablement découpées sur site à Pointe-Saint-Charles comme ce fut le cas pour les 900.

De toute façon, même si on débutait maintenant un projet d’électrification d’une des autres lignes, ça n’aurait pas nécessairement eu de sens de conserver ses trains-là entre temps. Entreposer des trains pendant des années ça coûte très cher, surtout quand on ne sait pas quand on va pouvoir les réutiliser dans le futur. Et en plus de ça ces trains-là étaient dus pour une réfection complète, non? Rendu là en acheter des nouveaux et vendre ceux-là aurait quand même été une bonne décision.

RIP MR-90. Merci pour toutes ces années de service.

C’est particulièrement dommage, surtout lorsqu’on sait que l’ancien matériel roulant de General Electric avec les locomotives Z-1a de 1918 à 1995 a été en service sur la ligne Deux-Montagnes pendant près de 80 ans…

Heureusement le musée ferroviaire de St-Constant va préserver certaines voitures MR-90, elles ont aussi leur place dans l’histoire du chemin de fer canadien tout comme les Z-1a, surtout après avoir été opérées sur une ligne de train centenaire et dans un tunnel qui est considéré comme une prouesse d’ingénierie de l’époque au début du 20ème siècle.

Oulà, oui! Les hivers ne leur ont pas fait du bien.

Les MR-90 ont fréquemment eu des problèmes en hiver depuis le premier jour de leur mise en service: je me souviens que durant leur premier hiver de 1995-1996, il y avait eu un problème de condensation et d’humidité dans leurs moteurs dû à la neige, c’était lié à un problème d’isolation. Durant le congé du temps des fêtes, certaines ont dû retourner à l’usine pour qu’on refasse l’isolation.

Pour une raison quelconque, exo n’a toujours pas mis à jour son site Web vers les couleurs d’itinéraire plus mises à jour, ils montrent les anciennes. La plupart des lignes ne sont pas si différentes, mais exo4 doit être cyan, pas gris.
Screen Shot 2022-07-09 at 12.00.11 PM

This then goes towards Apple Maps (Apple Plans in French) that displays the old route colours still.
Screen Shot 2022-07-09 at 12.27.41 PM

C’est un peu frustrant parce que cela devrait être une chose simple et cohérente, toutes les cartes montrent les nouvelles couleurs, je ne comprends pas pourquoi leur propre site Web ne le fait pas.

Voici ce que ça devrait être:
Screen Shot 2022-07-09 at 12.32.58 PM

3 Likes

C’est pareil aussi quand on arrive à Rivière-des-Prairies, il y a la gare Anjou d’un côté du quartier qui est à toute fin inaccessible puis ensuite la prochaine, RDP, est à l’autre extrémité dans un no-man’s-land aussi. Ça force les gens à faire un détour vers l’Est pour aller vers l’Ouest ou à prendre leur voiture pour se stationner à Anjou.

Les gares qui ont le plus de potentiel sur ce trajet sont celles de Pointe-aux-Trembles, Lacordaire et Pie-IX. Anjou aurait besoin d’être déplacée et ça prendrait une gare à Papineau et au coeur de RDP.

La 121 est LA ligne la plus achalandée de la STM si je me rappelle bien. Il faut plus que la rapidité pour attirer vers EXO5. La 121 a des bus toutes les 2 mins, alors il faut juste se présenter. Le train a une cédule, alors il faut planifier ton trajet.

Le problème vient probablement plus du CN que d’autre chose…