Sécurisation des intersections/rues & modernisation des feux de circulation

Je crois qu’il y en a une autre à Montréal, mais on a vu ce type d’aménagement ailleurs. Est-ce Hoboken, au New Jersey? L’équipe des études techniques de l’arrondissement est très dynamique, à l’affût des innovations utilisées ailleurs. Je m’y intéresse moi aussi beaucoup et j’ai des échanges stimulants avec eux sur les façons de sécuriser les déplacements et d’améliorer l’urbanisme et l’aménagement de l’arrondissement.

Et oui l’espace est suffisant pour être déneigé par les chenillettes.

2 Likes

Nouvelle vidéo de Not Just Bikes

What is the “Correct” Speed Limit?

There’s a trend towards lower speed limits in cities all over the world, but why is this happening? What is the research behind it? And what is the “correct” speed limit for cities, anyway?

4 Likes

Je suis surpris qu’il n’ait pas beaucoup parlé des aménagements qui incitent naturellement à ralentir. Amsterdam n’a pas vraiment ce problème; les routes sont déjà étroites. C’est une autre paire de manches pour Montréal…

Il avait déjà fait une vidéo sur les aménagements qui incitent à ralentir

1 Like

Dans le résumé de la séance du conseil d’arrondissement par le Journal des Voisins

Gros changements sur Péloquin

Le JDV a appris que le sens de la circulation sera inversé sur l’avenue Péloquin, entre les rues Fleury et Sauvé, dans l’est d’Ahuntsic.

Alors que de nombreux automobilistes empruntent l’avenue Péloquin pour éviter les feux de circulation sur la rue Saint-Hubert, parallèle, cette artère résidentielle est devenue une véritable piste de course.

Un père est venu au conseil d’arrondissement rappeler que son fils a été heurté par une voiture sur cette rue, il y a deux semaines. Même s’il y a eu plus de peur que de mal, la jeune victime a été transportée à l’hôpital en ambulance.

Ainsi, l’arrondissement a décidé de changer le sens de la circulation sur cette partie de la rue entre Fleury et Sauvé.

Cet aménagement, appelé «tête-bêche», décourage ceux qui utilisent une rue comme voie de transit. Dans ce cas, le trafic sud-nord est interrompu.

1 Like

Sécurité aux intersections Après les saillies, les pastilles ?

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Des pastilles de béton sont actuellement testées à l’intersection des rues Caisse et Evelyn, à Verdun.

Les Montréalais commencent à s’habituer aux trottoirs qui s’avancent en saillie dans les intersections pour protéger les piétons. Ils pourraient devoir apprivoiser un nouveau concept : les pastilles de béton, actuellement testées à Verdun. L’arrondissement vante l’idée, mais les structures portent déjà les marques de plusieurs accrochages.

Publié à 2h10 Mis à jour à 6h00

Résumé

Sécurité aux intersections Après les saillies, les pastilles ?

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Des pastilles de béton sont actuellement testées à l’intersection des rues Caisse et Evelyn, à Verdun.

Les Montréalais commencent à s’habituer aux trottoirs qui s’avancent en saillie dans les intersections pour protéger les piétons. Ils pourraient devoir apprivoiser un nouveau concept : les pastilles de béton, actuellement testées à Verdun. L’arrondissement vante l’idée, mais les structures portent déjà les marques de plusieurs accrochages.

Publié à 2h10 Mis à jour à 6h00

Partager


Philippe Teisceira-Lessard
Philippe Teisceira-Lessard La Presse

« Un nouveau concept »

Les pastilles ont été installées à l’intersection des rues Caisse et Evelyn, tout près de l’école Notre-Dame-de-la-Paix, à Verdun. « La priorité, c’était de sécuriser les déplacements des élèves, des parents et des piétons – parce que le métro est à un coin de rue », a expliqué Benoit Gratton, conseiller d’arrondissement. « Ça a été l’occasion de tester un nouveau concept. » Les pastilles de béton coûtent moins cher à construire que des saillies de trottoir et ne bloquent pas le passage aux cyclistes, a-t-il souligné. « J’ai plusieurs collègues qui regardent ce qu’on fait », a continué M. Gratton.

Un bilan positif, selon un conseiller d’arrondissement

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Le nouvel aménagement ne fait pas l’objet d’une signalisation particulière.

Le concept est inspiré de villes comme Ottawa et Hoboken, où les équipes d’urbanisme ont fait un travail de réflexion sur la protection des intersections. « Jusqu’à maintenant, c’est positif », a indiqué Benoit Gratton. « Tout le monde ralentit. Ça semble efficace. Et on n’a pas eu vraiment de plaintes, je n’ai pas eu de commentaires négatifs. » « On nous a rapporté que ça n’avait pas posé problème pour le déneigement », a-t-il ajouté.

Des bollards écopent…

Sur les huit bollards d’acier installés à l’origine sur les pastilles, seuls deux ont survécu aux accrochages. Les autres ont cassé lors d’accrochages. « Ces aménagements-là sont un peu sacrificiels, au début, le temps que les gens s’habituent. Les gens ne sont pas habitués, donc vont empiéter sur l’aménagement, mais à un moment donné ça va devenir un réflexe », a indiqué Véronique Dorval, ingénieure à l’arrondissement. Ce sont « principalement » les camions-poubelles qui sont à blâmer, selon elle, pour les bollards cassés. Ces structures sont conçues pour rompre à un endroit prédéterminé en cas de collision.

L’espace de circulation « contaminé »

Robert Poëti, ex-ministre des Transports et porte-parole des concessionnaires automobiles, entretient des doutes importants sur ce type d’aménagements. « Regardez le nombre de pieds carrés qu’ils retirent de l’intersection. À mon avis, ça contamine davantage encore l’espace de circulation », a-t-il dit en entrevue téléphonique. « J’espère qu’avant d’en faire un autre, ils vont vraiment évaluer ça à sa juste mesure, qu’il y ait des caméras en permanence qui regardent comment ça se passe. »

« Ça devient instinctif »

Le nouvel aménagement ne fait pas l’objet d’une signalisation particulière, parce qu’il n’empiète pas directement sur la voie de circulation, a expliqué l’ingénieure Véronique Dorval, de l’arrondissement de Verdun. « Les pastilles sont alignées avec les voies de stationnement et non les voies de circulation. Alors ce n’est pas un obstacle dans la voie de circulation », a-t-elle dit. Les automobilistes qui voient cette intersection pour la première fois peuvent se poser des questions, mais « ça devient instinctif » avec l’habitude, a dit le conseiller d’arrondissement Benoit Gratton. Avant l’achèvement de l’aménagement, « ça générait beaucoup de confusion », a-t-il toutefois admis.

4 Likes

“À mon avis, ça contamine davantage encore l’espace de circulation”
Robert Poëti

Les écoliers de l’école Notre-Dame-de-la-Paix, ces vilains virus, dont la sécurité contamine l’aménagement de leur milieu de vie.

J’espère qu’on va penser aux voitures qui subissent le préjudice d’avoir à virer plus lentement à une intersection en zone scolaire.

L’humain, cet indésirable en ville.

20 Likes

Ça devrait juste être interdit aux camions de tourner à cette interdiction, ça n’est juste pas adapté. Ça ne sera pas long avant que tous les bollards soient arrachés.

Je passe parfois par ce coin de rue et je me sens définitivement plus en sécurité à traverser là qu’aux intersections avoisinantes.

6 Likes

All sorts of construction like this in Verdun, also on Verdun and Gordon and close to de léglise… bike paths everywhere :crazy_face:

Robert Poëti, ex-ministre des Transports et porte-parole des concessionnaires automobiles, entretient des doutes importants sur ce type d’aménagements.

Robert Poëti est rendu porte-parole des concessionnaires automobiles!?

Depuis plusieurs années oui.

Est-ce que cette sorte d’aménagement a des avantages comparé aux saillies de trottoir?

Je pensais que ces îlots en amande servaient plutôt à protéger les cyclistes dans un carrefour (carrefour à la Hollandaise), mais dans une petite rue comme ça les cyclistes vont simplement rester sur la rue sans faire le tour des îlots.

En plus, même si ça permet de ralentir les véhicules, ça ne réduit pas la distance pour traverser pour les piétons alors que c’est le cas des saillies.

Les seuls camions qui passent là sont les camions-vidange, les autres camions n’ont pas de raison de s’aventurer dans ce quartier résidentiel. Et de toute façon les virages ont été validés par le logiciel autoturn (utilisé par les ingénieurs pour la conception d’aménagements routiers). Ils doivent ralentir en effectuant leur virage, mais ils ont toute la place requise.

1 Like

Pas juste des pistes cyclables, on a 6 intersections situées à proximité d’écoles qui sont en train d’être sécurisées. On en profite pour faire les 2 en même temps.

5 Likes

Ça la réduit en ce sens que les piétons n’ont que 5m de voies de circulation automobile à traverser au lieu de 11m.

Essentiellement, ça a la plupart des avantages des saillies de trottoir, sauf la possibilité de faire des plantations. Par contre, c’est beaucoup moins cher puisqu’on a pas à détruire tous les trottoirs sur les quatre coins et ça nécessite beaucoup moins de béton.

8 Likes

J’approuverai toujours les mesures qui visent à augmenter la sécurité, que ce soit des pastilles, des dos d’ânes, des bollards etc. Car il s’agit au départ de protéger prioritairement les plus vulnérables: dans l’ordre d’abord les écoliers, ensuite les piétons en général, ensuite les cyclistes et autres personnes qui font du transport actif, finalement en bout de liste tous les automobilistes en général.

2 Likes

Poliement et cordialement, ta yeule.

14 Likes

On est à peine à 100m d’une école et d’un metro. Grand chelem sur le non respect du 5m aux intersections. C’est pour ça qu’il faut plus d’aménagements à la Verdun.

7 Likes

Sur SEAO

S-AC-2024-013 / 1844985 - Montréal
Sécurisation de l’intersection du boulevard Gouin et de la rue Filion par la mise en place d’arrêts et de refuges pour piétons
Avis d’appel d’offres - Ouvrages de génie civil
Ville de Montréal
Ville de Montréal - Arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville


Sur une autre sujet, le SPVM va mener des opérations contre l’interblocage

2 Likes