Propreté et entretien à Montréal - Discussion générale

et pourtant, le manque de neige tout l’hiver n’a pas fait que la Ville ait nettoye durant l’hiver…je commence a etre las de la neige comme excuse pour la salete qu’on laisse trainer partout. Rien n’a ete fait pendant des mois…

6 Likes

la responsable au comite executif avait pourtant annonce, il me semble, qu’on allait commencer le nettoyage plus tot (genre le 15 mars)…on dirait que c’etait juste des mots?

1 Like

image
image

Ça c’est sans tous les robineux mentallement instables qui foutent le bordel partout ou ils passent.

Les gens ont du marcher dans un tas de verre à la sortie du métro Place D’Armes ce matin parce qu’une personne dérangée a décidé de casser des bouteilles et de démolir le stand à Bixi pendant la nuit.

3 Likes

C’est aussi ça le “vivre ensemble” :roll_eyes:
Incroyable …

1 Like

L’entrée du Palais des Congrès est malheureusement devenue un endroit extrêmement problématique pour les incivilités. Je ne serais pas surpris que le Palais agrandisse sont vestibule jusqu’au trottoir afin de réduire la partie extérieure…

Beaucoup d’incivilité, juste la semaine passée quelqu’un à accroché une carcasse de rat mort sur le lampadaire… quand c’est pas ça c’est les gens qui hurlent, se battent, se shootent, sont harcelant. Et là on ne parle même pas de ceux qui urinent, détectent, vomissent dans un racoin, quand c’est pas juste des déchets qu’ils jettent à tous vents…

5 Likes

Les « poubelles intelligentes » devaient améliorer la collecte des déchets sur les artères commerciales de Montréal. Mais le premier arrondissement à les avoir adoptées y renonce, estimant que ces poubelles, qui coûtent entre 10 000 $ et 15 000 $ la paire, n’en valent pas le coup. Ce qui n’empêche pas d’autres arrondissements de continuer à en acheter.

Résumé

De coûteuses poubelles intelligentes aux résultats décevants

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

L’arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension a installé en octobre dernier une paire de poubelles intelligentes près de l’intersection des rues Saint-Denis et Jean-Talon.

Les « poubelles intelligentes » devaient améliorer la collecte des déchets sur les artères commerciales de Montréal. Mais le premier arrondissement à les avoir adoptées y renonce, estimant que ces poubelles, qui coûtent entre 10 000 $ et 15 000 $ la paire, n’en valent pas le coup. Ce qui n’empêche pas d’autres arrondissements de continuer à en acheter.

Publié à 0h00

Partager


Isabelle Ducas
Isabelle Ducas La Presse

Ces poubelles installées en paires pour recueillir ordures et articles recyclables, qui compactent les matières et envoient un signal lorsqu’elles sont pleines, ont une capacité cinq fois supérieure aux équipements traditionnels. Elles devaient permettre d’économiser en réduisant la fréquence des ramassages.

Mais selon l’arrondissement du Sud-Ouest, qui a été le premier à acheter 58 de ces poubelles intelligentes de la marque BigBelly depuis 2017-2018, « peu d’économies ont été réalisées à ce jour », malgré une facture de 475 000 $. Le système de compaction et le signal indiquant le niveau de remplissage fonctionnent grâce à des panneaux solaires.

« Compte tenu du coût élevé de l’achat, nous n’avons pas acquis de nouvelles poubelles intelligentes depuis et ne planifions pas faire d’ajout. Au prochain bris, elles seront retirées et remplacées par des paniers conventionnels », indique, dans une réponse écrite, la responsable des communications de l’arrondissement, Marie-Noëlle Hébert.

Depuis 2017, 13 paires de poubelles BigBelly ont été « accidentées » et retirées des trottoirs de l’arrondissement, mais Mme Hébert n’est pas en mesure de préciser si elles ont été heurtées par de la machinerie ou si elles ont connu des problèmes de fonctionnement. Sept de ces poubelles ont été montrées récemment lors de l’émission Infoman à Radio-Canada, dans un entrepôt où elles sont conservées au cas où on aurait besoin de certaines pièces pour des réparations.

Une fonction inutilisée

Il faut savoir que la fonction d’alerte, qui permet de savoir quand ces poubelles ont besoin d’être vidées, n’est pas utilisée par le Sud-Ouest, qui préfère les vider en même temps que les poubelles ordinaires qui se trouvent sur le même parcours. L’arrondissement dit l’avoir testée, mais avoir remarqué, au fil des ans, que la fonction s’accordait mal à la réalité dans son secteur.

Seul avantage : l’utilisation du système de compaction permet d’éviter une seconde collecte dans les secteurs très achalandés et ainsi de gagner du temps, souligne Mme Hébert.

Le Sud-Ouest est l’arrondissement qui a installé le plus grand nombre de poubelles intelligentes, mais son bilan mitigé ne semble pas avoir été transmis aux autres arrondissements.

Dernièrement, des duos BigBelly ont fait leur apparition ailleurs :

  • 8 dans Rosemont–La Petite-Patrie depuis 2019 ;
  • 4 dans Ahuntsic–Cartierville en 2023 ;
  • 13 dans Anjou en 2023 ;
  • 5 dans Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension en octobre 2023.

Dans d’autres arrondissements, les éboueurs ne se déplacent que lorsque les poubelles envoient le signal indiquant qu’elles ont besoin d’être vidées.

C’est le cas dans Anjou, où l’installation a été faite il y a huit mois. « Nous n’avons pas encore compilé de données statistiques, mais les premiers constats sur le terrain démontrent des gains réels. Les fréquences de ramassage sont beaucoup plus espacées et les employés se déplacent uniquement lorsqu’ils reçoivent le signal qu’elles doivent être vidées », indique Annie Laroche, porte-parole de l’arrondissement, dans une réponse écrite. « Nous avons également remarqué des améliorations notables de la propreté autour des poubelles situées dans les secteurs plus achalandés, car elles ne débordent pas. »

Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, qui utilise ces poubelles depuis peu, se sert aussi de la fonction d’alerte. « On fait la collecte seulement si nécessaire. Grâce à l’indicateur de charge, quand un employé passe et qu’il voit la poubelle à moitié pleine, il ne la vide pas », explique Benjamin Puji, chef de division voirie pour l’arrondissement, qui est le seul à avoir accepté de nous donner une entrevue à ce sujet.

Cependant, comme dans le Sud-Ouest, les employés se servent peu de la fonction de signal à distance pour connaître le niveau de remplissage, révèle M. Puji. Les camions de ramassage sillonnent de toute façon les rues pour vider les 350 poubelles de l’arrondissement, tous les jours sur les grands axes de circulation. Les éboueurs peuvent donc faire le constat lors de leur passage, note-t-il.

« Nous sommes encore au début de notre expérimentation, on cherche toujours des façons de mieux servir notre clientèle », conclut M. Puji.

QU’EST-CE QU’UNE POUBELLE INTELLIGENTE ?

Les poubelles intelligentes de la marque américaine BigBelly comportent un système de compaction des ordures et des matières recyclables. Les modèles les plus gros peuvent contenir cinq fois plus que les poubelles municipales normales.

Ce système fonctionne à l’énergie solaire, grâce à des capteurs se trouvant sur le dessus des poubelles. Leur installation n’exige donc pas d’infrastructures électriques.

La poubelle indique son niveau de remplissage grâce à un voyant clignotant qui change du vert au jaune, puis au rouge.

Elle communique aussi à distance pour permettre aux équipes de ramassage de savoir quand elle a besoin d’être vidée.

1 Like

Je ne vois pas ces poubelles en paire dans le Plateau, mais pour celles individuelles, je trouve que, à mon expérience, elles fonctionnent bien pour la propreté comme telle. Les poubelles ne débordent jamais, il n’y a pas de déchets autour. Sur ce plan, ça fonctionne mieux que les paniers réguliers, qui peuvent se remplir très vite, même si la collecte est constante.

Il semblerait que Anjou voit la même chose.

Si ces poubelles font peu d’économie mais que le coût reste raisonnable sur le long terme, à mon avis c’est une petite victoire. On pourrait faire ces poubelles sans le système d’alerte, moins onéreuses.

1 Like

C’est quand même drôle qu’ils ont trouvé une photo où il y a plein d’ordures autour de la poubelle

1 Like

Je dis ça de même. Mais, peut-être que si on utilisait les technologies que l’on implanté à leur plein potentiel on serait gagnant. Ainsi, si on prévoyait les parcours des éboueurs en fonction de où sont les poubelles pleines ont sauverait gaz et on pourrait avoir besoin de moins de personnel.

Pourtant moi j’ai vue l’expérience inverse, sur Prince-Arthur elles étaient tout le temps pleines et débordaient, et ça c’est pas quand les résidents des environs y portaient leurs sacs de poubelle

C’est possible que celles-ci soient problématiques ! Je ne passe pas si souvent par là pour le constater. Si l’arrondissement ne ramasse pas assez souvent un secteur, ce sera toujours un problème. Mais bon, si la collecte n’est pas suffisante, les poubelles traditionnelles 5 fois plus petites ne feront pas plus le travail non plus.

Beaucoup de dépôts sauvages

La Ville a reçu plus de 15 000 signalements concernant le dépôt illégal de déchets l’été dernier, 4000 de plus qu’il y a deux ans.
[…]

EXPLOSION DE SIGNALEMENTS AU 311

Dépôt illégal de déchets

  • Été 2021: 11 272
  • Été 2022: 14 730
  • Été 2023: 15 724

Nettoyage du domaine public

  • Été 2021: 7390
  • Été 2022: 7602
  • Été 2023: 8363

Les données concernent les signalements du 1 er avril au 30 septembre pour chaque année. Une même situation peut avoir été signalée dans plusieurs requêtes différentes.

https://www.journaldemontreal.com/2024/04/04/salete-et-depots-sauvages-a-montreal-le-nombre-de-requetes-au-311-explose

1 Like

C’est poubelle sont réellement un fléau.

En plus d’avoir une apparence médiocre et de participer à la pollution visuelle de la ville, elles ont beaucoup trop d’éléments mécaniques et technologiques qui sont toujours cassées.

C’est une bébelle qui fait fantasmer, mais concrètement, elles emmènent surtout des problèmes.
En plus d’être toujours excessivement sales. Les gens ne veulent pas toucher la poignées toute crottée et jettent leurs trucs à côté (la pétale est souvent brisée et/ou prise dans le glace et/ou les gens ne savent pas qu’elle existe).

La prémisse d’une bonne poubelle c’est d’être facile d’entretien, de n’avoir aucune pièce mobile, de ne nécessiter aucune action de la part de l’usager. Ce modèle échoue sur toute la ligne.

Bref, comme les toilettes autonettoyantes qui coutent plus cher d’entretien que si on avait des toilettes normales, ces poubelles sont clairement à éliminer.

L’arrondissement du Sud-Ouest lance une campagne de propreté mardi!

4 Likes

L’éducation et la responsabilité individuelle sont les deux axes principaux pour obtenir des résultats durables en matière de propreté urbaine. L’éducation commence d’abord à la maison puis à l’école, il faut inculquer aux générations montantes l’appréciation d’un environnement propre et libre de tout déchet ou pollution.

Car la propreté est l’affaire de tout le monde pas seulement de la Ville. Si chacun jette ses déchets aux endroits appropriés, la municipalité pourra dédier plus d’argent à l’embellissement et l’aménagement de davantage d’espaces publics et de rues accueillantes à l’aspect soigné et convivial.

Je suis aussi un partisan des corvées ponctuelles publiques auxquelles je participe joyeusement, parce qu’elles aident à conscientiser la population pour un environnement sain et agréable qui ne laisse personne indifférent. Puisque si on fait l’effort collectif de nettoyer l’environnement urbain (ne serait-ce qu’une seule fois) on verra dorénavant l’espace public comme l’extension naturel des espaces privés et on le voudra naturellement impeccable et esthétique. Car un environnement soigné, qu’il soit urbain ou rural fait du bien à tout le monde, incluant la nature.

Il faut donc encourager ces campagnes d’éducation dont l’objectif est le mieux vivre ensemble dans un esprit de bien commun et de qualité de vie en général. Un cadeau que chaque citoyen peut s’offrir, qui ne coute rien mais qui rapporte tellement tant sur le plan de la satisfaction individuelle que collective. Dans l’échelle de la fierté citoyenne on peut dire que la propreté et l’entretien sont les premiers pas à faire pour rehausser l’image (à nos yeux et à ceux des visiteurs) de Monréal, ville que l’on dit pourtant aimer avec passion. :smiley:

1 Like

Page d’info sur la campagne de propreté du Sud-Ouest « On se ramasse pour un effet monstre »

Il y a même des monstres à colorier pour les enfants :slight_smile:

Quelques photos du lancement au parvis de Biencourt







5 Likes

Parcs Canada a retiré les poubelles le long du canal

Une citoyenne a reçu ceci par courriel suite à sa plainte :

Dès ce printemps, une nouvelle campagne d’affichage mettant en lumière les comportements problématiques sera lancée. Un équivalent sera aussi diffusé sur les plateformes numériques des canaux historiques. Il faut savoir que le civisme est l’affaire de tous et la responsabilité de chaque citoyen.

Au niveau des poubelles, une trentaine d’entre elles ont été retirées le long du lieu historique national du Canal-de-Lachine, entre le pont Mill et l’écluse no 3 ainsi que dans le secteur de la halte Monk. Parcs Canada s’arrime ainsi avec le Plan directeur de gestion des matières résiduelles et le Plan d’action Montréal, zéro déchet, deux initiatives de la Ville de Montréal visant à initier un changement de culture concernant la gestion des déchets destinés à l’enfouissement. En retirant ces poubelles, Parcs Canada encourage les visiteurs à limiter la quantité de déchets laissés sur le site du Canal-de-Lachine afin d’éviter les effets nuisibles que cela occasionne. Merci pour vos questions et bonne journée.

Je ne suis pas certaine qu’il y a autant de civisme ici pour que les gens gardent leurs déchets jusqu’à chez eux (comme à Tokyo où il n’y a pas de poubelle publique extérieure depuis la série d’attentats à la bombre des les années 1990/2000) :grimacing:

1 Like

Au Téléjournal 18h

Le sujet des rues piétonnes est abordé avant la propreté

Entrevue avec Valérie Plante : La propreté de Montréal au printemps

« Nos budgets pour le nettoyage n’ont jamais diminué, même qu’ils augmentent. À la Ville de Montréal, ça représente environ 50 millions et hier on a ajouté 2 millions pour des escouades spécifiques. […] Il y a 10 000 km de rue et de trottoir, plusieurs centaines de parcs et, en ce moment, c’est le pire moment de l’année. Mais le ménage est commencé », assure la mairesse de Montréal, Valérie Plante, en entrevue avec Patrice Roy.

2 Likes

Je partage ton avis. C’est bien beau l’éducation mais il faut y aller par étape sinon les gens ne suivront pas, surtout qu’il faut souvent une génération pour inculquer des habitudes plus civiques chez les populations. Ici la Ville comme les organismes publics ont la responsabilité de l’entretien, la propreté et la disposition des déchets sur leur territoire.

Ce qui bien sûr ne déresponsabilise pas les citoyens, mais il faut admettre réalistement que ce n’est pas tout le monde qui collabore. Comme je marche beaucoup, j’ai l’habitude d’apporter un petit sac plastique et je ramasse les canettes, bouteilles, papiers et autres pour les déposer dans le prochain bac de récup ou dans les poubelles selon le cas. Un petit geste pour l’environnement.

Cependant étant donné la haute fréquentation du canal notamment, beaucoup de gens s’apportent une collation, des boissons et autres. Aussi certains feront des pique-niques et ne voudront pas tout ramener chez eux surtout s’ils sont à vélo ou à une bonne distance de la maison.

Aidons-les alors à disposer plus facilement et proprement de leur restants avec des contenants appropriés. De mon côté je veux bien nettoyer un peu sur mon chemin, mais je ne ramènerai certainement pas chez moi les déchets des autres que j’aurais préalablement promené sur des kilomètres. Si les poubelles disparaissent c’est sûr que j’abandonnerai ma bonne habitude (je ne suis pas le seul), tandis que les inconscients continueront à polluer à tout vent. :grimacing:

Pour faire suite à mon message plus haut, mes 3 décennies de travail à bord des avions d’Air Canada, je peux témoigner du comportement plus qu’exemplaire et unique des voyageurs japonais. En effet après une douzaine d’heures de vol, nos avions étaient tout aussi propres qu’au début du vol. Les couvertures toutes bien pliées, les oreillers bien rangés sur le siège et les déchets proprement mis dans le sac maladie.

Malheureusement on ne peut en dire autant sur les autres destinations, parce que la culture occidentale répandue partout dans le monde est trop individualiste et s’en remet plutôt à autrui pour la propreté. Cette nonchalance profondément ancrée dans les moeurs est en soi un énorme défi environnemental plus ou moins sévère selon les pays. Donc ce n’est pas avec la pensée magique de retirer les poubelles ou diminuer l’entretien que les choses s’amélioreront, bien au contraire.

3 Likes