Modernisation des haltes routières

Haltes routières 150 millions pour moderniser le réseau de « cabanes brunes »

photo patrick sanfaçon, la presse

Pour l’instant, Québec n’envisage pas de construire d’autres haltes routières, le gouvernement souhaitant d’abord miser sur la rénovation de celles-ci.

Québec allonge 150 millions pour moderniser son réseau d’haltes routières, communément appelés les « cabanes brunes », d’ici 2027. Ces aires d’arrêt ont « manqué d’amour » dans les dernières années, avoue le ministre des Transports François Bonnardel.

Publié à 10h46 Mis à jour à 11h32

Partager

Henri Ouellette-Vézina

Henri Ouellette-Vézina La Presse

« S’il y a une chose qui ne me rendait pas très fier dans les dernières années, quand on voyage sur le réseau routier québécois, ce sont les fameuses cabanes brunes. Nos haltes routières n’ont pas reçu d’amour dans les dernières décennies. […] C’est fini, les cabanes brunes au Québec », a expliqué M. Bonnardel, lors d’une conférence de presse tenue à Montréal lundi.

Les critiques entourant les haltes routières québécoises ne datent pas d’hier. Jugées vétustes, simplistes ou carrément « honteuses » par certains citoyens, elles ont fait l’objet d’engagements gouvernementaux à plusieurs reprises dans les dernières années, sous les libéraux et les péquistes notamment. Des problèmes d’accès à l’eau potable ou encore de malpropreté ont aussi miné leur réputation par le passé.

Concrètement, les nouvelles haltes routières que propose Québec comprendront chacune des installations sanitaires « modernes », incluant une salle d’allaitement et une table à langer. Des jeux pour enfants, des zones wifi et des bornes de recharge pour véhicules électriques seront aussi mises sur pied.

On veut aussi offrir des aires aménagées pour les personnes à mobilité réduite, et « faciliter le transport de marchandises » avec des aires d’arrêt « facilement accessibles » aux camionneurs. L’Association du camionnage du Québec (ACQ) réclame d’ailleurs depuis des années de meilleurs aménagements pour ses membres, comme des douches, un stationnement assez grand et un niveau de sécurité accru.

photo patrick sanfaçon, la presse

François Bonnardel

Des premiers sites prioritaires ont été identifiés, comme celui du Lac-Pythonga sur la route 117 ou la halte routière des Jardins-de-Napierville, à Saint-Bernard-de-Lacolle. Les travaux sur ces deux sites devraient commencer dès cet été. Ces futures haltes seront d’ailleurs ouvertes à l’année.

Puis, d’ici la fin de 2022, Québec veut aussi entamer des travaux à l’aire de Notre-Dame-de-Portage, sur l’autoroute 20. Les travaux concernant les haltes routières de Sainte-Anne-du-Sault, de Curtis, des Hurons, de Sainte-Madeleine, La Durantaye, de Monadnocks ou encore de Kamouraska devraient quant à eux commencer d’ici la fin de 2023. Deux haltes routières ont d’ailleurs déjà été « modernisées » et donnent une idée du travail que veut réaliser Québec, soit celles de Villeroy et du Point-du-Jour, à Lavaltrie.

Six grands axes routiers devraient être priorisés : les autoroutes 15, 20, 50 et 55, ainsi que les routes 117 et 389, en plus d’autres routes nationales en milieu rural.

Pas de nouvelles aires en vue

Au total, 110 millions iront à la modernisation des haltes sur le réseau « frontalier », ce qui comprend les autoroutes et les grands axes autour des villes. Une somme de 32 millions ira aux routes en milieu ruraux ou isolés, et 8 millions pour les villages-relais. « On parle d’un plan ambitieux. Les pancartes brunes vont aussi être remplacées par des pancartes bleues, qui vont annoncer ces futures haltes », a dit M. Bonnardel.

Pour l’instant, Québec n’envisage pas de construire d’autres haltes routières, le gouvernement souhaitant d’abord miser sur la rénovation de celles-ci. On espère à terme qu’un arrêt sécuritaire et moderne soit disponible aux 30 minutes sur tout le réseau routier québécois.

Bon nombre d’acteurs ont été sondés en amont du processus, affirment les autorités, dont la Fédération des Villages-relais, les communautés autochtones locales, diverses associations de camionnage, le Circuit électrique d’Hydro-Québec et l’organisme Kéroul, de même que les villes concernées et les associations touristiques régionales,

La ministre du Tourisme, Caroline Proulx, a salué l’annonce de son collègue caquiste par voie de communiqué, en estimant que ces travaux de modernisation favoriseront « grandement le développement du tourisme dans nos régions ». « Les cabanes brunes sur nos autoroutes seront remplacées par des bâtiments modernes, sécuritaires et attrayants, au bénéfice des citoyens », a-t-elle certifié.

2 Likes

Pourquoi ne pas utiliser le même modèle que le réseau OnRoute en Ontario ? Le résultat est assez épatant. L’état ne peut pas toujours tout gérer.

7 Likes

C’est ce qu’ils avaient commencé à faire avec les haltes privatisées (Maskinongé, Donnacona, etc.), mais je crois qu’ils n’avaient juste pas continué l’expansion du réseau.

Par contre au Québec on a déjà beaucoup de ce que tu décris comme des aires de service privées. On a qu’à penser au Madrid ou à la porte de la Mauricie par exemple. C’est parce que le Québec n’a pas développé des aires de services avec restaurant comme l’Ontario l`a fait dans les années 60 (mis à part la porte du Nord et le Point-du-Jour) et c’est le privé qui l’a fait le long des autoroutes.

En Ontario on trouvera bien moins d’aires de service comme ça le long de la 401 ou la 400 à cause de ONroute justement.

1 Like

Il y a plusieurs années, le MTQ avait fait 2 belles haltes de chaque côté de Québec (Lévis) sur la 20, mais sans aucun concessionnaires. J’aurais aimer qu’on garde ce concept. Cependant, le concept de OnRoute avec les stations services, aires de repos & concessionnaires, c’est le best.

Tout ça pour dire que ce 150M$ ne sera pas un luxe, car nos boîtes brunes sont justes dégeulasses et épeurantes. Le monsieur qui vend des kitkat dans la roulotte de son pick-up, à personne à St-Philippe de Néri, ne manquera à personne.

Communiqué de presse complet:

Votre gouvernement investit pour moderniser les parcs routiers

NOUVELLES FOURNIES PAR Cabinet du ministre des Transports | Juin 20, 2022, 10:00 ET

MONTRÉAL, le 20 juin 2022 /CNW Telbec/ - Afin de bonifier l’offre de services destinée aux usagers de la route, le gouvernement du Québec dévoile son Plan de modernisation des parcs routiers. Le ministre des Transports et ministre responsable de la région de l’Estrie, M. François Bonnardel, en a fait l’annonce aujourd’hui à Montréal. Ce plan représente un investissement total de 150 M$.

La modernisation du réseau des parcs routiers, y compris la reconnaissance de plusieurs nouveaux villages-relais, consiste à reconstruire et à rajeunir les haltes routières qui sont devenues désuètes avec le temps et qui ne répondent plus aux besoins des usagers. Cela permettra d’accroître la sécurité des conducteurs en les incitant à faire des pauses plus fréquentes afin de contrer la distraction et les effets de la fatigue au volant et ainsi de réduire les risques d’accident. Le plan prévoit entre autres :

  • de procurer aux usagers de la route des sites d’arrêt sécuritaires et accessibles 24 heures sur 24, 7 jours sur 7;
  • d’assurer la pérennité du transport interprovincial de marchandises en proposant des sites d’arrêt facilement accessibles aux conducteurs de véhicules lourds;
  • d’offrir des services de qualité adaptés aux milieux ainsi qu’aux besoins des différents usagers de la route, tant les familles, les vacanciers et les personnes à mobilité réduite que les conducteurs de véhicules lourds;
  • de doter le réseau québécois de parcs routiers d’infrastructures modernes, attrayantes et accueillantes.
Citations

« Notre gouvernement a la volonté d’offrir aux usagers de la route des emplacements plus modernes et des services actualisés, comme l’accès à des bornes de recharge pour voitures électriques, des espaces de stationnement réservés aux véhicules lourds ainsi qu’une zone Wi-Fi. On va se le dire, les vieilles haltes routières sont désuètes et il est plus que temps de les moderniser. Je suis particulièrement fier de ce plan de modernisation quand je pense aux familles, aux camionneurs ainsi qu’aux personnes à mobilité réduite qui auront accès à des endroits beaucoup plus conviviaux pour effectuer des arrêts en toute sécurité. »

François Bonnardel, ministre des Transports et ministre responsable de la région de l’Estrie

« Je suis très heureuse de cette annonce concernant la modernisation des parcs routiers puisqu’elle favorisera grandement le développement du tourisme dans nos régions. Les “cabanes brunes” sur nos autoroutes seront remplacées par des bâtiments modernes, sécuritaires et attrayants, au bénéfice des citoyennes et des citoyens du Québec ainsi que des touristes locaux et internationaux. Les visiteurs pourront ainsi profiter de haltes routières accueillantes offrant tous les services dont ils ont besoin. »

Caroline Proulx, ministre du Tourisme et ministre responsable des régions de Lanaudière et du Bas-Saint-Laurent

Faits saillants

  • Le réseau des parcs routiers est composé des haltes routières régulières et saisonnières, des aires de service, des villages-relais, des belvédères ainsi que des aires de repos pour conducteurs de véhicules lourds.
  • Les axes priorisés dans le cadre du plan de modernisation sont les suivants :
    • Frontalier (A-15 et A-55)
      Zones frontalières du Québec avec les provinces et les États-Unis.
    • Périurbain (A-20 et A-50)
      Périphérie des grandes agglomérations urbaines de Montréal, de Québec et de Gatineau.
    • Autoroutier (A-20)
      Maintien et modernisation des haltes existantes situées tous les 100 kilomètres ou après chaque heure de déplacement.
    • Rural (haltes routières saisonnières et villages-relais)
      Routes nationales ou régionales stratégiques, ou routes touristiques reconnues se caractérisant par une succession de municipalités pouvant offrir (ou offrant déjà) des services pour les usagers de la route.
    • Lieux isolés (R-117 et R-389)
      Réserves, parcs ou certains secteurs très éloignés des régions périphériques où les services sont manquants.
  • La modernisation s’échelonnera de 2022 à 2027.
  • L’investissement total pour la modernisation de l’ensemble des haltes routières est divisé selon les axes d’intervention suivants :
    • frontalier, autoroutier et périurbain : 110 M$;
    • liens uniques en milieux ruraux ou isolés : 32 M$;
    • villages-relais : 8 M$.
  • Le plan de modernisation a été élaboré à partir de consultations avec plusieurs partenaires, dont la Fédération des Villages-relais, les municipalités, les communautés autochtones locales, les associations de camionnage, le Circuit électrique d’Hydro-Québec, l’organisme Kéroul, les associations touristiques régionales, le Secrétariat aux affaires autochtones, le ministère de la Culture et des Communications, le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques ainsi que le ministère du Tourisme.
  • À ce jour, la halte routière de Villeroy ainsi que l’aire de service du Point-du-Jour, à Lavaltrie, ont été modernisées et sont maintenant accessibles aux usagers de la route.

Liens connexes

Québec 511

Haltes routières et villages-relais

Suivez-nous sur Twitter, Facebook et Instagram.

SOURCE Cabinet du ministre des Transports

Bien content de voir que l’architecture semble vouloir s’inspirer du patrimoine historique du Québec.