Le 2644 Davidson menacé d'effondrement

Menacé d’effondrement, un immeuble de logements devra être évacué d’urgence dans MHM

Le 2644 rue Davidson menace de s’effondrer.

Photo : Radio-Canada / Marc Verreault

Radio-Canada

hier à 20 h 45

Près d’une cinquantaine de locataires d’un immeuble de l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, à Montréal, devront quitter leur logement d’ici le 21 mars. L’immeuble dans lequel ils habitent sur la rue Davidson risque de s’effondrer lors du dégel du printemps.

Il s’agit d’une bien mauvaise nouvelle pour les résidents. Leur immeuble, construit sur un sol argileux, menace de s’effondrer. Des analyses d’ingénierie réalisées le mois dernier ont démontré qu’il devait être démoli.

L’immeuble appartient à la Société d’habitation populaire de l’Est de Montréal (SHAPEM). Les ingénieurs au dossier auraient déclaré qu’il fallait absolument évacuer l’immeuble pour des raisons de sécurité, explique son directeur général, Jean-Pierre Racette.

L’édifice, sis au 2644, rue Davidson, compte 48 chambres, occupées par des gens ayant des revenus modestes. Sylvain Albert y habite depuis trois ans. Il a reçu, comme les autres locataires, un avis d’évacuation.

Ça craque régulièrement; je me suis aperçu qu’il y a des fissures qui sont apparues dans ma chambre, dans les corridors, dit-il. C’est sûr que je n’avais pas remarqué ça avant, tandis que là, on le remarque.

« J’avoue que je commence à me sentir un peu insécure. »

— Une citation de Sylvain Albert, résident du 2644 rue Davidson

La Société d’habitation populaire de l’Est de MontréalSHAPEM a mis en place une cellule de crise pour gérer la situation. C’est comme s’il y avait un incendie!, illustre Jean-Pierre Racette.

La pénurie de logements abordables complique la situation, mais le directeur général de la Société d’habitation populaire de l’Est de MontréalSHAPEM affirme que personne ne va se retrouver à la rue.

Son organisme a déjà identifié une dizaine de logements dans son parc locatif qui pourrait être prêts d’ici le 21 mars. La Société d’habitation et de développement de Montréal (SHDM) en aurait 5 ou 6 autres, et l’Office municipal d’habitation (OMH) est aussi à la recherche de logements vacants, souligne M. Racette.

J’ai toujours de la misère à comprendre comment un bâtiment en structure de bois doit être totalement condamné et abandonné.

L’article parle d’affaissement des fondations. Quelque chose qui est facilement réglable par l’ajout de pieux et sans déranger les locataires. Stabiliser n’importe quoi est généralement tout aussi simple avec quelques milliers de dollars de boulons.

Ou est-ce qu’il s’agit d’un exercice économique ou on se rend compte que le coût des travaux est trop élevé pour être sur certains budgets et pour des locataires à revenus modique, et qu’il est donc plus simple de transférer cela sur le dos d’autres budgets de crise, sur le bon vouloir des gens, sur le stress des locataires, plutôt que de trouver 40k$. Je serais curieux de visiter le bâtiment si jamais vous connaissez un des locataires.

Bienvenue sur le forum!

En effet, je n’avais pas considéré ce point de vue. Mon impression, c’est ue le bâtiment aurait été récupérable si des travaux d’urgence avaient été entrepris avant le gel, mais ils ont pris une chance (possiblement par manque de liquidité). On se ramasse donc avec une reconstruction complète à 5+ M$ au lieu de maintenir le bâtiment en place pour 100k$.

Je commence à me demander combien d’experts évaluateurs sont passés sur ce site ? :thinking:

J’ai contacté la Shapem pour leur offrir mes services d’inspection et recommandation Pro Bono. Pas de réponse.

Je ne vois pas la température avoir un impact sur la capacité portante des argiles en place été versus hiver, mouvements oui, mais les façades ne sont pas très croches à l’oeil. Si le bâtiment est dangereux en été, il est dangereux immédiatement. De même qu’il est tout aussi possible de planter des pieux immédiatement si c’est vraiment nécessaire. Ils ont quand même fait des travaux de stabilisation de façade en 2016, c’est beaucoup d’argent pour régler un problème secondaire.

2 Likes