Îlot Sainte-Catherine Ouest - 15 étages

Projet comptant 183 logements et comprenant la démolition de trois bâtiments commerciaux.

Informations

Nom: Îlot Sainte-Catherine Ouest
Emplacement: Entre le 1920 et le 1946, rue Sainte-Catherine Ouest
Hauteur:

  • 15 étages - 45 mètres
  • 14 étages - 42 mètres

Architecte:

  • ACDF
  • NEUF Architectes

Promoteur: Placements Sergakis
Début et fin de la construction:
Dates importantes:

  • 2020-10-14 : Consultation de l’OCPM
  • 2021-07-06 : Premier projet de résolution
  • 2021-09 : Deuxième projet de résolution
  • 2021-10 : Adoption de la résolution

Autres informations:

  • Création de 183 logements, dont 36 unités de deux chambres à coucher et 11 unités de trois chambres à coucher
  • Démolition complète de trois bâtiments (1920-1922, 1926, 1934-1940 et 1944-1946 rue Sainte-Catherine Ouest)
  • Le promoteur compte conserver la façade de la maison George-Young, construite en 1870, et l’inclure dans son projet immobilier.

Sources des informations:

Autres images

image

image

4 Likes

L’OCPM approuve un projet immobilier au centre-ville, malgré les critiques

L’OCPM approuve un projet immobilier au centre-ville, malgré les critiques

Photo: Josie Desmarais/MétroLe projet immobilier implique la destruction de trois bâtiments, tandis que la maison George-Young, à droite, sera conservée.

L’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) recommande à l’arrondissement de Ville-Marie d’approuver un projet immobilier dans un secteur patrimonial du centre-ville, malgré les nombreuses critiques des résidents du secteur.

L’OCPM publie ce mardi les conclusions d’une consultation menée l’an dernier au sujet de deux modifications réglementaires que souhaitent adopter l’arrondissement dirigé par Valérie Plante. L’une d’entre elles consiste à faire passer de 25 à 45 mètres la hauteur maximale permise sur un tronçon de la rue Sainte-Catherine Ouest situé dans le Village Shaughnessy, un site patrimonial où on retrouve plusieurs maisons de style victorien.

Cette modification réglementaire vise à permettre au promoteur immobilier Peter Sergakis, qui possède plusieurs bars et restaurants de même que des milliers de logements à Montréal, de concrétiser un projet immobilier à proximité de la station de métro Guy-Concordia. Celui-ci nécessiterait la destruction de trois bâtiments commerciaux pour ériger trois tours, dont la plus haute aurait 15 étages. En tout, 198 logements locatifs pourraient y être érigés.

Des appuis

Plusieurs organisations ont approuvé ce projet pendant la consultation publique. Des groupes représentant le milieu des affaires ont notamment salué la possibilité que ce développement ait des répercussions économiques positives pour les commerces de la rue Sainte-Catherine Ouest, qui écopent durement de la pandémie.

Des organismes comme Héritage Montréal et le comité Jacques-Viger ont également salué le fait que le promoteur compte conserver la façade de la maison George-Young, construite en 1870, et l’inclure dans son projet immobilier. Ce dernier prévoit aussi l’aménagement d’un toit et de terrasses vertes pour luter contre les îlots de chaleur.

Logements trop petits, trop chers

Ce développement immobilier ne fait toutefois pas que des heureux, bien au contraire. Plusieurs résidents et groupes communautaires ont notamment dénoncé l’absence de logements sociaux et le manque de logements abordables et familiaux dans les plans du promoteur, indique le rapport de l’OCPM, que Métro a obtenu sous embargo.

En fait, près de 89% des logements prévus dans ce projet seront des studios ou pourvus d’une seule chambre. Seulement 11% des logements compteront deux ou trois chambres, ce qui est «insuffisant» aux yeux de plusieurs.

Par ailleurs, aucun logement social n’est envisagé. Le promoteur a plutôt offert 725 000$ à la Ville afin qu’elle en implante ailleurs. Or, les besoins en la matière sont grands dans le quartier Peter McGill, où plus de 40% des résidents vivent sous le seuil de la pauvreté, indique le rapport.

Le CIUSSS du Centre-Ouest de l’Île de Montréal, qui a pris part à cette consultation, qualifie carrément la compensation financière proposée par M. Sergakis de «pied de nez supplémentaire aux demandes répétées du milieu d’avoir une construction, in situ, de logements sociaux».

«C’est sûr qu’une contribution de 725 000$ ne permet pas de construire des logements sociaux au centre-ville», constate elle aussi la présidente de l’OCPM, Dominique Ollivier, en entrevue lundi.

Des logements abordables?

Le promoteur prévoit également que 27 logements seront offerts à un prix «abordable», légèrement sous le marché. Or, le loyer moyen dans ce secteur s’élève à plus de 1100$, selon la Table de quartier Peter-McGill. Des organismes et résidents appréhendent donc que ces 27 logements ne seront «pas accessibles à une large population dans le besoin».

D’autre part, des citoyens ont évoqué des craintes quant aux nuisances générées par ce chantier, produisant poussières et bruit. Ils craignent aussi que l’arrivée de nombreux résidents dans le quartier nuise à long terme à leur «intimité» et à la «tranquilité» du secteur, peut-on lire.

«Le besoin de mixité dans l’offre de logements a amené plusieurs intervenants à souhaiter que le projet immobilier inclut davantage d’appartements plus grands, de logements abordables, voire de logements sociaux.» -Extrait du rapport de l’OCPM

L’OCPM appuie le projet, avec des bémols

À la suite de cette consultation, l’OCPM a finalement décidé de recommander à la Ville et à l’arrondissement d’appuyer le projet. L’organisme propose toutefois que le promoteur fasse passer de 11 à 20% le nombre de logements de deux à trois chambres qu’il prévoit construire.

«L’offre de logements qui est proposée [par le promoteur] ne répond pas aux besoins du quartier», tranche ainsi Mme Ollivier.

L’OCPM recommande aussi que certains des appartements plus grands rentrent dans la catégorie des logements «abordables». Il propose à cette fin que l’arrondissement conclut une entente avec le promoteur en s’inspirant du règlement pour une métropole mixte, qui entrera en vigueur le 1er avril.

D’autre part, l’organisme propose d’inclure des bornes de recharge électrique dans le stationnement souterrain de 94 places envisagé sur ce site.

Ce rapport sera débattu pendant la prochaine séance du conseil municipal, le 22 février. L’arrondissement de Ville-Marie s’y penchera par la suite.

1 Like

Euh… me semble que c’est un peu n’importe quoi comme critique. C’est le quartier le plus dense de la ville, très loin d’être un coin tranquille.

3 Likes

J’ai assisté (virtuellement) à la consultation publique, les questions et les préoccupations du public présent sont généralement ridicules et égocentriques.

2 Likes

T’as des exemples?

L’architecte était présent pour répondre aux questions des citoyens. Une dame a affirmé que le projet était disproportionné pour le secteur, l’architecte a souligné qu’il y avait déjà deux bâtiments équivalents construits. Une autre a dit que le bâtiment projetterait des ombres géantes et que les architectes n’y pensent jamais, il a ensuite expliqué que les architectes y pensent parce que c’est une exigence de la ville.

Quelqu’un a dit que ce projet entraînerait une circulation automobile extrême vers le “quartier relativement calme”, Sainte Catherine est déjà très occupée. Une autre personne a demandé ce que faisait l’architecte pour garantir que personne ne verra dans sa cour arrière.

6 Likes

L’ACDF ne l’a pas facile avec le public ces derniers temps… Dans le cas de ce projet, l’article 89 et la recommandation favorable de l’OCPM empêchera une contestation référendaire. Le projet ira de l’avant.

L’histoire est différente pour leurs projets dans le Village et dans Griffintown. Le premier a été retiré de l’ordre du jour du Comité de démolition du 3 février dernier et le second n’a pas été voté en deuxième lecture comme prévu au CA de février.

Les deux reports ne sont pas surprenants compte tenu de la mobilisation citoyenne. Le promoteur peut prendre le temps de rédiger une réponse aux citoyens, faire des assemblées d’information ou d’autres démarches pour s’éviter un refus définitif via un processus référendaire. La décision de reporter les deux votes peut également avoir été prise par les arrondissements. Si plusieurs mémoires ou questions ont été posées, il est normal que l’administration en prenne connaissance avant d’aller plus loin.

Dans les deux cas, la mobilisation est forte et risque d’empêcher Mondev d’obtenir ses dérogations.

Comme toujours. Y’a rien de nouveau ici. Tsé il va toujours y avoir des gens pour s’opposé. 3 exemples rapide:
-Acheter un condo sur de la commune dans le vieux-montréal et ensuite faire une pétition pour demander l’arrêt des train la nuit dans le vieux-port sur la voie ferré qui est en exploitation depuis plus de 100 ans parce qu’il à acheter un condo et que monsieur veut la tranquillité du secteur.
-Ou encore une élue qui achète un condo devant le square cabot au métro atwater pour la proximité et les services de transport et qui fait des plainte et use de sont pouvoir pour demande le déplacement des bus en attente au terminus a cause du bruit.
-Un autre cas d’une personne qui achète une maison à Dorval et qui demande un couvre feu a ADM pour cause de bruit, parce que c’est invivable.

Ce sont tous pour la plupart des demande en lien avec le Je, Me, Moi. Souvent les gens ne pense pas plus loin que le bout de leur nez. Alors j’ai aucun doute que les objections sont souvent ridicule. Seulement a voir ce que nous avons eu avec le REM et les demandes de la ville de mont-royal. Bref c’est sans fin.

3 Likes

Je me souviens que les résidents du Solano ont tenté de bloquer le projet du Gare Viger parce qu’ils croyaient que le projet était trop grand pour être si près de vieux Montréal… mais le projet Solano est encore plus grand!

Ils s’en foutent du Vieux, ils voulaient tout simplement pas que leur vue soit bloquée. On voit la même chose avec le projet proposé pour le concessionnaire Volkswagen de Griffintown.

5 Likes

Premier projet de résolution au CA de juillet.

Point 40.16 - CA 2021-07-06

Vidéo de présentation - PPCMOI

1 Like