Établissement de détention de Montréal Maison-Tanguay - 2 à 3 étages

Construction d’un nouvel établissement de détention pour femmes dans le but de remplacer la Maison-Tanguay, un établissement de détention pour femmes fermé en 2016 à cause de sa vétusté.

Information

Nom : Établissement de détention de Montréal Maison Tanguay
Emplacement : 800 Gouin Ouest, entre l’Établissement de détention de Montréal (Bordeaux) et l’ancien Établissement de détention Maison-Tanguay (établissement fermé)
Hauteur : inconnue
Architecte : Consortium d’architectes Parizeau Pawulski, Pelletier de Fontenay et NEUF
Promoteur : Gouvernement du Québec
Début et fin de la construction : été 2025 au plus tôt / été 2029 au plus tôt

Dates importantes :

  • 2016 · Fermeture de l’ancien établissement, la Maison-Tanguay, ce qui a obligé Québec a déménager les détenues à l’Établissement de détention Leclerc de Laval

Autres renseignements :

  • 327 places
  • Plusieurs niveaux de sécurité

Sources de l’information :

Autres images

Dans les médias
2 Likes

Reportage radio sur l’opposition citoyenne de la reconstruction du centre de détention sur le même site
Les citoyennes et citoyens voudraient que l’arrondissement ou la Ville intervienne pour interdir sa reconstruction sur le site, mais le ministère de la Sécurité publique peut faire fi de tous les règlements municipaux en place, incluant le zonage

On apprend dans le reportage qu’un PPU pour le secteur avait été conçu lors de l’annonce de la fermeture de la prison

Il s’agit du PPU Secteur Henri-Bourassa Ouest adopté en 2015

Quelques cartes du développement du secteur Tanguay-Poincaré

image

image

image

image

Le gouvernement a mis des plans préliminaires en ligne ce mois-ci

image

image

Il y a eu une rencontre citoyenne le 18 juin

Dans le journal local d’Ahuntsic-Cartierville

Le ministère de la Sécurité publique (MSP) n’aura pas besoin de demander un permis à la Ville ou à l’arrondissement pour construire la nouvelle prison Tanguay.

Ce sera la Société québécoise des infrastructures (SQI) qui agira comme mandataire de l’État selon les modalités prévues dans la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme pour construire la prison. Les travaux seront réalisés sur le site de l’ancien établissement de détention qui appartient déjà au gouvernement du Québec.