CHUM - 20 étages (2021)

C’est deja bien un passage à l’intérieur de l’hopital, mais en temps normal est-il accessible 24h/24? Je ne sais pas à quel point ça sera invitant pour le monde qui ne savent pas qu’on peut y passer. Ils auraient très bien pu faire un simple passage en porte-à-faux avec des mesures d’aténuation pour le vent.

Il y a sur le site de Jodoin Lamarre Pratte Architectes, il y a de magnifiques images de la dernière phase, surtout celle aérienne

2 Likes
3 Likes

image

7 Likes

1er juillet

15 Likes

1er juillet

3 Likes

July 5th


10 Likes

Article datant du 29 Juin 2021

1 Like

Café italien ‘‘Aposto’’ qui va ouvrir sur St-Denis en face du CHUM :

11 Likes

CHUM : un hôpital de classe mondiale

Portail Constructo | 4 novembre 2021 | Par Vincent Rioux

Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM). Crédit : Olivier Gariépy

L’inauguration officielle de la dernière phase du mégaprojet du nouveau Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) met un point final à un projet pharaonique, évalué à 3,6 milliards de dollars.

Le mégaprojet s’est échelonné sur un peu plus d’une décennie et donne à la population un hôpital de classe mondiale avec des installations des plus modernes.

Après la construction du Centre de recherche en 2013 et de la première phase de l’hôpital en 2017, la dernière phase aura permis la construction de bâtiments complémentaires d’une superficie totale de 70 000 mètres carrés comprenant notamment des cliniques externes, des bureaux clinico-administratifs, une bibliothèque, des archives, des espaces de stationnement souterrain et l’amphithéâtre Pierre-Péladeau. Ce projet vise une certification LEED argent.

Originalement, Pomerleau, le constructeur, souhaitait conclure les travaux au mois de décembre 2020, mais la COVID-19 est évidemment venue jouer les trouble-fête. La livraison provisoire du projet s’est tout de même faite au mois d’avril 2021, avec un mois d’avance sur l’échéancier contractuel qui prévoyait la fin des travaux pour le mois suivant.


Amphithéâtre Pierre-Péladeau. Crédit : Adrien Williams

« Naturellement, avec la COVID-19, il y a eu l’arrêt des chantiers. C’était un arrêt de six semaines. Repartir un chantier de cette envergure-là, c’est quand même assez monumental », concède Joanne Parent, architecte associée chez Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes et chargée de projet adjointe et responsable du contrôle de la qualité architecturale du projet du CHUM.


Joanne Parent, architecte associée chez Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes et chargée de projet adjointe et responsable du contrôle de la qualité architecturale du projet du CHUM. Crédit : Martine Doucet

D’ailleurs, la firme s’est jointe à la firme Jodoin Lamarre Pratte architectes pour former un consortium responsable de la finalisation de la conception ainsi que de l’exécution et de la surveillance des travaux. Pour ce qui est de la conception architecturale, elle a été effectuée à la phase précédente par CannonDesign et NEUF architect(e)s, tandis que l’ingénierie était l’affaire de Pageau Morel et associés ainsi que de SDK et associés.

Le coeur du projet

L’étincelant amphithéâtre Pierre-Péladeau constitue le joyau du projet. « Pour l’instant, c’est le bâtiment sur lequel j’entends le plus de commentaires. Il est très complexe par sa forme tout à fait particulière », souligne l’architecte au sujet de l’amphithéâtre flamboyant par son enveloppe et sa toiture toutes de cuivre. À cet effet, celui-ci est censé représenter un coeur humain. « C’est un endroit de collaboration, de rencontre et d’échange entre divers spécialistes, intervenants et la population. »

L’intérieur de l’amphithéâtre de 356 places possède effectivement une forme un peu conique. Pour ce faire, l’équipe de professionnels a conçu des murs courbés, inclinés de 4,5 degrés, donnant ainsi un effet évasé à la salle principale. Destiné à l’avancement de la science médicale, l’amphithéâtre pourra accueillir des projections de chirurgies ayant lieu dans d’autres pays, dans une optique de partage de connaissances. À la fine pointe, les technologies qui pourraient à terme inclure la réalité avancée et l’hologramme permettront ainsi aux spécialistes d’ici d’interagir en temps réel avec des professionnels de la santé d’ailleurs dans le monde.

Communication et coordination accrues

La communication constituait le nerf de la guerre pour mener à bien les travaux, surtout parce que l’hôpital n’a pas cessé ses opérations pendant le chantier. L’excavation, par exemple, a été une étape où la coordination entre l’entrepreneur et l’hôpital devait être très rigoureuse. Comme la nouvelle construction comporte quatre sous-sols et cinq niveaux de stationnement, d’importants travaux d’excavation ont été nécessaires, de manière à atteindre le niveau du roc. Plus encore, les canaux de communication entre l’équipe de réalisation et le CHUM ont été éprouvés, puisque le projet a été construit sur le mode conception-construction.


Martine Gévry, architecte associée principale chez Jodoin Lamarre Pratte architectes et chargée de la planification et du contrôle de la qualité architecturale des aménagements intérieurs. Crédit : Jodoin Lamarre Pratte architectes

De ce fait, les plans ont fait l’objet d’incessants va-et-vient entre les architectes et le client, assurant ainsi que chaque aspect du futur hôpital répondra à des critères bien précis. « La conception se faisait toujours en collaboration avec les équipes du CHUM et Pomerleau afin de garantir que la compréhension soit partagée de tous et qu’on atteigne les exigences », se rappelle Martine Gévry, architecte associée principale chez Jodoin Lamarre Pratte architectes et chargée de la planification et du contrôle de la qualité architecturale des aménagements intérieurs. « Ce projet comporte énormément de documents qui ont été amendés en cours de route. »


Jacques Morency, directeur associé du projet de construction du nouveau CHUM

Dans ce contexte de conception-construction, où les architectes dessinent en même temps que les bâtiments se construisent, où l’échéancier est effréné et où la taille du projet est hors norme, « je dirais qu’il s’installe une forme de fébrilité », avance Jacques Morency, directeur associé du projet de construction du nouveau CHUM. « Ça devenait difficile, car l’entrepreneur ne pouvait pas s’en aller seul en disant au CHUM «casse-toi pas la tête, on va te faire un bel hôpital, tu vas voir ça va être beau, ça va être correct. »

Des défis maitrisés

En plus des conditions climatiques rigoureuses pour les travailleurs, l’imposante logistique qu’appelle un chantier de cette taille et l’envergure des travaux à entreprendre, d’autres défis ont marqué le titanesque chantier du CHUM. Il faut se rappeler du dynamitage qui a été nécessaire à la construction de la première phase de l’hôpital (terminée en 2017). « À chaque dynamitage, les entrepreneurs se devaient de valider avec le CHUM pour voir si tout était conforme. Des équipes de chaque côté ne faisaient que ça, précise Jacques Morency. Les dynamitages étaient faits à des heures fixes. Après quelques centaines de dynamitages, les employés du CHUM commençaient à bien connaitre la méthode. »

Notons aussi parmi les défis la démolition de l’hôpital Saint-Luc dans un environnement exigu : « Certaines parties du bâtiment à déconstruire se trouvaient à moins de deux pieds de la construction neuve issue de la phase antérieure. Évidemment, beaucoup d’attention a été mise pour ne pas endommager le bâtiment », explique Martine Grévy. Soulignons finalement les exigences du CHUM en matière de cibles écoénergétiques. En effet, lors de la rédaction du cahier de charges, les cibles imposées par le gouvernement ont été revues à la hausse dans une perspective d’économie d’énergie. Il a été convenu d’une réduction de 40 pour cent du rendement énergétique de référence.

LE PROJET DANS SON ENSEMBLE

En dernière instance, le projet du CHUM consiste en trois phases de construction qui s’échelonnent de 2009 à 2021. C’est plus de 2 800 travailleurs par jour à l’apogée du chantier. Et plus de 400 000 mètres carrés en termes de superficie. La certification LEED OR a été obtenue pour le Centre de recherche alors que la certification LEED argent est souhaitée pour l’hôpital construit en deuxième et troisième phases. Seulement pour cette portion, 125 certificats de paiement ont été émis par l’entrepreneur – tant pour la conception que la construction –, la valeur de certains ayant atteint plusieurs dizaines de millions de dollars.

5 Likes

Une enseigne est apparue au-dessus de l’entrée du CRCHUM : L’audace de chercher plus loin

6 Likes

L’audace de chercher plus loin.
C’est un message du CHUM pour nous dire de chercher un médecin ailleurs.
Le CHUM est actuellement débordé et demande de réorienter les urgences aux cliniques.
Aux nouvelles ce matin.

1 Like

image Jodoin Lamarre Pratte architectes

Nous sommes heureux de vous annoncer que le projet de la dernière phase du nouveau complexe hospitalier du Centre Hospitalier de l’Université de Montreal incluant l’Amphithéâtre Pierre-Péladeau a été désigné finaliste par le jury des Prix d’excellence en architecture de l’Ordre des architectes du Québec 2022 !

Pour en savoir plus sur le projet :

https://jlp.ca/…/derniere-phase-du-nouveau-complexe…/

Dernière phase du nouveau complexe hospitalier du CHUM et Amphithéâtre Pierre-Péladeau
CannonDesign + NEUF architect(e)s et Jodoin Lamarre Pratte/ Menkès Shooner Dagenais LeTourneux architectes en consortium
© Adrien Williams


Voici d’autres photos de l’Amphithéâtre Pierre-Péladeau, partagées par Annie Duranceau dans la section “Commentaires” de cette publication

image

image

20 Likes

Wow, la photo vu de haut est hallucinante!

2 Likes

À la remise des prix d’excellence de l’Ordre des architectes du Québec, la dernière phase du nouveau complexe hospitalier du CHUM et l’amphithéâtre Pierre-Péladeau ont remportés un prix dans la catégorie «Bâtiments institutionnels publics», ainsi que le Prix du public!

7 Likes

En lien avec la dernière publication de @Gtmtl. :slightly_smiling_face:

Vu sur YT: :clap:

Dernière phase du CHUM/Amp. P-Péladeau - Prix d’excellence en arch. 2022 - Catégorie Institutionnel

12 avr. 2022

Ordre des architectes du Québec

Prix d’excellence en architecture 2022
Catégorie Bâtiments institutionnels

Dernière phase du nouveau complexe hospitalier du CHUM et Amphithéâtre Pierre-Péladeau
Par CannonDesign + NEUF architect(e)s et Jodoin Lamarre Pratte/ Menkès Shooner Dagenais LeTourneux architectes en consortium

2 Likes

Une maquette :eyes:

8 Likes

Je viens d’y passer le week-end (pas pour moi), quel incroyable endroit. J’ai été vraiment impressionné par cet hôpital, les espaces sont grands, aérés, même aux étages c’est très bien. Je ne comprenais pas tout à fait les urgences au début mais finalement ça aussi c’est très bien pensé.

Un modèle à suivre je crois, du point de vue d’un accompagnateur

4 Likes

image Jodoin Lamarre Pratte architectes

L’Amphithéâtre Pierre-Péladeau —joyau de la dernière phase du nouveau Centre Hospitalier de l’Université de Montreal au centre-ville de Montréal—, a été désigné lauréat des North American Copper in Architecture Awards 2022, un programme de la Copper Development Association - CDA qui reconnaît et promeut l’application exceptionnelle d’alliages de cuivre architecturaux.

https://copper.org/applic…/architecture/awards/winners.php

Choisi pour sa noblesse, sa durabilité et son caractère patrimonial —comme en témoignent de nombreux édifices religieux et publics—, le cuivre est employé de façon contemporaine au nouveau CHUM pour signaler certains éléments, comme des points d’entrée ou des passages. Dans la dernière phase, il enveloppe l’Amphithéâtre Pierre-Péladeau et marque l’entrée principale sur la rue Saint-Denis.

Avec sa forme singulière et son enveloppe en panneaux de cuivre, l’amphithéâtre donne au complexe hospitalier un caractère unique. Son habillage reflète avec art la lumière du soleil le jour et diffuse une lueur chaleureuse la nuit à travers la surface perforée. Tour à tour écran opaque ou fine dentelle, l’enveloppe préserve l’intimité du lieu, sans la priver de sa relation avec l’environnement extérieur. L’amphithéâtre interpelle le passant et l’usager et affirme le rapport essentiel entre l’intérieur et l’extérieur, entre l’individu et la collectivité. Son architecture raffinée, véritable œuvre d’art, complète l’incroyable programme d’art public que l’on retrouve dans tout le nouveau CHUM.

Pour en savoir plus sur le projet : https://jlp.ca/…/derniere-phase-du-nouveau-complexe…/

Conception : CannonDesign + NEUF architectes

Révision et finalisation de la conception, exécution et surveillance des travaux : Jodoin Lamarre Pratte architectes + Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes en consortium

Toiture en cuivre : Couverture Montréal Nord

Revêtement mural en cuivre : Clermont Ltée

image

image

image

image

17 Likes

13 Likes