Art public

Le Mignonisme est arrivé au Complexe Desjardins.

6 Likes

Est-ce que le Complexe est encore ouvert en ce moment? (les lieux, pas les commerces)

Je ne sais pas à quelle heure le Complexe Desjardins ferme mais certainement après 23h puisque le IGA qui s’y trouve ferme à 23h.

1 Like

Il me semble que le stationnement est ouvert 24/7

Je me demande si le Complexe n’a pas les mêmes heures d’ouverture que le métro puisqu’il fait parti du RÉSO.

En tout cas, en semaine, il était ouvert avant 6h, car j’allais déposé mes affaires à mon bureau dans la Tour Sud avant d’aller au Énergie Cardio qui ouvrait à 6h30

1 Like

La murale hommage à René Lévesque est en cours de réalisation!

Sur la page FB de la Fondation R-L

Un portrait géant de René Lévesque est en cours de réalisation!

Produit par MU en collaboration avec la Fondation René Lévesque, cette murale d’envergure est réalisée par l’artiste muraliste Kevin Ledo, et rend hommage au 23e premier ministre du Québec grâce au soutien financier du ministère de la Langue française.

Tous les détails: UNE GRANDE MURALE EN HOMMAGE À RENÉ LÉVESQUE SERA BIENTÔT RÉALISÉE À MONTRÉAL

7 Likes


Les mignons sont aussi à Québec et jouent aux touristes.

10 Likes

En entrevue à l’émission radio Le 15-18, Kevin Ledo espère compléter la murale hommage à René Lévesque en 3 semaines. Il s’inspire d’une photo de René Lévesque sans cigarette

Pour écouter : Ariane Cipriani : Murale en hommage à René Lévesque : Kevin Ledo et Martine Tremblay

1 Like

Elles habillent nos rues, décorent nos quotidiens, illuminent notre ville. Tour guidé des œuvres murales de Montréal à deux roues, en quelques coups de pédales et surtout sans forcer… Mise en garde : vous pourriez être charmé !

Résumé

Tour des murales de Montréal

PHOTO MARIKA VACHON, LA PRESSE

Premier arrêt : une œuvre de Mono Sourcil, près du 4719, rue Berri

Elles habillent nos rues, décorent nos quotidiens, illuminent notre ville. Tour guidé des œuvres murales de Montréal à deux roues, en quelques coups de pédales et surtout sans forcer… Mise en garde : vous pourriez être charmé !

Mis à jour à 11h30

Partager


Texte : Silvia Galipeau
Texte : Silvia Galipeau La Presse


Photos : Marika Vachon
Photos : Marika Vachon La Presse

Pour retomber amoureux de la ville aux mille déviations, quoi de mieux que de jouer un brin aux touristes ? C’est en compagnie de Fitz Montréal, établie dans la Maison des cyclistes, rue Rachel, qu’on a tenté cette opération de séduction, dans le cadre de ses nouvelles balades guidées (électrifiées !) des murales de Montréal. Premier arrêt à deux roues : devant une joyeuse œuvre de Maxilie Martel (alias Mono Sourcil), laquelle nous décroche notre premier sourire.

PHOTO MARIKA VACHON, LA PRESSE

Une œuvre signée Insane 51, près du 4804, rue Rivard

Le saviez-vous ? Montréal détient l’un des plus gros festivals d’art de la rue (Mural), ainsi que l’un des plus anciens (Under Pressure), nous indique notre guide (certifié), Thom Seivewright, qui alimentera les deux heures de notre visite avec plusieurs anecdotes sur cet art aussi imposant qu’éphémère. Toujours sur le Plateau, cette œuvre immense du muraliste grec Insane 51, pionnier de l’art 3D, menacée par des constructions adjacentes imminentes, en est la preuve incarnée.

PHOTO MARIKA VACHON, LA PRESSE

Thom Seivewright, notre guide certifié, devant la murale d’Ola Volo, au 5605, avenue de Gaspé

L’intérêt de ces jolies bécanes (signées Norco, des « Cadillac » financées par Tourisme Montréal, également offertes en format cargo pour les familles !), c’est qu’elles permettent de faire de coquettes distances sans le moindre effort. Après le Plateau, nous voici donc dans le Mile End, devant une magistrale murale aux accents folkloriques, signée Ola Volo. La carrière de l’artiste d’origine kazakh très en vogue, qui collabore aujourd’hui avec Louis Vuitton ou Starbucks, s’est envolée ici même, dans la métropole, apprend-on.

PHOTO MARIKA VACHON, LA PRESSE

Les portes du temps, angle Laurier Ouest et Saint-Urbain, explore le passé industriel du quartier (avec Ankh One, de l’autre côté de la rue) et son avenir heureux (ici : Nicole Boyce).

Le parcours, d’une quinzaine de kilomètres, nous fait passer sur plusieurs pistes cyclables, mais aussi dans quantité de rues et autres ruelles inconnues, et surtout désertes. Un vrai charme, quand on sait qu’on est tout de même au cœur de la ville et de ses bouchons de circulation. Liberté, vous dites ? C’est ce que nous inspire aussi cette murale, signée Nicole Boyce, qui explore l’avenir radieux du Mile End, où trône d’ailleurs, l’avez-vous vu… un vélo !

1/3

Nous voilà dans le stationnement de la boutique Pajar, littéralement entourés de murales. On découvre entre autres cette œuvre d’une des légendes du genre à Montréal, Alex Scaner, dit Scaner, ou Scan. Le style unique, coloré et complexe de cet artiste disparu en 2017 est facilement reconnaissable. À noter, tout juste au-dessus, ce diamant original, signé par le Français Le Diamantaire. Il y en aurait, dit-on, une cinquantaine en ville, de toutes les tailles et dans tous les quartiers, à vous de les trouver !

PHOTO MARIKA VACHON, LA PRESSE

Œuvre de Bordalo II à l’angle des rues Saint-Dominique et Marie-Anne

Retour sur nos montures, vers le quartier portugais. Ici, nous nous arrêtons là où trônait jadis une œuvre d’une autre légende, Zilon, aujourd’hui remplacée par cette installation engagée d’objets recyclés, signée par l’artiste Bordalo II. Entre autres objets éclectiques, on y distingue un casque de construction, même un cône orange ! Avis aux amateurs de Zilon : une exposition est consacrée à l’artiste, mort l’an dernier, rue Atateken ces jours-ci.

PHOTO MARIKA VACHON, LA PRESSE

Cohen vu par Ledo, au 4000, rue Saint-Dominique

Dans le parc du Portugal, notre guide nous a évidemment signalé la maison où vivait jadis Leonard Cohen. Pour cause, nous nous dirigeons ensuite vers sa murale préférée, et sans doute la nôtre également : l’hommage à Cohen, de Kevin Ledo. Si le muraliste compte plusieurs autres portraits muraux en ville, celui-ci, réalisé en 2017 (un an après la mort du chanteur), est particulièrement poignant, quasi vivant.

PHOTO MARIKA VACHON, LA PRESSE

L’art magnétique, hommage à Jean Paul Riopelle par Marc Séguin, au 625, rue Milton

C’est l’une des rares murales éclairées la nuit à Montréal. Réalisé par Marc Séguin, cet hommage à Jean Paul Riopelle, baptisé L’art magnétique, mesure près de 50 mètres de hauteur. L’œuvre trône littéralement sur le Plateau Mont-Royal, où Riopelle a justement grandi. Également éclairé : le magistral portrait de Leonard Cohen, rue Crescent, qu’on ne verra malheureusement pas cette fois (et ce sera la seule et unique déception de notre tournée).

PHOTO MARIKA VACHON, LA PRESSE

Une des plus anciennes murales de Montréal, à l’angle de Président-Kennedy et de Jeanne-Mance, commanditée par Benson & Hedges

Après le Mile End et le Plateau, direction le Quartier des spectacles, pour poursuivre cette virée artistique, mais aussi historique. La preuve : c’est ici que l’on découvre l’une des plus anciennes murales de Montréal, datant des années 1970. Le croirez-vous ? Réalisée par Claude Dagenais et Jacques Sabourin, cette œuvre a aussi été commanditée par Benson & Hedges (aujourd’hui Rothman, Benson & Hedges), ce qui veut dire qu’il s’agit en fait d’une publicité… à peine déguisée !

1/4

Pour finir en beauté, notre guide nous présente deux dernières murales, et non les moindres. La première nous vient des jumeaux brésiliens Gustavo et Otavio Pandolfo, dit Os Gêmeos (les voyez-vous, tout là-haut ?). La seconde, en remontant le boulevard Saint-Laurent, baptisée Paix et justice, est quant à elle signée Frank Shepard Fairey (fondateur de la marque Obey, à qui l’on doit la campagne Hope de Barack Obama), « la plus grande vedette du street art au monde », conclut notre guide, au bout de ces deux heures de tournée, aussi plaisantes, instructives que divertissantes. À refaire, sans hésiter.

89 $ la tournée, vélo, casque et guide inclus. Pour toutes les réservations effectuées avant le 15 juillet, le code promotionnel EBIKE24 permet d’économiser 30 $ sur le billet.

Consultez le site de Fitz Montréal Consultez d’autres circuits guidés à vélo sur le site de Tourisme Montréal

Junko a installé une oeuvre au bassin Wellington (avec des déchets dans le ventre!)

RIVER MONSTER :fish::mosquito:
2024

Consumer of waste, conqueror of worlds

Unsanctioned sculpture installation made entirely out of local waste material and metal fasteners

Approximately 25 x 15 x 8’

https://www.instagram.com/p/C9f-R1fR9IE/

16 Likes

Amphitrite est emballée depuis quelques semaines, on a mis des rideaux pour déguiser la boîte de plywood… j’espère que ça va pas durer trop longtemps, c’est littéralement une attraction touristique

Ses œuvres sont toujours incroyables!

Je viens d’aller le voir. C’est le fun de voir les passants se faire surprendre puisque la sculpture est un peu cachée. Position exacte pour les curieux.

Aussi, est-ce que c’est le même artiste qui a fait le monstre Bixi?

4 Likes

oui!
Il y a plusieurs de ses oeuvres parsemés un peu partout, surtout dans des terrains vagues, zones industrielles ou endroits qui semblent un peu abandonnés

1 Like

Absolument magnifique!!!

En effet, je la montre régulièrement à mes clients durant mes tours, mais je n’ai plus l’occasion de le faire depuis :confused:

C’est Junko Playtime

Les mignonniers sont vraiment partout au centre-ville!


3 Likes

la murale de René Lévesque


Source : x.com

Et oui, on la voit de la Métropolitaine
Il faudrait penser à enlever le panneau de publicité sur l’immeuble de la SIQ…


Source : x.com

7 Likes