Réseau Express Vélo (REV)

https://montreal.ca/articles/le-rev-un-reseau-express-velo

Réseau cyclable de 184 kilomètres en 17 axes.

Phase 1 : (Présentation au comité exécutif du 20 mai 2020)

Carte non officielle des 17 axes : REV - Axes 2021 et+ - Google My Maps

Carte des axes à l'étude 8 août 2019

Je suis passé sur St-Denis à la hauteur de Mont-Royal aujourd’hui, pas mal toute les saillies sont construites ça devrait pas trop s’éterniser ce chantier.

1 Like

Eco-compteur commence aussi la collecte de donnés sur Saint-Denis:


J’ai l’impression que les entraves dans le Plateau achèvent aussi.

1 Like

Asphaltage de Roy à Gilford dès cette fin de semaine, et pour toute la fin de semaine prochaine!!
Ça achève! <3
Dans les temps, d’ailleurs. Bien moins longtemps de chantier que ce que les détracteurs du projet envisageaient et utilisaient ad nauseam comme justification à leur opposition.

3 Likes

Je vais passer dans le coin demain je vais regarder comment ça se passe avec l’asphaltage.

1 Like

En tout cas, ce n’est pas passé inaperçu par Copenhagenize!

3 Likes

REV Lajeunesse dans la portion Villeray (entre Villeray et Jarry)

6 Likes

SkahHigh said: REV Lajeunesse dans la portion Villeray (entre Villeray et Jarry)

Image: https://agoramtl.com/uploads/editor/ua/43439js0zdki.jpegImage: https://agoramtl.com/uploads/editor/eb/28cgcoddrn4d.jpegImage: https://agoramtl.com/uploads/editor/jo/duv5a0dpk3a0.jpeg

J’adore les ilots de traverses.
Un ami habitant dans le coin me disait que c’était encore tranquille en nombre de cyclistes, mais j’imagine que lorsque le VAS Christophe-Colomb sera démantelé, il y aura un certain déplacements vers cet axe. Surtout quand la partie sud sera terminée.

REV sur Peel dimanche après-midi!
C’est bétonné de Wellington jusqu’à devant le McDo. La portion au nord de la rue Ottawa n’est pas aussi avancée.
Image may contain outdoor




Il y a un dénivellé devant l’entrée de garage du Pitt Stop


Au nord de la rue Ottawa

7 Likes

GabMtl a dit : J’adore les ilots de traverses.
Un ami habitant dans le coin me disait que c’était encore tranquille en nombre de cyclistes, mais j’imagine que lorsque le VAS Christophe-Colomb sera démantelé, il y aura un certain déplacements vers cet axe. Surtout quand la partie sud sera terminée.

Ça et le marquage n’est pas fait, en plus d’avoir été en construction depuis près d’un mois.
Aussi, la saison plus froide approche donc j’imagine que c’est pas le pic du cyclisme. J’ai remarqué moins de cyclistes sur Christophe-Colomb dernièrement aussi.

vincemtl said:

Eco-compteur commence aussi la collecte de donnés sur Saint-Denis:
https://twitter.com/jfrheault/status/1316468162616086528
J’ai l’impression que les entraves dans le Plateau achèvent aussi.

Ça répond à une de mes questions concernant les compteurs… Mais ils me semblent être temporaires… Dans le sens que les compteurs automatiques (en dehors de ceux des VAS) sont sous l’asphalte, non?

Wow j’adore voir vos photos de l’avancement du REV! Continuez de partager svp. Je me promene souvent dans mon coin a Ahuntsic pour voir comment ca avance mais on dirait que ca stagne un peu passer au nord de Fleury.

J’y suis passé ce weekend. C’est définitivement le meilleur axe cyclable à Montréal.

2 Likes

J’ai vraiment hate au début de la saison de vélo au printemps (je suis pas encore assez die hard pour l’hiver :wink: . Fini la pandémie, un beau REV tout neuf sur st-denis, je vais aller bruncher chez mes amis dans le mile end ca va etre une superbe ride.

1 Like

Pour avoir marché dans le coin récemment, l’asphaltage entre Gilford et Roy ne semble pas avoir été encore fait.

Soirée d’info sur le REV dans VSMPE le 27-10-2020.
https://montreal.ca/evenements/soiree-dinformation-le-reseau-express-velo-dans-villeray-saint-michel-parc-extension?fbclid=IwAR1a810OnoonrIK3p4_8CbLRhyR1I3M9qgyamTYM93CBBmAJta2Sb3vTzrs

Mario Girard sur le REV, VAS et planification des travaux

À l’été prochain !Lorsque j’ai publié ma première chronique sur le brouhaha causé par l’apparition des voies actives sécuritaires (VAS) en juin dernier, je m’étais dit que j’allais attendre à l’automne et faire un bilan.

Publié le 23 octobre 2020 à 7h00
MARIO GIRARD

LA PRESSE

M’y voilà !

D’abord, évitons un écueil, soit mettre dans le même panier ce qui relève des VAS et ce qui relève du Réseau express vélo (REV), ce qui est temporaire et ce qui ne le sera pas, de même que ce qui est né de l’actuelle pandémie et ce qui ne l’est pas.

Commençons par le REV. Je vais sans doute décevoir des commerçants, mais j’ai du mal à comprendre le mouvement de contestation qui se joue actuellement au sujet du REV.


PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

« Repousser les travaux de cette année à l’année prochaine [dans la rue Saint-Denis] aurait été la décision à prendre. Mais bon, il y a un calendrier électoral à gérer. Et ça, on l’a vu venir », écrit notre chroniqueur.

On se rassemble pour dire haut et fort qu’on ne veut pas de ce projet dans les rues Saint-Denis et de Bellechasse. Dans certains cas, on demande des ajustements ou un report.

Désolé, mais il est un peu tard. Cela fait trois ans qu’on parle de ce réseau de 184 km de pistes cyclables. On connaît le tracé de ses 17 axes depuis un an et demi.

Les commerçants disent qu’ils n’ont pas été consultés. Il est vrai, quand on regarde le rapport de consultation du REV préparé par la Ville de Montréal, qu’on a l’impression que ce n’est pas tout le monde qui a été invité au party.

Il y a d’abord eu une « consultation en ligne » du 1er juin au 15 juillet 2018 sur le site Réalisons Montréal. Puis des séances d’information ont été organisées dans les arrondissements de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, d’Ahuntsic-Cartierville et du Sud-Ouest.

Dans le rapport de synthèse, on affirme que 16 000 personnes sont allées sur la page web. Je ne reviendrai pas sur les méthodes de consultation de Projet Montréal, mais disons que les questions s’adressaient surtout aux adeptes du vélo. On se foutait pas mal de savoir si les personnes à mobilité réduite ou les commerçants possédaient un vélo Trek Emonda ou des cuissards Sportneer munis de coussinets au derrière.

Bref, ce sont surtout les cyclistes qui ont été « consultés » sur le projet du REV.

Cela dit, lorsque le plan a été dévoilé dans une grande salle de l’ETS (j’y étais) le 27 mai 2019, tous les médias ont largement rapporté la nouvelle. Les opposants auraient pu à ce moment monter au créneau. Pourquoi ne l’ont-ils pas fait ?

Au cours des derniers mois, il y a eu quelques séances d’information diffusées en ligne. Chacune portait sur un chantier en particulier. À voir le nombre de visionnements, on ne peut pas dire que cela a attiré les foules.

Je retiens de ce projet les conflits qu’il engendre et la difficulté de l’administration Plante à gérer les choses. Je fais notamment référence à un blogue (dont je préfère taire le nom) créé par quelques militants anonymes (dont un est journaliste) qui ont publié une liste de commerçants réfractaires au projet du REV. Les instigateurs demandent au public de boycotter ces commerces.

Ces marchands vivent des moments très éprouvants et on leur tape dessus pour les achever. En matière de geste bête et vache, il est difficile de faire mieux.

Les auteurs de ce blogue auraient reçu des messages haineux. Ils sont allés pleurnicher devant les médias. Ils acceptent maintenant de retirer les noms des commerçants qui fournissent la preuve d’un repentir sur leur liste. Vous avez bien lu !

Cette histoire est un sacré dérapage !

Est-ce que ce réaménagement majeur des voies de circulation aurait mieux passé s’il n’y avait pas eu la pandémie ? Est-ce que les travaux qui étaient prévus seraient moins douloureux s’il n’y avait cette situation difficile pour les commerçants ? Je le pense.

Repousser les travaux de cette année à l’année prochaine aurait été la décision à prendre. Mais bon, il y a un calendrier électoral à gérer. Et ça, on l’a vu venir.


Parlons maintenant des fermetures de rues. Il y en a eu pour tous les goûts. Des fermetures réussies, certaines ratées et d’autres qui ont été annulées. Il y en a eu de belles. Mais aussi de très laides.

L’administration Plante se pète les bretelles en affirmant que ces fermetures de rues ont été un grand succès. Encore faut-il définir ensemble la notion de succès dans ce cas-ci.

Chose certaine, il y a eu un manque flagrant de coordination. On avait l’impression que ces décisions étaient prises à la va-comme-je-te-pousse. Chaque maire d’arrondissement y est allé, avec ou sans succès, de ses propres mesures.

La grande leçon que doit tirer l’administration Plante de cette expérience porte sur la planification. Je le pensais en juin, je le pense toujours.

Il y a des rues que l’on peut fermer et d’autres qui ne méritent pas ce sort. D’autres qui ne méritent pas ce sort, comme l’avenue du Mont-Royal, qui mériterait d’être fermée dans une bien plus courte portion. Il y a des artères commerciales qui peuvent bénéficier de ces fermetures et d’autres que cela fera inexorablement souffrir.

Il suffit de consulter les médias étrangers pour voir que le désir de réaménager les espaces urbains est un enjeu majeur à l’échelle de la planète. Montréal n’est pas différent de Londres, Paris, Munich ou Francfort à cet égard. Partout on bouscule les conventions, on efface les manières appartenant au passé.

Il est assuré que le mouvement amorcé cette année va se poursuivre l’été prochain. Dans quel contexte pandémique se fera-t-il ? C’est la question.

Valérie Plante et les maires d’arrondissement ont maintenant plusieurs mois devant eux pour réfléchir aux gestes à faire au printemps 2021. Ils pourront difficilement invoquer l’urgence d’agir comme l’été dernier.

La prochaine fois qu’on réaménagera des rues, les Montréalais voudront savoir pourquoi. Ils voudront aussi sans doute participer davantage aux consultations citoyennes. Quant à l’administration Plante, elle devra faire des choix en fonction des besoins réels de tous les citoyens.

Elle sait ce qui l’attend.

Que dit la maxime encore ? Ah oui… Gouverner, c’est prévoir.

Repousser les travaux de cette année à l’année prochaine aurait été la décision à prendre. Mais bon, il y a un calendrier électoral à gérer. Et ça, on l’a vu venir.

Si les travaux avaient été reportés à l’an prochain, il aurait probablement dit “juste au moment où les commerçants commencent à se relever, on les achève à coup de travaux et de pistes cyclables”. Au contraire, difficile de trouver un meilleur moment que cette année à mon avis, pendant qu’il n’y a pas foule dans les rues.

10 Likes

Stationnements perdus à Montréal : du REV à la réalitéLes pistes cyclables amnages de chaque ct de la rue de Bellechasse

Les pistes cyclables du Réseau express vélo de la rue de Bellechasse privent les résidents de plus de 800 places de stationnement sur les 1070 cases existantes.

PHOTO : RADIO-CANADA / MATHIEU PROST

Mathieu ProstPublié hier à 19 h 16

Trois mois après leur aménagement, les pistes cyclables du Réseau express vélo de la rue de Bellechasse sont toujours critiquées par des résidents qui ont vu les places de stationnement disparaître totalement par endroits. Un comité de citoyens et de commerçants déplore le manque de concertation et d’accessibilité de leurs élus.

Depuis le 20 juillet, sur une portion de deux kilomètres à l’est du boulevard Pie-IX, la rue de Bellechasse ne compte plus une seule place de stationnement. Le Réseau express vélo (REV) exige des pistes cyclables unidirectionnelles d’une largeur de 2,5 mètres.

Côtés nord et sud de la rue, les espaces pour garer un véhicule ont donc disparu au milieu de l’été, et la rue est maintenant à sens unique en direction ouest. Même scénario au centre du tracé entre Papineau et Saint-Michel.

Les pistes cyclables au nord et au sud de la rue et la voie sens unique pour les vhicules automobiles

Schéma de la configuration des pistes cyclables aménagées dans la rue de Bellechasse.

PHOTO : COURTOISIE

La section la plus à l’est du REV Bellechasse traverse un quartier particulier. Le district Marie-Victorin compte 22 % de personnes de 65 ans et plus, contre 11 %, 12 % et 13 % dans les trois autres districts de l’arrondissement Rosemont–La Petite-Patrie.

, complète Sylvie Roy, la présidente du Comité des citoyens et commerçants de la rue de Bellechasse pour le retour des places de stationnement, qui compte environ 800 membres.

La signalisation est claire : quiconque s’arrête en bordure de la piste cyclable s’expose à une contravention.

Simon Boutros, le propriétaire de la pharmacie de quartier Proxim, appuie la démarche.

À cause de cette piste cyclable dans sa forme actuelle, malheureusement, je ne suis plus accessible pour mes patients, et vraiment je suis un service essentiel. C’est un non-sens, ce qui se passe présentement.

Simon Boutros, propriétaire de la pharmacie de quartier Proxim

Simon Boutros pose devant sa pharmacie

Simon Boutros est propriétaire de la pharmacie de quartier Proxim, située rue de Bellechasse.

PHOTO : RADIO-CANADA / MATHIEU PROST

Le mécontentement des citoyens et des commerçants s’est fait entendre au conseil municipal du 21 septembre. Le maire d’arrondissement, François William Croteau, s’y est défendu des critiques d’impréparation.

, a-t-il déclaré.

Les citoyens ont demandé à plusieurs reprises de consulter lesdites études. L’une des réponses envoyées au nom du conseiller de district Jocelyn Pauzé fermait la porte à une divulgation directe des documents, en renvoyant les demandeurs vers une procédure de demande d’accès à l’information.

Franois W Croteau

François William Croteau est maire de l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie.

PHOTO : RADIO-CANADA / BENOÎT CHAPDELAINE

M. Croteau complète son analyse des caractéristiques du secteur par cette précision :

Sylvie Roy fait partie de ces privilégiés. Elle dispose d’une entrée privée où stationner l’une de ses deux voitures. Toutefois, elle conteste les chiffres du maire.

Ce qu’il a oublié, c’est qu’une étude de stationnement, ça ne se fait pas en calculant des résidences. Ça se fait en calculant des unités d’habitation. Chez nous, c’est un triplex, donc trois unités d’habitation. Oui, il y a un stationnement, mais pour trois foyers.

Sylvie Roy

Et les multiplex se comptent par dizaines le long de cette section du REV.

Sylvie Roy pose sur la piste cyclable

Sylvie Roy est présidente du Comité des citoyens et commerçants de la rue de Bellechasse pour le retour des places de stationnement.

PHOTO : RADIO-CANADA / MATHIEU PROST

Lors du conseil municipal suivant, le 19 octobre, la question de la coordination avec les résidents du secteur est de nouveau posée au maire.

Depuis le début, ce projet a été fait en concertation avec l’ensemble de la population, incluant les commerçants. C’est un projet exemplaire dans sa planification. Il y a eu énormément de communication, d’information distribuée.

François William Croteau, maire de l’arrondissement de Rosemont-La-Petite-Patrie

Cependant, les appels des citoyens à être entendus restent lettre morte.

L’ombudsman de Montréal étudie leur plainte.

Des croix sont inscrites divers endroits dans la rue de Bellechasse

Schéma de l’impact de l’aménagement des pistes cyclables sur le stationnement dans la rue de Bellechasse (extrait du rapport)

PHOTO : COURTOISIE

Lorsque Radio-Canada a demandé l’étude de circulation au cabinet du maire, elle a été transmise en moins de 24 heures. Le document de 153 pages a été remis au printemps 2020 à l’arrondissement par l’entreprise FNX-INNOV, au terme d’un contrat de 135 000 $ approuvé un an plus tôt par le conseil d’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie.

Il y est noté qu’il faudra envisager une . De ce nombre, 328 étaient situées à l’est du boulevard Pie-IX.

, assure M. Boutros. Les résidents ont reçu un avis trois jours avant le retrait effectif des places.

Les rues de larrondissement avec des codes de couleur vert jaune orange et rouge

Schéma du stationnement extrait du rapport de l’entreprise FNX-INNOV

PHOTO : COURTOISIE

, estime Nicolas Saunier, professeur en génie des transports à Polytechnique. Avant l’aménagement des voies cyclables, concernant les besoins de stationnement, .

À l’est de Pie-IX, la firme d’ingénierie a dénombré plus de 1000 places disponibles, précisant qu’elle comptabilise les cases dans les rues transversales situées entre Beaubien et Rosemont, ainsi que les cases du côté sud de la rue Beaubien. Cela peut impliquer d’avoir à parcourir 400 mètres entre une place de stationnement et une résidence.

Est-ce trop? Réponse de Nicolas Saunier :

Là où le bât blesse, selon M. Saunier, c’est en ce qui concerne la prise en compte des besoins particuliers. , estime-t-il.

Sur des sections plus à l’ouest du REV Bellechasse, la largeur de la piste cyclable a été réduite et la signalisation permet 15 minutes d’arrêt.

Plusieurs ont effectivement été consultés au cours des derniers jours et ils ont pu partager leurs récriminations. Et, après avoir essuyé plusieurs refus, Sylvie Roy a finalement reçu l’étude de circulation au début de novembre.

Tous les citoyens interrogés assurent être favorables aux pistes cyclables, et la plupart sont des cyclistes occasionnels.

L’histoire ne dit pas s’ils participeront, ce samedi, à l’inauguration du REV de la rue Saint-Denis, qui a été organisée par des commerçants et qui a reçu le soutien sur Facebook de près de 3000 personnes.

Au Téléjournal 18 h (Vidéo Facebook):

C’est une bonne idée de permettre de s’immobiliser quelques minutes le long du parcours il me semble, quitte à réduire légèrement la largeur de la piste à certains endroits désignés pour faire ça. La rue est assez large pour permettre ça en conservant une largeur de piste plus qu’adéquate. On le voit de toute façon, les camions de déchets, les autobus et les entrepreneurs en constructions occupent déjà une partie de la rue ou de la piste très souvent sans que ça cause vraiment beaucoup de problèmes. Ça me semble un très bon compromis.