REM 2 - Est de Montréal

C’est justement mon point. Le gouvernement ne changera probablement pas. C’est leur projet maintenant, ce le sera dans six mois, ils seront redevables de respecter leurs échéanciers, ou de subir les critiques. On a une date, on va voir s’ils vont la respecter. Ils pourraient facilement mettre le frein sur les déclarations en termes de rapidité du projet, s’ils n’avaient nullement l’intention de livrer le projet.

La CAQ n’a aucune raison de saborder un projet avec la Caisse, simplement pour s’associer avec un nouveau projet qu’ils veulent torpiller, et être responsables de deux échecs. Je ne suis pas le plus fin des stratèges politiques, mais je ne vois vraiment pas ce serait quoi le jeu de la CAQ ici. Si le projet subit des retards, ce sera probablement plus pour des raisons différentes que la volonté politique, à mon avis.

1 Like

Ça devient un peu bizarre…

Tant qu’à y être vaut mieux donc recycler complètement le segment du Train de l’est sur la 640 qui a été construit exclusivement pour ce projet et qui n’est pas en partage avec le CN pour se rendre à Terrebonne qui est une ville beaucoup plus dense et populeuse que Mascouche qui en aurait de besoin, surtout si Mascouche aurait le métro Léger…

Sinon quoi, le REM va se rendre à Mascouche, pis après un Train de Banlieue jusqu’à Terrebonne…

Ou ils vont juste abandonner le segment et la gare/terminus Terrebonne en question et les rails qui s’y rendent, qui pourtant se transformerait très bien en Métro Léger…

Y’as-t-il de si Grande différence entre le REM Brossard et le Train de l’est sur la 640?

Lol encore une promesse de métro au travers des champs comme pour Chambly

6 Likes

On va réaménager l’échangeur 40-640 et on va élargir les autoroutes 25 et 640! D’excellentes nouvelles!

Par contre, si je comprends bien, on va recycler le chemin de fer au milieu de l’A640. Je ne crois pas que ça soit une bonne idée. À mon avis, le métro léger/train léger devrait longer l’A25 jusqu’au terminus.

Sinon, et je me répète peut-être, déverser deux nouvelles ligne de métro sur la verte est une très mauvaise idée. On l’a vu avec la orange à Laval. N’a-t-on pas appris de nos erreurs?

Exactly, but we’ll definitely keep the CAQ accountable this time… right? :grimacing:

1 Like

It’s not happening.

In the end it doesn’t mater to me I would have never used it. The real losers are the low-income residents of Montreal nord that are once again shafted out of a connection to the central core. If they were voting for the CAQ they would have gotten a bullet train by now.

D’accord avec toi que la ligne verte va souffrir. En même temps…

  • Mon avis est que la nouvelle mouture du projet va avoir des mesures d’amélioration de capacité de la ligne verte
  • Les usagers de la branche nord, advenant une panne de la ligne verte, peuvent aisément passer via la bleue puis le REM-A.
  • Pour les usagers de la branche Est, c’est plus long mais ils pourraient aussi continuer leur chemin vers la bleue.
1 Like

J’espère que t’as raison, mais je suis pas aussi optimiste. Je crois que si on doit absolument fier au ligne verte, les portes Pallières seront quasiment obligatoire. À voir!

Oui, le monde qui sont proches de la ligne bleue c’est pas grave, mais on ajoute un transfert en cas de panne (bleue + REM) à la place que juste une. Si on était proche de la ligne verte ou sur la branche est, je suis pas certain que faire le détour soit mieux qu’un bus.

Je sais c’est pas la fin du monde de ne pas avoir le tracé au CV, mais si on veut augmenter l’utilisation du TeC et on densifie l’est, j’ai peur que jammer tous ce monde sur la ligne verte serait un détriment pour la vitesse et le confort probablement les deux facteurs le plus important que le monde prennent leur chars. De plus on diminue la robustesse du réseau.

Anyway, here’s to hoping the right decisions are made!

2 Likes

Sauf que rien n’empêche de construire la ligne avec une correspondance à la verte et de construire un lien vers le centre-ville plus tard, lorsqu’on aura épuisé toutes les autres options.

2 Likes

Le ministre Bonnardel a brièvement mentionné au TJ 18h hier soir qu’un plan de match “précis” du REM de l’Est (…et de son prolongement vers la couronne nord) serait présenté après les élections (tiens… tiens… me semblait :unamused:)… et “souhaité” d’ici Noël ! :christmas_tree: :santa:

À voir à 12:35 (… jusqu’à 13:12) du clip suivant:

1 Like

Je viens de penser à ça, si la partie Mercier-Est Tetrautville devient en souterrain, comme la Mairesse insiste et l’une des raisons pourquoi elle voulait reprenne les Rênes du projet, ça veut dire que finalement la correspondance/embranchement entre les deux lignes à l’Assomption sera certainement Souterraine comparé à la Mouture de la CDPQ qui était en aérienne dès la première révision, après avoir été conçu comme ça initialement…

Yessss !

J’ai toujours voulu ça.

Également, il y a deux scénarios en souterrain connu pour ce secteur…

Soit il longe la ligne verte (Le tracé est sorti dans La Presse il y a quelques temps si quelqu’un veut le ressortir)… Ce qui agirait également comme dédoublement direct de la ligne et comme mesure de bonification de la Verte…

Ou par le bas, via Souligny ou Sherbrooke en souterrain pour remonter via Georges-Vanier à Contrecœur…

Désolé si mes noms de rue ne sont pas si précis que ça, on me corrigera…

Ce qui donnerait comme occasion de prolonger la verte de deux stations après Honore-Beaugrand, une vieille option qui traîne et qui agirait également comme Bonification de la ligne Verte…

Voilà, c’était mes pensées!

Ça serait environ 4km de souterrain dans une zone principalement industrielle entre la station Assomption et l’A25/Souligny, le long d’une emprise ferroviaire. Ça serait une bonne façon dans de rendre la réalisation de la ligne encore plus improbable.

4 Likes

En fait la ligne deviendrait probablement aérienne rendu à l’A25.


Photo: Adil Boukind Le Devoir «Le Devoir» a rencontré la ministre responsable de la Métropole à bord de la navette fluviale qui relie sa circonscription de Pointe-aux-Trembles au centre-ville de Montréal.

Rouleau a déjà son plan pour le REM de l’Est 2.0

François Carabin

La ministre Chantal Rouleau a statué : le nouveau « REM de l’Est » sera un « train léger » qui roulera « en grande partie » en aérien dans l’Est. Il « faut » aussi qu’il se rende « plus profondément dans Rivière-des-Prairies ». Il reste pourtant six mois à l’équipe de travail mandatée par Québec pour présenter ses recommandations au gouvernement.

Lire la suite

En entrevue-bilan avec Le Devoir, la ministre responsable de la Métropole et déléguée aux Transports a fait part de ses plans pour le nouveau tronçon de transport collectif. Le mois dernier, son gouvernement avait confié les rênes du projet à un groupe de travail interdisciplinaire, formé par la Ville de Montréal, le ministère des Transports, la Société de transport de Montréal (STM) et l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM). Il a le mandat de faire, d’ici la fin de l’année, des recommandations sur le tracé, sur le mode à utiliser et sur les raccordements au réseau existant.

Or, Chantal Rouleau a déjà une bonne idée du projet final. « Ce n’est pas un tramway, ce n’est pas un métro, c’est un train léger », a dit l’élue caquiste dans un entretien accordé à bord de la navette fluviale qui relie sa circonscription de Pointe-aux-Trembles au centre-ville de Montréal.

Malgré les inquiétudes dans la population quant à la possibilité que le REM de l’Est circule en hauteur, il sera « en grande partie » aérien sur le tronçon qui rejoint Pointe-aux-Trembles. « Au sol, ça ne marche pas. […] Un tramway, ça irait aussi vite que le bus qui circule rue Notre-Dame. Ça ne marche pas », a dit la ministre, qui se représentera aux prochaines élections, dans à peine trois mois.

Avant même que le groupe de travail ait présenté ses scénarios au gouvernement, Mme Rouleau insiste aussi sur la nécessité que le REM « soit bien connecté aux lignes de métro » et « entre plus profondément dans Rivière-des-Prairies, parce que les gens le veulent ». En mai, le directeur général de l’ARTM, Benoît Gendron, avait dit en entrevue avec Le Devoir qu’il était « trop tôt pour dire quelle sera[it] la solution ».

« On le veut, ce projet-là. Et les dix milliards, on va les mettre », a souligné Mme Rouleau. Les discussions avec le fédéral doivent encore avoir lieu, ajoute-t-elle.

Revoir l’ARTM ?

Après quatre ans de mandat, la ministre sortante convient par ailleurs qu’il faut repenser le financement du transport collectif dans la grande région de Montréal. Une révision en profondeur de l’ARTM n’est pas exclue.

Elle admet que certaines pratiques de l’organisme chargé de financer le transport en commun dans la grande région métropolitaine étaient à revoir. « Peut-être que le prochain gouvernement pourra prendre des décisions sur la façon dont on peut améliorer, optimiser… » a dit Mme Rouleau.

Née en 2017, l’ARTM a eu cinq ans l’an dernier. Et ces cinq années n’ont pas été sans histoire. Dans un rapport déposé à l’Assemblée nationale, le ministre des Transports, François Bonnardel, critiquait en mai la « gestion brusque » et l’« opacité organisationnelle » qui règnent à l’ARTM.

« Ça manque un peu de transparence, il y a un petit problème de gouvernance, a résumé Chantal Rouleau. Peut-être que justement parce que c’est une “autorité” : “écoute et fais ce que ce je te dis”. »

« Quand tu parles comme ça à la STM, ça ne marche pas. Pas non plus avec la [Société de transport de Laval], le [Réseau de transport de Longueuil], Exo », a-t-elle ajouté.

En mai 2021, la STM avait des mots particulièrement durs à l’égard de l’organisme qui la chapeaute dans le cadre de la révision quinquennale de la Loi sur l’Autorité régionale de transport métropolitain. « L’ARTM ne semble pas […] disposée à défendre publiquement l’enjeu de sous-financement pourtant déjà amplement reconnu de toutes les instances gouvernementales », pouvait-on lire dans un document préparé par le transporteur montréalais.

La pandémie a creusé un trou dans les finances des organismes de transport collectif de la grande région de Montréal. Dans la dernière semaine du mois de mai 2022, la fréquentation du réseau de la STM était à 62 % des chiffres prépandémiques. Mme Rouleau assure que des « scénarios » seront soumis aux transporteurs pour qu’ils puissent sortir la tête de l’eau.

4 Likes

Il y aura des sections au sol, ou il n’y en aura pas? Ce sera complètement grade-separated ou non? La ministre n’est pas claire dans ses explications, elle dit que ce sera ni un métro, ni un tram.

1 Like

Si on lit entre les lignes, quand elle dit que ce ne sera pas un métro, ça veut dire que ce ne sera pas grade-separated en entier. On peut s’attendre à quelque chose similaire au Eglinton LRT de Toronto.

1 Like

… ou elle fait référence au « métro » en parlant du modèle actuel du métro STM et du « train léger » comme du concept de métro léger du REM.

J’espère qu’on aura pas un modèle hybride comme le Eglinton LRT. C’est la même chose que ce qu’ils ont mis à Ottawa et c’est pas glorieux pour l’instant. (Même si Ottawa est entièrement en site propre en phase 1)

2 Likes

Je pense plutôt qu’elle voulait dire qu’il ne sera pas entièrement sous terrain

3 Likes

Je ne serais pas contre un LRT Style Eglinton ou Ottawa (mais on serait mieux de choisir High floor) si on décide de continuer la ligne au CV avec une possibilité de continuer vers Lachine et L’Ouest de Lasalle utilisant les rails de VH ou CA avec des passages à niveau au Centre-Ville sur R-L comme à Calgary (si le budget et max 10G$)

Mais si on est exclusivent à l’est où les coût seraient relativement bas tous le long et les distances sont longs, la vitesse est primordial, les passages à niveau devrait être évité le plus possible. Genre à chaque 1-2km minimum avec des barrières pour empêcher le monde de conduire ou marcher sur les rails.

2 Likes