Nouvelles du service de vélos en libre-service BIXI

L’organisme ajoute donc une trentaine de nouvelles stations électriques cette année, notamment près de l’Université de Montréal et de HEC Montréal, au Village olympique et au marché Atwater. BIXI a aussi l’ambition de bonifier son offre dans les parcs-nature de Montréal.

2 Likes

Sauf Laval (depuis 2 ans?) ces secteurs sont desservis depuis longtemps. Par excentrés j’aurais pensé davantage à Rivière-des-Prairies, Pierrefonds et Pointe-Claire, surtout ces 2 derniers, en préparation de la mise en service du REM.

Grosse Nouvelle !!!

Le concept de BIXI acheté par des Américains:

1 Like

Je pense que le gros bogue par rapport aux arrondissements excentrés, c’est qu’une station Bixi doit se trouver près à la fois de l’origine et de la destination pour que ça soit utile aux usagers. Alors quand on déploie, il faut assurer un certain maillage dès le début, et ça aide s’il y a un point de rabattement majeur en transport en commun dans le secteur aussi. Une station seule, isolée des autres par des grandes distances ou de grandes barrières aux transports actifs, n’aide pas à grand chose.

Alors si on déploie dans Pierrefonds, RDP, … il faut y aller à coup de 10-20 stations de la fois concentrées dans un secteur, on ne peut pas juste mettre une station au terminus d’autobus et laisser faire à partir de là. D’ailleurs, je ne comprends pas pourquoi on a pris la décision de venir implanter des stations si “creux” dans Laval comme le Carrefour Laval.

4 à 6 stations de 10-20 vélos serait suffisant pour les premières années de services de ces quartiers, il en faudrait déjà plus en 2024 là où le REM sera en service. Une bonne stratégie serait de placer les stations près de pôles de services/commerces et espaces verts/récréatifs. Ça reste limité comme option, mais ça permettrait déjà d’aller chercher un bon nombre d’utilisateurs occasionnels et les amener à considérer ce mode pour d’autres déplacements.

1 Like

He was driving “overtop” of the bikes, “over and over,” she said. :expressionless:

2 Likes

:clap:

Nouveaux records Un début de saison « extraordinaire » pour BIXI Montréal


PHOTO HUGO-SEBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE | Pour célébrer ces records, l’organisme dévoilera d’ailleurs une cinquantaine de « vélos transformés en œuvres d’art uniques », lors de la 10e édition du Festival MURAL, qui est prévue du 9 au 19 juin prochain.

Près de deux mois après son début de saison, BIXI Montréal a déjà enregistré plusieurs records d’utilisation. Pas moins de 1,3 million de déplacements ont été enregistrés en mai, un sommet mensuel pour l’organisme.

6 juin 2022 | Publié à 14h59 | HENRI OUELLETTE-VÉZINA | LA PRESSE

« Nous vivons actuellement un début de saison extraordinaire », a résumé le directeur général de BIXI, Christian Vermette, lundi après-midi. Il affirme que « plusieurs nouveaux records ont été établis, que ce soit en termes de nombre de déplacements mensuels et journaliers ou encore de celui de membres actifs ».

Outre les 1,3 million de déplacements en mai, une hausse significative de 92 % par rapport à la même période l’an dernier, le service de vélo-partage a en effet surpassé les 50 000 déplacements quotidiens pour la première fois depuis sa création, il y a maintenant plus de 10 ans.

Ainsi, en date du 31 mai dernier, au moins deux journées de plus de 50 000 déplacements avaient été enregistrées, dont une de 53 180 trajets individuels. En moyenne, on a recensé 41 000 déplacements en BIXI par jour durant le mois de mai. C’est quasiment le double par rapport à l’an dernier. En 2021, à pareille date, ce chiffre était plutôt de 21 000.

BIXI rapporte également que « le nombre de membres actifs est de plus de 56 000 pour le mois de mai 2022, une autre hausse fulgurante par rapport à 36 870 en mai 2021 ».

L’envers du décor, c’est toutefois que plusieurs Montréalais rapportent ces jours-ci ne pas avoir accès à un vélo sur plusieurs bornes d’accès. Sur Twitter, BIXI a d’ailleurs précisé lundi que ses vélos sont « spécialement populaires cette année » et que « comme plusieurs organisations québécoises, nous sommes confrontés à la pénurie de main-d’œuvre ».

Des vélos en œuvres d’art

Pour célébrer ces records, l’organisme dévoilera d’ailleurs une cinquantaine de « vélos transformés en œuvres d’art uniques », lors de la 10e édition du Festival MURAL, qui est prévue du 9 au 19 juin prochain.

Cette année revêt aussi l’atteinte d’un cap symbolique important pour BIXI, puisque depuis que Montréal est devenue la première ville en Amérique à inaugurer un service de vélo-partage d’envergure en 2009, 50 millions de déplacements ont déjà été effectués dans la région métropolitaine.

À la fin du mois de janvier dernier, le gouvernement Legault avait confirmé le versement de plusieurs millions de dollars pour l’acquisition de 725 BIXI électriques, ainsi que la création de 83 stations pour le réseau montréalais de vélos libre-service.

Montréal raflait ainsi la moitié d’une enveloppe de 6,5 millions visant à « diversifier l’offre en mettant à la disposition des usagers des vélos à assistance électrique, notamment dans les endroits où la topographie limite l’accès aux transports actifs ». Rappelons qu’un quart des revenus de BIXI Montréal proviennent d’une contribution récurrente de la Ville de Montréal, en vertu du budget municipal.


BIXI MONTRÉAL TRANSFORME 50 VÉLOS EN ŒUVRES D’ART ET ANNONCE UN DÉBUT DE SAISON 2022 SOUS LE SIGNE DES RECORDS!

NOUVELLES FOURNIES PAR BIXI Montréal | Juin 06, 2022, 16:15 ET

Le public est invité à venir admirer les œuvres BIXI de 5 artistes montréalais au festival MURAL afin de souligner les 50 millions de déplacements à BIXI et un début de saison 2022 exceptionnel

MONTRÉAL, QC, le 6 juin 2022 /CNW Telbec/ - Alors que le début de sa saison 2022 est marqué par de nombreux records, BIXI Montréal est d’autant plus fier de célébrer l’art urbain en s’associant au Festival MURAL dont la 10e édition aura lieu du 9 au 19 juin prochains! Pour l’occasion, BIXI dévoilera 50 de ses vélos transformés en œuvres d’art uniques par 5 artistes montréalais afin de souligner les 50 millions de déplacements effectués à BIXI depuis 2009. Au total, c’est plus de 125 millions de kilomètres qui ont été parcourus à BIXI lors des 13 premières saisons.

BIXI MURAL - Chien Champion (Groupe CNW/BIXI Montréal)
BIXI MURAL - Chien Champion (Groupe CNW/BIXI Montréal)

Station BIXI (Groupe CNW/BIXI Montréal)
Station BIXI (Groupe CNW/BIXI Montréal)

Communiqué de presse complet:

Cinq de ces vélos BIXI de collection seront exposés lors du Festival MURAL, au coin des rues Prince-Arthur et Saint-Laurent. Quant aux 45 autres vélos uniques des collections, ceux-ci rouleront dans les rues de la ville durant toute la saison, alors que les BIXISTES pourront même les utiliser pour des trajets imaginés par MURAL, qui mettront en valeur l’art et la culture d’ici. Tous les détails sont disponibles sur le site Web de BIXI Montréal.

« C’est avec beaucoup d’enthousiasme que BIXI Montréal participe à ce festival haut en couleur en encourageant les talents d’ici à propager l’effervescence dans les rues de la métropole! Nous invitons tous les Montréalais et visiteurs à venir admirer le travail exceptionnel de cinq artistes qui ont su métamorphoser 50 de nos vélos, une initiative qui témoigne de la place indéniable qu’occupe BIXI dans notre quotidien pour sa 14e saison », déclare Pierre-Luc Marier, directeur du marketing intégré et ventes de BIXI Montréal.

« BIXI Montréal a plus d’une raison de se réjouir alors que le cap des 50 millions de déplacements à BIXI a été franchi. Nous vivons actuellement un début de saison extraordinaire lors duquel plusieurs nouveaux records ont été établis, que ce soit en termes de nombre de déplacements mensuels et journaliers ou encore de celui de membres actifs. Nous invitons la population à venir célébrer avec nous lors du festival MURAL, où de superbes œuvres BIXI seront exposées, ou à emprunter ces vélos imaginés par des talents d’ici durant toute la saison 2022 », ajoute Christian Vermette, directeur général de BIXI Montréal.

UN DÉBUT DE SAISON MARQUÉ PAR DE NOMBREUX RECORDS : UN MOIS DE MAI SPECTACULAIRE!
BIXI Montréal enregistre plusieurs records d’utilisation en ce début de saison, témoignant de l’immense succès du service de vélo-partage. BIXI a en effet établi en mai un nouveau record du nombre de déplacements en un mois, soit près de 1,3 million, ce qui constitue une augmentation phénoménale de 92 % par rapport à mai l’an dernier.

De plus, BIXI dépasse les 50 000 déplacements journaliers pour la première fois de son histoire et compte déjà deux journées à plus de 50 000 déplacements, en date du 31 mai 2022. Un nouveau record a d’ailleurs été établi en mai, avec plus de 53 180 déplacements en une seule journée.

En date du 31 mai 2022, la moyenne quotidienne de déplacements à BIXI a presque doublé par rapport au même mois en 2021. La moyenne de déplacements quotidiens se situe à 41 000, comparativement à 21 000 à pareille date en 2021. Le nombre de membres actifs est de plus de 56 000 pour le mois de mai 2022, une autre hausse fulgurante par rapport à 36 870 en mai 2021.

DES ŒUVRES D’ART IMPRESSIONNANTES POUR SOULIGNER TOUS CES ÉVÉNEMENTS
En 2008**, la conception même des vélos BIXI a été le fruit d’un travail artistique** de grande envergure. Leur designer, Michel Dallaire, les a en effet imaginés pour qu’ils s’intègrent parfaitement au reste du mobilier urbain, tels des objets d’art contemporain. C’est avec la volonté de s’ancrer encore davantage dans la ville et de mettre les Montréalais au cœur de ses initiatives que BIXI a décidé de s’associer au Festival MURAL.

« Nous sommes extrêmement fiers de célébrer nos 10 ans avec un partenaire comme BIXI Montréal. Mettant à l’avant-scène le mouvement international d’art urbain contemporain dans la métropole, le festival MURAL sera cette année une occasion unique pour les visiteurs comme pour la communauté artistique du monde entier de découvrir la contribution majeure de BIXI au paysage montréalais et à la vitalité de la ville », ajoute Pierre-Alain Benoit, directeur général du Festival MURAL.

Parmi ces 50 vélos célébrant 50 millions de déplacements à BIXI, 5 sont devenus de véritables chefs-d’œuvre. Toutes leurs pièces, des pédales à la clochette, contribuent à donner vie à l’œuvre. Bien qu’ils ne puissent plus accompagner les BIXISTES dans leurs trajets quotidiens, ceux-ci témoigneront pour toujours de l’attachement profond entre Montréal et sa communauté artistique. Après avoir été exposés au Festival MURAL, ces vélos pourront être prêtés aux galeristes intéressés à les mettre en lumière.

Notons que les 5 artistes invités à transformer chacun 10 vélos BIXI ont été choisis par BIXI Montréal et Mural en toute neutralité et à l’aveugle (sans avoir à l’avance qui se cachait derrière quelle œuvre). Ils ont été sélectionnés pour la complémentarité de leur travail, afin de créer une offre artistique complète, accomplie et améliorée.

LES 5 ARTISTES DE GRAND TALENT DERRIÈRE CES VÉLOS BIXI DE COLLECTION
Voici les 5 créateurs montréalais qui ont été invités conjointement par BIXI Montréal et le Festival MURAL à libérer leur génie sur les vélos BIXI. Chacun d’entre eux s’est vu confier la mission de concevoir une collection de 10 vélos, dont un chef-d’œuvre.

  • Mono sourcil est une muraliste montréalaise. Outre l’art de rue, elle pratique également la peinture, la sculpture, l’installation et l’art performatif. Elle est reconnue pour ses personnages imaginaires qui habillent les murs de Montréal.

  • Chien Champion est un illustrateur montréalais spécialisé dans la création d’univers colorés. Son imagination l’amène à créer des scènes vivantes inspirées du fantastique. Il se décrit comme étant un artiste spontané, curieux et toujours en mouvement.

  • Zephyr est un peintre et designer originaire de Toronto. Son art reflète l’environnement urbain qui l’entoure. Celui-ci se traduit par l’utilisation de techniques inspirées de l’art de rue tel que le airbrush et l’utilisation de matériaux industriels.

  • La Charbonne est une muraliste, illustratrice et designer de Montréal. Inspirée par les années 90, cette artiste propose un univers visuel coloré composé de motifs funky et de formes bubbly. Elle cherche à transmettre une vision joyeuse à travers son art.

  • Aless MC est une artiste visuelle multidisciplinaire qui fait à la fois des murales et des illustrations. Elle crée des œuvres visuelles en combinant des formes, des symboles et des couleurs en utilisant diverses techniques de création.

À PROPOS DE BIXI MONTRÉAL
BIXI Montréal est un organisme à but non lucratif créé par la Ville de Montréal pour gérer le système de vélo-partage dans la métropole. En 2022, le réseau comprendra 7 270 vélos réguliers et 2 395 vélos à assistance électrique sur le territoire montréalais, ainsi qu’à Westmount, Mont-Royal, Montréal-Est, Longueuil et Laval. Comptant un total de 794 stations, dont 184 électriques, Montréal dispose de la plus grande flotte de vélos électriques au Canada et de l’une des plus vastes en Amérique du Nord. Les BIXI à assistance électrique et les stations électriques bi-modes sont le fruit du savoir-faire québécois. Pour davantage d’informations, vous êtes invités à consulter le site de BIXI Montréal.

SOURCE BIXI Montréal


Victime de ce succès, certains secteurs de la métropole nécessiteraient plus de stations de BIXI (entre autres dans Ahuntsic, tel que mentionné dans l’article ci-dessous).

Retour des BIXI, pas pour tout le monde

Journaldesvoisins.com | Vie de quartier | Publié le 06 juin 2022 | Martin Ducassé-Gambier
Journaliste stagiaire


La station de Bixi en face de la station Henri-Bourassa. (Photo: François Robert-Durand, JDV)

Le service de vélo-partage BIXI a repris du service le 13 avril dernier. L’organisme vend chaque année de plus en plus d’abonnements et d’accès temporaires. La demande a bondi depuis la pandémie de COVID-19. Si le réseau n’a cessé de s’étendre, certains quartiers de la métropole ne disposent que d’un accès très limité au service.

BIXI s’est félicité le 13 avril dernier pour le lancement, deux jours en avance, de sa saison 2022. Avec 490 nouveaux vélos à assistance électrique et 31 nouvelles stations, l’organisme entend répondre à une demande toujours plus forte depuis sa création. La mobilité active connaît en effet un engouement sans précédent depuis la pandémie de COVID-19. Entre 2019 et 2021, les ventes d’abonnements et d’accès temporaires ont respectivement augmenté de 128 % et 63 %.

Si certains quartiers bénéficient d’un grand nombre de stations, combiné à un vaste réseau de voies cyclables, d’autres n’en comptent que très peu. C’est notamment le cas au sein du district de Bordeaux-Cartierville, où seules trois stations sont installées pour près de 35 000 habitants. Le service de vélo-partage a pourtant enregistré une forte augmentation de son utilisation au sein d’Ahuntsic-Cartierville.

Accessibilité du service

Frédéric Bataille, porte-parole du groupe de promotion des transports actifs Ahuncycle, souligne la pertinence du service proposé par BIXI, mais souhaiterait que davantage de stations soient installées dans Ahuntsic-Cartierville.

« Des vélos en partage, c’est une super bonne idée. L’organisme étend son réseau chaque année et c’est de mieux en mieux. Mais si on regarde la carte des stations, géographiquement il y en a plus dans les autres quartiers comme Villeray ou le Plateau par rapport à Ahuntsic. Il n’y a pas beaucoup de stations autour de grands pôles de déplacements comme la prison ou le Collège Ahuntsic. Je pense que plus il y aura de vélos, plus ils vont être utilisés. »

Selon Bérangère Thériault, chargée des communications de BIXI, l’inégale répartition des stations sur le territoire s’explique par le modèle de développement du réseau choisi par l’organisme.

« La frontière “ invisible ” entre les arrondissements n’a pas d’impact dans le choix des équipes de planification et d’urbanisme de BIXI. BIXI est un opérateur de service et sa mission est de permettre des déplacements fluides, selon une logique d’élargissement du réseau de la même manière qu’une “toile d’araignée ” se forme. Du centre névralgique et des lieux importants en densité de population, des stations s’ajoutent au fil du temps en respectant de rigoureux critères, dont quelques-uns parmi d’autres : la règle du 300 mètres entre les stations, la présence de commerces et de services, les attraits et nouveaux développements, les transports en commun à proximité, gares stations de métro avoisinantes, les prévisions du REM, etc. »


Carte de Montréal où les points de couleurs représentent des stations BIXI. (Source: site de BIXI Montréal)

Priorité à l’électrification

Au-delà du manque de stations dans certains quartiers de l’arrondissement, Frédéric Bataille souligne d’autres améliorations qui pourraient être apportées au service.

« Ce qui serait bien, c’est que le réseau soit aussi disponible l’hiver. Cela permettrait aux gens d’avoir un moyen de transport fiable toute l’année et pas seulement trois saisons par an. Les vélos électriques permettent de parcourir de plus grandes distances, cela crée une vraie alternative à l’auto. Le but ultime serait de permettre de se libérer de la voiture. Il faut aussi penser aux personnes plus pauvres pour qui les transports sont coûteux. On pourrait par exemple fournir gratuitement une clé BIXI aux personnes sur l’assistance sociale. Ce serait gagnant pour tout le monde. »

Aucun projet de tarif réduit n’est prévu du côté de BIXI. Bérangère Thériault affirme que le maintien du service durant l’hiver est à l’étude, mais que la priorité de l’organisme pour la saison 2022 est l’électrification du réseau. L’arrondissement va d’ailleurs bénéficier de cette mise à niveau.

« Les 4 stations à électrifier au cours de la saison 2022, qui sont déjà présentes dans le réseau, sont : Parc St-Paul-la-Croix, Beauséjour, complexe sportif Claude-Robillard et la station du métro Henri-Bourassa (Henri-Bourassa/Millen). Au moment où ces quatre stations seront électrifiées, nous allons relocaliser les stations non-électriques qu’elles remplacent ailleurs dans l’arrondissement, ce qui portera en 2022 le total des stations à Ahuntsic-Cartierville à 30 »


Notre journaliste Martin Ducassé-Gambier (à gauche) s’est entretenu avec Anne, une utilisatrice régulière des Bixi dans l’arrondissement, (à droite) à la station de Bixi au coin des rues Péloquin et Fleury. (Photo: François Robert-Durand, JDV)

Usagers satisfaits

S’il existe une demande pour une plus grande accessibilité au réseau de vélo-partage, les usagers que nous avons croisés lors de notre reportage se disent satisfaits par le service offert par BIXI.

Anne, étudiante au Collège André-Grasset, est pressée ce matin-là. Concentrée sur la borne de la station, elle accepte quand même de répondre à nos questions.

« L’avantage de BIXI, c’est la flexibilité. Le soir, on peut partir à vélo et revenir en bus ou en métro par exemple. C’est l’avantage par rapport à un vélo qui nous appartient. »

Même satisfaction pour Yan, professeur à l’école Sophie-Barat, qui dépose son vélo avant de se rendre au travail.

« En général, je n’ai pas de problème pour trouver un BIXI ou un emplacement pour déposer mon vélo une fois que je suis arrivé. Je vais au travail depuis Rosemont, et cela me laisse dix minutes de marche »

5 Likes

Publié sur les réseaux sociaux de Bixi

image

5 Likes

BIXI Montréal victime de son succès


BIXI Montréal compte actuellement 58 000 membres actifs, soit 20 000 de plus que l’an dernier.
PHOTO : RADIO-CANADA / JEAN-CLAUDE TALIANA

Radio-Canada
Publié à 13 h 50

La popularité de BIXI ne cesse de croître à Montréal. Pas moins de 1,3 million de déplacements ont été effectués au moyen des vélos en libre-service en mai, soit une hausse de 92 % par rapport à mai 2021. Mais ce succès pose de gros défis opérationnels à l’entreprise.

Chaque matin, ce sont 8000 usagers à vélo en provenance des différents arrondissements qui prennent la direction du centre-ville de Montréal.

Mais à mesure que les déplacements journaliers augmentent, les vélos se font de plus en plus rares dans plusieurs stations.

« À 8 h du matin, les stations qui étaient pleines sont déjà vides », fait savoir le directeur général de BIXI Montréal, Christian Vermette.

« Nos employés de soir et de nuit vident [les stations dans] le centre-ville pour ravitailler les secteurs résidentiels pour la pointe du matin. C’est ce qui est à l’origine de ce dysfonctionnement », affirme M. Vermette, qui confirme que l’organisme à but non lucratif (OBNL) fait face à un défi de rééquilibrage entre les différentes stations.

L’OBNL est confronté aussi à un problème de logistique. Le transport des vélos entre les différentes stations est assuré par une dizaine de véhicules. Pas assez, admet son directeur général.

« On a beau vouloir s’ajuster rapidement, mais la forte demande est plus rapide que ce qu’on est capable de faire », se résigne Christian Vermette.

La directrice des programmes, Magali Bebronne, abonde dans le même sens que M. Vermette.

« BIXI est victime de son succès, les Montréalais l’ont adopté à tel point que le système a peut-être de la difficulté à fournir [des vélos] », constate-t-elle.

BIXI Montréal compte actuellement 58 000 membres actifs, soit 20 000 de plus que l’an dernier, mais tous ne sont pas contents.

Des vélos BIXI vus de près, dans une station.
L’OBNL BIXI Montréal a été créé pour gérer les vélos en libre-service.
PHOTO : RADIO-CANADA / JEAN-CLAUDE TALIANA

Des usagers en colère

À certains endroits, il est très difficile de trouver un vélo lors des heures de pointe du matin. Des stations, comme celles de l’arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, sont presque vides.

« Le soir, il y a beaucoup plus de vélos, mais le matin, il n’y en a vraiment pas. Et c’est un peu énervant », affirme Neza Zahei, qui habite non loin d’une station.

Isaak Morency observe le même phénomène dans l’arrondissement du Plateau–Mont-Royal.

« Toutes les stations qui sont autour de chez moi sont toutes vides. J’arrive toujours en retard au travail », se désole-t-il.

Avec les informations de Hadi Hassin

Reportage au Téléjournal 18h
Twitter

Facebook

1 Like

Ça fait quand même longtemps qu’il y a ce problème là, et ça restera plutôt difficile de trouver une solution à ça tant que les gens prendrons le Bixi pour des trajets pendulaires.

Je pense qu’on est rendu au point où il faudrait avoir une vraie stratégie pour rendre la possession d’un vélo personnel plus attrayante, en augmentant drastiquement le nombre de places de stationnement sécuritaires partout en ville entre autres. C’est la prochaine étape pour non-seulement augmenter la part du vélo dans les déplacements, mais aussi du fait même recentrer la mission de Bixi sur les trajets spontanés et plus occasionnels.

4 Likes

Reste qu’un bon vélo demeure une dépense significative, même usagé. À cela s’ajoutent l’entretien et aussi l’entreposage - ce n’est pas tout le monde qui a de la place pour mettre son vélo à l’intérieur ou l’envie de prendre soin de son vélo.

1 Like

J’ai un vélo, mais je préfère utiliser Bixi pour mes déplacements. Beaucoup plus pratique si jamais il pleut pour le retour, et pas de risque de vol.

J’utilise mon vélo seulement lorsque je peux le mettre en sécurité à l’intérieur. Le Garage 529 en est à sa 2e année avec le SPVM, reste à voir si ce sera efficace pour contrer le vol de vélos. Je crois que la police de Longueuil l’utilise depuis cette année.

3 Likes

Oui, exactement. J’ai deux vélos que j’utilise plusieurs fois par semaine, mais c’est par Bixi que je me déplace le plus souvent, pour les raisons que @ScarletCoral a mentionné.

(Cependant j’ai souvent de la misère a trouver un Bixi ces jours-ci pour les raisons données dans l’article de La Presse!)

D’ailleurs j’ai la chance de vivre au RdC avec une cour privée où je peux stationner mes vélos. Si j’étais au 3e j’utiliserai Bixi encore plus que maintenant.

1 Like

C’est justement mon point: les usagers de Bixi ont pour beaucoup un vélo mais prennent Bixi parce qu’ils ne veulent pas sortir le leur (pour un tas de raisons qui sont les leurs). La principale, c’est le risque de se le faire voler, soit à destination ou à la maison si on le laisse à l’extérieur (ce qui fait en sorte qu’on ne le sort pas et donc qu’on ne l’utilise pas). Il faut travailler à résoudre ce problème.

Parce qu’on ne pourra jamais fournir assez de Bixi pour fournir à la demande pendulaire, en plus du fait qu’on peut se questionner sur l’avantage écologique du vélo quand on doit les déplacer en camions pour que les gens le prenne…

1 Like

Dans la story de J-F Savaria: :star_struck: :v:


→ Autres photos et présentation des artistes sur le compte Instagram de BIXI Montréal

3 Likes
2 Likes

Des nouvelles stations dans Montréal-Est

4 nouvelles stations BIXI ont été installées à Montréal-Est cette semaine pour faciliter vos trajets dans l’est de l’île!
:bike: Parc de Montréal-Est
:bike: Centre récréatif Édouard-Rivet
:bike: Parc de l’Hôtel-de-Ville
:bike: Parc des Vétérans

2 Likes

Je n’ai aucune idée si c’est nouveau?, mais, c’est la première fois que je vois une station a double rangée du même bord!

4 Likes

Ça fait quelques années, même avant la pandémie. La station que j’utilisais en face de La Baie sur Maisonneuve est comme ça. Je travaillais sur Union/President-Kennedy il y a 4 ou 5 ans

Celle dans le parc d’entrée de Ville (Robert-Bourassa/William) est comme ça aussi.

C’est indiqué de remettre les Bixi dans la rangée du fond en priorité (rangée verte)

1 Like

La station à la station Acadie est aussi de double rangée depuis au moins 2020.