Nouvelles commerciales et économiques

En avant du Square des Frères Charron sur le rue Marguerite d’Youville

2 Likes

Nouveau commerce sur Ontario dans le Village

2 Likes

Voilà un article positif et plein d’optimisme, qui commence bien ma semaine ! :+1: :smiley:

Le centre-ville reprend vie


PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, COLLABORATION SPÉCIALE | La vie reprend dans la rue Sainte-Catherine avec le retour progressif des travailleurs au centre-ville.

Le cœur de Montréal a beaucoup souffert du choc de la COVID-19. Il n’a certainement pas retrouvé tous ses travailleurs. Mais il va mieux qu’on pense, selon les gens qui sont aux premières loges. La pandémie pourrait même avoir accéléré sa transformation pour le mieux. Et les aspirants maires entendent bien favoriser son dynamisme.

Publié le 25 octobre 2021 à 5h00 | SUZANNE COLPRON | LA PRESSE

Un avant-goût de normalité

Le centre-ville reprend vie et un vent d’optimisme est arrivé en même temps que la rentrée universitaire. Malgré la quatrième vague. Malgré le télétravail. Malgré les travaux. Non, la tourmente n’est pas terminée, mais des experts et des commerçants voient le bout du tunnel.

Comme Paul-André Goulet, 50 ans, qui possède plusieurs magasins Sports Experts, dont celui de la rue Sainte-Catherine Ouest.

« J’ai vécu toutes les transformations sur la rue, dit-il. Et évidemment, je suis au milieu du milieu de tout ce qui se passe actuellement avec mon magasin du centre-ville. Le REM, les travaux sans fin et sans âme, et la pandémie. C’est la tempête parfaite. Je vais être honnête, si je n’avais pas mes autres commerces – j’en ai 10 –, j’aurais vraiment trouvé le temps long. »


PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, COLLABORATION SPÉCIALE | Paul-André Goulet, propriétaire du Sports Experts de la rue Sainte-Catherine Ouest

Mais signe que les choses vont mieux, le chiffre d’affaires de son magasin du centre-ville explose littéralement depuis le début d’octobre.

Comment expliquer un tel revirement ? « Il y a réellement un retour à la normalité, observe-t-il. Le télétravail est en train de lâcher. Moi, si j’avais des actions dans Zoom, je commencerais à les vendre. »

Le vent s’est mis à tourner avec le retour des étudiants sur les campus à la fin d’août, dit-il. Et sa force a augmenté au lendemain de l’allègement des règles sanitaires, il y a quelques semaines. « À un point où mon magasin du centre-ville dépasse mon magasin du DIX30 depuis deux semaines, ce que je n’avais pas vu depuis deux ans », lâche-t-il.

Le retour des travailleurs

Une étude fouillée sur l’état du centre-ville, produite par Montréal centre-ville et l’Institut du développement urbain du Québec, confirme que le taux d’occupation des bureaux augmente peu à peu, en mode hybride et à temps plein, et que l’exode annoncé n’a pas eu lieu. La proportion des travailleurs entièrement en télétravail est passée de 52 % en janvier à 47 % au début de septembre.

Ivanhoé Cambridge, bras immobilier de la Caisse de dépôt et placement du Québec, qui possède une douzaine d’édifices au cœur de la métropole, voit « une augmentation réelle dans l’occupation générale des immeubles et commerces » cet automne. « Par exemple, les restaurants vont vraiment bien. Nous ne sommes pas au niveau d’avant la pandémie, mais les ventes et l’achalandage sont très encourageants », note la vice-présidente Annik Desmarteau, dans un courriel.

Les entreprises qui étaient au centre-ville sont en grande partie restées, et d’autres ont choisi de s’y installer. Mais une tendance se dessine : les superficies louées sont plus petites et les baux, de plus courte durée.

15 %

Proportion d’entreprises qui quittent le centre-ville

38 %

Proportion d’entreprises qui se déplacent vers le centre-ville

Source : L’état du centre-ville de Montréal

Plus de flexibilité

Cossette est un bon exemple. L’agence qui logeait dans un immeuble de la rue Drummond déménage chez WeWork, rue Sainte-Catherine Ouest, au coin de Peel, et réduit du même coup ses pieds carrés d’environ 40 %.


PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, COLLABORATION SPÉCIALE | Rue Sainte-Catherine, 20 % des magasins sont inopérants, soit 17 % de locaux vacants et 3 % de commerces temporairement fermés, selon une étude récente sur l’état du centre-ville.

« La vraie raison, c’est qu’on se dirige vers un modèle hybride », explique Louis Duchesne, président Québec et Est canadien.

De plus, WeWork offre une formule flexible, des espaces de travail rénovés et un environnement stimulant. « Donc, une expérience qui va faire en sorte que les gens vont aimer revenir au bureau », espère M. Duchesne.

Pourquoi rester au centre-ville ? « Le quartier, à notre avis, va contribuer à l’expérience des employés avec ses commerces, ses théâtres, ses cinémas », répond-il.

Par ailleurs, très humblement, on croit à l’importance d’avoir un centre-ville qui a une belle effervescence, où il y a une vie culturelle, une vie économique, qui est solide et intéressante.

Louis Duchesne, président Québec et Est canadien de WeWork

Un quartier habité

Il faut se rappeler qu’à Montréal, contrairement à ce qu’on voit dans de nombreuses grandes villes nord-américaines, il n’y a pas que des tours de bureaux dans le centre-ville, il y a aussi beaucoup d’habitants.

« Il y a plus de résidants au centre-ville aujourd’hui qu’il n’y en a jamais eu. Ça, ça nous a sauvés », lance Glenn Castanheira, 35 ans, directeur général de Montréal centre-ville, société de développement commercial.

60 %

Augmentation des mises en chantier résidentielles entre 2019 et 2021

VENTES ET REVENTES DE CONDOS

350 au deuxième trimestre de 2020

1075 au deuxième trimestre de 2021

Et ce n’est pas fini. Autre signe que les affaires reprennent, les ventes de condos neufs et les reventes connaissent un fort rebond depuis un an et les mises en chantier augmentent dans le secteur, selon l’étude sur l’état du centre-ville.

Et aux habitants s’ajoute une armée de 120 000 étudiants, notamment de McGill et de Concordia.


PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, COLLABORATION SPÉCIALE | Glenn Castanheira, directeur général de Montréal centre-ville

ÉTUDIANTS EN PRÉSENTIEL

12 739 à l’automne 2020

114 267 à l’automne 2021

Les étudiants sont de retour à 90 %. C’est énorme. Un étudiant ne dépense pas autant qu’un PDG, mais il soutient de petits commerces. Il y a aussi un principe de base : people attract people.

Glenn Castanheira, directeur général de Montréal centre-ville

Le soir, le centre-ville est animé. « C’est plein de gens », ajoute Paul-André Goulet, qui habite dans le quartier. « Je pourrais vous nommer 50 villes aux États-Unis où c’est complètement mort. »

Un centre-ville qui se transforme

L’attrait du centre-ville sera également renforcé par la série de grands projets qui en feront un milieu de vie, de travail ou de destination plus attrayant qu’avant.

« Le centre-ville va être plus fort qu’avant. À mon avis, la pandémie a accéléré sa transformation. Ce qu’on aurait vu dans les dix prochaines années, on va la voir dans les trois prochaines années », affirme le directeur général de Montréal centre-ville, qui reconnaît avoir hérité de « bons coups », en particulier le réaménagement du square Phillips, le projet de l’avenue McGill College et la construction d’un nouvel édifice de HEC Montréal à côté de la basilique Saint-Patrick.


PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, COLLABORATION SPÉCIALE | Le chantier de la future station du REM, au coin de la rue Sainte-Catherine et de l’avenue McGill College

Le chantier de la rue Sainte-Catherine tire à sa fin. L’escalier monumental de la Place Ville Marie, connectant l’hôtel Le Reine Elizabeth à l’Université McGill, est ouvert. Sans oublier le grand magasin Holt Renfrew, dont les travaux ont été parachevés en avril 2020. Et il y a la future station du Réseau express métropolitain (REM), dont la mise en service est prévue en 2023.

« Les gens ont hâte »

Andreas Vecchio, 40 ans, possède la Caffetteria, un café-bar italien qu’il a ouvert en pleine pandémie, rue Stanley.

« Beaucoup d’amis m’ont approché en me disant qu’il n’y a pas de cafés au centre-ville. J’ai compris qu’il manquait de cafés italiens dans le marché », explique-t-il.


PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, COLLABORATION SPÉCIALE | Andreas Vecchio a ouvert la Caffetteria, rue Stanley, en pleine pandémie.

Je crois au centre-ville parce qu’il y a de plus en plus de résidants. Depuis le 15 août, avec l’ouverture des universités, c’est un succès. Il manque encore les bureaux. Mais on survit très bien avec les résidants du quartier et un peu les hôtels.

Andreas Vecchio, propriétaire de la Caffetteria

Quelques rues plus loin, Sandra Ferreira, 32 ans, a pris le relais de son père à la direction générale du groupe Ferreira.

« On croyait que les midis allaient être difficiles parce que les gens ne sont pas au bureau. Mais ce qu’on remarque, c’est que même les gens qui ne travaillent pas au bureau se donnent des rendez-vous au restaurant », dit-elle, assise au bar du Ferreira, qui se remplit à vue d’œil en ce jeudi midi.


PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, COLLABORATION SPÉCIALE | Sandra Ferreira, directrice des opérations du groupe Ferreira, constate que les clients sont de retour.

« L’achalandage de notre restaurant n’est pas représentatif de l’activité au centre-ville parce que c’est un point de rencontre, précise Sandra Ferreira. Mais c’est la preuve que les gens ont hâte de se retrouver. »

Tout n’est pas rose pour autant. Si le cœur du centre-ville recommence à battre, des commerces sont tombés au combat. Et d’autres mangent encore leur pain noir.

« La lumière se fait attendre, mais on voit bien qu’elle existe au bout du tunnel », résume Jean-Marc Fournier, PDG de l’Institut de développement urbain du Québec.

Le pari des différents partis

Que proposent les formations politiques de Montréal pour se porter au secours du centre-ville ?

Projet Montréal

Valérie Plante et son équipe promettent d’offrir le stationnement gratuit sur rue, en décembre, les soirs et les week-ends, pour attirer des clients durant le magasinage des Fêtes.

Ils s’engagent aussi à mieux encadrer et à accélérer les chantiers qui se multiplient au centre-ville, en permettant des travaux nuit et jour, sept jours sur sept, dans certains secteurs.


PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, COLLABORATION SPÉCIALE | Projet Montréal mise notamment sur l’aménagement de places publiques.

Une mesure que Paul-André Goulet, propriétaire de plusieurs Sports Experts, dont celui de la rue Sainte-Catherine Ouest, qualifie de « fausse promesse ». « Après 18 h, les prix des travaux vont doubler ou tripler, explique-t-il. Ça n’arrivera pas. C’est une fausse promesse. On n’aura pas les moyens, c’est impossible, financièrement, de se le permettre. »

Projet Montréal mise aussi sur la transformation de bureaux vacants en logements, sur la réalisation de parcs et sur l’aménagement de places publiques.

Ensemble Montréal

Ensemble Montréal et son chef Denis Coderre comptent étudier la mise en place de mesures fiscales pour aider les restaurateurs et les hôteliers.

Ils promettent de verser 10 millions aux Sociétés de développement commercial (SDC) et aux organismes communautaires du secteur pour les aider à améliorer la sécurité, la propreté et l’attractivité du centre-ville.


PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, COLLABORATION SPÉCIALE | Ensemble Montréal veut embellir les façades des immeubles et les vitrines des magasins du centre-ville.

Du côté de l’habitation, ils s’engagent également à créer de 10 000 à 20 000 logements à la Cité-du-Havre, et à développer un projet sur le site de l’ancienne gare d’autocars de Montréal, incluant des logements pour les étudiants, des logements sociaux et des bureaux. Le parti veut aussi simplifier le processus de conversion des tours de bureaux vieillissantes en logements et en commerces, en débloquant une enveloppe de 40 millions.

Le plan de ce parti mise aussi sur l’embellissement des façades du centre-ville et une tarification universelle pour les grands stationnements souterrains.

Mouvement Montréal

Le parti de Balarama Holness, Mouvement Montréal, s’engage à créer « un centre d’affaires qui répondrait aux besoins des petites et moyennes entreprises, notamment en rationalisant le processus de demande de licences d’exploitation et de terrasse ».

11 Likes

Excellent article qui nous donne beaucoup d’espoir. Et il est vrai qu’il y a de plus en plus de monde au centre-ville et avec l’arrivée prochaine de plusieurs autres citoyens alors ca ne pourra être que mieux.

Ce Costco à Montréal déménage pour être « plus gros et meilleur » et ça ouvre très bientôt (EDIT: ce matin ! :upside_down_face:)

Parce qu’au Costco, c’est JAMAIS assez gros!

Narcity.com | Ariane Fortin | 22 Octobre, 2021 01:27 PM

Certain.es Montréalais.es devront dévier de leurs habitudes, car l’entrepôt Costco d’Anjou déménage le 27 octobre prochain pour devenir encore « plus gros et meilleur ».

Passant de la rue Bombardier au site situé sur le boulevard des Sciences, cette succursale nouvellement bâtie proposera non seulement plus d’espace et de superficie aux client.es, mais aussi plus de produits.

Cette nouvelle localisation sera également dotée d’une station-service et d’un plus grand espace de stationnement pour accueillir plus de consommateur.trices.

Selon ce que Costco a mentionné à Narcity, le déménagement vers cette localisation permettra de créer 50 emplois supplémentaires.

Plusieurs postes sont d’ailleurs à combler à l’entrepôt d’Anjou présentement, dont représentant au marketing, commis de plusieurs départements ou même monteur de pneus.

Pour ce qui est du Costco actuel, il ne sera pas détruit, mais plutôt reconverti en Costco pour l’entreprise comme celui à Saint-Hubert.

Ce type de succursale a comme principale clientèle les petites moyennes entreprises et le monde de la restauration, mais tous les clients peuvent s’y rendre pour faire leurs provisions.

Ouverture nouvelle succursale Costco à Anjou

Quand : 27 octobre 2021

Adresse : 9401, boul. des Sciences, Anjou, QC


Des clients à la recherche de la PlayStation5

image

« Levez la main ceux qui sont ici pour la PlayStation », demande un employé. En une seconde, il réussit à en compter plusieurs dizaines. Il n’était pas encore 6 h 30 et pourtant des clients attendaient impatiemment d’entrer dans le tout nouvel entrepôt Costco à Anjou, qui a ouvert ses portes mercredi.

Publié le 27 octobre 2021 à 15h18 | NATHAËLLE MORISSETTE | LA PRESSE

Avec ses 155 733 pieds carrés — une superficie 20 fois plus grande que celle de l’ancien entrepôt Costco d’Anjou situé à environ quatre kilomètres de là — sa plus grande variété de produits biologiques, sa station-service, son nouveau service d’audioprothèses et ses items destinés aux entreprises, le magasin, dont la construction a commencé il y a quatre mois, a été qualifié de « meilleur entrepôt qu’il ait vu » par Gino Dorico, vice-président principal et directeur général de l’est du Canada de Costco.


PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE | Gino Dorico, vice-président principal et directeur général de l’est du Canada de Costco.

Mais en ce matin frisquet et venteux d’octobre, ce ne sont pas la diversité des produits ni l’espace de restauration plus grand qui ont fait courir les consommateurs. C’est plutôt la console de jeux PlayStation 5, quasi introuvable, qui a fait sortir les gens du lit.

« On ouvre, on a la console PS5, il n’y en a plus sur le marché. Les gens le savaient. La nouvelle a circulé. Les gens sont excités. Ils savent qu’on en a aujourd’hui… peut-être pour la première heure », mentionne en riant Martine Bouthillier, directrice générale du nouveau magasin d’Anjou, qui est arrivée sur place à 4 h 30 mercredi matin pour se préparer, avec 200 autres employés, à cette journée d’ouverture. Le magasin avait en stock 432 consoles et c’était le seul entrepôt Costco où les adeptes de jeux vidéo pouvaient s’en procurer. Prix affiché : 809 $

« Vous êtes venus pour la PlayStation ? » a-t-on demandé à deux jeunes hommes attendant en file l’ouverture du magasin. « On n’est pas là pour la mayo certain, a répondu l’un d’eux, également employé de l’entrepôt. Je vais retourner porter (mon achat) et je reviens travailler à 9 h. »


PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Plus de service aux entreprises

Par ailleurs, après avoir ouvert au Québec son premier Costco pour l’entreprise en septembre 2020, à Saint-Hubert, l’enseigne semble déterminée à reproduire ce concept, dont les produits en plus gros volumes sont essentiellement destinés aux restaurants, dépanneurs et bureaux de professionnels. C’est d’ailleurs la vocation qu’aura l’ancien Costco d’Anjou l’an prochain.

D’ici là, les restaurateurs pourront toujours venir faire leurs emplettes au nouvel entrepôt puisque l’on a décidé d’offrir plusieurs produits aux entreprises, a confirmé Martine Bouthillier. « On a mélangé notre offre avec des produits volumes, ça veut dire des items que les commerçants vont peut-être vouloir venir chercher. On est allé chercher une vingtaine de produits entreprise qu’on offre ici aussi. »

Des trancheuses à viandes, des fours à micro-ondes commerciaux ou encore des condiments comme la mayonnaise vendue en gros format ne sont que quelques exemples des produits offerts dans le nouvel établissement qui compte un total de 467 employés.

« Je pense qu’il y a beaucoup d’opportunités dans le coin, soutient M. Dorico, en faisant référence au concept pour entreprises. On a beaucoup de succès à l’entrepôt à Saint-Hubert. Eux desservent beaucoup le centre-ville. On pense prendre le marché plus au nord. »


PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE | Gino Dorico et la directrice générale Martine Bouthillier coupent le ruban signifiant l’ouverture officielle de l’entrepôt

En plus de celui d’Anjou, Costco a l’intention d’ouvrir un troisième entrepôt pour entreprise dans la grande région de Toronto. « Il y a de bonnes chances que dans quelques années, on soit rendus à trois dans la grande région de Montréal », affirme Gino Dorico.

Concernant les magasins plus « classiques », M. Dorico confirme qu’il y aura « au moins 4 ou 5 nouveaux entrepôts d’ici deux à quatre ans » au Québec, notamment dans la région de Laval ainsi qu’à Pointe-Claire.

1 Like

Une firme d’évaluation a calculé le taux d’innocupation de plusieurs rues commerciales au Québec:

Les résultats pour Montréal:

LES ARTÈRES COMMERCIALES DE MONTRÉAL EN 2021

  • Moyenne du taux d’inoccupation : 4,3 %
  • Rue Ontario Est : 4,0 %
  • Avenue du Mont-Royal : 2,9 %
  • Boulevard Saint-Laurent : 3,7 %
  • Avenue Saint-Viateur : 3,6 %
  • Rue Saint-Denis : 10,6 %
  • Rue Masson : 0,8 %
  • Plaza St-Hubert : 6,5 %
  • Rue Fleury : 3,1 %
  • Chemin de la Côte-des-Neiges : 4,3 %
  • Rue Monkland : 4,9 %
  • Rue Jarry Est : 0,0 %
  • Rue Jean-Talon Ouest : 3,3 %
  • Rue Jean-Talon Est : 4,5 %
  • Boulevard Newman : 2,4 %
  • Boulevard Maurice-Duplessis : 5,9 %

Source : Côté Mercier Conseil Immobilier

7 Likes

Speaking of Jarry Est, une succursale de la SQDC va bientôt ouvrir au coin Lajeunesse, en face de la SAQ et du métro, dans les anciens locaux de la Taverne Jarry, qui avait passé au feu.

4 Likes

Bien que ce terrain se situe à Saint-Bruno-de-Montarville (Agglomération de Longueuil), il sera intéressant de savoir ce qui y sera éventuellement construit. :upside_down_face:

Le développement représente un investissement de près de 400 M$. Le début de la construction des bâtiments industriels totalisant 1,6 M de pieds carrés est prévue en 2022.

Saint-Bruno-de-Montarville: un terrain industriel de 4,3 millions de pieds carrés pour Montoni

Agence QMI | Publié le 24 novembre 2021 à 11:18


Photo courtoisie

Le promoteur Montoni a annoncé mercredi l’acquisition d’un terrain de 4,3 millions de pieds carrés dans l’Écoparc industriel de Saint-Bruno-de-Montarville, sur la Rive-Sud.

L’investissement conclu en association avec le gestionnaire de fonds Alberta Investment management Corporation et un autre régime de retraite institutionnel permettra de consolider L’offre de terrains industriels à la périphérie de Montréal.

La construction des bâtiments industriels totalisant 1,6 million de pieds carrés débutera en 2022 pour un développement qui représente un investissement de près de 400 millions $.

Le choix du site n’est pas fortuit, puisque le projet sera érigé près de l’autoroute 30 et la route 116, deux axes routiers importants dans la chaîne logistique en Amérique du Nord.

Avec ses deux partenaires, le groupe Montoni compte par son investissement participer au développement durable de la municipalité de Saint-Bruno.

«Nous sommes reconnaissants d’avoir l’opportunité de participer au développement de Saint-Bruno-de-Montarville. Fidèle à nos pratiques, le développement sera qualitatif et respectueux du milieu dans lequel nous nous établissons», a indiqué par communiqué Dario Montoni, président du groupe Montoni.

«La logistique demeure un secteur primordial pour AIMCo et c’est avec enthousiasme que nous nous associons à un développeur de premier plan qui partage notre engagement envers les meilleures pratiques sur le plan environnemental», a mentionné Tony Vadacchino, un des vice-présidents d’AIMCo.

«La Ville entrevoit avec optimisme la réalisation de projets industriels structurants de prestige. Ceux-ci contribueront à créer un milieu de vie stimulant, qui respecte l’environnement, tout en valorisant des activités industrielles à haute valeur ajoutée, de recherche et de développement, de centres de logistique et de sièges sociaux», a réagi de son côté Ludovic Grisé Farand, maire de Saint-Bruno-de-Montarville.

Communiqué de presse complet: :point_down:

1 Like

C’est pas le terrain où devait s’installer QScale, la compagnie qui allait investir des milliards dans un centre de traitement de données?

1 Like

C’était peut-être le terrain plus prêt de la 30 pour Qscale ?

1 Like

T&T s’installe finalement à Montréal

4 Likes

It’s about time!

I wonder where they will be located :thinking:

T&T is owned by Loblaws.
If they still own their old Provigo location right off the 40 at Sainte-Croix in VSL, my guess would be there.

I doubt they’d go downtown, but maybe Griffintown.

Dans le groupe FB subtle asian montreal
image

Personally I go to Newon at the Faubourg Sainte-Catherine if I need anything from an asian market. It’s about the same distance walk from where I live to Chinatown, but it’s a bit cheaper than the stores in Chinatown and the veggies are fresher. Chinatown is convenient when I work at the office. I stop there on my way home.

4 Likes

Article sur cette arrivée au Québec, paru dans La Presse ce matin (j’y ai inséré un clip dans lequel où on y voit la petite-fille de la fondatrice de la chaîne d’épicerie nous présentant T&T dans un très bon francais :blush:):

Loblaw amène ses épiceries asiatiques au Québec


PHOTO DWAYNE BROWN, FOURNIE PAR LOBLAW | Supermarché T&T

Il y aura du nouveau dans le paysage alimentaire du Québec. Loblaw amènera sa chaîne de supermarchés asiatiques, appelée T&T, dans la région de Montréal.

Publié le 3 décembre 2021 à 7h30 | MARIE-EVE FOURNIER | LA PRESSE

On ne sait pas à quel endroit ni à quel moment exactement, mais ces informations ne sauraient tarder. Car le recrutement des 300 employés et des fournisseurs est déjà commencé.

L’enseigne T&T Supermarchés est en quelque sorte l’équivalent asiatique d’Adonis, cette enseigne moyen-orientale détenue par Metro. On y vend beaucoup de fruits et légumes frais, des poissons et des coupes de viandes qu’on ne trouverait pas chez Provigo. Mais aussi du prêt-à-manger, des faux cils, de la teinture à cheveux et toutes sortes de choses vendues dans les pharmacies du Quartier chinois.


PHOTO FOURNIE PAR LOBLAW | Chez T&T, on vend beaucoup de fruits et légumes frais, des poissons et des coupes de viandes qu’on ne trouverait pas chez Provigo.

Inconnue ici, T&T est néanmoins la plus importante chaîne d’épiceries asiatiques au pays, avec 13 succursales en Colombie-Britannique, 6 en Alberta et 10 en Ontario. Loblaw a mis la main dessus en 2009. À l’époque, elle regroupait 17 magasins dans ces trois mêmes provinces. C’est donc la première fois que Loblaw amène cette enseigne dans un tout nouveau marché. Et il est déjà prévu d’en ouvrir plusieurs », m’a écrit Richard Dufresne, chef de la direction financière de Loblaw.

Pour la petite histoire, T&T a été fondée en Colombie-Britannique en 1993 par Cindy Lee, une immigrante chinoise. Le nom qu’elle a choisi fait notamment référence à ses deux filles, Tina et Tiffany. La famille est encore aux commandes, Tina lui ayant succédé en 2014.

On pourrait même dire que la troisième génération est impliquée dans l’expansion au Québec. Puisque la fille de Tina, Kira, qui n’a que 9 ans, a enregistré une sympathique vidéo – dans un excellent français – pour présenter aux Québécois les magasins créés par sa grand-mère. On y voit des clients qui tentent d’attraper des crustacés vivants dans de gros bacs remplis d’eau.

Petite anecdote au sujet de ces aquariums : ils contiennent autant d’eau que la piscine dans votre cour. Ce qui illustre bien l’importance des poissons et des fruits de mer dans l’offre de produits.



PHOTO FOURNIE PAR LOBLAW | Tina Lee, cheffe de la direction de T&T

Jointe par vidéoconférence, Tina Lee m’a raconté que c’était le Québécois Robert Sawyer qui lui avait donné « le courage et la bravoure » et même « la poussée dans le dos » pour s’attaquer au marché québécois. Chef de l’exploitation de Loblaw depuis le printemps dernier, M. Sawyer a travaillé pour Metro et c’est lui qui dirigeait Rona lors de son acquisition par le géant américain Lowe’s.

« On a visité un magasin T&T et il y a adoré le concept. Il m’a dit “Tina, tu dois venir au Québec.” J’ai toujours eu des hésitations. Mais l’été dernier, il m’a fait visiter Montréal pendant toute une journée et m’a dit que mon concept n’allait pas seulement intéresser les Chinois parce que c’est une ville où les habitants aiment toutes sortes d’aliments. »

Au cours de cette tournée, Tina Lee a découvert quelques endroits dans l’île de Montréal, notamment l’arrondissement de Saint-Laurent et le Quartier chinois, ainsi que Brossard, sur la Rive-Sud. Cela donne peut-être des indices sur le futur emplacement…

Évidemment, la communauté asiatique est bien moins importante à Montréal qu’à Toronto ou à Vancouver. Mais la dirigeante de T&T ne semble pas trop s’en inquiéter. Le concept ratisse plus large. À Ottawa, par exemple, environ 75 % des clients sont issus des minorités visibles et cette proportion diminue au fil du temps.

Le magasin attire par ailleurs son lot de voitures immatriculées au Québec et d’adeptes montréalais. « Ils viennent en autobus tous les samedis de l’été faire des provisions, une glacière entre les jambes ! »


PHOTO FOURNIE PAR LOBLAW | Supermarché T&T. Il est possible de manger sur place les mets et les pâtisseries cuisinés par le personnel.

Le magasin de Montréal ne sera donc pas plus petit que les autres de la chaîne (40 000 pi⁠2 en moyenne). Il doit ouvrir « dans 12 à 24 mois », compte tenu du temps requis pour le recrutement et de la formation. C’est quelque chose auquel on ne pense pas, mais les gestionnaires devront passer « au moins 12 mois » à Ottawa ou à Toronto pour tout apprendre. Les magasins T&T « sont assez compliqués à administrer », notamment à cause des produits de la mer, mais aussi de toute la nourriture qui est préparée sur place.


Dans un marché saturé comme celui du Québec, l’idée de Loblaw de miser sur un concept de supermarché spécialisé est intéressante. Cependant, un bon nombre d’épiceries asiatiques indépendantes se disputent déjà les clients.

« C’est une approche intrigante », juge Sylvain Charlebois, professeur titulaire à la Faculté de gestion et d’agriculture de l’Université Dalhousie, en Nouvelle-Écosse. Je ne sais pas si ça va marcher. »

Jusqu’ici, on ne peut pas dire que Loblaw a particulièrement brillé à comprendre le consommateur québécois. L’entreprise a échoué à faire d’un succès la chaîne Loblaws. Dès 2009, des conversions en Maxi s’étaient imposées. En 2013, les Loblaws qui restaient ont commencé à être transformés en Provigo Le Marché, avec de spectaculaires planchers orange et l’ambition de présenter la nourriture de façon théâtrale.

Mais le changement de nom et de look ne semble pas avoir suffi. L’an dernier, Loblaw a mis ses 22 Provigo à vendre pour les transformer en franchises. Un propriétaire impliqué dans sa communauté réussit mieux, avait-on justifié. Vantée par Martin Matte, la marque Maxi brille davantage.

Difficile de prédire si T&T aura le succès escompté au Québec. Mais Loblaw dispose d’un atout de taille : l’expertise d’une cheffe de la direction qui connaît parfaitement la clientèle asiatique.

6 Likes

Si ils décident d’installer une succursale sur la rive-sud, il y aura une chaude lutte entre les épiceries asiatique déjà implantés depuis longtemp.

clairement il y a de la place pour 2 succursales, à Brossard et à Saint-Laurent.

1 Like

ou dans l’est!
Le Kim Phat sur Jarry est toujours archi plein!

2 Likes

Pas besoin d’être chinois pour apprécier la nourriture asiatique. Le Québec étant friand de bonne bouffe, je suis convaincu que cette chaine aura beaucoup de succès. Personnellement j’adore toutes ces saveurs exotiques qui n’ont rien à voir avec les ordinaires mets chinois nord-américains sans aucune finesse.

En fait depuis que j’habite dans Charlevoix je suis en sérieux manque de cuisines internationales. Bien sûr la cuisine régionale est excellente mais demeure dans un registre prévisible. Autrement il faut aller à Québec pour s’exciter les papilles et ce n’est pas toujours évident. Alors je continue d’espérer l’ouverture à Baie St-Paul d’un bon indien, thailandais, chinois, vietnamien ou autre, pour pouvoir vraiment enfin voyager par mon assiette. :plate_with_cutlery:

3 Likes