Migration et Immigration - Discussion générale

Je pense que l’immigration est un bon processus pour l’économie.

2 Likes

Bienvenue sur le forum!

Bien sur que l’immigration est excellente pour l’économie!!! L’immigration, c’est win-win pour tout le monde! Le Québec y gagne grâce à l’apport de ses immigrants dans l’économie, grâce à leur expertise, grâce aux familles qu’ils/elles fondent ici, et juste grâce à l’ouverture sur le monde que ça nous apporte. On ne serait pas le Québec sans eux.

Les gens qui immigrent ici gagnent aussi, parce que le Québec, de par ses institutions et sa stabilité, permet à ses habitants de se dépasser, de se réaliser et de vivre dans l’un des plus beaux endroit au monde! Ici, on ne manque pas d’eau, on est loin des guerres, on a un capital naturel incroyable, et surtout, un filet social qui permet à tout le monde d’avoir des chances égales.

Le Québec est en constante évolution, et beaucoup de choses restent à changer, mais grâce aux immigrants, je ne vois que du positif.

5 Likes

Pour la 1re fois depuis des dizaines d’années, il y a eu plus d’Ontariens qui ont migré vers le Québec que le contraire!

For first time on record, more Ontarians moved to Quebec than the reverse in 2021

ERIC ANDREW-GEE
PUBLISHED APRIL 8, 2022


Remote work and affordable housing seem to be driving the shift in the short run, analysts suggest, as Ontario office workers packed up their laptops and sought cheaper pastures.RYAN REMIORZ/THE CANADIAN PRESS

The caravan of moving trucks heading west on Highway 401 has been a symbol of the long-term decline of Montreal and the rise of Toronto for more than 50 years.

Hundreds of thousands Quebeckers have left the province for Ontario and its booming metropolis since the 1970s, often leaving behind a sense of diminished horizons for anglophones amid a rising nationalist movement.

Last year, though, for the first time on record, the trend was reversed: more Ontario residents moved to Quebec than the other way around, according to Statistics Canada.

Remote work and affordable housing seem to be driving the shift in the short run, analysts suggest, as Ontario office workers packed up their laptops and sought cheaper pastures.

But some observers also see deeper forces at work, as Quebec’s economy catches up with its neighbour’s, political passions cool, and anglophones adapt to a province where French is predominant.

It’s no wonder the demographic bleeding has stopped, given the wealth of jobs and relative social peace of contemporary Montreal, said Mario Polèse, emeritus professor of urban and regional economy at the Institut national de la recherche scientifique.

“It was a long period of political turbulence and economic turbulence,” he said. “But we’re back to normalcy.”

Net interprovincial migration between Quebec and Ontario

For the first time in fifty years, more people moved from Ontario to Quebec than the other way around

image
THE GLOBE AND MAIL, SOURCE: STATISTICS CANADA

There is no modern precedent for Ontario losing population to Quebec over a calendar year, said Marc Desormeaux, a Scotiabank senior economist who recently published a research paper noting the phenomenon. Federal government began collecting data on interprovincial migration in 1971, which is when historians say the exodus from Quebec picked up steam.

The October Crisis of the previous year, in which separatist terrorists abducted and murdered a provincial cabinet minister, Pierre Laporte, raised fears of a wider insurrection. Toronto, for its part, was growing fast – construction started on the CN Tower two years later.

The flight to Ontario peaked after René Lévesque and the sovereigntist Parti Québécois were elected in 1976. In the two years after the PQ passed its landmark language legislation, Bill 101, Quebec lost more than 50,000 residents to its neighbour, on net, along with corporate headquarters such as those of Sun Life. Other surges of outmigration followed independence referendums in 1980 and 1995.

“Most of my close friends all moved,” said Jack Jedwab, president of the Montreal-based Association for Canadian Studies. “I look back at my wedding, the five groomsmen, three out of five left.”

But something has changed, Mr. Jedwab said. Despite simmering linguistic tension in the political sphere, most English speakers got used to living in a place where French is the official language. Even the debate around Bill 96, Premier François Legault’s effort to strengthen the place of French in business and education, has not prompted a major new wave of departures.

“A lot of the anglophones in Quebec who haven’t left are saying, ‘I’ve weathered this thing,’ and they’ve adjusted to the political currents,” he said.

In Ontario, the COVID-19 pandemic has prompted relocations to cheaper housing markets. More than 100,000 residents moved to other parts of the country in 2021, the most in 40 years, Scotiabank reported.

The skyrocketing cost of homes in the Toronto area, and the possibility of remote work, are likely factors. “It stands to reason that some people would work remotely in more affordable provinces,” Mr. Desormeaux said.

Oshan Starreveld, 25, moved from Hamilton, Ont., to Montreal last September because she and her partner have tech jobs that allow them to work from anywhere with a WiFi connection. That means she can earn a living despite her limited French and take advantage of lower housing prices.

“You can actually buy a house here eventually, and it’s not a million dollars, and you can have a future,” she said.

Not every Ontario transplant is putting down deep roots. After gaining residents from Ontario in the first two quarters of 2021, Quebec lost some of those back in the second half of the year. The province’s net gain for 12 months was a mere 787 Ontarians.

Still, some newcomers liked their new surroundings more than they expected. Robert Miles moved to Montreal from Toronto last fall and leased a furnished apartment – not necessarily a sign of commitment – but he said the city has got its hooks in him. “The outdoor activities, the work-life balance, the way people interact, the culture,” he said. “A lot of people, I think, are testing it out.”

Even if some remote workers blow back to Ontario on the wind of office mandates, another group is likelier to stay. Some members of the recent Ontario diaspora are Quebec anglophones who left for career reasons but are returning to spend their later years in a place they love.

The photographer Geoffrey James is one of them. He was born in the U.K., and moved to Montreal in 1966 to work as a journalist. He was there with the Canadian edition of Time magazine during era-defining events like Expo 67, when the city was the toast of the world. But the place changed after the October Crisis, he said, and in 1975, he took a job in Ottawa.

After another stint in Montreal, work pulled him and his wife to Toronto in the mid-1990s, around the time of the second referendum. “Everybody thought we were refugees,” he said. He could see how much the city benefited from the arrival of disaffected Quebec anglophones and their employers. “It’s a sort of Toronto joke that they should have a statue of René Lévesque in Nathan Phillips Square for making Toronto the city it was,” he said.

But he missed people saying “bonjour” on the street, the sense of style, Gaspé seafood at the Jean-Talon Market, state support for the arts, the deep sense of urban history. “We missed the city – we missed being here.”

So last year, he and his wife bought a condo in Montreal. They have been splitting their time between the cities while they move, adding another U-Haul to the procession.

3 Likes

Je ne suis pas du tout surpris.

Je travaille dans un startup manufacturier (un que je vois souvent discuté dans les articles sur le forum) et nous avons engagé environs 200 personnes, dont presque la moitié viennent d’autres provinces et de cette moitié, la moitié viennent de l’Ontario.

Oui, la plupart sont venu spécifiquement pour avoir la chance de travailler dans ce domaine, mais ils disent tous aussi que la prix du logement ici a grandement influencé leur décision. Un de mes collègue dans mon équipe a déménagé de CB et a pris un réduction de salaire d’environ 30%, mais a pu acheter un maison de ville à Verdun avec ce salaire tandis qu’avant il pouvait juste payer un 3 1/2 d’environ 650pi^2.

Selon moi, ceci est la force de Montréal. On devrait tout faire pour garder le prix du logement bas en bâtir le plus possible pour encourager des compagnies de déménager dans le Grand Montréal (ou Trois-Rivières/Québec) car ils n’ont pas besoin de payer des salaires ridicules pour donner une bonne qualité de vie a leur employés!

7 Likes

C’est effectivement un créneau que le gouvernement doit exploité sans limite. Les prix avantageux de l’Immobilier en parfaite harmonisation avec le manque de main d’œuvre dans la plupart des domaines font en sorte que le Québec en général et Montréal en particulier deviennent de plus en plus attractifs.

Je ramène à nouveaux l’idée de renforcer la position de Québec comme deuxième pôle d’immigration au Québec. Ça lui permettra d’augmenter son influence dans la sphère politique canadienne. Au niveau national, le poids démographique de Montréal et Québec en font des joueurs majeurs sur la sphère politique et nous permet de nous assurer que nos considérations urbaines soient prises en compte par les gouvernements futurs. C’est beaucoup plus difficile de lancer une plateforme anti-Montreal ou de simplement ignorer ses demandes si ses enjeux affectent aussi la capitale par exemple.

2 Likes

Un long article de Francis Vailles dans La Presse qui parle de l’auto-financement des universités grâce aux étudiantes et étudiants étrangers

image

2 Likes

Un reportage au Téléjournal 18h sur la migration des Ontariens vers le Québec

2 Likes

le problème du Québec c’est que à l’étranger fait une mauvaise publicité, le Québec cherche des diplômés, des ingénieurs, médecins, pharmaciens, etc une fois ces nouveaux arrivés sont au Québec ils font face à une paperasserie et une bureaucratie insupportable. toutes leurs études est a refaire et ca décourage ce beau monde accepté

Je connais plusieurs familles algériennes qui sont venues au QC puis ils sont repartis en Algérie ou en France

C’est bien de voir ce genre de reportage. Et c’est encore mieux de voir des ontariens anglophones venir s’installer ici et vouloir participer, à leur façon, à la vie social et culturelle québécoise. Je leur souhaite beaucoup de succès et j’espère que le nombre va augmenter. D’ailleurs, j’aimerais bien qu’il existe éventuellement un endroit (un bar ou resto) ou une certaine communauté ontarienne se rassemblerait. Disons un café qui s’appellerait ‘‘Le petit Toronto’’ !!!

Le Québec accueillera un record de plus de 100 000 immigrants en 2022

Environ 70 000 immigrants permanents seront reçus au Québec en 2022, une hausse de plus de 50 % par rapport à 2021.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Gérald Fillion (accéder à la page de l’auteur)Gérald Fillion

Gérald Fillion

à 4 h 00

Le Québec va accueillir plus de 100 000 immigrants permanents, irréguliers et temporaires en 2022, un nombre record. De ce nombre, environ 70 000 immigrants permanents seront reçus, une hausse de plus de 50 % par rapport à 2021 en raison du rattrapage que le gouvernement Legault effectue pour compenser la baisse du nombre d’immigrants durant la pandémie.

Aux 70 000 immigrants réguliers accueillis cette année, Québec permet également l’accueil d’un nombre grandissant de travailleurs étrangers temporaires. Depuis 2017, ce nombre est en hausse d’environ 80 %. On est passé de près de 18 000 travailleurs étrangers temporaires en 2017 à environ 33 000 qui ont été autorisés en 2019 et 2020, avec une tendance semblable en 2021 et 2022.

À ces arrivées régulières et encadrées s’ajoutent aussi les demandeurs d’asile. Au cours des trois premiers mois de 2022, on signale plus de 7000 interceptions à la frontière québécoise, au chemin Roxham de Saint-Bernard-de-Lacolle, de personnes qui passent la frontière de façon irrégulière et qui demandent refuge.

Le gouvernement Legault s’attend, au rythme actuel, à l’arrivée de 30 000 à 35 000 personnes par le chemin Roxham cette année.

Fermer le chemin Roxham : une image simpliste

Québec demande au gouvernement fédéral de « fermer le chemin Roxham ». C’est une image simpliste, que les politiciens aiment bien utiliser pour tenter de frapper l’imaginaire dans la population. Dans les faits, la demande est beaucoup plus complexe et implique à la fois le gouvernement Trudeau à Ottawa et l’administration Biden à Washington.

Québec s’attend, au rythme actuel, à l’arrivée de 30 000 à 35 000 personnes par le chemin Roxham en 2022.

Photo : Radio-Canada / Romain Schué

Ce qui est en cause, c’est l’entente sur les tiers pays sûrs entre le Canada et les États-Unis, qui se reconnaissent mutuellement comme étant des pays d’accueil, de refuge, où les gens peuvent demander l’asile et la protection. Donc, une personne qui est en sol américain et qui veut demander l’asile au Canada ne peut pas emprunter un chemin régulier, celui de la douane. Elle doit passer par un chemin irrégulier et demander refuge auprès des autorités.

C’est ainsi que s’est formé, avec le temps, un passage informel qui est celui du chemin Roxham, facile d’accès entre l’État de New York et le Québec. Avec le temps, et le nombre de personnes qui empruntaient ce chemin, la GRC y a installé un poste pour formaliser l’accueil et encadrer ce mouvement migratoire.

Alors, vous comprenez que l’image qui est celle de fermer physiquement le chemin Roxham, d’y installer une clôture comme l’évoquait l’ancien chef du Parti québécois Jean-François Lisée en 2018 est particulièrement simpliste. Fermer un chemin, c’est en ouvrir des milliers d’autres. Autrement, il faudrait appeler, comme Donald Trump, à la construction d’un mur, immense, d’un bout à l’autre du pays.

C’est l’entente entre le Canada et les États-Unis qui doit être revue et le gouvernement Trudeau dit être en train de négocier cela avec l’administration américaine.

En attendant, la proposition du ministre Jean Boulet d’assurer un transfert ailleurs au Canada de personnes qui passent de façon irrégulière au chemin Roxham est probablement la plus appropriée dans les circonstances.

Les passages irréguliers se font pratiquement tous au chemin Roxham alors que les demandeurs d’asile se trouvent pour la plupart dans l’est des États-Unis, surtout à New York ou en Floride. L’accès à la frontière entre l’État de New York et le Québec est facile, en plusieurs endroits.

À lire aussi :

Des immigrants pour atténuer la pénurie de main-d’œuvre

Le gouvernement de François Legault semble comprendre que le Québec a besoin d’immigrants. Dans les débats en Chambre, le premier ministre accuse les libéraux de ne compter que sur l’immigration pour atténuer la pénurie de main-d’œuvre, sans tenir compte de leur intégration et de leur connaissance du français.

Mais, dans les faits, le gouvernement Legault a décidé d’accueillir un nombre record d’immigrants sur le territoire du Québec en 2022. Ces immigrants font partie des nombreuses solutions à mettre en œuvre pour tenter de réduire la pression économique que cause le manque de main-d’œuvre.

D’abord, Québec a décidé de rattraper le manque à gagner provoqué par la pandémie, qui est venue ralentir les mouvements de population. Le Québec a accueilli un peu plus de 40 000 immigrants en 2019, puis 25 000 en 2020, avant de remonter à plus de 40 000 en 2021.

En 2022, le Québec accueillera un nombre record d’environ 70 000 immigrants.

Par ailleurs, après avoir abaissé la cible d’accueil à 40 000 immigrants à son arrivée au pouvoir, François Legault a annoncé qu’il allait porter ce nombre à 50 000 par année, une hausse de 20 à 25 %. Il a indiqué qu’il voulait plafonner ce nombre à 50 000.

Le gouvernement de François Legault a aussi choisi d’augmenter de façon marquée le nombre de travailleurs immigrants étrangers temporaires en sol québécois. Au rythme actuel, le Québec en accueillera plus de 30 000 cette année, s’approchant ou dépassant, on verra bien, le record établi dans les dernières années.

Fin 2021, une entente a été conclue avec le gouvernement fédéral pour faire venir plus d’immigrants temporaires dans des emplois à plus bas salaire. De plus, les entreprises peuvent embaucher autant qu’elles le souhaitent des travailleurs temporaires pour des professions peu spécialisées. Et il y a davantage de professions qui n’ont plus besoin de passer par un affichage.

Gérald Fillion

Gérald Fillion (accéder à la page de l’auteur)

3 Likes

La promesse électoraliste a pas fait long feu. Si j’avais voté CAQ pour son discours sur l’immigration je me serais senti insulté.

Mais Legault est tellement un « dieu » actuellement au Québec que cela aura très peu d’incidence sur sa popularité. Le PLQ aurait jamais pu faire ça sans que la province s’embrase.

1 Like

J’ai envi de dire que c’est mieux comme ça sachant que l’alternative pour les voteurs de la CAQ qui sont anti-immigrants est le clown Duhaime… Quoique s’il gaspillait leur vote pour Duhaime ça pourrait pencher la balance contre la CAQ :thinking:

Je ne crois pas du tout que les voteurs de la CAQ soit anti-immigrants, pas une seconde. Par contre certains peuvent trouver que le Québec n’a pas les capacités de trop en recevoir, ce qui est aussi défendable. De plus, le gouvernement avait abaissé le nombre de 50 000 à 40 000 si je ne m’abuse. 40 000 ce n’est pas rien. Et si les voteurs étaient contre alors ca aurait été 0 comme zero!

Maintenant que la pénurie de main d’œuvre nous frappe de plein fouet avec une économie qui carbure au max, le gouvernement décide de régler une partie du problème en haussant le nombre d’immigrants, ce que ses voteurs, pour la vaste majorité, vont tout à fait comprendre. C’est du pratico-pratique!

1 Like

“les voteurs de la CAQ qui sont anti-immigrants”. J’ai bien spécifié et ils existent, je n’ai pas dit tout les voteurs de la CAQ.

Et puis la CAQ c’est un beau parti de vieille garde.

Immigration Direction les régions

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Pour réussir l’intégration des nouveaux arrivants au Québec, favoriser leur établissement en région est mis de l’avant afin d’inciter les néo-Québécois à s’installer hors des grands centres urbains comme Montréal.

(Québec) Surprise ! Ou pas. À quelques mois des élections, le thème de l’immigration – qui suscite invariablement les passions – revient au cœur des débats. Si les partis ne s’entendent pas sur le seuil annuel d’immigrants que le Québec doit accueillir, un consensus émerge : il faut favoriser leur établissement en région. Plus facile à dire qu’à faire ? La Presse fait le point.

Publié à 5h00

Partager

Hugo Pilon-Larose

Hugo Pilon-Larose La Presse

La CAQ change de cap

Au soulagement des groupes économiques, qui réclament plus d’immigrants face à la pénurie de main-d’œuvre, la Coalition avenir Québec (CAQ) ne recycle pas son slogan de 2018, où elle disait qu’il fallait « en prendre moins, mais en prendre soin ». En route vers les élections du 3 octobre, le ministre de l’Immigration, Jean Boulet, met désormais le cap sur leur régionalisation. Mais les défis pour y parvenir, tout comme les besoins sur le terrain, sont colossaux.

Pour la CAQ, il s’agit d’un changement de ton. À son arrivée au pouvoir, il y a bientôt quatre ans, le gouvernement Legault avait baissé le seuil d’immigration, malgré les besoins du marché de l’emploi, à environ 40 000 personnes. Ce nombre a par la suite progressivement augmenté pour revenir en 2022 à ce qu’il était sous le précédent gouvernement, soit près de 50 000.

PHOTO ERICK LABBÉ, ARCHIVES LE SOLEIL

Jean Boulet, ministre de l’Immigration du Québec

L’immigration est une des solutions pour assurer la vitalité du français et répondre à notre besoin de main-d’œuvre. Pour que l’intégration soit réussie, ça passe par les régions et le français. Ces deux éléments sont totalement indissociables.

Jean Boulet, ministre de l’Immigration du Québec

L’enjeu de l’immigration sera débattu lors du congrès national de la CAQ, à Drummondville, à la fin du mois de mai.

Cette orientation, remise au premier plan par le gouvernement Legault, est également une orientation de longue date du ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration. Selon les plus récentes données disponibles, incluses dans le dernier rapport de gestion du Ministère, 23 % des personnes immigrantes admises au Québec en 2020-2021 se destinaient lors de leur arrivée hors des régions administratives de Laval, de la Montérégie et de Montréal.

Or, l’atteinte de ce résultat, qui dépasse légèrement la cible fixée, cache une réalité beaucoup plus difficile sur le terrain, affirme Eva Lopez, directrice générale de l’organisme Intégration communautaire des immigrants (ICI), à Thetford Mines. « On est en train de l’échapper. Si on ne fait pas les choses de la bonne manière, on va perdre une main-d’œuvre qui a coûté très cher à recruter », prévient-elle.

Les gens ne sont pas juste des machines à faire rouler l’économie. Ce sont des humains qui viennent ici, qui ont un deuil énorme à faire, parce qu’ils se séparent de leur famille et qu’ils déménagent à des milliers de kilomètres de distance.

Eva Lopez, directrice générale de l’organisme Intégration communautaire des immigrants (ICI), à Thetford Mines

Le difficile recrutement

Pour Mme Lopez, les enjeux pour intégrer les immigrants dans les régions commencent dès leur recrutement à l’étranger, où les entreprises sollicitent désormais elles-mêmes des travailleurs. Le ministère de l’Immigration du Québec accorde même plus de points à ceux qui postulent au Programme régulier des travailleurs qualifiés (soit les immigrants économiques, que le Québec sélectionne en vertu de l’Accord Québec-Canada de 1991) et qui présentent une offre d’emploi valide hors de la Communauté métropolitaine de Montréal.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Les travailleurs étrangers temporaires sont très présents dans le secteur agricole du Québec.

Une nouvelle voie d’accès, historiquement utilisée pour le secteur agricole, a également pris de l’ampleur dans d’autres secteurs d’emploi. Selon les chiffres colligés par Québec, le nombre de titulaires de permis au Programme des travailleurs étrangers temporaires a explosé depuis quelques années, passant de 12 205 en 2016 à 30 480 en 2021. Ces immigrants, qui n’ont pas la résidence permanente, viennent ici avec un visa de courte à moyenne durée.

Mais que ce soit pour les immigrants permanents ou les travailleurs temporaires, la directrice de l’organisme ICI estime qu’on leur explique mal la réalité régionale du Québec, avec son transport collectif interurbain déficient et les centaines de kilomètres qui séparent parfois les communautés. Et quand on leur parle de « villes », alors que des municipalités ont à peine 25 000 habitants (l’équivalent d’un quartier dans les grandes villes où on les recrute), le ressortissant étranger est interloqué à son arrivée.

Les contrats que signent les travailleurs ne sont d’ailleurs pas toujours traduits dans leur langue, déplore également Eva Lopez. « Les gens signent avec un enthousiasme incroyable, mais quand ils arrivent ici, c’est le choc. […] On leur a dit qu’ils vont gagner 20 $ l’heure, sans leur expliquer les déductions à la source. Finalement, c’est plutôt 17 $ l’heure », ce qui pose problème quand le budget n’a pas été élaboré en conséquence.

Un autre défi majeur s’ajoute à la liste : l’accès souvent difficile aux services. La pénurie de places dans les garderies, les classes d’accueil en francisation qui sont parfois inexistantes pour les enfants dans les écoles et la difficulté à se trouver un logement abordable sont des variables concrètes qui limitent encore à ce jour ce que certains appellent la « capacité d’accueil » du Québec en matière d’immigration.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Nancy Labbé, directrice générale de la Chambre de commerce et d’industrie Nouvelle-Beauce, accueille un groupe d’immigrants venus de Montréal, lors d’une activité de recrutement, à Scott, dans la MRC de La Nouvelle-Beauce, en juin 2018.

Donner l’heure juste

Jacques Demers, qui cumule les fonctions de maire de Sainte-Catherine-de-Hatley, de préfet de la MRC de Memphrémagog et de président de la Fédération québécoise des municipalités (FQM), reconnaît que les régions n’ont pas « un très beau bulletin » en rétention des immigrants à long terme. Les leaders des régions souhaitent y remédier.

Il ne faut pas se leurrer. Quand on parle aux immigrants, il faut leur donner l’heure juste. Et l’heure des régions ne doit pas venir de Québec ou de Montréal, mais vraiment de nos territoires qui offrent des milieux de vie très différents.

Jacques Demers, maire de Sainte-Catherine-de-Hatley, préfet de la MRC de Memphrémagog et président de la Fédération québécoise des municipalités (FQM)

En plus des employeurs et du ministère de l’Immigration, trois regroupements font des démarches à l’étranger pour attirer des travailleurs qualifiés. M. Demers plaide pour que des représentants des régions accompagnent les délégations de Montréal international, de Québec international et de la Société de développement économique de Drummondville dans leurs prochaines missions.

Le président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec, Charles Milliard, plaide aussi pour que Québec accélère les chantiers en cours afin de compléter le réseau des garderies et d’augmenter l’offre en logement partout sur le territoire. La « capacité d’accueil » doit être améliorée, dit-il, mais elle doit surtout être mesurée avec des données fiables et objectives.

« La régionalisation de l’immigration, ça devrait être la nouvelle obsession du gouvernement et un sujet incontournable de la prochaine campagne électorale », plaide M. Milliard.

Mais alors que les politiciens débattent déjà du seuil à établir quant au nombre d’immigrants que le Québec peut accueillir, M. Milliard lance un avertissement : « Méfiez-vous des gens qui pensent qu’ils ont le chiffre magique. »

La guerre des chiffres

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Le premier ministre François Legault estime que le Québec doit accueillir annuellement 50 000 immigrants.

François Legault l’a répété comme un mantra : 50 000. C’est le seuil d’immigrants que son gouvernement promet d’accueillir au cours des prochaines années s’il est reporté au pouvoir. Un chiffre qui fait déjà l’objet de vifs débats, alors que la pénurie de main-d’œuvre frappe de plein fouet l’économie du Québec.

Véronique Proulx, présidente-directrice générale du regroupement d’entreprises industrielles Manufacturiers et exportateurs du Québec, rappelle au premier ministre que le nombre de postes vacants atteint désormais 31 000 dans le secteur. En 2019, il y en avait 19 000.

« C’est notre indicateur le plus clair que ce qui est en place ne fonctionne pas. […] Recruter au Québec, c’est comme pêcher dans un lac vide. Ça ne marche pas », constate-t-elle.

Les groupes économiques fourbissent leurs armes pour participer pleinement au débat public, qui se répète à chaque campagne électorale, sur le nombre d’immigrants que le Québec peut accueillir. Le secteur industriel en réclame 90 000 par année. D’autres un peu moins, comme le Parti libéral, qui estime qu’on peut en admettre au moins 70 000, soit le nombre d’immigrants que la province accueillera en 2022 en fonction de sa cible annuelle et du rattrapage réalisé en raison du retard causé par la pandémie.

Un débat payant

Mireille Paquet, qui dirige la Chaire de recherche de l’Université Concordia sur les politiques d’immigration, n’est pas surprise du retour en force de la guerre des seuils à quelques mois des élections.

L’immigration est de plus en plus politisée à l’échelle globale. Les partis font le choix d’en parler pendant les élections pour gagner des points auprès de l’électorat. […] [Et pour la CAQ], il y a eu un diagnostic post-campagne en 2018 sur le fait que ça leur a servi.

Mireille Paquet, titulaire de la Chairede recherche de l’Université Concordia sur les politiques d’immigration

En matière de régionalisation, ce défi n’est pas typiquement québécois, rappelle-t-elle, puisqu’il se vit partout ailleurs au Canada. Pour convaincre les nouveaux arrivants de quitter Montréal pour les régions, « on connaît très bien la recette » : offrir des emplois qui répondent à leurs compétences, offrir des services (comme l’accès aux garderies) et des infrastructures sportives et sociales dans les collectivités situées à l’extérieur des centres urbains, mais aussi sensibiliser les populations locales aux enjeux propres à l’immigration.

« Ultimement, ce qui arrive, c’est que les immigrants sont des gens libres. Et ce n’est pas tout le monde qui a envie d’habiter en contexte [rural] », rappelle Mme Paquet.

Protéger le français

Pour le ministre de l’Immigration Jean Boulet, régionaliser l’immigration est aussi un facteur pour ralentir le déclin du français. Le gouvernement, qui voudrait rapatrier tous les pouvoirs d’Ottawa en la matière (une porte rapidement fermée par le gouvernement fédéral), promet d’augmenter le nombre d’immigrants qui parlent déjà le français à l’arrivée ou qui proviennent de pays francotropes, c’est-à-dire ayant des affinités culturelles avec le français et qui sont plus enclins à adopter le français comme langue seconde. Ce virage est nécessaire, plaide M. Boulet, dans le contexte où plus de 80 % de la croissance démographique du Québec provient de l’immigration, citant les plus récentes données de Statistique Canada.

Si François Legault se dit intraitable ces jours-ci sur le seuil annuel de 50 000 immigrants que le Québec doit accueillir, le président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Michel Leblanc, prédit plutôt que le gouvernement augmentera ce nombre. Et la régionalisation des nouveaux arrivants, si elle est couronnée de succès, permettra au gouvernement de le faire.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Michel Leblanc, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

Plus on va réussir la régionalisation, plus on aura un fort consensus sur l’importance de l’immigration, si on arrive à bien intégrer les nouveaux arrivants. […] C’est un élément d’une stratégie où on va pouvoir en accueillir plus, parce qu’ils vont partout sur le territoire et qu’ils s’intègrent bien.

Michel Leblanc, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

D’ici là, à entendre les échanges partisans au Salon bleu, le débat politique sera vigoureux. Les libéraux veulent aussi mieux régionaliser l’immigration et augmenter le seuil d’accueil. Québec solidaire croit aussi qu’il faut en accueillir plus, mais voudrait dépolitiser le chiffre. Le député solidaire Andrés Fontecilla accuse le gouvernement d’augmenter « de façon détournée » l’immigration en privilégiant le Programme des travailleurs temporaires, qui ont moins accès facilement à la résidence permanente.

Le Parti québécois demande de son côté que 50 % des immigrants accueillis au Québec s’installent dans les régions et que la connaissance du français soit exigée de tous les immigrants économiques. Le Parti conservateur d’Éric Duhaime estime quant à lui que l’immigration n’est « pas une solution efficace à long terme pour contrer la pénurie de main-d’œuvre » et que le gouvernement doit sélectionner les immigrants sur la base de leur « compatibilité civilisationnelle ».

Rappelons que depuis le 1er janvier 2020, en réponse à une promesse électorale de la CAQ, tous les postulants à un programme d’immigration permanente au Québec doivent fournir une « attestation d’apprentissage des valeurs démocratiques et des valeurs québécoises exprimées par la Charte des droits et libertés de la personne en appui à [leur] demande de sélection ».

Tant et aussi longtemps qu’il y aura des obstacles à la reconnaissance des compétences/diplômes qui font en sorte que des gens qui pratiquaient un métier nécessitant de hautes études se retrouvent obligés de tout recommencer à leur arrivée ici, on s’en sortira jamais.

2 Likes

Quand je travaillais à McDo, un des gérants, et son mari étaient des médecins provenant de l’Égypte.

Quand quelqu’un se blessait au travail on était toujours chanceux quand ils étaient là, mais c’est triste qu’ils pouvaient pas travailler dans leur domaine où ils avaient au moins 15ans d’expérience chaque.

Si on est vraiment peur que la qualité d’enseignement soit inférieur (j’y crois pas mais…) peut-on exiger des cours professionnels plus des examens pour confirmer les compétences?

3 Likes

Le malentendu sur l’impact économique de l’immigration


Photo: Paul Chiasson — La Presse canadienne — Des experts ont constaté que l’accueil de travailleurs étrangers ne peut avoir qu’un effet globalement modeste sur le problème de pénurie de main-d’œuvre, car les immigrants deviennent aussi des consommateurs et finissent par stimuler la demande de travailleurs en retour.

Éric Desrosiers
3 juin 2022

Du point de vue économique, l’immigration n’est pas la catastrophe que certains prétendent ni la panacée que d’autres espèrent, préviennent des experts. En fait, disent-ils, elle aurait finalement assez peu d’impacts sur l’économie en général et sur la pénurie de main-d’œuvre en particulier.

François Legault a soulevé un tollé cette semaine en déclarant que si le Québec n’obtenait pas plus de pouvoirs d’Ottawa en immigration, il risquait le même sort que la Louisiane en matière de défense du français. Il a également fermé la porte à l’idée d’augmenter le seuil annuel d’immigration de 50 000 à 58 000. « On pense qu’on a atteint la capacité d’intégration », a déclaré le premier ministre.

En fait, le Québec accueille déjà bien plus d’immigrants que cela chaque année, a rappelé l’Institut du Québec dans une étude mercredi. Si on tient compte de l’immigration temporaire, on parlait même d’un gain record de presque 93 500 nouveaux arrivants en 2019. Or, les besoins de main-d’œuvre sont tellement grands au Québec que cela n’a pas empêché, au fil des ans, une amélioration spectaculaire de l’intégration économique des immigrants reçus. Elle se voit notamment par le recul marqué de leur retard en matière de taux d’emploi et de rémunération par rapport aux autres travailleurs.

Ces faits montrent bien l’ampleur des besoins de l’économie québécoise, qui est aux prises avec un vieillissement marqué de la population, avait fait valoir le mois dernier le Conseil du patronat dans un livre blanc sur l’immigration. « Nous faisons face à une pénurie de main-d’œuvre sans précédent, mais nous ne nous donnons pas toutes les chances de la surmonter », avait déclaré son président et chef de la direction, Karl Blackburn, avant d’en appeler notamment au rehaussement des seuils d’immigration permanente « à au moins 80 000 personnes par année pour les quatre prochaines années ».

Impact modeste

Tous ces débats tendent à exagérer l’impact de l’immigration sur l’économie en général et sur la pénurie de main-d’œuvre en particulier, observe l’économiste émérite de l’Université du Québec à Montréal Pierre Fortin dans un mémoire d’une quarantaine de pages réalisé à la demande du ministère de l’Immigration du Québec.

Se basant sur des synthèses de la recherche ainsi que sur de nouvelles analyses de son cru, il constate d’abord qu’il « n’existe aucune preuve scientifique que la croissance du niveau de vie des Canadiens réagirait positivement (ou négativement) à une expansion accélérée de l’immigration ». C’est que ce niveau de vie ne dépend pas seulement de l’augmentation du produit intérieur brut (PIB) que génère mécaniquement une hausse du nombre de travailleurs, mais aussi de l’augmentation du PIB par habitant. Or, la taille de la population et le poids qu’y occupe l’immigration ont, à terme, une influence nulle sur la croissance de cette richesse par habitant.

L’immigration n’a pas non plus la capacité d’altérer substantiellement l’actuel vieillissement de la population canadienne, dit Pierre Fortin, citant une étude de l’Institut C.D. Howe. D’abord parce que les immigrants finissent eux aussi par vieillir, comme tout le monde, et aussi parce qu’ils font souvent venir leurs parents auprès d’eux. En fait, pour stopper la hausse constante de la proportion des 65 ans et plus dans la population, avait estimé C.D. Howe, il faudrait tripler les cibles annuelles d’immigration au Canada pour 2024, en les faisant passer de 451 000 à 1,4 million de personnes.

Enfin, si l’accueil de travailleurs étrangers peut répondre aux besoins urgents et particuliers de certaines entreprises, l’immigration, en général, ne peut avoir qu’un effet globalement modeste sur le problème de pénurie de main-d’œuvre, ont constaté des experts. C’est que les immigrants qui viennent occuper des postes vacants deviennent aussi des consommateurs et finissent, « à l’autre bout du circuit économique », par stimuler la demande de travailleurs en retour.

Au-delà de l’économie

Et il n’y a pas que des considérations économiques, bien sûr, souligne Pierre Fortin. Il faut aussi tenir compte du poids démographique du Québec dans le Canada, de la défense du fait français et du risque de dérapage xénophobe.

« Cela dit, l’immigration doit progresser. Elle est une formidable source de renouvellement et de progrès culturel et humain. Elle rend possible une société plus diversifiée, dynamique et ouverte au monde. Elle est notre contribution au combat mondial contre les inégalités de revenu et de richesse », conclut néanmoins l’économiste dans son mémoire. « Mais il faut comprendre que l’immigration optimale n’est pas l’immigration maximale. »

1 Like

Outaouais Les Ontariens traversent la rivière

Pour la première fois en 50 ans, davantage d’Ontariens se sont installés au Québec que de Québécois en Ontario, l’an dernier. Gatineau, où le taux d’inoccupation des logements n’est que de 1,1 %, en ressent particulièrement les effets.

Publié à 5h00

Partager

Mylène Crête

Mylène Crête La Presse

(Gatineau) Les Ontariens profitent du marché

Nouveaux immeubles, nouvelles maisons. Les constructions se multiplient à Gatineau depuis quelques années. De quoi insuffler une petite bouffée d’air frais dans un marché décrit comme « très serré » par la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL). Mais ces habitations neuves n’attirent pas que la clientèle locale. Les Ontariens ont été plus nombreux au cours des dernières années à venir s’installer de ce côté-ci de la rivière des Outaouais, où loyers et propriétés sont beaucoup moins chers qu’à Ottawa.

Justin est de ceux-là. La Presse a croisé le jeune homme qui sortait de son appartement dans le nouveau complexe immobilier Le Central, situé à une dizaine de kilomètres du centre-ville d’Ottawa, pour aller promener son chien.

« J’ai déménagé ici il y a environ un an et demi », dit-il en anglais sans vouloir nous donner son nom au complet.

Sa conjointe et lui ont quitté Ottawa surtout parce que celle-ci voulait se rapprocher de sa famille, qui habite dans la municipalité de Pontiac à moins de 50 km de là. « Nous allons peut-être nous installer au Québec », avance-t-il en hésitant.

PHOTO PHILIPPE BOIVIN, LA PRESSE

Justin avec son chien Bailey au complexe immobilier Le Central

Ce n’est pas la barrière de la langue qui l’inciterait à retourner à Ottawa, même s’il ne parle pas français, mais plutôt le taux d’imposition, qui est plus élevé au Québec. « Le secteur d’Aylmer à Gatineau n’est pas trop mal pour l’anglais », note-t-il.

PHOTO PHILIPPE BOIVIN, LA PRESSE

Développement Zibi à Gatineau, près d’Ottawa

Migration de l’Ontario

Pour la première fois en 50 ans, davantage d’Ontariens se sont installés au Québec que de Québécois en Ontario, selon les statistiques de 2020-2021 analysées par la SCHL. Ils ne se sont pas tous installés à Gatineau, mais la Ville rapporte qu’ils sont 16 000 à avoir élu domicile sur son territoire cette année-là. De quoi ajouter une pression additionnelle sur un marché déjà presque saturé.

Le prix abordable des maisons unifamiliales et des loyers comparativement à ceux d’Ottawa est l’un des facteurs qui incitent les Ontariens à déménager sur la rive québécoise.

Le centre-ville d’Ottawa n’est qu’à quelques kilomètres de celui de Gatineau. Il suffit de traverser l’un des cinq ponts qui enjambent la rivière des Outaouais pour s’y rendre.

PHOTO PHILIPPE BOIVIN, LA PRESSE

Un des ponts qui relient Gatineau à Ottawa

« Bien qu’il ne soit pas nouveau que le prix moyen des unifamiliales soit plus élevé à Ottawa qu’à Gatineau, l’écart croissant entre les deux a pu forcer la décision d’acheter dans un marché moins cher », souligne Lukas Jasmin-Tucci, économiste à la SCHL. De 2005 à 2015, le prix des maisons unifamiliales à Ottawa était supérieur d’environ 45 % à celui à Gatineau. Depuis 2019, cet écart a atteint 66 %.

Parallèlement, la proportion des nouveaux acheteurs ontariens à Gatineau a plus que doublé entre 2018 et 2021, passant de 6 % à 14 % du marché.

In English only ?

De quoi accentuer l’anglicisation de certains secteurs lorsque les Ontariens qui déménagent au Québec parlent uniquement anglais. Émilie Sauriol le constate dans le Plateau, un quartier situé à 20 minutes d’Ottawa en voiture.

PHOTO PHILIPPE BOIVIN, LA PRESSE

Émilie Sauriol devant le parc à l’Agora

Ils ne parlent pas français et ne souhaitent pas l’apprendre.

Émilie Sauriol

Cela n’étonne en rien le statisticien Charles Castonguay, qui depuis des années analyse les données sur la langue au Québec et au Canada. « Est-ce que je m’y attends ? Évidemment », tranche-t-il en entrevue.

« Ça fait 15 ans que le poids du français baisse au Québec et que le poids de l’anglais augmente tranquillement, ajoute-t-il. Et ça fait 15 ans que le poids du français baisse dans la région de Gatineau et que l’anglais augmente tranquillement. »

Né d’un père francophone et d’une mère anglophone dans la capitale fédérale, il a lui-même traversé la rivière des Outaouais en 1969 pour s’installer dans l’ancienne ville de Hull, aujourd’hui fusionnée à Gatineau, afin de profiter de l’immobilier moins cher au Québec.

« Je suis un Anglo-Ontarien d’origine né à Ottawa », raconte dans un français impeccable celui qui aurait souhaité que la réforme de la Charte de la langue française du gouvernement de François Legault s’étende aux cégeps. « Je n’ai jamais parlé en français à la maison pendant 24 ans, mais là, ça fait plus de 50 ans que je suis au Québec. »

La Ville de Gatineau ne compile pas de statistiques sur la langue de communication utilisée pour répondre aux appels au 311. En vertu de la nouvelle loi 96, les municipalités doivent « utiliser le français de façon exemplaire et exclusive », sauf exception.

PHOTO PHILIPPE BOIVIN, LA PRESSE

Logements à Gatineau

« Lorsqu’il y a des enjeux de sécurité comme des inondations, systématiquement, on communique dans les deux langues, explique le maire adjoint de Gatineau, Mario Aubé. Par contre, un document super précis sur l’urbanisme ou autre n’est pas en anglais. »

Quand quelqu’un nous appelle et parle en anglais, les gens vont lui répondre dans sa langue.

Mario Aubé, maire adjoint de Gatineau

Quoi qu’il en soit, le phénomène risque de s’essouffler, selon Lukas Jasmin-Tucci de la SCHL. « On pourrait s’attendre à ce que le phénomène soit déjà en décroissance parce que c’est sûr qu’au fur et à mesure que la pression est maintenue sur le marché de Gatineau, il y a une croissance des prix, indique-t-il. C’est un peu moins abordable, donc peut-être moins attirant pour des acheteurs d’Ottawa. »

Le prix moyen des habitations a augmenté de 30 % en 2021 contre 20 % pour l’ensemble du Québec. L’écart des prix entre Gatineau et Ottawa risque donc d’être moins marqué en 2022.

Résider au Québec, payer son impôt en Ontario

On observe de nombreuses plaques d’immatriculation ontariennes dans les stationnements extérieurs de certains immeubles résidentiels de Gatineau. Ceux qui élisent domicile au Québec gardent parfois une adresse en Ontario pour toute leur documentation officielle afin d’économiser de l’impôt. Un locataire a admis à La Presse recourir à cette ruse dans le cadre de ce reportage, mais il n’a pas voulu dévoiler son identité. « Revenu Québec est bien au fait de ce stratagème et ne ménage aucun effort pour le contrer », a indiqué sa porte-parole, Mylène Gagnon. Depuis 2017, une équipe spécialisée en résidence fiscale effectue des vérifications sur une base régulière pour détecter les contribuables qui évitent de payer leurs impôts, dont ceux qui habitent une région frontalière comme l’Outaouais. Au cours des trois dernières années, 188 personnes ont ainsi reçu des avis de cotisation qui touchaient en moyenne plus de deux années d’imposition. En tout, Revenu Québec a récupéré 7,7 millions depuis. La Société de l’assurance automobile du Québec rappelle que les automobilistes ont 90 jours pour immatriculer leurs véhicules après avoir changé de province.

PHOTO PHILIPPE BOIVIN, LA PRESSE

Unités en construction à Gatineau

Malgré les nouvelles constructions, la demande reste trop forte

Zibi, Bloome, Le Columbia, Le Central, Nox… Ce sont autant de noms de nouveaux immeubles en construction à Gatineau. Depuis 2014, un programme de subvention municipale vise à inciter les promoteurs à augmenter l’offre de logements au centre-ville. À quelques kilomètres de là, on a aussi construit sur de vastes terrains vierges, mais sans incitatif.

« Ça fait drôle d’habiter là où j’allais à la chasse », confie Albert Duperre. Il y a une cinquantaine d’années, l’homme aujourd’hui âgé de 70 ans chassait le gibier sur le terrain où est situé son appartement. La forêt de l’époque a fait place à un complexe immobilier tout neuf. Quelques kilomètres plus loin, de nouveaux commerces se sont installés et une longue série d’immeubles sont également en construction.

PHOTO PHILIPPE BOIVIN, LA PRESSE

Albert Duperre avec sa chienne Maya

Le scénario se répète au centre-ville de Gatineau où de vieilles maisons ont été rasées pour faire place aux nouvelles fondations pour des tours d’habitation. Les grues transpercent le ciel. Un peu plus à l’ouest, en bordure de la rivière des Outaouais, se dressent les premiers immeubles de l’écoquartier Zibi sur un ancien terrain industriel. « Actuellement, à Gatineau, on a 12 000 unités qui sont approuvées par nos services pour être construites d’est en ouest et il y a 40 000 autres unités qui sont en planification actuellement chez nos promoteurs », indique le maire adjoint de Gatineau, Mario Aubé.

Un programme de subvention municipale en vigueur depuis 2014 tire à sa fin. Il visait à stimuler la construction de 4000 nouveaux logements sur l’île de Hull, à quelques kilomètres d’Ottawa. Le développement de son quartier plaît à Émilie Sauriol, qui est revenue dans sa ville natale après avoir passé 12 ans à Montréal. « On s’est toujours dit que les gens iraient à Ottawa [pour sortir] », constate la mère de quatre enfants qui habite le Plateau.

Gatineau est la quatrième ville du Québec, mais c’est comme si c’était une banlieue dans la tête des gens.

Émilie Sauriol

Pression sur les services municipaux

Avec la densification des quartiers centraux, la Ville doit repenser ses services. « Les infrastructures devront suivre, note Mario Aubé. D’abord, pour s’attaquer au rattrapage. On en a quand même pour un demi-milliard si on veut tout mettre en œuvre au cours des prochaines années. » Les piscines, les centres communautaires, les centres sportifs manquent. Les transports en commun dans l’ouest de la ville sont saturés. La Ville espère construire un tramway jusqu’au centre-ville d’Ottawa pour y remédier.

PHOTO PHILIPPE BOIVIN, LA PRESSE

Le parc, le skatepark et la bibliothèque de Gatineau

L’administration municipale devra aussi penser à revoir ses services d’urgence. « Ça veut dire de nouveaux postes de police, de nouvelles casernes, l’achat de véhicules spécialisés, et toute cette pression-là sur nos infrastructures ne va pas ralentir. Ça va se maintenir et ça va même probablement s’accentuer dans le temps », indique-t-il en précisant qu’il « aime mieux gérer la croissance que la décroissance ».

Pas pour toutes les bourses

Un appartement dans un nouvel immeuble à Gatineau peut dépasser 1800 $ par mois pour une chambre et 2000 $ pour deux chambres. Même si les électroménagers et le câble sont inclus, ces logements de luxe ne sont pas à la portée de tous. « C’est un peu un effet domino, explique Mario Aubé. Les gens qui peuvent se le payer libèrent un autre type d’appartement peut-être moins cher que quelqu’un va prendre par la suite. »

PHOTO PHILIPPE BOIVIN, LA PRESSE

Un appartement dans un nouvel immeuble à Gatineau peut dépasser 1800 $ par mois pour une chambre.

Sauf que le prix des loyers a augmenté un peu partout. Le prix moyen d’un logement est de 1441 $ à Gatineau, selon le Regroupement des comités de logement et associations de locataires du Québec, qui a comparé les prix affichés sur le site de petites annonces Kijiji entre février et mai 2022. Il plaide pour un contrôle obligatoire du prix des loyers afin d’éviter les hausses abusives lors d’un changement de locataire.

Malgré toutes les nouvelles constructions de logements à Gatineau, le taux d’inoccupation y demeure faible, à 1,1 %. La demande est donc forte, tout comme la tentation d’augmenter le prix des loyers. « À l’évidence, l’ajout vraiment important de nouveaux logements n’est pas suffisant pour combler la demande, constate Lukas Jasmin-Tucci, de la Société canadienne d’hypothèques et de logement. Donc, il y aurait un besoin non seulement de maintenir le rythme de construction qu’on a vu dans les dernières années, mais peut-être même de l’accélérer parce qu’il y a un potentiel encore. »

Population des cinq plus grandes villes du Québec en 2021

  • Montréal : 1 778 528 habitants
  • Québec : 550 294 habitants
  • Laval : 443 192 habitants
  • Gatineau : 290 534 habitants
  • Longueuil : 252 191 habitants

Source : Institut de la statistique du Québec

En savoir plus

  • 695 600 $
    Prix moyen d’une maison à Ottawa en juin 2022

Source : Association canadienne de l’immobilier

482 230 $
Prix moyen d’une maison à Gatineau en juin 2022

Source : Association canadienne de l’immobilier