Les festivals à Montréal

Festival Eurêka Les Montréalais célèbrent la science avec des activités en plein air

photo Mélanie Dusseault, tirée de la page facebook du festival

La thématique de l’eau a pour but d’amener les festivaliers à réfléchir sur des moyens de conserver cette ressource naturelle et à découvrir des technologies innovantes liées au domaine de l’eau.

(Montréal) Le festival Eurêka, qui célèbre les sciences et technologies, se déroule cette fin de semaine au parc Jean-Drapeau, à Montréal. Les jeunes sont invités à venir profiter d’une foule d’activités gratuites en plein air sous le thème : « l’eau dans tous ses états ».

Publié hier à 16h45

Partager

Katrine Desautels La Presse Canadienne

Pour la 15e année du festival, les gens peuvent recommencer à participer aux activités en chair et en os après que l’évènement eut été annulé en 2020 et présenté en formule virtuelle en 2021.

La thématique de l’eau a pour but d’amener les festivaliers à réfléchir sur des moyens de conserver cette ressource naturelle et à découvrir des technologies innovantes liées au domaine de l’eau.

L’organisatrice du festival, Marianne Groulx, souligne qu’il ne s’agit pas d’une exposition de sciences. Les différents kiosques proposent des activités « très interactives », et d’assez courte durée afin de permettre aux jeunes d’essayer différentes choses.

« Eurêka permet de vivre des sciences dans un cadre festif et de montrer que la science c’est le fun. On espère allumer beaucoup d’étincelles […] et faire en sorte que ces jeunes qui viennent, observent, testent et mettent les mains dans la science, choisissent des carrières en science ou en technologie dans l’avenir », mentionne Mme Groulx.

L’évènement de ce week-end est composé de spectacles, démonstrations scientifiques et diverses activités ludiques qui prennent place au pied de la Biosphère et aussi à l’intérieur.

Les jeunes d’âge scolaire sont la clientèle cible du festival, mais Marianne Groulx espère attirer aussi les adolescents.

« Jusqu’à l’âge de 12 ans environ, les jeunes sont très curieux pour tout ce qui touche à la science et la techno. Il y a une grande curiosité d’apprendre, de comprendre, de voir et de tester. Cette curiosité tombe à l’adolescente et c’est quelque chose sur lequel on veut travailler auprès des ados », explique Mme Groulx.

Elle croit toutefois que la pandémie a eu un rôle positif pour l’intérêt du grand public envers la science. « On s’est tous rendu compte très vite que sans la science, on irait pas très loin. L’intérêt des citoyens en général a été allumé par ce qu’on vient de vivre », soutient Mme Groulx.

Elle indique qu’un effort est mis aussi pour attirer les jeunes filles puisque peu d’entre elles choisissent de faire carrière dans des domaines scientifiques. « On travaille fort avec différents partenaires pour intéresser les filles à la science et la technologie », indique l’organisatrice.

Programmation

Différentes zones thématiques sillonnent l’île Sainte-Hélène, telles que les technologies, l’énergie, la biologie ou la nature. Les familles peuvent donc participer aux « petits villages thématiques » qui les intéressent le plus. Mme Groulx s’attend à accueillir au moins 50 000 visiteurs cette année.

Les favoris du festival, l’entomologiste Bill Bestiole, l’équipe des Neurones atomiques et le chimiste Yannick Bergeron, performeront avec leurs prouesses scientifiques.

Le premier Québécois à avoir terminé une course autour du monde à la voile en équipage, Simon DuBois, partagera son expérience avec le public. De plus, l’Université Bishop’s fera des démonstrations avec un drone aquatique qui cartographie les lacs et aide à la prévention de la pollution des cours d’eau.

Les participants auront également l’occasion de générer de l’hydro-électricité, de piloter un avatar de surfeur dans un banc de requins à l’aide de l’intelligence artificielle ou encore d’explorer le patrimoine culturel enfoui dans les profondeurs du fleuve Saint-Laurent.

Par ailleurs, un volet virtuel fait désormais partie du festival et il est disponible toute l’année sur le site web festivaleureka.ca. Sous forme de jeu, on retrouve l’île avec des zones thématiques comme au festival et les jeunes peuvent les parcourir en accumulant des points en participant à des quiz.

Samedi soir, à 20 h, le porte-parole du festival qui est également animateur de l’émission Génial diffusée à Télé-Québec, Stéphane Bellavance, proposera une version unique du quiz Génial en compagnie de son acolyte scientifique, Martin Carli.

Le festival Eurêka se poursuit jusqu’à dimanche soir. Les activités auront lieu même en cas de pluie. Les festivaliers sont invités à venir au parc Jean-Drapeau en métro, comme le pont Jacques-Cartier sera fermé à la circulation automobile pour le Gran défi Pierre Lavoie.

1 Like

Okay so after going to Mural Fest a few times, I gotta say I am again disappointed. I have heard the same complaints from others, they include (but not limited to)

  1. There’s fewer murals than advertised on the website (15 vs 18 muralists + 2 digital artists).
  2. A lot more than usual got replaced, meaning the net gain is much fewer than usual.
  3. Lots of disappointment that they got rid of free shows, especially when many people are cash strapped.
  4. It feels more corporate now and the vibe has been kinda dead compared to previous years. Definitely emptier on weekdays than other years.
  5. A lot of people were not happy with them switching the concert venues from Peel to St. Laurent.
  6. Concerns about murals being vandalised already/older ones not getting cleaned up as promised.

And for me personally, I love the Vancouver mural fest a lot more. Not only is it much larger, but there’s more activities to do, it’s in different neighbourhoods and artists are more diverse. I’ve gone to almost every addition there, and it’s superior to ours. Every year, Vancouver’s festival produces 60+, compared to ours which has been the same 12-18 range. And unlike Vancouver’s, we are losing a lot of murals due to development, which makes it pointless to even spend all that money to begin with.

I sincerely hope others raise the same concerns or people who are close to those at Mural read this and improve next years edition. We always act like our festivals are the best and we’re an open air museum, but we always underperform. It’s sad because I always look forward to Mural Fest, but it has taken a nose dive since 2019 IMO.

3 Likes

Les remplacements de murales sont regrettables. C’est limite insultant pour un artiste de se déplacer à Montréal pour créer une oeuvre qui sera remplacée l’année suivante. Il y a suffisamment de murs aveugles de béton dans la ville pour rendre les créations permanentes. La ville pourrait offrir des incitatifs aux propriétaires qui acceptent de mettre leur mur à la disposition du festival. Un peu d’effort!

9 Likes

Les Francos qui seront renommés Festival Cajun et des bayous de Montreal.

Effectivement ce n’est qu’une question de temps

2 Likes

Agree 110%! It is normal for murals to get replaced at festivals given the nature of things, but I feel in Montreal it’s more than average. Add we lose a lot to development and the tagging of them is at an insane levels, and I feel that we don’t really respect artists here.

We have 3,000-3,500+ murals in the city, but it seems like they are hard to find and well hidden to the public, which defeats the purpose. They are also not protected by the city or landlords. Something needs to change so we can be the best of the best, I wish we can repurpose old industrial areas, cover the buildings in art head to toe and open local businesses within them. That will add even more flavour to the city.

Une petite balade pour Mural sur Saint-Laurent. C’est la première fois que la piétonnisation va au nord jusqu’à la rue Laurier (la limite de la SDC).






En prime, le festival Fringe:


6 Likes

338,000 attended the race this weekend, a new record! Can’t wait to see the economic impact and other figures for this weekend.

3 Likes

On Friday night Uber rides from the airport to downtown were 200$… LOTS of people coming in for the weekend

Pont Jacques-Cartier | Fermeture complète du pont lors des feux d’artifice - été 2022 :fireworks:

22 juin 2022 | PONT JACQUES-CARTIER | MOBILITÉ ACTIVE

Afin d’assurer la sécurité des amateurs de feux d’artifice, PJCCI souhaite aviser les usagers de la route qu’une fermeture complète du pont est prévue les soirs de feux :

  • Fermeture complète du pont dans les deux directions, de 20 h 30 à 23 h 30.
  • À noter que la fermeture des bretelles d’accès au pont se fera à l’avance, soit vers 20 h.
  • Un accès sera toutefois maintenu pour les services d’urgence.

Mobilité active :

  • Le trottoir et la piste multifonctionnelle seront complètement fermés de 20 h 30 à 23 h 30 lors de ces événements. - Seuls les piétons, les poussettes et les personnes à mobilité réduite auront accès au pont.
  • Les vélos ne seront pas autorisés sur le pont. :no_bicycles:

À noter : Dans un souci d’assurer un environnement sans fumée à tous les spectateurs :no_smoking:, il est maintenant interdit de fumer sur le pont lors des feux d’artifice, sauf aux endroits désignés. Ainsi, des zones fumeur seront en place sur le pont lors de ces événements.

Dates à retenir :

  • Samedi 25 juin : Je me souviens (ouverture)
  • Samedi 2 juillet : Hommage à Prince (hommage spécial)
  • Samedi 9 juillet : Cloches et tambours (Mexique)
  • Mercredi 13 juillet : L’évolution de la culture musicale hongroise (Hongrie)
  • Samedi 16 juillet : Mythes et légendes du Québec (Canada)
  • Mercredi 20 juillet : Le cœur de l’Italie (Italie)
  • Mercredi 27 juillet : Le monde de la danse (Croatie)
  • Mercredi 3 août : 60 ans de succès marquants (Angleterre)
  • Samedi 6 août : Hommage à Genesis (Finale des Étoiles Loto-Québec)

Pour connaître les consignes lors de ces événements ainsi que l’emplacement des zones fumeur, veuillez consulter notre page web Feux d’artifice

2 Likes

Je ne connaissais pas ce festival. Très intéressant et intriguant. :grinning:

“La programmation complète des spectacles sera dévoilée le mardi 26 juillet en direct sur la page Facebook du festival.”

Le Festival des arts de ruelle de retour pour une 6e édition


«Les belles bêtes» au Festival FAR de 2019 | Photo: Jasmine Allan-Côté/Festival Far

Journal Métro | ARTS ET SPECTACLES | 29 juin 2022 à 16h04 | Naomie Gelper

L’art s’invitera dans les ruelles de Montréal du 29 août au 11 septembre, dans le cadre de la 6e édition du FAR Festival. Cette année, ce sont plus de 225 artistes professionnel.le.s, toutes disciplines confondues, qui présenteront leurs créations dans les différents quartiers de la métropole.

Fondé en 2017, ce festival a pour but de décentraliser l’offre artistique en présentant une pléthore de courtes performances professionnelles de toutes natures dans les ruelles.

«Le FAR, c’est un rassemblement pluridisciplinaire, profondément humain et inclusif. Ce que vise notre équipe, c’est de décentraliser l’offre artistique dans les ruelles afin d’offrir une expérience de proximité», affirme l’instigatrice du festival, Léa Philippe.

Diffusion en ligne

La programmation complète des spectacles sera dévoilée le mardi 26 juillet en direct sur la page Facebook du festival. On sait déjà que le FAR amorcera ses 10 jours de festivités avec la traditionnelle tournée des arrondissements en formule parade. Les trois journées de clôture du festival seront consacrées à des célébrations chaleureuses et dynamiques, typiques de la signature du Festival des arts de ruelle.

Depuis 2020, ce festival d’arts vivants présenté à l’extérieur est aussi diffusé de manière virtuelle au Canada (web et télévision). Les huit épisodes de la série FAR 2021: les meilleurs moments sont d’ailleurs disponibles en vidéo sur demande sur Illico et Hélix.

De plus, les capsules Portraits de ruelles, qui seront diffusées sur les ondes de MAtv et sur le web, présentent des entrevues citoyennes partout dans le décor enchanteur des ruelles de Montréal. L’objectif de ces vingt capsules vidéos est de faire découvrir les coulisses de la métropole en donnant une voix aux ruelles par l’entremise des gens qui les font vivre.

Le balado audiovisuel du FAR, La P’tite Brassée, est également lancé pour une troisième saison et permet de rester à l’affût des tendances avec des épisodes qui sont publiés régulièrement jusqu’au festival. Il met en lumière la démarche créatrice des artistes du FAR. Le format vidéo est disponible en version courte sur le web, tandis que les entrevues intégrales complètes sont disponibles sur les plateformes d’écoute.

4 Likes