Le Victor-Hugo - 7 étages

C’est peut-être trop peu, trop tard, mais un groupe de résidents du Vieux-Montréal dont je fais parti ont décidé de partir une pétition pour sensibiliser les autres résidents, travailleurs et amoureux du Vieux-Montréal: https://parcpigeonhole.com/

Le plus douloureux dans tout cela c’est de savoir que la ville de Montréal possédait ce terrain à un certain point, mais que notre cher maire de l’époque, Gérald Tremblay, a donné ce terrain à un fraudeur en échange d’un terrain qui valait 10 fois moins…

9 Likes

J’apprécie ce geste de sensibilisation!
Je n’était pas au courant de cette histoire avec Gérald Tremblay, très frustrant.

Par contre je suis assez surpris par cette affirmation: «une architecture en complète contradiction avec les immeubles avoisinants.»

Je serais curieux de savoir ce à quoi ce groupe s’attendait.
Objectivement, et sans prendre en considération la perte de l’espace vert, c’est un projet d’une qualité excessivement élevé, avec une intégration exemplaire digne des meilleurs projets qu’on voit par exemple dans les centres historiques européens. La matérialité, les proportions des fenêtres, le gabarit général, la tapisserie évocatrice de la trame urbaine du Vieux-Montréal, la composition tripartite, la finesse des détailles et des échelles de composition; tout en fait un projet exemplaire.

C’est dommage, parce que c’est généralement ce genre de commentaire qui fait perdre de la crédibilité à ces mouvements citoyens.

Ce n’est pas parce qu’un aspect est problématique qu’il faut démoniser l’ensemble du projet.
Montrer une certaine nuance et faire la part des choses aident beaucoup ces causes citoyennes.

La même architecture plus qu’exemplaire, mais avec une implantation qui libère un parc Côté St-Jean et un petit parvis face au Théâtre Centaur aurait été parfait.

Bref, bravo pour le mouvement citoyen, mais il faut faire attention de ne pas s’éparpiller et de s’attaquer aux bonnes choses.

7 Likes

Le fait de construire des bâtiments de style contemporain en contexte patrimonial, c’est un consensus dans les milieux architecturaux mais une complète hérésie pour la majorité des gens. Je sais pas si tu avais suivi un peu l’affaire, mais l’hôtel Château Laurier à Ottawa est un bon exemple de ce débat, avec leur agrandissement de style contemporain qui n’a absolument aucune acceptation des citoyens (bon, il faut dire que le projet est vraiment pas excitant non plus). Et considérant dans ce cas-là que la pression populaire a poussé le rejet du permis plus d’une fois, il faut très certainement plus d’éducation de la part des architectes pour faire comprendre aux gens en quoi c’est inapproprié de construire du “vieux” neuf.

Entre temps, on a discrètement enlevé les arbres le long de trottoirs sur se terrain …

Je ne suis pas architecte, probablement pour cela je ne peux pas apprécier la “qualité excessivement élevé” de ce projet… Je vois une façade trop longue et trop monotone, digne d’un bâtiment industriel, en rupture avec le tissu du vieux Montréal, composé de bâtiments plus courts …

J’ai signé la pétition et j’espère que la ville pourra réduire la taille du projet au profit de la verdure.
… sinon, on a vu pire, on est à Montréal …

2 Likes

Quelque chose que j’aime du bâtiment, c’est son rez-de-chaussée, il est vivant.

1 Like

J’avoue qu’il y a de la modulation et des formes intéressantes, mais on n’a pas la même définition de vivant ! :laughing:

Je n’ai aucun problème avec le fait de construire des bâtiments contemporains dans un milieu historique, et je vois bien que la texture de ce bâtiment est intéressante, cependant il y a quelque chose d’en effet très monotone et ennuyant dans l’horizontalité du projet qui demeure très pesante malgré une visible et honnête intention conceptuelle de la briser et de jouer sur la verticalité. Je crois que ça ne se traduit pas assez pour en faire un projet bien intégré.

Il y a aussi le fait que cette aire ouverte dans le quartier, elle marque les esprits pour la respiration qu’elle offre dans le tissu dense, et elle est extrêmement salutaire. Je trouve très dommage de la perdre, même pour un bâtiment de qualité.

On dirait que j’aurais applaudi ce bâtiment à peu près n’importe où dans la ville sauf ici. Pour moi, ça ne fonctionne pas encore. J’ai un malaise même si je reconnais que c’est de la qualité et que (presque) tous les ingrédients architecturaux sont pourtant réunis pour avoir un bon projet. Il y a quelque chose qui cloche.

4 Likes

Attention! Sur le Plateau Mont-Royal, Rosemont, Villeray et autres, il est vrai que les façades sont très rythmées, généralement de 8 à 12 mètres.

Mais ici on est dans le Vieux-Montréal, et c’est important de s’intégrer au Vieux-Montréal; pas à l’image générale qu’on a de Montréal.

Plusieurs des bâtiments du Vieux-Montréal étaient précisément des bâtiments industriels, ou des entrepôts. C’est donc dans une volonté d’intégration exemplaire que le projet proposé reprend de manière contemporaine cette logique de longue façade minérale tramée par des ouvertures verticales, et brisée par quelques éléments verticaux réguliers.

Je crois que la principale chose qui cloche, ce sont les rendus qui empirent l’effet de répétition par un champ de vision un peu déformé. Une fois construit, avec les panneaux de pierre calcaire et les panneaux de béton avec agrégats exposés, j’ai confiance que ce sera réussi.

9 Likes

Ca contredit avec un autre rendu fait par Mondev… qui ajoute les arbres des rues autours, en plus de faire comme si les arbres derrière allaient dépasser le toit… Ils nous prennent pour des valises.

Signez!

There are currently 6 buildings with 10-12 floors in proximity to this lot. Ideally, the city should have offered them 3 more floors in exchange for preserving green space. Sadly our current urban planning offers the city zero flexibility to negotiate if the project is within its rights.

Anything beyond what is stipulated in the zoning would require a long and expensive public consultation. It is too rigid a system that heavily discourages any versatility.

I would have loved to see the city try to negotiate with the developer to keep at least half of the park. Maintain a green space and the view of 465 St-Jean.

1 Like

Il s’agit d’un rendu qui représente un projet qui a maintenant 15 ans. Un autre promoteur, un autre architecte. On ne parle pas de la même chose.

S’agit il vraiment d’un montage qui circule présentement dans les groupes qui revendiquent un parc Pigeon Hole?

3 Likes

Non, j’ai parlé précisément du Vieux Montréal. Si autrefois ont été construits des entrepôts, donc c’était nécessaire.
Je ne vois aucune nécessité, au 21ème siècle, introduire dans ce quartier cet “entrepôt humain”" proposé.

Je suis entièrement d’accord avec ce zonage

Mais même sur ce site réduit, je construirais deux bâtiments différents (ou un seul bâtiment, deviser en deux parties, traité différemment) pour mieux respecter tissu environnant

Là où vous voyez “une volonté d’intégration exemplaire”, je vois seulement le désir du propriétaire de rentabiliser au maximum chaque pied carré du terrain …

2 Likes

À l’époque j’étais allé encore plus loin en proposant de faire un parvis au Théâtre Centaur.
Certains vont peut-être me trouver vieux jeu, mais je suis d’avis qu’un théâtre devrais toujours avoir un parvis.
Notre trame montréalaise fait que les théâtre sont généralement sur rue, rarement sur place publique.

Ici il suffirait de tronquer le terrain pour libérer un vrai parvis et offrir un fond de perspective digne d’intérêt. On pourrait imaginer un petit café / restaurant sur ce parvis, comme on le voit souvent à proximité d’un théâtre.

Malheureusement, en 2016 j’étais le seul à parler de cet enjeu.
Même si je l’appuie, le mouvement actuel arrive beaucoup trop tard.
À cette étape, la ville s’expose à d’énormes poursuites.
Et puisque le débat s’éparpille dans des questions de goûts et d’opinions subjectives décousues, ça risque malheureusement de tomber à plat. Il aurait fallu se concentrer sur la question de l’implantation. Et plus tôt!

11 Likes

-Quelle magnifique idée !!

Il me semble que depuis longtemps déjà, la ville est très mal gérée par des gens incompétents en urbanisme, ou corrompus …

1 Like

Je dirais 12 ans de corruption, 4 ans d’incompétence, et 3 ans et demi de maladresse.

Mais c’est beaucoup plus complexe que ça, parce que le problème va bien au-delà de la politique.

Un jour j’écrirai un livre à ce sujet (après mon livre sur la SQI).
Je peux tout de suite vous nommer les six chapitres:
Le client
L’architecte
Les fonctionnaires
Le CCU
La politique
L’entrepreneur

Ce sont les six principaux problèmes à la qualité de l’architecture et du développement du Montréal.
Ce sont aussi les six principales parties prenantes d’un projet.

Au cours des dernières années, je me suis impliqué dans les six, en essayant de mettre le doigt sur le problème.
Sans succès.
C’est l’ensemble qui est problématique.

L’administration actuelle a franchi un grand pas en n’étant pas automatiquement soumise aux promoteurs comme l’étaient les administrations précédentes.
Mais la politique c’est seulement la moitié des décisions.
La vision des fonctionnaires de l’arrondissement de Ville-Marie est profondément ancrée dans les valeurs des administrations précédentes, et comme ils ont la balance du pouvoir, le changement de mentalité tarde à se faire sentir.

Je ne veux pas être trop négatif, il y a de l’espoir.
Mais ça va prendre du temps.
C’est correcte d’être passif, et de critiquer, de signer des pétitions.
Mais il va falloir plus de gens qui mettent les mains directement dans l’engrenage.

5 Likes

Ce projet est tout simplement magnifique et il s’intègre à la perfection dans son environnement immédiat.

Chapeau!

1 Like

Entendu à Radio-Canada: le promoteur n’attend que le feu vert du Ministère de la Culture pour lancer les travaux. Il espère que ça se fasse d’ici un mois.

c’est ce reportage radio → Un projet de complexe résidentiel de 7 étages dans le Vieux-Montréal sème la grogne

Un projet immobilier suscite la grogne dans le Vieux-Montréal


L’espace vert surnommé parc Pigeon Hole, dans le Vieux-Montréal.
PHOTO : RADIO-CANADA / PHILIPPE-ANTOINE SAULNIER

Radio-Canada
2021-05-04 | Mis à jour hier à 21 h 48

Des citoyens du Vieux-Montréal demandent à la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, de bloquer un projet de deux immeubles de sept étages qui doivent être construits dans leur quartier. Le projet, qui fera disparaître un des seuls espaces verts du secteur, suscite également l’inquiétude de l’administration Plante.

L’espace en vert en question n’est toutefois pas officiellement un parc : il s’agit d’un terrain privé appartenant depuis plusieurs années à des promoteurs.

Le lieu, situé tout près des premières rues tracées à Montréal, après la fondation de la ville, était loué à la Société de développement commercial du Vieux-Montréal, qui l’a aménagé avec des bancs, des tables et des jardinières.

Le « parc » a beau ne pas en être un, il a toutefois un nom : Pigeon Hole. Installé à un jet de pierre de la basilique Notre-Dame, il est particulièrement fréquenté.

L’heure du midi, lundi au vendredi, c’est rempli, rempli, on voit même pas l’espace tellement il y a des gens. Il y a pas d’autres espaces verts dans le coin, affirme Oudayan Dutta, qui habite à proximité.

C’est vraiment énormément utilisé par la communauté.

M. Dutta dit craindre que l’architecture des nouveaux bâtiments, qui doivent compter plus de 200 logements, ne jure avec le voisinage.

La Ville, de son côté, ne peut pas bloquer le projet, puisque celui-ci irait de l’avant sur un terrain privé, et qu’il respecte la réglementation en vigueur. Il faut maintenant que le ministère de la Culture et des Communications donne son feu vert pour que la construction puisse débuter, précise Robert Beaudry, conseiller municipal membre de Projet Montréal, et notamment responsable de la gestion et planification immobilière, ainsi que de l’habitation au sein du comité exécutif.

On va pas se prononcer à leur place, c’est à eux de prendre cette décision-là, mais on leur a partagé nos grandes inquiétudes et nos grandes préoccupations, qui sont aussi celles des citoyens, affirme-t-il.

On s’entend, ça vient changer la face du coin.

**Une citation de :**Robert Beaudry, conseiller municipal, membre de Projet Montréal

La balle est dans le camp du ministère, puisque le projet aurait lieu dans un arrondissement historique.

L’architecte se veut rassurant

Déjà, des arbres ont été retirés de l’emplacement et réinstallés ailleurs, dans les rues avoisinantes.

Pour sa part, l’architecte du projet, Sergio Morales, se veut rassurant quant à l’intégration des nouveaux bâtiments.

Ce qu’on a proposé, c’est un peu deux bâtiments; l’un qui longe la rue Notre-Dame, et l’autre qui longe la rue de l’Hôpital. Et, entre les deux, nous sommes venus faire une tranchée qui a l’échelle de ce qui est autour de nous. C’est une tranchée qui est verticale, qui est un peu étroite, assez dense. L’un des avantages de cette façon de faire là, c’est que ça s’ouvre aux extrémités sur des bâtiments remarquables, a-t-il expliqué.

Toujours selon M. Morales, les matériaux choisis sont similaires à ceux des immeubles du quartier, tout comme la hauteur des nouveaux bâtiments.

Montréal aurait raté l’occasion de transformer officiellement le terrain en parc. Sous l’administration Tremblay, la Ville était effectivement propriétaire du terrain, mais en 2003, ce terrain a été échangé contre un autre, qui appartenait aussi à un promoteur, mais qui était situé en zone inondable dans l’arrondissement de Pierrefonds.

Sauf en cas d’intervention du ministère de la Culture et des Communications, les premières pelletées de terre doivent avoir lieu en juin. Et comme le projet a été prévu avant l’adoption du règlement municipal sur la mixité, aucun logement social n’est compris dans les plans.

D’après un reportage de Philippe-Antoine Saulnier

Tant qu’à porter le nom de trou à pigeons, aussi bien en faire un pigeonnier.

Un message a été fusionné à un sujet existant : 22-26 rue Notre-Dame O - 5 étages